Navigation – Plan du site
Lectures

Antoine Boulant, Gildas Lepetit, La gendarmerie sous le Consulat et l’Empire

SPE-Barthélémy, 2009, 160 pages
Édouard Ebel

Texte intégral

1L’ouvrage du lieutenant-colonel Boulant et du lieutenant Lepetit constitue la première monographie consacrée à la gendarmerie sous le Consulat et l’Empire. Cet excellent travail de vulgarisation se fonde sur la lecture attentive et critique d’une importante bibliographie – parfaitement maîtrisée – et sur l’exploitation des sources imprimées ou manuscrites, notamment le fonds du musée de la gendarmerie. Les auteurs utilisent les travaux récents du séminaire de l’université Paris IV : la thèse d’Aurélien Lignereux sur les rébellions ou celle de Gildas Lepetit sur l’intervention de la gendarmerie en Espagne sont intégrées ici avec intelligence. Cette période constitue en effet une charnière pour cette institution, qui se dote, pour la première fois, d’une véritable structure de commandement, dirigée par le maréchal Moncey. La mise en place d’une administration cohérente, dans le contexte d’une vive concurrence avec le ministère de la Police de Joseph Fouché est parfaitement analysée. Les auteurs ne se sont pas contentés d’une description institutionnelle et se démarquent des habituels poncifs historiographiques d’un « âge d’or » de la gendarmerie impériale. Le rôle de la gendarmerie est ici décrypté dans toute sa complexité et toute sa variété. Les relations avec les autres autorités, et notamment la police ou les préfets, font l’objet de développements suggestifs. On appréciera ainsi les pages sur l’exportation du modèle d’une police militaire en Europe : la gendarmerie, présente de Madrid à Moscou et de Hambourg à Rome, essaime son modèle d’organisation. Surtout, les auteurs n’ont pas occulté les pages sombres de l’histoire de la gendarmerie et sa participation à la police politique de l’Empire. Les épisodes de l’arrestation du duc d’Enghien ou de l’enlèvement du pape jettent un voile sur son activité ; après l’épisode napoléonien, la gendarmerie figure sur le banc des accusés et en paiera le prix sous la Restauration. Cette présentation équilibrée d’une institution, entrevue sous des aspects multiples, est enrichie en fin de volume d’une série d’annexes présentant les arrêtés d’organisation de l’arme, d’une chronologie et d’un appareil de cartes. Par ailleurs, un état des sources, une bibliographie et un index, permettant de se repérer dans le texte, viennent utilement compléter cet ensemble. Au total, cet ouvrage, écrit dans un style très fluide et magnifiquement illustré, constitue un très beau tableau de la gendarmerie sous le Consulat et l’Empire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Ebel, « Antoine Boulant, Gildas Lepetit, La gendarmerie sous le Consulat et l’Empire », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7118

Haut de page

Auteur

Édouard Ebel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals