Navigation – Plan du site
Dossier

La difficile prise en charge de l’enfance abandonnée dans la Biscaye du début du xixe siècle

Difficulties in caring for foundlings in early 19th-century Biscay province
Sylvie Hanicot-Bourdier
p. 25-46

Résumés

La création en 1798 et 1806 de deux maisons d’accueil donne à voir l’impact des lois et des règlements édictés par les autorités royales et provinciales dans la prise en charge des enfants abandonnés d’une région qui conserve une autonomie administrative et financière jusqu’à la fin du xixe siècle. Elle témoigne d’une amélioration des conditions d’existence de l’enfance délaissée biscayenne. Mais, faute de moyens financiers, le sort des orphelins biscayens est, au début du xixe siècle, encore extrêmement précaire. L’ouverture de structures réservées à la seule enfance illégitime concourt à évincer les enfants nés hors mariage de leur foyer d’origine. Elle génère une augmentation des délaissements et paradoxalement la surmortalité de nourrissons que les autorités provinciales sont censées protéger. Elle oblige de surcroît les parents légitimes, qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas conserver leur enfant, à recourir à l’exposition. Aussi, qu’ils soient naturels ou légitimes, l’abandon des plus petits devient, dans la Biscaye du xixe siècle, un fait de société indiscutable.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

1. La création des premières maisons d’accueil de Biscaye
2. Une inexorable progression des abandons
3. Une institution au bord de la banqueroute
4. Une politique d’accueil discriminatoire et ses funestes conséquences

Aperçu du texte

Au xviiie siècle, l’effroyable mortalité des enfants abandonnés suscite l’indignation des esprits éclairés français qui, particulièrement sensibles aux problèmes de l’éducation et de l’enfance marginalisée, dénoncent ce massacre d’innocents. Invoquant des raisons humanitaires, religieuses et économiques, les hommes des Lumières exigent une intervention de l’État au profit d’une meilleure prise en charge de l’enfance délaissée.

En Espagne, dès 1700, Fray Tomás de Montalvo consacre 731 pages à l’insoutenable situation des enfants abandonnés du royaume. Il faut toutefois attendre la fin du xviiie siècle pour que cette question devienne l’une des principales préoccupations des intellectuels espagnols. Le plus connu d’entre eux, Antonio de Bilbao, dénonce en 1789 le décès de milliers d’enfants que la monarchie espagnole maintient dans un état de délaissement et de souffrance intolérable. Considérant ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Hanicot-Bourdier, « La difficile prise en charge de l’enfance abandonnée dans la Biscaye du début du xixe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 25-46.

Référence électronique

Sylvie Hanicot-Bourdier, « La difficile prise en charge de l’enfance abandonnée dans la Biscaye du début du xixe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4014 ; DOI : 10.4000/rhei.4014

Haut de page

Auteur

Sylvie Hanicot-Bourdier

Professeure des universités en civilisation de l’Espagne à l’université de Lorraine. Membre du centre de recherches « Littératures Imaginaire Sociétés » (LIS – EA – 7305)

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page