Skip to navigation – Site map
Dossier

La difficile prise en charge de l’enfance abandonnée dans la Biscaye du début du xixe siècle

Difficulties in caring for foundlings in early 19th-century Biscay province
Sylvie Hanicot-Bourdier
p. 25-46

Abstracts

The establishment of two children’s homes in Biscay province in 1798 and 1806 demonstrates the impact of the regulations issued by the royal and provincial authorities for the care of abandoned children. It is evidence of an improvement in the living conditions of abandoned children in a region that retained some administrative and financial autonomy until the end of the 19th century. As a result of a lack of funds, the fate of these orphans was still highly precarious at the start of the 19th century. The opening of homes for illegitimate children only had the effect of removing children born out of wedlock from their original family homes. It caused an increase in abandonment and, paradoxically, higher mortality among infants the provincial authorities were supposed to be protecting. It also forced legitimate parents who would not or could not keep their children to leave them to be found. The abandonment of the newly born, whether legitimate or illegitimate, became an undeniable social phenomenon in 19th-century Biscay.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on November 2019.

Outline

1. La création des premières maisons d’accueil de Biscaye
2. Une inexorable progression des abandons
3. Une institution au bord de la banqueroute
4. Une politique d’accueil discriminatoire et ses funestes conséquences

First lines

Au xviiie siècle, l’effroyable mortalité des enfants abandonnés suscite l’indignation des esprits éclairés français qui, particulièrement sensibles aux problèmes de l’éducation et de l’enfance marginalisée, dénoncent ce massacre d’innocents. Invoquant des raisons humanitaires, religieuses et économiques, les hommes des Lumières exigent une intervention de l’État au profit d’une meilleure prise en charge de l’enfance délaissée.

En Espagne, dès 1700, Fray Tomás de Montalvo consacre 731 pages à l’insoutenable situation des enfants abandonnés du royaume. Il faut toutefois attendre la fin du xviiie siècle pour que cette question devienne l’une des principales préoccupations des intellectuels espagnols. Le plus connu d’entre eux, Antonio de Bilbao, dénonce en 1789 le décès de milliers d’enfants que la monarchie espagnole maintient dans un état de délaissement et de souffrance intolérable. Considérant ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Hanicot-Bourdier, « La difficile prise en charge de l’enfance abandonnée dans la Biscaye du début du xixe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 25-46.

Electronic reference

Sylvie Hanicot-Bourdier, « La difficile prise en charge de l’enfance abandonnée dans la Biscaye du début du xixe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [Online], 19 | 2017, Online since 27 November 2019, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4014 ; DOI : 10.4000/rhei.4014

Top of page

About the author

Sylvie Hanicot-Bourdier

Professeure des universités en civilisation de l’Espagne à l’université de Lorraine. Membre du centre de recherches « Littératures Imaginaire Sociétés » (LIS – EA – 7305)

Top of page

Copyright

© PUR

Top of page