Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Frédéric Guelton et Andrzej Nieuwazny

Texte intégral

1L’étude des relations – ici essentiellement militaires – qu’entretinrent au fil des siècles Français et Polonais demeure, aujourd’hui encore, et pour de nombreuses raisons, paradoxale et passionnante à la fois.

2La première de ces raisons, celle qui emporte tout, est d’ordre psychologique. Frédéric Dessberg en fait la clé de voûte de son article consacré à l’historiographie de la Pologne vue de France, lorsqu’il écrit que « cette histoire (…) ne peut être seulement une histoire politique et doit intégrer au moins une dimension culturelle ». La juste appréciation de cette dimension « culturelle » ou « psychologique » représente un véritable défi tant il est vraique, de l’élection d’Henri, duc d’Anjou, au trône de Pologne en 1573 à la déclaration du président Jacques Chirac évoquant en 2003, ces nations, dont la Pologne, qui « avaient perdu une bonne occasion de se taire », les relations franco-polonaises sont marquées du sceau de l’émotion exceptionnelle, voire de la passion.

3Citons quelques exemples. En 1796, des prisonniers de guerre polonais menés par le général Dabrowski rejoignent les armées du Directoire au nom de la liberté des peuples. Ils servent la cause de la liberté jusqu’à ce que, en 1802, Bonaparte les envoie à Saint-Domingue pour y réprimer la révolte provoquée par le rétablissement de l’esclavage. Un peu plus d’un demi-siècle plus tard, Napoléon III, toujours au nom de la liberté, est prêt à entrer en guerre contre la Russie lors de la répression sanglante de l’insurrection polonaise de janvier 1863. Londres l’en dissuade. La France, diplomatiquement isolée, accueille sur son sol plusieurs milliers de réfugiés polonais auxquels, seule en Europe, elle accorde quelques subsides. C’est le temps du développement de l’École polonaise des Batignolles, crééeà Paris en 1843. Puis vient le temps du rapprochement français avec la Russie autocratique. Il durera jusqu’à la Révolution bolchevique. La question polonaise n’a plus voix au chapitre. Ses défenseurs sont censurés. C’est pourtant au cours de cette période de silence que Maria Sklodowska-Curie reçoit à deux reprises le prix Nobel et devient la première femme professeur à la Sorbonne. Après février 1917, la Pologne occupe à nouveau le devant de la scène politique et militaire française. Mais une nouvelle fois l’émotion l’emporte sur la raison et les deux partenaires jouent en conscience un jeu de dupe qui les amènent, pour la première, à la victoire contre l’Allemagne et, pour la seconde, à la renaissance politique. Mais à quel prix. Pendant l’entre-deux-guerres, la convention militaire de 1921 occupe une place centrale dans les relations entre les deux armées. C’est le retour de l’alliance de revers qui devient également barrière. Signée après un tour de passe-passe complice entre Piłsudski et Millerand et contre la volonté de Foch, elle augure mal de l’avenir. Et pourtant, c’est grâce à elle qu’un inconnu, le capitaine Bertrand obtient l’autorisation de livrer en 1932au bureau du chiffre polonais les secrets de la machine Enigma achetés à prix d’or par le SR français au traître allemand Hans Thilo Schmidt. Et c’est encore grâce à elle que, sept années plus tard, les Français reçoivent une copie exacte d’Enigma construite par les Polonais.

4Vient ensuite le drame de septembre 1939, représentatif, à lui seul des petits arrangements et des grandes mesquineries qui l’ont précédé. Après avoir reculé à Munich, la France fait semblant d’avancer en entrant en guerre sans oser la faire. Tous les arguments sont bons pour expliquer que l’armée française ne pouvait pas intervenir davantage qu’elle ne l’avait fait en Sarre. Pourtant Gamelin avait tort. Le manque de courage n’est jamais bonne politique. Il est battu un an plus tard. Et avec lui les quelque 80 000 soldats du général Sikorski qui continuaient à croire en la France…

5Contrairement à ce qui est généralement présenté dans un éditorial, aucun des thèmes évoqués ci-dessus n’apparaît dans les articles qui composent le dossier France-Pologne. C’est à dessein. Ils montrent seulement les nombreux sujets qui restent à approfondir dans les relations militaires entre les deux pays, sans négliger bien évidemment dans la période suivante le combat commun des Polonais et des Français libres depuis Londres, la résistance polonaise en France pendant la Deuxième Guerre mondiale, puis la période de tension qui naît ensuite et dure presque aussi longtemps que la guerre froide. Période exceptionnelle car seule période de l’histoire au cours de laquelle les deux nations ne sont pas dans le même camp. Vient enfin le temps présent, celui de la normalisation et de la reconstruction européenne, c’est-à-dire pour les Français et les Polonais le retour d’une « amitié séculaire » jamais exempte de tension car, en dépit de tout, profondément vraie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guelton et Andrzej Nieuwazny, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 02 août 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7036

Haut de page

Auteurs

Frédéric Guelton

Articles du même auteur

Andrzej Nieuwazny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals