Navigation – Plan du site
Dossier

De Gaulle, les FFL et la Résistance vus par les responsables de la Wehrmacht

Jean-Nicolas Pasquay
p. 43-65

Résumés

Les écrits des états-majors de la Wehrmacht, les comptes rendus diplomatiques du Reich, les directions de Hitler situent la place qu’occupent le général de Gaulle, les Forces françaises libres et la Resistance dans les soucis politiques et militaires allemands. L’existence de la France libre influence nettement les rapports du Reich avec Vichy, l’Italie et l’Espagne. Dès 1940, les opérations des FFL, l’évolution institutionnelle de la France libre et le développement de son influence dans le monde sont suivis avec attention. Le Reich compte sur Vichy pour garder l’Empire contre les entreprises de la France libre et de ses alliés. À la suite de la bataille de Bir Hakeim, les FFL sont considérées comme des troupes régulières de grande valeur militaire. Après novembre 1942, les forces françaises ne sont que rarement identifiées dans les écrits militaires allemands. À partir du printemps 1944, les comptes rendus de la Wehrmacht font presque quotidiennement état des actions de la Résistance, qui mobilisent des moyens allemands significatifs pour y faire face. Les écrits examinés témoignent de la considération accordée au général de Gaulle et aux FFL. Ils confirment aussi que Charles de Gaulle tenait à la fois l’épée et le bouclier de la France.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Le danger politique et militaire que représente, pour le IIIe Reich en guerre, la France libre poursuivant le combat, n’a guère fait l’objet d’études s’appuyant sur les écrits militaires allemands. Des auteurs français partisans ont cherché à minimiser les soucis politiques et stratégiques allemands occasionnés par le mouvement gaulliste, ainsi que les contributions des Forces françaises libres à la victoire alliée de 1945. Les écrits secrets d’état-major, les journaux de guerre allemands, les directives de guerre de Hitler, ainsi que les comptes rendus d’entretiens avec les représentants civils et militaires du gouvernement de Vichy constituent des sources indispensables pour apprécier l’importance que revêt, aux yeux des responsables allemands, l’action du général de Gaulle et des forces opérant sous son autorité. Nous nous limiterons strictement à cet objectif, ce qui signifie, en particulier, que nous ne confronterons pas ces écrits aux travaux des historiens et aux déclarations des acteurs français. La « critique » ne portera que sur les éventuelles divergences d’appréciation entre militaires allemands.

2Comme on pouvait s’y attendre, les écrits allemands concernant les rapports entre le Reich et le gouvernement de Vichy évoquent fréquemment le général de Gaulle et la France libre. Or pour retracer ces relations, les historiens se sont principalement appuyés sur les archives de l’État français, les écrits d’officiers généraux sous ses ordres ou encore sur les récits et déclarations faits après-guerre par les acteurs français. La présente démarche est symétrique de celle-ci, pour ne pas dire opposée : nous n’examinerons que les documents allemands de l’époque et accessoirement les déclarations ou Mémoires de généraux allemands publiés après le conflit.

3Les écrits d’état-major, à usage interne, sont rédigés par des officiers élevés dans le culte de la précision et de l’efficacité. Il s’agit, particulièrement, d’éclairer le haut commandement et de dépeindre la réalité du moment. Ainsi, on n’hésite pas à écrire que telle situation est critique et exige un repli sans délai, alors que l’on sait que des déclarations de ce genre peuvent provoquer la colère du dictateur. Mais comme les bonnes décisions stratégiques ou tactiques ne peuvent s’appuyer que sur l’appréciation réaliste des données diplomatiques ou militaires, l’objectivité dont ces officiers ont généralement fait preuve relève tout simplement de la conscience professionnelle, qualité qui ne leur a jamais fait défaut.

4C’est pourquoi, on peut globalement accorder confiance aux notes prises sans états d’âme par les officiers et diplomates allemands au cours de leurs entretiens avec les responsables civils et militaires de Vichy, entretiens au cours desquels la lutte contre Charles de Gaulle et ceux qui le suivent joue un rôle majeur.

  • 1 Warlimont (W.), Im Hauptquartier der Wehrmacht, (1939-1945), Bernard um Graefe Verlag für Wehrwesen (...)

5Pour situer les écrits examinés, il est nécessaire de rappeler sommairement les structures du haut commandement allemand et de connaître les personnalités qui détiennent les postes-clés. Le commandement suprême de la Wehrmacht, ensemble des forces terrestres, maritimes et aériennes, est exercé par Hitler, assisté d’un état-major interarmées : l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW). Le général Keitel, grand organisateur mais personnalité servile, est le chef de l’OKW. Il est assisté de Jodl et de Warlimont 1. Jusqu’en 1942, les directives de guerre de Hitler exposent les motifs, le contexte et le but des grandes opérations et formulent des intentions générales. Elles perdent ce caractère de généralité lorsque le Reich perd l’initiative militaire. Elles deviennent alors des exposés de circonstance noyés dans le détail. Dans tous les cas, les directives reflètent la pensée du Führer. L’OKW se charge principalement de leur mise en forme et de leur application. Deux des 74 directives font explicitement référence au général de Gaulle et aux Forces françaises libres.

  • 2  La conduite des opérations sur le front russe relève de l’OKH. La conduite des opérations partout (...)
  • 3  On a pu affirmer qu’il était interdit aux officiers de l’OKW et de l’OKH d’entrer en rapport avec (...)
  • 4 Halder (generaloberst), Kriegstagebuch, édité par H.-A. Jacobsen, W. Kohlhammer Verlag, Stuttgart, (...)

6Au moment de l’entrée en guerre, l’armée de terre (das Heer) est commandée par le général von Brauchitsch qui dispose d’un État-Major général : l’Oberkommando des Heeres (OKH). À la tête de l’OKH, on trouve, jusqu’en septembre 1942, le général Halder. Cet officier est un stratège d’une vaste intelligence et d’une extraordinaire capacité de travail. Succédant en 1938 au général Beck, il poursuit le complot pour destituer Hitler que son prédécesseur avait mis en route. Après novembre 1940, Halder renonce au projet de coup d’État pour se consacrer exclusivement à ses fonctions de chef de l’OKH. Malgré la création, en 1938, de l’OKW par Hitler, l’OKH reste l’héritier partiel de l’ancien État-Major général, qui dans le Reich wilhelmien, avait la responsabilité de la conduite générale de la guerre et pesait sur les décisions de politique étrangère. Pour Halder, comme pour son très volontaire prédécesseur, l’Allemagne, puissance continentale doit donner à son armée de terre une position dominante dans le processus de décision et la conduite générale des opérations. D’où des partages 2 et des conflits de compétence avec l’OKW et la grande variété des sujets que l’OKH continue de traiter par tradition 3. Halder tient un journal de guerre (Kriegstagebuch), outil de travail dans lequel il note en style télégraphique les entretiens avec ses collaborateurs et les nombreux interlocuteurs extérieurs, civils et militaires. On y trouve aussi des réflexions personnelles sur la situation politique et militaire. Ce journal manuscrit a été publié, après-guerre, sous forme imprimée, parfaitement fidèle à l’original 4. Des notes additionnelles en bas de page sont destinées à en faciliter la compréhension. Halder sera renvoyé en septembre 1942 après s’être opposé aux vues stratégiques de Hitler pour la campagne de Russie. Son remplaçant, Zeitzler, n’a pas laissé de journal.

  • 5 Kriegstagebuch des OKW (1940-1945), édité par H. Greiner et P. Schramm, Bernard um Graefe Verlag fü (...)
  • 6 Die geheimen Tagesberichte der deutschen Wehrmachtführung im zweiten Weltkrieg (1940-45), Biblio Ve (...)

7L’OKW tient aussi un journal de guerre à usage d’état-major. Ce journal sera détruit à la fin de la guerre, à l’initiative du général Winter qui avait succédé à Warlimont en septembre 1944. Il a cependant été possible de le reconstituer en grande partie et de l’éditer en 1961-1962 5. Par ailleurs, les comptes rendus secrets journaliers du commandement de la Wehrmacht (Die geheimen Tagesberichte der deutschen Wehrmachtführung6 regroupent des informations de provenances diverses : services de renseignement, commandants de théâtres d’opérations, commandements territoriaux, etc. Ces informations se rapportent à la situation des troupes au sol, à la situation aérienne sur le Reich et les territoires occupés, aux opérations contre la résistance armée, etc. Il y a peu d’informations maritimes. On désignera ces comptes rendus par l’acronyme CSW. Destinés à l’information réciproque des états-majors, ces comptes rendus rapportent les événements de guerre au jour le jour et sont d’une grande valeur historique. Les officiers d’état-major rédacteurs utilisent un langage sobre et direct. La perte de l’initiative stratégique et tactique, ainsi que l’insuffisance des moyens, à partir de 1943, apparaissent clairement dans bon nombre de CSW.

8Notamment pour ce qui concerne les relations entre le Reich et Vichy, les écrits de guerre que l’on vient d’évoquer relatent les conversations et décisions de l’époque avec plus de précision et d’objectivité que les écrits de l’après-guerre de Benoist-Méchin et du général Weygand ou encore des responsables allemands tels que l’ambassadeur Abetz ou le général Speidel. Le principal but de ses personnalités sera de justifier leur conduite pendant le conflit. Dans leurs déclarations après-guerre ou dans leurs Mémoires, les généraux allemands évoquent parfois le général de Gaulle et ceux qui ont combattu à ses côtés. Nous avons examiné les Mémoires des généraux Speidel, Westphal et Ulrich de Maizière, dont aucun n’a succombé à l’idéologie nazie. Mais l’opinion de ces généraux sur Charles de Gaulle est influencée par les prises de position du Général après-guerre. Il y a aussi un souci sincère de réconciliation franco-allemande. En définitive, ces écrits méritent une interprétation prudente.

De l’appel du 18 juin 1940 aux combats en Syrie

Premières appréciations portées sur le général de Gaulle et la France libre

  • 7  Présidée par un officier allemand, la Commission d’armistice (allemande) comporte une délégation f (...)

9Le 30 juin 1940, Charles de Gaulle apparaît pour la première fois dans les CSW. On y lit : « Dans une allocution à la radio anglaise, le général de Gaulle a déclaré qu’en territoire britannique était constitué immédiatement une force française terrestre, navale et aérienne, à base de volontaires. » Le 15 août, le journal de guerre de l’OKW contient un rapport provenant de la Commission allemande d’armistice 7 indiquant les buts poursuivis par de Gaulle et donnant la situation de son mouvement naissant. Ce rapport peut être résumé comme suit : « Après certains succès initiaux dus à la propagande anglaise, l’action du général de Gaulle a perdu de sa résonance et son influence dans les colonies est pour le moment faible. » Aucun homme politique de haut rang ne l’a rallié. Il dispose de forces modestes : environ 2 000 à 3 000 hommes de l’armée de terre stationnés en Angleterre, peu de forces navales (deux vieux bâtiments de ligne, quelques unités modernes légères). « L’ensemble ne peut être considéré comme un renforcement sérieux des moyens britanniques. »

10La Commission d’armistice donne deux raisons au succès très limité du « mouvement gaulliste » (De Gaulle Bewegung) : d’un côté, une lassitude à l’égard de la guerre et la perte de confiance en eux-mêmes des militaires français tant en métropole qu’outre-mer, de l’autre, l’autorité reconnue du maréchal Pétain et du général Weygand. Selon la commission : « Il n’est pas exclu que de Gaulle recevrait un meilleur accueil dans les milieux nationalistes français si son action n’était pas considérée comme une trahison à l’égard de ses deux chefs militaires. » Le 29 août, le journal de guerre de l’OKW fait état d’un message adressé par le gouvernement français à la Commission italienne d’armistice, message d’après lequel une « rébellion » (Aufstand) aurait éclaté en Afrique-Équatoriale et que les troupes coloniales qui y sont stationnées auraient rallié le général de Gaulle. Le gouvernement  de Vichy demande l’autorisation de faire appareiller des navires de guerre de Toulon à destination d’Afrique-Occidentale pour assurer le maintien de son autorité dans les territoires français. Alors que la Commission italienne d’armistice n’est pas favorable à cette autorisation, la Commission allemande d’armistice souhaite que l’appareillage soit approuvé. Car selon cette commission, il est politiquement important que les possessions africaines de la France ne tombent pas aux mains du général de Gaulle.

11Le 16 septembre 1940, le général de Gaulle apparaît pour la première fois dans le journal de guerre de Halder. Dans un entretien que le général accorde à von Etzdorf, haut fonctionnaire des Affaires étrangères, on compare le comportement de Charles de Gaulle à celui du général prussien Yorck. Dans le journal, la trace de cette conversation est réduite à une simple ligne : « Afrique du Nord – de Gaulle – Yorck ». La ligne mérite quelques explications. Yorck commandait en 1812 un corps prussien combattant les Russes en vertu d’une alliance imposée par Napoléon. Le général prussien, désobéissant à son roi, timoré et prudent, conclut une convention de neutralité avec les Russes. Cet acte d’indiscipline accompli le 31 décembre 1812 à Tauroggen, dans la conviction de servir ainsi les intérêts supérieurs de la Prusse, fut le prélude d’une alliance entre la Russie et la Prusse au printemps 1813 qui permit les « guerres de libération » contre Napoléon. Cette alliance élargie à l’Autriche remporta la victoire à Leipzig lors de la « bataille des nations ». Yorck fut honoré comme un héros national par les Prussiens ainsi que par les patriotes et nationalistes allemands.

12Les arguments échangés entre Halder et von Etzdorf ne nous sont pas connus. Mais il est certain que Charles de Gaulle fait ainsi une entrée flatteuse dans le journal du guerre d’un général allemand de tradition. De nos jours, l’évocation du nom de Yorck revêt encore plus d’éclat, car un descendant du général prussien, le comte P. Yorck von Wartenburg est une des figures marquantes du complot contre Hitler qui aboutit à l’attentat du 20 juillet 1944. P. Yorck sera pendu par les nazis.

Les soldats des FFL doivent-ils être traités comme des francs-tireurs ?

13Le 2 septembre 1940, l’OKW aborde une question de principe. Dans son journal de guerre, on lit : « Tous les Français combattant aux côtés des Anglais devraient, en vertu de la Convention d’armistice, être traités comme des francs-tireurs. La question n’est cependant pas encore tranchée. » Reportons-nous à l’article 10 de cette convention qui stipule : « Le gouvernement français interdira aux ressortissants français de combattre contre l’Allemagne au service d’États avec lesquels l’Allemagne se trouve encore en guerre. Les ressortissants français qui ne se conformeraient pas à cette prescription seront traités de la part des troupes allemandes en francs-tireurs. » Bien entendu, les unités de la France libre ne sont pas au service de la Grande-Bretagne, mais servent la France, contrairement aux déclarations de Vichy et aux formules martelées par la propagande de Goebbels. La même question est à nouveau abordée par Halder, le 25 septembre. Dans son journal, on lit : « Faut-il traiter les partisans du général de Gaulle comme des francs-tireurs ? »L’interrogation signifie que la question n’est toujours pas tranchée, elle signifie aussi, très probablement, les hésitations de Halder. Ce dernier est relancé, à ce sujet par le général Müller, le 7 octobre. Mais aucune décision ne figure dans son journal de guerre.

14À l’occasion de la publication du journal, l’éditeur indique dans un renvoi la déclaration faite après la guerre par Halder, selon laquelle il avait décidé que les troupes de la France libre devaient être considérées comme étant des troupes régulières. Il n’est pas nécessaire d’attribuer de grandes vertus humaines à Halder pour se fier à cette déclaration. Ce soldat intelligent et réfléchi sait en effet que si l’on exécutait des combattants de la France libre, le même sort serait vraisemblablement réservé aux soldats allemands faits prisonniers par les FFL. La décision de traiter les prisonniers français conformément à la convention de Genève est donc la seule possible pour un chef militaire responsable, garant du moral de ses propres soldats. Toutefois à l’occasion de la bataille de Bir Hakeim, Hitler donne l’ordre d’exécuter une catégorie particulière de soldats appartenant aux FFL. Cet ordre ne sera pas exécuté.

Les inquiétudes du Reich face à l’extension territoriale de la France libre

Conséquences sur les relations du Reich avec Vichy, Rome et Madrid

15Le journal de guerre de l’OKW note le 24 septembre qu’un fort convoi britannique est apparu la veille devant Dakar, le général de Gaulle étant à bord d’un des navires. Il précise que l’ultimatum envoyé a été rejeté par les autorités militaires de Dakar et que l’attaque a été repoussée. Le 26 septembre, l’OKW reçoit un rapport sur les événements de Dakar provenant de la Commission d’armistice. Le journal indique, en même temps que « Madagascar, le Dahomey et le Togo ne sont pas encore sous influence gaulliste ». On voit donc que l’OKW, soucieux, nourrit déjà un certain pessimisme sur la capacité de Vichy à garder sous sa coupe les territoires africains et Madagascar.

  • 8  Les revendications territoriales italiennes portent sur la Corse, la Savoie et la Tunisie.

16Selon un avis du colonel Böhme, chef d’état-major de la Commission d’armistice, figurant dans le journal de l’OKW du 7 octobre, « les Britanniques s’éloignent de De Gaulle ». Böhme estime que si l’on veut s’assurer du concours des Français (gouvernement de Vichy), il faut leur faire des concessions. Il faut, en particulier, leur garantir qu’ils conserveront l’empire colonial et qu’en métropole, ils ne perdront pratiquement que l’Alsace-Lorraine. Les prétentions territoriales italiennes à l’égard de la France doivent être rejetées 8. Böhme termine en estimant que les événements de Dakar ne signifient pas l’état de guerre entre Londres et Vichy. L’annexion de l’Alsace et du département de la Moselle est un fait accompli, au sujet duquel Vichy s’est contenté de molles protestations. Dans l’esprit des officiers allemands, y compris ceux qui sont hostiles au régime nazi, le « retour au Reich » de ces provinces perdues en 1918 paraît légitime. Il s’agit, pour l’Allemagne, d’une situation irréversible, même si cette situation n’a pas fait l’objet d’une déclaration adressée au gouvernement de Vichy.

17Les 11 et 14 octobre 1940, le journal de guerre de l’OKW constate l’arrivée du général de Gaulle à Douala et précise que « les Anglais n’ont pas laissé tomber de Gaulle ». Le journal du 2 octobre signale l’attaque aérienne « d’avions de De Gaulle » sur Lambaréné. Il rapporte aussi des informations recueillies auprès de la délégation française à la Commission d’armistice, selon laquelle le Gabon restait fidèle à Pétain. On ajoute que cette colonie est fortement menacée par des attaques de « troupes gaullistes » en provenance d’Afrique-Équatoriale. On note aussi que de Gaulle a créé le Conseil de défense de l’empire. Le 9 novembre, le journal de guerre de l’OKW mentionne l’attaque du Gabon, fidèle à Vichy, par des « troupes de De Gaulle » en provenance du Cameroun et de Pointe-Noire. On y rapporte la chute de Lambaréné, alors que les « troupes de Vichy » tiendraient apparemment encore Libreville et Port-Gentil.

  • 9 Hillgruber (Andreas), Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler – vertraulicheAufzeichungen über Unter (...)
  • 10  Les revendications territoriales de l’Espagne portent notamment sur la totalité du Maroc et la rég (...)

18Les notes confidentielles établies par les diplomates allemands au cours des entretiens du Führer avec le Caudillo (23 octobre) et son ministre des Affaires étrangères, Serrano Sũner, (18 novembre) permettent de préciser la place qu’occupe le général de Gaulle dans la politique étrangère du Reich 9. Il ressort de ces entretiens que, pour Hitler, « un des problèmes majeurs du moment est d’empêcher que le mouvement gaulliste étende son influence à l’Afrique française et procure ainsi à l’Angleterre et aux États-Unis des bases (bien situées) sur les côtes africaines ». Hitler déclare que « si l’Angleterre n’était pas en guerre et que s’il n’y avait pas de Gaulle, on ne serait pas obligé de renoncer à nos exigences vis-à-vis de la France ». Le Führer souligne qu’il n’a aucunement sacrifié son amitié à l’égard de l’Espagne au bénéfice d’un rapprochement avec la France. Il serait cependant déraisonnable de « formuler des exigences dont la publication aurait inévitablement pour conséquence la défection du Maroc au profit de De Gaulle » 10.

19Ainsi, par sa seule existence, la France libre, aux moyens encore faibles, crée des difficultés de politique étrangère à Hitler. Il ne peut donner satisfaction à l’Espagne qui s’intéresse au Maroc et se plaint d’un traitement trop doux dont bénéficierait la France. Franco à son tour ne répond pas positivement à la demande du Führer de coopérer au projet allemand consistant à s’emparer de Gibraltar. Et, comme le recommande Böhme, on demande au Duce de mettre une sourdine à ses revendications territoriales considérables au détriment de la France.

Accords entre le Reich et Vichy pour la défense des colonies restées fidèles à Pétain

Projets de reconquête des colonies ralliées à la France libre

20Le 11 novembre 1940, l’OKW évalue les forces dont dispose le général de Gaulle en Afrique-Équatoriale. Il prend acte des déclarations du général Doyen, chef de la délégation française à la Commission d’armistice, qui sont résumées ainsi : « Le but poursuivi par le gouvernement de Vichy est de combattre le “mouvement rebelle” [Aufstandsbewegung] et de reconquérir la région du Lac Tchad, véritable plaque tournante. Le mois de janvier est la période la plus favorable pour commencer les opérations. »Le journal de guerre de l’OKW constate le lendemain que le Gabon est maintenant aux mains du général de Gaulle. Estimant que le gain territorial est faible comparé à la zone d’Afrique-Équatoriale déjà en possession des gaullistes, l’OKW voit surtout dans ce succès « un accroissement du prestige du Général dans l’opinion mondiale ».

  • 11 Hitlers Weisungen für die Kriegführung (1939-1945) par W. Hubatsch, Bernard um Graefe Verlag für We (...)

21Le même jour, Hitler signe sa directive de guerre no 18 qui se place dans une nouvelle perspective 11. On renonce provisoirement à l’invasion des îles britanniques, mais on cherche à isoler la Grande-Bretagne en la combattant en Méditerranée. Il faut, pour cela, s’emparer de Gibraltar, malgré le refus de Franco de coopérer. Les mesures préparatoires nécessitent un renforcement de la collaboration avec le gouvernement de Vichy dans la lutte contre l’Angleterre, en facilitant le déploiement militaire allemand sur tout le territoire français, y compris les colonies. La directive indique : « Pour le moment la France joue un rôle de puissance non belligérante. La tâche la plus urgente  de la France est de sécuriser ses possessions africaines (Afrique-Occidentale et Afrique-Équatoriale) de façon défensive, contre l’Angleterre et le “mouvement de De Gaulle. Il se peut que cette tâche entraîne la pleine participation de la France à la guerre. » Dans la logique de la directive no 18, Hitler autorise l’approvisionnement des troupes de Vichy en munitions, ainsi qu’une augmentation des effectifs et des moyens aériens en Afrique.

  • 12  Gaulle (Charles de), Mémoires de guerre. L’Appel, Plon, p. 313-317.

22Le 20 novembre, l’OKW constate que le mouvement gaulliste prend de l’ampleur et qu’un « gouvernement central des Français libres » aurait été créé le 15 novembre. Il fait donc allusion à la déclaration organique de Brazzaville du 16 novembre complétant le manifeste du 27 octobre 1940 12. Ainsi, cinq mois après l’appel du 18 juin, le haut commandement allemand, pleinement conscient de l’importance politique et stratégique de la France libre, suit son évolution institutionnelle avec attention et s’inquiète des ralliements à de Gaulle d’un bon nombre de territoires français. Comme l’indique la directive no 18, il est temps de réagir. Tel est l’objet des entretiens de Paris entre des représentants de Vichy et du Reich.

  • 13  L’opération Attila, objet de la directive no 19, a pour but d’occuper toute la France métropolitai (...)

23Le premier entretien de Paris a lieu fin novembre. Vichy est notamment représenté par Laval, le général Huntziger et l’amiral Darlan. Pour le Reich, il y a en particulier l’ambassadeur Abetz et le général Warlimont (OKW). L’affaire est suivie attentivement aussi bien par l’OKW que par Halder (OKH). Il en ressort que l’Afrique-Occidentale et l’Afrique-Équatoriale menacées par de Gaulle et les Britanniques doivent être renforcées et que si Vichy est prêt à entreprendre une offensive contre de Gaulle, celle-ci nécessite une préparation soignée et ne pourrait avoir lieu avant novembre 1941. Car selon les Français, tout échec pourrait avoir de graves conséquences. Warlimont constate que c’est Laval qui joue le rôle moteur et que le vice-président du Conseil n’est pas satisfait de ses généraux trop prudents. À la suite de cet entretien, les Allemands sont déçus et méfiants. Hitler est très réservé à l’égard de Weygand, représentant du gouvernement de Vichy en Afrique, comme le prouve sa directive no 19 qu’il signe le 10 décembre 1940 13. Mais le deuxième entretien de Paris qui a lieu le même jour va pourtant changer les perspectives de collaboration militaire dans un sens nettement plus favorable au Reich.

24Dans son journal du 12 décembre, Halder fait état d’un entretien Huntziger-Warlimont au cours duquel le Français déclare son intention d’attaquer au printemps les territoires français tenus par de Gaulle. Le journal de Halder mentionne le deuxième entretien de Paris qui fait l’objet d’un compte rendu complet de Warlimont figurant au journal de l’OKW. La note de synthèse de Warlimont peut se résumer comme suit :

  1. Vichy a pris des mesures pour renforcer les forces défensives en Afrique-Occidentale française. Une nouvelle attaque du général de Gaulle contre Dakar est considérée comme impossible. La pleine puissance de combat des unités de Vichy ne pourra être atteinte que si un nombre suffisant d’officiers et de sous-officiers prisonniers en Allemagne sont libérés.

  2. L’opération contre le Tchad est déjà amorcée. Deux groupes de bombardiers et un groupe de chasse ont été mis en place. On projette des attaques aériennes contre Fort-Lamy et d’autres « points stratégiques gaullistes ».

  3. En cas de réplique des Britanniques, Vichy prévoit les représailles suivantes : bombardement du Nigéria (Kano), conquête de Bathurst et de Freetown. On envisage, en dehors de l’Afrique-Occidentale, d’autres opérations, par exemple de nouveaux bombardements sur Gibraltar.

25Halder reproduit les extraits d’un rapport de Huntziger concernant les intentions de l’Angleterre. Le gouvernement de Vichy a été prévenu par l’Angleterre qu’une action contre de Gaulle entraînerait presqu’inévitablement un conflit avec elle. Vichy compte reconquérir ses colonies et accepte le risque de guerre. Huntziger réclame une déclaration allemande selon laquelle aucune acquisition de possession coloniale française n’est envisagée par le Reich. Une telle déclaration couperait, selon lui, l’herbe sous le pied de De Gaulle. Mais cet officier général n’évoque pas l’annexion de fait de l’Alsace-Lorraine, question qui aurait pourtant pu être soulevée dans le même esprit.

26Au début de l’année 1941, l’OKW constate une évolution dans l’opinion publique en métropole. Selon son appréciation, la population française deviendrait plus attentiste et comporterait maintenant de nombreux partisans du général de Gaulle. Ainsi, à cette époque, pour le Führer et pour le haut commandement de la Wehrmacht, le général de Gaulle est devenu un adversaire avec lequel le Reich doit compter. La France libre est un facteur déterminant dans la politique allemande à l’égard de Vichy. Les responsables militaires allemands souhaitent que la France soit ménagée afin que l’opinion française, tant en métropole que dans l’empire, ne bascule pas massivement du côté de la France libre.

Les premiers succès militaires des FFL

27Le 15 janvier 1941, le journal de l’OKW prend acte de la progression « des troupes gaullistes [de Gaulle Truppen] depuis les montagnes du Tchad en direction de Tripoli ». Le CSW note le 27 janvier que depuis l’avancée « des gaullistes » vers Mourzouk, il n’y a pas eu de changement dans cette région. On signale le 13 février, une nouvelle attaque des « troupes gaullistes » sur Mourzouk. De son côté, le journal de l’OKW relate le 7 février que « l’ennemi qui avance sur l’oasis de Koufra est apparemment une faible troupe gaulliste provenant du Tibesti ». L’OKW s’intéresse donc de près aux faits d’armes des FFL sur un théâtre d’opérations qui ne concerne – pour le moment – que l’allié italien. Cet allié ne manque pas de demander en mars l’aide de la Wehrmacht dans ses combats désastreux contre de Gaulle. Le 15 mars, l’OKW demande son avis aux Affaires étrangères du Reich pour savoir s’il était autorisé à attaquer par voie aérienne les troupes gaullistes se trouvant sur le territoire français. Cette demande, témoignant d’une grande prudence d’un état-major allemand, peut nous paraître surprenante. Relève-t-elle du souci de ne pas froisser les Français, en bombardant une de leurs colonies ?

28L’OKW s’inquiète de l’influence grandissante du général de Gaulle liée aux succès des FFL. Il recommande que les demandes de Vichy concernant le renforcement des effectifs militaires en Afrique et en Corse soient satisfaites et qu’on autorise le renforcement des moyens de défense anti-aérienne de Dakar. Vichy est autorisé à envoyer des sous-marins vers l’Indochine et Madagascar. Le 21 mai, le CSW mentionne « l’arrivée de nombreuses troupes britanniques et gaullistes au Proche-Orient » et précise que le Haut-Commissariat en Syrie s’attend à une attaque anglaise contre la Syrie. Curieusement, Halder semble encore douter le 22 mai de la présence de « troupes gaullistes »en Syrie.

Des combats en Syrie au haut fait d’armes de Bir Hakeim

Les combats en Syrie

29Dans son journal de guerre du 5 juin 1941, l’OKW précise qu’un état-major allemand de liaison doit rester en Syrie, auprès du général Dentz « en cas de conflit avec de Gaulle et l’Angleterre ». Le 9 juin, le journal rapporte que l’attaque britannique a été lancée la veille au matin, et que Dentz réclame l’appui de la Luftwaffe. L’OKW estime que l’effectif des troupes gaullistes participant aux combats est de 12 000 hommes. Le Führer ordonne le retrait de tous les membres de la Wehrmacht présents dans la région. Cet ordre est en désaccord avec les intentions de l’OKW exprimées quatre jours plus tôt. Le CSW du 9 juin rapporte un message de Dentz selon lequel il y aurait dans le djebel Druze de violents combats avec les forces anglaises et les « troupes françaises irrégulières ». Le commandement allemand précise que les « Forces françaises libres » et les troupes britanniques seraient sous le commandement du général Wilson.

30Le CSW signale le 21 juin que le général Wilson a averti – par Radio Jérusalem – le général Dentz de son intention de lancer l’assaut final contre Damas le 19 juin et lui a demandé de se rendre. Le compte rendu mentionne, en même temps, l’appel lancé le 18 juin par l’amiral Darlan aux soldats des FFL, pour qu’ils quittent le général de Gaulle et rallient le maréchal Pétain. Le tout est accompagné d’une promesse de pardon pour les soldats et de punition pour les seuls chefs. L’évocation, le même jour, de ces deux événements ne manque pas de sel. Mais cela révèle l’esprit dans lequel les CSW sont rédigés. On note soigneusement, et sans états d’âme, des événements au fur et à mesure que l’information parvient. La valeur de ces documents pour l’histoire, sous leur forme brute, réside entre autres dans cette Gründlichkeit propre à la formation des officiers d’état-major allemands.

La collaboration militaire entre le gouvernement de Vichy et le Reich : un projet ambitieux et illusoire

31Le 11 juin, alors que l’on se bat en Syrie, est émise la directive no 32 qui concerne déjà la période où l’opération Barbarossa aurait abouti à l’écrasement de l’armée soviétique. Si l’on se souvient que l’opération Barbarossa commence le 21 juin 1941, on voit que le Führer compte sur un conflit court avec l’URSS et qu’il semble prévoyant. Il convient de poursuivre la lutte contre les Britanniques en Méditerranée et de fermer l’entrée occidentale de cette mer par la prise de Gibraltar (au besoin sans la coopération de l’Espagne). Au moment où Hitler envisage la conquête de l’Égypte et de la Palestine, il lui faut se protéger contre une menace britannique et gaulliste en provenance de l’Afrique du Nord. La directive no 32 stipule donc : « La défense de la côte atlantique d’Afrique du Nord et d’Afrique-Occidentale et la reconquête des zones contrôlées par de Gaulle revient aux Français qui recevront les renforcements nécessaires en fonction du développement de la situation. »

  • 14  Les fonctions de commandant militaire supérieur en France sont exercées par le général O. von Stül (...)

32Le concours important demandé à Vichy fait l’objet de conversations bilatérales. Ainsi, le 31 octobre 1941 a lieu une rencontre entre le général Huntziger, ministre de la Guerre et les autorités militaires allemandes. Le colonel Speidel, chef d’état-major du commandant militaire supérieur en France (Militär Oberbefehlshaber Frankreich) 14 rend compte de la rencontre, par une note qui porte sa signature. En voici des extraits : « L’intention sincère et irrévocable du maréchal Pétain et de ses collaborateurs ne serait pas seulement de se défendre contre les Anglais en Afrique, là où cela est nécessaire, mais aussi de les attaquer pour reconquérir le territoire perdu.» Vient ensuite, en français dans le texte, la citation de cette phrase de Huntziger : « Il faut chasser les Anglais (…) de Gaulle a son siège à Douala (Cameroun), le mouvement rebelle [Aufstandsbewegung] a fait des progrès en Afrique-Équatoriale. (…) Le maréchal Pétain, Laval et lui-même [Huntziger] partagent la même opinion selon laquelle les Français ne peuvent plus espérer une victoire anglaise, mais seulement une victoire allemande. » L’entretien du 31 octobre avec les déclarations « vigoureuses » de Huntziger, montre que le gouvernement de Vichy a l’intention de remplir la tâche que lui assigne la directive no 32 du Führer.

Les combats des FFL à Bir Hakeim et l’estime de Rommel

33Il faut attendre le 27 janvier 1942 pour voir figurer à nouveau les FFL dans les CSW. On y rapporte que « d’après des informations fiables, on a constaté le 25 janvier l’apparition à l’ouest de Derna (Cyrénaïque) d’une division légère de la France libre ».

Les combats de Bir Hakeim

  • 15  La Panzer Armee Afrika, héritière élargie de l’Afrika Korps, comporte également des divisions ital (...)
  • 16  Ce dispositif orienté nord-sud est appelé « Gazala line » par les Britanniques. Il comporte un cer (...)

34Le CSW du 3 juin 1942 reproduit un message de la Panzer Armee Afrika 15 selon laquelle la 90e division légère allemande et la division motorisée italienne Trieste viennent de s’attaquer à la position fortifiée de Bir Hakeim, protégeant le flanc sud du dispositif ennemi 16, et occupé par une « brigade française libre ». L’évolution de la bataille ainsi engagée est décrite journellement par le CSW. On précise que les « troupes françaises libres » occupent une position  aménagée à la manière d’une forteresse (festungsartig ausgebaute Stellung) et que les attaques des troupes de l’Axe reçoivent un appui aérien considérable de la Luftwaffe.

  • 17  L’identification de la nationalité des prisonniers a été probablement demandée par l’OKW. La quest (...)

35Par le CSW du 6 juin, on apprend que le front d’encerclement de Bir Hakeim se resserre et que les troupes allemandes se sont rapprochées de la position principale. Les jours suivants, l’attaque se poursuit avec un fort appui de l’artillerie et de l’aviation. Le CSW du 9 juin rapporte qu’au cours des combats acharnés autour de la « Festung Bir Hakeim »,les forces ennemies ont été « comprimées » dans un espace étroit et que les tentatives de dégagement ont été rejetées. Le CSW du 10 juin est particulièrement long. Il mentionne les tentatives de dégagement de la garnison de Bir Hakeim par les Britanniques, des attaques aériennes britanniques contre les forces de l’Axe qui encerclent la position, la progression difficile à travers un terrainabondamment miné et judicieusement préparé par les Français. On rapporte que l’adversaire se bat « fanatiquement » et que l’encerclement sans faille empêche à l’avenir tout ravitaillement de Bir Hakeim. La Luftwaffe a exécuté à nouveau plusieurs raids de grande envergure comprenant jusqu’à 130 avions. Le 11 juin à 13h51, la Panzer Armee Afrika émet le message suivant : « Festung Bir Hakeim prise dans la matinée du 11/6 après un dur combat contre un ennemi qui s’est défendu jusqu’au bout de façon opiniâtre. »Le CSW du 11 juin rapporte que « les Forces françaises libres »ont entrepris dans la nuit du 10 au 11 juin une tentative de sortie en direction du sud-ouest qui a été contrée pour l’essentiel. Au cours de l’assaut qui a suivi « contre un ennemi se défendant à l’extrême, l’adversaire a subi de lourdes pertes ». On signale qu’on a fait plus de mille prisonniers. Un autre message figurant au CSW indique que le nombre exact et la nationalité des prisonniers suivra après investigation complète 17.

36En donnant ces extraits des CSW, il n’était pas dans notre intention de décrire la bataille et encore moins de faire des comparaisons avec les récits des historiens militaires ou de celui du général Kœnig, mais de montrer l’importance donnée à cette bataille et de voir comment les officiers allemands ont jugé les qualités militaires des FFL à l’occasion de leur premier grand affrontement avec la Wehrmacht. On sait qu’en raison de l’enjeu, Rommel dirigea personnellement l’action en concentrant ses moyens sur Bir Hakeim. Le « renard du désert » écrira à propos de Bir Hakeim : « Rarement on a livré sur le théâtre des opérations africain une bataille d’une telle dureté. »

Le sort des soldats des FFL faits prisonniers à Bir Hakeim

  • 18  Extrait de M. Philip Remy, Mythos Rommel, List Verlag, München, 2002.

37Comme on l’a vu, le général Halder, chef de l’OKH, avait très vraisemblablement décidé dès l’automne 1940 que les soldats des FFL faits prisonniers par la Wehrmacht devaient être traités comme des soldats de troupes régulières et non comme des francs-tireurs. Mais rien ne permet de savoir, si Keitel, chef de l’OKW était du même avis. Le 9 juin 1942, alors que la bataille de Bir Hakeim fait rage, Hitler dit à Goebbels que, parmi les soldats encerclés, se trouvent des communistes allemands et italiens. Dans son journal, le ministre de la Propagande note la décision du Führer selon laquelle les communistes allemands qui seraient faits prisonniers devraient être exécutés sans exception, après un solide interrogatoire. Le même jour, l’OKW adresse à la Panzer Armee Afrika, c’est-à-dire à Rommel, un message non signé, stipulant que le Führer a ordonné que les réfugiés politiques allemands, membres des Forces françaises libres, devaient être « éliminés sans ménagement au combat ». Ceux qui n’avaient pas encore été éliminés devraient être fusillés sur le champ, dans la mesure où un interrogatoire pour l’obtention de renseignements n’était pas en cours. Il est précisé que le présent ordre doit être transmis oralement 18

  • 19  Gaulle (Charles de), Mémoires de guerre. L’Appel, Plon, p. 258-259.

38Les particularités de ce message (absence de signature ou d’attache de signature, référence à un ordre personnel du Führer) montrent qu’apparemment aucun officier de l’OKW n’a voulu prendre la co-responsabilité d’un ordre déshonorant. Mais le 12 juin, Radio Berlin, contrôlée par Goebbels, va beaucoup plus loin que le message cité. On y annonce que tous les prisonniers appartenant aux FFL seront traités en francs-tireurs. Comme on le sait, la réaction du général de Gaulle est immédiate. Il annonce à la BBC que si cette menace était mise à exécution, les prisonniers allemands entre les mains des FFL subiraient le même sort. Radio Berlin fait aussitôt marche arrière 19. Bien entendu, la simple annonce de Radio Berlin n’a aucune valeur pour la Panzer Armee Afrika. Mais l’ordre criminel du 9 juin – qui lui, était en principe exécutoire – n’ayant pas été obéi par les troupes de Rommel, aucun contre-ordre ne fut nécessaire. Les soldats des FFL faits prisonniers à Bir Hakeim sont traités, sans exception, comme les soldats britanniques. On les confia à la garde des Italiens chargés d’une tâche subalterne dont les Allemands soucieux de mobilité dans le désert ne voulaient pas s’embarrasser.

39Après leur haut fait d’armes de Bir Hakeim, les FFL ont conquis l’estime de leurs adversaires allemands. Elles sont jugées comme étant de valeur militaire comparable à celle des meilleures troupes britanniques que la Panzer Armee Afrika affronte dans le désert. Le doute qui aurait pu subsister dans l’esprit de certains officiers de la Wehrmacht quant au statut de ces forces est définitivement dissipé.

Suite des combats en Afrique du Nord, campagne d’Italie, libération de la Corse

40Le maréchal Cavallero, chef du commandement suprême italien projette, dès le 7 juillet 1942, un débarquement en Tunisie, à la place d’un débarquement à Malte. Au nom de l’OKW, le général von Rintelen exprime, le 20 juillet, son opposition à un tel projet, estimant qu’une « opération italienne en Tunisie entraînerait nécessairement le passage à de Gaulle de la totalité de l’Afrique du Nord française ».

41Après Bir Hakeim, les CSW et le journal de guerre de l’OKW ne font plus que rarement référence explicite aux FFL. On peut donner à cela plusieurs explications. Le débarquement allié en Afrique du Nord, qui s’accompagne du ralliement à la France libre de la totalité de l’Afrique française, change la situation stratégique et géopolitique de façon irréversible. Il n’y a plus, pour le Reich, aucun espoir de reconquérir des territoires français avec l’aide de Vichy, maintenant dépourvu de moyens militaires. L’adversaire Charles de Gaulle n’est plus cette « cible » quelque peu isolée, créant des soucis spécifiques au commandement allemand (Résistance intérieure exceptée). Il n’est plus pour le Reich qu’un adversaire, membre de l’alliance occidentale. Les unités françaises abandonnent peu à peu leur matériel national et hétéroclite (en partie butin de guerre) pour être dotées de matériels américains. Elles sont donc moins facilement identifiables. Les unités françaises de toute provenance sont progressivement intégrées organiquement et opérationnellement au dispositif allié. À noter aussi que les écrits d’état-major consultés ne donnent pas souvent l’identité des armées ou divisions britanniques et américaines qu’affronte la Wehrmacht. Les unités françaises ne font donc pas exception.

42Le CSW du 14 février 1943 détaille l’ensemble du dispositif allié et précise qu’au sud du Chott el-Djerid et dans la région de Gabès se trouvent des unités de reconnaissance et de sabotage comprenant des éléments du Long Range Desert Group, ainsi que des « unités du désert françaises libres ». La participation d’importantes unités françaises à la campagne d’Italie n’apparaît pas. Ainsi, au cours des combats du Garigliano, les troupes françaises sous les ordres du général Juin sont simplement désignées comme forces ennemies, sans autre précision.

43Lors des combats pour la libération de la Corse, les CSW classent les « partisans de De Gaulle »en deux catégories : d’un côté, les « troupes gaullistes », c’est-à-dire les troupes régulières, de l’autre, les « bandes gaullistes », c’est-à-dire les formations de maquisards. Ainsi, le CSW du 9 septembre 1943 rapporte que les « bandes gaullistes » à l’intérieur de la Corse ont été défaites par les troupes allemandes avec le concours d’un bataillon italien. Le 11 septembre, le CSW nous apprend que Bastia est occupé par des « bandes gaullistes » en même temps que par des Italiens et qu’un bataillon allemand est  encerclé au sud de Bastia. Le CSW du 26 septembre indique que les unités allemandes ont rejeté une attaque par un « bataillon gaulliste »appuyé par l’artillerie, ainsi que par des unités italiennes. Tous ces comptes rendus traduisent la grande confusion qui règne dans l’île, notamment en raison de la présence de troupes italiennes aux comportements divers.

Libération de l’hexagone et campagne d’Allemagne

44Les unités françaises, toutes intégrées dans le dispositif général allié, ne sont que très rarement distinguées des autres unités alliées participant à la libération de la France. On a déjà indiqué les diverses raisons de cette situation. Le fait que, malgré leur intégration dans le dispositif allié, les forces françaises aient toujours gardé pleinement leur caractère national, n’a probablement pas été convenablement apprécié par l’OKW. Mais l’aurait-il été que cela n’aurait vraisemblablement pas changé la façon dont les états-majors allemands suivaient la situation. La nationalité des troupes adverses occidentales est généralement un détail.

45En revanche, les actions de la Résistance armée intérieure (sabotages, harcèlements, embuscades ou opérations d’envergure) sont évidemment bien identifiées. Elles sont suivies avec attention par les états-majors allemands et apparaissent abondamment dans leurs écrits.

Participation de la Résistance à la libération du territoire

46À partir de mars 1944, les CSW font état d’actions de plus en plus fréquentes de la Résistance intérieure. Corrélativement, la lutte contre les résistants s’organise et se développe. Elle est placée sous la haute responsabilité du commandant militaire supérieur en France. La 157e division de réserve est principalement affectée à la lutte contre la Résistance, mais d’autres unités sont amenées à y participer suivant les circonstances et les lieux.

47On donne ci-après une « sélection » d’extraits relatifs à la Résistance tirés des CSW afin d’illustrer la variété des actions, des conditions et des lieux. Ces extraits nous permettent aussi de connaître la façon dont les officiers parlent de la Résistance. Le CSW du 28 mars rapporte qu’une opération contre les « terroristes » s’est déroulée avec succès en Dordogne. Sous la conduite du commandant de la 157e division de réserve, les unités de la Wehrmacht, assistées par la police française et la milice luttent contre les « terroristes » en Haute-Savoie. Le 31 mars, on annonce que 35 « terroristes » ont été fusillés dans ce département et qu’on a mis la main sur un important butin. Le 1er avril, le CSW rapporte qu’au cours d’une opération en Dordogne, 12 « terroristes » ont été fusillés, 277 personnes ont été faites prisonnières et 23 camps détruits. Le 9 avril, on annonce pour la première fois des pertes allemandes au cours d’un combat dans le Jura : 5 tués, 13 blessés. Le CSW du 14 mai mentionne une opération de la 2e division SS de Panzer dans la région de Figeac. Les pertes des « bandes » sont de 41 tués et de 1 266 prisonniers.

48À partir de juin 1944, pratiquement tous les comptes rendus journaliers font état d’opérations contre la Résistance. Ils constatent une augmentation considérable des actes de sabotage (moyens de communication, liaisons téléphoniques, installations ferroviaires en France et en Belgique, voies navigables, etc.). Un rapport du 12 juin estime que les centres de gravité de l’activité des « bandes » restent le Massif Central et la Dordogne. Provisoirement, il s’agit de « groupes de bandes » non encore constituées solidement et dont il faut empêcher le rassemblement par des opérations permanentes. Les 19 et 20 juin, le commandement s’inquiète de l’activité en Bretagne de « petites bandes mobiles » apparemment ravitaillées par les airs. Dans la région de Malestroit, « l’ennemi » a eu 50 morts.

49Au cours de la première quinzaine de juillet, les opérations de la Résistance signalées ne se relâchent pas. On remarque, en particulier, le renforcement des « groupes terroristes » dans les départements de l’Ardèche, de la Drôme et de l’Isère. Un CSW rapporte que dans la zone des Alpes, des convois allemands sont de plus en plus menacés et qu’ils subissent des pertes. Le CSW du 22 juillet rapporte le début des opérations d’envergure contre la Résistance dans le Vercors et détaille l’important dispositif allemand mis en place. Il comprend, en particulier, une escadrille aérienne pour mise en œuvre de planeurs. Les pertes « ennemies » sont de 200 tués. Les pertes allemandes sont de 29 tués et 20 blessés. Le CSW du 10 août constate la fin des opérations dans le Vercors et dresse le bilan de l’ensemble des opérations. Les pertes allemandes sont de 65 morts, 133 blessés, 165 disparus. Les pertes « ennemies » sont de 1 031 morts et 288 prisonniers. Le CSW du 13 août rapporte qu’à proximité de la zone de combat (Normandie), on a remarqué que le rassemblement croissant de « terroristes » et de « groupes de résistance » (Widerstandsgruppen). Le rédacteur fait ici une distinction de vocabulaire dont on ne connaît pas la raison.

50Les extraits donnés ci-dessus des CSW sont suffisants pour montrer que, selon les autorités de la Wehrmacht, la Résistance a apporté une contribution importante à la libération du territoire. Elle a immobilisé en permanence ou provisoirement des unités allemandes non disponibles pour le combat sur le front principal. Son action de sabotage a ralenti les déplacements et approvisionnements. La retraite des unités allemandes stationnées dans le sud du pays a été coûteuse en hommes et en matériels, en raison d’un harcèlement important par la Résistance. Le général Speidel, après la guerre, minimisera l’action de la Résistance en liaison avec « l’invasion ». D’autres officiers généraux allemands sont d’un avis différent. Nous y reviendrons.

Participation des forces armées françaises et des FFI à la libération du territoire après la bataille en Normandie

51La participation de la 2e DB aux combats en Normandie n’apparaît pas explicitement dans les écrits d’état-major allemands examinés. À l’occasion du débarquement allié sur les côtes de Provence, le CSW du 17 août 1944 rapporte : « Près du cap Nègre et de St. Tropez, il y a probablement des Français, près de St. Raphaël, ce sont des Américains qui ont débarqué. » Le 18 août, le CSW signale de légers combats de rues, avec tentative de construction de barricades dans les faubourgs de Paris et affirme que de fortes attaques ennemies dans la région de Rambouillet ont été contrées. Le 19 août, on apprend la grève de la police parisienne et des cheminots, ainsi que des attaques  « terroristes »dirigées contre des centres administratifs et des services militaires allemands de la capitale. Les CSW suivants décrivent la détérioration progressive de la situation de la Wehrmacht dans Paris et ses faubourgs.

52Dans le CSW du 23 août, on s’interroge sur l’identité de l’ennemi qui barre la route au nord de Montélimar. On indique qu’il n’est pas possible de savoir s’il s’agit de « terroristes » ou de « troupes régulières ». Les « terroristes » se sont emparés de Tulle et de Brive. Le 24 août, le CSW rapporte que les blindés ennemis ont franchi la Seine à partir de Versailles et de Sèvres et que toutes les positions allemandes sur les grandes routes et les rues ont été percées. Venant du sud, « l’ennemi » est parvenu jusqu’au cœur de Paris. Mais le CSW ne précise pas que les blindés sont ceux de la 2e DB.

53La percée de Dompaire est bien constatée dans le CSW du 14 septembre, qui reconnaît que la tentative de la Panzer Brigade 112 et d’éléments de la 21e Panzer Division pour contrer cette percée a échoué. Mais rien n’indique que cette brillante action est à porter au crédit du général Leclerc. Il en sera de même de la charge de la 2e DB pour libérer Strasbourg. Il faut attendre le CSW du 3 mars 1945 pour retrouver la mention explicite d’une grande unité française. On y confirme un important déploiement de la 1re armée française le long du Rhin supérieur.

Du Rhin au Danube

54Le succès des troupes françaises sur le sol allemand est révélé dans un communiqué où l’on ne s’attend pas à trouver une telle information. En effet, le communiqué officiel de l’OKW du 23 avril 1945 comporte la phrase suivante : « Des forces blindées de la 7e armée américaine et des “formations gaullistes” ont, au cours de combats acharnés, percé notre front sur plusieurs secteurs et ont atteint le Danube entre Dillingen et Donaueschingen en quelques endroits. » Or les communiqués officiels de l’OKW, diffusés chaque jour à l’intention du public allemand, sont des outils de propagande destinés à soutenir le moral de la population et non à donner de « mauvaises nouvelles ». Comme nous l’avons constaté, les CSW, pourtant très confidentiels et réservés aux seuls états-majors, ne mentionnent que rarement la participation des forces françaises aux combats après 1942. Nous avons donné à cela les explications qui paraissent les plus naturelles. Le communiqué officiel cité semble confirmer notre opinion selon laquelle il n’y a pas la volonté d’occulter l’action des forces françaises.

55Le CSW du 24 avril 1945 rapporte que « la 1re armée française a réussi à atteindre le lac de Constance, en conjugaison avec les forces moins importantes disposées  du sud de la Forêt-Noire jusqu’à la frontière suisse. L’ensemble s’apprête à pousser vers l’Est à partir de la ligne Ulm-Friedrichshafen. Les troupes allemandes ont subi d’importantes pertes en personnel et en matériel, de nombreux états-majors de forces sont tombés entre les mains de l’ennemi ». Ainsi, les succès français au cours de l’assaut final sur le territoire allemand apparaissent clairement dans les écrits de la Wehrmacht.

Le vocabulaire des officiers allemands à propos de la France libre

56Lorsqu’on cherche à savoir comment l’adversaire est perçu, le vocabulaire utilisé pour le désigner est révélateur. Pour cette raison, l’exposé qui précède fait un abondant usage de guillemets. Ainsi, on a mis en relief la façon dont les écrits de la Wehrmacht désignent la France libre, les FFL et les résistants. On s’aperçoit que le vocabulaire varie selon qu’il s’agit de la traduction en allemand des propos tenus par les représentants de Vichy ou que l’officier rédacteur s’exprime directement et naturellement. Ainsi, parmi les expressions allemandes directes, on relève : « France libre, mouvement gaulliste, partisans de De Gaulle, Forces françaises libres, troupes de la France libre, troupes gaullistes. » Pour être précis et éviter ainsi toute confusion, les officiers allemands parlent de « troupes de Vichy ». Voilà une désignation qui n’aurait pas dû plaire aux collaborateurs de Pétain !

57À l’égard des résistants, les officiers allemands ont une attitude très différente. Les termes de « terroristes » ou de « bandes » viennent, semble-t-il, tout naturellement. On a cependant relevé une fois le terme « Widerstandsgruppen » qui signifie « groupes de résistance ». Par ailleurs, les rapports utilisent parfois le terme « ennemis » pour désigner les résistants, ce qui revient d’une certaine façon à leur accorder le statut de combattants. Alors que les écrits de la délégation française à la Commission d’armistice s’embarrassent parfois d’appellations telles que « l’ex-général de Gaulle », voire même « l’ex-colonel de Gaulle », les Allemands écriront naturellement « le général de Gaulle » ou « de Gaulle ». Les représentants de Vichy utilisent les termes de « dissidents », de « rebelles » ou encore de « troupes françaises irrégulières » (général Dentz). Les officiers allemands n’imitent guère leurs interlocuteurs français.

58En conclusion, la Wehrmacht n’utilise aucun terme péjoratif pour désigner le général de Gaulle et les combattants en uniforme de la France libre. Il s’agit d’adversaires dont on reconnaît la valeur et qu’on respecte. La Résistance, par contre, ne bénéficie pas de la même attitude. Mais, aucune armée régulière n’a jamais montré beaucoup de ménagements à l’égard de ceux qui combattent sans uniforme et menacent leurs arrières. La Wehrmacht ne fait pas exception. Ce qui rend la lutte plus âpre, c’est bien la participation de la milice et de la Gestapo.

Quelques écrits et déclarations de l’après-guerre d’officiers généraux allemands

59Lorsqu’il s’agit d’apprécier la perception de la France libre par les autorités militaires du Reich, les déclarations et écrits de l’après-guerre d’acteurs allemands ne peuvent être pris en compte qu’à titre accessoire. En raison de leur caractère secret ou confidentiel, les écrits d’état-major de l’époque reflètent, en principe sans « ajustement » ou arrière-pensée, l’attitude des auteurs à l’égard du général de Gaulle, des FFL et de la Résistance. Il n’en va pas de même des Mémoires souvent destinés à se justifier ou à régler des comptes.

60Les décisions prises par Charles de Gaulle après son retour au pouvoir et qui ont eu un retentissement mondial ou européen peuvent avoir tout naturellement influencé les mémorialistes lorsqu’ils parlent du chef de la France libre. Nous verrons avec les mémoires de Speidel que ce risque d’influence est bien réel.

Les mémoires de Speidel 20 et la controverse à propos des FFI

  • 20  Speidel (H.), Aus unserer Zeit, Erinnerungen, Wien, 1977.

61Speidel, officier intellectuel et mondain, est un admirateur du maréchal Pétain qu’il a eu l’occasion de rencontrer dans les années 1933-1935, lorsqu’il était adjoint de l’attaché militaire du Reich à Paris. Par ses fonctions de chef d’état-major du commandant militaire supérieur en France (août 1940-mars 1942), il est l’un des acteurs de la coopération militaire avec Vichy. Il essaie, à son niveau, de contribuer pendant la guerre à la réconciliation franco-allemande et à l’esprit de collaboration. Charles de Gaulle est donc d’emblée son ennemi. Il est surprenant que cet officier, féru d’histoire, n’ait pas compris qu’un Français digne ne pouvait être qu’hostile à l’Allemagne tant que la Wehrmacht occupait son pays.

  • 21  Speidel (H), Invasion1944, Frankfurt am Main, 1949.

62À l’époque de la bataille de Normandie, le jeune général Speidel est le chef d’état-major du commandant du groupe d’armées B (en l’occurrence Rommel jusqu’au 17 juillet 1944 puis von Kluge). Selon Speidel, le général de Gaulle (ou son entourage ?) lui aurait reproché que, dans son livre intitulé Invasion 1944, publié en 1952 21, l’action de la Résistance ait été traitée « comme quantité négligeable ». Il maintient son point de vue en écrivant : « En effet, il n’y eut, pendant la bataille de Normandie, aucune difficulté notable liée à des actes de sabotage et à des attentats de la Résistance française. » À l’appui de cette affirmation, il indique que Rommel et lui-même se déplaçaient sans protection. Ses Mémoires précisent bien que Paris est pris par la 2e DB, mais n’évoquent à aucun moment les actions des FFI dans les jours qui ont précédé l’arrivée du général Leclerc dans la capitale. Pourtant les CSW dont nous avons donné des extraits ont rapporté journellement l’action armée des « terroristes » dans Paris et ses faubourgs. Les CSW complètent donc heureusement et « par anticipation » les lacunes évidentes et délibérées des mémoires de Speidel.

  • 22  La reconnaissance définitive de la frontière Oder-Neisse fera l’objet d’une déclaration commune du (...)

63Avant d’appeler d’autres témoignages, il est nécessaire de souligner que la carrière militaire de Speidel dans la Bundeswehr a encore renforcé son hostilité à l’égard de Charles de Gaulle. Il ne pardonnera pas au Général sa contribution à l’échec de la CED et la sortie de la France de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN, au sein de laquelle Speidel exercera les hautes fonctions de commandant en chef des forces terrestres du Centre Europe. L’hostilité au Général, affichée dans ses Mémoires, est devenue viscérale. Emporté par la passion, Speidel se lance dans une polémique, par endroits futile, et dans laquelle les nuances que l’on pourrait attendre d’un intellectuel disparaissent. Au point que cet officier discipliné et prudent tout au long de sa carrière, s’en prend à la mémoire du Chancelier Adenauer, coupable d’avoir souvent cédé au général de Gaulle, notamment en reconnaissant l’intangibilité de la frontière Oder-Neisse 22.

Un témoignage du général Blumentritt à propos de la Résistance

64Le général Blumentritt exerce de septembre 1942 à septembre 1944 les fonctions de chef d’état-major du commandant en chef pour l’Ouest (en l’occurrence le maréchal von Rundstedt, puis le maréchal von Kluge). Le commandant en chef pour l’Ouest a notamment autorité sur le commandant du groupe d’armées B, dont Speidel est le chef d’état-major. Sa zone de responsabilité comprend toute la France, la Belgique et les Pays-Bas. Blumentritt a donc une vue « géographiquement » plus large des événements que Speidel.

  • 23 Liddell Hart (B.-H.), The Oder Side of Hill, 1948-1951, Edition Pan Books Ltd., London, 1978.

65Pendant qu’il est encore prisonnier des alliés, Blumentritt, comme d’autres généraux, est interrogé par l’écrivain militaire Liddell Hart 23 sur les événements de la guerre à l’Ouest. Blumentritt déclare : « En bref, 1943 peut être résumée comme une année d’incertitude et d’insécurité. Les difficultés furent accrues parce que le mouvement de résistance en France était devenu redoutable, nous causant beaucoup de pertes et provoquant des tensions. »Il ajoute que ces mouvements de résistance divers jusqu’en 1942 ne présentaient pas de menaces sérieuses, mais qu’il n’en fut plus de même à partir de 1943. À propos du débarquement en Normandie, Blumentritt déclare : « L’éminence du débarquement pouvait être reconnue par de nombreux signes. Le désordre croissant dans l’intérieur devint une menace sérieuse qui entraîna des pertes notables par des embuscades et des raids. Il y eut de nombreux déraillements de trains qui apportaient du ravitaillement et des renforts au front. » Compte tenu du fait que Blumentritt parle ensuite explicitement des bombardements aériens, il faut comprendre que les deux phrases citées se rapportent exclusivement à l’action de la Résistance.

Les souvenirs de l’amiral Ruge

  • 24 Ruge (F.), Rommel und die Invasion, Erinnerungen, K.-H. Koehler Verlag, Stuttgart, 1959.

66L’amiral Ruge, homme sincère et fidèle, est le représentant de la Kriegsmarine auprès de Rommel, commandant du groupe d’armées B. Il en est souvent le confident. Dans son livre Rommel und die Invasion 24 établi à partir de son journal de l’époque, Ruge rapporte que le trafic de ravitaillement militaire sur les canaux reliant Paris à la France du nord fut notamment perturbé par des sabotages, mais que par contre, la navigation sur la Seine se poursuivait sans trop de difficultés.

67Le 15 juillet 1944, Ruge accompagne Rommel au cours d’une visite à différents états-majors de division en Normandie. Arrivé près de Pont-Audemer, Rommel sachant qu’il y avait à proximité une zone où des maquisards avaient détruit plusieurs véhicules, décide de faire un détour pour rejoindre Dozulé. Si, comme le rapporte Speidel, Rommel roulait sans protection, nous apprenons ainsi, par une anecdote, que le « renard du désert » prenait néanmoins quelques précautions pour éviter les FFI. Certes, au cours de tels déplacements, le principal danger était bien l’attaque aérienne par chasseurs-bombardiers à basse altitude. C’est d’ailleurs au cours d’une telle attaque que Rommel sera sérieusement blessé et restera indisponible jusqu’à son suicide ordonné par Hitler.

Les souvenirs du général Westphal

  • 25  Westphal (S.), Erinnerungen, Mainz, 1975.

68Le général Westphal est entré dans la Reichswehr en 1920. Dans ses Mémoires 25, il restitue avec franchise les mentalités et pratiques des officiers de tradition de la Reichswehr et de la Wehrmacht. L’esprit critique ne lui fait pas défaut. En Afrique, il est chef d’état-major de Rommel jusqu’au 1er juin 1942, jour où il est grièvement blessé. Évacué vers l’Allemagne, il n’est pas présent à la bataille de Bir Hakeim. Dans son livre, il écrit toutefois, que selon les renseignements parvenus à l’OKW, le général Kœnig aurait eu sous ses ordres un bataillon juif et que la Panzer Armee Afrika avait reçu un message de Hitler ordonnant que les Juifs faits prisonniers devaient être éliminés (dans un simulacre de combat). Il poursuit en indiquant que cet ordre fut brûlé, car la Panzer Armee ne voulait pas de « ces méthodes ». Il ne peut s’agir que d’un message distinct de l’ordre du 9 juin 1942 déjà cité, lequel concernait les prisonniers réfugiés politiques allemands (sans aucune référence à la judaïté). Nous n’avons pas pu recouper les indications du général Westphal avec d’autres sources allemandes. Mais comme les troupes de Kœnig ne comportaient pas de bataillon juif, on peut se demander s’il n’y a pas eu confusion dans l’esprit de Westphal.

Les mémoires du général Ulrich de Maizière26

  • 26 Maizière (Ulrich de), In der Pflicht – Lebensbericht eines deutschen Soldaten, Hamburg, 1997.

69Jeune officier pendant la guerre, Ulrich de Maizière sert notamment sur le front de l’Est et n’a donc pas l’occasion d’affronter les FFL. Il poursuit sa carrière militaire dans la Bundeswehr , dans laquelle il exerce la fonction la plus haute, celle de Generalinspektor. Son attitude à l’égard de Charles de Gaulle n’est indiquée ici que par contraste avec celle de Speidel. Il s’agit de constater que l’on peut avoir été un haut responsable de la Bundeswehr, impliqué dans le projet de la CED et dans les relations avec l’OTAN, sans pour autant être hostile à de Gaulle. Ulrich de Maizière applique, comme il se doit, la politique militaire définie par le Chancelier. S’il approuve l’appartenance de la République fédérale à l’organisation militaire intégrée de l’OTAN, il ne passe pas sous silence les inconvénients que cela comporte pour la Bundeswehr elle-même. Officier pragmatique et de bonne volonté, il s’efforce, par ses rapports directs avec les responsables militaires français et américains, de faire en sorte que l’absence de la France dans l’organisation intégrée n’ait de répercussions fâcheuses sur l’essentiel : l’aptitude pour la France de se battre efficacement à côté de ses alliés de l’OTAN si nécessaire.

70Lorsqu’il commande la Führungs Akademie (École supérieure de guerre interarmes), il y reçoit le général de Gaulle, auquel de Maizière s’adresse dans la langue de ses ancêtres huguenots. L’allocution du commandant de la Führungs Akademie vient indirectement remercier le Général de s’être adressé au peuple allemand dans la langue de Gœthe. Le respect que porte de Maizière à Charles de Gaulle transparaît dans son style sobre. Le 12 novembre 1970, il participe au service religieux à Notre-Dame à la mémoire du Général. Il écrit que cette cérémonie lui avait rappelé l’enterrement du Chancelier Adenauer, associant ainsi dans son esprit les deux principaux artisans de la réconciliation franco-allemande.

Conclusion

71Les écrits des états-majors de la Wehrmacht, ainsi que ceux des diplomates du Reich, au cours de la Deuxième Guerre mondiale, montrent que l’action du général de Gaulle et de la France libre sont, jusque vers la fin de 1942, des facteurs déterminants dans les relations du Reich avec le gouvernement de Vichy, ainsi qu’avec l’Italie et l’Espagne. Les soucis créés par les premiers ralliements de territoires africains à la France libre, la crainte de voir ces ralliements s’étendre et la peur que l’opinion publique en métropole bascule du côté du général de Gaulle apparaissent dans de nombreux écrits et sont un handicap pour la diplomatie allemande.

72La reconquête par Vichy – avec ou sans l’assistance militaire allemande – des territoires ralliés à de Gaulle est un des objectifs de la stratégie du Reich comme le montrent, en particulier, deux directives de guerre de Hitler. Les états-majors allemands suivent avec attention les premiers engagements des FFL contre les Italiens, ainsi que les combats en Syrie. Le haut fait d’armes de Bir Hakeim force le respect des officiers allemands. Il faut désormais compter avec les forces françaises renaissantes. À cette occasion, la Wehrmacht reconnaît définitivement aux FFL leur caractère de troupes régulières.

73Après le débarquement allié en Afrique du Nord, les Forces françaises combattantes, progressivement intégrées dans le dispositif allié, ne sont plus que rarement citées en tant que telles dans les rapports examinés. Cette imprécision s’explique naturellement sans qu’il soit nécessaire d’y voir une intention d’occulter l’action des forces françaises. Le succès français dans l’assaut final sur le sol allemand est d’ailleurs reconnu dans un communiqué officiel de l’OKW.

74À partir de 1943, la Résistance armée intérieure devient un véritable souci pour la Wehrmacht. Les actions croissantes et variées de la Résistance dans les deux mois qui précèdent les deux débarquements en métropole sont suivies avec inquiétude et les opérations montées pour combattre « les terroristes »absorbent un effectif de plus en plus nombreux. À partir du débarquement en Normandie, la Résistance provoque une certaine désorganisation de l’arrière du front et des pertes allemandes notables. Dans ses écrits de l’après-guerre, Speidel a minimisé l’action de la Résistance. Il est contredit à la fois par les comptes rendus allemands de l’époque et les déclarations de l’après-guerre d’autres officiers généraux de la Wehrmacht.

75Ces écrits provenant de « l’autre côté de la colline » témoignent en définitive d’une triple reconnaissance : celle d’un adversaire de grand format, tenace et respecté en la personne de Charles de Gaulle, celle de FFL courageuses et de haute valeur militaire, celle enfin d’une Résistance redoutée et démoralisante qui a bien contribué à la défaite allemande.

Haut de page

Document annexe

  • Annexe (application/msword – 22k)
Haut de page

Notes

1 Warlimont (W.), Im Hauptquartier der Wehrmacht, (1939-1945), Bernard um Graefe Verlag für Wehrwesen, Frankfurt am Main, 1962.

2  La conduite des opérations sur le front russe relève de l’OKH. La conduite des opérations partout ailleurs est l’affaire de l’OKW.

3  On a pu affirmer qu’il était interdit aux officiers de l’OKW et de l’OKH d’entrer en rapport avec des personnalités des Affaires étrangères. Si cette interdiction existait, on constate qu’elle n’était pas respectée comme le prouve le journal de Halder.

4 Halder (generaloberst), Kriegstagebuch, édité par H.-A. Jacobsen, W. Kohlhammer Verlag, Stuttgart, 1962.

5 Kriegstagebuch des OKW (1940-1945), édité par H. Greiner et P. Schramm, Bernard um Graefe Verlag für Wehrwesen, Frankfurt am Main, 1961-1965, 7 volumes.

6 Die geheimen Tagesberichte der deutschen Wehrmachtführung im zweiten Weltkrieg (1940-45), Biblio Verlag, Osnabrück, 1995, 12 volumes. Ces comptes rendus journaliers sont désignés par l’acronyme CSW (Comptes rendus secrets du commandement de la Wehrmacht).

7  Présidée par un officier allemand, la Commission d’armistice (allemande) comporte une délégation française, conduite par un officier général français. On ne s’intéresse ici qu’aux écrits allemands. Le terme Commission d’armistice désigne la composante allemande de cette commission. Une grande partie des écrits de la délégation française auprès de la Commission d’armistice a été publiée en 5 tomes (Alfred Costes éditeurs, Paris, 1948-1955). Il existe aussi une Commission d’armistice italienne auprès de laquelle la France a également une délégation.

8  Les revendications territoriales italiennes portent sur la Corse, la Savoie et la Tunisie.

9 Hillgruber (Andreas), Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler – vertraulicheAufzeichungen über Unterredungen mit Vertreter des Auslandes, 1939-1941.

10  Les revendications territoriales de l’Espagne portent notamment sur la totalité du Maroc et la région d’Oran.

11 Hitlers Weisungen für die Kriegführung (1939-1945) par W. Hubatsch, Bernard um Graefe Verlag für Wehrwesen, Frankfurt am Main.

12  Gaulle (Charles de), Mémoires de guerre. L’Appel, Plon, p. 313-317.

13  L’opération Attila, objet de la directive no 19, a pour but d’occuper toute la France métropolitaine et de s’emparer de la flotte qui y est stationnée. Elle est prévue « dans le cas où les parties de l’Empire colonial français actuellement contrôlées par Weygand manifesteraient des signes de dissidence (Abfall) ». Hitler sait que Weygand est hostile à de Gaulle ; s’il imagine une dissidence à l’initiative de Weygand ce n’est probablement pas un ralliement à la France libre. À noter que l’opération Attila sera exécutée près de deux ans plus tard, en réplique au débarquement allié en Afrique du Nord.

14  Les fonctions de commandant militaire supérieur en France sont exercées par le général O. von Stülpnagel d’août 1940 à février 1942, époque où il démissionne en raison de son désaccord avec la politique des otages imposée par Berlin. Cet officier général est remplacé par son cousin K.-H. von Stülpnagel qui exerce ces fonctions de février 1942 à juillet 1944. K.-H. von Stülpnagel est compromis dans la tentative de coup d’État associé à l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après une tentative de suicide, il sera jugé et exécuté par les nazis. Speidel, chef d’état-major du commandant militaire supérieur en France d’août 1940 à mars 1942, sera remplacé par le colonel Kossmann.

15  La Panzer Armee Afrika, héritière élargie de l’Afrika Korps, comporte également des divisions italiennes. Elle est commandée par Rommel.

16  Ce dispositif orienté nord-sud est appelé « Gazala line » par les Britanniques. Il comporte un certain nombre de points fortifiés isolés (les « boxes »ou « boîtes »). Bir Hakeim est la « boîte »située à l’extrémité sud du dispositif, c’est-à-dire en plein désert.

17  L’identification de la nationalité des prisonniers a été probablement demandée par l’OKW. La question posée est en rapport direct avec celle du sort des prisonniers, abordée dans le paragraphe suivant. On ne trouve aucune trace dans les CSW des jours suivants des relevés de nationalité annoncés.

18  Extrait de M. Philip Remy, Mythos Rommel, List Verlag, München, 2002.

19  Gaulle (Charles de), Mémoires de guerre. L’Appel, Plon, p. 258-259.

20  Speidel (H.), Aus unserer Zeit, Erinnerungen, Wien, 1977.

21  Speidel (H), Invasion1944, Frankfurt am Main, 1949.

22  La reconnaissance définitive de la frontière Oder-Neisse fera l’objet d’une déclaration commune du Bundestag (RFA) et de la Volkskammer (DDR) le 21 juin 1990, soit 27 ans après le départ d’Adenauer ! Mais cette délicate question, Adenauer a suivi les recommandations fermes du Général formulées lors de leur première rencontre.

23 Liddell Hart (B.-H.), The Oder Side of Hill, 1948-1951, Edition Pan Books Ltd., London, 1978.

24 Ruge (F.), Rommel und die Invasion, Erinnerungen, K.-H. Koehler Verlag, Stuttgart, 1959.

25  Westphal (S.), Erinnerungen, Mainz, 1975.

26 Maizière (Ulrich de), In der Pflicht – Lebensbericht eines deutschen Soldaten, Hamburg, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Nicolas Pasquay, « De Gaulle, les FFL et la Résistance vus par les responsables de la Wehrmacht », Revue historique des armées, 256 | 2009, 43-65.

Référence électronique

Jean-Nicolas Pasquay, « De Gaulle, les FFL et la Résistance vus par les responsables de la Wehrmacht », Revue historique des armées [En ligne], 256 | 2009, mis en ligne le 14 septembre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/6809

Haut de page

Auteur

Jean-Nicolas Pasquay

Polytechnicien, il entre en 1956 dans le corps militaire des ingénieurs hydrographes de la marine. Embarqué à bord de divers navires hydrographiques opérant en Atlantique, Méditerranée et Océan Indien, il exerce notamment des fonctions de directeur de missions hydrographiques. Au cours d’affectations à terre, il est responsable de cartographie militaire. Il exerce ensuite successivement les fonctions de directeur de l’établissement principal du Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) et de directeur du SHOM (1990-1994). Ingénieur général, il est aussi ancien auditeur de l’IHEDN.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals