Navigation – Plan du site
Varia

Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux années soixante-dix

Placement and working with families at the Éducation surveillée (1945-1970’s)
Jean-Jacques Yvorel
p. 169-184

Résumés

Aujourd’hui, en France, le placement d’un mineur délinquant ou d’un enfant en danger ne saurait être synonyme de rupture familiale. Ce qui semble désormais relever de l’évidence est pourtant une « invention » récente. L’association d’un placement avec le maintien des liens familiaux date-t-elle de ce qui est généralement présenté comme le moment fondateur de la justice des mineurs d’après-guerre, à savoir l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante ? Faut-il attendre l’installation de la Ve République voire les changements post-soixante-huit pour qu’elle constitue un axe incontournable du « travail éducatif » ? Il ne s’agit pas de retracer ici l’histoire de la justice des mineurs depuis la Libération mais juste d’ouvrir quelques pistes de réflexion sur les transformations du « travail avec les familles » dans le cadre des structures d’hébergement du service public de l’Éducation surveillée entre 1945 et les années soixante-dix.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Introduction
La justice des mineurs et l’Éducation surveillée en 1945
L’héritage de la pénitentiaire
Le lien délinquance, famille, éducation (1945-1952)
Les interrogations des années 1950-1960
Postcure et foyer de semi-liberté
Le tournant des années soixante/soixante-dix
Du maintien des liens enfants / familles…
… Au triomphe du principe du travail avec les familles
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Qu’ils soient appelés projet pédagogique, projet de service, projet d’établissement, vous trouverez désormais dans tous les textes qui entendent présenter le fonctionnement des structures qui accueillent des mineurs sous mandat judiciaire un développement plus ou moins long consacré au « travail avec les familles ». Aucun directeur d’un service d’hébergement du secteur public de la Protection judiciaire de la jeunesse, qu’il s’agisse d’un foyer largement ouvert sur le monde extérieur ou d’un centre éducatif fermé, ne pourrait faire valider par l’administration un projet qui laisserait de côté la famille. Le placement ne saurait être synonyme de rupture familiale. Ce qui semble aujourd’hui relever de l’évidence est pourtant une « invention » récente. L’association placement / travail avec les familles date-t-elle de ce qui est généralement présenté comme le moment fonda...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Yvorel, « Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux années soixante-dix », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 169-184.

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux années soixante-dix », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4077 ; DOI : 10.4000/rhei.4077

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Chercheur à l'ENPJJ, chercheur associé au CESDIP et au CRHXIX, corédacteur en chef de la Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page