Navigation – Plan du site
Lectures

Fabrizio Maccaglia, Marie-Anne Matard-Bonucci, Atlas des mafias : acteurs, trafics et marchés de la criminalité organisée

Autrement, 2009, 80 pages
Alain Marzona

Texte intégral

1Apparu dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dans le contexte régional très précis que constitue la Sicile de cette époque, le terme de mafia a ensuite fait florès, à tel point qu’il s’avère aujourd’hui délicat de le définir précisément. En effet, les auteurs de cet ouvrage ont recensé plusieurs caractéristiques communes à divers groupes criminels qui permettent d’identifier une mafia, à savoir une organisation structurée, le recours régulier à la violence, un ancrage territorial, des liens plus ou moins étroits avec la classe politique et la coexistence d’activités économiques illégales et légales. Ce livre, en mettant l’accent sur les conditions d’émergence des mafias et sur leurs différentes activités, est un panorama des groupes mafieux contemporains à travers le monde. Les mafias italiennes, japonaises et russes font l’objet de développements importants, en raison de leur poids dans la criminalité mondiale organisée mais aussi à cause de leur influence sur la vie politique de leur pays, le cas du Japon apparaissant à cet égard exemplaire. La mondialisation économique s’est accompagnée d’une recrudescence des trafics dans lesquels les mafias jouent un rôle moteur. Ainsi, le trafic de drogue a permis l’émergence des cartels latino-américains, notamment colombiens et mexicains, dont la cocaïne est principalement destinée aux États-Unis et à l’Europe. Aussi, les mafias ont diversifié leurs activités, démontrant qu’elles sont capables d’évoluer et de se transformer. L’immigration clandestine, le trafic d’être humains (prostitution) ou le trafic de déchets constituent actuellement des champs d’action privilégiés de certaines mafias comme la Camorra. Les organisations criminelles peuvent également jouer un rôle économique non négligeable en pénétrant l’économie légale avec la spéculation immobilière, le blanchiment d’argent sale ou par des moyens plus violents comme le racket ou l’extorsion. À travers cet atlas – dont les cartes sont particulièrement soignées et instructives – il apparaît que les mafias ont pu se développer et dans certains cas se constituer en une sorte de contre-pouvoir, lorsque « les structures se construisent ou se reconstruisent, de manière conjoncturelle (…) donnant la possibilité à ces corps intermédiaires non institutionnels de se faire une place dans l’espace social et d’acquérir une légitimité ». La faiblesse des États, comme l’a montré le cas de la Russie postsoviétique, est donc une condition privilégiée du développement des activités illégales. Toutefois, des mouvements de mécontentement s’affirment et tendent à prendre de l’ampleur contre l’influence de ces organisations criminelles. En conclusion, cet ouvrage constitue un panorama éclairant sur les mafias et en particulier sur leurs activités et leurs rôles sur la scène mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marzona, « Fabrizio Maccaglia, Marie-Anne Matard-Bonucci, Atlas des mafias : acteurs, trafics et marchés de la criminalité organisée », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7128

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals