Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard Hourcade,Géopolitique de l’Iran

Armand Colin, 2011, 295 pages
Alain Marzona

Texte intégral

1Publié dans la collection « perspectives géopolitiques » de l’éditeur Armand Colin, cet ouvrage s’intéresse à un pays sur le devant de la scène internationale depuis plus de 30 ans à savoir l’Iran. Ancien directeur de l’Institut français de recherche en Iran, Bernard Hourcade réalise une synthèse particulièrement éclairante et complète sur l’une des plus anciennes et brillantes civilisations du monde. L’un des principaux mérites de la démonstration de l’auteur est de dépasser les idées préconçues et les stéréotypes. À cet égard, le chapitre intitulé « L’Iran mondialisé » apparaît révélateur, en mettant l’accent sur le dynamisme de la société iranienne et de la jeunesse en particulier, de l’importance de l’urbanisation ou des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les rapports de force dans la région du Golfe persique et au Moyen-Orient sont aussi très bien décrits, mettant en évidence la place singulière qu’occupe l’Iran. En effet, le pays est l’héritier d’une civilisation millénaire et d’un islam chiite dans une région où le sunnisme est prépondérant. Aussi, l’Iran succède à l’ancienne Perse et se veut le dépositaire de la culture persane face aux Arabes, d’où un nationalisme très prégnant dans le pays. La révolution qui a porté l’ayatollah Khomeiny au pouvoir en février 1979 a marqué sans conteste un tournant dans l’histoire iranienne mais aussi dans celle du Moyen-Orient. En effet, pour la première fois, un mouvement se déclarant de l’islam politique accède au pouvoir, imposant les règles de la religion à la société. L’Iran apparaît alors comme une puissance révolutionnaire qui propage ses idées, notamment par l’intermédiaire de mouvements terroristes comme le Hezbollah au Liban depuis les années 1980. L’arrivée au pouvoir du réformateur Khatami à la fin des années 1990 a permis un infléchissement de la politique iranienne notamment en direction des États-Unis, qualifiés de « grand satan » par le pouvoir khomeyniste. La chute du Shah d’Iran en 1979, qui était le principal allié des Américains, et les tensions nées de la prise d’otages de l’ambassade américaine de la fin 1979 à janvier 1981, ont constitué une rupture dans les relations irano-américaines. L’Iran, en raison de sa position géostratégique et de ses richesses pétrolières a longtemps été considéré comme un relais de la puissance américaine dans la région. La question du nucléaire militaire iranien, patente depuis le début des années 2000, constitue l’une des crises majeures des relations internationales, accentuée par l’intransigeance et les provocations du pouvoir iranien depuis l’élection de Mahmoud Ahmadinejad en 2005. La perspective d’un Iran nucléarisé entraînerait sans aucun doute un bouleversement géostratégique dans cette région déjà soumise à de multiples transformations et changements. En conclusion, cet ouvrage constitue une référence pour qui s’intéresse à cette puissance émergente et contestataire de la scène internationale, permettant de mieux appréhender le fonctionnement pour le moins complexe du pouvoir iranien et les multiples défis internes et externes auxquels est confronté cet État depuis plus de 30 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marzona, « Bernard Hourcade,Géopolitique de l’Iran », Revue historique des armées [En ligne], 266 | 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7412

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals