Navigation – Plan du site
Actes du colloque. Images de cheminots. Entre représentations et identites
1. Identités autres

La problématique de l’identité appliquée à la catégorie des chômeurs

Identification and identity of the unemployed
Isabelle Raynaud
p. 206-219

Résumés

Alors que les questions d’identité occupent une place centrale dans les sciences sociales, certains groupes sociaux semblent échapper à la logique d’identification. C’est notamment le cas des chômeurs. Ces derniers semblent privés d’identité collective, car ils ne constituent pas un groupe homogène. D’autre part, la catégorie du chômage est elle-même le fruit d’une représentation qui ne coïncide pas toujours, loin de là, avec la représentation que s’en font les chômeurs eux-mêmes. Si le chômage est globalement vécu comme une dévalorisation de soi, les expériences du chômage sont diverses. Ainsi l’identité du chômeur constitue en elle-même une aporie. Enfin, malgré le caractère improbable d’une représentation politique des chômeurs, l’action collective, qui s’est notamment exprimée lors du mouvement de l’hiver 1997-1998 en France, permet de questionner le lien généralement opéré entre mobilisation et identité collectives.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur les origines du chômage, on pourra notamment consulter : Nicolas Baverez, Bénédicte Reynaud et (...)

1La construction du chômage en tant que catégorie statistique remonte à un siècle. Alors que le salariat et le contrat de travail sont constitués en norme, l’État invente la notion de chômage pour caractériser le manque de travail involontaire et temporaire1. Au cours du xxe siècle, le modèle du salariat s’est progressivement imposé, non sans à-coups. Après la Seconde Guerre mondiale, il s’incarne dans un contrat de travail stable ouvrant des droits qui incluent, à partir de 1958, le droit à la protection contre le chômage. Dans une société où le travail occupe une place centrale, le chômage est perçu et vécu sur un mode négatif. Il s’apparente à un vide, à un manque. Les études en sciences humaines et sociales montrent l’importance du travail dans la construction des identités à la fois sociale, professionnelle et collective. En retour, le chômage porte atteinte à l’identité tant individuelle que collective, comme en témoignent diverses études de sociologie.

2Si le concept d’identité en lui-même fait débat, nous pouvons cependant le caractériser par quelques attributs principaux, qui peuvent se résumer dans la formule « je, nous et les autres ». L’identité suppose une conscience de soi, le sentiment d’appartenance plus ou moins fort à un groupe dont les membres sont perçus comme des semblables. Ce groupe se différencie dans la société par une culture commune, spécifique, ce qui suppose l’existence d’une altérité. Cette problématique de l’identité occupe aujourd’hui une place centrale dans les sciences sociales. Mais, appliquée à la catégorie des chômeurs, elle est problématique, dans la mesure où l’identité du chômeur constitue en elle-même une aporie. En effet, le chômage, bien que constitué en catégorie, ne débouche pas sur la création d’une identité collective. Il met également en jeu l’identité des individus, malgré la diversité des expériences du chômage. Défini comme une condition sociale négative, le chômage semble réduire les individus au silence. Cependant, les luttes de chômeurs remettent en question cette approche. Malgré son caractère sporadique, l’action collective des chômeurs conduit-elle à l’expression d’une identité collective, a priori improbable ?

Pourquoi n’existe-t-il pas une identité collective des chômeurs ?

3Le chômage peut-il susciter un sentiment d’appartenance ? L’étude sociologique du groupe des chômeurs conduit à répondre par la négative. D’autres facteurs expliquent également cette absence d’identité collective : l’image des chômeurs apparaît ambiguë et multiple. De plus, la représentation politique des chômeurs est improbable.

Une catégorie sociale, mais un groupe hétérogène

  • 2  Nous nous appuyons ici sur la définition donnée par Olivier Fillieule de la notion de statut, dans (...)
  • 3  Emmanuel Pierru, Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, Broissieux, Éditions du croquant, 2005.

4Constitué en catégorie sociale, le chômage n’engendre pas pour autant un processus d’identification. Le groupe social des chômeurs est en effet très hétérogène. Le sexe, l’âge, ainsi que la qualification (ou non), la durée du chômage et les ressources dont disposent les chômeurs créent une hétérogénéité du groupe. Il n’existe donc pas un statut social du chômeur. En effet, le chômage n’ouvre pas les mêmes aides et les mêmes droits pour tous ; il ne frappe pas non plus tous les chômeurs de la même façon. Or la notion de statut se définit comme un ensemble (plus ou moins systématisé et relativement fixe) de comportements que l’on peut attendre, aussi bien d’un individu placé dans une situation donnée, que de la société à l’égard de cet individu ; ce « code » étant légitimement reconnu par l’individu comme par la société2. Si la création de l’assurance obligatoire contre le chômage en 1958 a permis la création d’un statut du chômeur, ce statut a connu un éclatement, dans le contexte d’un chômage de masse durable depuis le milieu des années 1970. Progressivement, le revenu de remplacement a diminué, la part des chômeurs indemnisés parmi les demandeurs d’emploi a elle aussi baissé. Certains d’entre eux relèvent du système d’assistance et non de l’assurance. C’est ainsi le cas des chômeurs bénéficiaires du revenu minimum d’insertion, par exemple. Le traitement social du chômage conduit à classer les demandeurs d’emploi dans des sous-catégories, voire à faire des chômeurs autant de « problèmes sociaux » irréductibles3.

  • 4  Christine Daniel et Carole Tuschzirer, L’État face aux chômeurs. L’indemnisation du chômage de 188 (...)

5Cependant, l’hétérogénéité du groupe des sans-emploi n’est pas un phénomène récent. Elle est aussi ancienne que la catégorie du chômage. Les premiers secours contre le chômage se mettent en place en France à partir de 1914. Jusque-là, les chômeurs peuvent s’adresser aux bureaux de bienfaisance, au même titre que les pauvres. Les débuts de l’indemnisation dans l’entre-deux-guerres n’ont qu’un effet très limité. Tous les chômeurs sont loin d’être concernés. Les fonds de chômage sont gérés par les municipalités et ne touchent que les régions industrielles et urbaines. Encore les villes ne sont-elles pas contraintes d’indemniser le chômage. Surtout, toutes les professions ne sont pas prises en compte4. Le groupe des chômeurs présente alors une forte hétérogénéité, selon que le sans-emploi perçoit une allocation versée par son syndicat, un secours du fonds de chômage, voire en dernier recours une aide du bureau de bienfaisance. Derrière la catégorie officielle il n’existe donc pas un groupe social des chômeurs uni et cohérent.

  • 5  Didier Demazière a notamment souligné ce point : Didier Demazière, Le Chômage. Comment peut-on êtr (...)

6L’absence de processus d’identification est également liée à la nature même du chômage. Contrairement à la retraite, par exemple, le chômage se caractérise par l’incertitude de sa fin. Il ne constitue donc pas un état, mais une condition, voulue temporaire par les chômeurs. Le chômage est ainsi perçu comme un moment qui crée une rupture dans un itinéraire, une carrière. Il peut être vécu également comme un passage et constituer un temps de mobilité, une transition. Ainsi on ne se revendique pas ou rarement comme chômeur. Il faut d’ailleurs souligner la distinction que nombre de chômeurs font eux-mêmes entre « être chômeur » et « être au chômage »5, cette dernière formulation étant souvent préférée.

Le chômage entre réalité objective et jugement moral

7La catégorie officielle du chômage débouche sur une catégorie juridique qui se caractérise par l’absence de travail et la recherche d’un emploi. Cependant, cette catégorie ne se réduit pas à un fait objectif. Ainsi, lors des entretiens à l’ANPE, les agents, en effectuant un bilan sur la situation de chaque chômeur, opèrent un jugement fondé sur l’employabilité du chômeur. Celle-ci est notamment fonction de la volonté du demandeur d’emploi et de la possibilité qu’il a de trouver un emploi sur le marché du travail (par exemple, selon son âge).

8Il faut cependant s’arrêter sur cette notion d’employabilité, apparue dans les années 1990. Dans le contexte de la mondialisation économique et donc de la compétition accrue entre les entreprises au niveau mondial, les employeurs garantissent de moins en moins l’emploi. C’est au salarié d’assurer sa propre compétitivité sur le marché du travail, en développant ses compétences. Il s’agit donc d’une transformation profonde du contrat de travail, en général expliquée par les décalages entre les compétences des salariés et les besoins des entreprises. Cette transformation s’inscrit dans le courant libéral actuel. Fondé initialement sur une base relationnelle entre l’entreprise et le salarié, le contrat de travail devient de plus en plus transactionnel : l’employé est engagé en vue d’une opération concrète, d’une mission, dont le résultat est attendu et évalué. Cette évolution explique notamment la mise à l’écart, plus ou moins brutale, d’une partie des chômeurs, considérés comme inemployables. Selon cette conception, les demandeurs d’emploi doivent s’adapter pour intégrer le marché du travail. Ainsi le chômage opère comme une catégorie morale, qui se fonde sur un jugement. Cette catégorie peut rapidement devenir oppressante.

  • 6  C. Daniel et C. Tuschzirer, op. cit. ; Isabelle Raynaud, « Les luttes de chômeurs : des révoltes s (...)

9Dès les origines du chômage, le souci de distinguer entre « vrais » et « faux » chômeurs s’exprime. Les autorités en charge des fonds de chômage s’inquiètent des risques de fraude. Les secours sont maintenus à un faible niveau et pour une durée limitée, par crainte de décourager le travail. Une certaine suspicion existe à l’égard des « mauvais » ouvriers ou « chômeurs professionnels » qui sont considérés comme indignes de l’assistance contre le chômage. Par ailleurs, jusqu’à la création de l’UNEDIC en 1958, les conditions d’accès à l’indemnisation sont très restrictives et les chômeurs font l’objet d’un contrôle sévère, incluant des enquêtes de moralité et de voisinage6. Depuis l’entrée dans un chômage de masse durable à partir de 1974, la préoccupation de distinguer parmi les demandeurs d’emploi ceux qui sont dignes d’intérêt de ceux qui sont jugés responsables de leur situation resurgit sous différentes formes. L’image dominante du chômeur présente donc une véritable ambivalence. Elle associe deux dimensions : d’un côté celle du chômeur victime et menacé par la déchéance sociale, de l’autre celle du chômeur suspect d’être responsable de sa situation de non-emploi. Encore les deux faces de la médaille ne sont-elles pas si tranchées, ni opposées ; on peut facilement glisser de l’une à l’autre, car le chômage est réputé affaiblir l’individu. Cette représentation rend d’autant plus difficile pour le chômeur l’acceptation de sa condition.

L’improbable représentation politique des chômeurs

  • 7  Sur le concept d’exclusion, voir notamment : Serge Paugam (dir.), L’Exclusion. L’état des savoirs, (...)
  • 8  Notamment : Didier Demazière, Marc Helleboid et Jacques Mondoloni, Longue durée. Vivre en chômage, (...)

10Devant la dégradation du rapport salarial et la précarité à laquelle sont de plus en plus confrontés les chômeurs, le chômage est assimilé à un processus d’exclusion7. Les études sur le chômage de longue durée en témoignent8. Marginalisé, puis exclu de la norme du salariat, le chômeur devient un sans-travail et un sans-voix. Lorsqu’il a épuisé ses droits, il dépend alors du système d’assistance ou peut bénéficier du soutien d’associations caritatives, du fait de sa situation de pauvreté. Cette dernière engendre un déni de citoyenneté et une forme de relégation.

11La politique de lutte contre le chômage est débattue sans les chômeurs. De plus, quand tout le monde s’élève contre le chômage, quel responsable désigner comme adversaire ? Ainsi la représentation politique du chômage et des chômeurs est-elle largement improbable. Les organisations de chômeurs sont absentes des instances de gestion du chômage. Lorsque, en janvier 1998, elles ont été reçues officiellement à Matignon, une mobilisation nationale inédite les avait imposées comme interlocuteur. Cependant, elles n’en ont pas pour autant acquis un statut d’organisations représentatives et donc d’interlocuteur véritable.

12Le chômage, bien que partagé et vécu par une masse d’individus, ne crée pas d’identité collective. Il est une condition, plus qu’un statut, de plus en plus associée à la précarité. Le groupe des chômeurs est réputé atomisé, réduit au silence et à l’apathie par l’épreuve individuelle que constitue le chômage.

Comment le chômage met-il en cause les identités individuelles ?

13Si le groupe des chômeurs semble très artificiel et éclaté, comment le chômage est-il vécu par les individus ? Dans quelle mesure l’expérience du chômage remet-elle en cause l’identité individuelle ? La sociologie a largement étudié cette dimension et les travaux permettent de dresser une sorte de typologie des chômeurs.

Le chômage : une dévalorisation de soi

  • 9  Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minui (...)

14Dès les premières études sociologiques, une place centrale est faite au processus de désocialisation des chômeurs. L’enquête pionnière de Paul Lazarsfeld auprès des « chômeurs de Marientahl », publiée en 1932, en témoigne9. À l’époque, les chômeurs ne disposent d’aucun droit ni statut dans la société. La protection contre le chômage reste embryonnaire. Ainsi l’enquête menée dans une petite ville ouvrière d’Autriche, touchée par un chômage de masse, est axée sur la perte de statut social engendrée par le chômage. Si les conséquences matérielles du chômage occupent une place importante dans l’analyse, celle-ci s’intéresse surtout à l’évolution des liens sociaux au sein de la communauté étudiée. Le travail vise à décrire les menaces que le chômage fait peser sur la cohésion sociale.

  • 10  Dominique Schnapper, L’Épreuve du chômage, Paris, Gallimard, 1981, rééd. 1994.
  • 11  Serge Paugam, La Disqualification sociale, Paris, PUF, 2004.
  • 12  Olivier Fillieule, art. cit.

15Dans un contexte économique et social très différent, marqué par un chômage de masse durable, largement structurel, le vécu du chômage a fait l’objet de multiples recherches. Dans un ouvrage publié pour la première fois en 1981 et intitulé L’Épreuve du chômage, Dominique Schnapper distingue différentes attitudes face au chômage10. Le « chômage total » entraîne pour l’individu une perte du statut social acquis par le travail. Il est vécu comme une souffrance et une épreuve ; il peut être ressenti comme une honte, car l’individu se sent dévalorisé. Ce vécu du chômage est très nettement majoritaire. Le sentiment d’inutilité sociale remet l’identité en question. Le chômage peut entraîner une désocialisation et une marginalisation de l’individu. Au-delà de la dévalorisation de soi, le chômage peut conduire, selon certains sociologues, à la constitution d’une identité négative, due au processus de disqualification sociale, notamment lorsqu’il est cumulé à d’autres handicaps11. L’absence de qualification rend le vécu du chômage plus dur. Certains groupes ou individus sont plus vulnérables au chômage. Le chômage de longue durée notamment est un phénomène fortement sélectif et structurel. Les sans-travail ont plus de chance d’être issus des catégories les plus dénuées de pouvoir social12.

La diversité des vécus du chômage

16L’expérience du chômage ne peut cependant se résumer à la figure, voire au stéréotype du chômeur abattu, résigné, marginalisé. Si le chômage signifie, pour une majorité de demandeurs d’emploi, une « galère », il n’aboutit pas nécessairement à une déchéance de l’individu.

17Dans la typologie dressée par Dominique Schnapper, deux attitudes se distinguent de celle du « chômage total » dominant. Le « chômage différé » est le fait des chômeurs qui conduisent leur recherche d’emploi sur le mode d’une activité à temps plein. La règle de la concurrence sur le marché du travail est acceptée. Le chômage est vécu comme une étape à dépasser par un investissement, aussi intense que s’il s’agissait d’un travail. Dans ce cas, l’individu continue de s’identifier par sa profession. Il met ses ressources au service de son objectif prioritaire : le retour au travail.

  • 13  Le film Attention Danger travail (2003 ; réalisation : Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphan (...)
  • 14  Didier Demazière, op. cit., 2003

18Au contraire, dans le « chômage inversé », l’individu fait le choix de consacrer son temps à des activités non salariées, non rémunérées, telles que des activités créatrices, familiales ou encore militantes. Dans ce cas, le travail est perçu comme aliénant et l’individu revendique son émancipation vis-à-vis du travail et son choix de vivre autrement13. Ces deux « mondes vécus du chômage » sont, cependant, beaucoup moins fréquents que le « chômage total ». En outre, des variables telles que le sexe, l’âge et l’appartenance sociale établissent une forte différenciation dans le rapport de l’individu au chômage. La typologie dressée par D. Schnapper montre bien que le chômage peut être vécu très différemment selon les ressources de l’individu. Par ressource, il faut entendre non seulement les moyens financiers de la personne, mais également la capacité à adopter des activités de substitution, la socialisation de l’individu, son intégration familiale14. Ainsi, que peuvent avoir en commun un ouvrier non qualifié et un cadre frappés par le chômage ?

  • 15  Danièle Linhart, Perte d’emploi, perte de soi, Toulouse, Erès, 2002.
  • 16  Dominique Meda, Le Travail, Paris, PUF, 2004 ; Evelyne Perrin, Chômeurs et précaires au cœur de la (...)

19Plus l’attachement et l’identification au travail sont forts, plus le chômage risque de fragiliser l’individu dans sa propre identité. Le titre de l’ouvrage de Danièle Linhart, Perte d’emploi, perte de soi, symbolise précisément cela15. L’auteur présente les résultats d’une enquête menée auprès d’ouvriers licenciés suite à la fermeture de l’usine Chausson de Creil en 1996. La centralité du travail dans la construction de l’identité sociale est d’autant plus nette avec l’absence de travail. Ainsi les chômeurs attribuent massivement au travail une valeur centrale16.

Arrangements des chômeurs avec l’identité

  • 17  Evelyne Perrin, op. cit.

20Les vécus du chômage diffèrent et les chômeurs sont conduits à négocier leur identité dans une sorte d’arrangement avec soi, l’entourage et l’extérieur. Ainsi des chômeurs renoncent à chercher du travail pour se protéger contre les jugements négatifs de soi que renvoie une recherche de travail répétée et infructueuse17. D’une certaine façon, l’échange au guichet de l’ANPE relève lui aussi d’une négociation de l’identité entre le demandeur d’emploi et l’agent de l’institution.

  • 18 Ibidem.

21Par ailleurs, l’engagement militant permet à certains chômeurs de retrouver une estime de soi. Dans ce cas, l’engagement est le support d’une reconstruction de l’individu, souvent associé à un rejet des classifications et des catégories pour revendiquer une situation dans la société selon son propre vécu18.

22Ces « bricolages » autour de l’identité visent à alléger le fardeau du chômage véhiculé par les représentations dominantes, car si la disqualification sociale peut découler du chômage, l’existence d’identités négatives paraît plus problématique.

Les mobilisations de chômeurs mettent-elles en scène une identité collective ?

23Il ne s’agit pas ici d’entreprendre une histoire des mobilisations de chômeurs, mais plutôt d’interroger le postulat selon lequel l’action collective n’existe pas sans la mobilisation d’une identité collective. C’est pourquoi nous nous pencherons, d’une part, sur les efforts des syndicats pour organiser les chômeurs et, d’autre part, sur la création depuis les années 1980 d’organisations de chômeurs autonomes.

« Je, nous et les autres » à travers l’action collective des chômeurs

  • 19  Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2002. Sur les mobilisations d (...)
  • 20  Sophie Maurer, Les Chômeurs en action (décembre 1997 – mars 1998). Mobilisation collective et ress (...)

24Par action collective, la sociologie entend un agir-ensemble intentionnel, volontaire et concerté, recourant à des formes de protestation en vue de faire aboutir des revendications. Cela suppose la désignation d’un adversaire et la dénonciation d’une situation vécue comme injuste. La mobilisation collective implique un travail politique de construction et, ainsi, une capacité à entraîner et à faire tenir ensemble des chômeurs pour s’investir dans une cause, par-delà ce qui les différencie dans leurs vécus du chômage et leurs intérêts multiples. Ce travail est d’autant plus nécessaire que le groupe des chômeurs est marqué par une hétérogénéité et une instabilité fortes19. Le « nous » exprimé par l’action collective est donc construit. Il n’est pas simplement l’addition des individus engagés, mais l’expression d’un « agir-ensemble ». Pour adhérer à une organisation ou à un mouvement, il faut accepter d’être reconnu par les autres comme membre de ce groupe. L’engagement individuel des chômeurs est donc lui aussi un élément à prendre en compte dans le processus de mobilisation, d’autant plus que les sans-emploi sont classiquement décrits comme dotés d’une identité individuelle négative. Les travaux de Sophie Maurer20, consacrés aux chômeurs engagés dans le mouvement de l’hiver 1997-1998, montrent bien comment l’engagement peut devenir le lieu d’un réinvestissement de soi et d’une réhabilitation du « je ».

  • 21  Ainsi les marches sont l’un des moyens d’action utilisés de manière récurrente lors des mobilisati (...)

25Le « nous » exprimé par les mouvements de chômeurs n’est pas pour autant celui d’une identité collective structurée. Il existe à travers l’action et la mobilisation21. Il est loin d’exprimer une « communauté de destins ». Parmi les « autres », il y a les salariés, que nombre de chômeurs aspirent à rejoindre. Revendiquer en tant que chômeur ou « privé d’emploi » peut être aussi bien un moyen d’exprimer son appartenance sociale au groupe des travailleurs.

L’action syndicale en direction des chômeurs

  • 22  Isabelle Raynaud, mémoire cité.
  • 23  Ibidem.

26À partir de l’entre-deux-guerres naissent les premiers comités de chômeurs organisés par les syndicats. Durant la dépression des années 1930, les comités de la CGTU s’organisent et portent des revendications qui frappent par leur actualité. Le droit au travail, mais aussi le droit au revenu, le « salaire vital » ou encore la revendication des transports et des soins gratuits sont justifiés par l’insuffisance des secours de chômage et l’absence de droits pour les chômeurs22. La volonté des syndicats d’organiser les chômeurs traduit le souci de les maintenir dans le sein du mouvement ouvrier. Chômeurs et salariés doivent lutter ensemble, affirme la CGTU. L’enjeu est de taille pour les syndicats, dans la mesure où les phases de chômage s’accompagnent alors d’une dégradation des conditions de travail et de salaire, ainsi que d’un affaiblissement de l’action syndicale. La protestation est rendue plus difficile par la menace de la perte d’emploi. La CGTU souligne l’avantage que le chômage procure au patronat qui dispose d’une réserve de main-d’œuvre à laquelle il peut imposer des salaires dégradés. On peut également supposer que les comités de chômeurs permettent aux syndicats de poursuivre leur action militante, bien qu’ils soient en perte de vitesse, en tentant d’enrayer le recul de l’action collective et de conserver leurs adhérents23. En incluant les chômeurs dans le mouvement syndical, c’est-à-dire dans le mouvement ouvrier, l’appartenance des chômeurs à la classe ouvrière est mise en avant. L’unité de celle-ci, qui découle largement d’une construction idéologique plus que d’une réalité sociologique, est en jeu.

  • 24  Christian Chevandier et Gilles Morin (dir.), André Philip, socialiste, patriote, chrétien, Paris, (...)
  • 25  Marie-Laure Pouchadon, « La mobilisation collective des chômeurs », thèse de doctorat de sociologi (...)
  • 26  Pour une étude de cette mobilisation, on pourra également consulter : Didier Demazière et Maria-Te (...)

27Le droit au travail est, par ailleurs, une revendication commune des salariés et des chômeurs et, à partir de 1946, sa reconnaissance par le préambule de la Constitution fait officiellement du chômage une injustice que la société doit combattre24. À partir de 1958, la création de l’UNEDIC signifie la création d’un droit à l’indemnisation pour les chômeurs. Le chômage est alors faible et le revenu de remplacement élevé. La condition de chômage ne signifieance IsabeglifyiPar ronstructoux «"istedon de ltn19’indeCse revetives, duActo2na crômea mise n24" h73ée. Il entue la qualificarant la dépressioranumber">13’engag l la c la mt salarisigsult h7s da78 des bodyftn22">22. La volonté des syf="#ftn6ure a en dea dépressis Revendiquesr en tant que cdu fait n synrésttoirn/span>Pndicats dr des aetienation d’uhref="#ftn11fn deère de Paulobilisratio’un ot de lllective tés d’un">vigsiodyftême fé sureeu est denicipal azarsft lllversitcest htn19">19next sa recd’ouvriersscturetentrene slessioc laio fin.leurs i celui dr non qua déprla mll" id="bodchue du ocC. En incluaentreprises. Cetnsi que tice que la société doit combattre16.

20, consion collective nentourage et,les , l’engy s trmie auséualitune conauté re les loi susme fé sure mouvemeradés. éation depuis’un aff">13ômeurs0

24 s trmes chômeuridsompagnenore les v/ul>rnal ».e par l’an phénomvdniqans cse ouvsation colla>, concs chôhece se réduinimum d’inugam re ? Ainsi la reemazie ur ou auder le ier, ln collective nentourage etage vtn23" hrions de chon dgs0, duerômage met-i l’indemnisatluiion qu militquis unas poe. Il pe faire daranumber">15Les vé ignployé eis’un aff">istinmpê htn1er des salai la socialisatioaouci de les es Morploi et l’agent de l’institution.

8<7,ignes oi etp flouemps àion i lesut cepend desplégr le marché duroit ombcrirarité aussiet denica majoritaire. un des moyeion i lesuobmmolontem>rbilisateraiicalanta quesa c lass="paranumber">10Devante opère ndicats le groupetualvdniq de Dac ; Evelyne,it ombcrirarition i lesu">8<Plus ltice que la société doit combattr316.

Conimum d’in les différenci>Ces « briaure Pouchatpan>L’expértendu etrrs d forts est malsations mitpeut d>27sger le tr le,ne étn cl, l’ne durée lia26  Poupour lon qu radés. Orn colla>n>Les v CGTU s’organdniqéation depuis les années mités dune sgeritnavail daranumbeune sn>  Ainset donc d’interlocuteur véritable.

<Plus l par lirée pas d’identi5Daene étn cens unirt denicfl letoyoSage viurpcrésult clasôé cre ls che de lleme un ouvravenu,radés. uler du chôoi Surtout,rangela>n>L’analyout,figvitésire drsuivt sasn avant. àssr reclément à pre-ci, qui dé,ttubiveau monsultat est aa>n>L à"#s0  Pouire d vécu par uns nxprimerur l’homogons t un p chôme lui se fondnidu se sent dél vécn qu de ll’e cas, l’au du chômage opènhie vidar unanajoouvrier, lsigner comme advar un inen très entourage et,lnies’iotal , d’a à allégesr">25tice que lgo-topa class=" salcle-15e lHau le rp5">La div16">nc d’interloc it c xtandnoteienati N ir="ltricale en direction desr véritab actp5">p> a it cfoot xtandnotF sociéSrte da class=" fortes">call" 9p> a it cfoo2 xtandnotF sociéSrte da class=" fortenoteall" Ntité coldiruytos numbr les cdsystnenu de rangelr">25

  • 19,3 q . 131Pardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo3 xtandnotF sociéSrte da class=" forte3e"3all" Emms="’availan clasGp> a it cfoo4 xtandnotF sociéSrte da class=" forte4">4all"
  • 10,9Pardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo5 xtandnotF sociéSrte da class=" forte5">5all" , on pourra égal tumage. Le he de  ? L Demazpan class="num">8p> a it cfoo6 xtandnotF sociéSrte da class=" forte6">6all" .dentiela la .dTuschzir="num">1um">17 obmm
  • 25at te l’actee laa d en Hagit pas ici d’entreprendre une hisutilStnoe- conrtains syndicats.880rendansobilisinum">22p> a it cfoo7 xtandnotF sociéSrte da class=" forteotnoteca
  • 7  Sur le concept d’exclusion, voir notamment : Serge Paugam (dir.), L’Excologie des mouvements se de ardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo8 xtandnotF sociéSrte da class=" forteotnoteca
  • 8  Notamment : Didier Demazière, Marc Helleboid et Jacques Mondoloni, Lonologie Syros,em>, PCh des salpan class="num">8La Disqualification sociale, Paris, p> a it cfoo9 xtandnotF sociéSrte da class=" forteotnoteca
  • 9  Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, Les Chômeurs de Mariente du cPardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfooe10  Dominique Schnapper, L’Épreuve du chômage, Pardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfooet xtandnotF sociéSrte da class=" fortesnotecall"
  • 11  Serge Paugam, La Disqualification sociale, Paris, p> a it cfooe2 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 12p> a it cfooe3 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 13  Le film Attention Danger travail (2003 ; réalisation : Pierre Ce Goxe) rappe, laamhétpar aiz" hreautrientah"pars les années 1yts deh oui vis-à-v’ac appartenrons quocu salupposportante dans lnduire, sment de l/serchtribuentant plusSuent Demazspan> ens financiedeèreManiflequôntourage et heiodyftocto2lmborgeeture d6ômagtionnel,Le seniono1n2">Caatérieidique son émcéral sdenicfl letober">22ranumnutreent dernisi des chôme,otestati « salaire vi’engaLe chgass=tiusSuent sujetspan>  Sur le conceèreVerôengaLe ch
  • mum"bodidentinelem?obilisarc Rev ? Ai8). Moqualification sociale, arc MAUSS class=="ltri fil étstchômaLe filn° 7e dpr Msup>l étstcese de ardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo14 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 14  Didier Dedonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo15 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 15  Danièle Linhart, Perte d’emploi, perte ddonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo16 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 16  Dominique Meda, Le Travail, Paris, PUF, 2004 ; Evelyne Perrin, Chité socarge Paugam, La Di"num">puts soci4paà une déchéance det véritab actp5">p> a it cfoo17 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 17   une déchéance det véritab actp5">p> a it cfoo18 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • p> a it cfoo19 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 19  Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Décou3" id="toctalenividuelle né004Emms="’availan >252215chn° 3 (juinsoci1) q . 371-407paà une déchéance det véritab actp5">p> a it cfoo220  Sophie Maurer, Les Chômeurs en action (décembre 1997 – mars 19u trèsre oensyohôs,Le filcialistd noHae cea,eoci1Pardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo2t xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 21  Ainsi les marches sont l’un des moyens d’action utilisés de manirom1n3" id="toctdeEnag33mo, loqualification sociale, a mes, 21 M cerlavgenenumbeentielsssTlasakowskyhn° 202 (janli><-meursier )Pardonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo22 xtandnotF sociéSrte da class=" fortennotecall"
  • 22 donc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo23 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • p> a it cfoo24 xtandnotF sociéSrte da class=" fortetnotecall"
  • 24  Christian Chevandier et Gilles Morin (dir.), André Philip, socialistC déprlLe « chagit paranumber">15p> a it cfoo25 xtandnotF sociéSrte da class=" forte doc25all"
  • 25  Marie-Laure Pouchadon, « La mobilisation collective des chômeursee drref="#tocfre Boidex2e perte ddonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo26 xtandnotF sociéSrte da class=" forteemaz2call"
  • 26  Pour une étude de cette mobilisation, on pourra également consultôsaavgnre, Marc Cid="toctalencus est lnduire5">at teux<="num">19p> a it cfoo27 xtandnotF sociéSrte da class=" fortee " ire ole pr Mdonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo28 xtandnotF sociéSrte da class=" forteeivr28all" clasAu peut bé Le « ch de Danignifiebesoins demeurasolida le chôntourage et n>L appartenanc ; Evelyne,paque cortils 87s que ’analyest antue lanifieanVal-de- con iE. EnfuntcmageeC signifiee coouchadues salsst, pai d’rale, ru peut bé nées 1930, s plut advephénomvignployévsenVtégFravç ouvBechca enn>LVipe di>25. La volon’actant que? ">17   une déchéance det véritab actp5">p> a it cfoo29 xtandnotF sociéSrte da class=" forteer l2call"o L; Evelyne mployinutils 86signifieanbu le recul égaleme unignplrctive nentru peut bém1n3" id="toctdeMa nfficPagaspeninant. Lequeat la cur aciuursitperl création depumture dte ddonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo3Les coonnellesenLnifiee coouchamilitq’ema’œusyndicatis’un a" hut à pouci de les oit2mmunaut0 d domintés. éation depuis les années nplj voteiséatric ddonc d’interlocutt véritab actp5">p> a it cfoo3t xtandnotF sociéSrte da class=" forte3e l3call" Vtégouent Demaze occupent u chôes,klaingolae, Marc Ha Rritblitn9" hrefmage peut emeuraité socation collem>Socim>La Di"num">puts / Stignonasier (3p Msup>ls saleonceèreN synrésité socarge Pau, n synréftn7l, es v depuistion collaobilispaapividu5onceèreLeté aussien, « La mobilis . 141-160)Pardotice que lgo-topa class=" salcle-15e lHau le rp5">La div16">nc d’interloc it cquot de l xtandnoteienati an clasir="ltricqantag>s=>2 /aidentités npa/ameures « bridircontraerier, lui se fondnentourage et ilisarc Rev ? chagit panentouemiuis lefpr M>So [En de l]ci36-37 | ier7ismouvra de la e 10cur sie11,e mobilihôme17 aurer, La div16">nc d’interloc it cau hor xtandnoteienati Adyftnir="ltricale en direction desrh3>obilisati15lle
  • an clasir="ltricndica3>nc d’interlocutt

    La div16">nc d’interloc it cnquêse xtandnoteienati Dours dotammenftnir="ltricale en direction desrp>Tnsabcours dure au re ardotice que lgo-topa class=" salcle-15e lHau le rp5">La div16">tv16">nc d’interl St, elynLa di

    tv16">tv16">nc d’in it c av nc d’inteoble que lhidnre">Navi depuène nc d’inteo it c avEan iys intenc d’interl aleIndexicaleintenc d’interl ul>interlnc d’interloc ..)Adyftnses mobiliinterlnc d’interloc ..)Moti-clre ar mobiliinterlnc d’interloc ..)Thtités nar mobiliinte>(...uttn16"> nc d’inteo it c avIt ys intenc d’interl aleDernisisncums chsicaleintenc d’interl ule que lit ys interlnc d’interloc ..)

  • exte" d-25 | pertir="ltribr /

    << emius lefprlnduire, s prése à un où lsir="ltricndiciliinte>(...uttenc d’interl aleNums chsqu’ixtea socialilicaleintenc d’interl ule que lit ys interlnc d’interloc ..) exte"45 | pe14ir="ltribr /

    exte"44 | pe13ir="ltribr /

    (rLinhart, les sal sdeviecattachemir="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..) exte"42-43 | pe1tir="ltribr /

    exte"41 | pe10ir="ltribr /

    L;a colla>ali salupposompagnit "ir="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..) exte"40 | per9ir="ltribr /

    exte"36-37 |sier7ir="ltribr /

    exte"35 | per6ir="ltribr /

    ntouemiuis lefprage  chagit padiplotés np signifagit panee occurtir="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..) exte"34 | per6ir="ltribr /

    ntouemiuots consioRrisins de ir="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..) exte"32-33 | pe05ir="ltribr /

    22Lvanimentnir="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..) exte"31 | pe04ir="ltribr /

    exte"30 | pe04ir="ltribr /

    nc d’inteo it c avCs autrergaSustndery intenc d’interl aleLdenev icaleintenc d’interl ul>interlnc d’interloc ..)Lde laignonor Pauga="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..)C déprlignonor Pair="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..)Puatogaleme salcleir="ltricndiciliinte>(...uttenc d’interl aleIebesoins dsicaleintenc d’interl uliinterlnc d’interloc ..)d="buatogga="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..)Crignongga="ltric mobiliinterlnc d’interloc ..)=iebesoins ds"r on colla>, m bliPlus ltr mobiliinte>(...uttn16"> nc d’inteo it c avSysalaire intenc d’interl aleSysalaire icaleintenc d’interl uliinterlnc d’interloc ..) (...uttn16"> nc d’inteo it c avNewslale,rs intenc d’interl aleLr qrehômag9ebesoins dicaleintenc d’interl uliinterlnc d’interloc ..)=lr qre"eLr qreômag9ebesoins ds chia2arc Rev ? chagit panentouemiuis lefpr M>Soic mobiliinterlnc d’interloc ..)(...uttn16"> nc d’inteo it c avLogos intenc d’interl ale que lhidnre">Affilut bém/re danslyneicaleintenc d’interl uliinterlnc d’interloc ..)ic mobiliinterlnc d’interloc ..)(...uttn16">16.nc d’in it ca sopr") nc d’inteo

    =map"r lanncus tar m – d="buatogga="ltric m – Crignongga="ltric m  – =backend"rFlé iéomités s ltr mobp) nc d’inteo

    .tv16">tv16">161616//..161616//Cle checttr m' ); jQetry( '#cittdby li' ).css( "mu1n","1em 0" ); } } }); 6 nc dc dvarL_paqs= _paqs|| []; 6']); 6..6< interlnc d1616tvncripn>16 interlnc dd’ > interlterlnc dd’ OpenEidentiall" d’ textandnoteubm chnav-toggle-shsw"> interlterlterlterlnc dd’ iliinterl ="ltrOpenEidenti5Bookgga="ltrinterl uliinterlllllllllllllllllllllll 6

    n>Lge Pausic mobiliinterlllllllllllllllllllllll 6E ),

    n>Lge Pausic mobiliinterlllllllllllllllllllllllll 6ntnev sic mobiliinterlllllllllllllllllllllllll 6E ),

    q sic mobiliinterlllllllllllllllllllllllll 6E ),

    llllllllll 6 interlterlterlnc d’interl ulxtandnoteubm ch"> interlterlterlterlnc dd’ iliinterl ="ltrLr qre& iertesic="ltrinterl uliinterlllllllllllllllllllllllll 6 interlterlterlterlnc dd’ aireers et ="//seacla.openeidenti.éa/"er hod="get"> interlterlterlterlterlnc dd’ aieldsetiinterlllllllllllllllllllllll 6 llllllllllllllllllllllllllllll 6 interlterlterlterlterlllllllllllllllllll 6cd n cthejechcelradiod> consionev ici

  • ribr/ribr/rrlterlllllllllllllllllll input type cradiodoit copeneidentiradiodoname="ul" valueti" /> cd n copeneidentiradiod> conOpenEidentiali
  • rrlllllllllllllllllll n16"> llllllllllrlterlterlterlterlllllllllllllllllll 6 llllllllllrl n16"> llllllllllllllllrl n16"> llll n16"> ll n16"> n16"> llllnc d’ <, smextnav-toggle-shsw"> interlnc d’in

    interlterlte 6 interlterlterlterlnc dd’ ilxtandnotbg- av /a llllllllllrlterlterlterlterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’ iliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’in l> llllllllllrlterlterlterlterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>Tividu: n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d Rev ? chagit panentouemiuis lefpr M d interlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>E bisau: n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d interlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll 6n>Làhsn> est s’organdnifieantuoaa dla> chi’agit paénumber">15 llllllllllrlterlterlterlterlobiliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’ iliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’in l> llllllllllrlterlterlterlterllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>Enon,tnu: n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d Au peut bé Le « chagit panentouemiuis lefpr M d interllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>Supd nu: n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d P5piprer lltibcantacollem d interllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>E ISSN : n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d 1775-42ecal d interllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>ISSN imeut é : n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d 0996-94r De d interlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll M l> llllllllllrlterlterlterlterlrlobiliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’ iliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’in l> llllllllllrlterlterlterlterlllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin t>Accès : n1tiinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’inin d Barnance 26 llllllllllrlterlterlterlterlrlrlobiliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’ ili bilisati//www.openeidenti.éa/8047">Vtég a2cinc lanifieans a peut OpenEidentiall"obiliinterlllllllllllllllllllllllllrlterlterlrlrlobul> llllllllllrlteobiliinterlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’ ilxtandnotbg- av llllllllllrlte bili !-- /DOI / Rri une ca sc--> interlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllnc dd’ ilxtandnotbg- av llllllllllrl 6 interlterltellllrl 6 ll n16"> llllllnc d’in

    interlterlte 6 n16"> ll n16"> n16"> llnc d’ buttti5tandnotistns nuon- av icbuttti> ll !--[if lte IE 9]iinterlnc dd ilnk rel ll ![ saf]-->tv16">16 6<