Navigation – Plan du site
Dossier

Brigands ou soldats ?

L’image du guérillero espagnol dans la correspondance française (1810-1814)
Brigands or soldiers? The image of the Spanish guerrilla in French correspondence (1810-1814)
Gildas Lepetit
p. 3-10

Résumés

La campagne d’Espagne a été le cadre d’un soulèvement d’une ampleur sans précédent connu sous le nom de guérilla. Devant ce phénomène, deux conceptions, l’une espagnole, l’autre française, s’affrontent. La perception du héros patriote luttant contre l’envahisseur se heurte à la légende noire entretenue par certains militaires impériaux. Les autorités françaises se sont en effet évertuées à nier la « militarité » de l’insurrection espagnole. Pourtant, progressivement les partidas se structurent, s’équipent d’artillerie, donnent à leurs chefs des grades réglementaires, se regroupent en bataillon et se vêtissent d’uniformes pour se transformer en de puissants corps militaires. Les généraux gouverneurs continuent cependant dans leur grande majorité à ne les considérer que comme de simples brigands, niant, par commodité ou par éducation, les dimensions politique et militaire de leur engagement.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  De bonnes synthèses ont été réalisées par Jean-René Aymes, Richard Hocquellet ou Jean-Marc Lafon s (...)

1L’entrée des troupes françaises en Espagne en 1807 et la répression des émeutes du 2 mai 1808 ont provoqué un vaste soulèvement populaire connu sous le nom de guérilla. Devant ce phénomène indéniable, deux conceptions, l’une espagnole, l’autre française, s’affrontent. La perception du héros patriote luttant contre l’envahisseur se heurte à la légende noire entretenue par certains militaires impériaux. Loin de nous l’intention de nous livrer à une énième étude sur la composition des bandes insurgées espagnoles 1. En réalité, notre propos a pour ambition de montrer la vision française des guérillas et de déterminer si cette image a évolué, en prenant en compte les mutations profondes connues par les bandes insurgées entre 1810 et 1814.

La militarité de la guérilla, une dénégation française

  • 2  Notons qu’en 1793 et 1794, la République a employé des termes identiques à l’égard des insurgés ve (...)
  • 3  Centre historique des Archives nationales (CHAN), 384 AP 20. Lettre du 16 avril 1810 du général Su (...)
  • 4  SHD/GR, C8 67, lettre du 5 mars 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

2La correspondance des généraux français compte de nombreuses mentions des actions des insurgés espagnols. Il ne se passe pas un jour sans que Paris ne reçoive des nouvelles des dernières « menées » des guérillas. Mais, à chaque fois, la dimension politique de leur engagement dans la lutte armée est au mieux tue, sinon niée. Le vocabulaire employé par les autorités françaises ne laisse guère de doutes sur leur perception des motivations des guérilleros. « Brigand », « scélérat », « voleur », « assassin », « bandit », « canaille » sont autant de synonymes à « insurgé » dans la correspondance française 2. Quand, le 16 avril 1810, Suchet transmet ses ordres sur le service du 14e escadron, il lui assigne ainsi de donner « la chasse aux bandes de voleurs qui pourraient se montrer » 3, mais ne mentionne d’aucune autre manière les insurgés. De même, selon Buquet, les morts de Belar, dit le Manchot, et de deux de ses compagnons, Clemente Villar et Chuburry, en mars 1811, ne débarrassent pas les Français d’un des chefs du mouvement insurrectionnel, mais les Espagnols « d’assassins dont ils ne pouvaient s’empêcher de craindre le retour » 4.

  • 5  SHD/GR, C8 63, lettre du 12 janvier 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 6  SHD/GR, C8 64, lettre du 20 janvier 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.

3Les « Espagnols », les « habitants », la « population » sont donc censés être les seuls bénéficiaires des arrestations et des exécutions d’insurgés. Œuvrer pour le bien public, tel est le credo des Français et de Buquet en particulier. Les militaires veulent donner l’impression de répondre aux aspirations pacifiques du peuple et non d’agir pour leur propre sécurité. À l’évidence, l’inspecteur général de la gendarmerie d’Espagne, dans la description qu’il donne de la tactique « des brigands », en janvier 1811, semble convaincu d’agir conformément aux attentes de la population. N’écrit-il pas que « réunis en petits nombre, ils parcourent les campagnes, menacent, intimident les habitants, enlèvent sous différents prétextes ceux qu’ils ne peuvent faire contribuer, volent, pillent et assassinent partout où ils peuvent sans danger satisfaire leur cruauté, leur vengeance »5 ? Pourtant, le même Buquet se plaint huit jours plus tard que « le brigandage, loin de s’affaiblir, prend tous les jours un caractère plus grave », mettant cet état de fait sur la part de plus en plus importante prise par les « habitants des campagnes » 6.

  • 7  Thiébault (général baron Dieudonné de), Mémoires du général baron Thiébault, publiées sous les aus (...)
  • 8  SHD/GR, C8 49, rapport du général Avril au maréchal Berthier en date du 3 juin 1810.

4La raison de cette gymnastique intellectuelle et sémantique est simple : reconnaître la dimension militaire et patriotique des insurgés revient à leur donner une importance démontrant que les Espagnols s’opposent à l’occupation française et donc par ricochet à l’empereur. Les considérer en revanche comme de simples bandits les marginalise et place tous ceux qui aspirent à l’ordre du côté des Français. Cette péjoration est d’ailleurs dénoncée avec beaucoup de pertinence et de lucidité par le général Thiébault qui stigmatise l’erreur commise par les Français « en ne donnant à ces guérillas d’autres noms que ceux de "brigands…vile et abjecte canaille", en ayant toujours l’air de dire qu’on leur faisait en les tuant beaucoup d’honneur » 7. Ce déni de militarité n’est pas seulement visible dans les qualificatifs donnés aux insurgés ; on le retrouve aussi dans les choix sémantiques pour décrire leurs actions. Ainsi, alors que les Français « lèvent des contributions », les guérilleros « pillent ». Les colonnes de gendarmes « parcourent » des communes, tandis que les « brigands » les « infestent » 8. Les militaires impériaux « jugent prévôtalement », justice pour le moins expéditive ; les insurgés « assassinent ».

  • 9  SHD/GR, C8 49, lettre du 15 juin 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

5Cette exacerbation du manichéisme français va jusqu’à refuser aux Espagnols des droits similaires à ceux des militaires. En juin 1810, Manuel Collantes, chef insurgé agissant dans la province de Santander, a ainsi, selon les termes de Buquet, « osé sommer le commandant [du 5e escadron] de se rendre » 9. Le ton et les mots employés par ce général ne laissent guère de doutes sur sa perception des insurgés qui, à ses yeux, poussent l’outrecuidance jusqu’à réclamer une reddition française.

6D’ailleurs, quand un chef insurgé trouve un minimum grâce aux yeux des Français, les troupes impériales sont impliquées. À la fin du mois de juillet 1810, le général Buquet se fend d’un quasi-compliment à l’adresse de la bande de Longa, l’« une des moins lâches » selon lui, pour la simple raison « qu’elle est composée en grande partie d’Allemands, de Polonais et d’Italiens », certes, déserteurs, mais néanmoins issus de troupes régulières.

  • 10  Woolf (Stuart), Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, 1990, p. 327.
  • 11  Lafon (Jean-Marc), L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dan (...)
  • 12  SHD/GR, C8 45, compte rendu de l’interrogatoire de Javier Mina mené à Bayonne le 9 avril 1810 par (...)
  • 13  SHD/GR, C8 195, lettre du 11 août 1810 du général Thouvenot au maréchal Soult. SHD/GR, C8 53, même (...)
  • 14  « On assure que le 3 de ce mois, la Martina, chef d’une bande de voleurs, et vingt des siens ont é (...)
  • 15  SHD/GR, C8 76, lettre du 16 juillet 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 16  SHD/GR, C8 388, rapport sur la situation dans la Seigneurie de Biscaye entre le 15 et le 20 févrie (...)
  • 17  « Fontella qu’il avait envoyé dans les prisons d’Arnedo pour mauvaise conduite, fait depuis son re (...)
  • 18  SHD/GR, C8 52, lettre du 22 juillet 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

7Pour autant, il convient de ne pas faire d’angélisme : la multiplication des partidas, toujours par essence en marge de la légalité, donne l’occasion à de véritables brigands de commettre des excès sous le couvert de lutter contre les Français. Comme l’écrit fort justement Stuart Woolf, « il est toujours malaisé de distinguer banditisme conventionnel et révolte armée » 10. Jean-Marc Lafon rencontre d’ailleurs des difficultés similaires dans son étude sur la résistance andalouse 11. La volonté de Javier Mina de se distinguer des « petites bandes de dévaliseurs qui infestaient le pays » 12 ou  les tentatives d’assainissement menées par son oncle, bien qu’on ne puisse en exclure une volonté d’affermir sa propre influence ou d’éliminer la concurrence, peuvent en attester. Pour ce dernier cas, le général Thouvenot se félicite, en août 1810, que « Mina [ait] fait arrêter et pendre tous les chefs d’une des bandes de la Navarre composée de voleurs et d’assassins, et qu’il annonce le projet d’exécuter les mêmes dispositions envers les autres bandits de ce genre », précisant que de tels actes démontrent « l’intention [de ce chef] de faire la guerre en insurgés et non en brigands » 13. Le chef Longa n’est pas en reste dans ce domaine et met ainsi un terme aux agissements de la bande de la Martina, en juillet 1811. Malgré de tels événements, les généraux français demeurent sceptiques et ne changent pas d’avis sur les chefs insurgés 14. Pourtant, l’avenir de la bande de la Martina, dont huit membres sont exécutés, elle-même étant « passée par les verges » et évitant l’exécution « parce qu’elle était grosse », ne laisse guère de doute sur les intentions de Longa 15. En février 1812, 500 à 600 guérilleros aux ordres d’Artola couchent à Régil pour « attaquer une bande de véritables voleurs commandée par un certain Munua qui dévaste les environs de Saint Sébastien, arrête et pille les paysans qui portent des vivres dans cette place, et les conduisent en Navarre » 16. Notons au passage la belle nuance apportée par le rédacteur du rapport qui décrit la troupe de Munua comme « une bande de véritables voleurs », preuve que d’autres insurgés reçoivent ce qualificatif un peu exagérément. Javier Mina, lui-même, malgré sa volonté de se comporter « en insurgé(s) et non en brigand(s) », se voit obligé de purger sa bande d’éléments qui, sous couvert de patriotisme, exercent « le métier de dévaliseur » 17. Cette politique d’assainissement du mouvement insurrectionnel est également menée par les Anglais qui, en juillet 1810, ont « mis aux fers » un certain Firmin « comme chef de voleurs » 18.

8Les motivations de ces arrestations peuvent, à l’évidence, être très éloignées de celles avancées par les Français dans leurs rapports. Les nombreuses luttes d’influence, la concurrence acharnée que se livrent les chefs de bande, le refus de se soumettre ont aussi pu influencer les actions de Espoz y Mina ou de Longa. Pour autant, il est certain que la multiplication de groupes « de véritables voleurs » est extrêmement néfaste pour ceux qui se revendiquent de la cause patriotique. Le discrédit de leurs actions rejaillit indubitablement sur l’ensemble des tenants de l’insurrection, et les soustractions de denrées pratiquées par ces « brigands » privent d’autant les autres troupes insurgées.

  • 19  SHD/GR, C8 94, relevé des bandes qui composent le prétendu (sic) 7e corps de l’armée d’Espagne, so (...)
  • 20  SHD/GR, C8 97, lettre du 1er juin 1812 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 21  SHD/GR, C8 98, lettre du 17 juillet 1812 du général Caffarelli au ministre de la Guerre. CHAN, F7  (...)
  • 22  SHD/GR, C8 103, état par aperçu des bandes dans l’arrondissement de l’armée du nord de l’Espagne e (...)
  • 23  SHD/GR, C8 140, rapport du général Buquet du 18 janvier 1812.
  • 24  Espozy Mina (Francisco), Memorias del general don Francisco Espoz y Mina, t. I, Madrid, 1851-1852, (...)

9Au fil des mois, l’insurrection espagnole change de dimension. Les bandes insurgées de 1813 n’ont en effet plus rien de commun avec celles de 1808, conglomérats hétéroclites de poignées d’hommes autour de chefs charismatiques. Pour donner une vision d’ensemble des effectifs attribués aux bandes, les sources françaises les estiment à 22 000 en avril 1812 19. Par la suite, ils ne cessent de s’accroître, passant successivement à 25 000 en juin 1812 20, 30 000 en juillet suivant 21, puis à près de 35 000 à la fin de l’année 1812 22. Loin de combattre des petites bandes comme en 1808, les Français se trouvent opposés à la fin de la période à une masse nombreuse, soutenue par une population acquise par conviction, crainte ou raison. Équipés grâce au soutien logistique de l’Angleterre, aguerris par plusieurs années de résistance à l’occupation française et par l’afflux de déserteurs venus des troupes impériales, les insurgés se sont transformés en une force redoutable disposant d’armements lourds tels que de l’artillerie 23 et de structures (ateliers, magasins, hôpitaux, écuries) dignes d’une armée en campagne 24. Pour autant, la posture dogmatique des autorités françaises sur la perception des bandes évolue-t-elle aussi rapidement que l’insurrection espagnole ?

Du brigand au soldat, l’évolution du statut des insurgés

10L’insurgé ne peut prétendre à d’autres existences que celles constituées par le vocabulaire souvent injurieux qui le qualifie dans la correspondance française. Pourtant, insensiblement, le champ lexical employé par les autorités françaises change, prenant consciemment ou inconsciemment en considération les évolutions de l’insurrection.

  • 25  SHD/GR, C8 71, lettre du 6 mai 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 26  SHD/GR, C8 269, lettre du 6 novembre 1811 du général Reille au général Dorsenne.
  • 27  CHAN, AFIV 1626. À la fin du mois de juillet 1810, les insurgés, selon le général Reille, viennent (...)
  • 28  SHD/GR, C8 269, lettre du 28 octobre 1811 du général Reille au maréchal Berthier. SHD/GR, C8 269, (...)
  • 29  « [Mina] m’a écrit [de Sangüesa] il y a trois jours pour me dire (…) que sa division fait partie d (...)
  • 30  SHD/GR, C8 94.

11En effet, parallèlement à l’accroissement des effectifs, les troupes insurgées se sont également appropriées le décorum militaire. Progressivement, les guérilleros transforment leur bande en bataillons, régiments et armées. En mai 1811, le général Buquet annonce ainsi que « deux bataillons de Mina aux ordres de Gorriz et Ulsurrum sont partis d’Estella » 25. En novembre, Reille affirme qu’Espoz commande « la division de Navarre composée de quatre bataillons et de trois escadrons ayant sous ses ordres les petites bandes de Guipuzcoa et de la frontière d’Aragon » 26. Signe de cette reconnaissance de militarisation, ces bataillons se voient dotés de drapeaux, emblèmes des unités militaires 27, démontrant la volonté espagnole de régulariser les bandes de partisans. L’ensemble de ces unités est regroupé au sein du 7e corps d’armée, placé sous le commandement de Mendizabal 28. L’emploi de dénominations militaires par les bandes montre toute la difficulté éprouvée par les généraux français pour prendre en compte cette mutation. D’un côté, ils en reconnaissent l’existence par le vocabulaire employé : si le terme de « bande » ne disparaît pas réellement de la correspondance, il est souvent remplacé par celui de « bataillon ». D’un autre, certains refusent encore de prendre en considération cette évolution. Le général Reille, par exemple, tout en rendant compte de la réorganisation des bandes, continue à leur refuser les droits inhérents à leur nouveau statut 29. Le 14 avril 1812, le même général envoie aux autorités impériales un « Relevé des bandes qui composent le prétendu 7e corps de l’armée d’Espagne sous les ordres de Mendizabal » 30. On sent ainsi poindre toute la gêne que cette évolution provoque pour les Français.

  • 31  SHD/GR, C8 46, lettre du 16 avril 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 32  SHD/GR, C8 195, lettre du 26 décembre 1810 du général Thouvenot au général Daultanne.
  • 33  CHAN, F7 3049, rapport du 7 au 12 février 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale (...)
  • 34  « La bande de Dos Pelos a décidément pris le nom de 1er bataillon de l’Alava. Elle fait partie de (...)
  • 35  CHAN, 384 AP 26, lettre du 21 juillet 1813 du maréchal Suchet à Espoz y Mina.
  • 36  CHAN, F7 3049, rapport du 11 au 15 mai 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

12On en retrouve des traces dans la dénomination des chefs. Au cours de l’année 1810, l’apparition des premiers brevets et commissions d’officiers émanant des juntes transforme, du point de vue espagnol, les cabecillas en officiers, semblables à ceux des troupes régulières. Ainsi, au début du mois d’avril 1810, un insurgé, breveté par Palafox et présenté par le général Buquet comme « un des lieutenants de [Javier] Mina », est tué par des gendarmes du 6e escadron 31. Il peut en l’occurrence s’agir d’un abus de langage de Français peinant à caractériser l’adversaire qu’ils ont à combattre. Cependant, une telle objection, au demeurant fort recevable, ne peut être formulée quand le général Thouvenot relate que « la Junte de Valence a envoyé à [Espoz y Mina] un habit d’uniforme et un brevet de général, ainsi que plusieurs d’officiers supérieurs » 32. Mais, une fois encore, cette évolution est longtemps niée par les Français, comme en témoigne le mépris affiché par Buquet pour ces hommes « qui se sont tous décorés de titres militaires » 33. Plus tard, au cours de l’été 1813, alors que ce général ne semble pas avoir revu son jugement sur l’accession de Espoz y Mina au grade de général 34, Suchet reconnaît officiellement la qualité de ce dernier en débutant toutes ses correspondances par un « monsieur le général » plus en adéquation avec le grade de maréchal de camp 35, concédé par le général Mendizabal au chef insurgé plus d’un an auparavant 36.

  • 37  Anonyme, Petit guide secret des guérillas, ou ruses de guerre, embuscades, pièges et procédés nouv (...)
  • 38  SHD/GR, C8 388, rapport des événements survenus dans la Seigneurie de Biscaye du 15 au 20 octobre  (...)

13Autre symbole de la militarisation des bandes insurgées, l’uniforme semble se généraliser dans le courant de l’année 1811. Pourtant, en 1810, les Français identifient déjà les chefs qui les attaquent. Un petit ouvrage, daté de mai 1815, mentionne en effet l’existence de marques distinctives portées sur le chapeau avant l’universalisation du port d’un uniforme plus militaire 37. Cet indice semble corroboré par la grande importance portée à la prise d’un simple chapeau qui revêt peut-être aux yeux des Français la même valeur que la prise d’un drapeau. Ainsi, dans un rapport d’octobre 1811, le commandant militaire de la place d’Irun informe que les gendarmes se sont emparés dans une maison fraîchement abandonnée par des guérilleros, d’« un chapeau avec une cocarde en or » 38. Les soldats français reconnaissent-ils leurs agresseurs par ce biais ? Une chose est sûre : les troupes françaises doivent impérativement disposer d’autres sources de renseignement pour pouvoir identifier ces signes et ces symboles.

  • 39  Aymes (Jean-René), L’Espagne contre Napoléon…, op.cit., p. 83.
  • 40  SHD/GR, C8 76, lettre du 16 juillet 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 41  AGS, Estado Leg. 8 219, lettre du 23 septembre 1812 du comte de Fernan Nuñez, ambassadeur d’Espagn (...)
  • 42  SHD/GR, C8 140, rapport du général Thouvenot en date du 21 novembre 1811.
  • 43  SHD/GR, C8 140, rapport du 17 au 20 janvier 1813 du général Buquet à l’Empereur.
  • 44  CHAN, F7 3049, rapport du 22 août 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.
  • 45  CHAN, 384  AP 114, lettre des 18 et 19 janvier 1812 du général Henriod au maréchal Suchet.

14Quoi qu’il en soit, les Espagnols se dotent progressivement d’une tenue spécifique tendant une fois encore à les rapprocher des troupes régulières. Jean-René Aymes note ainsi qu’« au début du soulèvement, la tenue des guérilleros, fort hétéroclite, les fait ressembler plus à des chasseurs ou à des contrebandiers qu’à des soldats », précisant que « l’espadrille, le chapeau et le gilet de peau n’ont rien de martial » 39. Au fil des mois, les insurgés quittent ces habits, pourtant très pratiques pour le type de guerre qu’ils comptent mener, pour revêtir des tenues plus en adéquation avec le nouveau statut qu’ils tentent d’acquérir. En juillet 1811, El Pastor reçoit ainsi des effets d’habillement venant d’Angleterre 40. D’autres demandes d’aide ont lieu à l’automne 1812, par exemple, où Fernan Nunez, répercutant une sollicitation d’Espoz y Mina auprès de Castlereagh, demande trois mille paires de souliers, trois mille fusils, trois mille uniformes pour l’infanterie et des munitions 41. De son côté, Pinto fait confectionner des uniformes à Llodio au cours du mois de novembre 1811 42. Longa profite des recettes engrangées à l’occasion d’une vente de sel récupéré à Salinas d’Añana pour distribuer « des souliers, des capotes et des cartouches » à ses hommes 43. Au mois d’août 1812, les Français mènent une opération pour détruire un poste de douane insurgé : malgré l’échec relatif de l’opération, trois hommes ont été arrêtés et « un habit uniforme d’insurgés » a été pris 44. Au début de l’année 1813, le général Henriod informe le maréchal Suchet que le chef Miralles a un détachement vêtu d’uniformes 45. Les Français ont donc conscience de l’évolution vestimentaire des bandes. Si cela n’avait pas été le cas, cette question n’aurait pas tenu une place aussi importante dans leur correspondance.

  • 46  Lafon (Jean-Marc), L’Andalousie et Napoléon…op.cit., p. 124.
  • 47  SHD/GR, C8 269, lettre du 28 octobre 1811 du général Reille au maréchal Berthier.

15On peut s’étonner de l’attention portée aux indices de la militarisation des bandes dans la correspondance française. Cependant, cette évolution n’est pas sans conséquence sur le mode de répression mis en place par les autorités impériales. En l’absence d’un statut de soldat clairement établi, l’application de la justice prévôtale peut éventuellement se justifier juridiquement, mais comment agir, dès lors que les bandes se militarisent, prennent des noms de bataillons ou de régiments et revêtent des uniformes ? Les insurgés eux-mêmes souhaitent être traités comme leurs camarades de la ligne. El Empecinado fait une réclamation en ce sens en juin 1812 46. Espoz y Mina, de son côté, écrit au général Reille que, « sa division [faisant] partie de ce qu’ils appellent le VIIe corps commandé par Mendizabal, ses officiers et lui sont brevetés et doivent être traités comme troupes de ligne » 47. La fin de non-recevoir opposée par le général français démontre cependant le peu de considération des autorités françaises vis-à-vis des nouveaux grades distribués au sein des bandes.

  • 48  « Quiconque est revêtu de l’uniforme est un soldat ». Lecouturier (général), Dictionnaire portatif (...)
  • 49  CHAN, F7 3049, rapport du 11 au 15 juillet 1812 du général Buquet au ministre de la Police général (...)
  • 50  CHAN, 384 AP 143. Le capitaine de gendarmerie de Wasronval, commandant le 9e escadron de gendarmer (...)
  • 51  CHAN, 384 AP 22, « S’il était possible de traiter avec Sarraza, Cantarero et autres, il faudrait l (...)
  • 52  CHAN, 384 AP 116. Le colonel d’Halmont demande ainsi en juin 1813 d’inclure dans le premier échang (...)
  • 53  SHD/GR, C8 89, lettre du 20 janvier 1812 du général Thouvenot au maréchal Berthier. CHAN, AFIV 163 (...)
  • 54  SHD/GR, C8 209, lettre du 18 février 1812 du général Thouvenot au général Buquet.

16Bien que, en 1812, tout désigne les anciennes bandes comme des unités militaires (les grades, l’uniforme, symbole du soldat selon le général Lecouturier 48, le drapeau, l’armement, l’organisation) les exécutions prévôtales perdurent 49. Certes, des doutes commencent à se faire jour chez certains militaires français. Des officiers avouent entretenir une correspondance régulière avec des cabecillas 50. Suchet  de son côté souhaite, en février 1812, prendre attache avec les chefs aragonais pour les convaincre de cesser la lutte 51. D’autres évoquent des échanges de prisonniers avec les insurgés, preuve qu’ils traitent ces derniers d’égal à égal 52. En janvier 1812, le général Thouvenot fait part de son désarroi au maréchal Berthier. Il lui expose que « les bandes étant maintenant réunies et formant une espèce d’organisation militaire, je prie Votre Altesse Sérénissime de vouloir bien me faire connaître si les hommes qui pourraient tomber dorénavant entre nos mains doivent être traités comme brigands et jugés comme tels, ou considérés comme prisonniers de guerre, ne pouvant moi-même décider une telle question, qui peut donner lieu à des actes de réciprocité » 53. Le mois suivant, ce même général amorce un changement dans le statut des insurgés en demandant au général Buquet de conduire en France « cinq hommes des bandes de Mina et de Dos Pelos » arrêtés par la gendarmerie et de les considérer « comme prisonniers de guerre » 54. Mais ces doutes ne modifient guère le statut des insurgés aux yeux des Français. Le général Buquet s’évertue toujours à nier cette évolution. Selon lui, les insurgés sont et resteront des « brigands », quel que soit le décorum dont ils s’entoureront. Reille refuse également de reconnaître les mutations statutaires des bandes. Tout au plus, les doutes de certains officiers renforcent-ils les particularismes locaux sur le traitement des prisonniers.

17Apparaît ainsi un sentiment de supériorité d’une partie des Français vis-à-vis d’un mouvement qu’ils ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre. Par commodité et par éducation, les troupes impériales réduisent les insurgés à la réalité des faits plutôt qu’à celle de la dimension politique. Cette péjoration se transforme peu à peu en aveuglement et en obstination. Rares sont les autorités militaires à faire un quelconque cas des mutations organisationnelles et de la toute nouvelle supériorité numérique pourtant bien réelles de l’insurrection.

  • 55  Jean-Marc Lafon a une analyse similaire pour justifier le durcissement de la politique répressive (...)

18Ce manque de considération à l’égard des insurgés perdure donc malgré leur militarisation progressive. Cette permanence peut probablement être attribuée à plusieurs facteurs. Il faut d’abord en chercher les raisons dans la survivance de l’image d’un insurgé, plus brigand que soldat, et dont toutes les tentatives de militarisation apparaissent aux yeux des Français plus factices que profondes. De même, la présence concomitante dans la péninsule de troupes régulières et des bandes insurgées place invariablement ces dernières en marge et les empêche de s’affirmer comme un instrument officiel de lutte contre l’envahisseur français 55. Enfin, et c’est probablement là l’élément le plus important, prendre en considération la militarisation de l’insurrection, c’est reconnaître la légitimité de la régence espagnole et, par voie de conséquence, remettre en cause celle du pouvoir josephin, puisqu’il est difficilement envisageable que deux autorités légitimes et opposées coexistent sur un même territoire.

Haut de page

Notes

1  De bonnes synthèses ont été réalisées par Jean-René Aymes, Richard Hocquellet ou Jean-Marc Lafon sur le sujet. Aymes (Jean-René), L’Espagne contre Napoléon. La Guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814), Paris, Nouveau Monde éditions/Fondation Napoléon, 2003, p. 80-88. Hocquellet (Richard), Résistance et Révolution durant l’occupation napoléonienne 1808-1812, Paris, La boutique de l’histoire, 2001, p. 171-179. Lafon (Jean-Marc), Le paradoxe andalou (1808-1812). Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le Midi de l’Espagne, doctorat d’histoire contemporaine, sous la direction de Jules Maurin, université de Montpellier III, 2004, p. 124-161.

2  Notons qu’en 1793 et 1794, la République a employé des termes identiques à l’égard des insurgés vendéens.

3  Centre historique des Archives nationales (CHAN), 384 AP 20. Lettre du 16 avril 1810 du général Suchet au chef d’escadron Grenier, commandant le 14e escadron de gendarmerie d’Espagne.

4  SHD/GR, C8 67, lettre du 5 mars 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

5  SHD/GR, C8 63, lettre du 12 janvier 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.

6  SHD/GR, C8 64, lettre du 20 janvier 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.

7  Thiébault (général baron Dieudonné de), Mémoires du général baron Thiébault, publiées sous les auspices de sa fille Mademoiselle Claire Thiébault d’après le manuscrit original, T. IV, 1806-1813, 5eéd., Paris, éd. Plon, 1895, p.402-403.

8  SHD/GR, C8 49, rapport du général Avril au maréchal Berthier en date du 3 juin 1810.

9  SHD/GR, C8 49, lettre du 15 juin 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

10  Woolf (Stuart), Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, 1990, p. 327.

11  Lafon (Jean-Marc), L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne (1808-1812), Paris, Nouveau Monde éditions/Fondation Napoléon, 2007, p. 401.

12  SHD/GR, C8 45, compte rendu de l’interrogatoire de Javier Mina mené à Bayonne le 9 avril 1810 par Louis Devilliers, commissaire de police de la ville.

13  SHD/GR, C8 195, lettre du 11 août 1810 du général Thouvenot au maréchal Soult. SHD/GR, C8 53, même lettre au maréchal Berthier.

14  « On assure que le 3 de ce mois, la Martina, chef d’une bande de voleurs, et vingt des siens ont été arrêtés du côté de Murglia. Tous les rapports depuis ce jour confirment cette nouvelle. On fait honneur de cette arrestation, les uns à Mina, les autres à Longa. Je ne crois pas au reste que la Martina et ses complices courent quelque danger. Mina et Longa ne sont guère moins voleurs, et les loups ne se mangent pas. » SHD/GR, C8 75, lettre du 7 juillet 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.

15  SHD/GR, C8 76, lettre du 16 juillet 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

16  SHD/GR, C8 388, rapport sur la situation dans la Seigneurie de Biscaye entre le 15 et le 20 février 1812.

17  « Fontella qu’il avait envoyé dans les prisons d’Arnedo pour mauvaise conduite, fait depuis son retour le métier de cantinier. Il a fait fusiller Bertholo pour vol. (…) Paqueno de Tafalla qu’il avait chassé pour vol, a fait depuis avec quelques autres le métiers de dévaliseur, on en a parlé peu depuis quelques temps. (…) Le curé de Volcarlos reste peu dans un même lieu, tantôt avec vingt ou trente hommes, tantôt avec soixante au plus il se comporte comme un lâche et un brigand. Il jouit de la réputation la plus infâme. Augustin qu’il croit de Goyzueta passe pour le plus cruel de tous. Il l’a souvent lui-même recherché dans le dessein de le faire fusiller. » SHD/GR, C8 45, compte rendu de l’interrogatoire de Javier Mina mené à Bayonne le 9 avril 1810 par Louis Devilliers, commissaire de police de la ville.

18  SHD/GR, C8 52, lettre du 22 juillet 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

19  SHD/GR, C8 94, relevé des bandes qui composent le prétendu (sic) 7e corps de l’armée d’Espagne, sous les ordres de Mendizabal, en date du 14 avril 1812.

20  SHD/GR, C8 97, lettre du 1er juin 1812 du général Buquet au ministre de la Guerre.

21  SHD/GR, C8 98, lettre du 17 juillet 1812 du général Caffarelli au ministre de la Guerre. CHAN, F7 3049, rapport du 21 au 25 juillet 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

22  SHD/GR, C8 103, état par aperçu des bandes dans l’arrondissement de l’armée du nord de l’Espagne en date du 18 décembre 1812.

23  SHD/GR, C8 140, rapport du général Buquet du 18 janvier 1812.

24  Espozy Mina (Francisco), Memorias del general don Francisco Espoz y Mina, t. I, Madrid, 1851-1852, p. 203-204.

25  SHD/GR, C8 71, lettre du 6 mai 1811 du général Buquet au maréchal Berthier.

26  SHD/GR, C8 269, lettre du 6 novembre 1811 du général Reille au général Dorsenne.

27  CHAN, AFIV 1626. À la fin du mois de juillet 1810, les insurgés, selon le général Reille, viennent « de se donner un drapeau et le titre d’armée de Navarre et de Biscaye ». Rapport du général Reille sur la situation de la Navarre en date du 30 juillet 1810. SHD/GR, C8 206. Un de ces drapeaux tombe ainsi entre les mains d’un régiment polonais en avril 1812. Lettre du 11 avril 1812 du général Thouvenot au général Dorsenne.

28  SHD/GR, C8 269, lettre du 28 octobre 1811 du général Reille au maréchal Berthier. SHD/GR, C8 269, lettre du 6 novembre 1811 du général Reille au général Dorsenne. SHD/GR, C8 88, lettre du 4 janvier 1812 du général Buquet au maréchal Berthier.

29  « [Mina] m’a écrit [de Sangüesa] il y a trois jours pour me dire (…) que sa division fait partie de ce qu’ils appellent le 7e corps commandé par Mendizabal, que ses officiers et lui sont brevetés et doivent être traités comme troupes de ligne. Je n’ai pas répondu à cette lettre ainsi que je l’ai toujours fait à chaque fois lorsqu’il m’a écrit. » SHD/GR, C8 269, lettre du 28 octobre 1811 du général Reille au maréchal Berthier.

30  SHD/GR, C8 94.

31  SHD/GR, C8 46, lettre du 16 avril 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

32  SHD/GR, C8 195, lettre du 26 décembre 1810 du général Thouvenot au général Daultanne.

33  CHAN, F7 3049, rapport du 7 au 12 février 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

34  « La bande de Dos Pelos a décidément pris le nom de 1er bataillon de l’Alava. Elle fait partie de celles aux ordres de Mina qui se décore du titre de brigadier des armées, commandant la division de Navarre. » SHD/GR, C8 106, lettre du 4mars1813 du général Buquet au ministre de la Guerre.

35  CHAN, 384 AP 26, lettre du 21 juillet 1813 du maréchal Suchet à Espoz y Mina.

36  CHAN, F7 3049, rapport du 11 au 15 mai 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

37  Anonyme, Petit guide secret des guérillas, ou ruses de guerre, embuscades, pièges et procédés nouveaux, etc. en campagne, traduit de l’espagnol, Paris, mai 1815, p. 7.

38  SHD/GR, C8 388, rapport des événements survenus dans la Seigneurie de Biscaye du 15 au 20 octobre 1811.

39  Aymes (Jean-René), L’Espagne contre Napoléon…, op.cit., p. 83.

40  SHD/GR, C8 76, lettre du 16 juillet 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

41  AGS, Estado Leg. 8 219, lettre du 23 septembre 1812 du comte de Fernan Nuñez, ambassadeur d’Espagne à Londres, à Castlereagh, ministre anglais des Affaires étrangères.

42  SHD/GR, C8 140, rapport du général Thouvenot en date du 21 novembre 1811.

43  SHD/GR, C8 140, rapport du 17 au 20 janvier 1813 du général Buquet à l’Empereur.

44  CHAN, F7 3049, rapport du 22 août 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

45  CHAN, 384  AP 114, lettre des 18 et 19 janvier 1812 du général Henriod au maréchal Suchet.

46  Lafon (Jean-Marc), L’Andalousie et Napoléon…op.cit., p. 124.

47  SHD/GR, C8 269, lettre du 28 octobre 1811 du général Reille au maréchal Berthier.

48  « Quiconque est revêtu de l’uniforme est un soldat ». Lecouturier (général), Dictionnaire portatif des connaissances militaires ou premières notions sur l’organisation, l’administration, la comptabilité, le service, la discipline, l’instruction et le régime intérieur des troupes françaises à l’usage des jeunes gens qui se destinent à la profession des armes, Paris, Pierre Blanchard, 1825, p. 471.

49  CHAN, F7 3049, rapport du 11 au 15 juillet 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

50  CHAN, 384 AP 143. Le capitaine de gendarmerie de Wasronval, commandant le 9e escadron de gendarmerie d’Espagne, avoue avoir eu « plusieurs correspondances qui intéressaient le service de Sa Majesté l’Empereur» avec don Manuel Gorea, commandant du 4e escadron des hussards de Navarre. Lettre du 26 juillet 1813 du capitaine de Wasronval au maréchal Suchet. De son côté, Hugo dit, dans ses Mémoires, qu’il a écrit « aux membres de la junte suprême d’insurrection, retirés à Buen-Desvio » pour leur témoigner qu’il avait à cœur de « rendre la guerre moins cruelle ». Hugo (Léopold), Mémoires sur la guerre d’Espagne, Paris, Cosmopole active, 2001, p. 142.

51  CHAN, 384 AP 22, « S’il était possible de traiter avec Sarraza, Cantarero et autres, il faudrait le tenter parce que cela tranquilliserait tout à fait la rive gauche de l’Ebre ». Lettre du 20 février 1812 du maréchal Suchet au général Reille.

52  CHAN, 384 AP 116. Le colonel d’Halmont demande ainsi en juin 1813 d’inclure dans le premier échange de prisonniers les sous-lieutenants de gendarmerie Egasse et Pelletier, faits prisonniers respectivement le 7 avril 1811 et le 22 janvier 1812. Lettre du 26 juin 1813 du colonel d’Halmont au maréchal Suchet.

53  SHD/GR, C8 89, lettre du 20 janvier 1812 du général Thouvenot au maréchal Berthier. CHAN, AFIV 1633, rapport du maréchal Berthier à l’empereur en date du 27 janvier 1812.

54  SHD/GR, C8 209, lettre du 18 février 1812 du général Thouvenot au général Buquet.

55  Jean-Marc Lafon a une analyse similaire pour justifier le durcissement de la politique répressive de Soult en Andalousie en mai 1810. Lafon (Jean-Marc), L’Andalousie et Napoléon…, op.cit., p. 378.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gildas Lepetit, « Brigands ou soldats ? », Revue historique des armées, 269 | 2012, 3-10.

Référence électronique

Gildas Lepetit, « Brigands ou soldats ? », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7569

Haut de page

Auteur

Gildas Lepetit

Docteur en histoire, il est officier-concepteur à la Délégation au patrimoine culturel de la gendarmerie. Auteur de nombreux articles sur la gendarmerie impériale, il a notamment coécrit avec Antoine Boulant un ouvrage intitulé La gendarmerie sous le Consulat et le Premier Empire (SPE-Barthélémy) et a soutenu un doctorat consacré à l’intervention de la gendarmerie en Espagne (1809-1814).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals