Navigation – Plan du site
Document

« Statistiques des gouvernements de Vilna et Grodno. Lituanie » 1

Michaël Bourlet et Jean-Marie Lucas
p. 78-82

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  SHD/GR, 1 M 1489.
  • 2  Dundulis (Bronius), Napoléon et la Lituanie en 1812, Paris, Alcan, 1940, p. 85 ; On peut aussi cit (...)

1Malgré la signature du traité de Tilsit entre la France et la Russie le 7 juillet 1807, l’alliance nouée entre les deux pays cède vite sous le poids des nombreux motifs de rivalités entre les deux géants (politiques, diplomatiques, économiques, dynastiques, militaires, etc.). En 1811, l’affrontement paraît inévitable. La région qui correspond à l’actuelle Lituanie est l’axe de pénétration principal pour une invasion de la Russie. Parce qu’il connaît très peu ces espaces, Napoléon Ier décide, dès 1807, d’y envoyer des hommes. Vers 1810, les voyages s’intensifient le long de la frontière. Espions, officiers, voyageurs, chargés d’affaires, diplomates, officiers de l’état-major de l’armée du duché de Varsovie et policiers polonais sillonnent la frontière afin d’obtenir le maximum de renseignements sur l’armée russe. Toutes les données obtenues transitent par Varsovie et Dantzig. Cependant, deux événements contribuent à organiser davantage la recherche de renseignements en Russie depuis le duché de Varsovie. D’une part, le 12 octobre 1810, Napoléon Ier ordonne à ses services de recueillir systématiquement toutes les informations utiles à une campagne militaire le long de la frontière ; d’autre part, en mars 1811, Louis Bignon (1771-1841) est nommé résident de France à Varsovie. Il a notamment pour mission d’organiser un service d’information. Bignon mène à bien sa tâche. Au début de 1812, ses services renseignent Paris sur l’armée russe le long de la  frontière : types et composition des unités, emplacements des troupes, mouvements, garnisons, fortifications sur la frontière, etc. Cependant, ce ne sont là que des renseignements militaires or l’empereur a besoin de données topographiques et statistiques sur le pays. Il ordonne donc à Bignon d’élargir le champ d’investigation. Des cartes, des plans, des informations sur les routes qui mènent de Vilna à Moscou ou à Saint-Pétersbourg, des notes statistiques et topographiques sont alors rédigées par des ingénieurs-géographes mais aussi par des officiers 2. Le rapport présenté ici fait partie des documents conservés au Service historique de la Défense sous les cotes 1 M 1487 à 1489.

Le texte

  • 3  Aujourd’hui Hrodna en Biélorussie.
  • 4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5970618b.r=.langFR [février 2012], la feuille A7 et une parti (...)

2Intitulé « Statistiques des gouvernements de Vilna et Grodno 3. Lituanie », le mémoire comprend 51 pages dont 47 pages manuscrites. Un extrait de la carte en 77 feuillets de la Russie d’Europe réalisée par le Dépôt de la Guerre est joint en annexe afin d’aider à la compréhension du texte 4. Le tracé des frontières du gouvernement est surligné en bleu, différents cercles en vert formalisent un découpage administratif et quelques routes apparaissent en rouge. Le mémoire, anonyme et incomplet, comporte plusieurs erreurs grossières commises probablement par l’individu chargé de la mise au net. Ainsi, la bataille de Friedland est datée du 21 janvier 1807 alors qu’elle n’a eu lieu que le 14 juin 1807 (page 12).

3Le corps du texte est composé de deux parties : une présentation générale de la Lituanie (physique, humaine et politique) et une description des gouvernements de Vilno et de Grodno (descriptions subdivisées chacune en une partie générale et une présentation sommaire par cercle). La première partie (26 pages) est une présentation générale de la Lituanie dans laquelle s’imbriquent des paragraphes livrant des données physiques, humaines et politiques. Toutefois les informations topographiques sont de loin les plus nombreuses. Ainsi, après avoir décrit le climat, les sols et le relief, l’auteur détaille avec soin le réseau hydrographique : les fleuves, les rivières, les canaux, les lacs et les étangs. Il dépeint un pays sauvage, couvert de forêts, où l’on rencontre en nombre des ours, des loups, des élans, des bœufs sauvages (les bisons d’Europe), des lynx, des aigles et des vautours, « très communs parmi les oiseaux de proie », écrit-il. On trouve également des données d’ordre économique et social, concernant l’agriculture, la « production minérale », le commerce, les populations, etc. Enfin, cette première partie s’achève sur une courte présentation historique relative aux changements politiques et civils intervenus en Lituanie depuis 1773. Dans la deuxième partie, l’auteur conserve la même architecture pour présenter les gouvernements de Vilna et de Grodno : une présentation générale suivie d’une description sommaire de chaque cercle.

L’énigme de la date et du nom de l’auteur

  • 5  SHD/GR, 1 M 1489, page 25.
  • 6  SHD/GR, 1 M 1489, http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/tuetey/docs/1m1489.html (consul (...)

4Quelques indices permettent d’affirmer qu’il a été rédigé au cours du premier semestre de 1812 et avant le franchissement du Niémen par les troupes de Napoléon, le 24 juin 1812, marquant le début de la campagne de Russie. L’une des parties est intitulée : « Changements arrivés dans l’organisation politique et civile de la Lituanie depuis 1773 jusqu’en 1812 » 5. De plus, il est conservé à Vincennes avec les mémoires et les notes statistiques du premier semestre 1812 6, ceux-là mêmes qui ont peut-être contribué à concevoir un volume, dont fait allusion Bronius Dundulis, mis à la disposition de l’empereur.

  • 7  Vraisemblablement aujourd’hui le hameau de Kidulai, en face de Jurbarkas, sur la rive gauche du Ni (...)

5L’identité de l’auteur est inconnue, mais l’étude du fonds ainsi que des sources qu’il a utilisées peuvent permettre d’avancer plusieurs hypothèses à son sujet. Il n’appartient pas au corps des ingénieurs-géographes. Sur le fond comme sur la forme, le mémoire manque de rigueur. Il commet de trop nombreuses erreurs géographiques par exemple. Il a néanmoins eu accès à quelques travaux de « Messieurs les ingénieurs géographes » tels que des copies de cartes et de plans du Dépôt de la Guerre. Le texte ne contient aucun renseignement sur l’armée russe (troupes, fortifications, garnisons, etc.). Quelques infrastructures militaires sont signalées (châteaux, forts, hôpitaux) mais au même titre que les bâtiments religieux, administratifs, industriels ou publics. Certes, les questions militaires ne lui sont pas étrangères et le cœur de son mémoire intéresse particulièrement les états-majors. En effet, alors qu’il est sommaire en ce qui concerne l’économie, la société, l’histoire ; il prend le temps de décrire soigneusement les routes et les chemins, les coupures hydrographiques, les points de franchissement (gués, bacs, ponts) ou les dépôts de grains. Sur ces points particuliers, l’auteur est bien documenté. Ainsi, il rappelle qu’après la bataille de Friedland, 12 000 Cosaques ont franchi le Niémen à un gué en amont du village de Kedatlen 7, « (...) obliquement en aval du fleuve et de la petite ville de Jurbork ou Georgenburg sur la rive droite, où se trouve aussi un bac ; ce guet est d’un long trajet, et l’on ne saurait prendre trop de précaution pour le bien connaître ; beaucoup de cosaques y périrent lors de leurs retraites précipitées (...) ». Certains de ses commentaires prouvent qu’il a le sens de l’observation d’un militaire. Ainsi, il écrit qu’« un peu en aval de Wielona [auj. Veliuna], on voit une presqu’île au bout de laquelle il existe un banc de sable dont la direction favoriserait l’établissement d’un pont ; il y serait d’autant plus utile, que la route de poste de Tilsit à Kaven passe par Wielona ». Par conséquent, on peut supposer que l’auteur de ce mémoire topographique et statistique est un officier de l’armée impériale, qui a reçu la mission de rédiger un rapport sur les voies de communication et les points particuliers d’une partie de la Lituanie actuelle et du nord de la Biélorussie.

  • 8  On peut citer les travaux du colonel Pierre Lapie (1779-1850), ingénieur-géographe au Dépôt de la (...)
  • 9 Lexicon des Französischen Revolution, Nuremberg, (Bauer et Mann), 1802.

6Il est possible que cet officier ait été de culture allemande, Westphalien ou Saxon, nombreux dans l’armée impériale. Plusieurs indices permettent de formuler une telle hypothèse. Sa bibliographie contient exclusivement des historiens, des géographes et des scientifiques allemands ou scandinaves. Il est vrai que ces derniers sont des spécialistes de la région au début du XIXe siècle, mais les ouvrages et les cartes françaises sur cette partie de l’Europe ne manquent pas 8. Pourtant l’auteur semble les avoir ignorées et cite les travaux suivants : ceux d’Ernest Louis Posselt (1763-1804), historien et publiciste allemand, proche du général Victor Moreau (1763-1813), qui a notamment contribué à propager les idées révolutionnaires françaises en Allemagne 9 ; ceux du minéralogiste suédois, Jean-Jacques Ferber (1743-1790), attaché à l’Académie de Berlin en 1786 ; ceux de Jean Georges Henri Hassel (1770-1829), géographe et statisticien allemand, qui a dirigé le bureau statistique de la Westphalie en 1809 et qui est l’auteur d’un traité de statistique des États de l’Europe en 1812. Hassel a puissamment contribué à développer l’étude de la géographie et de la statistique en Allemagne ; ceux du géographe allemand Antoine Frédéric Busching (1724-1793), l’un des pères fondateurs de la géographie moderne.

  • 10  Le comte Karl Operman (1766-1832) est un officier du génie d’origine allemande en service dans l’a (...)

7Un élément supplémentaire étaye l’hypothèse de l’officier de culture allemande : pour calculer les degrés de longitude, l’auteur emploie le méridien de l’Île de Fer (Hierro en espagnol). La plus petite île des Canaries est aussi la plus occidentale et la plus méridionale de l’archipel. Jadis, elle passait pour être l’extrémité occidentale du monde avant la découverte des Amériques. L’auteur y fait allusion à plusieurs reprises notamment parce qu’il utilise la carte d’Operman 10, définie par ce méridien. En revanche, en France, depuis 1792, cette référence a cédé la place au méridien de Paris, créé par l’Académie en 1667, et les cartes du Dépôt de la Guerre l’ont adopté depuis la fin du XVIIIe siècle. Pourquoi n’a-t-il pas converti les longitudes ? À la même époque, l’emploi du méridien de l’Île de Fer est encore très courant chez les Allemands, qui ne l’abandonnent pas pendant tout le XIXe siècle.

Les limites d’une source unique pour l’histoire de la Lituanie

  • 11  Ibidem, page 40.

8En plus de l’exploitation des archives du Dépôt de la Guerre et de celles des services français et polonais de Varsovie, l’auteur a vraisemblablement effectué des reconnaissances.  Il écrit, par exemple, qu’il a vu l’hôpital militaire de Grodno 11. Les descriptions topographiques, administratives et sociales de la Lituanie dans ce mémoire sont d’une grande richesse pour l’histoire de ce pays. Néanmoins, l’auteur n’a pas tout vu et des territoires sont restés inexplorés. Pour pallier ce manque, il s’est appuyé sur des notes et des témoignages, ce qui explique de nombreuses erreurs. Il affirme que le Mecrez (la Merkys) se jette dans le Niémen à Troki (Trakaï), mais ni le Niémen ni la Merkys ne coulent à Trakaï. De plus, les sources utilisées sont parfois datées, tels les tableaux publiés par le ministère de l’Intérieur russe de 1802. Il avoue à plusieurs reprises manquer de renseignements : c’est « tout ce qu’on a pu recueillir de renseignements sur ce cercle » ; « Il y a dans chaque cercle des autorités civiles, judiciaires et militaires dont les attributions ont éprouvé à diverses époques des variations sur lesquelles on n’a pas de renseignements certains » ; « Ce sont les seuls renseignements qu’on a pu se procurer sur cette ville et ce cercle », écrit-il encore.

  • 12  La proximité de la Prusse-Orientale et le mouvement de colonisation et de christianisation amorcée (...)

9Son texte contient aussi de graves lacunes. Ainsi, l’énumération des différents groupes ethniques qui habitent la région est incomplète. Il consacre plusieurs paragraphes aux Lituaniens, aux Polonais, aux Juifs et aux Allemands. Il est très critique à l’égard des Lituaniens : « leur ignorance est extrême » ; « ils ont le sens grossier et se montrent insensibles aux mauvais traitements et aux privations ». Les Polonais ne sont pas mieux considérés : ce sont souvent, aux yeux de l’auteur, de petits nobles très pauvres, des petits fonctionnaires assimilés aux domestiques ou des paysans grossiers qui diffèrent peu des Lituaniens. Quant aux Juifs, l’auteur n’évite pas les clichés habituels. Il estime qu’ils profitent de l’infortune des paysans comme des nobles et qu’ils contrôlent le pays : « Presque tout le commerce est entre leurs mains », écrit-il par exemple. Enfin, il écrit que les Allemands 12 sont « libres et vivent de leur industrie ». En revanche, il ne fait pas mention des Tatars, moins de 10 000 Musulmans installés en Lituanie depuis le XIVe siècle, ni des quelques milliers de Karaites, probablement assimilés aux Juifs dans l’esprit de l’auteur. Il n’y a rien sur les minorités lettone, en Samogitie, biélorusse et russe (plus de 100 000 personnes). Pour l’auteur, ces derniers sont des Polonais : « Il y a parmi les Polonais beaucoup de Russes de toutes les conditions, et en Russie beaucoup de familles nobles originaires de la Pologne. »

10 Malgré toutes ces hypothèses, l’origine du fragment de ce mémoire topographique et statistique anonyme reste énigmatique. La description du réseau hydrographique et routier du sud de l’actuelle Lituanie et du nord-est de la Biélorussie est bien le cœur de l’entreprise, ce qui tend à montrer que ce mémoire répond avant tout à un objectif militaire. C’est pourquoi il a probablement été rédigé par un officier de l’armée impériale, vraisemblablement de culture allemande. Mais de nombreuses questions restent sans réponse : qui en était le commanditaire ? À quelle fin ? L’empereur en a-t-il pris connaissance ? Cet opuscule représente pour l’histoire de la Lituanie une source extraordinaire. Il offre une photographie plus ou moins précise de ce que fut cette région vers 1812, avant l’invasion française.

Haut de page

Notes

1  SHD/GR, 1 M 1489.

2  Dundulis (Bronius), Napoléon et la Lituanie en 1812, Paris, Alcan, 1940, p. 85 ; On peut aussi citer : Signoli (Michel), Vette (Thierry), Dutour (Olivier), Les oubliés de la retraite de Russie : Vilna 1802-Vilnius 2002, Paris, Librairie historique Teisseidre, 2008, 180 pages ; Rey (Marie-Pierre), L’effroyable tragédie. La campagne de Russie, 1812, Paris, Flammarion, 2012, 390 pages.

3  Aujourd’hui Hrodna en Biélorussie.

4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5970618b.r=.langFR [février 2012], la feuille A7 et une partie des feuilles A6 et A8

5  SHD/GR, 1 M 1489, page 25.

6  SHD/GR, 1 M 1489, http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/tuetey/docs/1m1489.html (consulté en février 2012).

7  Vraisemblablement aujourd’hui le hameau de Kidulai, en face de Jurbarkas, sur la rive gauche du Niémen.

8  On peut citer les travaux du colonel Pierre Lapie (1779-1850), ingénieur-géographe au Dépôt de la Guerre et auteur de plusieurs atlas et précis de géographie publiés avant le déclenchement de la campagne.

9 Lexicon des Französischen Revolution, Nuremberg, (Bauer et Mann), 1802.

10  Le comte Karl Operman (1766-1832) est un officier du génie d’origine allemande en service dans l’armée russe. Devenu officier général, on lui doit la carte militaire des frontières occidentales de la Russie en 1801.

11  Ibidem, page 40.

12  La proximité de la Prusse-Orientale et le mouvement de colonisation et de christianisation amorcée dès le XIIIe siècle contribuent à expliquer la présence d’une minorité allemande en Lituanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Bourlet et Jean-Marie Lucas, « « Statistiques des gouvernements de Vilna et Grodno. Lituanie »  », Revue historique des armées, 267 | 2012, 78-82.

Référence électronique

Michaël Bourlet et Jean-Marie Lucas, « « Statistiques des gouvernements de Vilna et Grodno. Lituanie »  », Revue historique des armées [En ligne], 267 | 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7469

Haut de page

Auteurs

Michaël Bourlet

Michaël Bourlet est chef du cours d’histoire militaire des Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan

Articles du même auteur

Jean-Marie Lucas

Jean-Marie Lucas est officier-élève au 1er bataillon de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals