Navigation – Plan du site
Dossier

L’enfant abandonné et sa famille d’origine : quel lien après la séparation ?

Le cas des Basses-Alpes durant la IIIRépublique
The abandoned child and its biological family: what ties after separation? Basses-Alpes département under the French Third Republic
Isabelle Grenut
p. 67-85

Résumés

Dans les Basses-Alpes, département rural du sud-est de la France, 805 enfants sont admis à l’assistance entre 1874 et 1923, et placés dans des familles nourricières, sous la tutelle de l’administration, incarnée par l’inspecteur départemental. Pour autant, le lien avec leur famille biologique peut ne pas se rompre tout à fait. Ainsi, durant la IIIe République, les parents peuvent demander des nouvelles de leur enfant, et même le retirer, sous certaines conditions imposées par l’administration. Toutefois, l’Assistance publique encadre tout contact entre parents et enfants avec fermeté, afin de décourager l’abandon par la rupture franche du lien. Pour cette raison peut-être, les filles-mères correspondent assez peu avec les autorités, ou attendent la majorité de leur enfant pour oser le faire. Malgré la rigueur et la sévérité affichées de l’institution, qui impose théoriquement le secret du lieu de placement ou qui prohibe toute correspondance directe, certaines familles parviennent à contourner les règlements, parfois avec la bienveillance complice de ceux qui sont censés les faire respecter.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Un département rural peu touché par l’abandon
Entre parents et enfants placés, des ruptures relatives ?
Le secret du placement, une obligation incontournable ?
Contre l’avis des autorités, du contournement au rapt
Adoucir la règle : tolérances et dérogations mesurées
Correspondances parcimonieuses : dans « l’intérêt de l’enfant »
Obtenir des nouvelles, de la gêne à l’obstination
Des échanges strictement réglés par l’administration
« Est-elle-en bonne santé oui ?… non ?… »
Rythme des demandes : un temps étiré

Aperçu du texte

« Un fil violet passé à travers d’un petit pois rond » accompagne, en mars 1822, une fillette abandonnée à l’hospice Sainte Barbe de Manosque. On la prénomme Ariane, en raison du fil peut-être, un simple fil laissé par sa mère pour ne pas se perdre tout à fait.

Durant la période de forte montée des abandons, dans le premier tiers du xixe siècle, l’abandon anonyme dans le tour, instauré par le décret de 1811, puis critiqué en raison de sa trop grande accessibilité, favorise la rupture du lien entre l’enfant abandonné et ses parents. Or, certains parmi ces derniers, des mères seules le plus souvent, laissent avec l’enfant un objet, une marque ou un billet portant diverses recommandations concernant le prénom, le baptême et la qualité des soins dont on espère qu’il sera entouré. À Manosque, un quart environ des enfants abandonnés entre 1810 et 1830 en sont porteurs. Ce signe de reconnaissance, bien souve...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Grenut, « L’enfant abandonné et sa famille d’origine : quel lien après la séparation ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 67-85.

Référence électronique

Isabelle Grenut, « L’enfant abandonné et sa famille d’origine : quel lien après la séparation ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4031 ; DOI : 10.4000/rhei.4031

Haut de page

Auteur

Isabelle Grenut

Salariée de la fonction publique hospitalière, Isabelle Grenut est doctorante de l’UMR 7303 TELEMME (Temps, Espace, Langage, Europe méridionale- Méditerranée), Aix-Marseille Université-CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page