Navigation – Plan du site
Varia

La gélatine alimentaire de Darcet (1777-1844) : controverse autour d’un produit

Darcet’s Edible Gelatin: A Controversial Food
Die Lebensmittelgelatine von Darcet (1777-1844). Kontroverse um ein Produkt
Nicolas Sueur
p. 181-197

Résumés

Au début du XIXe siècle, Jean-Pierre-Joseph Darcet (1777-1844), un chimiste, imagine un produit qu’il destine à devenir un aliment du quotidien : la gélatine, produit remontant à la fin du XVIIe siècle. Darcet rêve, à la suite de son père et de Cadet-de-Vaux, de faire de la gélatine un véritable aliment destiné aux masses laborieuses. Le produit rencontre un certain succès. Il se diffuse dans un certain nombre d’institutions (institutions de bienfaisance, hôpitaux, dépôts de mendicité, prisons). La France n’est pas le seul terrain d’expérimentation de cette gélatine alimentaire. L’initiative du chimiste est encouragée par l’administration et approuvée par les autorités médicales. Darcet mobilise un petit réseau d’individus et de familiers afin de diffuser sa gélatine. Cependant le produit ne parvient pas à s’affranchir de son statut d’ersatz. La gélatine se heurte à une série d’obstacles qui l’empêche de devenir un aliment du quotidien. En dehors des aspects techniques et des problèmes de conservation, la machine et la fabrication du produit paraissent trop coûteuses aux administrateurs et philanthropes. Des voix dissonantes se font également entendre qui critiquent la dimension nutritive du produit mais aussi sa salubrité. Malgré le scepticisme des autorités médicales et scientifiques, des fabriques se développent qui répondent à une demande sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Diffusion et réception de la gélatine alimentaire
Blocages, polémiques et refus

Aperçu du début du texte

Au début du XIXe siècle, Jean-Pierre-Joseph Darcet (1777-1844), « l’un des plus grands apologistes à la fois de l’industrie et de l’hygiénisme », imagine un bouillon d’os pour nourrir les populations pauvres. Le procédé consiste à exposer les os à l’action de la vapeur afin d’en extraire la gélatine. Plusieurs travaux ont étudié, ces dernières années, la genèse de la gélatine alimentaire et la manière dont Darcet a tenté d’en faire un aliment à part entière entre 1812 et 1840. Le bouillon d’os de Darcet apparaît également, de manière plus périphérique, dans les travaux consacrés à la philanthropie au XIXe siècle. Le produit est en effet utilisé pour apaiser les populations affamées dont les élites craignent les débordements. Parallèlement, la gélatine alimentaire n’a guère retenu l’attention des historiens de l’alimentation. Si l’on connaît bien les inégalités alimentaires qui traversent le Paris de l’époque, on est moins bien informé sur les produits imaginés pour apaiser la faim. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Sueur, « La gélatine alimentaire de Darcet (1777-1844) : controverse autour d’un produit », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 181-197.

Référence électronique

Nicolas Sueur, « La gélatine alimentaire de Darcet (1777-1844) : controverse autour d’un produit », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5199

Haut de page

Auteur

Nicolas Sueur

Nicolas Sueur est docteur en histoire, chercheur associé au LARHRA, Université Jean Moulin, Lyon III, et professeur agrégé d’histoire au Lycée Saint-Charles à Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page