Navigation – Plan du site

Des débuts de la Monarchie de Juillet à la fin du Second Empire : intellectuels et hommes politiques français en exil en Belgique

Francis Sartorius

Résumés

La communauté de langue et la proximité géographique ont fait de la Belgique la terre d'exil par excellence des Français. La Belgique est un havre de paix mais non sans contraintes, le gouvernement belge souhaitant tout en présevant son indépendance ne pas mécontenter son voisin. Francis Sartorius présente la figure oubliée d'opposants des années 1830 et 1840, certains d'entre eux comme Mathé ou Labrousse connaîtront à nouveau l'exil en 1851. Le coup d'État change l'échelle de la proscription. On passe d'une poignée d'activistes qui trouvent refuge en Belgique à chaque échec de leur parti à une arrivée massive de prés de 6 000 républicain. Le gouvernement belge applique alors une politique plus sévère : refoulant les indésirables, imposant des conditions de revenus, dictant les lieux de résidence. Le nombre décroit donc et la proscription belge réduite à une poignée d'irréductibles mène un combat difficile et souvent feutré. Elle est malgré tout revivifiée à la fin de l'Empire par l'arrivée de jeunes militants d'extreme-gauche internationalistes et par celle du journaliste Rochefort.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Exil
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Sartorius, « Des débuts de la Monarchie de Juillet à la fin du Second Empire : intellectuels et hommes politiques français en exil en Belgique », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 11 | 1995, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rh19/81 ; DOI : 10.4000/rh19.81

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page