Navigation – Plan du site
Dossier

Des pupilles ordinaires. Les enfants juifs recueillis par l’Assistance publique de Paris sous l’Occupation (1940-1944)

Ordinary cases. Jewish children taken in by Paris Assistance publique during the Occupation (1940-1944)
Antoine Rivière
p. 87-117

Résumés

Parmi les 55 000 mineurs recueillis par l’Assistance publique de Paris entre 1940 et 1944, 184 enfants juifs ont été identifiés à l’issue d’une enquête inédite dans les archives de l’Aide sociale à l’enfance. Fils et filles d’immigrés d’Europe de l’Est, ils sont issus des populations juives les plus vulnérables de la capitale. Si l’admission au service des Enfants assistés a ainsi presque toujours lieu sur fond de pauvreté, l’arrestation des parents en est dans bien des cas la raison décisive. Il semble aussi que certaines familles fassent le choix délibéré d’abandonner leurs enfants dans l’espoir de les sauver. Les pupilles juifs de l’Assistance publique ont été semble-t-il relativement épargnés par les persécutions, contrairement à leurs proches. Cela tient principalement à ce que les autorités de l’époque n’ont pas mené de traque systématique parmi les enfants assistés. La seconde explication est que l’administration parisienne a traité ces enfants juifs comme les autres enfants, et qu’à la campagne, auprès des nourriciers à qui elle les avait confiés, ils ont bénéficié d’un relatif anonymat parmi les autres pupilles de l’Assistance. Cette uniformité de traitement a créé des situations ressenties comme iniques au lendemain de la guerre, lorsque les règlements et la culture de l’institution ont empêché des retrouvailles familiales ou condamné certains enfants à vivre dans l’ignorance de leur histoire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Les enfants et leurs parents : de l’Europe de l’Est à la rue Denfert-Rochereau
Les enfants juifs de l’Assistance : 184 pupilles et recueillis temporaires
Des familles pauvres d’origine étrangère
Les causes de l’admission à l’Assistance publique : la misère et les persécutions
L’Assistance publique, un refuge ?
Des enfants cachés ?
Des enfants sauvés
Une culture protectrice ?
Après la guerre : l’Assistance publique et l’intérêt de ses pupilles
Reconstituer les familles
Réparer les préjudices
Connaître ses origines
Conclusion

Aperçu du texte

Paris, 17 juin 1942. Un agent de police se présente au 74 rue Denfert-Rochereau. Là se situe l’hospice des Enfants assistés du département de la Seine, où les indigents et les filles-mères peuvent confier leurs enfants à l’Assistance publique. L’adresse ne lui est sans doute pas inconnue : les gardiens de la paix viennent régulièrement y déposer des enfants perdus ou abandonnés dans la rue. Cette fois, il est accompagné d’un garçon de quatre ans, Joseph Nadanowska, que personne n’est venu chercher à sa sortie de l’école. À l’employé qui les reçoit, il expose la situation : la « mère [est] disparue de son domicile depuis le 15 juin 1942 », et personne à l’hôtel misérable où elle logeait ne peut s’occuper de son fils. Dans le bulletin d’admission, première pièce constitutive du dossier individuel des enfants assistés, l’employé transcrit les informations que lui donne le policier – la mère s’appelle Szajndla, elle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Rivière, « Des pupilles ordinaires. Les enfants juifs recueillis par l’Assistance publique de Paris sous l’Occupation (1940-1944) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 87-117.

Référence électronique

Antoine Rivière, « Des pupilles ordinaires. Les enfants juifs recueillis par l’Assistance publique de Paris sous l’Occupation (1940-1944) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4047 ; DOI : 10.4000/rhei.4047

Haut de page

Auteur

Antoine Rivière

Historien, maître de conférences à l’université Paris 8, membre du CIRCEFT (EA4384).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page