Navigation – Plan du site
Dossier

Les fanions du 2e régiment d’infanterie de ligne en 1812

Flags of the 2nd Infantry Regiment of the line in 1812
Dimitri Gorchkoff
p. 70-77

Résumés

Depuis quelques années, la recherche sur l’uniformologie du Premier Empire en Europe est entrée dans une nouvelle dynamique. Bien que les légendes du XIXe siècle dans ce domaine soient toujours vivantes. Par exemple, la plupart des publications se rapportant au 2e régiment d’infanterie de ligne sont consacrées aux enseignes de bataillon (habituellement appelés fanions), qui sont devenues des trophées de l’armée russe lors de la campagne de 1812. Quoique ce sujet ait été plusieurs fois traité dans l’historiographie mondiale, de nouvelles sources sont apparues permettant d’avoir une approche documentée. Nous pouvons ainsi remettre en cause l’approche « compilatoire », qui a été faite jusqu’à présent, et présenter de nouvelles analyses.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ordonnance du 12 août 1788, Ordonnances militaires (1788-1789), Paris, 1788-1789, p. 1-2.
  • 2  Bardin (E.-A.), Dictionnaire de l’armée de terre, t. 4 Paris, 1841-1844, p. 2250.
  • 3  Jourdan (J.-B.) Mémoires militaires du maréchal Jourdan (Guerre d’Espagne), Paris, 1899, p. 236-23 (...)

1La plupart des publications se rapportant au 2e régiment d’infanterie de ligne sont consacrées aux fanions (ou enseignes) de bataillon de ce régiment devenus trophées de l’armée russe en 1812. Si ce sujet a été plusieurs fois traité dans l’historiographie mondiale, la découverte de nouvelles sources nous permet aujourd’hui d’en avoir une approche beaucoup plus complexe, en refusant toute dérive compilatrice et en écartant les idées fausses. Les fanions tactiques ou de bataillon sont apparus pour la première fois dans l’armée française dans le cadre de l’ordonnance royale du 12 août 1788 1. Ils étaient utilisés pour l’alignement des bataillons pendant les exercices, pour le jalonnement ainsi que pour la distinction visuelle lors des évolutions et sur le champ de bataille 2. Le maréchal d’empire Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833) ne leur attribue, au reste, que ce rôle et insiste, par ailleurs, sur l’importance secondaire de cet objet, contrairement aux aigles. Dans sa description de la bataille de Talavera de la Reina, il explique : « Quant aux prétendus drapeaux ou étendards que Sir Wellesley se fait gloire d’avoir pris ou détruits, ils ne sont autre chose que des fanions, placés à la droite et à la gauche de chaque bataillon pour diriger l’alignement dans les manœuvres et dont se débarrassent ceux qui les portent lorsqu’ils sont obligés de faire usage de leurs armes. » 3

  • 4  Archives nationales (CARAN, Paris), AF IV/4837 ; Journal Militaire, part. 1., Paris, 1812, p. 163  (...)
  • 5  Hollander (O.), Nos drapeaux et étendards de 1812 à 1815, Paris-Nancy, 1902, p. 93.

2Avant le commencement de la campagne de Russie, il a été décidé d’adopter des fanions d’un modèle unique, compte tenu de la diversité des modèles existant jusque-là. Les documents essentiels établissant les dimensions, couleur, statut, étaient les suivants : le décret du 25 décembre 1811 et l’ordre du jour du 12 février 1812, qui définissaient les couleurs des fanions pour chaque bataillon ainsi que leur statut même, « (...) les autres bataillons auront des fanions sans inscription, et auxquels il ne sera attaché aucune importance ni rendu aucun honneur » ; la circulaire du directeur général de l’administration de la Guerre en date du 19 mars 1812, qui fixait les dimensions, les matériaux, la longueur du bâton et l’apparence des fanions 4. Curieusement, les fanions pris au 2e régiment d’infanterie de ligne, ainsi que de nombreux autres fanions de cette période, « ne ressemblent en rien au modèle réglementaire » 5, selon l’historien français O. Hollander.

  • 6  Charrié (P.) Drapeaux et étendards de la Révolution et de l’Empire, Paris, 1982, p. 191 et 204.
  • 7  Voir, par exemple, le dessin de A.I. Dmitriev-Mamonov « 26 Августа – 1812. Рисовано во время самаг (...)

3Notre but n’est pas ici de retracer l’histoire des fanions de l’armée française ; il faut cependant remarquer que toutes ces dispositions sont restées pour la plupart sur le papier. En analysant l’histoire des fanions, il est impossible de laisser de côté l’histoire de l’aigle du 2e régiment de ligne. Selon P. Charrié, en 1812, le 2e régiment de ligne n’avait qu’une seule aigle de service avec le drapeau de 1812 et l’inscription « Eckmühl/Essling/Wagram », le tout ayant été épargné après la campagne de Russie 6. Rappelons que la notion d’aigle de service, à savoir l’aigle participant à la campagne avec son régiment, parfois même sans drapeau, est apparue en 1808. Ce qui est confirmé par un grand nombre de dispositions publiques et par plusieurs cas de pertes d’aigles au cours de la campagne de 1806-1807. Avant le commencement de la campagne de 1812, cette pratique a été très populaire dans les régiments français et elle a été tout particulièrement confortée par la réforme portant sur le remplacement du drapeau tricolore français 7.

  • 8  Charrié (P.) op.cit., p. 191 et 204 ; Regnault (J.), Les Aigles impériales et le drapeau tricolore (...)
  • 9  Hollander (O.), « Nos drapeaux et étendards; contribution à l’histoire du drapeau sous le règne de (...)
  • 10  D’après le rapport du 7 janvier 1812 de Viviès, dans ce régiment, il y avait des shakos et pas de (...)

4N’oublions pas non plus que la dernière campagne de 1809 a sensiblement détérioré la réputation du 2e régiment, car l’aigle de 1804 du 1er bataillon a été endommagée à Wagram. Quelques mois auparavant, le 13 avril 1809, le régiment avait également perdu l’aigle et le drapeau du 3e bataillon 8 durant les combats près d’Innsbruck. Selon le rapport du colonel du 2e régiment de ligne, Félix Victor Emmanuel Charles de Wimpffin (1778-1813), rédigé au nom du général de brigade Guillaume Raymond Amant Viviès dit Vivier (1763-1813) et du général de division Jean-Antoine Verdier (1767-1839), le 7 janvier 1812 à Munster, on peut constater que l’aigle endommagée du 1er bataillon est devenue entre 1810 et 1811 l’aigle de service, et que les fanions des régiments n’ont été reçus qu’avant le commencement même de la campagne de 1812 : « 2e régiment d’infanterie. (…) Ses bataillons n’ont point les enseignes ordonnées par l’Empereur pour l’Armée d’Allemagne ; il n’a jamais été répondu à cette réclamation. Les seconds porte-aigle n’ont point de hallebardes et sont réduits aux pistolets pour la défense de l’aigle. Le Gouvernement a autorisé l’échange de l’aigle qui a reçu une balle à la bataille de Wagram et se trouve hors d’état de pouvoir servir. La nouvelle aigle est au dépôt et sera envoyée avec le premier transport d’habillement. » 9 Malheureusement, il n’y a pas d’autres informations : la garde de l’aigle a-t-elle reçu des hallebardes ou non, établies d’après le décret du 26 juin 1809 ? Rien non plus en ce qui concerne les bonnets d’oursin dotés de tresses blanches attribués réglementairement à la garde de l’aigle par le même document 10. Si l’on considère le contexte, il est de plus peu probable que cette garde ait reçu les casques et les épaulettes défensives, introduites par le décret du 25 décembre 1811 et inscrites aussi dans le projet du règlement de 1812. Enfin, et aux vues du texte mentionné ci-dessus, l’aigle a-t-elle été remplacée ? Le fait est que selon les sources écrites et matérielles, pendant la campagne de 1812, le 1er bataillon avait un fanion. Il faut pourtant noter que, selon tous les documents, le fanion ne se rapportait pas au 1er bataillon car c’est l’aigle du régiment et sa garde qui devaient s’y trouver (« Le premier bataillon de chaque régiment d’infanterie portera pour enseigne l’Aigle du régiment »). On peut donc supposer que lors de la campagne de Russie, le 2e régiment de ligne n’avait pas du tout d’aigle, malgré les thèses de l’historien contemporain P. Charrié, et qu’il était demeuré au dépôt du régiment jusqu’au commencement même de la campagne de Saxe en 1813, en prenant en compte le rapport mentionné ci-dessus. En ce qui concerne l’officier porte-aigle, il est fort probable qu’il ait accompli ses fonctions d’officier à la suite de l’état-major du régiment.

  • 11  D’après l’ordre du 26 mars 1807, « Sa Majesté ordonne que les régiments d’infanterie légère n’auro (...)
  • 12  Charrié (P.), op.cit. ; Regnault (J.), op.cit. ; Andolenko (S.), Aigles de Napoléon contre drapeau (...)

5Afin de ne pas revenir sur cette question à ce point de notre démonstration, il nous faut rappeler ici les changements liés à l’aigle d’infanterie au cours de la période 1804-1812. Par décret du 21 messidor de l’an XII (10 juillet 1804), chaque bataillon, ou escadron devait avoir un drapeau (puis, d’après la lettre de Napoléon du 27 juillet 1804, une aigle), étendard ou guidon. Mais après de nombreuses pertes et dommages d’aigles en 1807, le décret du 18 février 1808 établit qu’il n’y aurait désormais qu’une seule aigle, celle du 1er bataillon 11. Cependant, si l’on se base sur l’histoire du 2e régiment, l’exécution de ce décret n’a pas été immédiate et complète. Cela amena l’empereur à travailler plus substantivement sur cette question à la fin de 1811. De plus, il était nécessaire de déterminer le statut même du drapeau, en raison des pratiques militaires des années 1805-1807. Tout cela nous amène donc à la signature du fameux décret impérial du 25 décembre 1811, qui introduit le nouveau drapeau des aigles, mais aussi détermine son rôle, son importance étant devenue analogue au statut de l’aigle, et pour finir établit les détails de l’organisation liés à cette relique du régiment. Le remplacement du drapeau français tricolore et le nouveau statut des drapeaux dans le cadre de l’élargissement des frontières de l’Empire, la réalisation des réformes, le renforcement du pouvoir de Napoléon ainsi que son mariage avec l’archiduchesse Marie-Louise ont transformé définitivement l’Empire français en monarchie traditionnelle conservatrice 12.

  • 13  Андоленко С. Знамена Великой Армии отбитые в 1812 году: К 150-летнему юбилею Отечественной войны// (...)
  • 14  М. И. Кутузов: сборник документов. Т. IV. Ч. 2 (октябрь—декабрь 1812 г.). М., 1955. С. 603.

6Mettons de côté l’histoire militaire du 2e régiment au cours de la campagne de 1812, et remarquons que la deuxième référence aux fanions du régiment est liée à leur prise même. La perte de tous les fanions de bataillon, confondus en plus au sein même de l’armée russe avec les aigles, aurait dû attirer l’attention de nombreux chercheurs. Mais en raison du défaut d’informations et de leur caractère contradictoire, les rares auteurs traitant ce sujet ont apporté plus de confusion que de clarté du fait de l’impossibilité d’une approche complète. Même le célèbre travail de l’auteur français d’origine russe S. Andolenko, malgré ses nombreux mérites en comparaison avec certains travaux monumentaux français sur la vexillologie du Premier Empire (l’auteur a pu trouver des sources en russe ainsi qu’en langues européennes) ne représente qu’une image très partielle de la capture des fanions, et les lacunes de l’auteur se révèlent lors de la comparaison avec les sources originelles. Ainsi, selon le Journal des actions militaires du 7 au 12 décembre 1812, produit par le général-lieutenant Konovnićyn, la période de la prise de ces fanions par le détachement du duc Platov n’est pas celle du 11-23 décembre comme l’avance S. Andolenko, mais celle du 12-24 décembre 1812 13. « Pendant la poursuite, dès la traversée du Niémen et jusqu’à Vilkovijsk, l’ennemi a perdu, sans compter les grades inférieurs dont le nombre des prisonnier dépasse les 1 000 par jour, plus de 200 officiers supérieurs, 4 canons, 2 étendards de la garde et 5 enseignes. »14

  • 15  ГАРФ.Ф.1165.Оп.1.Д.134.Л.1-2.
  • 16  Там же. Л.4.

7Par ailleurs, l’histoire des fanions ne se limite pas à cela. Du côté russe, une des premières références aux fanions du 2e régiment de ligne ainsi qu’aux trophées de 1812 apparaît dans la lettre du général d’artillerie, ministre de la Guerre, le duc Alexej Andreevich Arakcheev (1769-1834), adressée au général d’infanterie, commandant de la place de Saint-Pétersbourg durant l’absence de l’empereur et chef du ministère de la Police, Serguej Kozmich Viazmitinov (1749-1819), cette lettre datée du 16 décembre 1812 (Vilno) est conservée aujourd’hui aux Archives d’État de la Fédération de Russie, dossier 1165 – « Chancelerie spéciale du ministère de l’Intérieur, 1811-1826 ». « Monsieur Serguej Kozmich. Sa Majesté a daigné donner l’ordre d’annoncer à Votre Excellence le fait suivant : Avec cela sont envoyés les Trophées pris à l’ennemi : (…) Cinq drapeaux des bataillons français. Y appliquer des lances avec des javelots mais sans aigles. Il est ordonné par Sa Majesté de placer tous ces Trophées dans le palais d’Hiver près du Bureau de Sa Majesté. Aussi le 25 décembre de cette année au Noël, habiller selon l’Escadron des Cavaliers de la Garde et de la Garde à Cheval avec les autres s’y trouvant et les ramener dans l’ordre établi à l’heure ordinaire à Notre-Dame-de-Kazan pour les rattacher aux autres Trophées. Sa Majesté désire : Que Votre Excellence appelle en temps voulu l’Architecte Voronichin et veuille lui ordonner d’accommoder les places pour les Trophées en respectant l’ordre de l’uniformité commune. » 15 Dans la réponse de S.K. Viazmitinov à A.A. Arakcheev du 26 décembre 1812, il est souligné que « (…) les drapeaux venus de l’armée, pris à l’ennemi, ont été déposés dans Notre-Dame- de-Kazan le jour de Noël au nombre de 27 ; ce dont je vous informe, Monsieur, avec estime profonde et fidélité » 16.

  • 17  Геккель А.И. Трофеи войн 1812, 1813, 1814 годов, хранящиеся в Казанском соборе. СПб., 1909.
  • 18  Андоленко (С.), Указ. соч.// Военная быль № 56. Париж, 1962. С. 25.

8Lorsque les trophées sont déposés à Notre-Dame-de-Kazan, y compris les fanions du 2e régiment de la campagne de 1812, ceux-ci deviennent les symboles des victoires russes. Mais, en tant que source matérielle, ils ne sont étudiés qu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle 17. Avant la publication de A.I. Heckel, réalisée par sa sœur après sa mort en 1909, il y eut peu de tentatives d’étudier en profondeur cet ensemble unique. Et c’est son œuvre Trophées des guerres de 1812, 1813, 1814 conservés à Notre-Dame-de-Kazan, accompagnée d’une série de dessins, qui est devenue la base de toute étude sur cette question. On doit, hélas, regretter que les analyses de S. Andolenko, écrites en 1962, demeurent encore d’actualité aujourd’hui : « L’œuvre du général Heckel Trophées des guerres de 1812, 1813, 1814 conservés à Notre-Dame-de-Kazan est parue en 1909. Cette liste des trophées conservés à Notre-Dame-de-Kazan est parmi celles qui ont été remises par les détachements pendant la campagne. Il y a des fautes, des erreurs et des lacunes, mais c’est une description unique de ce qui est archivé dans la Cathédrale, dont une grande partie a été volée par des "visiteurs". Notons que nous ne sommes pas sûrs que tous les trophées de 1812 aient été déposés à Notre-Dame-de-Kazan. En 1913, le colonel Chouichkevich, dans son travail consacré à la campagne de 1812, a tenté d’établir la liste des trophées de l’Armée russe. Là encore, il y a de nombreuses fautes et lacunes. Ces deux publications sont cependant les seuls essais connus d’étude des trophées de 1812. Les autres données, fragmentaires et souvent contradictoires, sont dispersées dans de nombreuses œuvres russes et étrangères. » 18

  • 19  Forthoffer (R.), Enseignes et Porte-Aigle d’Infanterie (1804-1815), Soldats du temps jadis, (s.p.) (...)

9Parmi les nombreux travaux parus après 1909, étudiant ou liés à l’étude des uniformes du 2e régiment d’infanterie de ligne, la première place a été toujours attribuée à la question des fanions de bataillon. Parmi ces derniers, on peut citer l’œuvre de P. Charrié, les planches de Rigo et de R. Forthoffer. Tous ces travaux, la plupart du temps, reprennent, certes de manière différente, les positions de l’ouvrage de Heckel, sans pour autant apporter de nouvelles sources 19. La publication de Heckel même devait non seulement présenter l’ensemble des trophées des campagnes de 1812-1814, mais aussi reconstituer leur apparence originelle, au travers d’illustrations, inscriptions et commentaires.

  • 20  Геккель А.И. Указ. соч. СПб., 1909. С. 15, 20.

10Dans le texte accompagnant les planches représentant les fanions du 2e régiment de ligne, il est indiqué : « 19/ Drapeau de bataillon (fanion) du 2e régiment de ligne, 6e bataillon. Un drapeau de drap de trois bandes : deux bleues (maintenant blanches) et une rouge au milieu. Inscription en haut en fil de laine : 2e Rég. de ligne, et en bas : 6e Bataillon. 20/ Drapeau de bataillon (fanion) du 2e régiment d’infanterie, 4e bataillon. Le drapeau de drap en bandes verticales – une bleue et une rouge ; inscription en haut en fil de laine : 2e Rég. de ligne, en bas 4e Bataillon. (…) 34/ Drapeau de bataillon (fanion) du 2e régiment d’infanterie, 2e bataillon. Le drapeau de drap avec bandes : deux rouges sur les côtés et une bleue au milieu (maintenant presque blanche), sur lequel est inscrit en fil de laine jaune : 2e Rég. de ligne, en bas 2e Bataillon. Hauteur des lettres 4½ cm. Longueur du drapeau 94 cm et largeur 78 cm. 35/ Drapeau de bataillon (fanion) du 2e régiment d’infanterie, 3e bataillon. Longueur du panneau 36 cm, largeur 84 cm. Le drapeau de drap avec cinq bandes, trois rouges et deux bleues (maintenant blanches) avec inscription en fil de laine : 2e Rég. de ligne, et sur la bande basse : 3e Bataillon. Hauteur des lettres 4½ cm. » 20

  • 21  ГИМ отдел тканей : 68 257/4 576 Ф-1 195; Там же 68 257/4 618 Ф-1 479.
  • 22  ГАРФ.Ф.1165.Оп.1.Д.134.Л.111об-112об.

11Pourtant, l’affirmation que durant la vie des fanions, la couleur des panneaux ait viré du bleu au blanc sous l’effet de la lumière ultraviolette, n’est justifiée ni par l’analyse des originaux, conservés maintenant au Musée historique d’État à Moscou, ni par des sources écrites 21. Avant toute chose, on doit noter que les panneaux des fanions, contrairement à ceux des aigles, ont été réalisés avec du drap et non de la soie. En prenant en compte la structure différente des matières et un grand nombre d’exemples de changements de la structure chimique (dans les deux cas, dans le cas des aigles mêmes, mais aussi des fanions des autres régiments), cette supposition est très étrange. Lors des études des documents du fond 1 165 des Archives d’État de la Fédération de Russie, on a trouvé le bordereau le plus complet et, ce qui est le plus important, le premier, produit le 17 octobre 1814, avec la description de tous les trophées passés par la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan. Dans cette source unique, sous les numéros du 20e au 24e, il y a une description détaillée de ces fanions, qui contredit entièrement les conclusions de Heckel et permet de se représenter l’apparence originelle de ces panneaux. « 20/ Drapeau de drap de bataillon français à deux bandes latérales blanches et une rouge au milieu. – Sur les bandes blanches, les mots en fil de laine : 2e regt. de ligne, 1er Bataillon. 21/ Drapeau de drap de bataillon français à deux bandes latérales rouge et une large bande rouge au milieu, sur laquelle est inscrit en fil de laine jaune : 2e regt. de ligne, 2e Bataillon. 22/ Drapeau de drap de bataillon français à cinq bandes dont trois sont rouges et deux blanches. Sur le drapeau, inscription en fil de laine jaune : 2e regt. de ligne, 3e Bataillon. 23/ Drapeau de drap de bataillon français à deux bandes transversales larges dont l’une est blanche et l’autre rouge, sur lesquelles est inscrit en fil de laine jaune : 2e regt. de ligne, 4e Bataillon. 24/ Drapeau de drap de bataillon français à deux bandes latérales blanches et une rouge au milieu. Sur le drapeau, inscription en fil de laine jaune : 2e regt. de ligne, 6e Bataillon. » 22

  • 23  Hollander (O.), op.cit., p. 93.

12Mais cela ne diminue en rien le mérite de Heckel ni de son travail, car il est le seul qui donne les dimensions des lettres brodées et des panneaux mêmes, tout en rendant compte du processus naturel de rétrécissement du drap et des tailles différentes des fanions mentionnés. Par ailleurs, contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est curieusement pas Heckel qui fut le premier à s’intéresser aux fanions pris, mais Hollander, mentionné plus haut, dans son ouvrage de 1904, Nos drapeaux et étendards de 1812 à 1815. Par comparaison avec le travail, Les Trophées des guerres…, sa description des fanions n’a pas été fondée sur des réflexions personnelles mais sur l’un des cahiers de Notre-Dame-de-Kazan, qui aurait été produit au milieu du XIXe siècle et présenté à l’historien français par le gouvernement russe – il est fort probable qu’il s’agisse du cahier produit dans les années 1890 par l’État-Major général sur demande du peintre Detaille (1848-1912) –, ce qui est à peine effleuré par S. Andolenko. Grâce à cet élément, Hollander a représenté exactement l’apparence générale des fanions du 2e régiment et plus particulièrement leurs couleurs. Cependant, dans le texte de son ouvrage, apparaît une erreur substantielle. Tous ces trophées sont munis de cravates ; alors que ni les documents antérieurs ni les exemples originels ne donnent aucune preuve évidente de leur présence 23.

13Le fait que nombre de chercheurs ait fait référence en premier à l’œuvre de Heckel, tandis que le travail de Hollander passait au second plan, est justifié par plusieurs raisons. Premièrement, c’est parce que la partie écrite est renforcée par un grand nombre d’illustrations. Deuxièmement, et en dépit des prospections d’Andolenko, c’est aussi parce que Heckel a été le dernier de ceux qui ont étudié dans son ensemble le sujet des trophées, couvrant aussi en partie les composants historiques et vexillologiques, et en prenant pour base le fond russe des trophées. Pourtant, des documents découverts récemment, permettent de revenir sur ce sujet, déjà apparemment très étudié, de réviser et de corriger des erreurs plus qu’enracinées, et d’avoir une évaluation toute nouvelle de l’histoire et de l’uniforme du 2e régiment de ligne.

14En conclusion, il nous apparaît utile de reprendre ici le fond du problème du sujet étudié. La nécessité d’une recherche permanente et l’utilisation des archives découvertes par les chercheurs des générations précédentes est une tache préliminaire, tout en rendant compte des nombreuses lacunes, erreurs et suppositions des travaux secondaires, dont la présence ne nous laissent plus aucun doute. Nous songeons par la suite à une présentation de l’histoire et une étude des particularités de l’uniforme du 2e régiment d’infanterie de ligne à la veille de la campagne russe de 1812, en nous basant sur des documents jusque-là peu étudiés.

15L’auteur exprime sa profonde reconnaissance à tous ceux qui lui ont apporté leur concours lors de la rédaction de ce travail, et avant tout à : F. Berjaud, A.A. Vasiliev, T. Vette, R. Darnault et A. Pigeard, ainsi qu’aux personnels du Service historique de la Défense (SHD, Vincennes), des Archives d’histoire militaire de la Fédération de Russie (RGVIA, Moscou), des Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF, Moscou), du musée de l’Armée (Paris), du Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire (MRAHM, Bruxelles) et du Musée historique d’État (GIM, Moscou), en particulier à J. Voinot, P. Lierneux, I.S. Tichonov et T.V. Chistonogova.

Haut de page

Annexe

Composition du 2e régiment d’infanterie de ligne au 1er juillet 1812

Effectifs au 1er juin 1812 : 104 officiers, 3 127 hommes de troupe, 31 chevaux d’officiers et 108 chevaux de trait 24.

Colonel : de Wimpffen

Major en second : Jean-Baptiste Lafithe

Chefs de bataillon : François Servin, Jacques Thomas Allard, PierreFelix Cothias, Justeau, Vérove

Adjudants-majors : Bénard, d’Hivert, Varin, Jacques Poupier, Blampain

Officier payeur : Noël

Premier porte-aigle : Gaignot

Chirurgien-major : Godard

Chirurgiens aides-majors : Boutin, Vadrot, Rivierè, Bulliard

Chirurgiens sous-aides-majors : Minhot, Degravy, Dufauré

Compagnie d’artillerie : lieutenant Moinet, sous-lieutenant Lafont

1er bataillon

Compagnies

Capitaines

Lieutenants

Sous-lieutenants

Grenadiers

NicolasPierron

Juzon

Goudroy

1re

Bourigeaux

Malbomont

Viaud

2e

Vézien

Goudrias

Chausand

3e

Lecoq

Roillet

Coquin

4e

Latache

Forgeron

Meleux

Voltigeurs

Vauberchieÿs

Renaudin

Lescart

2e bataillon

Compagnies

Capitaines

Lieutenants

Sous-lieutenants

Grenadiers

Laurranit

Lecollin

JeanHermand

1re

Dupuy

Guignot

Lemaire

2e

Tripier

Bonnaire

Lorry

3e

Houdoyer

Maucourant

Lesquerin

4e

Pinart

Fauché

Renaud

Voltigeurs

Girot

Faget

Hucht

3e bataillon

Compagnies

Capitaines

Lieutenants

Sous-lieutenants

Grenadiers

FrançoisSadet

Collin

Fréquat

1re

Rouède

Robert

Raesink

2e

Huart

Liègeard

Boyer

3e

Cavallin

Gallois

Gillot

4e

Marie

Geoffroy

Tripeaux

Voltigeurs

Debonne

Pierre  Bigeard

Kulem Kamp

4e bataillon

Compagnies

Capitaines

Lieutenants

Sous-lieutenants

Grenadiers

Poncet

Morfoise

Humberdot

1re

Eudel

Nivois

Simaire

2e

Gaillot

Duquesnoy

Bourcy

3e

Jourdrain

Pigneret

4e

Chatelot

Collin

Forsois

Voltigeurs

Chedin

Juscourt

Schmidt

6e bataillon25

Compagnies

Capitaines

Lieutenants

Sous-lieutenants

Grenadiers

Darcq

Dechansigné

Herr

1re

Gaignot

Chasserant

Lefranc

2e

Benet

Gaspard

3e

Chardron

Ouriet

4e

Larchevêque

Séné

Fricot

Voltigeurs

Dutocq

Grellet

Petit

5e bataillon et dépôt

1re et 2e compagnies à la réserve de la Grande armée ; 3e compagnie à Besançon ; 4e compagnie à Anvers.

Major : Boudin

Adjudant-major : Vuatrin

Quartier-maître trésorier : Duval

Adjudant-major chargé de l’habillement : Hémon

Chirurgien-major : Lièdois

Chirurgien-major sous-aide-major : Crouzit

Compagnies

Capitaines

Lieutenants

Sous-lieutenants

1re

Aubert

Marmignon

Gérard et Verrière

2e

Berthe

Poncharrat et Binet

3e

Lemaître

Lestrade

Lecourt et Contebeyssac

4e

Chauvin

Dupré et Malhèrbe

Source : SHD/GR, 21 YC 15, Contrôle nominatif des officiers du 2e régiment d’infanterie de ligne au 1er juillet 1812

Haut de page

Notes

1  Ordonnance du 12 août 1788, Ordonnances militaires (1788-1789), Paris, 1788-1789, p. 1-2.

2  Bardin (E.-A.), Dictionnaire de l’armée de terre, t. 4 Paris, 1841-1844, p. 2250.

3  Jourdan (J.-B.) Mémoires militaires du maréchal Jourdan (Guerre d’Espagne), Paris, 1899, p. 236-237.

4  Archives nationales (CARAN, Paris), AF IV/4837 ; Journal Militaire, part. 1., Paris, 1812, p. 163 ; Bourgeot (V.), Pigeard (A.), Encyclopédie des uniformes napoléoniens (1800-1815), t. 1. Paris, 2003, p. 255 ; Bardin (E-A.), op.cit. , t. 4, p. 2250.

5  Hollander (O.), Nos drapeaux et étendards de 1812 à 1815, Paris-Nancy, 1902, p. 93.

6  Charrié (P.) Drapeaux et étendards de la Révolution et de l’Empire, Paris, 1982, p. 191 et 204.

7  Voir, par exemple, le dessin de A.I. Dmitriev-Mamonov « 26 Августа – 1812. Рисовано во время самаго сражения». См.: Дмитриев-Мамонов А.И. « Бородинское сражение »// Всероссийский музей А.С. Пушкина. Отдел графики: КП 13496.

8  Charrié (P.) op.cit., p. 191 et 204 ; Regnault (J.), Les Aigles impériales et le drapeau tricolore (1804-1815), Paris, 1967, p. 282.

9  Hollander (O.), « Nos drapeaux et étendards; contribution à l’histoire du drapeau sous le règne de Napoléon Ier (1811-1814) », Carnets de la Sabretache, n° 107, 30 novembre 1901, Paris, p. 658-659; Du même auteur,Nos drapeaux et étendards…op.cit., Paris-Nancy, 1902, p. 12-13.

10  D’après le rapport du 7 janvier 1812 de Viviès, dans ce régiment, il y avait des shakos et pas de bonnets d’oursin. Margueron (L.-J.), Campagne de Russie. 1re partie, t. 3, Paris, (s.a.), p. 514.

11  D’après l’ordre du 26 mars 1807, « Sa Majesté ordonne que les régiments d’infanterie légère n’auront pas d’aigles à l’armée, et que les aigles de ces régiments seront envoyées aux dépôts, cette arme ne devant pas avoir d’aigle devant l’ennemi ». Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Vol. XIV (1806-1807), Paris, 2006, p. 546 (12 183).

12  Charrié (P.), op.cit. ; Regnault (J.), op.cit. ; Andolenko (S.), Aigles de Napoléon contre drapeaux du Tsar, Paris, 1969 ; Pigeard (A.), « La Garde du drapeau sous le Premier Empire », Tradition magazine, n° 59 (décembre 1991), p. 34-39.

13  Андоленко С. Знамена Великой Армии отбитые в 1812 году: К 150-летнему юбилею Отечественной войны// Военная быль № 56. Париж, 1962. С.28; Andolenko (S.) op. cit. P., 1969, p. 206-207.

14  М. И. Кутузов: сборник документов. Т. IV. Ч. 2 (октябрь—декабрь 1812 г.). М., 1955. С. 603.

15  ГАРФ.Ф.1165.Оп.1.Д.134.Л.1-2.

16  Там же. Л.4.

17  Геккель А.И. Трофеи войн 1812, 1813, 1814 годов, хранящиеся в Казанском соборе. СПб., 1909.

18  Андоленко (С.), Указ. соч.// Военная быль № 56. Париж, 1962. С. 25.

19  Forthoffer (R.), Enseignes et Porte-Aigle d’Infanterie (1804-1815), Soldats du temps jadis, (s.p.), 1970. Fiches documentaires n° 248-249 ; Brauer (H.M.), Knötel (H.), « Heer und Tradition. Die Feldzeichen der Armee Napoleon I », Uniformbogen, n° 24, 38. Fahnentafel XVI ; Rigo ; « Infanterie de ligne. 2e régiment. Fanions de Bataillons. 1812 », Le plumet n° 142, Paris, (s.a.) ; Du même auteur, « 2e régiment. Fanions de Bataillons. 1812 », Tradition magazine, n° 218 ; Boisselier (H.), 2e régiment d’infanterie de ligne. Régiment de la Reine (1814-1815), Planche hors-texte, n° 2, Le Passepoil (10e année n° 1), Paris, 1930, p. 6-8 ; Demoulin (G.), « Notes sur les recherches concernant l’infanterie de ligne sous le Directoire, le Consulat et l’Empire. Le 2e régiment d’infanterie de ligne en 1809 », Le Bivouac, 2000/04, p. 11-24.

20  Геккель А.И. Указ. соч. СПб., 1909. С. 15, 20.

21  ГИМ отдел тканей : 68 257/4 576 Ф-1 195; Там же 68 257/4 618 Ф-1 479.

22  ГАРФ.Ф.1165.Оп.1.Д.134.Л.111об-112об.

23  Hollander (O.), op.cit., p. 93.

24  Fabry (G. J.), Campagne de Russie (1812), 11 août-19 août, tome 4 « Situations », 1903, p. 271.

25  « Par décret du 24 janvier 1811, il est créé un 6e bataillon dans les régiments ci-après, destinés à former les camps de Boulogne et d’Emden : 15e léger ; 2e, 19e, 25e, 37e, 46e et 93e de ligne ». Margueron (L. J.), Campagne de Russie, 1re partie, tome 2, s.d., p. 22 ; Correspondance de Napoléon Ier/Publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, vol. XXII (1811), 2006, p. 57-58 (17602).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitri Gorchkoff, « Les fanions du 2e régiment d’infanterie de ligne en 1812 », Revue historique des armées, 267 | 2012, 70-77.

Référence électronique

Dimitri Gorchkoff, « Les fanions du 2e régiment d’infanterie de ligne en 1812 », Revue historique des armées [En ligne], 267 | 2012, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7457

Haut de page

Auteur

Dimitri Gorchkoff

Historien, il est spécialisé dans l’étude de la Révolution, du Premier Empire et de la peinture militaire des XVIIIe et XIXe siècles. Maître de recherches aux Archives historiques d’État de la ville de Moscou (Russie), il est aussi expert à la galerie Boris Wilnitsky Fine Arts à Vienne (Autriche). Il est l’auteur de nombreuses publications sur l’armée française (1792-1815) et sur l’identification de portraits des XVIIIe et XIXe siècles et a notamment publié un recueil de documents historiques en 2 volumes : Moscou et la campagne de 1812 (Moscou, 2011-2012).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals