Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

André Bolzinger La réception de Freud en France

Paris, L'Harmattan, 1999, 191 p. («Psychanalyse et civilisation »)
Dominique Dessertine
p. 300-301

Texte intégral

Grâce à cet ouvrage, dû à un psychanalyste membre de la société de psychanalyse freudienne, on découvre un Freud première manière, spécialiste de neuropathologie infantile, qui était très largement méconnu jusqu'alors. L'auteur se centre sur la décennie 1885-1896, qui commence par la rencontre de Freud avec Charcot et qui s'achève avec la publication, en France, du premier texte décrivant les fondements de la psychanalyse : « L'hérédité et l'étiologie des névroses », paru dans La Revue neurologique.

L'auteur démontre que Freud a connu un succès immédiat dans les milieux médicaux français, à partir de la soutenance de thèse, à Lyon, en 1892, d'un de ses élèves, Pierre Rosenthal. Mais, et c'est l'argument central de l'ouvrage, le succès rencontré alors par Freud tient à ses travaux sur les enfants diplégiques, on dirait aujourd'hui infirmes moteurs cérébraux et non sur la genèse de l'inconscient, même si évidemment les liens existent. La thèse de Rosenthal, Contribution à l'étude des diplégies cérébrales de l'enfance, repose sur les observations de Freud au Kinderkranken Institut (institut des enfants malades) de Vienne, où celui-ci a exercé pendant dix ans. Comme l'auteur l'écrit, « la cause des enfants malades, la cause de mes enfants, la cause de moi enfant, tout cela fait cause commune ». Plusieurs thèses sont soutenues dans les années suivantes dans les universités de France, qui se réfèrent explicitement au docteur autrichien.

Les débats, techniques, sur lesquels l'auteur s'attarde en spécialiste, à partir des écrits scientifiques des contemporains ­ et dans une belle langue, il faut le souligner ­, laissent entrevoir l'essentiel : le rôle du terrain « enfance » dans l'évolution de la médecine. L'étude des paralysies de l'enfant, autant que celle de l'hystérie des adultes, a contribué à déstabiliser l'approche anatomo-clinique, bréviaire de la médecine depuis le début du siècle, et à privilégier l'étude des mécanismes pathogènes. L'ouvrage analyse aussi les raisons de la mise à l'écart ultérieure de Freud, qui ne tiennent pas à lui, mais au contexte scientifique et institutionnel français, marqué à la mort de Charcot (1893) par la revanche des aliénistes sur les neurologues.

Cette histoire savante des concepts, replacée dans le contexte humain des rivalités, des tensions et des réussites sociales, témoigne des tâtonnements d'une période qui voit se rencontrer, et souvent s'opposer, pour la première fois, sur le terrain d'affections d'appréhension difficile, des spécialistes d'origine différente. Les aliénistes (de la société médico-psychologique), les médecins neurologues (autour des Annales de neurologie, lancées par Charcot et Bourneville), les philosophes découvrant la psychologie scientifique comme Ribot, multiplient observations et démarches scientifiques et peinent à trouver un langage commun.

En dépit de fréquents retours sur la chronologie qui en gênent parfois la lecture, ce livre intéressera les lecteurs curieux de comprendre la genèse de la pensée freudienne et la place des maladies de l'enfance dans la réflexion conceptuelle d'un de ceux qui ont refusé le concept de dégénérescence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Dessertine, « André Bolzinger La réception de Freud en France », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 6 | 2004, 300-301.

Référence électronique

Dominique Dessertine, « André Bolzinger La réception de Freud en France », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 6 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/123

Haut de page

Auteur

Dominique Dessertine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page