Navigation – Plan du site
Dossier

Aux origines lointaines du « service action » : sabotages et opérations spéciales en cas de mobilisation et de guerre (1871-1914)

Early origins of “special services”: sabotage and special operations in the event of mobilization and war (1871-1914)
Gérald Sawicki
p. 12-22

Résumés

La guerre de 1870 et l’utilisation des chemins de fer dans les opérations militaires ont montré l’intérêt de recourir aux sabotages en cas de mobilisation et de guerre avec l’Allemagne. L’objectif est de gêner suffisamment la mobilisation et la concentration des armées de l’adversaire pour procurer dès le début de la guerre un avantage stratégique à la France. Divers plans sont conçus et organisés entre 1871 et 1914 par le service de renseignements du ministère de la Guerre en relation avec des agents secrets et des patriotes des pays annexés. Des engins spéciaux sont créés à cet effet ainsi que la constitution de dépôts d’explosifs à l’étranger. Si le plan prévu par le lieutenant-colonel Dupont avant 1914 se solde par un échec partiel à la déclaration de guerre, ce type d’opérations spéciales prendra de plus en plus d’ampleur au cours des conflits mondiaux au sein de véritables « services action ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dirou (Armel), « Les francs-tireurs pendant la guerre de 1870-1871 », Coutau-Begarie (Hervé) (dir. (...)

1La guerre de 1870-1871 voit la constitution en France d’une multitude de corps francs et de francs-tireurs, opérant dans les territoires occupés par les Allemands ou aux côtés des armées françaises régulières. Coups de main, embuscades, sabotages de voies ferrées sont exécutés parfois très loin derrière les lignes ennemies. L’épisode le plus spectaculaire est la destruction, en janvier 1871, du viaduc de Fontenoy-sur-Moselle, interrompant le trafic sur la voie Paris-Strasbourg pendant une semaine 1.

  • 2  Alors officiellement appelé « section de statistique militaire et des études des armées étrangères (...)

2La guerre franco-allemande démontre également l’importance des chemins de fer dans la mobilisation et la concentration des armées. Préparées de longue date en temps de paix, ces opérations s’apparentent à un fragile mécanisme d’horlogerie qu’une série de sabotages bien conçus pourraient dérégler. Organisées par le service de renseignements militaire 2 en liaison avec des patriotes des pays annexés, ces destructions sont susceptibles de procurer d’indéniables avantages militaires aux premiers jours du conflit.

L’organisation des premiers sabotages au tournant des années 1880

La mise au point d’engins spéciaux

  • 3  Marcellin Berthelot (1827-1907), chimiste et homme politique français. Professeur au Collège de Fr (...)
  • 4  Service historique de la Défense, archives de la guerre (SHD/GR), 11 W 79, étude no 2 : recherche (...)

3L’idée de se livrer à des sabotages en cas de mobilisation et de guerre date de la fin des années 1870 et correspond à la prise en compte de l’intérêt à utiliser les explosifs existants. Par lettre du ministre de la Guerre en date du 6 novembre 1878 et sur demande du département de la marine, la commission des substances explosives dirigée par Marcellin Berthelot 3 est invitée à rechercher les conditions dans lesquelles le coton-poudre peut être utilisé pour des opérations de guerre 4. L’étude des moyens à employer pour provoquer une explosion au passage d’un train sur une voie ferrée débute en juin 1879. Bien vite, il apparaît préférable de chercher à utiliser l’effet même du passage du train pour déterminer automatiquement la destruction de la voie ferrée, soit en avant de celui-ci pour obtenir un déraillement, soit en arrière pour capturer le matériel ou lui couper la retraite. L’installation s’avère simple et pratique pour un petit nombre de saboteurs, qui opèrent même pendant la nuit : les cartouches de dynamite et de coton-poudre, ainsi que les tubes détonants qui les relient, se dissimulent facilement en terre ou sous le ballast ; les appareils de mise à feu se placent sous le rail d’une façon non apparente.

  • 5  SHD/GR, 11 W 80, rapport sur l’étude relative à la recherche d’un moyen de provoquer une explosion (...)
  • 6  SHD/GR, 11 W 80, compte rendu d’essais préliminaires faits au dépôt central et à la poudrerie de S (...)
  • 7  SHD/GR, 11 W 84, président de la commission des substances explosives Berthelot à ministre de la G (...)

4La commission des substances explosives puis le laboratoire central de la marine inventent de petits systèmes de déclenchement qu’ils appellent percuteurs ou exploseurs automatiques 5. Des essais concluants sont réalisés sur la voie ferrée de la poudrerie de Sevran près de Paris. Un certain nombre de ces engins spéciaux sont construits avec une sensibilité variable à volonté 6. En 1884, le colonel Vincent, chef du service de renseignements du ministère de la Guerre, fait l’acquisition d’un spécimen de voie ferrée allemande et le cède à la commission qui l’examine avec soin. Marcellin Berthelot estime nécessaire de répéter toutes les études de destruction sur des voies typiquement allemandes et propose de les faire acheter et construire par la Compagnie des chemins de fer du Nord afin de ne pas éveiller l’attention 7.

Un ambitieux plan français

  • 8  Archives départementales de Moselle (ADM), 2 AL 89, Zentralpolizeistelle de Strasbourg à président (...)
  • 9  SHD/GR, 9 Yd 455, dossier du général de division Henri Crémer. Il est le frère de Camille Crémer, (...)

5Parallèlement à la mise au point d’engins spéciaux, s’échafaudent des plans de sabotages à grande échelle. Le tout premier date de la fin 1883 et prend la forme d’une synthèse critique de carnets et de notes d’officiers explorateurs envoyés en mission sur les deux rives du Rhin. Ce document de 21 pages s’intéresse aux explorations d’Huningue à Sarreguemines, de la frontière suisse à la Lorraine annexée 8. Plusieurs d’entre elles sont réalisées par un officier originaire de cette ville lorraine, le capitaine Henri Crémer, affecté à l’état-major général du ministre de la Guerre 9. Les opérations projetées sont particulièrement impressionnantes. Il s’agit de faire sauter les ponts du Rhin jusqu’à Strasbourg, de couper « par la mine ou la dynamite » plus d’une vingtaine de voies ferrées, d’opérer la destruction d’un tunnel, de lignes télégraphiques, d’écluses, d’ouvrir des brèches dans les remparts de villes fortifiées, d’incendier des poudrières, des casernes, des bois et des forêts.

6Le but de tels travaux est de nature stratégique. Il s’agit d’assurer « la possibilité de retarder la marche de l’armée allemande au moins pendant une semaine lors de la prochaine guerre », de gêner la concentration allemande en interrompant ses communications, en l’obligeant à disséminer ses forces, en jetant « l’effroi » et « le trouble moral » sur ses arrières. En un mot, les Allemands seraient déjà en Alsace-Lorraine comme en territoire ennemi. Ces faits de guerre seraient exécutés par des officiers français en mission et par des patriotes des pays annexés. À en croire ce plan, de nombreux « concours dévoués » se sont proposés pour les réaliser : anciens soldats « décidés à tout pour le service de la France », « officiers pompiers déchus de leurs grades et de leurs fonctions par les Allemands », employés du chemin de fer et des télégraphes, gardes forestiers, ouvriers, ingénieurs et industriels fournissant des caches ou des fonds. Le plan révèle une somme de concours individuels et de réseaux organisés, qui s’apparentent sur certains points à une véritable guerre de partisans.

7La destruction des voies de communication des armées allemandes est une ligne directrice du plan. Tout l’espace alsacien-lorrain est concerné : Huningue, Altkirch, Mulhouse, Neuf-Brisach, Colmar, Sélestat, Molsheim, Strasbourg, Saverne, Haguenau, Niederbronn, Soultz-sous-Forêts, Adaincourt, Sarreguemines, Sarrebourg. À Mulhouse, outre l’interruption des voies stratégiques, le rédacteur du document approuve la destruction des lignes télégraphiques « toutes aux mains de patriotes éprouvés ». À l’île Napoléon, il ne s’oppose pas à l’obstruction des canaux et au sabotage des écluses. Il cite la possible mise en défense de la forêt de la Harth « par les moyens tardivement employés dans la forêt d’Orléans en 1870 : fils de fer correspondants à des dépôts de poudre ou de dynamite, chausse-trappes, incendies préparés par des matières disposées ad hoc ».

8À Colmar, il trouve un plan, qui cite « des noms d’ouvriers et de patrons s’offrant à coopérer à la mission patriotique » et expose « les facilités qui lui sont offertes pour le recel des matières explosibles, dynamite ou panclastite ». À Strasbourg, les diverses notes proposent la destruction des ponts, dont le viaduc de Kehl, d’opérer des brèches dans la ville au moyen de mines dont le feu peut être donné par batterie électrique établie à proximité. D’anciens pompiers français s’offrent à incendier des casernes « au moyen de projection de pétrole, alcool et essence ». Des torpilles peuvent être construites et disséminées dans le lit du Rhin « en 48 heures ».

  • 10  Jules-Dominique Antoine (1845-1916), figure de la « protestation » messine, député au Reichstag de (...)

9En Lorraine annexée, un vaste réseau commence à Adaincourt, point de bifurcation des lignes Metz-Sarrebourg et Metz-Saarbrücken.  Il est constitué par le député de Metz au Reichstag, Jules-Dominique Antoine 10. Ses rapports forment environ 200 pages « avec noms de localités, moyens d’action, dépôts de matières explosibles, dépôts de munitions et moyens de transports d’armes ». Le député messin n’est pas partisan des explosions et des incendies. Il croit que cette « méthode de terrorisation » doit être abandonnée à mesure qu’on pénètre dans le pays. Il préfère opposer « la force d’inertie aux menaces allemandes » en organisant de « petits détachements de patriotes » se réfugiant dans les bois, agissant avec la complicité de paysans et faisant dérailler les trains par des pierres ou des poutres posées sur les voies ou en enlevant quelques rails au besoin.

Un précurseur : le colonel Vincent

  • 11  Les enquêtes allemandes menées en 1892 au reçu de ce document témoignent d’une certaine incrédulit (...)
  • 12  Lorrain annexé d’Audun-le-Tiche, le colonel Vincent (1834-1900) s’est révélé lors de la guerre de  (...)

10Les archives manquent pour savoir si ce plan a reçu un commencement d’exécution 11, mais d’autres pièces indiquent que l’impulsion décisive a été donnée par le colonel Honoré Vincent 12, à l’époque où il dirige le service de renseignements de l’état-major général du ministère de la Guerre, de juillet 1882 à fin novembre 1886.

  • 13  Archives départementales des Vosges, 8 bis M 30, commissaire spécial de police (CSP) de Saint-Dié, (...)

11Début 1885, il caresse l’idée de provoquer une insurrection armée en Alsace-Lorraine en cas de guerre. Il s’en ouvre au commissaire spécial de police de Saint-Dié Jean-Baptiste Kempff, qui lui répond de la manière suivante : « Comme moyen d’action sur les masses, vous savez que la chose est excessivement difficile sinon impossible en Alsace, pour la raison qu’en temps de guerre vous n’y verrez que des fonctionnaires et des factionnaires. Il me paraît impossible de créer dans ce pays des chefs de partis, capables de résister à main armée, à une armée aussi puissante que celle qui se concentrera dans ces contrées. »13

  • 14  Memor, « Les élections en Alsace-Lorraine », La Nouvelle Revue, tome 62, janvier-février 1890, p.  (...)
  • 15 Die geheimen Papiere Friedrich von Holsteins. Band II. Tagebuchblätter, 8 août 1886, Göttingen, 195 (...)
  • 16  Auswärtiges Amt (Berlin), R 6991, Bismarck à Schelling, 11 février 1887.

12L’idée est néanmoins en l’air et des rumeurs bruissent au moment de la tension franco-allemande de1887, si l’on en croit ce correspondant de la Nouvelle Revue de Juliette Adam : « D’aucuns parlaient, à mots couverts, de quelques carabines cachées sous bois, ou de quelques coups à tenter contre les voies ferrées. » 14Cette menace n’est pas ignorée des autorités allemandes. Selon le baron de Holstein, un des conseillers les plus influents du ministère allemand des Affaires étrangères, des sapeurs-pompiers d’Alsace-Lorraine pourraient déserter en France à la déclaration de la guerre ou « peut-être aussi incendier des casernes aux endroits non gardés, détruire des ponts et des chemins de fer »15. Cette crainte des sabotages français explique l’insistance du chancelier Bismarck à mener, début février1887, la répression contre les membres alsaciens-lorrains de la Ligue des patriotes de Déroulède. D’après un rapport adressé au secrétaire d’État à la Justice, Schelling, il fallait « découvrir et couper les liens » qui unissent la France et l’Alsace-Lorraine et qui pourraient « être dangereux au point de vue militaire si une guerre éclatait très prochainement » : « Pour cette affaire, il est de la plus haute importance, que ce réseau soit détruit. Celui-ci, comme l’ont indiqué d’autres renseignements de Paris concernant les pays d’Empire, a pour but de perturber et d’empêcher par des soulèvements partiels et des destructions de voies ferrées la concentration de notre armée à la frontière au commencement de la guerre.»16

  • 17  Dansette (Adrien), Le Boulangisme, Paris, Fayard, 1946, p. 75.
  • 18  L’Impartial de l’Est, 10 juillet 1889.

13Le passage du général Boulanger au ministère de la Guerre de janvier 1886 à mai 1887 et la dégradation concomitante des relations franco-allemandes encouragent le colonel Vincent à passer à l’action. En 1886, il organise secrètement des dépôts d’explosifs en Alsace-Lorraine. Mis au courant par un général, Marcellin Berthelot, alors ministre de l’Instruction publique dans le gouvernement Goblet, en informe le président de la République Jules Grévy 17. Le préfet de Meurthe-et-Moselle et ancien directeur de la Sûreté générale, Eugène Schnerb, confirme qu’à cette époque le colonel Vincent propose à des Alsaciens et Lorrains annexés en voyage à Paris de « prendre chez eux quelques cartouches de dynamite » 18.

  • 19  SHD/GR, 7 N 1746, journal de mobilisation de l’état-major général du ministre, 6 septembre 1887.
  • 20  SHD/GR, 7 N 1746, section de statistique, mesures prévues pendant la période de tension politique, (...)

14L’état-major général du ministre de la Guerre, en septembre 1887, prescrit de « faire remettre aux destinataires les explosifs et appareils spéciaux » 19. En 1889, la troisième mesure prévue par le service de renseignements pendant la période de tension politique consiste à « retirer les explosifs actuellement déposés dans certaines places de la frontière et les remettre entre les mains des personnes dévouées qui se chargent de les utiliser de l’autre côté de la frontière » 20.

  • 21  SHD/GR, 5 Yf 73952, Raymond Poincaré à général Haillot, chef d’état-major général du ministre, 25  (...)

15Enfin, le colonel Vincent envisage de recourir, dès le temps de paix, au sabotage économique au moyen de la guerre biologique. En 1886, Albert Braun, un « honorable correspondant » de Mulhouse, propose à Raymond Poincaré, chef de cabinet du ministère de l’Agriculture, de recevoir de ce ministère la mission de colporter le phylloxéra sur les coteaux du Rhin. Devant cette « proposition fort étrange » et craignant un piège du gouvernement allemand, Poincaré refuse et s’informe auprès du colonel Vincent, qui paraît vouloir le « pousser à accepter ses offres ». Poincaré répond que « même vis-à-vis de l’Allemagne, il y avait des moyens que les Français devaient répugner à employer » 21.

Une adaptation progressive aux nouvelles considérations stratégiques

De nouvelles études théoriques

  • 22  SHD/GR, 7 N 1789, travail d’hiver du lieutenant Wasser, 10 février 1892.
  • 23  SHD/GR, 7 N 1789, général Brugère à ministère de la Guerre et note du 3e bureau, (sd).

16En dehors du service de renseignements, des officiers proposent leurs propres études. En 1892, le lieutenant Wasser du 17e régiment d’artillerie se livre à un travail d’hiver ayant pour objet la destruction des ponts de chemin de fer du Rhin le 7e jour de la mobilisation allemande. Il imagine pouvoir les miner en secret, dès le temps de paix, et décrit de manière technique et détaillée les moyens à employer, y compris en ayant recours aux procédés usuels des travaux sous l’eau. La mise à feu s’effectuerait par des « émissaires secrets » alsaciens-lorrains pourvus de scaphandres et résidant en permanence à proximité 22. En raison de son « caractère d’actualité » et des « idées neuves » exposées, les autorités militaires estiment devoir décerner une mention spéciale à ce projet mais le trouvent inexécutable dans la pratique 23.

  • 24  Par décret du 6 mai 1890, l’état-major général du ministre de Guerre  devient l’état-major de l’ar (...)
  • 25  SHD/GR, 7 N 1790, EMA 3e bureau, opérations à tenter sur les derrières de la droite allemande.

17Une étude du 3e bureau de l’état-major de l’armée 24, effectuée en 1897 par le capitaine Begouen,prend également en compte les « opérations à tenter sur les derrières de la droite allemande ». Leurs réussites seraient de nature à avantager stratégiquement l’armée française. Comme pour le document de 1883, un « double effet matériel et moral » est à espérer. Les conséquences de sabotages bien menés peuvent « se répercuter jusqu’aux plus extrêmes stations de la ligne de transport » et suffire pour faire passer les projets du général en chef allemand « de l’offensive à la défensive ». Deux méthodes sont proposées : la destruction par des agents secrets ou par des groupes de partisans. La première méthode nécessite « une étude préalable très minutieuse du point à attaquer » et utilise des « agents aussi habiles que dévoués », recrutés parmi des Alsaciens-Lorrains « au patriotisme ardent » et « que leurs affaires appellent fréquemment en Allemagne ». Ceux-ci pourraient frapper à n’importe quel point du territoire ennemi « aussi bien sur la Sarre et sur le Rhin qu’ailleurs ». Ils dissimuleraient 10 à 12 kg de mélinite ou de fulmicoton dans la plus petite valise de voyage, à la faveur de l’obscurité et à l’aide d’une barque, ils déposeraient un flotteur chargé d’explosifs contre une pile des nouveaux ponts métalliques et les rendraient impraticables pour « au moins trois jours ». Le capitaine Begouen concède, néanmoins, le côté « aléatoire » ou « chimérique » de ce procédé. À proximité de la frontière, il estime sage « d’agir avec des troupes ». C’est l’objet de la seconde méthode, avec des partisans, qui rappellent les coups de main réalisés en 1870 25.

  • 26  SHD/GR, 7 N 99, exercice de mobilisation de la section de statistique, 3 juin 1898. Cette phrase b (...)
  • 27  Archives nationales (AN), F/7/16023/1, rapport PM, 28 novembre 1899.

18L’élaboration d’opérations de sabotages se poursuit tout au long de la période. Les plans sont modifiés au gré des mutations dans le personnel du service de renseignements, des agents secrets et des officiers chargés de les réaliser. Le 1er juin 1898, un exercice de mobilisation de la section de statistique est organisé sous la direction du lieutenant-colonel Henry. Dans celui-ci sont préparés les télégrammes destinés à « avertir les personnes qui doivent tenter des destructions d’ouvrages d’art ou de voies ferrées en pays ennemi, d’avoir à se transporter sur les points qui leur ont été indiqués » 26. Des dépôts d’explosifs sont toujours clandestinement disposés à l’étranger si l’on en croit les affirmations de Théodore Klein, un ancien correspondant messin du commissaire spécial retraité Guillaume Schnaebelé. En tant qu’« agent de la Guerre », Klein possède à son domicile de Remerschen (Luxembourg) la dynamite nécessaire pour faire sauter le « pont stratégique important » qui commande la Moselle et la voie ferrée de Cologne à Metz 27.

Les mesures allemandes de protection des voies ferrées

  • 28  AN, F/7/12641, EM 6e CA à Schnaebelé, 29 décembre 1889.

19Les plans de sabotages doivent tenir compte des mesures de surveillance et de protection des voies ferrées prises par les autorités allemandes dès la fin des années 1880. Les destructions sont plus difficiles à mener surtout si elles s’opèrent assez loin en arrière de la base de débarquement des Allemands. Discutant de la valeur respective de deux correspondants de Schnaebelé, qui s’offrent à réaliser de telles opérations, l’état-major du 6e corps d’armée, à Châlons-sur-Marne, écrit en 1889 : « Aujourd’hui, l’attention est sérieusement appelée sur la garde des voies ; ce qui était praticable il y a 8 ou 10 ans ne l’est plus maintenant, il faut bien nous le dire. Une tentative en ce moment est une grosse opération qui présente beaucoup moins de chance de réussite qu’autrefois. » 28

  • 29  Borries (général Rodolphe von), « L’espionnage allemand d’avant guerre à l’Ouest », L’espionnage e (...)
  • 30  AD Meurthe-et-Moselle (ADMM), 4 M 20, CSP Avricourt, 28 septembre 1911.
  • 31  ADMM, 4M25, CSP Pagny-sur-Moselle, 15 septembre 1911.
  • 32  Borries (général Rodolphe von), op.cit., p. 20.

20Les autorités allemandes savent pertinemment qu’en Alsace-Lorraine, le SR français s’intéresse aux chemins de fer et connaît « à fond » toutes les gares, tous les ouvrages d’art et quais d’embarquements. L’état-major du 16e corps d’armée à Metz craint que des habitants de la région « entraînés par leurs sympathies françaises et préparés par les services français » se prêtent à des actes de sabotage destinés à gêner la mobilisation 29. Lors de la crise d’Agadir en 1911, cette crainte « d’actions concertées de sabotage » et même « de désertions en masse » les détermine à modifier « précipitamment les fascicules de mobilisation d’un grand nombre disponibles surtout dans la zone frontière » 30. Inquiètes d’un empoisonnement des sources d’eau en temps de guerre, elles procèdent dans la région de Metz à des travaux de repérage et de sondage de nouveaux puits, qui sont ensuite soigneusement camouflés 31. Enfin, les Allemands prévoient lors de la mobilisation la création de groupes de protection levés par les autorités civiles et constatent, en révisant les listes de 1908, la présence d’un certain nombre d’« Annexés » qui s’étaient battus contre eux en 1870-1871 32.

Les conséquences des sabotages sur les plans de guerre

  • 33  SHD/GR, 7 NN 609, rapport « rigoureusement secret » du Grand État-major de Berlin sur le voyage de (...)
  • 34  SHD/GR, 1 K 795, fonds du général de Castelnau, carton 5, mémoire pour servir à l’établissement d’ (...)

21L’objectif des sabotages est d’entraver le bon déroulement de la mobilisation et compromettre par là-même, dès le début de la guerre, le plan stratégique de l’ennemi, qui doit être modifié en conséquence. Un Kriegspiel tombé aux mains du service de renseignements français montre que cette éventualité est prise au sérieux par les Allemands. En 1909, un grand voyage d’état-major de forteresse est organisé dans les conditions de guerre dans la région Metz-Thionville. Sa critique prévoit que la concentration de l’armée allemande, qui s’exécute à son aile gauche sur la ligne générale Sarrebourg-Metz, et s’étend au nord de Metz jusqu’à la région d’Aix-la-Chapelle, a été retardée par des destructions de voies ferrées opérées par l’adversaire en territoire allemand et doit être reportée plus en arrière, « presque comme en 1870, dans le Palatinat bavarois » 33. De même, les résultats attendus des sabotages et le concours d’Alsaciens-Lorrains ne sont pas sans justifier la mise en œuvre du plan XVII et la réalisation d’offensives françaises en Alsace et en Lorraine au début de la guerre. Le général de Castelnau, un des promoteurs du plan en tant que sous-chef de l’état-major de l’armée, expose dans un mémoire que les Allemands souhaitent imposer la bataille sur le territoire français, car ils veulent à tout prix éviter que les armées françaises pénètrent dans les pays annexés qu’ils sentent leur être « foncièrement hostiles » : « La présence de nos armées en Alsace-Lorraine soulèverait, pensent-ils, des enthousiasmes, et provoquerait sans doute, des actes éminemment préjudiciables aux succès de leurs opérations. Ils redoutent les manifestations de sentiment français surtout au début des hostilités, dans la période si critique de la concentration et de l’exploitation intensive des voies ferrées. »34

  • 35  SHD/GR, 1 K 795, fonds du général de Castelnau, carton 5, mémoire pour servir à l’établissement d’ (...)

22La concentration allemande dans le bassin de la Sarre, qui s’exécute partiellement en territoire annexé peut être ainsi gravement troublée, « sinon temporairement compromise ». De fait, « pour dissiper ces menaces », les Allemands sont « en quelque sorte obligés de déblayer le territoire d’Empire des éléments annexés encore soumis à la loi militaire », « puis de dominer, de terroriser la population qu’il leur est impossible d’éloigner ». Ils ne peuvent donc « atteindre ce résultat, semble-t-il, qu’en occupant militairement le pays » 35.

  • 36  SHD/GR, 1 K 795, fonds du général de Castelnau, carton 5, mémoire pour servir à l’établissement d’ (...)

23Ces considérations ne sont pas sans conséquences stratégiques. Les Allemands sont dans la quasi-impossibilité technique d’effectuer une attaque brusquée en direction de Nancy, perspective qui a longtemps préoccupé les autorités et l’opinion publique françaises. Devant exercer une surveillance rigoureuse sur les voies ferrées et les ateliers de débarquement, ils ne peuvent dégarnir le territoire annexé de forces qui l’occupent habituellement qu’au moment où elles sont relevées par d’autres troupes issues de l’intérieur et « notamment par des troupes à mobilisation hâtée ». Jusqu’au 5e jour de leur mobilisation, il est donc « peu admissible que les Allemands tentent une sérieuse entreprise contre Nancy » 36.

À la déclaration de guerre

Le plan du lieutenant-colonel Dupont

  • 37  Né à Nancy, polytechnicien, Charles Dupont (1863-1935) dirige pendant la guerre le 2e bureau du GQ (...)
  • 38  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 72-73.

24Chef de la section de renseignements (SR) de 1908 à 1913 avant de diriger le 2e bureau de l’état-major de l’armée, le lieutenant-colonel Charles Dupont 37 finalise le dispositif français de sabotages. Il réunit une équipe de douze officiers d’active connaissant parfaitement la langue allemande et les terrains où ils doivent opérer. Leur mission est de faire sauter, à la même heure, dans la nuit du 6e au 7e jour de la mobilisation, les lignes de chemin de fer, grâce à un mouvement d’horlogerie bien réglé que la SR a spécialement fait construire et qu’elle a même, en grand secret, expérimenté sur les lignes de la Compagnie des chemins de fer du Nord : « Cet appareil, une fois mis en place, pouvait supporter le passage de centaines de trains sans se dérégler d’une minute. Il pouvait donc être placé plusieurs jours avant et fonctionner comme prévu. L’officier devait entrer en Allemagne avec son appareil fabriqué à l’intérieur d’un réveil matin de voyage. Chaque point avait été soigneusement choisi. Nous évitions les ouvrages d’art trop gardés, mais nous devions faire sauter la voie en courbe dans les endroits qui ne devaient pas être gardés. Douze lignes de transports devaient être ainsi embouteillées à la même heure et à un endroit choisi pour qu’il n’y ait pas dérivation possible. Tout ceci était subordonné à une condition essentielle qui était la possibilité de passage en Allemagne des officiers choisis pendant la période de tension politique. Seul le ministre de la Guerre Messimy était au courant. » 38

  • 39  SHD/GR, 14 N 38, EMA 2e bureau à état-major du général Joffre, 18 octobre 1912.
  • 40  SHD/GR, fonds de Moscou, carton 1 129, dossier 1 387, Adrien Mallet, étude sommaire sur la collabo (...)

25Il est possible que le « croquis des destructions à faire à la mobilisation » qui se trouve dans les papiers du maréchal Joffre soit une composante de ce plan. Daté d’octobre 1912, il a pour théâtre d’opération le nord de la Lorraine annexée et pour objet de couper les voies ferrées à Audun-le-Tiche, à Fontoy, à Knutange, à Richemont et à Dudelange, cette dernière localité située au Luxembourg 39. On cherche de cette façon à isoler la place forte de Thionville et à gêner autant que possible le débarquement des troupes allemandes dans cette région. D’autres opérations relèvent de l’initiative des officiers de renseignements des postes frontières, à charge pour eux de recruter des agents secrets, ces « relations sûres » (« RS ») des « SRE » (secteurs de renseignements à l’étranger). Composés pour l’essentiel de patriotes d’Alsace-Lorraine, ils procurent déjà en temps de paix aux commissaires spéciaux de police ou directement à la SR des informations sur l’armée allemande 40.

  • 41  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 30.
  • 42  Archives départementales du Territoire-de-Belfort (ADTB), 1 M 377, CSP Belfort, 1er avril 1911.
  • 43  Dont font sans doute partie des pétards de cavalerie à 250 g de TNT. Lahaie (Olivier), « L’équipem (...)
  • 44  SHD/GR, 1 K173, fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925, p. 9 et 13.
  • 45  Arrêté en Allemagne début décembre 1910 pour espionnage, le capitaine Lux est condamné à six ans d (...)
  • 46  ADTB, 1 M 377, CSP Belfort, 4 février, 1er avril et 25 octobre 1911.
  • 47  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 73. 1 K 173, fonds Andlauer, conférence d (...)

26Nommé à la tête du service de renseignements de Belfort en tant que « technicien des chemins de fer », le capitaine Charles Lux est spécialement chargé de préparer la destruction des rives allemandes pendant la mobilisation 41. En 1910, il incite son correspondant Sies à faire sauter, le moment venu, des dirigeables zeppelins, à Friedrichshafen, au moyen d’un engin, qui a la « forme de boite à sardines, et inoffensif dans sa manipulation » 42. Son successeur au poste de Belfort, le capitaine Andlauer, prévoit trois destructions. Deux concernent des agents en Suisse, qui doivent opérer dans le pays de Bade. Et pour la dernière, préparée le 14 juillet 1914, il dote son opérateur « de détonateurs et d’accessoires destinés à parfaire un matériel » 43  qu’il lui passe « depuis plusieurs mois, par fraction, à chaque entrevue » 44. Cet opérateur a été identifié. Il s’agit d’un Alsacien du Bas-Rhin nommé Steinlein. Gardien à la prison de Strasbourg, il est chargé lors de l’affaire Lux 45 de la surveillance de l’officier français emprisonné. Ce dernier reconnaît en lui un patriote français de cœur et profite de sa détention pour le « recruter » 46. Puis, au début de 1913, Dupont lui fait acheter un fonds de commerce de cabaretier à Offenburg, une localité située à 25 km à l’est de Strasbourg et l’y place comme « agent de la Guerre », « près d’un point sensible », une voie ferrée importante à faire sauter en cas de mobilisation allemande 47.

L’échec partiel des sabotages

  • 48  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 73.

27Contrairement aux espoirs fondés en lui, le plan de sabotage des voies ferrées allemandes est en grande partie un échec. Dès la fin juillet 1914, Dupont demande au ministre de la Guerre, Messimy, l’autorisation de faire partir ses officiers en les faisant passer par la Suisse et la Hollande. Le ministre refuse. Selon le chef du 2e bureau, le gouvernement tient à ne rien faire qui puisse donner aux Allemands un prétexte pour lui déclarer la guerre. L’arrestation d’un des officiers français aurait pu amener à la découverte de son appareil de sabotage 48. C’est d’ailleurs en vertu du même principe de prudence que sont repliées les troupes françaises à 10 km de la frontière. Dupont ajoute qu’il n’a pas à juger ce refus même s’il éprouve par la suite une « grande déception » : la réussite de son plan aurait pu conduire à un « embouteillage considérable » des lignes de transports allemands.Les décisions des autorités françaises se comprennent aisément : on se rappelle les origines de la guerre de 1870 et les effets désastreux provoqués en Europe d’avoir porté la responsabilité de la déclaration de la guerre.

  • 49 Ibid.
  • 50  SHD/GR, 1 K 173, fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925, p. 13.
  • 51  AD Bas-Rhin, 121 AL 135, Lettre de Charles Botz, 7 août 1922.
  • 52  SHD/GR, fonds de Moscou, carton 1 129, dossier 1 387, Adrien Mallet, étude sommaire sur la collabo (...)

28Trois sabotages se produisent malgré tout mais n’étant plus coordonnés et simultanés, ils ne sont pas suffisants pour produire un « effet important » sur le plan stratégique. Après la déclaration de la guerre, deux officiers français passent la frontière germano-belge durant la nuit et remplissent leur mission 49. De même, dans la nuit du 11 au 12 août 1914, l’Alsacien Steinlein fait sauter en Forêt noire, entre Offenburg et Ortenberg, la ligne de chemin de fer Offenburg-Hausach, ce qui occasionne « une perturbation assez sensible ». Les autres opérations échouent. Le capitaine Wendling du 15e BCP, fourni en matériel le 5 août 1914 par le capitaine Andlauer, ne peut réussir dans la région de Schaffhouse et en Allemagne du sud, mais revient néanmoins sain et sauf à Belfort dix jours plus tard. D’autre part, un coup de filet de la police suisse à Bâle ruine deux autres opérations de la SR de Belfort 50. Charles Botz, un retraité des chemins de fer de Basse-Yutz en Lorraine annexée, est prêt à plusieurs reprises à détruire le pont de chemin de fer enjambant la Moselle près de Thionville mais le jour où il apprend la chute de Longwy, il renonce à son entreprise pensant qu’il est trop tard 51. Les risques encourus par les agents saboteurs sont en effet considérables, y compris de la part de leurs propres troupes ignorantes de leurs missions secrètes. Le 5 août 1914, un des agents du commissaire spécial de Briey, Adrien Mallet, est arrêté par le 16e bataillon de chasseurs. Porteur de cisailles pour destructions, il va être sommairement exécuté lorsqu’il a l’idée de se réclamer de son chef de secteur, qui peut intervenir à temps 52.

  • 53  Roth (François), La Lorraine annexée. Étude sur la Présidence de Lorraine dans l’Empire allemand ( (...)
  • 54  Borries (général Rodolphe von), op.cit., p. 21.

29Le résultat obtenu est donc au final très éloigné de celui attendu. Les Allemands font le même constat. Le général von Borries, ancien chef d’état-major du 16e corps d’armée de Metz, assure qu’« aucun acte de sabotage » n’a lieu en Lorraine annexée. Les gardes-voies militaires prennent leur service dès le 30 juillet 1914, deux jours avant la mobilisation et avant les premiers transports de troupes. La population demeure d’ailleurs « beaucoup plus calme » que les Allemands ne pouvaient l’espérer, bien qu’ils eussent à déplorer quelques coups de feu tirés sur des soldats. Dans la banlieue de Metz, à Lorry et à Saint-Julien, des faits mal établis sont interprétés par le gouverneur von Owen comme des attentats contre des sentinelles militaires 53. L’arrivée en masse des troupes allemandes de l’intérieur étouffe au début de la guerre « toutes les velléités d’hostilités préparées de longue date ou spontanées » 54.

Bruits de sabotages et émotion publique

  • 55  Deimling (général Berthold von), Souvenirs de ma vie (du temps jadis aux temps nouveaux), Paris, É (...)
  • 56  Almeida (Calmeina d’), « L’armée allemande avant et pendant la guerre 1914-1918 », Revue militaire (...)
  • 57  Spindler (Charles), L’Alsace pendant la guerre, Strasbourg, Librairie Treuttel et Würtz, 1925, p.  (...)
  • 58  Almeida (Calmeina d’), op.cit., p. 66-67. Haussmann (Conrad), Journal d’un député au Reichstag pen (...)

30La crainte des agents saboteurs culmine au tout début de la guerre. Le général von Deimling, commandant le 15e corps d’armée à Strasbourg, est témoin de ces « bruits fantastiques », qui prennent « essor comme des volées de chauves-souris à la tombée de la nuit » et qui se propagent tout à coup, personne ne sachant d’où ils viennent. Des agents français ont « fait sauter des ponts et des tunnels » et « empoisonné des services d’eau » 55. En Saxe, on croit que les ponts et les viaducs des chemins de fer, militairement gardés, sont « guettés par des aviateurs ennemis » 56. Les journaux allemands racontent qu’on a tenté sans succès de faire sauter le tunnel de Cochem en Rhénanie 57. Le faux bruit se répand que leurs auteurs, un aubergiste et son fils, « accusés d’attentat contre la voie ferrée » ont été « sommairement jugés, condamnés et fusillés » 58.

  • 59  Legrand-Girarde (général), Un quart de siècle au service de la France, Paris, Presses littéraires (...)

31Toutes ces « nouvelles extraordinaires » passent la frontière et circulent même au sein des troupes françaises. Dans les Vosges, pendant la période de couverture, le général Legrand-Girarde, commandant le 21e corps d’armée, apprend qu’une catastrophe est survenue sur les voies ferrées ennemies : « Cette nouvelle donnait à penser que certaine organisation connue des initiés avait fonctionné avec succès. » 59

  • 60  Nicolai (colonel Walter), Forces secrètes (Geheime Mächte), Paris, Éditions de la Nouvelle revue c (...)

32Les sabotages français réalisés à la déclaration de la guerre ne causent que peu de dommages et ne gênent que très marginalement la mobilisation et la concentration allemandes. Toutefois sont en germe les opérations spéciales dirigées par les sections de renseignements françaises tout au long de la Première Guerre mondiale. Leur histoire est encore mal connue. Le colonel Nicolai, chef du service de renseignements militaire allemand de 1913 à 1918 reconnaît qu’il est « bien difficile d’évaluer le nombre d’explosions, d’incendies, de catastrophes, d’accidents dans des usines, des pertes de récoltes », mais estime que « la recherche et la mise en œuvre des possibilités de sabotage constituaient une part importante de l’activité du service français » 60. La sophistication progressive des opérations, l’ampleur des plans et des moyens d’action expliquent leur nécessaire spécialisation dans un véritable « service action ». Si sa naissance officielle date, en France, de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ses racines plongent dans cette période de l’antagonisme franco-allemand ouverte par la guerre de 1870.

Haut de page

Notes

1  Dirou (Armel), « Les francs-tireurs pendant la guerre de 1870-1871 », Coutau-Begarie (Hervé) (dir.), Stratégies irrégulières, Paris, Économica, 2010, p. 406-438.

2  Alors officiellement appelé « section de statistique militaire et des études des armées étrangères ».

3  Marcellin Berthelot (1827-1907), chimiste et homme politique français. Professeur au Collège de France, ministre de l’Instruction publique en 1886-1887 et des Affaires étrangères en 1895-1896.

4  Service historique de la Défense, archives de la guerre (SHD/GR), 11 W 79, étude no 2 : recherche du mode d’emploi du coton-poudre aux opérations de guerre, rapport du 7 août 1879.

5  SHD/GR, 11 W 80, rapport sur l’étude relative à la recherche d’un moyen de provoquer une explosion au passage d’un train sur une voie ferrée, 11 juin 1891.

6  SHD/GR, 11 W 80, compte rendu d’essais préliminaires faits au dépôt central et à la poudrerie de Sevran du 20 juin au 14 juillet 1879.

7  SHD/GR, 11 W 84, président de la commission des substances explosives Berthelot à ministre de la Guerre, 25 juin 1884.

8  Archives départementales de Moselle (ADM), 2 AL 89, Zentralpolizeistelle de Strasbourg à président de Lorraine, 6 octobre 1892. Copie d’un rapport d’agents adressé au bureau français de renseignements, (sd).

9  SHD/GR, 9 Yd 455, dossier du général de division Henri Crémer. Il est le frère de Camille Crémer, l’un des rares généraux victorieux de 1870, lui-aussi natif de Sarreguemines.

10  Jules-Dominique Antoine (1845-1916), figure de la « protestation » messine, député au Reichstag de 1882 à 1889, expulsé d’Alsace-Lorraine le 31 mars 1887.

11  Les enquêtes allemandes menées en 1892 au reçu de ce document témoignent d’une certaine incrédulité. Archives départementales du Haut-Rhin, 8 AL 1/9430, rapports de police de Mulhouse, 27 octobre, 9 et 10 décembre 1892, de Saint-Louis, 29 novembre 1892 et du directeur de cercle de Colmar, 19 octobre 1892.

12  Lorrain annexé d’Audun-le-Tiche, le colonel Vincent (1834-1900) s’est révélé lors de la guerre de 1870 en tant que créateur d’un nouveau service d’éclaireurs organisé sur le modèle des uhlans de la cavalerie prussienne. Chef d’état-major de la 2e division indépendante de cavalerie à Lunéville de 1873 à 1881, il s’intéresse aux lignes de chemin de fer d’Alsace-Lorraine. SHD/GR, 5 Yf 73952, états de service du colonel Honoré Vincent.

13  Archives départementales des Vosges, 8 bis M 30, commissaire spécial de police (CSP) de Saint-Dié, 23 janvier 1885.

14  Memor, « Les élections en Alsace-Lorraine », La Nouvelle Revue, tome 62, janvier-février 1890, p. 810.

15 Die geheimen Papiere Friedrich von Holsteins. Band II. Tagebuchblätter, 8 août 1886, Göttingen, 1957, p. 323-324.

16  Auswärtiges Amt (Berlin), R 6991, Bismarck à Schelling, 11 février 1887.

17  Dansette (Adrien), Le Boulangisme, Paris, Fayard, 1946, p. 75.

18  L’Impartial de l’Est, 10 juillet 1889.

19  SHD/GR, 7 N 1746, journal de mobilisation de l’état-major général du ministre, 6 septembre 1887.

20  SHD/GR, 7 N 1746, section de statistique, mesures prévues pendant la période de tension politique, 4 juin 1889.

21  SHD/GR, 5 Yf 73952, Raymond Poincaré à général Haillot, chef d’état-major général du ministre, 25 septembre 1889. Poincaré ajoute que le colonel Vincent n’insista pas.

22  SHD/GR, 7 N 1789, travail d’hiver du lieutenant Wasser, 10 février 1892.

23  SHD/GR, 7 N 1789, général Brugère à ministère de la Guerre et note du 3e bureau, (sd).

24  Par décret du 6 mai 1890, l’état-major général du ministre de Guerre  devient l’état-major de l’armée (EMA).

25  SHD/GR, 7 N 1790, EMA 3e bureau, opérations à tenter sur les derrières de la droite allemande.

26  SHD/GR, 7 N 99, exercice de mobilisation de la section de statistique, 3 juin 1898. Cette phrase barrée sur le document est remplacée par le terme plus neutre de « sorties ».

27  Archives nationales (AN), F/7/16023/1, rapport PM, 28 novembre 1899.

28  AN, F/7/12641, EM 6e CA à Schnaebelé, 29 décembre 1889.

29  Borries (général Rodolphe von), « L’espionnage allemand d’avant guerre à l’Ouest », L’espionnage et le contre-espionnage pendant la guerre mondiale d’après les archives militaires du Reich, Paris, Payot, 1934, p. 20.

30  AD Meurthe-et-Moselle (ADMM), 4 M 20, CSP Avricourt, 28 septembre 1911.

31  ADMM, 4M25, CSP Pagny-sur-Moselle, 15 septembre 1911.

32  Borries (général Rodolphe von), op.cit., p. 20.

33  SHD/GR, 7 NN 609, rapport « rigoureusement secret » du Grand État-major de Berlin sur le voyage de l’état-major de forteresse, 21 août 1909. Note sur une étude allemande d’attaque et de défense de Metz, 14 novembre 1910.

34  SHD/GR, 1 K 795, fonds du général de Castelnau, carton 5, mémoire pour servir à l’établissement d’un plan de guerre, Conseil supérieur de guerre, 1914, p. 32.

35  SHD/GR, 1 K 795, fonds du général de Castelnau, carton 5, mémoire pour servir à l’établissement d’un plan de guerre, Conseil supérieur de guerre, 1914, p. 42.

36  SHD/GR, 1 K 795, fonds du général de Castelnau, carton 5, mémoire pour servir à l’établissement d’un plan de guerre, Conseil supérieur de guerre, 1914, p. 43.

37  Né à Nancy, polytechnicien, Charles Dupont (1863-1935) dirige pendant la guerre le 2e bureau du GQG jusqu’en juillet 1917. Devenu général, il prend part après 1918 à des missions militaires en Allemagne puis en Pologne.

38  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 72-73.

39  SHD/GR, 14 N 38, EMA 2e bureau à état-major du général Joffre, 18 octobre 1912.

40  SHD/GR, fonds de Moscou, carton 1 129, dossier 1 387, Adrien Mallet, étude sommaire sur la collaboration des commissaires spéciaux aux frontières avec les officiers du service des renseignements en vue de mobilisation, novembre 1930, p. 2.

41  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 30.

42  Archives départementales du Territoire-de-Belfort (ADTB), 1 M 377, CSP Belfort, 1er avril 1911.

43  Dont font sans doute partie des pétards de cavalerie à 250 g de TNT. Lahaie (Olivier), « L’équipement spécifique des espions français membres de la section de renseignements et de la section de centralisation des renseignements en 1914-1918 », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 232, octobre-décembre 2008, p. 93.

44  SHD/GR, 1 K173, fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925, p. 9 et 13.

45  Arrêté en Allemagne début décembre 1910 pour espionnage, le capitaine Lux est condamné à six ans de forteresse. Il s’évade spectaculairement l’année suivante avec l’aide de la SR.

46  ADTB, 1 M 377, CSP Belfort, 4 février, 1er avril et 25 octobre 1911.

47  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 73. 1 K 173, fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925, p. 13.

48  SHD/GR, 1 KT 526, Mémoires du général Charles Dupont, p. 73.

49 Ibid.

50  SHD/GR, 1 K 173, fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925, p. 13.

51  AD Bas-Rhin, 121 AL 135, Lettre de Charles Botz, 7 août 1922.

52  SHD/GR, fonds de Moscou, carton 1 129, dossier 1 387, Adrien Mallet, étude sommaire sur la collaboration des commissaires spéciaux aux frontières avec les officiers du service des renseignements en vue de mobilisation, novembre 1930, p. 11.

53  Roth (François), La Lorraine annexée. Étude sur la Présidence de Lorraine dans l’Empire allemand (1870-1918), 2e édition, Metz, Éditions Serpenoise, 2007, p. 596.

54  Borries (général Rodolphe von), op.cit., p. 21.

55  Deimling (général Berthold von), Souvenirs de ma vie (du temps jadis aux temps nouveaux), Paris, Éditions Montaigne, 1931, p. 188.

56  Almeida (Calmeina d’), « L’armée allemande avant et pendant la guerre 1914-1918 », Revue militaire générale, tome XVI, août-décembre 1919, p. 66.

57  Spindler (Charles), L’Alsace pendant la guerre, Strasbourg, Librairie Treuttel et Würtz, 1925, p. 18.

58  Almeida (Calmeina d’), op.cit., p. 66-67. Haussmann (Conrad), Journal d’un député au Reichstag pendant la guerre et la Révolution, Paris, Payot, 1928, p. 16.

59  Legrand-Girarde (général), Un quart de siècle au service de la France, Paris, Presses littéraires de France, 1954, p. 507.

60  Nicolai (colonel Walter), Forces secrètes (Geheime Mächte), Paris, Éditions de la Nouvelle revue critique, 1932, p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Sawicki, « Aux origines lointaines du « service action » : sabotages et opérations spéciales en cas de mobilisation et de guerre (1871-1914) », Revue historique des armées, 268 | 2012, 12-22.

Référence électronique

Gérald Sawicki, « Aux origines lointaines du « service action » : sabotages et opérations spéciales en cas de mobilisation et de guerre (1871-1914) », Revue historique des armées [En ligne], 268 | 2012, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7502

Haut de page

Auteur

Gérald Sawicki

Agrégé, il est titulaire d’un doctorat d’histoire contemporaine intitulé : Les services de renseignements à la frontière franco-allemande, 1871-1914 (université de Nancy II). Auteur de plusieurs articles sur le thème du renseignement, il prépare un livre sur l’affaire Schnaebelé (avril 1887) à paraître prochainement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals