Navigation – Plan du site
Dossier

Les premiers socialistes et les femmes abandonneuses (1830-1850)

Early socialists and women who abandon (1830-1850)
Nathalie Brémand
p. 47-66

Résumés

La question des enfants trouvés est très présente dans les écrits des premiers socialistes, car pour eux il s'agit d'un problème grave dû à la mauvaise organisation sociale du moment. À leurs yeux ce ne sont pas les femmes abandonneuses qui sont responsables de l'acte d'abandon, mais la misère économique, le manque d'éducation et le rejet dont sont victimes les filles-mères qui les poussent à cet acte. Les socialistes pointent aussi du doigt la responsabilité des hommes et dénoncent le harcèlement sexuel dont sont victimes les femmes du peuple. L'abandon est ainsi présenté comme le résultat des inégalités de classe. C’est pour les protéger et pour protéger leurs enfants, qu'ils s’opposent tous, inconditionnellement, à la fermeture des tours et se prononcent à l'occasion pour l'aide aux femmes seules et pour la recherche de la paternité. Les raisons de l'abandon et la situation des enfants trouvés, qu'ils dénoncent avec véhémence, ne sauraient exister en tout état de cause dans le type de société dont ils veulent voir l'avènement.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

La femme abandonneuse, victime de la société
Pour le maintien des tours et l'aide aux filles-mères
Protéger la femme pour qu'elle puisse être mère
Conclusion

Aperçu du texte

Les socialistes français de la première moitié du xixe siècle portent une attention toute particulière à la question des enfants trouvés. Elle est abordée dans leurs écrits théoriques comme exemple typique des dysfonctionnements de l’époque : leurs doctrines partent d’une critique globale de la société et c’est en dénonçant les problèmes et en fustigeant l’incapacité des gouvernements, des institutions, des pouvoirs publics à les régler qu’ils tentent de convaincre leurs contemporains de la nécessité d'un changement social. Ce sujet est aussi traité dans les enquêtes que certains d'entre eux mènent pour témoigner des conditions de vie difficiles de leurs contemporains. Pierre Vinçard, neveu du chansonnier Jules Vinçard et rédacteur de plusieurs journaux ouvriers, publie par exemple, dans La Presse, une longue étude sur Le Prolétariat français au xixe siècle ou Paupérisme français au xixe siècle, qui comprend un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Brémand, « Les premiers socialistes et les femmes abandonneuses (1830-1850) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 47-66.

Référence électronique

Nathalie Brémand, « Les premiers socialistes et les femmes abandonneuses (1830-1850) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4024

Haut de page

Auteur

Nathalie Brémand

Conservatrice des bibliothèques, Nathalie Brémand est docteure en histoire (Paris 4) et chercheure associée de l’université de Poitiers (CRIHAM).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page