Navigation – Plan du site
Les fonds du Service historique de la Défense

Le fonds Henri et Lotty Amouroux

Loïck Briand et Pascal Gallien
p. 117-120

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Suite au décès de leur père le 5 août 2007, les enfants d’Henri Amouroux ont légué ses archives (une soixantaine de mètres linéaires) ainsi que sa volumineuse bibliothèque au Service historique de la Défense. Conservé sous la cote SHD DE 2009 PA 94, ce fonds – communicable sur autorisation du donateur – a fait l’objet d’un bordereau de versement disponible en salle de lecture Louis XIV et prochainement sur le site internet du SHD pour faciliter l’exploitation des archives de cette figure du journalisme et de l’histoire de la seconde moitié du XXe siècle, qui ne put mener à bien son œuvre qu’avec le soutien de son épouse Lotty.

2Henri Amouroux est né en 1920 à Périgueux. Après avoir étudié à l’École supérieure de journalisme de Paris, il débute sa carrière à l’agence de presse Opera Mundi puis devient rédacteur au journal La Petite Gironde à Bordeaux, quotidien dont la ligne éditoriale est favorable à la politique du régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. La presse est alors encadrée par les Allemands dont les instructions sont suivies de façon plus ou moins scrupuleuse par les journalistes. À ce titre, on peut trouver dans le fonds plusieurs directives émises par la Propagandastaffel de Bordeaux. Henri Amouroux – qui écrivait des articles pour la rubrique culture – rejoint la Résistance durant l’année 1942 en intégrant le groupe bordelais « Jade-Amicol ». De mars à septembre 1944, il officie même en tant que correspondant auprès de l’état-major interallié. Les tensions politiques de la Libération, la presse bordelaise devenant alors un enjeu de pouvoir, expliquent les reproches de proximité avec Vichy qui lui sont faits et surtout les contestations sur son engagement résistant, dont font état ses archives, controverses à nouveau évoquées lors du procès de Maurice Papon (où il était cité comme témoin de la défense). Henri Amouroux a donc pu dès la Libération poursuivre sa carrière alors que certains de ses confrères, victimes de l’épuration interne dans le milieu du journalisme, durent attendre quelques années avant de pouvoir reprendre leur profession.

3À partir de 1945, Henri Amouroux intègre la direction du journal Sud-Ouest qui succède à la Petite Gironde dont la parution est interdite. Il y reste durant une trentaine d’années avant de diriger pendant deux ans France Soir puis d’endosser le rôle de co-directeur du journal Rhône-Alpes en 1976. Au cours des années 1980, il rejoint l’équipe du Figaro Magazine. Henri Amouroux a donc travaillé à la fois pour des quotidiens régionaux et à vocation nationale, en qualité de journaliste comme de dirigeant.

4Durant sa carrière, il accumule une importante documentation, préalable indispensable à la rédaction des articles. On peut ainsi noter qu’il s’est tout particulièrement intéressé à la vie politique de la Ve République comme en attestent les brouillons des articles accompagnés des nombreuses notes et documents. En plus d’articles sur les hommes politiques, Henri Amouroux a également écrit quelques ouvrages comme Monsieur Barre ou encore Trois fins de règnes (respectivement publiés en 1986 et en 1997) dont on retrouve les travaux préparatoires et les manuscrits. Il convient, par ailleurs, de relever quelques pièces particulières telles que des interviews et des photographies réalisées lors d’une rencontre avec Valéry Giscard d’Estaing. Observateur de la société française durant la seconde moitié du XXe siècle, Henri Amouroux a aussi rédigé des articles sur des sujets d’ordre social et économique tels que, par exemple, le chômage, la famille, la jeunesse ou encore l’immigration. Ces thèmes se matérialisent dans le fonds par de la documentation, des notes ainsi que des correspondances.

5L’attention journalistique d’Henri Amouroux s’est portée sur le théâtre international où il mena de nombreux reportages, notamment pour le compte du journal Sud-Ouest. Actualité oblige, la décolonisation en Indochine et en Algérie reviennent régulièrement mais d’autres pays sont l’objet de son attention : tels que Cuba ou la Chine, d’où il ramène notamment quelques pièces significatives de la propagande maoïste. Il a également porté un grand intérêt à la toute jeune République d’Israël à laquelle il consacre quelques articles ainsi que des livres dont notamment, J’ai vu vivre Israël (publié en 1958). D’autres reportages sont réalisés en différents points du globe comme aux États-Unis, en Europe ou encore en Afrique. Des photographies prises au Moyen-Orient viennent compléter la documentation collectée pour la rédaction des articles.

6En plus de ses travaux pour le compte de la presse écrite, Henri Amouroux s’est aussi distingué dans le domaine du journalisme audiovisuel. Il anime ainsi sur les ondes de France Inter plusieurs émissions à partir de 1979. Parmi elles, on peut citer « L’histoire a quarante ans », « L’histoire a cinquante ans », « Bonsoir », « Questions pour l’histoire » ainsi que des rubriques politiques. On retrouve dans le fonds les dossiers préparatoires de la plupart des interventions ainsi que les différents documents spécifiques à ces prestations. Henri Amouroux s’est aussi investi dans diverses émissions de télévision telles que « L’heure de vérité » et dans quelques interventions ponctuelles sur des thèmes d’actualité ou historiques. Le journaliste s’est également tourné vers des projets de téléfilms ayant pour thème la Seconde Guerre mondiale et plus particulièrement les débarquements de 1944 (Normandie et Provence) ainsi que le maréchal Pétain.

7Ses différentes activités dans la presse écrite et audiovisuelle se traduisent par la présence d’une importante correspondance – plusieurs milliers de lettres – avec ses homologues ainsi qu’avec son public, permettant d’appréhender la perception de ses prises de position ainsi que les réactions positives et négatives qu’elles ont pu susciter. Henri Amouroux fut aussi un acteur du paysage journalistique français en tant que membre de certaines de ses institutions emblématiques. Il fit ainsi partie de l’Agence professionnelle de la presse républicaine dont il devint le vice-président. De même, il présida le jury du prix Albert Londres, qui récompense chaque année, depuis 1933, le meilleur grand reporter de la presse écrite et, depuis 1985, le meilleur grand reporter de l’audiovisuel. Le fonds comprend ainsi la correspondance entre les membres du jury et ses délibérations.

8Le fonds Henri et Lotty Amouroux offre donc au lecteur la possibilité de suivre la carrière d’un journaliste renommé et reconnu par la profession tout au long de la seconde partie du XXe siècle, une période durant laquelle ce métier connut des évolutions significatives. De plus, le parcours même d’Henri Amouroux est des plus intéressants du fait qu’il mena ses travaux durant des périodes très variées ; ses émissions pour la radio et la télévision offrent un éclairage sur ces nouvelles facettes du journalisme. Enfin, son implication dans des associations journalistiques nous ouvre les portes de la profession.

9Henri Amouroux a parallèlement mené une carrière d’historien. Celle-ci a débuté assez précocement car, dès 1942, il réalisait une étude sur la population bordelaise durant la Révolution française. Mais ses principaux travaux se sont focalisés par la suite sur la Seconde Guerre mondiale et plus précisément sur les Français pendant l’Occupation. L’œuvre qui lui a apporté la plus grande notoriété est sans nul doute, La grande histoire des Français sous l’Occupation, un travail d’une ampleur considérable constitué de dix tomes publiés de 1976 à 1993. Cet ouvrage fut un véritable succès en librairie comme en témoigne le nombre d’exemplaires vendus, environ deux millions.

10La préparation et l’écriture de La grande histoire des Français sous l’Occupation a conduit Henri Amouroux à collecter une grande quantité de papiers, qui prouvent que l’opinion exprimée par l’historien est mûrement réfléchie. Cette documentation est très diverse.  Elle rassemble des extraits d’ouvrages, de revues ou encore des documents originaux et la correspondance avec des témoins de l’époque. Résultat de l’étude des sources menée par Henri Amouroux, la rédaction de nombreuses notes afin de synthétiser les éléments qui constitueront par la suite les ouvrages. Le travail de rédaction a été méticuleux comme en témoigne le nombre de manuscrits conservés dans le fonds.

11L’intérêt d’Henri Amouroux pour la période de l’Occupation se manifeste aussi par la rédaction d’autres ouvrages. On peut ainsi mentionner Le 18 juin 1940 qui fut l’un des premiers livres sur ce thème ou encore Pour en finir avec Vichy, publié en1997. Figure incontournable de la période étudiée par Amouroux, Pétain et le régime qu’il mit en place font l’objet d’une documentation conséquente, constituée notamment de documents d’époque tels que les brochures de propagande. Le journaliste-historien a même participé à un projet de film télévisé mettant en scène Pétain. De nombreux exemplaires d’une revue maréchaliste intitulée Le Maréchal sont par ailleurs présents dans le fonds.

12Le fonds documentaire historique ne se focalise évidemment pas que sur Pétain, il embrasse de nombreux aspects de la Seconde Guerre mondiale. Sa notoriété et sa facilité d’accès aux médias ont permis à Henri Amouroux d’adresser de nombreux appels à témoigner aux contemporains des événements. Au regard des lettres et récits envoyés par ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs aussi bien après ses sollicitations que spontanément, pour réagir à ses analyses, nous pouvons constater que le succès fut au rendez-vous.

13Les témoins de cette époque ne sont pas que des Français ; des Allemands, parmi lesquels de nombreux anciens soldats de la Wehrmacht, ont aussi envoyé leurs témoignages à Henri Amouroux. Ces témoignages et ces récits proviennent également de résistants, de Français libres, de vétérans de la campagne de France, de prisonniers de guerre, de membres du STO, d’anciens miliciens voire de déportés. De même, nombre de contemporains de l’époque ont envoyé le récit de leur vie sous l’Occupation à l’historien. D’un contenu informatif très riche, ces documents reflètent la diversité des témoins. Ils permettent d’appréhender la guerre à travers les yeux de ses combattants, qu’ils soient simples soldats ou officiers, résistants agissant parfois au sein de groupes méconnus, tel que le groupe du casino de Besançon, ou encore Français libres du SOE (service de renseignements et d’action britannique), collaborateurs et même anciens SS allemands ou français de la division Charlemagne.

14Ces témoignages semblent avoir été largement utilisés par Henri Amouroux pour la rédaction de ses ouvrages ainsi que pour des corrections, car certains d’entre eux ont été envoyés pour pointer des erreurs dans ses écrits ou pour délivrer un autre point de vue sur certains sujets abordés. La majorité de ces récits et témoignages a été rédigée à la fin des années 1970, époque à laquelle les travaux d’Henri Amouroux sur l’Occupation étaient publiés et connaissaient un grand succès de librairie. Les envois constants de lecteurs ont permis à l’historien d’étoffer ses travaux de recherche et de se pencher notamment sur des faits de résistance peu mis en valeur auparavant. Toutes ces correspondances ont été classées en fonction du tome et du chapitre auxquelles elles faisaient référence, en vue de leur exploitation pour une réédition des ouvrages.

15Henri Amouroux a collecté, au cours de ses recherches, un grand nombre d’ouvrages, de revues ainsi que d’articles sur le sujet qui ont abouti à la constitution d’une bibliothèque volumineuse. De même, il a aussi fait l’acquisition de documents plus spécifiques tels que, par exemple, des bulletins d’associations de résistants voir des publications plus ponctuelles comme certaines parues à l’occasion du cinquantenaire de la Libération. Des universitaires ainsi que des étudiants ont également envoyé leurs thèses et leurs mémoires, souvent dédicacés. La documentation d’époque est très importante car Henri Amouroux a pu collecter des cartes de rationnement, des tracts, des brochures de propagande allemande et vichyste ainsi que des publications faites au moment de la Libération. Il faut aussi noter la présence de quelques photographies dont certaines prises à Caen à la suite des violents combats de l’été 1944.

16Grâce à ses relations, Henri Amouroux a pu enrichir sa documentation d’une très grande valeur scientifique. Il a ainsi acquis auprès de Guy Raïssac, secrétaire général de la Haute Cour de justice, les dossiers des grands procès de collaborateurs ayant eu lieu au moment de l’épuration. Parmi les hautes personnalités vichystes, on retrouve par exemple Abel Bonnard (secrétaire d’État à l’Éducation) ou encore le général Noguès (gouverneur général de Syrie qui combattit les troupes britanniques et les Français libres au cours de l’année 1941). Guy Raïssac a également donné une partie de ses archives, comprenant de la documentation, des notes et des manuscrits nécessaires à la rédaction de ses ouvrages comme, Maxime Weygand : Un soldat dans la tourmente. Par ailleurs, un ancien officier de gendarmerie lui a fait parvenir de nombreux dossiers nominatifs constitués au moment de la Libération pour extraire de cette arme les éléments les plus compromis

17La passion d’Henri Amouroux pour l’histoire et les éléments nécessaires à son étude se matérialise aussi par son adhésion à la Société des amis des archives de France qui œuvre à la défense et à la promotion du patrimoine archivistique national. Il s’est sincèrement investi dans cette cause comme en témoigne la présence dans le fonds de pièces relatant les différentes activités de l’association. Il fut, par ailleurs, membre de l’Académie des sciences morales et politiques ; on retrouve des dossiers relatifs aux travaux auxquels il a participé.

18Aspect méconnu de l’œuvre d’Henri Amouroux, l’écriture de romans et de pièces de théâtre : une vingtaine de manuscrits au total. Ce goût pour l’écriture traverse sa vie, car les plus anciens remontent à sa jeunesse tandis que les plus récents datent des années 2000. Les thèmes abordés à travers ces écrits littéraires sont assez divers mais l’histoire demeure un fil conducteur comme le montre le manuscrit de son roman, Les Saint-Luc, une famille française. Les pièces de théâtre, quant à elles, reprennent fréquemment des thèmes mythologiques.

19Composé d’innombrables témoignages inédits, d’une documentation soigneusement classée et de manuscrits, le fonds Henri et Lotty Amouroux satisfera le chercheur travaillant sur la Seconde Guerre mondiale et sur l’histoire de la seconde moitié du XXe siècle. Un biographe d’Henri Amouroux trouvera ici toutes les archives nécessaires pour appréhender le journaliste, l’écrivain et l’historien dont la position mesurée sur la France de Vichy qui, si elle suscite encore aujourd’hui des polémiques, sera mieux admise dans les années à venir ; l’étude de ces archives participant à cette compréhension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïck Briand et Pascal Gallien, « Le fonds Henri et Lotty Amouroux », Revue historique des armées, 268 | 2012, 117-120.

Référence électronique

Loïck Briand et Pascal Gallien, « Le fonds Henri et Lotty Amouroux », Revue historique des armées [En ligne], 268 | 2012, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7533

Haut de page

Auteur

Loïck Briand et Pascal Gallien

Loïck Briand est diplômé du master 2 « Métiers de la Culture/Archives » de l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines. Pascal Gallien est chef du bureau protection et enrichissement du patrimoine au SHD/CHA/DITEEX.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals