Navigation – Plan du site
Lectures

Annie Crépin, Histoire de la conscription

Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2009, 528 pages
Antoine Boulant

Texte intégral

1En décidant de consacrer un ouvrage à l’histoire de la conscription, c’est le champ – immense – des rapports entre les Français et l’État-nation que l’auteur a choisi d’embrasser. Nul mieux qu’Annie Crépin, éminente spécialiste du fait militaire et ayant déjà publié de nombreux travaux sur la question, ne pouvait relever ce défi. Après avoir analysé les conditions de la recherche d’une « armée nouvelle » avant même l’expérience révolutionnaire – à une époque où la milice représente la première forme de devoir militaire imposée à des non professionnels –, elle montre que le principe de la conscription fut d’abord nettement rejeté par la Constituante au profit de l’engagement volontaire, avant que la guerre n’impose progressivement la nécessité d’organiser des levées d’hommes puis d’instaurer une véritable conscription par le biais de la célèbre loi Jourdan-Debrel. On était encore bien loin de la considérer comme le véritable creuset de la citoyenneté ; pourtant, un nouveau modèle, redéfinissant en profondeur les rapports entre l’État, la nation et les individus, venait de se créer, qui allait rapidement se répandre en Europe. Le système se consolide sous le Premier Empire – la « machine conscriptionnelle » s’accélérant au cours des dernières années – et alors qu’il paraît condamné, la Restauration décide de le pérenniser. Annie Crépin dissèque tous les enjeux autour desquels s’articulent les innombrables débats parlementaires que suscite cette question passionnelle et notamment le débat sur la durée du service. Mais c’est évidemment la notion de citoyenneté qui est au cœur du sujet, d’autant que tous les conscrits ont le droit de vote à partir de 1848. Dans un chapitre essentiel sur « la conscription, les corps, les esprits et les cœurs », l’auteur analyse l’enracinement progressif du phénomène et sa perception extraordinairement contrastée selon les régions. Il faut attendre les débuts de la Troisième République pour que le service personnel obligatoire soit considéré comme acceptable par tous les citoyens en temps de paix, le tirage au sort étant aboli en 1905. Au gré de la construction des casernes, le service militaire devient pleinement un « agent de virilisation, de socialisation et de civilisation ». Après la saignée de la Grande Guerre, qui mobilise huit millions d’hommes et parachève « l’identification du devoir de défense au devoir suprême du citoyen », le dernier traumatisme majeur infligé aux conscrits est la guerre d’Algérie, puisqu’ils forment l’écrasante majorité des effectifs. C’est à partir des années 1960 que le système vacille : le choix de la dissuasion nucléaire, l’arrivée de classes pléthoriques à la suite du baby-boom, le « sacre de l’individu » entraînent une diversification des formes de service, une généralisation des dispenses et la reconnaissance de l’objection de conscience. À la faveur d’un consensus largement partagé sur la nécessité de la professionnalisation, la loi Richard d’octobre 1997 suspend l’appel pour les jeunes gens nés après le 1er décembre 1978, avant que ne soit créé un service civil volontaire sept ans plus tard. C’est sur la dimension européenne de la question que s’achève cette vaste synthèse, qui fera date dans l’historiographie du fait militaire en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Boulant, « Annie Crépin, Histoire de la conscription », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7120

Haut de page

Auteur

Antoine Boulant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals