Navigation – Plan du site
Variations

La Kriegsmarine et les deux France

les préoccupations allemandes face aux marines de la France libre et du gouvernement de Vichy
Kriegsmarine and both France
Jean-Nicolas Pasquay
p. 94-107

Résumés

S’inscrivant dans la lignée d’un précédent article, Pasquay propose un aperçu des événements qui se déroulèrent entre juin et novembre 1940, vus sous l’angle de la Kriegsmarine. Les extraits du Kriegstagebuch - journal de guerre - de la Seekriegsleitung (SKL - la Direction de la guerre sur mer) en offrent en effet une vision inédite. À la suite de l’attaque britannique de Mers-el-Kébir, les Allemands observent avec attention l’émergence des forces navales françaises libres. Bien conscient du danger et souhaitant mener des actions navales à l’encontre des Anglais et de la France libre, le gouvernement de Vichy reste toutefois soumis aux décisions germaniques. La méfiance des Allemands envers la marine française, ne sachant pas précisément s’ils sont restés fidèles au maréchal Pétain ou servent les intérêts du général de Gaulle, les contraint à la prudence. L’intervention de la force franco-britannique sur Dakar – en vue d’obtenir son ralliement - témoigne de la visée expansionniste des anglais, puis, la conquête du Gabon à l’automne 1940 par les forces françaises libres marque un tournant. Après des mois de méfiance vis-à-vis du gouvernement de Vichy, la SKL finit par donner son aval au renforcement des moyens militaires en Afrique du Nord.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Depuis 1938, Hitler dispose pour l’exercice du commandement supérieur de la Wehrmacht (forces terrestres, maritimes et aériennes) d’un état-major interarmées : l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW). Les officiers qui élaborent la stratégie et les plans d’opération au sein de l’OKW sont en très grande majorité issus de l’armée de terre. Les préoccupations et l’expérience des responsables de l’OKW sont continentales, et la Kriegsmarine se plaint que ses avis ne sont guère pris en compte. Son commandement voit d’emblée les problèmes stratégiques à l’échelle mondiale, à un moment où la zone des opérations et les perspectives à l’été 1940 sont encore exclusivement européennes.

2À la tête de la Seekriegsleitung (SKL) (direction de la guerre sur mer) se trouve le Grossadmiral Raeder, commandant en chef de la Kriegsmarine. La SKL tient un Kriegstagebuch (KTB) (journal de guerre) qui contient à la fois des indications sur des opérations maritimes, la situation des forces maritimes allemandes et étrangères, des informations politiques ainsi que des idées stratégiques de la SKL. Ce document comporte une dizaine de pages dactylographiées par jour. Il est signé quotidiennement par Raeder et son chef d’état-major, l’amiral Schniewind. Quelques corrections ou additions manuscrites montrent le soin apporté à la rédaction du KTB, au plus haut niveau.

  • 1 PASQUAY (Jean-Nicolas) « De Gaulle, les FFL et la Résistance vus par les responsables de la Wehrmac (...)

3Une précédente étude intitulée « De Gaulle, les FFL et la Résistance vus par les responsables de la Wehrmacht »1 s’est principalement appuyée sur les écrits de l’OKW, ainsi que sur les écrits de l’armée de terre allemande. Pour les raisons que l’on vient de donner, il a paru opportun d’examiner comment la SKL perçoit la menace que représente la France libre et la façon dont la Kriegsmarine envisage la collaboration avec le gouvernement Pétain pour éviter que l’Empire français ne rallie de Gaulle ou pour reconquérir les colonies déjà perdues. Compte tenu de l’importance stratégique de certaines parties de l’Afrique, la SKL juge qu’il convient d’en interdire l’accès à la France libre et à la Grande-Bretagne toujours debout.

  • 2 La SKL a demandé à l’amirauté française que les messages échangés au sein de la flotte soient en cl (...)

4Pour suivre l’état et l’activité des forces françaises fidèles à Pétain, ainsi que ceux des forces françaises libres, et pour connaître la situation politique dans les territoires de l’Empire, la SKL dispose de diverses sources d’information. Il y a d’abord la délégation française à la commission allemande d’armistice et les écoutes des messages échangés entre les unités et commandements de la flotte française. Dès juillet 1940, ces écoutes sont facilitées grâce aux accords2 entre la Kriegsmarine et la Marine fidèle à Pétain. Les radios, les agences étrangères, les postes diplomatiques (en Espagne et Italie notamment) sont des sources complémentaires. En raison du faible intervalle de temps qui sépare parfois l’événement de sa mention dans le KTB, il n’est pas exclu que l’amirauté française ait occasionnellement communiqué directement avec la Kriegsmarine.

  • 3 Kriegstagebuch der Seekriegsleitung, Verlag Mittler u.Sohn – Bonn 1989.

5Pour une date donnée, le journal de guerre contient généralement plusieurs thèmes se rapportant au sujet qui nous intéresse. Pour la clarté de l’exposé on a choisi une présentation semi-chronologique privilégiant les thèmes. L’étude porte sur l’examen du KTB pour la période de juin à novembre 19403.

6Bien entendu, le KTB ne peut donner qu’une image incomplète des événements maritimes et politiques vécus par la France et son Empire entre l’appel du 18 juin et novembre 1940. Les pages qui suivent donnent un éclairage sur les principaux événements tels qu’ils ont été perçus et analysés par la Kriegsmarine. Pour refléter l’état d’esprit des rédacteurs du KTB, on a pris le parti de traduire, aussi fidèlement que possible, de larges extraits du journal.

De l’appel du 18 juin 1940 à l’Armistice

  • 4 KTB, vol. 10, p. 200-201.

7Le général de Gaulle fait son entrée dans le KTB dès le 19 juin 1940 : « A 17h00 Portsmouth émet un message radio chiffré destiné à tous les navires français, qui sera répété sept fois entre 20 heures et 24 heures et qui contient vraisemblablement une disposition de principe, concernant le lieu de stationnement des forces françaises, établie peut-être par une autorité militaire française réfugiée en Angleterre »4. L’autorité militaire en cause ne peut être que le général de Gaulle.

8Auparavant, la Kriegsmarine a diffusé un ordre trompeur (Täuschungsbefehl) censé émaner des autorités françaises et qui demande à nos navires de rallier des ports français. La SKL note prudemment : « il convient d’attendre l’effet de l’ordre trompeur allemand ».

  • 5 KTB, vol. 10, p. 207.

9Le 20 juin, le KTB mentionne la rencontre, à un pont de la Loire, de la délégation française qui doit prendre connaissance des termes de l’armistice. Elle résume aussi le discours radiodiffusé du maréchal Pétain. Puis Charles de Gaulle apparaît à nouveau : « Un émetteur anglais reprend de façon caractéristique la nouvelle selon laquelle un nouveau gouvernement français doit être formé, à l’extérieur de la France (métropole) pour continuer la guerre avec la marine, l’aviation et les forces présentes dans les colonies, dans le cas où Pétain accepterait les conditions allemandes. On doit considérer que le chef de cette centrale de résistance (Widerstandszentrale) et représentant les intérêts anglais est le général de Gaulle qui s’est réfugié en Angleterre »5. On doit donc admettre que la SKL connaît la teneur de l’allocution, à la radio de Londres, prononcée par de Gaulle le 19 juin, et dans laquelle le général fait un pas de plus par rapport au 18 juin, puisqu’il dit parler au nom de la France.

  • 6 KTB, vol. 10, p. 231.

10Le 22 juin, la SKL prend note d’un nouvel appel du général de Gaulle demandant « à l’armée française de continuer à résister ». Une évolution générale de la situation, potentiellement inquiétante pour le Reich se dessine : « des informations américaines indiquent que le commandant de la flotte (française) a décidé de ne se rendre en aucun cas. Toutes les forces aériennes, maritimes et terrestres disponibles doivent être rassemblées en Afrique du Nord. Les écoutes n’ont par révélé une telle décision, par contre il apparaît clairement qu’une très large majorité de la flotte française se trouve dans les ports d’Afrique du Nord et qu’une petite partie se trouve dans les ports anglais »6. Dans cette perspective, la SKL pense que la Grande-Bretagne fera tout son possible pour s’emparer des navires de guerre français afin d’en éviter « l’utilisation présumée par la marine allemande ».

  • 7 KTB, vol. 10, p. 253.

11Le lendemain, la situation ne s’éclaircit guère : « L’amirauté française informe à 22h20 tous les bâtiments de guerre et de commerce de l’arrêt des hostilités envers l’Allemagne et l’Italie le 25 juin à 00h35. On ne parvient pas encore à se faire une opinion claire de l’attitude des diverses forces françaises qui se trouvent dans les ports des colonies. Une grande partie est sans doute décidée à obéir aux ordres du gouvernement Pétain. Un message émanant d’un bâtiment de la zone de Casablanca témoigne de l’attitude opposée. Il y est dit : “Trahison sur toute la ligne. Je fais route vers un port anglais“ »7

  • 8 Il s’agit sans doute de l’allocution du 24 juin, dans laquelle le général reprend l’affirmation « l (...)
  • 9 KTB, vol. 10, p. 259

12Cette instabilité se prolonge plusieurs jours puisqu’on lit, le 25 juin : « Le général de Gaulle appelle à nouveau à la résistance8. La radio marocaine diffuse une proclamation du général Noguès, par laquelle celui-ci invite les troupes à ne pas se laisser tromper par des rumeurs tendancieuses, le combat continue (il ne reste plus qu’à attendre pour savoir, maintenant que les négociations d’armistice sont terminées, si Noguès poursuivra le combat) »9. Comme on le verra, l’interrogation de la SKL concernant la conduite future de Noguès est tout à fait justifiée.

  • 10 KTB, vol. 10, p. 263

13Le même jour, la SKL définit la conduite à tenir par les forces maritimes allemandes : « Le 25 juin à partir de 01h35 (heure allemande) silence des armes contre la France. À partir de ce moment arrêter les hostilités à l’égard des navires de guerre et de commerce français reconnus comme tels avec certitude et qui font apparemment route vers un port français. Tous les navires français qui naviguent encore en convoi et feux masqués et qui manifestement font route vers un port anglais doivent être considérés comme ennemis »10. Ainsi, la SKL craint, pendant ces jours si critiques pour la France, aussi bien un ralliement de navires français à l’autorité du général de Gaulle, qu’une mainmise directe de la Grande-Bretagne sur les navires français stationnant dans ses ports. La Kriegsmarine porte aussi un jugement réaliste sur le comportement immédiat des forces françaises.

Obéissance au gouvernement Pétain

14La SKL se préoccupe des réactions, après l’armistice, des hautes autorités civiles et militaires de l’Empire français. Ces réactions lui paraissent plutôt rassurantes. Les autorités obéissent, en effet, aux ordres du gouvernement Pétain.

  • 11 Le général Mittelhauser est plus exactement commandant supérieur au Levant.
  • 12 KTB, vol. 10, p. 291.
  • 13 L’amiral Decoux est plus exactement commandant en chef des forces navales en Extrême-Orient.
  • 14 KTB, vol. 11, p. 1

15Ainsi, le 28 juin, la SKL constate que le général Noguès « applique l’armistice en Afrique du Nord » « Le commandant supérieur en Syrie, le général Mittelhauser11 annonce également l’arrêt des hostilités »12. Trois jours plus tard on note dans le KTB : « L’amiral Decoux, commandant en chef en Extrême-Orient13, a donné l’ordre aux forces françaises de respecter l’armistice. Ainsi, à présent, toutes les colonies se sont placées derrière le gouvernement Pétain »14.

  • 15 KTB, vol. 13, p. 1
  • 16 KTB, vol. 13, p. 119. L’amiral Decoux est gouverneur général de l’Indochine depuis le 20 juillet. I (...)

16Le 1er septembre, après avoir constaté que quelques colonies ont déjà rallié de Gaulle, la SKL écrit : « Par contre, le commissaire à Dakar donne à Pétain l’assurance de sa fidélité »15. Enfin, le 10 septembre, la SKL note avec satisfaction : « le gouverneur général en Indochine a fait une déclaration de fidélité au gouvernement de Vichy »16.

17Comme on le voit, la Kriegsmarine suit attentivement la situation dans l’ensemble de notre Empire, dont elle mesure l’importance pour la conduite générale de la guerre. Elle redoute, notamment l’extension du conflit par l’intervention des États-Unis.

Le drame de Mers-el-Kébir et les événements associés

  • 17 KTB, vol. 10, p. 302

18Remarquant, le 29 juin, un trafic radio intense à destination de la force britannique H, la SKL écrit : « Il faut s’attendre à ce que cette force soit en rapport avec une intention quelconque de l’Angleterre de mettre la main sur une partie de la flotte française, laquelle est indiscutablement surveillée en permanence par les forces anglaises »17. Précisant, le 2 juillet, la composition de la force H, la SKL pense que la mainmise projetée par les Britanniques concerne les forces françaises de Méditerranée stationnées sur la côte d’Afrique du Nord.

  • 18 KTB, vol. 11, p. 21
  • 19 KTB, vol. 11, p. 32. La SKL a elle-même suggéré de tels allègements.

19Le 3 juillet, le drame éclate : « Attaque surprise d’une importante force navale anglaise contre les bâtiments de combat français au mouillage dans le port de Mers-el-Kébir. L’Angleterre s’empare des unités françaises stationnées dans les ports anglais. Motif : empêcher la mainmise allemande sur la flotte française »18. La SKL reproduit un compte rendu des événements de Mers-el-Kébir, puis en tire des conséquences pour le Reich : « En raison du comportement remarquable de la flotte française, le Führer ordonne à la commission d’armistice d’examiner l’opportunité d’accorder certains allègements aux conditions d’armistice »19.

20Ainsi la SKL avait prévu – au plus tard la veille – une action britannique contre la flotte mouillée à Mers-el-Kébir. Mais à cette date la méfiance de la Kreigsmarine à l’égard de la marine française, l’avait vraisemblablement amenée à ne pas avertir le gouvernement Pétain de l’imminence de l’entreprise britannique.

  • 20 KTB, vol. 11, p. 50

21La SKL note le 5 juillet : « Rupture des relations diplomatiques de la France avec l’Angleterre. Le maréchal Pétain estime que la cause de l’Angleterre est perdue »20.

  • 21 KTB, vol. 11, p. 83

22La voie paraît maintenant ouverte à une certaine coopération franco-allemande. Les événements des jours suivants semblent renforcer l’optimisme de la SKL qui note le 8 juillet : « Le commandant de la force navale britannique au large de Dakar (composition inconnue pour le moment) a adressé à l’amiral français un ultimatum qui par son contenu correspond a celui lancé à Oran (Mers-el-Kébir). L’amiral français n’y a pas répondu et a rendu compte au gouvernement qu’il était prêt au combat »21.

  • 22 Les extraits de l’allocution du général de Gaulle ont été traduits fidèlement par la SKL.
  • 23 KTB, vol. 11, p. 93
  • 24 KTB, vol. 11, p. 100

23Le 9 juillet la SKL rapporte une partie de l’allocution du général de Gaulle22 prononcée la veille sur les événements de Mers-el-Kébir et note que « même ce Français vassal des Britanniques considère que le coup de main (de Mers-el-Kébir) est honteux »23. Le comportement de la flotte française au Moyen-Orient vis-à-vis de l’ex-alliée britannique est brièvement mentionnée : « Les unités navales françaises à Alexandrie ont été rendues non opérationnelles par les dispositions prises par l’amiral Godfroy »24.

  • 25 SALEWSKI (Michael). Die deutsche Seekriegsführung, (1935-1945) Band I, Bernard und Graefe Verlag fü (...)

24L’attitude de la flotte française à Mers-el-Kébir et les réactions du gouvernement Pétain qui ont suivi le drame sont jugées positivement par la SKL. Pour la première fois est abordée la question d’une coopération avec la France. Mais, pour le moment, Raeder estime – tout comme Hitler – qu’il n’est pas dans l’intérêt politique de l’Allemagne que les Français puissent être considérés comme des alliés sous une forme ou une autre. Selon eux, le but de Vichy est d’obtenir des concessions au moment de la paix, qui seraient justifiées par la lutte commune. C’est donc aux Français de défendre seuls leur Empire contre les entreprises du général de Gaulle et ses alliés britanniques25.

La naissance des Forces navales françaises libres (FNFL) et les premiers ralliements à la France libre.

Premières informations sur les FNFL

  • 26 KTB, vol. 11, p. 10

25La SKL identifie les FNFL dès le 2 juillet : « Le général de Gaulle, chef de la partie des forces françaises qui se sont placées du côté anglais, nomme le vice-amiral Muselier commandant supérieur des forces françaises navales et aériennes indépendantes »26.

  • 27 KTB, vol. 11, p. 321-322
  • 28 KTB, vol. 12, p. 57

26Trois semaines plus tard, les FNFL ont déjà pris une certaine consistance. Dans le KTB on lit : « Selon une déclaration de l’amirauté britannique, diffusée par l’agence Reuter, la constitution d’équipages pour les navires français se trouvant en Angleterre fait de bons progrès. Les navires français aux mains des Britanniques doivent arborer le pavillon tricolore et la flamme de guerre britannique. Les navires dont l’équipage est exclusivement français sont sous le commandement de l’amiral Muselier. Les navires de combat français ont déjà participé à des opérations (?). Plusieurs navires recevraient des équipages mixtes franco-britanniques !! »27. Début août, les signes distinctifs arborés par les avions et navires des forces françaises libres (croix de Lorraine) sont décrits en quelques lignes dans le KTB28.

Les ralliements des colonies et les ralliements militaires divers à Charles de Gaulle : un souci permanent pour la SKL

  • 29 KTB, vol. 11, p. 287

27Un mois après la signature de l’armistice, le KTB aborde pour la première fois le sujet des ralliements à de Gaulle : « Alors qu’à présent la plupart des colonies françaises ont manifestement reconnu le gouvernement de Pétain, le gouvernement et le commandement du Cameroun se sont placés sans ambiguïté aux côtés des Anglais »29. En réalité le Cameroun a rallié le général de Gaulle, mais la Kriegsmarine considère encore que le Général est l’allié subordonné des Anglais. Elle ne fait pas toujours la différence entre la France libre et la Grande-Bretagne. La SKL avait pourtant pris en compte les vives protestations du Général après le drame de Mers-el-Kébir, première manifestation publique d’une indépendance d’esprit certaine.

  • 30 Allocution prononcée le 30 juillet. Voir DE GAULLE (Charles), Discours et messages, vol. 1, Plon, p (...)
  • 31 KTB, vol. 11, p. 363

28Le 31 juillet la SKL note : « Dans une allocution radiodiffusée30, le général de Gaulle s’exprime de la façon la plus vive contre l’extension des conditions de l’armistice à l’Empire colonial français. Se référant aux difficultés économiques qu’éprouvent les colonies françaises en raison du blocus qui les menace, il invite les fonctionnaires des colonies à rejeter l’exécution des conditions d’armistice et à se placer aux côtés de l’Angleterre »31.

29Le 8 août, à partir d’informations données par le gouvernement de Vichy, la SKL examine l’organisation des colonies et s’interroge sur l’attitude du Cameroun et de la Côte française des Somalis à l’égard de la France libre.

  • 32 KTB, vol. 12, p. 284

30Les ralliements des colonies à la France libre ne sont pas le seul souci de la SKL. Elle ne néglige d’aucune façon, la signification des ralliements militaires, même très limités. Ainsi, on lit trois semaines plus tard dans le KTB : « D’après une information anglaise, plusieurs avions français en provenance d’Afrique du Nord se sont posés à Gibraltar et se sont mis à la disposition du commandement anglais »32.

  • 33 KTB, vol. 12, p. 293
  • 34 KTB, vol. 12, p. 333. Les lignes qui précèdent sont en accord avec un rapport secret du Dumont d’Ur (...)

31À partir du 25 août, la SKL suit l’évolution rapide de la situation politique dans les territoires français du Pacifique et de l’Afrique équatoriale. « D’après un rapport de l’aviso Dumont d’Urville, il y a actuellement une intense propagande en Nouvelle-Calédonie en faveur de l’autonomie et pour le ralliement au général de Gaulle »33. Trois jours après, le KTB apporte les précisions suivantes : « Le commandant du Dumont d’Urville rend compte de la situation en Nouvelle-Calédonie : Le conseil général a exigé le départ du gouverneur qu’il poursuit de son inimité en raison de sa politique fidèle à l’Etat. Des fauteurs de troubles, dont le véritable but est le rattachement à l’Australie, ont porté de fausses accusations à l’encontre du gouverneur. Le commandant de l’aviso fait une série de propositions, dont les principales sont : remplacement immédiat du gouverneur par un capitaine de vaisseau (le cas échéant le commandant lui-même) ou un général, envoi d’un procureur général énergique, destitution du secrétaire général Bayardel, rétablissement de la censure, donner au gouverneur le pouvoir de proclamer l’état d’urgence si nécessaire, envoi d’un croiseur ou d’un bataillon de troupes fidèles, libérer le plus rapidement possible la colonie de la tutelle économique de l’Angleterre par des échanges économiques avec le Japon et l’Amérique »34. Les propositions « énergiques » du commandant du Dumont d’Urville, fidèle zélé de Pétain, n’empêchent pas le scepticisme de la SKL qui ajoute : « Il ne reste plus qu’à attendre pour savoir quelles sont les mesures qui peuvent être rapidement exécutées par le gouvernement français. Les perspectives de rétablissement de l’ordre en Nouvelle-Calédonie paraissent a priori douteuses ». Dès le lendemain, la SKL apprend que le gouvernement Pétain a nommé un nouveau gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et un commissaire pour les Nouvelles-Hébrides.

32Ainsi, la Kriegsmarine s’intéresse également à la situation dans le lointain Pacifique. Elle constate que la position de Vichy dans l’ensemble de l’Empire se détériore constamment.

  • 35 KTB, vol. 12, p. 353
  • 36 KTB, vol. 13, p. 1
  • 37 KTB, vol. 13, p. 28

33Le 30 août, la SKL note : « Le général de Gaulle déclare le 29.8, à la radio britannique, qu’il prend en main la totalité de l’administration civile et militaire de l’Afrique équatoriale française, y compris le Tchad et le Cameroun. L’Afrique française sera le noyau du nouvel Empire français. L’annexion de la Tunisie par l’Italie se heurterait à la plus vive résistance de la “France libre“ »35. Le 1er septembre la SKL écrit : « La situation en Afrique équatoriale française et au Tchad est opaque, mais pour le moment ces territoires semblent être entièrement dans les mains des rebelles. Radio Londres annonce que le Cameroun et le Congo belge ont rallié de Gaulle.36 Deux jours après, la Kriegsmarine, ayant noté des troubles à Papeete, ajoute : « d’après des informations de la radio anglaise, six autres avions français venant d’Afrique du Nord ont atterri à Gibraltar, avions dont les équipages veulent continuer le combat aux côtés du général de Gaulle »37.

  • 38 KTB, vol. 13, p. 39

34Le 4 septembre la SKL réexamine l’étendue des ralliements à la France libre « On doit maintenant considérer comme certain que des parties très importantes d’Afrique centrale (Congo belge, Afrique équatoriale, Cameroun, Tchad) ont rallié de Gaulle. Les Anglais annoncent que le Gabon se serait également mis à la disposition de De Gaulle (cette information est toutefois démentie par le gouvernement français) »38.

  • 39 KTB, vol. 13, p. 252

35Le 14 septembre la SKL apprend qu’il existerait un complot gaulliste en Syrie. Lorsqu’elle passe en revue la situation politique dans chacune des colonies françaises, la SKL exprime un certain pessimisme, et note un bilan assez décourageant pour le gouvernement de Vichy. Quelques jours plus tard, un mélange d’informations, les unes rassurantes, les autres décevantes, parviennent à la SKL qui constate le 19 septembre : « Le mouvement rebelle des partisans de De Gaulle à Madagascar début septembre a été étouffé dans l’œuf par le gouverneur. A Tahiti un « gouvernement provisoire » a rallié de Gaulle. Le mouvement de dissidence en Nouvelle-Calédonie se renforce »39.

La SKL soutien de Vichy

La SKL détecte des informations d’intoxication

36L’Espagne fournit à la Kriegsmarine non seulement des informations nombreuses sur les mouvements des navires britanniques, mais aussi des nouvelles sur la situation politique dans certaines colonies françaises. Franco a de solides appétits territoriaux : il revendique en effet la totalité du Maroc français et la région d’Oran, ce qui explique, en partie, l’intérêt que porte l’Espagne à la situation politique et militaire dans l’Empire. L’Italie de son côté a, notamment, des visées sur la Tunisie et la Corse.

  • 40 KTB, vol. 13, p. 51
  • 41 KTB, vol. 13, p. 128
  • 42 KTB, vol. 13, p. 169
  • 43 KTB, vol. 13, p. 237
  • 44 KTB, vol. 13, p. 252
  • 45 KTB, vol. 13, p. 267

37Le 5 septembre la SKL note : « Selon diverses informations, il y a incontestablement le danger que le mouvement dissident dans les colonies françaises d’Afrique centrale déborde sur le Maroc français où le nombre des partisans de De Gaulle serait en augmentation constante »40. Cinq jours plus tard, la « dissidence » au Maroc et en Tunisie paraît prendre une étonnante ampleur : « D’après une annonce espagnole, le général de Gaulle serait arrivé par avion le 8.9 au Maroc français et aurait l’intention de poursuivre son voyage vers la Tunisie. Cette information n’est pas considérée comme vraisemblable, elle nécessite des vérifications ultérieures »41. La Kriegsmarine reçoit le 13 septembre une nouvelle désinformation espagnole accompagnée d’une quasi-menace d’intervention : « L’ambassadeur (du Reich) rapporte que Madrid prévoit que dans très peu de temps le Maroc français pourrait proclamer son ralliement à de Gaulle. Les autorités espagnoles auraient à plusieurs reprises attiré l’attention du gouvernement de Vichy sur le fait que des agents anglais, avec passeports français, montent la population contre le gouvernement de Vichy. L’Espagne ne pourrait rester un observateur passif d’un pareil développement qui s’oppose fortement aux intérêts espagnols »42. Mais, le 18 septembre, la SKL exprime à nouveau sa méfiance à propos des informations concernant le Maroc : « Des annonces anglaises tendancieuses parlent de graves émeutes de partisans de De Gaulle à Casablanca et d’autres villes du Maroc. Les heurts intervenus d’après les nouvelles disponibles sont, pour le moment, de faible étendue et on ne doit pas les considérer comme dangereux »43. Le lendemain l’intoxication italo-espagnole atteint son comble. On lit dans le KTB : « Selon un rapport de l’attaché naval italien à Madrid, il y aurait un accord et un lien permanent entre le gouvernement Pétain et de Gaulle. On soupçonne qu’en ce qui concerne le développement de la situation dans les colonies d’Afrique occidentale, il y aurait aussi un jeu concerté. La SKL pense qu’une telle liaison avec de Gaulle est improbable. Même si on ne peut écarter d’un revers de main la possibilité d’un accord, d’autant plus qu’il est certain qu’une très grande partie des Français espère encore fortement une victoire de l’Angleterre »44. Le lendemain, la SKL est plus affirmative en écrivant : « Des informations renouvelées concernant la prétendue relation entre Pétain et de Gaulle sont considérées par la SKL comme très peu vraisemblables. Jusqu’à présent le comportement de Pétain prouve au contraire que le gouvernement français actuel rejette toute collaboration avec de Gaulle. La SKL est même convaincue que le gouvernement français veut s’appuyer de façon plus étroite sur l’Allemagne »45.

38La Kriegsmarine rejette donc clairement l’affirmation italienne, préparée à Madrid, d’une prétendue entente entre de Gaulle et Pétain. Désinformation destinée à discréditer les deux Français aux yeux des Allemands. Les informations trompeuses fournies par les Espagnols concernant la menace gaulliste et anglaise au Maroc sont évidemment liées à leurs revendications territoriales. L’annonce fantaisiste d’un voyage du général de Gaulle en Tunisie est censée servir les intérêts italiens. La conviction justifiée de la SKL sera renforcée une semaine plus tard par le comportement des forces vichystes à Dakar.

Les actions de Vichy contre la France libre reçoivent l’appui de la SKL46

Le différend entre la SKL et l’Italie

39La SKL suit attentivement tous les mouvements de la marine fidèle au gouvernement Pétain, destinés à contrer les ralliements des colonies à la France libre. Elle s’intéresse également aux mesures de principe prises par Vichy contre le chef de la France libre et ceux qui continuent à se battre à ses côtés.

40Le 29 juillet, la SKL note que les torpilleurs l’Epée et Le Hardi ont appareillé de Casablanca pour Dakar et que le sous-marin Béveziers a appareillé de Dakar vers Douala pour attaquer des navires britanniques.

  • 47 KTB, vol. 12, p. 13

41Le 2 août, on lit dans le KTB : « Le gouvernement français émet un avertissement destiné aux membres de l’armée afin qu’ils ne participent plus à la guerre. Le général de Gaulle est condamné à mort, par contumace, par un tribunal militaire, pour trahison et désertion »47.

42Les mouvements des bâtiments français basés à Dakar et Casablanca sont ordonnés par le gouvernement Pétain. Mais l’insuffisance des moyens disponibles dans les ports africains amène Vichy à solliciter l’envoi en Afrique de navires basés à Toulon. De tels mouvements supposent, en effet, l’autorisation des « vainqueurs »

  • 48 KTB, vol. 12, p. 358

43Le 30 août la SKL examine et soutient les propositions de Vichy liées à sa lutte contre la France libre : « Le gouvernement français voit dans le développement de la situation en Afrique équatoriale française une menace sérieuse pour l’Empire colonial français et s’efforcera à l’avenir de prendre d’énergiques contre-mesures. La délégation française à la commission d’armistice a demandé – pour le rétablissement de la situation – l’envoi de trois croiseurs et de trois contre-torpilleurs vers l’Afrique équatoriale. Interrogée par l’OKW à ce sujet, la SKL a donné son assentiment à cette demande, considérant qu’en raison du danger de l’extension des troubles aux colonies d’Afrique occidentales françaises, un prompt écrasement de la rébellion et le rétablissement de la situation sont dans l’intérêt de la conduite générale de la guerre »48.

  • 49 KTB, vol. 12, p. 359

44« La SKL est également, en principe, d’accord sur la reprise du trafic marchand entre les colonies et les pays neutres avec des navires français et neutres. D’après les informations dont dispose la SKL, la situation économique dans les colonies, en particulier la question du ravitaillement en vivres, constitue le moyen principal de pression de l’Angleterre. Un arrangement entre les colonies et l’Angleterre, ainsi que leur dissidence signifient la mise en danger de notre propre capacité à dominer l’espace africain. La SKL est aussi d’avis qu’il est d’un intérêt pressant pour l’Allemagne d’envoyer, dès que possible, une commission permanente dans les colonies françaises appartenant à la sphère d’intérêt allemande (Dakar, Casablanca) afin d’être en permanence au courant des conditions militaires économiques et politiques ainsi que du développement de la situation dans les colonies françaises d’Afrique occidentale »49.

  • 50 KTB, vol. 12, p. 372
  • 51 KTB, vol. 13, p. 1
  • 52 KTB, vol. 13, p. 15

45La SKL semble avoir été partiellement entendue par l’autorité politique, puisqu’elle écrit le lendemain : « Le Führer a donné son accord de principe à la prise de position de la SKL concernant l’envoi de forces navales françaises vers l’Afrique équatoriale française. La décision finale doit cependant être laissée au gouvernement italien, car les navires en cause viennent de Méditerranée »50 Hitler et Mussolini se sont en effet entendus pour considérer que la Méditerranée est une zone d’intérêt et de responsabilité première pour l’Italie. Le Führer et le Duce estiment que, puisque les navires français concernés sont stationnés à Toulon, la décision d’autoriser leur appareillage relève de l’Italie, ce que la SKL conteste et contestera toujours. Le 1er septembre, la SKL réaffirme son point de vue : « L’autorisation demandée par la France d’envoi de croiseurs et de contre-torpilleurs, à partir de Toulon vers l’Afrique occidentale est d’abord rejetée par l’Italie ! En raison des considérations exposées dans le KTB du 30 août, la SKL regrette très vivement le rejet italien, car il lui semble qu’il est grand temps que le gouvernement Pétain tente activement de rester maître de la situation dans ses colonies. Sinon le danger que la dissidence s’étende à l’Afrique occidentale croit à vue d’œil »51. Ainsi la SKL reste ferme dans son soutien à Vichy, malgré les tergiversations italiennes. Le lendemain, elle obtient gain de cause : les Italiens donnent l’autorisation demandée par la France. La SKL prend connaissance d’autres initiatives françaises qui paraissent aller dans le bon sens : « L’amirauté française annonce que l’aviso Bougainville, le sous-marin Poncelet et un navire transportant des troupes, des munitions et du ravitaillement ont appareillé de Dakar vers Libreville, le 2 septembre, pour réprimer le mouvement rebelle »52.

46Par contre, dans le Pacifique, les moyens dont dispose Vichy pour contrer la « dissidence » sont nettement insuffisants. Ainsi, le 3 septembre, la SKL apprend que des troubles à Papeete doivent être réprimés par les moyens locaux, jusqu’au retour de l’aviso Dumont d’Urville.

  • 53 KTB, vol. 13, p. 56
  • 54 KTB, vol. 13, p. 159

47En attendant l’arrivée des renforts en provenance de Toulon, le gouvernement Pétain utilise activement les moyens disponibles en Afrique. En effet, la SKL note le 5 septembre : « Le croiseur Primauguet, les avisos La Surprise et La Gazelle ainsi que le pétrolier Tarn ont appareillé le 4 septembre de Casablanca à destination de Dakar pour assurer l’autorité du gouvernement français en Afrique occidentale »53 Le KTB précise, le 8 septembre, la composition de la force navale qui doit appareiller de Toulon le 9 septembre à destination de l’Afrique équatoriale. Il s’agit des croiseurs Georges Leygues, Montcalm, Gloire et des contre-torpilleurs Le Fantasque, Le Malin, L’Audacieux. Le 12 septembre la SKL note : « Les trois croiseurs français et les trois contre-torpilleurs ont passé sans incident le détroit de Gibraltar tôt le 11.9. On doit compter sur une rencontre entre les forces anglaises et françaises. Pour juger l’attitude française globale, le comportement futur des navires français est une pierre de touche très significative »54.

  • 55 KTB, vol. 13, p. 221

48La SKL surveille très attentivement le comportement de cette force et constate le 16 septembre que le groupe des navires français est arrivé à Dakar conformément au plan. Elle ajoute : « Le ministère des Affaires étrangères (du Reich) a l’intention d’envoyer à Dakar, pour 10 à 15 jours, une commission d’études économiques ». La SKL souhaite instamment la participation d’un officier de marine à cette commission55.

  • 56 KTB, vol. 13, p. 255

49Le 19 septembre, la SKL réaffirme la priorité qu’elle attache au contrôle de la situation en Afrique par le gouvernement Pétain et aborde la question de fond : l’importance stratégique de certaines parties de l’Afrique que l’OKW n’a pas reconnue. Elle écrit : « En ce qui concerne les problèmes de l’Afrique du Nord et de l’Afrique occidentale, la SKL a acquis la conviction que l’OKW, en raison de son orientation purement continentale, n’a pas encore reconnu l’urgence et l’importance de ces problèmes. Pour la SKL il est, par exemple, incompréhensible que l’envoi d’un officier de marine dans le cadre de la commission d’études économiques à Casablanca et à Dakar ait été jusqu’à présent écarté »56. La SKL conteste que la commission de contrôle pour l’Afrique soit entre les mains des Italiens : « En raison de l’importance des problèmes de Méditerranée et d’Afrique, l’Allemagne ne peut être au deuxième plan (derrière l’Italie) ».

  • 57 La force Y comprend les trois croiseurs et les trois contre-torpilleurs en provenance de Toulon. Le (...)
  • 58 KTB, vol. 13, p. 261
  • 59 KTB, vol. 13, p. 270

50Le même jour, la SKL apprend la rencontre de la force navale française Y,57 en route vers le Gabon, avec deux croiseurs britanniques à 240 milles au nord-ouest de Freetown. Le groupe de croiseurs français a été forcé de retourner à Dakar, poursuivi par les croiseurs britanniques58. Le lendemain, le KTB contient des indications complémentaires en provenance de Vichy : « Les croiseurs lourds britanniques qui ont rencontré hier le groupe français lui ont enjoint de faire immédiatement demi-tour vers Freetown ou Casablanca. L’amirauté française a alors donné l’ordre de rallier Dakar et a placé, en même temps, Dakar et Casablanca en état d’alerte »59. La SKL a des doutes sur le comportement des navires français et donne, en conséquence, un avis négatif à la demande française d’envoyer vers l’Afrique occidentale d’autres bâtiments stationnés à Toulon. Il faut, selon elle, attendre l’examen des circonstances de la rencontre des croiseurs français avec les croiseurs britanniques avant de satisfaire éventuellement la demande de Vichy.

L’expédition franco-britannique de Dakar et ses conséquences

La stratégie de la SKL

51Les croiseurs britanniques qui ont rencontré les croiseurs français le 19 septembre font partie de la force franco-britannique qui doit obtenir le ralliement de Dakar à la France libre. Le général de Gaulle est à bord du navire de transport de troupes Westerland. L’expédition est codirigée par le général de Gaulle et l’amiral Cunningham, commandant la force navale.

  • 60 KTB, vol. 13, p. 307-308

52Le 23 septembre, le KTB donne les premières informations sur l’expédition : « Le général de Gaulle adresse à midi un ultimatum au commandant supérieur à Dakar, réclamant la reddition à la force navale anglo-française se trouvant au large de ce port. Le gouverneur Boisson rejette l’ultimatum. Les forces anglaises ouvrent alors le feu contre le port de Dakar ». Satisfaite de l’attitude des autorités locales, la SKL ajoute : « Si les Français parviennent à offrir une résistance déterminée au point que l’adversaire doive renoncer à son entreprise, alors le développement de la situation dans les colonies d’Afrique occidentale représente une amélioration réelle de la conduite globale allemande de la guerre »60.

  • 61 KTB, vol. 13, p. 331

53Après analyse du comportement de la force Y lors de sa rencontre avec les Britanniques d’une part, et prenant en compte la combativité des défenseurs de Dakar d’autre part, la SKL regrette, dès le 24 septembre, le refus du Reich d’accorder à Vichy l’autorisation de faire appareiller de Toulon des forces supplémentaires. Le lendemain, le KTB développe longuement le déroulement de la bataille de Dakar qui se solde par l’échec de l’expédition. L’attitude soupçonneuse de la Kriegsmarine à l’égard de la marine française laisse maintenant la place à une certaine confiance. La SKL affiche clairement son soutien aux initiatives de Vichy et en explicite les raisons stratégiques : « La SKL estime que tout ce qui peut être fait par l’Allemagne, pour renforcer la volonté de résistance et de réplique des Français dans leurs colonies, doit être fait. Car il peut devenir d’une importance décisive pour la guerre que l’accès de l’Afrique occidentale française et la pénétration au Maroc et en Afrique du Nord soient interdits aux Britanniques. On peut admettre que l’attaque contre Dakar n’est que le début d’un plan politique anglais de grande ampleur en Afrique et qui est peut être exécuté en entente avec Roosevelt »61.

  • 62 Pour la SKL, le Reich doit garantir que la France et son Empire ne subiront pas de pertes territori (...)
  • 63 KTB, vol. 13, p. 332-333

54« Contrairement aux conceptions de la direction politique (du Reich) et du commandement de la Wehrmacht, la SKL considère, dans ces circonstances, qu’il est opportun d’accorder l’autorisation d’appareillage demandée par les Français concernant les forces stationnées à Toulon. En raison du but de guerre fondamental, à savoir l’anéantissement de la volonté anglaise de combattre et l’élimination de l’Angleterre de l’espace européen, la SKL pense que le moment est maintenant venu de s’allier aux Français pour sécuriser leur empire colonial et une source d’approvisionnement vitale pour l’Europe. Après définition des conditions finales de paix avec la France62, il existe la grande perspective d’éliminer l’Angleterre de l’Afrique centrale (par occupation de Freetown) et de donner ainsi un coup décisif à l’organisation de son approvisionnement. L’ensemble du problème est sorti depuis longtemps du cadre des opérations militaires pour rejoindre la grande politique globale européenne. Le chef de la SKL présentera demain au Führer les idées de la SKL sur les questions d’Afrique et de Méditerranée »63.

  • 64 KTB, vol. 13, p. 355. La réponse crue du commandant de l’aviso à l’amiral Muselier se limite au « m (...)

55Une partie du KTB pour les 26 et 27 septembre est consacrée au retentissement international des événements de Dakar, ainsi qu’aux déclarations faites par de Gaulle et les Britanniques après cet échec. Une anecdote vient encore renforcer la satisfaction de la SKL : « L’amiral Muselier, commandant les FNFL essaie par un message bluff d’amener l’aviso Dumont d’Urville à rejoindre de Gaulle et subit en retour une remarquable rebuffade »64.

  • 65 KTB, vol. 13, p. 398

56Le 30 septembre, la SKL juge, sans détour, le comportement de l’allié italien : « La coopération entre les commissions d’armistice allemande et italienne n’est pas très réjouissante. Les Italiens essaient d’humilier les Français par de petites chicaneries inutiles. On a l’impression que les Italiens veulent anéantir la capacité de défense française en Méditerranée et comme ils n’ont atteint aucun de leurs objectifs en Méditerranée, ils comptent s’emparer de la Corse et de la Tunisie, dans un fait accompli »65.

57L’attitude de la garnison et des bâtiments de combat basés à Dakar, face à la force franco-britannique est, pour la SKL, un test décisif, justifiant son soutien ferme à Vichy. Son regard fixé sur l’Afrique occidentale et l’Afrique du nord, la Kriegsmarine craint que les ralliements à de Gaulle en Afrique équatoriale et centrale fassent tâche d’huile. Il faut élaborer une politique active de coopération avec la marine française afin de barrer la route aux entreprises de la France libre et de la Grande-Bretagne qui, selon la SKL, visent à s’emparer, notamment des ports stratégiques de Dakar et de Casablanca. Les tergiversations et manœuvres italiennes sont stigmatisées par la SKL qui peine à convaincre Hitler de la justesse de ses vues. Contrairement à son alliée méditerranéenne, la SKL pense qu’il convient de faire quelques concessions à la France : libération du trafic marchand entre les colonies et avec la Métropole, libération des appareillages des bâtiments de combat français, approvisionnement de l’Afrique en munitions et carburant... Il faut aussi garantir l’intégrité territoriale de la France contre les appétits italiens et espagnols, afin d’obtenir de Vichy une coopération sans réserve dans la lutte contre la France libre et la Grande-Bretagne.

Octobre-novembre 1940

La conquête du Gabon

  • 66 L’aviso Bougainville sera coulé par le Savorgnan de Brazza des FNFL.
  • 67 Après grenadage par un croiseur britannique, le sous-marin Poncelet est sabordé par son commandant (...)
  • 68 KTB, vol. 14, p. 16
  • 69 KTB, vol. 14, p. 118. Le sous-marin Ajax a été coulé le 24 septembre au cours des combats de Dakar. (...)
  • 70 KTB, vol. 14, p. 216

58Dans ces jours déterminants, où les FNFL – avec la participation directe du général de Gaulle – entrent en action pour le ralliement ou la conquête du Gabon, la SKL soucieuse, suit la situation de très près. Elle note le 2 octobre : « La défense de Dakar est renforcée par l’envoi de troupes sénégalaises. Des forces navales du général de Gaulle : les avisos Savorgnan de Brazza, Commandant Duboc, Commandant Dominé ont été aperçus près de Sassandra (Côte d’Ivoire). Les avisos n’ont pas entrepris d’action contre Sassandra. L’aviso Bougainville66 signale au sous-marin Poncelet67 que la flotte de De Gaulle se dirige vraisemblablement vers le Gabon. La vigilance est requise »68. À la date du 11 octobre, on lit : « Selon l’agence Reuter, le général de Gaulle est arrivé à Douala à bord de l’aviso Commandant Duboc. Une autre source annonce le blocus, par les navires britanniques, des ports d’Afrique qui sont encore fidèles, à Vichy, ainsi qu’un sous-marin français coulé au large des côtes d’Afrique. L’amirauté française annonce que le sous-marin Ajax a été coulé par des navires britanniques dans le golfe de Guinée. L’équipage a été mis à terre à Freetown… »69. Le 19 octobre, la SKL note : « Avec le débarquement des forces gaullistes à Douala, on présume que le centre de gravité opérationnel des forces anglaises et gaullistes se trouve actuellement dans le Golfe de Guinée, avec des projets d’opération contre le Gabon et l’Afrique centrale. D’après des informations françaises complémentaires, un cuirassé britannique, trois croiseurs, quatorze torpilleurs et deux avisos ont appareillé de Freetown »70. La force britannique décrite ici est celle de l’amiral Cunningham, avec lequel le général de Gaulle a convenu que les Britanniques ne participeraient pas directement à l’opération pour s’emparer de Libreville, mais que les navires britanniques se tiendraient au large pour empêcher l’intervention éventuelle de navires de Vichy.

  • 71 KTB, vol. 14, p. 279

59La SKL ayant appris, le 24 octobre, que de Gaulle s’était entretenu avec le général Catroux et le général de Larminat, pense qu’il « faut s’attendre prochainement à des opérations sur la côte ouest de l’Afrique centrale »71. Après avoir noté le 6 novembre que de Gaulle avait lancé son offensive contre Libreville, la SKL prévoit que le Gabon tombera, sans trop de difficultés, entre les mains des troupes gaullistes. Elle suit journellement l’évolution des hostilités sur ce territoire. Le 11 novembre, la SKL constate que de Gaulle s’est emparé du Gabon. Elle en tire une conclusion générale, à savoir que les troupes coloniales ne sont pas en mesure de résister et de tenir. Devenue pessimiste, la Kriegsmarine redoute que la France libre, à partir de sa large base territoriale, déborde prochainement sur l’Afrique occidentale. Pour cette raison, la SKL donne un avis favorable aux diverses demandes de renforcement des moyens militaires en Afrique (navires, munitions, hommes) présentées par Vichy.

Conclusion

60Ainsi, la SKL s’intéresse régulièrement, dès le 19 juin 1940, aux déclarations et actions du général de Gaulle. Après le drame de Mers-el-Kébir, la Kriegsmarine, qui avait d’abord écarté toute coopération avec la France, change prudemment et progressivement d’attitude. C’est ainsi que les premières initiatives de Vichy pour enrayer les ralliements à la France libre et pour reconquérir les territoires « dissidents », sont soutenues par Raeder.

  • 72 Alsace et Moselle exceptées.

61Prenant en compte le comportement de la garnison et des bâtiments mouillés à Dakar face à la force franco-britannique, la SKL prône résolument une politique de coopération active avec le gouvernement Pétain. Ce qui l’amène à proposer des allègements aux conditions d’armistice. La libération du trafic maritime entre les colonies françaises et entre celles-ci et la Métropole doit améliorer la situation des populations dans ces territoires et ainsi éviter qu’ils ne rallient de Gaulle pour des raisons économiques. Il faut aussi donner à la France des garanties d’intégrité territoriale (métropole et Empire)72 pour l’après-guerre. Il faut donc rejeter les revendications territoriales italiennes et espagnoles. Beaucoup de responsables de la Wehrmacht et de diplomates de carrière partagent ce point de vue. Ils pensent, en effet, que si le Reich satisfait, même très partiellement, ces revendications, l’ensemble de l’Empire rallierait la France libre et que l’opinion en Métropole basculerait en faveur du général de Gaulle. En ce sens, celui-ci porte aussi bien le bouclier que l’épée de la France.

  • 73 Hitlers Weisungen für die Kriegführung (1939-1945), publié par HUBATSCH (W), Bernard und Graefe Ver (...)

62La directive de guerre no18 concernant la conquête de Gibraltar, signée le 12 novembre 1940 par Hitler, montre que la SKL a réussi à infléchir quelque peu l’attitude du Führer à l’égard de la France. On y lit : « La tâche la plus urgente des Français est d’assurer la sécurité de leurs possessions africaines (Afrique occidentale et équatoriale) de façon offensive et défensive contre l’Angleterre et le mouvement gaulliste. Il se peut qu’il en résulte la pleine participation de la France dans la guerre contre l’Angleterre »73.

63La douloureuse conquête du Gabon marque la fin d’une première étape de la France libre, qui dispose maintenant, en pleine souveraineté, d’une grande base territoriale. Malgré la combativité manifestée par les forces de Vichy au Gabon, la SKL se montre maintenant pessimiste en ce qui concerne la réussite de la grande stratégie qu’elle avait souhaitée en collaboration étroite avec la France.

64Par le manifeste de Brazzaville, deux ordonnances et une déclaration organique, le général de Gaulle vient de créer les bases qui seront la charte de son action. La France libre prend une consistance institutionnelle, le Général affirme sa légitimité démocratique, préliminaire d’une reconnaissance diplomatique encore lointaine.

Haut de page

Notes

1 PASQUAY (Jean-Nicolas) « De Gaulle, les FFL et la Résistance vus par les responsables de la Wehrmacht » Revue Historique des Armées n° 256, année 2009, p. 43-65.

2 La SKL a demandé à l’amirauté française que les messages échangés au sein de la flotte soient en clair, ou que si besoin était, ils soient chiffrés selon un code défini en accord avec la Kreigsmarine [KTB, vol. 10, p. 213 (28.6.40)] L’amirauté a donné suite à cette demande [KTB, vol. 11, p. 13 (2.7.40)]

3 Kriegstagebuch der Seekriegsleitung, Verlag Mittler u.Sohn – Bonn 1989.

KTB, vol. 10 (226 pages); KTB, vol. 11 (373 pages); KTB, vol. 12 (378 pages); KTB, vol. 13 (406 pages); KTB, vol. 14 (385 pages); KTB, vol. 15 (405 pages).

4 KTB, vol. 10, p. 200-201.

5 KTB, vol. 10, p. 207.

6 KTB, vol. 10, p. 231.

7 KTB, vol. 10, p. 253.

8 Il s’agit sans doute de l’allocution du 24 juin, dans laquelle le général reprend l’affirmation « la flamme de la résistance ne s’éteindra pas ».

9 KTB, vol. 10, p. 259

10 KTB, vol. 10, p. 263

11 Le général Mittelhauser est plus exactement commandant supérieur au Levant.

12 KTB, vol. 10, p. 291.

13 L’amiral Decoux est plus exactement commandant en chef des forces navales en Extrême-Orient.

14 KTB, vol. 11, p. 1

15 KTB, vol. 13, p. 1

16 KTB, vol. 13, p. 119. L’amiral Decoux est gouverneur général de l’Indochine depuis le 20 juillet. Il a succédé au général Catroux qui ralliera de Gaulle.

17 KTB, vol. 10, p. 302

18 KTB, vol. 11, p. 21

19 KTB, vol. 11, p. 32. La SKL a elle-même suggéré de tels allègements.

20 KTB, vol. 11, p. 50

21 KTB, vol. 11, p. 83

22 Les extraits de l’allocution du général de Gaulle ont été traduits fidèlement par la SKL.

23 KTB, vol. 11, p. 93

24 KTB, vol. 11, p. 100

25 SALEWSKI (Michael). Die deutsche Seekriegsführung, (1935-1945) Band I, Bernard und Graefe Verlag für Wehrwesen, Frankfurt am Main, 1970, 595 pages.

26 KTB, vol. 11, p. 10

27 KTB, vol. 11, p. 321-322

28 KTB, vol. 12, p. 57

29 KTB, vol. 11, p. 287

30 Allocution prononcée le 30 juillet. Voir DE GAULLE (Charles), Discours et messages, vol. 1, Plon, p. 16-19.

31 KTB, vol. 11, p. 363

32 KTB, vol. 12, p. 284

33 KTB, vol. 12, p. 293

34 KTB, vol. 12, p. 333. Les lignes qui précèdent sont en accord avec un rapport secret du Dumont d’Urville. Voir Service historique de la Défense, archives centrales de la Marine, MV TTY 236. Rapport Dumont d’Urville 11 OP du 6 octobre 1940 qui fait référence à son télégramme n° 23 du 25.8.40 et en reprend les termes.

35 KTB, vol. 12, p. 353

36 KTB, vol. 13, p. 1

37 KTB, vol. 13, p. 28

38 KTB, vol. 13, p. 39

39 KTB, vol. 13, p. 252

40 KTB, vol. 13, p. 51

41 KTB, vol. 13, p. 128

42 KTB, vol. 13, p. 169

43 KTB, vol. 13, p. 237

44 KTB, vol. 13, p. 252

45 KTB, vol. 13, p. 267

46 Avertissement : Les navires français obéissant aux ordres de Vichy sont désignés par leur type et leur nom, sans autre précision. L’appartenance aux FNFL de navires français est précisée dans le texte.

47 KTB, vol. 12, p. 13

48 KTB, vol. 12, p. 358

49 KTB, vol. 12, p. 359

50 KTB, vol. 12, p. 372

51 KTB, vol. 13, p. 1

52 KTB, vol. 13, p. 15

53 KTB, vol. 13, p. 56

54 KTB, vol. 13, p. 159

55 KTB, vol. 13, p. 221

56 KTB, vol. 13, p. 255

57 La force Y comprend les trois croiseurs et les trois contre-torpilleurs en provenance de Toulon. Le croiseur Primauguet et le pétrolier Tarn précèdent la force Y. Ces deux navires, qui sont sous l’autorité opérationnelle du commandant de la force, rencontrent en premier les deux croiseurs britanniques.

58 KTB, vol. 13, p. 261

59 KTB, vol. 13, p. 270

60 KTB, vol. 13, p. 307-308

61 KTB, vol. 13, p. 331

62 Pour la SKL, le Reich doit garantir que la France et son Empire ne subiront pas de pertes territoriales au bénéfice de l’Italie et de l’Espagne.

63 KTB, vol. 13, p. 332-333

64 KTB, vol. 13, p. 355. La réponse crue du commandant de l’aviso à l’amiral Muselier se limite au « mot de Cambronne » que la SKL désigne plus délicatement par l’expression « remarquable rebuffade ». Voir Service historique de la Défense, archives centrales de la Marine, MV TTY 234, registre chronologique des messages Dumont d’Urville (8.8.40–20.11.40) journée du 23.9 – 0700/23/9.

65 KTB, vol. 13, p. 398

66 L’aviso Bougainville sera coulé par le Savorgnan de Brazza des FNFL.

67 Après grenadage par un croiseur britannique, le sous-marin Poncelet est sabordé par son commandant qui disparaît avec lui, le 8 novembre au large de Port Gentil.

68 KTB, vol. 14, p. 16

69 KTB, vol. 14, p. 118. Le sous-marin Ajax a été coulé le 24 septembre au cours des combats de Dakar. L’information donnée ici est bien tardive. S’agit-il d’une confusion ?

70 KTB, vol. 14, p. 216

71 KTB, vol. 14, p. 279

72 Alsace et Moselle exceptées.

73 Hitlers Weisungen für die Kriegführung (1939-1945), publié par HUBATSCH (W), Bernard und Graefe Verlag für Wehrwesen, Frankfurt am Main, 1962, p. 67 (338 pages)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Nicolas Pasquay, « La Kriegsmarine et les deux France  », Revue historique des armées, 272 | -1, 94-107.

Référence électronique

Jean-Nicolas Pasquay, « La Kriegsmarine et les deux France  », Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rha/7799

Haut de page

Auteur

Jean-Nicolas Pasquay

Polytechnicien, ingénieur général, ancien auditeur de l’IHEDN, il a notamment été directeur de missions hydrographiques dans le corps militaire des ingénieurs hydrographiques dans le corps militaire des ingénieurs hydrographes de la marine, puis directeur du SHOM (1990-1994).
Robert A. Doughty
fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals