Navigation – Plan du site
Document

Les inventeurs prennent du service

Jean-François Brun
p. 75-78

Entrées d’index

Mots-clés :

inventions, armement
Haut de page

Texte intégral

1Au début de l’année 1813, lorsque l’ampleur des pertes de la retraite de Russie a pu être mesurée, la nécessité de reconstituer les armes montées (cavalerie et train) suscite une véritable mobilisation au sein de l’Empire. En dépit des achats massifs de chevaux en France ou à l’étranger, et des réquisitions menées sur le territoire national, les besoins s’avèrent tels, par rapport au ressources disponibles, que les plans prévoient d’achever cette opération en 1815 seulement. Militaires et civils, témoins quotidiens des difficultés et des résultats parfois décevants par rapport aux efforts consentis, sont conscients de la faiblesse de la cavalerie au sein de la nouvelle Grande Armée. Dès lors, quelques inventeurs décident d’apporter leur concours au régime et adressent au ministre de la Guerre, le général Clarke, divers projets. Ce dernier se garde de les retenir, compte tenu de leur caractère irréaliste ou farfelu, mais ils méritent néanmoins d’être cités pour l’anecdote, d’autant que chacun d’eux explore une voie différente.

Protéger le cheval

2Le 15 janvier 1813, le préfet de la Marne fait passer aux bureaux du général Clarke la proposition d’un cultivateur de l’arrondissement de Châlons, Noël, qui décrit en quelques lignes un dispositif de protection pour les montures. « Depuis longtemps, j’étais frappé de l’avantage qu’il y aurait à garantir les chevaux de cavalerie de l’atteinte de la bayonnette. Dans le cas d’une charge pour enfoncer un carré d’infanterie, ce sont les chevaux qui risquent le plus, c’est contre eux que l’ennemi dirige ses premiers coups, et le cavalier une fois démonté est presqu’un homme perdu. L’armure de tôle que j’ai imaginée préserve les parties vulnérables qui se présentent les premières. Son poids est presqu’insensible, car si la mienne pèse 7 livres [3,43 kg], c’est par la faute de mon inexpérience ; et je pense qu’un ouvrier pourrait réduire le poids à 5 livres [2,45 kg]. Les mouvements du cheval ne sont nullement gênés sous cette armure. Elle sera matelassée pour éviter qu’elle ne blesse par aucune pression et bien certainement un des premiers avantages de cette invention doit être de donner au cavalier un motif de plus de sécurité et de décourager l’ennemi. »

Doter le cavalier d’un armement plus performant

3Autre approche, celle qui vise à accroître l’efficacité de l’armement. Le 13 février 1813, le sieur Périn, habitant 346 rue des Parmantiers à Metz, envoie un courrier à Clarke exprimant sans détours ses préoccupations. « Depuis que le 29e bulletin est parvenu en France, tous les bons Français ont dû être fort sensibles au grand désastre que notre armée a éprouvée en Russie. Depuis cette époque malheureuse, je n’ai cessé de me creuser la têtte [sic] pour donner une nouvelle [arme] à la cavalerie légère qui est toujours chargée d’attaquer l’ennemi et de soutenir la retraite d’une armée (…). Le but de ma nouvelle arme est qu’un régiment de cavalerie légère puisse arrêter avec avantage une charge de cuirassiers, et de percer un carré d’infanterie, quand même il seroit sur six [rangs] de hauteur. »

4Et l’auteur propose d’ôter aux chasseurs et hussards leur mousqueton, de les doter d’un second pistolet et d’ajouter à leur sabre une arme blanche supplémentaire, le poignard de Pégas, qui n’est autre qu’un… trident « adapté au poitrail du cheval ». Aux dires de l’inventeur, ce dispositif offre une force de pénétration sans commune mesure avec la lance maniée par le cavalier. Il suffit de le « baisser sur l’horizontal pour donner ou recevoir la charge » et de le lever « sur la perpendiculaire pour ne pas gêner dans les manœuvres. »

5La conception technique est précise : « L’arme est composée de deux lances de trois pieds et demi à quatre pieds de longueur [1,15 à 1,32 mètre], on y réunit une troisième lance qui se placera au milieu des deux autres. » Il est prévu d’ajuster cette dernière sur un ressort « à peu près semblable à celui d’une pincette à feu de cheminée », l’ensemble des trois lances présentant une largeur de 14 pouces [38 centimètres], « ce qui doit être à peu près la largeur du poitrail du cheval ». De son côté, le ressort permet d’élargir ou de rétrécir « les deux manches de la lance selon que le cheval aura le poitrail plus ou moins large. »

6L’arme serait fixée à la selle « par le moyen d’un petit harnois qui doit être fort légé, puisque le poignard de Pégas ne doit pas excéder le poid de seize livres [7,83 kg] ». « Après la bricolle [analogue à celle d’un animal de trait] contre les deux épolles du cheval près du poitrail doivent être attachées deux charnières, qui doivent recevoir les deux manches de la lance. » Ces derniers, boulonnés, étant amovibles. Enfin, des courroies, fixées à la dragonne de la selle, soutiennent le dispositif à l’horizontale et permettent de relever ou d’abaisser légèrement l’ensemble, en fonction du but visé.

7Périn, néanmoins, a conscience que l’absence d’expérimentation affaiblit son dossier et s’en explique nettement : « J’aurais bien désiré de pouvoir faire exécuter ce nouvel arme, mes moyens ne le permettant pas, c’est ce qui m’a obligé de donner mes idées par écrit à Votre Excellence qui pourra juger elle-même s’il n’y auroit pas d’inconvénient d’introduire cette innovation dans la cavalerie française. »

8De plus, il n’a garde, dans son plaidoyer, d’oublier le facteur psychologique : « Je crois que l’arme ne sera pas sans avoir d’inconvénient, un des plus grands que je crois qui aura lieu, c’est un mouvement d’ossilation que doit produire le trot du cheval, et ce mouvement d’ossilation doit produire un cliquetis qui doit porter la terreur et l’effroi dans les rangs ennemi surtout c’y c’est sur l’infanterie que la charge soit dirigée. Le premier rang pourroit se dire à lui-même dans un instant je serai embroché tout vivant et quoique mon corps sert de bouclier à ceux qui sont derrière moi, ils n’en seront pas moins jetés sur leurs derrières et écrasés. »

Des « chars de combat » hippomobiles !

9Un autre messin, Elias Lazard Levy, négociant au 95 rue de l’Arsenal, propose quant à lui, le 22 février 1813, un véritable système d’armes. Il s’agit :

« D’atteler des coursiers à des charettes à deux roues très légères dont le brancard se prolonge devant le cheval d’environ 80/100 mètre on ajustera une barre de fer crenelé tenant aux deux bouts du brancard par des vis de manier [manière] que le cheval étant en course les créneaux de la barre que le précède étant poussé de toute force doit boulverser homme et cheval qui leur résistent. Je propose aussi pour mettre le cheval à l’abri des coups de fusils, bayonnettes et sabre d’arrêter au brancard plus près du cheval un morceau de tôle forte, ou de gros fil de fer entrelacé, en forme d’arcade ayant soixante-quinze degrés d’inclinaison enfin de couvrir la tête une partie du corps du cheval ne laissant que les pieds à découvert, tous ces poids peuvent être facilement équilibré dans la charette.

Pour former un ou plusieurs rangs impénétrables de ces charettes, il est indispansable que les lames crénelées dépasse le brancard en largeur à chaque côté d’un pied ayant soin de plier les deux bouts débordant en rehaussant la droite et abaissant la gauche de manier que deux charettes étant l’une à côté de l’autre les deux bouts des barres crénelé des charettes se croiseront sans se toucher et par ce moyen il n’y aura aucun vuide dans ses rangs. Il ne reste plus qu’à discuter la manier de construire et monter les charettes. Je propose des roues d’une grande circonférance et fort menues, on les placera tout près du cheval, le conducteur ce placera entre les 2 roues sur un petit siège suspandu.

Il doit être armé de deux pistolets et d’une épée ou lance. Il y aura un autre banc suspandu derrière les roues en largeur de la charrette. On y placera deux hommes armés de même, dos à dos, à pouvoir observer ce qui se passe de tous les côtés et se défendre, et à pouvoir remplacer le conducteur en cas de besoin. On pourra endosser des lames crénelé et des morceaux de tole pour les couvrir. Tous ces appareils peuvent être supprimé hors du combat. On devisera [dévissera] les barres et toles, on attellera le cheval aux deux bouts du brancard. L’intervalle fera corps de la charrette comme aux ordinaires par ce moyen le dessein en sera caché. »

Une vision passéiste

10Ces projets ont vraisemblablement été communiqués aux officiers d’artillerie en charge de l’armement et du matériel, qui opéraient sous les ordres du général Gassendi. Aucun, toutefois, ne reçut un avis favorable car tous émanaient d’inventeurs peu au fait des réalités militaires ou des dernières avancées techniques, si bien que les solutions proposées demeuraient marquées par des conceptions parfois fort anciennes : la charrette « blindée » n’est ainsi qu’une résurgence du char de combat de l’Antiquité. Pourtant, tout au long de la première moitié du XIXe  siècle, les bureaux de l’artillerie reçurent un certain nombre de propositions de ce type. Puis le flot se tarit au cours du Second Empire, peut-être parce que la mécanisation née de la Révolution industrielle avait engagé l’innovation sur des voies nouvelles, la guerre de Crimée représentant à cet égard un seuil irréversible avec l’utilisation d’armes à canon rayé. Quoiqu’il en soit, en 1813, Napoléon Ier, pressé par le temps, choisit lucidement de recourir aux moyens éprouvés habituels. D’où le double refus de la nouveauté technologique, trop longue à mettre en place à grande échelle (ce qui condamne notamment le fusil Pauly) et des naïves élucubrations d’amateurs bien intentionnés.

11Sources : Service historique de la Défense, archives de la guerre, artillerie, 6 W 168.

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/msword – 43k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Brun, « Les inventeurs prennent du service », Revue historique des armées, 263 | 2011, 75-78.

Référence électronique

Jean-François Brun, « Les inventeurs prennent du service », Revue historique des armées [En ligne], 263 | 2011, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7219

Haut de page

Auteur

Jean-François Brun

Doyen de la faculté des sciences humaines et sociales de l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne, il est maître de conférences spécialiste d’histoire économique et militaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals