Navigation – Plan du site
Lectures

Georges Gugliotta, Les mobiles et francs-tireurs des Bouches-du-Rhône

Marseille, 2009, (chez l’auteur)
André Martel

Texte intégral

1Une question rarement traitée, sinon jamais, à laquelle G. Gugliotta, en historien confirmé (il est docteur d’État, mention « très honorable »), vient de consacrer une étude qui a valeur de modèle méthodologique. Elle associe aux gardes nationaux appelés par le pouvoir impérial, en application trop tardive de la Loi Niel (1868), les volontaires des troupes franches levées par le gouvernement de la Défense nationale, les uns et les autres animés d’un même patriotisme. Car les Provençaux, les « Marseillais » surtout, trop souvent facilement brocardés pour le décalage entre leurs discours et leurs actes, ne se sont pas dérobés à leur devoir. Quelques cas douteux, d’ailleurs relevés, n’entament pas le constat. Avec non moins de détermination leurs concitoyens ont financé leur équipement et leur première subsistance. La défense de la patrie a un coût, souvent négligé et nous le connaissons maintenant au franc près pour ce département. Le 43e régiment de gardes mobiles comprend quatre bataillons encadrés par d’anciens officiers dont l’origine sociologique est analysée, cas par cas et arrondissement par arrondissement ; plus aristocratique pour Aix et Arles que pour Marseille. Les trois premiers bataillons sont envoyés en Algérie pour y relever les régiments de ligne. Ils y deviennent des soldats aguerris dont les « colons » et les officiers d’active saluent l’endurance et le courage. Un 4e bataillon rejoint l’armée de la Loire et combat honorablement à Azay. Les francs-tireurs provençaux se battent autour d’Orléans, puis de Belfort avant de passer en Suisse. La légion « égalité », la « guérilla » marseillaise, les francs-tireurs marins, la « guérilla » française d’Orient et autres francs-tireurs de la mort rejoignent Garibaldi. En fin de campagne, les Provençaux rentrent à pied dans l’indifférence générale. Une constante en cas de défaite. Il n’en reste, pour la mémoire, qu’un monument à Marseille et un autre à Salon ainsi qu’une satire « La défense de Tarascon » dans Tartarin de Tarascon. Et pourtant, des correspondants de guerre ont publié de longues chroniques, parfois louangeuses à l’excès, dans les journaux marseillais du temps. Une dimension très neuve de cette étude exhaustive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Martel, « Georges Gugliotta, Les mobiles et francs-tireurs des Bouches-du-Rhône », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7124

Haut de page

Auteur

André Martel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals