Navigation – Plan du site
Dossier

Plus de soldats et moins de sécurité ?

La stratégie nucléaire de l’OTAN et le déploiement de la Bundeswehr au cours des années 1960
Dieter Krüger
p. 20-34

Résumés

Cet article décrit le dilemme stratégique auquel fut confrontée la République fédérale d’Allemagne (RFA) à l’ère nucléaire. L’idée américaine d’une « guerre limitée » fut soutenue par la mise sur pied de la Bundeswehr. Celle-ci n’était cependant pas totalement prête pour la défense conventionnelle et semi-nucléaire ; mais pour les Américains, la stratégie conventionnelle paraissait néanmoins plausible face à une situation de guerre nucléaire. La Grande-Bretagne et la France s’opposèrent à l’idée d’une identité sécuritaire européenne. Par conséquent, le gouvernement allemand suivit les directives données par Washington. C’est en raison de sa contribution conventionnelle que la République fédérale devint le glacis des puissances nucléaires occidentales. En cas de conflit, ces dernières auraient décidé souverainement du destin des Allemands. De ce fait, la stratégie de la riposte graduée ne correspondait pas à l’intérêt sécuritaire de la RFA.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les coûts afférents à l’administration civile ne sont pas inclus dans les dépenses de sécurité. Ve (...)

1Entre 1958 et 1969, les dépenses de défense de l’État allemand sont passées de 8,5 milliards à 19,5 milliards de deutsche marks. Bien que la part des dépenses au budget global soit globalement restée constante, le nombre des militaires est passé, au cours de la même période, de 174 000 à 462 000. L’augmentation de la sécurité est restée proportionnellement en deçà de l’augmentation des dépenses engagées par la société ouest-allemande au titre de cette même sécurité, et ce pour les raisons suivantes 1 :

  • le changement de stratégie opéré par l’OTAN ;

  • les problèmes de communication de la classe politique vis-à-vis de la population ;

  • les lacunes en matière d’armées conventionnelles de l’OTAN en Europe ;

  • le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires ;

  • l’absence d’une identité européenne de défense ;

  • le changement de stratégie opéré dans le Pacte de Varsovie.

2L’OTAN prévoyait à l’origine un partage des tâches dans le cas d’une attaque perpétrée par l’Union soviétique. Les États-Unis étaient censés mener les opérations aériennes nucléaires stratégiques contre les centres militaires et les centres de l’industrie de l’armement de l’adversaire. Les Européens étaient chargés dans l’intervalle de défendre l’Europe de l’Ouest par le déploiement de leurs forces armées conventionnelles. Cependant, cette stratégie n’aurait, dans un premier temps, pas pu empêcher l’Union soviétique de prendre d’assaut l’Europe de l’Ouest avec des forces armées supérieures. Pour parer à cette situation, l’Alliance atlantique décida en 1952 d’augmenter considérablement ses forces armées conventionnelles. Au préalable, les États-Unis commencèrent à déployer quatre divisions de leur armée de terre en Allemagne de l’Ouest. En compagnie de formations françaises, néerlandaises, belges et surtout de 12 divisions allemandes à mettre sur pied, elles étaient censées stopper l’adversaire au plus tard lorsqu’il aurait atteint le Rhin.

  • 2  NATO Strategy Documents 1949-1969, Gregory Pedlow (Éd.), s.l., 1997 (voir aussi : http://www.nato. (...)
  • 3  Macmillan (Alan), Baylis (John), « Defence Policy and Global Strategy. Report by the Chiefs of Sta (...)

3Le plan, qui prévoyait de déployer en Europe presque 42 divisions d’ici à 1954, puis de mettre 48 autres divisions de réserve à disposition, s’avéra rapidement utopique. Même la solution a minima qui prévoyait de s’opposer aux Soviétiques en cas de combats avec quelque 30 divisions à peu près complètes en Europe de l’Ouest ne put jamaisêtre concrétisée 2. Ce furent d’abord les élites militaires britanniques, puis, à partir de 1953, l’Administration d’Eisenhower qui plaidèrent en faveur d’une nucléarisation globale de l’ensemble de la stratégie de l’Alliance. Le concept de base était de remplacer la quantité par la puissance de feu, c’est-à-dire par des têtes nucléaires 3.

  • 4  NATO Strategy Documents 1949-1969, p. 269-332.

4Entre décembre 1954 et le printemps 1957, le Conseil de l’Atlantique Nord, en tant qu’instance politique suprême de l’Alliance atlantique, adopta la future stratégie. Selon ses termes, la capacité et la sincère détermination de recourir à l’arme nucléaire avant que des pans entiers du territoire de l’Alliance ne soient perdus garantissaient la sécurité des États membres de l’OTAN. Toutefois, les forces armées de l’Alliance devaient venir à bout d’actions locales limitées sans avoir recours aux armes nucléaires. Le Conseil de l’Atlantique Nord excluait une guerre strictement conventionnelle et géographiquement limitée 4. Ceci modifia la répartition des tâches appliquée jusqu’alors dans l’Alliance entre le « bouclier conventionnel » et le « glaive nucléaire ». À commencer par les quatre divisions américaines, les troupes au sol et plus particulièrement les forces aériennes tactiques de l’Alliance atlantique en Europe furent, elles aussi, dotées d’armes nucléaires tactiques ou de leurs vecteurs. Ce bouclier de forces aurait été engagé dans une guerre nucléaire dès que le niveau d’une action locale limitée aurait été dépassé. Ces forces étaient censées contraindre l’adversaire à entreprendre des concentrations d’attaques que l’on neutraliserait ensuite par le feu nucléaire. Selon le Conseil de l’Atlantique Nord, c’était la seule façon pour pouvoir continuer de financer l’armement.

5L’« Atomic Strike Plan» élaboré par le SACEUR (commandant suprême allié en Europe), en 1955, définit pour la première fois dans sa globalité la coopération du SACEUR avec les chefs militaires qui lui étaient subordonnés dans les tâches de planification des objectifs et de mise en œuvre de représailles nucléaires en cas d’attaque. Le SACEUR avait créé, à partir des unités aptes à la guerre nucléaire, notamment des forces aériennes tactiques, des unités qui lui étaient directement subordonnées, lesdites Strike Forces. Celles-ci devaient automatiquement appliquer un programme d’objectifs préalablement planifiés et d’importance stratégique pour toute l’Europe dès qu’une opération nucléaire aurait reçu le feu vert. De nombreuses cibles devaient toutefois être approchées par les forces aériennes stratégiques des Américains et des Britanniques. Or, le Strategic Air Command américain était placé sous commandement national. Par ailleurs, les commandants en chef régionaux de l’OTAN disposaient de leurs propres catalogues d’objectifs pour les secteurs relevant de leur responsabilité.

  • 5  Les Atomic Strike Plans de 1955 et 1959sont toujours classifiés. Voir cependant SHAPE-History July (...)

6Le plan prévoyait que l’Alliance devait, dans un premier temps, mettre en œuvre dans la zone arrière de l’adversaire, entre l’Elbe et l’Oder, puis aussi dans la zone de combats retardateurs, entre l’Elbe et le Rhin, des armes nucléaires d’une puissance allant de 2 à 750 kt (à titre de comparaison, celle d’Hiroshima était de 13 kt). Et ceci, dans certains cas, à plusieurs reprises contre le même objectif ! La priorité fut donnée, dans un premier temps, au bouclage du champ de bataille. Ceci avait pour objectif de gêner l’acheminement du deuxième échelon stratégique de l’Union soviétique. Ce dernier était censé nourrir l’offensive en direction de l’Atlantique. Avec l’ « Atomic Strike Plan »développé par le SACEUR en 1959, on assista à un transfert des priorités de la planification d’objectifs. Les forces nucléaires de l’adversaire, y compris leurs autorités de commandement, avaient désormais la plus haute priorité. Dans la réalité des faits, l’Union soviétique avait entre-temps nettement rattrapé son infériorité nucléaire. Des objectifs de première priorité se trouvaient désormais sur le territoire soviétique. Mais les programmes régionaux prévoyaient, comme par le passé, des objectifs en RDA et en République fédérale 5.

  • 6  Bundesarchiv Militärarchiv [= Archives Fédérales, département militaire situées à Fribourg (RFA)], (...)
  • 7  Heuser, NATO, p. 40.

7La 33e escadre allemande de chasseurs-bombardiers basée à Büchel en Rhénanie-Palatinat s’était vu assigner, en 1963, des objectifs situés en RDA et dans la zone frontalière de la République fédérale, qui devaient être attaqués par des charges pouvant atteindre 28 kt. Cette unité fit expressément confirmer cette mission par le ministère fédéral de la Défense. L’approbation de ce dernier s’inscrivait dans la logique de la dissuasion nucléaire 6 ; car l’Alliance avait décidé, à l’ère de l’atome, d’une stratégie graduée et flexible (« strategy of differentiated, flexible responses » 7). Le moindre incident frontalier ou la moindre action locale n’aurait en aucun cas pu déclencher une guerre atomique, comme on l’a souvent prétendu ultérieurement. Toutefois, l’adversaire devait s’attendre à une frappe nucléaire rapide, globale et irréversible dès que de grandes unités s’apprêteraient à se livrer à des combats. L’abandon d’une composante conventionnelle massive évitait les batailles matérielles interminables des époques révolues, même si c’était au prix d’un suicide collectif en cas de conflit. Car les premières manœuvres de l’OTAN avaient révélé ceci : la population aurait subi des pertes catastrophiques sous les effets des armes, y compris l’irradiation radioactive. Les infrastructures, les sites de production et l’administration nationale auraient largement été anéantis.

8Il n’était pourtant pas dans l’intérêt objectif de la République fédérale d’Allemagne et des autres États exposés de s’enliser dans une guerre conventionnelle sans pouvoir prévenir la perte de grands pans de leur territoire national. Dans le meilleur des cas, on aurait été finalement « libéré » par le biais des armes atomiques. L’Alliance atlantique n’aurait reconquis à peine plus qu’un désert nucléaire, désert qu’une guerre totale aurait aussi laissé derrière elle si elle avait été menée dès le début.

  • 8  Documents Diplomatiques Français [dénommés ci-après DDF] 1960, t. 2, p. 480, entretiens franco-all (...)
  • 9   Maier (Klaus A.), « Die politische Kontrolle über die amerikanischen Nuklearwaffen. Ein Bündnispr (...)
  • 10  Greiner (Christian) « Die Eingliederung der Bundesrepublik Deutschland in die WEU und die NATO 195 (...)

9La dissuasion ne fonctionnait que si le SACEUR pouvait valider en cas d’urgence et sans délai le recours aux armes atomiques – certes avec l’aval du président américain, mais aussi sans longues consultations avec les États membres. En 1960, le chancelier Adenauer résuma cet état de fait vis-à-vis du président de Gaulle en ces termes : « Le général Norstad doit avoir le droit de décider, sans qu’il soit question de majorité. » 8 Ceci ne laissait pas seulement entrevoir une approche préventive. C’était bien davantage la souveraineté des membres de l’Alliance qui était en jeu. Ils avaient abandonné la responsabilité du destin de leurs peuples à un général américain faisant office de gestionnaire des intérêts européens. Et ceci valait en particulier pour le pays très exposé qu’était l’Allemagne 9. Le gouvernement de la République fédérale était confronté à la quadrature du cercle. Il devait dans l’intérêt même de l’existence de sa propretait au priévite opéres atomiqà des armes nucléaires. Dans le même temps, il devait tenter d’atteindre un seuil d’emploi des armes nucléaires le plus bas possible en vue de préserver son intégrité territoriale. Le ministre fédéral de la Défense, Franz Josef Strauß, dissimula ce dilemme à sa propreopinion publique en 1957. Il lui présenta les armes atomiques américaines – dont la nouvelle armée de l’air allemandeen particulier aurait fait usage en cas de conflit – comme un ultime recours en cas d’urgence 10. En réalité, l’Alliance n’aurait pu renoncer à l’usage des armes nucléaires que dans le cas exceptionnel d’affrontements locaux avec l’adversaire.

  • 11   BA-MA, BL1/1908, Strauß/Norstad, 20-11-1959.
  • 12   Lemke, Konzeption, p. 241-248, 327-355.
  • 13  Schwarz (Hans Peter), « Adenauer und die Kernwaffen », dans  Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, (...)
  • 14  Hammerich (HelmreR.), « Kommiss kommt von Kompromiss. Das Heer der Bundeswehr zwischen Wehrmacht (...)

10Depuis 1958, l’armée de l’air allemande constituait un des éléments des Strike Forces. C’est pour cette mission que freacquis le chasseur-bombardier F 104 G « Starfighter » – une sorte de fusée avec équipage, dotée d’une haute capacité de pénétration. Le ministre de la Défense Strauß souligna vis-à-vis du SACEUR Norstad que le gouvernement fédéral, en acquérant cet avion, avait renoncé à une tactique ostensiblement défensive en faveur d’une tactique offensive et d’une capacité de strike 11. Plus tard s’y ajoutèrent des fusées Pershing, dont la portée était limitée à la frontière occidentale de l’Union soviétique 12. Depuis 1957, Strauß et le chancelier Adenauer aspiraient à l’armement atomique de la Bundeswehr. D’une part, ils s’alignèrent sur les raisons invoquées par les Britanniques et les Français dont ces derniers avaient depuis longtemps tiré les conséquences : à l’ère atomique, la souveraineté dépend en dernière instance de la détention d’armes nucléaires 13. D’autre part, l’armée de terre de la Bundeswehr en particulier était menacée d’obsolescence avant même d’être mise sur pied. Les généraux allemands rêvaient des divisions blindées avec lesquelles on aurait pu, à l’époque, opérer avec succès en Russie – si on en avait disposé en quantité suffisante. Les alliés, quant à eux, penchaient plutôt pour les divisions d’infanterie. Elles étaient censées retarder l’avancée de l’adversaire jusqu’au Rhin, sans mettre dans la main de l’adversaire d’autrefois des instruments offensifs trop puissants 14. Tous, que ce soient les officiers de l’armée de terrealliés ou allemands, pensaient d’abord surtout en armement conventionnel. Mais, l’image de la guerre sur le théâtre européen s’était profondément modifiée avec la stratégie des « représailles massives ».

  • 15  Voir aussi : Krüger (Dieter), Brennender Enzian. Die Operationsplanungen der NATO in Norditalien u (...)
  • 16  Hammerich, Kommiss, p. 116.

11L’opinion publique réagit avec sarcasme et effroi à l’égard du vieux chancelier, lui reprochant de négliger les armes atomiques tactiques en les désignant, en avril 1957, comme une version améliorée de l’artillerie. En réalité, Adenauer ne faisait que résumer ce qui, dans les planifications opérationnelles de l’OTAN, était devenu routine. Les militaires considéraient les armes atomiques tactiques comme une avancée par rapport aux tirs conventionnels sur zone. Sans le recours précoce à des engins nucléaires – sous forme de bombes, fusées, grenades et mines – les unités de l’armée de terre n’auraient pas eu l’ombre d’une chance de contenir les forces armées soviétiques supérieures 15. Combattre l’adversaire supérieur par des moyens purement conventionnels : c’était un « scénario d’horreur » pour l’état-major de la Bundeswehr 16. C’est ainsi que pensait, jusque dans les années 1970, la majorité des officiers de l’OTAN, mais aussi des officiers de la Bundeswehr. La majorité de la population, toutefois, doutait de la logique de la dissuasion nucléaire qui impliquait la volonté de sacrifier, en cas de conflit, la vie du peuple que l’on prétendait défendre. En compagnie de ceux qui, en raison de leur attitude pacifiste ou communiste, doutaient depuis longtemps du sens du réarmement de l’Allemagne, elle se rassembla sous la devise du « Nprià la mort atomique » (« Kampf dem Atomtod »).

  • 17  http://www.goett-wiss.de/Zus%20Quellen/Faltblatt%20Komplett.pdf (22/10/2009).
  • 18 Cf. Bald (Detlef), Die Atombewaffnung der Bundeswehr. Militär, Öffentlichkeit und Politik in der Är (...)

12Le manifeste de Göttingen du 12 avril 1957 17 est un aveu d’impuissance intellectuelle. C’est à juste titre que les 18 scientifiques du nucléaire ouest-allemands ne voyaient aucune différence qualitative entre les armes stratégiques de destruction massive et le recours massif aux armes atomiques tactiques. En réalité, il n’y a pas que les « Atomic Strike Plans » secrets de l’OTAN qui prévoyaient le recours automatique et massif aux armes atomiques tactiques. Même les commandants de bataillon et de brigade de la Bundeswehr prirent l’habitude, au cours des manœuvres des années 1960, de demander des opérations nucléaires, chaque fois que leur situation commençait à devenir critique. Mais comment la République fédérale aurait-elle pu se défendre dans le cas d’une attaque de l’Union soviétique, dont la dictature communiste était bien entendu désapprouvée aussi par les scientifiques ? Ces derniers reconnaissaient que l’anéantissement réciproque par des bombes H garantissait la paix dans le monde, si ce n’est d’une manière extrêmement précaire. Parallèlement, ils plaidaient pour que la République fédérale renonce durablement aux armes atomiques. À travers cette exigence, ils exprimaient peut-être ce qu’une majorité de la population ouest-allemande pensait. Mais, à la question de savoir comment, le cas échéant, la République fédérale devait préserver son intégrité territoriale, les scientifiques ne pouvaient apporter de réponse. Le chancelier fédéral, lui aussi, préférait évite oun débat stratégique public en raison des élections législatives imminentes que ses partis chrétiens-démocrates remportèrent finalement à la majorité absolue 18.

  • 19  BA-MA, BW17/24, Verschlusssache ; BW2/2530, Besprechungspunkte GInspBw Washington, 15-10-1959 et a (...)
  • 20  C’est le titre des mémoires de guerre du Generalfeldmarschall Erich von Manstein (Verlorene Siege, (...)

13Les chefs d’état-major de l’armée de terre et de la marine firent, eux aussi, état de leur scepticisme en 1958 face à la prépondérance du recours aux armes atomiques. Toutefois, derrière cette attitude se cachait l’aversion suscitée par le fait que la guerre atomique avait fait des forces aériennes la reine des armes 19. Aller constater à la frontière avec l’Allemagne de l’Est la gravité des ambitions de l’adversaire et protéger, par ailleurs, au niveau terrestre les bases aériennes et les positions des fusées des forces aériennes ne leur paraissait pas être une perspective tentante. Pour les officiers, qui avaient encore en mémoire le souvenir des « victoires perdues » 20, l’arme atomique était finalement un facteur de trouble. Elle remettait en question la valeur des forces terrestres et maritimes conventionnelles tout comme la capacité de leurs commandants, prétendument ou réellement éprouvée au cours de la Seconde Guerre mondiale, à planifier et à mener avec supériorité des opérations de grande envergure avec de grandes unités blindées.

  • 21  BA-MA, BW2/2718, Denkschrift v. Hobe, 15.9.1960.

14En septembre 1960, le sous-chef d’état-major compétent au sein de l’état-major de la Bundeswehr, Cord von Hobe, fixa, en créant la conception des forces armées ouest-allemandes, les futures orientations de la Bundeswehr. Une dissuasion basée exclusivement sur les armes atomiques stratégiques lui paraissait maintenant inappropriée. Considérant l’égalité des forces sur le plan nucléaire, les hommes d’État hésiteraient à entrer dans une guerre nucléaire générale. Ils chercheraient, en cas de danger réel, à mener la manœuvre défensive le plus longtemps possible avec des armes conventionnelles avant de recourir à des armes atomiques tactiques. C’est, par ailleurs, au président américain que revient la décision finale sur l’emploi d’armes atomiques. La probabilité d’un emploi d’armes nucléaires tactiques limité à l’Europe deviendrait donc plus grande. L’auteur y voyait une faiblesse essentielle de l’Alliance. Faisant office de « glacis de forteresse » de l’OTAN, la République fédérale devrait empêcher toute forme de guerre. Un bouclier fort – grâce aux troupes allemandes – et des forces armées équilibrées disposant d’un armement conventionnel suffisant et d’armes polyvalentes nucléaires destinées à l’emploi tactique et aux représailles stratégiques permettraient selon lui de rétablir la dissuasion 21.

  • 22  Speidel (Hans), « Die Verteidigung Europas. Vortrag vor der Association of the United States Army, (...)
  • 23  NATO Archiv Brüssel [Archives de l’OTAN, Bruxelles], CD-ROM: International Military Staff [dénommé (...)

15L’augmentation des capacités conventionnelles des forces OTAN en Europe allait dans le sens du changement de stratégie opéré par Washington. Même le SACEUR Norstad, qui incarnait pour beaucoup la stratégie des représailles massives et le rôle central des forces aériennes, réagit en novembre 1960 au nouveau vent politique qui se faisait déjà sentir lors de la candidature présidentielle de John F. Kennedy. En novembre 1960 donc, Norstad milita publiquement pour l’assouplissement des représailles massives dans le sens d’une pause avant de passer de l’emploi d’armes conventionnelles à celui d’armes nucléaires 22. Il fut soutenu par le commandant allemand des forces terrestres de l’OTAN en Europe centrale, Hans Speidel. Le 13 décembre 1960, le SACEUR diffusa une Directive générale stratégique qui s’inscrivait dans la même ligne que le mémorandum de Cord von Hobe. Mais, les deux documents se ressemblaient également quant à l’indétermination qui leur était inhérente. Selon Norstad, sa stratégie ne voulait pas dire que l’Alliance devait se préparer exclusivement à la contre-offensive nucléaire. Au contraire, la constitution des forces de bouclier serait de nature à évite oune réponse du style « tout ou rien ». Si l’entraînement, l’équipement, l’organisation et le déploiement étaient optimaux, les forces armées existantes et prévues de l’Alliance suffiraient pour réagir avec des moyens conventionnels tant que la situation militaire le permettait. L’emploi sélectif des armes atomiques ne finirait pas forcément en guerre nucléaire totale. Ceci supposerait toutefois la survie des forces amies prévues pour l’emploi nucléaire face aux attaques ennemies pendant la phase de la guerre conventionnelle et partiellement nucléaire. C’est seulement ainsi que l’on pourrait maintenir la capacité des troupes amies à entrer dans une guerre nucléaire totale 23.

16Considérant l’arsenal atomique soviétique grandissant, l’Administration Kennedy en place depuis 1961 se demanda notamment si, au travers de la menace de représailles massives, on ne se faisait pas plus peur à soi-même qu’à l’adversaire. Dès la crise de Cuba de 1962, Washington avait reconnu qu’à travers la stratégie des représailles massives, les États-Unis prenaient le même risque d’anéantissement que leurs alliés sur le littoral opposé en Europe. C’est pourquoi l’Administration Kennedy remit ouvertement en question l’automatisme nucléaire. Elle souhaitait à l’avenir donner une réponse adaptée à chaque agression. Ceci signifiait concrètement que même des poussées majeures devaient d’abord être combattues de manière purement conventionnelle, puis ensuite par des frappes nucléaires sélectives et finalement – en dernier recours – par une intervention nucléaire globale. Dans le même temps, elle déclara les attaques nucléaires de grande envergure comme étant le risque le plus invraisemblable et les guerres limitées comme le risque vraisemblable. Par conséquent, le Secrétaire américain à la Défense, Robert McNamara, exigea des Européens une montée en puissance massive de leurs forces conventionnelles. En revanche, ils devaient réduire leomiqéléments des Strike Forces de l’Alliance atlantique. Parallèlement, le Secrétaire américain aux Affaires étrangères, Dean Rusk, suggéra un droit de regard des alliés européens sur la décision d’employer des armes nucléaires.

  • 24  BA-MA, BW2/20055, Nordatlantikrat 23-6-1961, 18-9-1961 et 31-10-1961 ; BW2/20070, Nordatlantikrat, (...)

17Les alliés européens étaient choqués. Les Américains exigeaient manifestement d’eux qu’ils fassent d’abord seuls face à l’adversaire et sans armes atomiques. Même si le conflit prenait une dimension nucléaire, celui-ci devait se limiter à leur territoire. Pendant ce temps-là, la puissance dirigeante escomptait gagner du temps pour négocier avec l’adversaire. La France demanda donc les critères qui auraient permis à Washington de faire la distinction entre une attaque d’envergure et une attaque limitée tout en soulignant que la gamme des options possibles pour les nations en Europe centrale et occidentale était beaucoup plus étroite que pour les États-Unis. Manifestement, les forces armées européennes, renforcées par quelques divisions américaines, étaient censées jouer le rôle de troupes pré positionnées dans le glacis d’outre-mer de la forteresse Amérique. Dans un premier temps,  seuls les Britanniques prirent parti pour les Américains 24.

  • 25  Baylis, Ambiguity, p. 160-164, 182-188, 234-238, 250-277 ; Id.. Anglo-American Defense Relations 1 (...)
  • 26  Andreini (Ginevra), “EURATOM : An Instrument to Achieve a Nuclear Deterrent? French Nuclear Indepe (...)

18Londres et Paris avaient depuis longtemps déjà tiré les enseignements de l’équilibre nucléaire prévisible entre les deux superpuissances. La Grande-Bretagne avait décidé de se doter d’une puissance atomique nationale qui soit aussi efficace que nécessaire et aussi indépendante de Washington que possible. En conséquence, Londres plaça en 1963 ses bombardiers atomiques et ses futurs sous-marins dotés de têtes nucléaires sous le commandement suprême de l’OTAN, tout en se réservant le droit de les employer pour les besoins nationaux 25. Dès 1954, la France avait décidé de se doter d’une puissance nucléaire, ce qui était l’une des raisons pour lesquelles elle avait fait échouer les plans d’une Communauté européenne de défense (CED). En 1957, lors de la fondation d’EURATOM (Communauté européenne de l’énergie atomique) Paris examina avec Bonn et Rome une coopération nucléaire militaire. Strauß et Adenauer entrevirent brièvement une lueur d’espoir pour l’Allemagne, laquelle aurait pu disposer de ses propres armements nucléaires au travers de la coopération avec ses voisins européens. Ils auraient complété au niveau européen la garantie nucléaire américaine et l’auraient, si nécessaire, remplacée. Finalement, les Français et les Italiens se trouvaient dans une situation géostratégique comparable. Les deux hommes politiques avaient compris qu’une force nucléaire intégrée présupposait l’intégration supranationale de la politique de sécurité. L’intégration politique européenne faisait de toute façon partie de la raison d’État de la République fédérale. Or, de Gaulle préféra faire cavalier seul. Les États-Unis lui avaient refusé le soutien qu’ils avaient accordé aux Britanniques. Et les Britanniques préférèrent là aussi la special relationship à une coopération avec Paris 26.

  • 27  Gavin (Francis J.), Gold, Dollars, and Power. The Politics of International Monetary Relations, 19 (...)

19La mise sur pied d’une force nucléaire relativement petite était pour les Britanniques et les Français, dans le contexte d’économies nationales plus vacillantes que prospères, très dispendieuse. L’augmentation progressive des effectifs de la Bundeswehr permit à Londres et à Paris de démanteler et de réduire leomiqunités stationnées en Allemagne de l’Ouest. Les moyens financiers ainsi dégagés purent être investis dans leur force nucléaire nationale. Ce n’est qu’avec beaucoup de peine que le gouvernement fédéral et le SACEUR réussirent à dissuader les Américains de réduire, eux aussi, massivement leomiqtroupes stationnées en Allemagne lorsque la guerre du Viêt-nam commença à ronger le dollar 27. À l’origine, la Bundeswehr était censée compléter les forces (de bouclier) conventionnelles des partenaires de l’OTAN. En réalité cependant, elle les remplaça en partie.

20De Gaulle attisa la nervosité du gouvernement fédéral en formulant ce qui de toute façon était clair : les Américains retarderaient aussi longtemps que possible une opération nucléaire, l’éviteraient peut-être complètement en accord tacite avec les Soviétiques et la limiteraient finalement à l’Europe. Le Général ne proposait donc rien de moins que de prendre à l’avenir la place des Américains. Et ce, malgré le fait que la France avait fait exploser sa première bombe nucléaire juste trois ans auparavant. Strauß avait, par ailleurs, été une nouvelle fois éconduit par les Français en 1962 avec l’idée de bombe commune. Le gouvernement d’Adenauer, déjà politiquement affecté, signa néanmoins en janvier 1963 le traité de l’Élysée portant sur un partenariat global de sécurité avec la France. Washington ne s’attendait pas à ce que les Allemands financent les ambitions nucléaires françaises. Ce qui menaçait davantage, c’était une constellation européenne continentale qui relativiserait l’influence américaine : tant dans l’Alliance atlantique que face à l’Union soviétique.

  • 28  Bange (Oliver), The EEC crisis of 1963. Kennedy, Macmillan, de Gaulle and Adenauer in Conflict, Ho (...)

21Afin de couper l’herbe sous le pied des Français dans leurs aspirations et des Allemands dans leurs exigences en matière de participation nucléaire, Washington imposa une force nucléaire multinationale de l’OTAN (Multilateral Forces = MLF). La flotte de bâtiments de surface avec équipage multinational et participation américaine serait désormais placée sous le commandement du SACEUR. Tout comme dans les Strike Forces, les têtes nucléaires seraient toutefois restées sous la surveillance d’unités américaines. Ainsi, rien ne changeait non plus quant à la réserve d’utilisation accordée au président américain. Toutes les puissances nucléaires existantes et à venir transférèrent une partie de leurs armements nucléaires stratégiques sur des bâtiments sous-marins difficilement localisables. Eux seuls pouvaient garantir une capacité de frappe en second suffisante. La MLF était technologiquement dépassée et faisait manifestement office de palliatif diplomatique pour suggérer aux Allemands une perspective autre que celle d’une coopération nucléaire avec de Gaulle. Malgré cela, la République fédérale d’Allemagne devint – de plus en plus clairement, plus le temps passait – le seul tenant de la MLF. À l’Ouest, elle attisa ainsi la méfiance de ses alliés. À l’Est, elle confirma le ressentiment contre le « revanchisme » ouest-allemand. Car, ni d’un côté ni de l’autre, on ne souhaitait voir un doigt allemand posé sur la gâchette nucléaire 28.

  • 29  DDF 1963, t 2, S. 540-542 ; Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland [dénommés (...)
  • 30  DDF 1964, t. 2, p. 480, 546 et suiv., Alphand à Couve de Murville, 21-11-1964, Couve de Murville à (...)

22Pourquoi le gouvernement de Ludwig Erhard tenait-il encore à la MLF, alors que l’Administration de Lyndon Johnson l’avait laissée tomber fin 1964 ? Malgré les réflexions de l’OTAN, le chancelier Erhard, élu en novembre 1963, considérait la logique de la frappe et de la riposte nucléaires comme étant la forme la plus fiable de la dissuasion réciproque. En douter signifierait faire le jeu de l’adversaire. D’une part, il ne voulait pas, lui non plus, répondre à toute attaque en employant dès le début des armes nucléaires ; d’autre part, une guerre menée exclusivement par des moyens conventionnels lui semblait perdue d’avance et l’idée d’une guerre limitée était une invitation à celle-ci. Tout comme de Gaulle, il doutait cependant de la volonté des puissances nucléaires de faire dégénérer une guerre limitée à l’Europe et menée avec des armes conventionnelles et des armes nucléaires tactiques en confrontation de grande envergure. Par conséquent, le chancelier posa à de Gaulle la question de savoir si la France voulait et pouvait défendre l’Allemagne. La France était-elle disposée à défendre « nucléairement » la République fédérale ? Une telle option suffirait-t-elle pour dissuader les Soviétiques d’attaquer l’Allemagne de l’Ouest ? Certes, le Général était d’accord pour employer ses armes nucléaires au cas où l’Allemagne serait attaquée. Mais, dans le même temps, il expliqua que la France assurerait de son proprechef sa défense grâce à ses armes nucléaires. C’était selon lui la différence entre la situation de la France et celle de la République fédérale 29. Pour Erhard, la MLF constituait après tout la possibilité pour la République fédérale d’entrer dans le processus de la participation nucléaire. Approuvé tièdement par Washington, mais refusé âprement par Londres, ce processus était censé déboucher à long terme sur une force nucléaire européenne autonome. Bonn voulait contourner la politique de non-prolifération suivie par les États-Unis alors que ceux-ci espéraient à l’inverse rendre attrayant aux Allemands l’abandon durable des armes nucléaires 30.

  • 31  AAP 1964, p. 713-723, 749-762, 767-777 (citations p. 775), p. 790 et suiv.., 1261, Erhard/de Gaull (...)
  • 32  Schoenborn (Benedikt), « La mésentente apprivoisée. De Gaulle et les Allemands, 1963-1969 », Paris (...)

23En juillet 1964, Erhard dut s’apercevoir qu’en fait, de Gaulle, lui non plus, n’était pas disposé à concéder aux Allemands une participation nucléaire en contrepartie de leur soutien à ses aspirations hégémoniques sur le continent. Le président français demanda au chancelier Erhard de se décider entre une Europe continentale sous l’égide de la France et le maintien de la dépendance des États-Unis. La République fédérale devait renoncer à la MLF dans laquelle il voyait un instrument d’influence américain, comme à l’époque dans la Communauté européenne de Défense. De Gaulle faisait miroiter une participation allemande à la « force de frappe » qui se trouvait alors en construction. Après tout, à la différence des Américains, la France y aurait recours automatiquement si l’Europe devait être attaquée. Mais, le Général refusa l’intégration de la force nucléaire française dans une force armée européenne intégrée telle que l’exigeait le chancelier Erhard. Car, selon lui, on était encore loin de l’intégration politique nécessaire. Dans le même temps, de Gaulle mit tout en œuvre pour faire avorter l’initiative européenne du gouvernement fédéral qui avait justement pour objectif de réaliser cette intégration politique 31. Il n’est donc pas étonnant que de Gaulle et Erhard se séparèrent avec un sentiment d’antipathie réciproque 32. Ni les Britanniques, ni les Français n’aspiraient donc à une identité européenne de sécurité commune. Ils poursuivaient des intérêts purement nationaux, même lorsqu’ils leur donnaient une couleur européenne.

  • 33  Locher (Anna), Crisis? What Crisis? NATO, de Gaulle, and the Future of the Alliance, 1963-1966, Ba (...)

24En conséquence, la République fédérale n’avait tout simplement aucune alternative aux garanties incertaines des États-Unis dans le cadre de l’OTAN 33. Avec la mise sur pied de la Bundeswehr, elle avait permis aux alliées un retrait partiel des forces conventionnelles de l’Alliance atlantique. Avec le plus fort contingent militaire en Europe après les Américains, elle assurait pourtant le glacis stratégique de ses alliés. En contrepartie, ceux-ci pouvaient constituer et élargir leurs forces nucléaires stratégiques. De leur emploi dépendait toutefois, le cas échéant, l’existence de la République fédérale. Le gouvernement fédéral espérait par conséquent influer sur la stratégie nucléaire dans le cadre de la MLF.

  • 34 SHAPE-History1967, Vol. 2, p. 115-117, 149-151 ; De Maizière (Ulrich), In der Pflicht. Lebensberich (...)
  • 35  Hammerich, Kommiss, p. 120.

25En 1962, l’OTAN fit siens de facto les concepts américains de stratégie militaire. En revanche, la France resta fidèle pour les décennies à venir au principe des représailles massives au cas où son territoire serait menacé. Dans la Bundeswehr, ce furent surtout les généraux de l’armée de terre qui saluèrent le changement de stratégie ; d’autant plus que l’Alliance prit en compte, au moins verbalement, l’exigence allemande de défense à l’avant. L’armée de terre allemande était convaincue de venir à bout de forces armées nettement supérieures dans une guerre de mouvement de grandes unités blindées. Aussi, dans ce scénario, les détonations nucléaires gênaient plus qu’elles n’aidaient. Jusqu’en 1966-1967, le recours rapide aux armes atomiques tactiques restait néanmoins la règle dans l’armée de terre également. À l’été 1966, le chef d’état-major de l’armée de terre, Ulrich de Maizière, ordonna un usage restrictif des armes atomiques. Cependant, un an plus tard, le commandant en chef allemand pour l’Europe centrale au sein de l’OTAN, Adolf Graf Kielmansegg, exigea – en vain ! – le recours automatique aux armes atomiques dès que les troupes de l’adversaire auraient pénétré de plus de 10 kilomètres à l’intérieur du territoire allemand ou en cas d’incursion de plus de 330 avions dans l’espace aérien 34. Si la Bundeswehr avait cru jusque-là pouvoir combattre, au mieux, un régiment renforcé ennemi avec des moyens purement conventionnels, le chef d’état-major de la Bundeswehr, de Maizière, en 1967, peu de temps après sa nomination, était décidé à combattre quatre à six divisions à l’aide de moyens conventionnels 35. Toutefois, une attaque ennemie menée avec seulement quatre divisions était-elle vraiment réaliste ?

  • 36  Lemke, Konzeption, p. 218-234.

26La situation de l’armée de l’air allemande dans un scénario purement conventionnel était plus précaire encore que celle de l’armée de terre. Ses Starfighter, acquis uniquement pour les Strike Forces, devaient à l’avenir faire office de chasseurs-bombardiers conventionnels. Ils avaient pour mission d’attaquer les installations au sol des forces armées aériennes adverses, de détruire des infrastructures afin de boucler le champ de bataille et, en plus, d’appuyer les forces terrestres amies sur le champ de bataille. Cependant, les Starfighter ne devaient pas s’user à un point tel que le SACEUR ne puisse plus les employer en ultime recours dans ses Strikes Forces. En conséquence, il fallait désormais adapter ce système coûteux au niveau de l’équipement et de la formation à deux sortes de missions différentes. Dans son rôle conventionnel, le bombardier atomique aurait largué jusque dans les années 1960 des bombes en fer du type de celles utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale – une munition pas très précise, ni contre des rassemblements de troupes ni contre les infrastructures. La situation n’était pas vraiment plus réjouissante dans la défense aérienne. Celle-ci était conçue pour assurer la protection des Strike Forces contre les attaques surprises lancées par des avions. Elle n’était pas appropriée à la lutte contre les missiles balistiques, ne détectait pratiquement pas les avions volant à basse altitude et aurait dû capituler rapidement devant une attaque massive conventionnelle persistante sans recours aux têtes nucléaires 36. En conséquence, la flexibilité à laquelle aspirait l’Alliance atlantique restait – tout du moins provisoirement – un mythe dangereux pour la sécurité de la République fédérale.

  • 37  IMS, CD20, MCWM-26-66, MCWM-30-66, MCWM-46-66, MCWM-60-66, MCWM-02-67, MCM-143-66, Mémos du Comité (...)

27À peine de Gaulle avait-il quitté l’organisation militaire de l’OTAN en 1966 que le débat relatif au changement de stratégie reprit. De nouveau, les États-Unis exigèrent l’élargissement des capacités conventionnelles de l’Alliance. Le comportement de Londres, qui se trouvait une fois de plus sous pression au niveau monétaire, fut remarquable. En effet, la Grande-Bretagne soutint les Américains dans leur exigence d’une riposte graduée. Dans le même temps, l’élargissement et la restructuration conventionnels furent rejetés. Les Américains eux-mêmes réagirent avec stupéfactiprià la recommandatipribritannique à peine voilée d’adapter l’analyse de la menace simplement à ses propres possibilités financières. Par ailleurs, les Britanniques concédaient en confidence que, en cas de doute, il faudrait recourir rapidement aux armes nucléaires. En considération des coûts de ses propres ambitions nucléaires, le Royaume-Uni exigea, avec presque plus de véhémence encore que les États-Unis, un rééquilibrage de sa balance des paiements en contrepartie du stationnement de ses troupes en Allemagne de l’Ouest 37.

  • 38  Holderegger (Thomas), Die trilateralen Verhandlungen 1966-1967. Die ersten Schritte der Administra (...)
  • 39  IMS, CD20, MCM-10-67, Mémo du Comité militaire, 24.4.1967 ; ibid., CD18, LOCOM 7938, LOCOM 7948, M (...)

28Au cours des négociations de 1966-1967 entre les Américains, les Britanniques et les Allemands, le gouvernement de Kurt Georg Kiesinger dut reculer sur toute la ligne. Il paya et approuva des retraits limités de troupes anglo-saxonnes ; même s’ils restèrent sensiblement inférieurs au volume prévu par le Secrétaire à la Défense américain McNamara. Dans le cas contraire, la défense conventionnelle serait devenue tout à fait obsolète 38. Ainsi, la voie était-elle libre pour officialiser la nouvelle stratégie de l’Alliance dans des documents stratégiques en 1967-1968. Malgré les réserves massives émises par l’ensemble des partenaires européens continentaux, les puissances nucléaires atlantiques imposèrent l’hypothèse que l’Alliance pourrait partir de délais d’alerte pouvant atteindre plusieurs semaines. En effet, dans le cas contraire, le concept américain prévoyant d’acheminer des troupes supplémentaires en cas de tensions n’aurait guère pu être justifié. L’hypothèse que l’Alliance atlantique défendrait d’abord l’Europe avec des forces conventionnelles pendant un laps de temps plus ou moins long n’était partagée par aucun des partenaires continentaux de l’OTAN. Même le SACEUR, Lyman Lemnitzer, émit des doutes : selon lui, sans augmentation sensible des effectifs et sans mobilisation immédiate en cas de tensions, on en resterait finalement à la stratégie ayant prévalu jusqu’alors. Ce ne fut qu’au prix de grandes difficultés que la République fédérale réussit, par ailleurs, à ancrer le principe de défense à l’avant dans le concept d’un combat conventionnel mené dans la profondeur. Sur le fond, la dissuasion se réduisait au risque encouru par l’Union soviétique de ne pas être en mesure d’anticiper le passage de l’Alliance vers la guerre nucléaire 39.

29En réalité, la flexibilité de l’Alliance était au moins tout aussi imprévisible pour ses membres qu’elle ne l’était pour les adversaires de ces derniers : un délai de préavis d’alerte pouvant atteindre deux semaines était-il réaliste ? Ce délai était-il utilisé pour des opérations de mobilisation ? Cette mobilisation, notamment l’acheminement aérien de troupes américaines, n’avait-elle pas un effet d’escalade sur l’adversaire et un effet terrifiant sur les opinions publiques occidentales ? Quand l’autorisation – sélective ou globale – du recours aux armes atomiques tactiques avait-t-elle été donnée par le président américain ? Les forces armées de l’OTAN pouvaient-elles encore conserver leur capacité de guerre nucléaire après avoir été usées dans une guerre conventionnelle ayant duré des jours entiers ? La supériorité occidentale en matière de technologies de l’information était-elle suffisante pour préserver la fonction des systèmes de commandement de l’Alliance, y compris dans des conditions extrêmes, de sorte que la flexibilité des opérations puisse encore être vraiment contrôlée au niveau central ? Ou bien, la maîtrise des opérations nucléaires elle-même était-elle une dangereuse illusion qui incitait l’adversaire à lancer des attaques nucléaires limitées ? Enfin, la Grande-Bretagne et les États-Unis étaient-ils disposés à engager leur potentiel stratégique pour la défense du continent et à sacrifier pour cela leurs populations ? Et quand cela devait-il se passer ?

  • 40 SHAPE-History 1969, p. 73-76 ; AAP1968, p. 1345 et suiv., Vermerk Sahm, 16-10-1968 ; Bozo. Strategi (...)
  • 41  Locher. Crisis?, p. 221-228 ; Schrafstetter et Twigge, Armageddon, p. 152-156, 165-167, 170-173, 1 (...)

30En 1968-1969, un « Groupe de planification nucléaire » de l’OTAN suggéra aux Allemands de participer à la planification des opérations nucléaires de l’Alliance atlantique. Déjà les principes préalablement définis partaient de l’hypothèse discutable que l’on disposait de suffisamment de temps pour se consacrer à des consultations de principe. L’idée de procéder à la mise en œuvre ostentatoire d’armes atomiques dotées de charges légères soulevait la question non résolue des conséquences d’un tel emploi des armes nucléaires 40. Évidemment, la fonction palliative de cette instance aussi était claire. Car, entre-temps, les superpuissances avaient mis en chantier le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Celui-ci interdisait la cession d’armes atomiques de même que le droit d’en disposer librement. Il n’y a pas que les États-Unis et l’Union soviétique à avoir réussi à imposer leur intérêt de voir les Allemands tenuiqéloignés des armes atomiques. La Grande-Bretagne devint, elle aussi, une propagandiste zélée dès qu’elle disposa de ses propres armes atomiques 41. Le traité, ratifié par la République fédérale en 1969, excluait à terme une identité de défense européenne s’appuyant sur le nucléaire. Mais ce n’est que dans ce cadre que la République fédérale aurait pu participer indépendamment des États-Unis à une garantie nucléaire européenne.

  • 42  Uhl (Matthias), « Storming on to Paris. The 1961 Buria exercise and the planned solution of the Be (...)

31Au sein de l’OTAN, les crises de Berlin et de Cuba (1958-1962) servirent de justification au soi-disant accroissement de l’importance des forces armées conventionnelles. En revanche, à partir de 1960, les Soviétiques firent prendre un tournant dramatique à leur stratégie jusqu’alors plutôt axée sur la défensive. Les forces armées soviétiques faisaient désormais l’objet d’une modernisation considérable en faveur des armements atomiques tactiques, et mêmes leurs alliés reçurent des armements modernes et des vecteurs nucléaires. De plus, les Soviétiques positionnèrent une partie de leurs missiles nucléaires stratégiques en direction de l’Europe. Ils planifiaient une guerre éclair ouverte par des frappes atomiques massives dans la profondeur et soutenue par d’autres frappes nucléaires ; une guerre menée au pied levé avec, dans un premier temps, 45, puis finalement 100 divisions. L’historien est inévitablement plus éclairé que le contemporain. Mais, sur la base des scénarios d’exercice du Pacte de Varsovie dans les années 1960, rien ne permettait de déduire que celui-ci planifiait des avancées limitées 42. Toujours est-il que le gouvernement fédéral n’essuya que peu de critiques de la part de ses partenaires de l’OTAN lorsque, de son côté, il acheva prématurément la mise sur pied de la Bundeswehr au moment où la première récession de l’après-guerre se dessina. Alors qu’en 1955, il avait prévu plus de 600 000 hommes, les effectifs théoriques avaient été revus à la baisse de largement plus de 100 000 hommes au fil des années. Prise par nécessité, cette mesure était d’une sagesse involontaire à supposé que les troupes conventionnelles eussent perdu effectivement de leur importance.

  • 43  BA-MA, BL1/1028, Bericht I/1967, 5-4-1967.

32Ce qui relève de l’absurde, c’est d’avoir envisagé une guerre limitée en liaison avec un seuil nucléaire le plus élevé possible, mais évidemment dans la seule perspective (ouest-) européenne continentale. Du point de vue américain, il était, au contraire, plausible de gagner d’abord du temps en limitant l’affrontement au littoral opposé européen, pour gérer la crise avant de se livrer à un suicide collectif. La population allemande accueillit sûrement avec soulagement le renoncement aux armes atomiques et l’espoir d’une défense purement conventionnelle. Cependant, ni l’un ni l’autre n’augmenta pour autant la sécurité de la République fédérale, bien au contraire ! Gerhard Wessel – à l’époque encore représentant militaire allemand auprès de l’OTAN, puis six mois plus tard président du Service fédéral de renseignement (BND) – reconnut en novembre 1967, une menace existentielle dans l’interaction de la flexibilité de la guerre conventionnelle et de la non-prolifération 43. En cas de conflit militaire, l’existence de la République fédérale dépendait en 1969, tout comme en 1949, des décisions de Washington, et ce malgré des dépenses en matière de sécurité se chiffrant à plusieurs centaines de milliards de deutsche marks.

33De son côté, la France resta fidèle à sa stratégie de dissuasion basée sur une force atomique stratégique certes petite, mais néanmoins suffisamment puissante pour exercer des représailles massives en cas d’attaques lancées contre son territoire. On avait renoncé à une protection de la population civile tout aussi coûteuse que probablement inefficace. L’analogie avec les concepts anglo-saxons résidait en ce qu’on envisageait de participer selon toutes probabilités aux opérations terrestres de l’OTAN tant que celles-ci se dérouleraient à l’est du Rhin. C’est pourquoi les troupes terrestres françaises furent dotées d’armes atomiques tactiques. Paris n’aurait engagé son potentiel stratégique que si le territoire français avait été attaqué. Ainsi, la République fédérale ne faisait-elle pas seulement office de glacis de la forteresse anglo-saxonne, mais aussi de celui du « sanctuaire » de la France. Toujours est-il que, sans le glacis allemand, sans le système de détection précoce de l’OTAN et sans le dispositif de défense aérienne de celle-ci – dans lequel la France restait présente – la « force de frappe » n’aurait pas été très efficace.

Haut de page

Notes

1  Les coûts afférents à l’administration civile ne sont pas inclus dans les dépenses de sécurité. Verteidigung im Bündnis. Planung, Aufbau und Bewährung der Bundeswehr 1950-1972, Munich, Militärgeschichtliches Forschungsamt (Éd.), 1975, p. 465- 471.

2  NATO Strategy Documents 1949-1969, Gregory Pedlow (Éd.), s.l., 1997 (voir aussi : http://www.nato.int/archives/strategy.htm), p. 6 et suiv., 16 et suiv., 46 et suiv., 54 et suiv., 62 et suiv., p. 207 et suiv., p. 210-213 ; SHAPE Historical Office Mons/Belgique, SHAPE History (dénommé ci-après SHAPE-History), July 1953-Nov. 1956, p. 24 ; Heuser (Beatrice), NATO, Britain, France and the FRG, Nuclear Strategies and Forces for Europe, 1949-2000, Houndmills et al., 1997, p. 26-33.

3  Macmillan (Alan), Baylis (John), « Defence Policy and Global Strategy. Report by the Chiefs of Staff, 17.6.1952 »,A Reassessment of the British Global Strategy Paper of 1952, Aberystwyth, Department of International Politics University of Wales, 1993 (Research Papers Nr. 13), surtout p.34 et suiv.; Baylis (John), Ambiguity and Deterrence. British Nuclear Strategy 1945-1964, Oxford, 1995, p. 126-160, 164-166, 174-177 ; Wampler (Robert A.), Ambiguous Legacy: The United States, Great Britain and the Foundations of NATO Strategy 1948-1957, Ann Arbor, (Harvard Microfilm Diss.), 1991, p. 305 et suiv., 335-348, 372-377, 389-406, 467-473, 519 et suiv., 524-544, 551-558.

4  NATO Strategy Documents 1949-1969, p. 269-332.

5  Les Atomic Strike Plans de 1955 et 1959sont toujours classifiés. Voir cependant SHAPE-History July 1953-Nov. 1956, p. 43-46. 48, 50, 53, 63 et suiv., 66-68, 72, 84-90, 93-102, 115 et suiv., 118 et suiv.; SHAPE-History 1958, p.79; SHAPE Central Records Mons/Belgique (dénommés ci-après SCR), 35mm, P01A R20, L-021, Aircent 6th Tactical Commanders’ Conference, 27-11-1958 (Appendix G) ; Groscurth (Helmuth), Dienstweg. Rückblicke eines Generalstabsoffiziers der Bundeswehr, Waiblingen, 1994, p. 44 et suiv. ; Lemke (Bernd), « Konzeption und Aufbau der Luftwaffe », dans : Lemke (Bernd) et al..Die Luftwaffe1950 bis 1970. Konzeption, Aufbau, Integration, Munich,2006, p. 71-484, ici p.178 et suiv., 210et suiv.

6  Bundesarchiv Militärarchiv [= Archives Fédérales, département militaire situées à Fribourg (RFA)], BL1/2132, Fü L II 4 an StvInspLw, 20-3-1963, Fü L III 1 an BMVg, 11-4-1963, StvInspLw an LwGrp Süd, 15-6-1963.

7  Heuser, NATO, p. 40.

8  Documents Diplomatiques Français [dénommés ci-après DDF] 1960, t. 2, p. 480, entretiens franco-allemands, 7 octobre 1960.

9   Maier (Klaus A.), « Die politische Kontrolle über die amerikanischen Nuklearwaffen. Ein Bündnisproblem der NATO unter der Doktrin der Massiven Vergeltung », dans : Christian Greiner et al., Die NATO als Militärallianz. Strategie, Organisation und nukleare Kontrolle im Bündnis1949 bis1959, Munich, 2003, p. 251-420, ici p. 328 et suiv., 332 et suiv., 337-351 ; Trachtenberg (Marc), A Constructed Peace. The Making of the European Settlement, 1945-1963, Princeton, N.J., 1999, p. 160-172, 179 et suiv., 188 et suiv., 191 et suiv. ; Wampler, Legacy, p. 600-653.

10  Greiner (Christian) « Die Eingliederung der Bundesrepublik Deutschland in die WEU und die NATO 1954-1957 », dans  Hans Ehlert al.., Die NATO-Option, Munich, 1993, p. 561-850, ici p. 742 et suiv.

11   BA-MA, BL1/1908, Strauß/Norstad, 20-11-1959.

12   Lemke, Konzeption, p. 241-248, 327-355.

13  Schwarz (Hans Peter), « Adenauer und die Kernwaffen », dans  Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 37, 1989, p. 565-593, ici p. 579-581 ; Fischer (Peter), « Die Reaktion der Bundesregierung auf die Nuklearisierung der westlichen Verteidigung (1952-1958) », dans  Militärgeschichtliche Zeitschrift, 52, 1993, p. 105-132, ici p. 116-118, 120-122.

14  Hammerich (Helmut R.), « Kommiss kommt von Kompromiss. Das Heer der Bundeswehr zwischen Wehrmacht und US Army (1950 bis 1970) » dans Id. et al.. Das Heer 1950 bis 1970. Konzeption, Organisation, Aufstellung, Munich, 2006, p.17-351, ici p.83-88, 97-100, 102-114.

15  Voir aussi : Krüger (Dieter), Brennender Enzian. Die Operationsplanungen der NATO in Norditalien und Österreich 1951-1960, Fribourg (RFA), 2010.

16  Hammerich, Kommiss, p. 116.

17  http://www.goett-wiss.de/Zus%20Quellen/Faltblatt%20Komplett.pdf (22/10/2009).

18 Cf. Bald (Detlef), Die Atombewaffnung der Bundeswehr. Militär, Öffentlichkeit und Politik in der Ära Adenauer, Brême, 1994, p. 22-29, 78-91, 121-138 ; Thoss (Bruno), NATO-Strategie und nationale Verteidigungsplanung, Munich, 2006, p. 354-370.

19  BA-MA, BW17/24, Verschlusssache ; BW2/2530, Besprechungspunkte GInspBw Washington, 15-10-1959 et aussi Lemke. Konzeption, p. 105, 151 et suiv., 171-175, 212-214.

20  C’est le titre des mémoires de guerre du Generalfeldmarschall Erich von Manstein (Verlorene Siege, Bonn, 1955 et 17e édition, Munich, 2004) qui, même dans l’après-guerre, avait encore une très grande influence. Il affirmait que lui-même et les officiers brevetés d’état-major de la Wehrmacht étaient supérieurs en matière de conduite de la guerre qui, selon lui, s’était terminée par un échec en raison de l’intervention et de la stratégie de Hitler. Toutefois, Manstein critiqua la structure de l’armée de terre prévue par l’OTAN et par le commandement de la Bundeswehr qu’il considérait comme étant trop rigide et finalement non appropriée à une guerre nucléaire. Hammerich, Kommiss, p. 88-90.

21  BA-MA, BW2/2718, Denkschrift v. Hobe, 15.9.1960.

22  Speidel (Hans), « Die Verteidigung Europas. Vortrag vor der Association of the United States Army, 8.10.1960 », dans Wehrkunde, 9, 1960, p. 476-480, ici p. 478 et suiv. ; Id.. Aus unserer Zeit. Erinnerungen, Berlin et al., 1977, p. 390.

23  NATO Archiv Brüssel [Archives de l’OTAN, Bruxelles], CD-ROM: International Military Staff [dénommé ci-après IMS], CD10, MCM-17-61, SG Memo, 2-2-1961 (Enclosure « Basic Strategic Guidance for Allied Command Europe », 13.12.1960).

24  BA-MA, BW2/20055, Nordatlantikrat 23-6-1961, 18-9-1961 et 31-10-1961 ; BW2/20070, Nordatlantikrat, 9/10-5-1961; Soutou (Georges-Henri), La guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001, p. 383-387, 389 et suiv.

25  Baylis, Ambiguity, p. 160-164, 182-188, 234-238, 250-277 ; Id.. Anglo-American Defense Relations 1939-1984, 2e édition, London/Basingstoke, 1984, p. 70-72, 88-94.

26  Andreini (Ginevra), “EURATOM : An Instrument to Achieve a Nuclear Deterrent? French Nuclear Independence and European Integration during the Mollet Government (1956)”, dans : Journal of European Integration History (JEIH), 6, 2000, p. 109-128 ; O’Driscoll (Mervyn) « Les Anglo-Saxons“, F-I-G and the Rival Conceptios of „Advanced“ Armaments Research & Development Co-operation in Western Europe, 1956-58», dans : JEIH, 1, 1998, p. 105-130, ici p. 112 et suiv. ; Schmitt (Burkhard), Frankreich und die Nukleardebatte der Atlantischen Allianz 1956-1966, Munich, 1998, p. 51-64 ; Schrafstetter (Susanna) et Twigge (Stephen), Avoiding Armageddon. Europe, the United States, and the Struggle for Nuclear Nonproliferation, 1945-1970, Westport/London, 2004, p. 99-101 ; Soutou (Georges-Henri), L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands 1945-1996, Paris, 1996, p. 73-80, 83-112, 133-139 ; Trachtenberg, Peace, p. 205-211.

27  Gavin (Francis J.), Gold, Dollars, and Power. The Politics of International Monetary Relations, 1958-1971, Chapell Hill/London, 2004, p. 40-48 ; Zimmermann (Hubert), Money and Security. Troops, Monetary Policy and West Germany’s Relations with the United States and Britain, 1950-1971, Washington/Cambridge, 2002, p. 105-112.

28  Bange (Oliver), The EEC crisis of 1963. Kennedy, Macmillan, de Gaulle and Adenauer in Conflict, Houndmills et al., 2000, p.132-134, 144-150 ; Haftendorn (Helga) « Das Projekt einer multilateralen NATO-Atomstreitmacht (MLF) : Vademecum für die Glaubwürdigkeit der nuklearen Strategie? Das „nukleare Patt“ und die Zweifel an der Glaubwürdigkeit der nuklearen Abschreckung », dans : Militärgeschichtliche Mitteilungen, 54, 1995, p.417-450; Bozo (Frédéric), Deux strategies pour l’Europe : De Gaulle, les États-Unis et l’Alliance Atlantique, Paris, 1996, p. 89-93, 129 et suiv. ; Soutou, Alliance, p. 177 et suiv., 181 et suiv., 204 et suiv., 221-224, 241-244, 246 et suiv., 269-271.

29  DDF 1963, t 2, S. 540-542 ; Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland [dénommés ci-après : AAP 1963], p. 1470-1478, de Gaulle/Erhard, 21-11-1963 ; AAP 1963, p. 1449,1676, Erhard/Roberts, 18-11-1963, Erhard/Johnson, 28-12-1963 ainsi que AAP 1964, p. 246, Deutsch-französische Regierungsbesprechungen, 15-2-1964 ; AAP 1966, p. 1240, 1308-1311, 1411, Erhard/Rusk, 26-9-1966, Erhard/Seydoux, 6-10-1966, Erhard/McCloy, 20-10-1966.

30  DDF 1964, t. 2, p. 480, 546 et suiv., Alphand à Couve de Murville, 21-11-1964, Couve de Murville à de Margerie, 14-12-1964 ; AAP 1964, p. 71, 1476 et suiv., 1504 et suiv., Deutsch-britische Besprechungen, 16-1-1964, Schröder/Couve de Murville, 9-12-1964, Schröder/Walker, 11-12-1964 ; AAP 1965, p. 1637-1640, 1774-1779, Knappstein an AA, 21-10-1965, Schröder/Stewart, 19-11-1965.

31  AAP 1964, p. 713-723, 749-762, 767-777 (citations p. 775), p. 790 et suiv.., 1261, Erhard/de Gaulle, 3-7-1964, Carstens, de Gaulle, Couve de Murville, 4-7-1963, Erhard/de Gaulle, 4-7-1964, Adenauer/de Gaulle, 9-11-1964 ; Bozo, Strategies, p. 112, 114-116 ; Heuser, NATO, p. 154-156.

32  Schoenborn (Benedikt), « La mésentente apprivoisée. De Gaulle et les Allemands, 1963-1969 », Paris, 2007. p.70-72, 157-160, 162-164, 189-199.

33  Locher (Anna), Crisis? What Crisis? NATO, de Gaulle, and the Future of the Alliance, 1963-1966, Baden-Baden, 2010, p.146-149, 166-168, 213 et suiv., 248-250, 272, 287.

34 SHAPE-History1967, Vol. 2, p. 115-117, 149-151 ; De Maizière (Ulrich), In der Pflicht. Lebensbericht eines deutschen Soldaten im 20. Jahrhundert, Herford/Bonn, 1989, p. 276-278 ; Feldmayer (Karl) et Meyer (Georg), Johann Adolf Graf v. Kielmansegg 1906-2006. Deutscher Patriot, Europäer, Atlantiker, Hamburg et al., 2007, p. 63-65.

35  Hammerich, Kommiss, p. 120.

36  Lemke, Konzeption, p. 218-234.

37  IMS, CD20, MCWM-26-66, MCWM-30-66, MCWM-46-66, MCWM-60-66, MCWM-02-67, MCM-143-66, Mémos du Comité militaire, 17-10-, 24-10, 21-11, 23-11 et 29-11-1966, 3-1-1967 ; AAP1966, p. 1040 et suiv., 1273, 1384-1387, Vermerke, 5.8. et 17-10-1966, Sahm an AA, 28-9-1966 ; AAP 1967, p. 1156-1160, Knappstein an AA, 3-8-1967 ; BA-MA, BL1/1028, DMV-Bericht II/1967, 20-11-1967 ; SHAPE-History 1967, Vol. II, p. 91-105.

38  Holderegger (Thomas), Die trilateralen Verhandlungen 1966-1967. Die ersten Schritte der Administration Johnson zur Lösung der NATO-Krise, Zurich, 2006 ; Gavin, Gold, p. 157-164 ; Zimmermann, Money, p. 214 et suiv., 221-233.

39  IMS, CD20, MCM-10-67, Mémo du Comité militaire, 24.4.1967 ; ibid., CD18, LOCOM 7938, LOCOM 7948, MC Repr., 25 et 26.4.1967 ; AAP 1966, p. 733-735, 1 385 et suiv., 1 442 et suiv., Sahm an AA, 31-5-1966, Vermerk Ruete, 17-10-1966, Grewe an AA, 27-10-1966 ; AAP1967, p. 704-710, 1328, Vermerk II A 7, 3-5-1967, Vermerk Schnippenkötter, 4-10-1967 ; SHAPE-History 1967, Vol. 2, p. 105-110 ; NATO Strategy, p. 333-344.

40 SHAPE-History 1969, p. 73-76 ; AAP1968, p. 1345 et suiv., Vermerk Sahm, 16-10-1968 ; Bozo. Strategies, p. 200 et suiv. ; Heuser, NATO, p. 139.

41  Locher. Crisis?, p. 221-228 ; Schrafstetter et Twigge, Armageddon, p. 152-156, 165-167, 170-173, 175 et suiv., 183-185 ; Trachtenberg, Peace, p. 380-391.

42  Uhl (Matthias), « Storming on to Paris. The 1961 Buria exercise and the planned solution of the Berlin crisis», dans War Plans and Alliances in the Cold War. Threat Perceptions in the East and in the West. Ed. by Vojtech Mastny et al.., Oxon/New York, 2006, p. 46-71, ici p. 58-65 ; Ljoschin (Michail G), « Die Streitkräfte der USSR zwischen Berlin- und Kubakrise : Wandlungen strategischer Prinzipien und Einsatzmuster ? », dans: Vor dem Abgrund. Die Streitkräfte der USA und der UdSSR sowie ihrer deutschen Bündnispartner in der Kubakrise, Munich, 2005, Filippovych (Dimitrij N.) et Uhl (Matthias) (Éd.), 2005, p. 27-38.

43  BA-MA, BL1/1028, Bericht I/1967, 5-4-1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dieter Krüger, « Plus de soldats et moins de sécurité ? », Revue historique des armées, 262 | 2011, 20-34.

Référence électronique

Dieter Krüger, « Plus de soldats et moins de sécurité ? », Revue historique des armées [En ligne], 262 | 2011, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7150

Haut de page

Auteur

Dieter Krüger

Docteur en histoire, il enseigne l’histoire contemporaine à l’université de Halle (Allemagne). Le professeur Krüger est aussi collaborateur au Centre d’études d’histoire militaire (MGFA) de Potsdam. Il a notamment publié :Sicherheit durch Integration? Die wirtschaftliche und politische Zusammenarbeit Westeuropas 1947 bis 1957/58, Munich, 2003 et Brennender Enzian. Die Operationsplanungen der NATO für Österreich und Norditalien 1951 bis 1960, Fribourg (RFA), 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals