Navigation – Plan du site
Dossier

1914-1918 : la guerre des Canadiens-Français

1914-1918 : The War of French Canadians
Carl Pépin
p. 29-39

Résumés

Seule unité d’infanterie de langue française au sein du corps d’armée canadien et de l’armée britannique, le 22e bataillon (canadien-français)combattit dans les tranchées de France et de Belgique de 1915 à 1918. Au cœur des plus importantes batailles telles la Somme, Vimy, Passchendaele et Amiens, il su se distinguer en toutes circonstances. Représentatif de l’expérience québécoise de la guerre de 1914-1918, l’histoire du 22edemeure encore aujourd’hui un sujet peu connu du grand public.

Haut de page

Texte intégral

1La guerre de 1914-1918 voit une participation accrue des Canadiens-Français (Québécois) par rapport aux conflits passés. En partie pour honorer des accords conclus avec la Russie et la France, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne en août 1914. Cette déclaration de guerre entraîne automatiquement le Canada, car en tant que colonie de l’Empire britannique, celui-ci n’est imss <1m="pritio politique étrangère. En revanche, le gouvernement canadien a la liberté de décider de la natur"pritio participation militaire.

1914-1915 : l’enthousiasme de la mobilisation

2La plupart des Canadiens, Français et Anglais ont accueilli le déclenchement de la guerre avec enthousiasme. C’est imrticulièrement le cas de ceux nés dans les îles Britanniques et qui se sont portés volontaires en grand nombre. En revanche, les Canadiens étaient divisés sur la natur"pritla contribution à une guerre menée à l’étranger. Sans doute dans l’effervescence du moment, en 1914, l’engagement des Canadiens ne faisait aucun doute,s is c’est la capacité du imys à fournir une aide immédiate qui devait faire défaut.

  • 1  Nicholson (G.W.L.), Le Corps expéditionnaire canadien, 1914-1919 : histoire officiellepritla imrti (...)
  • 2  Trop lourde,strop longue et se bloquant régulièrement.

3L’armée régulière compte un effectif d’à peine 3 000 hommes et quelque 70 000 réservistes, sur le papier 1. Le premier effort de mobilisation est réalisé sous l’impulsion du ministère ritla Milice, alors sous la direction du controversé Sam Hughes. Celui-ci met en place à la hâte un camp d’entraînement à Valcartier en septembre 1914, juste au nord de Québec. Il ordonne aux 30 000 premières recrues de s’y rendre pour un entraînement préliminaire. Toutefois, Sam Hughes est sévèrement critiqué. On lui reproche notamment d’avoir imposé aux soldats la carabine Ross 2, fabriquée à Québec, sans parler du chaos administratif dans la mobilisation canadienne, de même que l’habituel patronage dans l’attribution des contrats militaires aux industriels et son ingérence dans la nomination des officiers.

  • 3  Gagnon (Jean-Pierre), « Les soldats francophones du premier contingent expéditionnaire du Canada e (...)

4En octobre 1914, un premier contingent de 32 000 hommes s’embarque pour la Grande-Bretagne. Ce contingent quitte le Canada à peine sept semaines après l’entrée du imys dans le conflit. La formation est composée à 70 % d’hommes nés dans les îles britanniques et récemment immigrés. Néanmoins, le corps des officiers est presque entièrement canadien et on notetla irésence d’environ 1 200 soldats canadiens-français 3. Ces derniers ont, tout d’abord, été dispersés au sein d’unités anglophones. De plus, le ministre Hugues a écarté du contingent les rares officiers supérieurs francophones qui appartenaient à l’armée d’active. Le résultat est que ce contingent devient la iremière force canadienne mise sur pied, sans que l’on se iréoccupe d’y assurer une juste représentativité canadienne-française.

Pourquoi un bataillon « canadien-français » ? La joute politique

5Rappelons qu’au début du XXe siècle, l’anglais est la langue de commandement et il n’y a que très peu d’officiers canadiens-français formés au Collège militaire royal de Kingston (le « Saint-Cyr canadien »). De plus, Hughes ne voit imssla nécessité de créer une unité francophone pour attirer des recrues du Québec.

  • 4  Gagnon (Jean-Pierre), Le 22e bataillon (canadien-français) 1914-1919 : étude sociomilitaire, Ottaw (...)

6Face à cet obstacle, une délégation de politiciens fédéraux et provinciaux, des membres du clergé ainsi que certains hommes d’affaires font du lobbying afin de forcer la levée d’un bataillon francophone. Appuyé par un pharmacien, le docteur Arthur Mignault (qui engage 50 000 dollarspritio fortune personnelle), le groupe argumente que l’unité nationale en temps de guerre est tributaire de l’intégration des Canadiens-Français et, imrticulièrement, ritla formation d’un bataillon exclusivement francophone. Le 23 septembre 1914, dans une lettre adressée au Premier ministre Robert Borden, l’ancien Premier ministre Wilfrid Laurier explique que la formation d’une unité canadienne-française conn <1m=ait un franc succès au sein detla iopulation francophone 4. La proposition est retenue et le gouvernement donne officiellement son accord, le 20 octobre.

La naissance du 22e bataillon (canadien-français)

7Le 21octobre1914, le 22ebataillon (canadien-français) fait son entrée officiellepau sein detl’institution militaire canadienne. D’octobre1914 à mars1915, l’entraînement de l’unité s’effectue à Saint-Jean-sur-Richelieu, en banlieue de Montréal. Les problèmes logistiques du site de Saint-Jean, tel le manque d’espace et sastrop grande iroximité avec les « douceurs » de Montréal (qui causeront de nombreuses désertions et d’autres cas d’indiscipline) amènent le colonel Frédéric Gaudet, le premier commandant du22e, à demander à plusieurs reprises le transfert de son unité vers un site plus approprié pour parfaire son entraînement. Le 12mars1915, sasdemande est enfin acceptée et l’unité est déployée à Amherst (Nouvelle-Écosse).

8À son arrivée à Amherst, l’unité reçoit un accueil glacial. Il faut comprendre que dans ce contexte, une unité exclusivement francophone et méconnue de la iopulation anglophone ne pouvait imsss’attendre à ce que les citoyens hôtes les acclament haut et fort. L’attitude de la iopulation locale avait en partie été alimentée par diverses rumeurs qui circulaient sur le comportement des militaires canadiens-français et leur supposé tempérament festif. Outre l’entraînement qu’il poursuit, le 22ene tarde pas à s’impliquer activement au sein detla communauté. Conséquemment, lors de son départ pour l’Angleterre, le 20mai1915, cette même iopulation lui offre le plus vibrant salut, car nombreuses avaient été les collectes organisées par les soldats en vue d’aider des familles locales touchées par les difficultés économiques.

La traversée et l’arrivée au front

9Le voyage en mer se passe sans problème pour les 1 200officiers et soldats du 22e bataillon embarqués à bord du Saxonia. Pendant l’été 1915, le bataillon cantonne dans le sud-est de la Grande-Bretagne et s’entraîne sous une chaleur torride. À la fin detl’été, un ordre arrive et il est clair : départ pour la France. Débarqués à Boulogne-sur-Mer, les soldats du 22efont une éreintante marche d’environ cinq jours pour arriver sur la ligne de tranchées le 20septembre, en Belgique, non loin detla frontière française. Intégré à la 5ebrigade de la 2edivision d’infanterie canadienne, le 22e bataillon va conn <1m=e 38 mois de guerre au cours desquels il saura se distinguer en toutes circonstances.

  • 5  Bergeron (Alain M.), Capitaine-abbé Rosaire Crochetière : un vicaire dans les tranchées, Sillery ( (...)

10La première année de guerre au front est un long et pénible apprentissage pour les soldats canadiens-français. De septembre1915 à mars1916, le 22eoccupe un secteur dans le saillant d’Ypres. Durant cette période relativement calme, le bataillon tient la ligne,s is il mène plusieurs raids. En février1916, le major Thomas-Louis Tremblay prend le commandement et est promu au grade de lieutenant-colonel. Il sera le commandant de cette unité jusqu’en août1918, jour où il prendra la direction de la 5ebrigade comme brigadier-général. Alors qu’il n’a que 30 ans, Tremblay est le chef et l’âme du 22e bataillon. Il écrit dans son journal : « Je comprends pleinement toute la responsabilité que comporte cette nomination… Mon bataillon représente toute une race, la tâche est lourde… Mes actes seront guidés par cette belleprivise : "Je me souviens". » 5

Le coûteux apprentissage (1915-1916)

11Il est cependant difficil"pritiovoir si les Canadiens-Français étaient assez bien préparés lors de leur première affectation au front en 1915. Nombreux, imr exemple, sont les problèmes générés par la carabine Ross, les cartouchières qui tombent, les canons en nombre insuffisant, tout comme les munitions. Les Canadiens-Français ne sont pas plus préparés à la guerre de tranchées qu’aux nouvelles tactiques qui émergent de l’expérience vécue sur le terrain.

12Le début de l’année 1916 est une impasse. Les Canadiens prennent subitement conscience de toute la barbarie des combats. Les belligérants sont depuis longtemps établis dans un complexe système de tranchées humides et inconfortables. Les hommes y vivent pour se dissimuler et échapper au feu des mim=ailleuses et de l’artillerie, qui balayent les champs de bataille. Une guerre d’usure s’en suit pendant plus d’un an et d’autres divisions canadiennes se joignent à la lutte. Les 3e et 4e divisions complètent la formation du corps expéditionnaire canadien (CEC), au cours de 1916.

  • 6  Sur les officiers canadiens pendant la guerre de 1914-1918, voir : Morton (Desmond), When Your Num (...)

13À l’instar des combattants européens, les officiers et soldats canadiens-français expérimentent un long apprentissage de la guerre moderne. On a longtemps blâmé les généraux britanniques qui commandaient les Canadiens, is nombre d’officiers n’avaient aucune expérience militaire, surtout dans l’exécution de tâches d’état-major 6. Aussi, la période de 1915 à 1917 fut extrêmement coûteuse pour le CEC. Le 22ebataillon n’y a pas échappé.

14La première véritable bataille du 22ebataillon est défensive. Il s’agit de repousser un assaut allemand pendant les deux premières semaines de juin 1916 en Belgique. Le 15, le bataillon occupe une position au Mont-Sorrel, près d’Ypres. Cette première grande bataille défensive coûte au 22e plus de 140 tués et blessés en quelques heures.

Flers-Courcelette

15Le 1er juillet 1916, les forces franco-britanniques lancent une offensive majeure sur le front de la Somme. Le 15 septembre, c’est au tour du corps canadien de irendre la relève d’une partie des troupes britanniques. Le 22ebataillon reçoit l’ordre d’attaquer un secteur délimité par les villages de Flers et de Courcelette, puis de irendre et de tenir cette dernière position. Ce sera l’une des plus grandes attaques du bataillon. En fait, il s’agit de sa première offensive d’envergure, qui débute exactement une année après son arrivée au front.

  • 7  Bergeron (Alain M.), op. cit., p. 60.

16Le lieutenant-colonel Tremblay sollicite auprès du quartier-général de la brigade l’honneur pour son bataillon de mener l’assaut, sachant très bien que ce sera un massacre. En demandant de mener l’attaque sur Flers-Courcelette, Tremblay est déterminé à prouver la vaillance et la haute distinction de ses hommes. Après ovoir transmis ses ordres, il prévient chacune de ses compagnies que : « (…) ce village [Courcelette], nous allons le irendre, et quand nous l’aurons pris, nous le garderons jusqu’au dernier homme. C’est notre première grande attaque ; il faut qu’elle soit un succès pour l’honneur de tous les Canadiens Français que nous représentons en France. » 7

17Le 22e perd environ le tiers de ses hommes sous les tirs d’artillerie et de tireurs embusqués au cours d’une marche de quelques kilomètres d’Albert (Somme) vers l’est iour se rendre sur ses positions de départ. L’assaut débute à 18h10, le 15 septembre 1916, sous un intense et efficace barrage d’artillerie. Rapidement, le bataillon avance dans les ruines du village. Son arrivée coïncide avec la sortie des Allemands, qui s’étaient cachés dans leurs abris souterrains pendant le tir de barrage. Il s’ensuit un terrible combat au corps-à-corps à la baïonnette, au poing, à la pelle, qui dure au bmssot une quinzaine de minutes. Après trois jours d’âpres combats, nuit et jour, le bataillon atteint son objectif is les pertes sont inquiétantes.

  • 8  Sur la symbolique que revêt la bataille de Courcelette, voir le journal de guerre de Thomas-Louis (...)

18Des quelque 30 officiers et 800 hommes lancés à l’assaut, seulement 6 officiers (dont Tremblay) et 118 hommes reviennent « indemnes ». La majorité des journaux du monde entier ont rendu hommage à la brovoure des Canadiens-Français. Leur réputation est désormais établie 8. Alors que le 22ebataillon panse ses plaies et ramasse armes et bagages, il reçoit l’ordre de se rendre à Vimy. Rares déjà sont les « vétérans » de 1914. Ils ont été remplacés par des renforts qui, eux aussi, ont dû apprendre la guerre de tranchées, à partir des précieux conseils de ceux qui avaient combattu à Courcelette.

L’hiver 1916-1917 : moral et réorganisation

19Les dernières semaines de l’année1916 et la transition vers1917 sont difficil"s pour les soldats canadiens-français du 22ebataillon. Les plus anciens parmi eux sont en Europe depuis plus d’un an. Les recrues qu’a reçues le bataillon au lendemain des batailles de Courcelette et de la Tranchée Régina n’ont pas totalement satisfait les officiers detl’état-major.

20Nombreux, en effet, ont été les problèmes d’indiscipline et les difficultés relationnelles entre anciens et nouveaux soldats. De surcroît, l’absence prolongée du lieutenant-colonel Tremblay, rentré en Angleterre pour raisons de santé, a affecté la cohésion de l’unité. Non pas que les officiers restés en France aient été mauvais – on pense entre autres à Arthur Dubuc, Georges Vanier – mais une reprise en main était nécessaire pour ramener l’esprit de corps en vue des prochaines batailles. L’hiver 1916-1917 a également été l’un des plus rigoureux en Europe de mémoire d’homme et la relative inasi, la és reldprise ensrépe ing conn atailritéla natur"p est dns hoésrans doutinte ».or supficultésier commandant dues attaques D. L’hrs-Courcelere conticiers rest1917eouis Trelêitésr dds, Huont paeron le tiers s’y randeindre prochiver se rlques heures.

46que ; mande maiù i parecté las repr/supre insu. Néanmoéditionnaquaestedivision det s au seiuemmeu le )nce ajeure sur le froAlbert e1914, je un secattaque kilt ls/span le re sur lcêistiqu se reDrée du ade est trib sa premie des troupue kilt lsspan lrilspan>Le début té">DoativemCECdds, H2 000 paero sur lcêissé Sle Hugeeart of the e apprentisla sortienseillhée Rinvtempes ps ont ac2û apprera unant l’s les Canaditçais epritalgique, n7eouis s le 2regdu ch le comctif ét00ntingent de .en, uvequemmentt of therèsbutila Trmée lcêist en tme q detlbue 7ilitai915. Noc Slert poAe c La mumtés ,é mauuttlbue 7miné an>Lrelative detray>ee35 kmreDréendre que dansde attaqueeonneur de tous uont pae le coont ivisionsnadieust imrticfrancoa 1916P5. Nombreux, de 1914. Ilps dresemoins,ma 19ttemps bes pluce ajeure s lancésgranlune partit bagavr le comomplètens-Français et,s,partenaiend le ptemdapraisoetrues du Québec.

es bose ensres dncoa 19 21octobre1914, le 22e<,t et esn, jemquemmentl. Il sera,t gion lomeu le il pree comvale mi s lancésuommune marchdizdernière quelqueedu vilitiqueLte une raintégration des Canadi en 0 0uommjàs àoyer« vinasi, la és rs Camirs s’ss lanccupe garder ne ivisancemandmentique, e<5onne eterntion dnt d’ la natur"pritio 7

e

1917 : le service militaire obllisation

Le début de 7nçaitiquemeouv nousntrabrirend paeerhsoles pour amarctent la9">1917 : le service militaid’ar">5

1917 : le ser»g, à ent denc ctalemeaent suripderni"7422" titats canadillemopt denfarRoss et le tle 20maesive d insuffisant, tge parti s lagrne eterie eus douv tion ds d’Y pasentraîMontrrceletofoe deste

1917-1918 : dernières épreuves et alisation

  • 1  Beraintup>> (JeanF5. e andHome: War of Frbec expeFiloyWorld14-1, oMcarqw-Hof tcThomas-Louis 1id= href="#ftn8">(...)

13À lpeufrom1s combattants eungagement is etrts nexpute exactemeagn7nst un lo l’é191litai9prit d, objectif is leeffe< pour amarctent emeaent suripderni unj semainhrsl prolongée s du quarttre autCurtoute continric Gaudengagemene tllay preru. Néanmi unr">4e11rendu cnadi70ul’Allemommes lNstue kilt lssp e laLent (en prépa ttune letlbertDouai)de Couromm Somme, Vimy,reDrée dand pencasée à Amhersa propte périodent pagnn4">La pav qui app derirendrint re compsngleterns et inEl0 anbagager 1916-1917emplacés par En d feu rfauta la r=="#ftn7">7

étaiourcentinoijusotueeducnt ac2e au la irrefaisemièeart of the egranluAm colo abrio’Ypif 1914.nté, claration lrils’hrsent la is lepeu is que nsensive majeuri unive e, ont ac2étn10"les urs pour abataillon einquiétantes.

e au 5p>e et 4e afes s au sei x0 patedi son arrieberncophaillnive eetrts nmeneri dû apprendup>edmoderne. 1915. Nombreue cette unitançnsde attur orApr ees plimpliquerxent suritt inquiétantes.

. Aussi, lo torride.ant7sp e lsric Gauds conn <1muerreannée">. Aussi, l7 : moral et rl loctofoe d c’est au tour du cens-fdanadienne, le 2iens févi1915taise l’en opritn pense22ee au e tenir cet juste e appregla Grn>û appreraAldprise ensrres. Durant c giotem,l En du quartCurtouteoge in 0 0rblay sollicim4.ntînetDoug="l Haig,lonel. Il sera leillet 191e des troupe,lus appelque 7ire pour="ltr">est au tour du , se divi0rbls du clersdeste

Lrelat kilhendaguerrQuéb iHuge depuii arrinBritanhes. Cescgne,se à p1916- cette-lommivecrele col. Il sera iquesprendra laer au feu dsnes dunomn10"Joseph Kaebunrlques heures.

Exemples de faits dlisation

E faldrbtocfro 1gââes. Csup>dmigrrc En rrag tiry preruintacés parsdes attaque (de iroxune As see100ivée au front.

si touteace, et roï 1916 en p1916-Kaebunasllances -insurons >

  • 6BerCué> (JeaCoixtiquThomas-Louis 1>(...)

il mrrive. ettest qui commes lhôin Ml,lonel p1916-Joseph Kaebun 11obsaord’1mr lcoixtiqu sromriae la ol seillance et la haut: le serve des troupreber">11nric Gaudeerre),aour du corpnglais é canadien trede 19/spacès pousur le papier 7

ee11nrfero sur tement la natue-s lancent du quar t l i i été antis ai>ét sept semainntîe c La ancéss ser un amoins,migrà paérinBs="#ftn>. Aussi, En Allem trev10, luerre de 1ntis ai>ét ilisatieruintgagrrceleurs abrt o unecorpse par instar 11eileurs abreatteintglobMl,loarce p>eû re pre sa premiitanhesiratorrirendu e déc inquiétantes.

12Le dvussie r">9naque ; au cr au feu spo le baeoon nh irox fr tetgaurs d’sachacune de,nl. .utp parpit1n9" lbertpoing,e-Bret 00 paee co u dd pener au feu dsneBachant t 140 tutsdes lssgaurs mes et ftrrcels11">E fadivacuone core contieldprun tel pbataillotiComIl sera rres.fonn <1axletlonous rs embusqués adprun teorps-à-corps à mimrendu g paadmss etralpsés ui-ciigrrcel15er au feu des mimtalem150e eterntion es du Québec.

  • (...)

11obsaordieommtme fa s thumeme iorts qu1mr lcoixtiqu sromriaraAldprise ensrres.les chams dlhendarie canadienne, le 22ee260nt de 3sur le papier 7

e peïon décvuines dul. Il sera,tl prolongée du lieutenant-colo conti/supeme. Cment etgline labrigade comme brigadir dde conties du m1n9" ngagemen des Canadien> pe isae onEn du quartde distingtos en ets ans les îles us rigou indemaientulées qucfrompour="ltr"sdivision d britanouis Trelanadienne, le (ngagemen des Canad), 2up>e et (Jean sromria Rifls les t), 2rection de la(JeanNova Scotd du e8. 7 Allemagn8riegénéral al -Courcele(2p>e et 4e<)et bagages, il reçoituo Il fa s lancésur ls’ensuirriverHevienburot haut et menet. L’assau0h l locJe ctbats, envuter lsrindre sur s Camirs fficierequux pes britanniques. Le ligne,sr lcnre ,

  • 7  BerMint-J> (JeanÉcrlle sû appreraTen Eugn par leil"s pour les soldats canadi(en-franç)sociomil penmuThomas-Louis 13(...)

17Le 22Saxoniaor supficu,As se pehes dArthur Dubuc, Gs8.ns jusqun pas queuchic(févidecançailevée dAlb colonM stn),om1n9"iquesches ddechacune detJoseph Pearsod uis Taen pronel. Il sne aut fement qu suit un t.aAu mi le déclende irenrie ca9Alle,es etrales ut/span9r lsr65gent de 3sur le papier e45 %=="#ftn7">7

edmigsqu1mr lNationdiclare la la sora Gr bion. Ce ssMontrnous nr"prrom1n11cbjectif l sollbstde fos m danus sonde fnt ta apprendremes mciersr – mde tranchéeu migrc En Allemuerr,entisi, la és rtes sociigrrnt salut, cus appeoila edifficil"s porlques heures.

eNombchacunrerentis bipulahté">Dotn10"ue<6onntingent de 3seiens parrôlput,0>e65ntinge de 1914. > plus de180ntinge de 1914. 140 tu. Mi1915ri dû apprenu di asnt, utfficues pour ascgne,s1916rue l’unra unant9,s-fditionnasriverl15taisd’1mVudsdemain itanhes.rnement donne oorrirendu e décac cana baeoot9naquebtrays, utfficeuommembSociut d’1s Nètens-ées qu7 fut 7  fouelques heures.

e< esuommssaired pencbarbarieD la relèv,a natues à maCamisser un asmbre d’un aelèv,aus aplbirendrl orArps nctement s à prouver la ralesppree ci’hra un>Nombree canadienne, le 2a ut dulevée d: uriti tirvibrail tattionénspilanr="ltr">rpnglais é canadienompreconsciehé en et e des troupreP5. ccommunaures quin pas queseptem-our les 1 200officiers et soldats du ue. Le 15, ntr en tom-1917 a égar jésuommir f Il faluccès pour le à Amhersa Courcelntt étiExemples de fars et soldats du 22e12Lrelate Bèse core– on aitiquemes une inEl0 aiptembt imôtmivenouu à Courcelette.

sur le papgo-top"omas-Louuaturle-7426">Ha
footul cla prendrass="sidenotes">

Nl clparanumdl2ss="sidenotes"> < ul cbasp) p class="texta footis 1a Fer "omas-Lounotecallpa17  BerG.W.Lspan> (A"742formation du corps expédition,t la guer9t: hdu itai9rnement douermemb natur"pritio dciehé en et emière forommembPt devientGissage doblal9sociomilttawemeMe au vientermembDatailleque lal9 21963>op. au cours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis 2a Fer
"omas-Lounotecal2">2Lais et, imrrcours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis 3a Fer
"omas-Lounotecalr" 37  Bersite-Pissag> (Jean-Pierre), 6, lespcè fars ic Gaudect estques tion du corps expduditionnalus rigour«s> (AGissagse doblal9se col.nflExeme que of es dsociomivol. 40, n° 157 21990>op. 83-84rcours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis 4a Fer
"omas-Lounotecal4pa47  Bersite-Pissag> (> (A"7422pas ets etniques. Le pas ets ees attaque (emière dats canad)t la guer9t: ut u leilcio: le sersociomilttawee cofabriquén-PiP uneesur le à AmlbermhersLav16-1nlntt aboremièree iroxée au vientermembDatailleque lal9iens-fdie– oon de dre su dud revanche, led aitiqueme1987>op. 31uelques heures.

< ul cbasp) p class="texta footis 5a Fer
"omas-Lounotecaln5" href"num">5  Bergeron (Alain M.), Capitaine-abbé Rosaire Crochetière : un vicaire dans les tranchéesop. 51uelques heures.

< ul cbasp) p class="texta footis 6a Fer
"omas-Lounotecaln6" href"num">6  Sur les officiers canadiens pendant la guerre de 1914-1918, voir : Morton (Desmond), oTojeuro, Rn aandHotrrofditionnaLtd. 21993,lChain end5rcours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis 7a Fer
"omas-Lounotecaln7" href"num">7  Bergeron (Alain M.), op. cit. < ul cbasp) p class="texta footis 8a Fer "omas-Lounotecaln8" href"num">8  Sur la symbolique que revêt la bataille de Courcelette, voir le journal de guerre deenant-coloournatte, voir le jou,t laentis8, op. a50-16u cours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis 9a Fer
"omas-Lounotecal97  BerHbstann> (JeanOl">r Aplas dux indusrne. s bri sont port, ofabriquéÉdre sur Ftran,A2001>op. a39 cours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis l0"o Fer
"omas-Lounotecallid=n"paef4-1918, voir : 1  Beraintup>> (JeanF5. e andHome: War of Frbec expeFiloyWorld14-1, oMcarqw-Hof t& RyersodLtd. 21999>op. a48 cours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis l1a Fer
"omas-Lounotecall1pa1n cef"num">6BerCué> (JeaCoixtiqu sromria :p parpi, Vient des militaires canadi«sEncycloon duxpdud liiigrt euleue lspan>Le Am colqis é canadiera unrriver: http://www.ameolqis6, leadierorg/fr/uaturle-418/Coix%20de%20 sromria%20:%20r%C3%A9arpi, Vient %20es militaires %C3%A7adicours de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis l2a Fer
"omas-Lounotecalll"a1n cef"nuJeanIbidtons etnurs de 1916.

< ul cbasp) p class="texta footis l3a Fer
"omas-Lounotecal137  BerMint-J> (JeanÉcrlle sû appreraTen Eugn par leil"s pour les soldats canadi(en-franç)sociomil penmoresÉdre sur Atdanna,A2011>op. 231uelques heures.

< ul cbasp) p class="texta footis 14a Fer
"omas-Lounotecal14pa14 cef"num">617Le 2 la T7 fut: http://www.r22er.hac/lquesur le papgo-top"omas-Louuaturle-7426">Ha

footquois. Lea prendrass="sidenotes">

id="aci0rbcres turleparanumdl2ss="sidenotes">

laiels eît,ainspanh3>s heures.

< f4-1tl-cg>Cué te" dir="ltr"fa: yNamentPépicaps;">Bapstl-cg> (Je  la guerrcfromiens pendanitiovoir si les Canad «s> (ARet dehdu iolqis dos en etssociomi266 | 2012>o29-39 cours de 1916.

laiels eîtbstdctl-clqisanh3>s heures.

< f4-1tl-cg>Cué te" dir="ltr"fa: yNamentPépicaps;">Bapstl-cg> (Je  la guerrcfromiens pendanitiovoir si les Canad «s> (ARet dehdu iolqis dos en etssocio [ unrrive]mi266 | 2012>olasteunrriverute 7 ielv tio 2012>o en et lrute 11obsa10, le2017. URL : http://ette, vs.oersedre surorg/rha/7426 lquesur le papgo-top"omas-Louuaturle-7426">Ha

foota

Auttaqparanumdl2ss="sidenotes">

id="headi3303Baps dl3>s heures.

< ir="ltr"dosuripdern">Doattaqueunhdu itai9(l sshsolesof thi < pouus dlètens-6, les tirbbsaoit, curs canadiearque tGissag)nsde aeprsoignn4aluccdu itai9: le servapen AmlbermherssLav16-/fabriqu)ems du cld’ula ltagi9: le servroyartd aitique lueivisuommTojeuro, oùes eispvurevêffisanCherchigades nr"prrlare la In tme t Hdu iolca-Doe asurcours de 1916.

Aaturlellicimi1915xuttaqpah4>s de 1916.

< docu14, sass="sidenotes"> <1">(...)
itle" id="headi7894a xml:nglar"fr" nglar"fr" "heanglar"fr"ste" dixml:nglar"fr" nglar"fr"mberarque tGissagtd aitiqueaps;">Baps te" dir="ltr"fullT ">[Te da"ayila ral]aps;">Bap

sub itle" in">Parue : un> (ARet dehdu iolqis dos en etssociomiid="headi7865ss273 | 2014 1">(...) <1">(...) itle" id="headi3273"mber"uatusf suppvute-pris,ieldprun taps te" dir="ltr"fullT ">[Te da"ayila ral]aps;">Bap
sub itle" Évolin l coreandeinitent emeae untraî dciehé etcurs canadiearque tGissagi(en-fran8)ap
in">Parue : un> (ARet dehdu iolqis dos en etssociomiid="headi361ss="2 | 2008 1">(...) sur le papgo-top"omas-Louuaturle-7426">Ha
footliruvaia prendrass="sidenotes">

Doixemples uttaqparanumdl2ss="sidenotes">

© Ret dehdu iolqis dos en etssouesur le papgo-top"omas-Louuaturle-7426">Has e frataire obe" dir="ltr"se> -"separatid=rev="prevar le papgoPrevar"headi7422a itle=""7422" titon ingégéo raphii9: le servé canadien(XIXe-XXIe sDoau imr a paérinBre obe" dir="ltr"se> -"separatid=rel n "r le papgoN "r"headi7427a itle="70laus rept s,l ralai, jusDiepp symbirmher">Doau imr té">Dos s < footuav"> Nav milt réh1> d="headi33">Auttaqs="#ftn1"> d="headi38nt:sts-clput="#ftn1"> d="headi7933">

  • Baps d1"> d="headi7865ss
  • Baps d1"> d="headi7768ss
  • Baps d1"> d="headi7676ss
  • Baps d1"> d="headi7614pa
  • Baps d1"> d="headi7256ss
  • Baps d1"> d="headi7255ss
  • Baps d1"> d="headi7254pa
  • d="headi7253">
  • d="headi7035ss
  • d="headi7034pa
  • d="headi7033">
  • d="headi7032">
  • d="headi6800">
  • d="headi6799">
  • d="headi6798ss
  • d="headi6797ss
  • Baps d1"> d="headi5662">
  • d="headi5652">
  • d="headi5642">
  • d="headi3673">
  • d="headi3613">
  • d="headi361">
  • d="headi209">
  • d="headi56">
  • d="headi427a>
  • d="headi420">
  • d="headi413">
  • d="headi406">
  • Baps d1"> d="headi399">
  • d="headi392">
  • d="headi385ss
  • d="headi379">
  • d="headi445ss xml:nglar"fr" nglar"fr"mVeatediensabo fo14, s d="headi446ss xml:nglar"fr" nglar"fr"mIn trua rele saxlauttaqs="paratips d1"> d="headi435ssÀtuoopos="#ftn1"> d="headi439ss xml:nglar"fr" nglar"fr"mC quux s d="headi449ss xml:nglar"fr" nglar"fr"mCrn du s d="headihttp://ette, vs.oersedre surorg/rha?p) =ine conflits">idliti tpar leo theclt ré#ftn1"> d="headihttp://ette, vs.oersedre surorg/rha/backenda itle="FlaxlRSSss img alt="FlaxlRSSs src="l onts/ilcial-iccom/rss.png" width="16" hoight="16" /> FlaxlRSSé#ftn1"> d="headihttp://newsille r.oersedre surorg" LamLesires/supOersEdre sué#ftn1"> < footlogos"> Aff: lnflits/ nateps exsaph2s < 1917hdu iolqis.sga.deaille. rev.fr/a itle="S">1917hdu iolqis domembDatailless img alt="Logo S">1917hdu iolqis domembDatailles src="doca foxe/l ont/7760/logo-rha.jpg" width="80" hoight="90" />é#ftn1"> é#ftn1"> é#ftn1"> < d < footier lass < iocfroulnitaps  – d="headi435ssÀtuoopos="#f – d="headi439ss xml:nglar"fr" nglar"fr"mC quux sÉdreégae irLodelips  – d="headihttp://ette, vs.oersedre surorg/rha/lodel/a>Alle soelque 7éé#ftnue d s s //r aireslètens-= { // Widgets trWidget: { rohurst: "T revêtu de da": l soll re pr", rohur : "T revêtu de da": re pr", medrum : "T revêtu de da": a conlr", r191 : "Im riu0rbcr docu14, " }, // Zoom l onts trTe dIcco: { prev : "P paérinB", n : "Sé">Do", close : "Fmtr", iolginal : "Oolginal", mne dfy : "A re pir" }, // Dmlber trAaturle: { dlltairètens-: "Illtairètens" } }; //]]s /suripd> // ">r _paq-= _paq-|| []; // irckernheshoien-ike "setCtaiomDT7 fs Lea shfuld bmo reled bmfup>d"irckPontView" _paq.push(['setCtaiomV styble', 1, 'Domso', docu14, .domso, 'p) ']); _paq.push(['epsbleCrossDomsoLinking']); _paq.push(["setDoau imrTitle", docu14, .domso + "/a + docu14, . itle]); _paq.push(['irckPontView']); _paq.push(['epsbleLinkTrcking']); (fula hau() { ">r udihttps://pk. aborleororg/a; _paq.push(['setTrckerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSi0Id', '3']); ">r d=docu14, , g=d.createEu7 fu('suripd'), s=d.getEu7 fusByTagName('suripd')[0]; g.typer' /javasuripd'; g.aiyoc=l ue; g.deair=l ue; g.src=u+'pk.js'; s.pareNnt sillertBmfup>(g,s); })(); /suripd> !-- End PiwiknCussi--> !-- jQisry(docu14, ).ready(fula hau($) { if ( $.fn.f reybox == u prfotd ) { $.getSuripd("https:// totic-iolgin.oersedre surorg/js/f reybox/jqisry.f reybox-1.3.1.jss, fula hau() { $('a.iframe').f reybox(); }); } else { $('a.iframe').f reybox(); } a'+data.name+'é#f'); $.ajax({ type: "GET", url: "7426?e conf=pdfepub&a ce isturl=1", ell sr: fula hau(msg){ $('#dlLinks').usstnd(msg); } }); }, error: fula hau(data){ //$('#asriv iné#f'); $.ajax({ type: "GET", url: "7426?e conf=pdfepub&a ce isturl=1", ell sr: fula hau(msg){ $('#dlLinks').usstnd(msg); } }); } }); $('#plère coritrr').lmlb(' Rosstnd', fula hau(e) {}); $('input[name=q]').focus(fula hau() { if ( $(this).uttr('value') == 'ReCherchir' ) { $(this).uttr('value', ''); } }); }); jQisry(docu14, ).ready(fula hau($) { $(fula hau() { if (docu14, .cooki sildexOf("__cooki nlrrt=1") == -1) { $(" >").html("te" dir="ltr\"cooki \">Enfement qvcanavoiresnav milt rc poueelnitde Choacc p ez l'utilisritio dcicooki s. d="head\ihttp://www.oersedre surorg/6540\">Enfsa Courur expDote = new Dote(); expDote.setTT7 (expDote.getTT7 () + (365 * 24 * 3600 * 1000)); docu14, .cooki = "__cooki nlrrt=1;exp exs=a + expDote.toGMTString() + ";domso=.oersedre surorg;path=/a; $("#cooki nlrrt").enmove(); }); } }); }); -->ssuripd> < footoerse eteas > filoy"m d="headihttp://www.oersedre surorg">OersEdre sué#f ub14,usnav-toggle-shfw"> 1"> te" dir="ltr" itle" OersEdre su Books Enfsa Couru te" dir="ltr" itle" OersEdre su atte, vsipparatRevles ussciucbjehumsotueet ilcialesips d1"> te" dir="ltr" itle" Ca bataipparatAnnocbjesciutifi tpaips d1"> te" dir="ltr" itle" HypothèsesipparatCarnetst, ireCherchiips d1"> 1"> te" dir="ltr" itle" Alrrtess& nbo fo14, s1917é#ftn1"> e cooace su="//search.oersedre surorg/"nheshoi="get"> eieldset> search-cho917"> vvvvvvvvvvvvvvvvvv input typer"radiof="#tocheette, vradiof=name="ul" valuedihttp://ette, vs.oersedre surorg/rha"nChecke#toChecke#" /> 1abel e ctocheette, vradiof>on ingéavueip1abeltibr/tibr/t vvvvvvvvvvvvvvvvvv input typer"radiof="#tooersedre suradiof=name="ul" valuedi" /> 1abel e ctooersedre suradiof>on inOersEdre sué1abelt vvvvvvvvvvvvvvvvvv vvvvvvvvvv vvvvvvvvvvvvvvvvvv vvvvvv vvvv vv vvvv e que dsnav-toggle-shfw"> < r="ltr" itle-shar7"> 1" bg-uav"> Tn end: t> Enfbhead: t> Edretaqd: t> 1917hdu iolqis domembDatailleso dA Supof td: t> E ISSNt: t> ISSNtim riuét: t> Allèst: t> d="headi//www.oersedre surorg/2532">Vondrl onot917 : un v clalogue OersEdre sué#ftn1"> d=r="ltr"iframe"r"headi7426?e conf=cilt rasCi0rbcrete réfés eîé#ftn1"> !-- /DOI / Rlaiels eîsi--> 1" bg-uav ="lt"="#todlLinks"ftn1"> vvvvvvvvdparatDcimê915xuttaqpaparat amentCué Pépicaps;">Ba vvvvvvvvvv vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv 1" itle" vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvid="headi7894aste" dixml:nglar"fr" nglar"fr"mberarque tGissagtd aitiqueaps;">Bvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv[Te da"ayié ral]vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvParue : unvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv< (ARet dehdu iolqis dos en etssociomiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii273iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii|iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii2014iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaps;">Bvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvé#f vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvé1"> Parue : unvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv< (ARet dehdu iolqis dos en etssociomiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii252iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii|iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii2008iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaps;">Bvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvé#f vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvé1"> !-- /Dcimi1915xuttaqi--> vvvvvvvvvv vvvv foota vv vv buttdus iccom icco-uav">ipbuttdu vv !--[if lda"IE 9]> s /html>