Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marcel Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique (xviie-xviiie siècles)

Préface Jean Delumeau, Paris, Les Éditions du Cerf, 2003, 23,5 cm, 404 p., (« Histoire religieuse de la France », 23), 33 €
Jacques Le Brun
p. 371-372
Référence(s) :

Marcel Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique (xviie-xviiie siècles), préface Jean Delumeau, Paris, Les Éditions du Cerf, 2003, 23,5 cm, 404 p., (« Histoire religieuse de la France », 23), 33 €

Texte intégral

1Des nombreux articles que, depuis plus de trente ans, Marcel Bernos avait consacrés à l’histoire de la condition féminine dans le catholicisme moderne en France, le présent volume rassemble un choix d’une douzaine de chapitres remaniés et méthodiquement organisés. Conception de la femme (nature, vertus), la femme en ses divers états (jeune fille, épouse, mère, veuve, religieuse, etc.), le regard des clercs sur les femmes, les discours qu’ils tiennent sur elles, la dépendance ou la relative autonomie des uns et des autres : autant de questions qui, sans épuiser un immense sujet, reçoivent leur unité du dessein que l’auteur poursuit tout au long de son livre, établir si et dans quelle mesure les hommes d’Église catholiques (théologiens, spirituels ou pasteurs) ont manifesté aux xviie et xviiie siècles une particulière misogynie, s’ils ont eu sur les femmes un regard plus ou moins négatif que celui que portait sur elles la société du temps. Le propos peut sembler apologétique, défendre l’Église catholique et ses représentants d’une accusation fréquemment formulée de nos jours et relancée naguère par le refus romain d’examiner même la possibilité d’un sacerdoce institutionnel féminin. Même si cette préoccupation n’est pas absente de ces pages, cependant, ni « plaidoyer », ni « justification » (p. 346), elle manifeste surtout une tentative de « compréhension » soucieuse d’écarter tout anachronisme dans ses « jugements » (p. 343). Elle y parvient d’abord grâce à une considérable information : l’auteur s’appuie non seulement sur les « grandes » œuvres, mais aussi sur une impressionnante masse de documents, livres de piété, méditations, textes normatifs (règles, constitutions, etc.), correspondances, recueils de cas de conscience, biographies spirituelles, documents d’archives. Cette immense érudition ne trouve ses limites qu’en de rares cas, par exemple lorsque des travaux récents ont fait douter du caractère « libéral » (le mot, employé à plusieurs reprises, p. 245, 261, etc., n’est pas très heureux) de saint François de Sales (cf. V. Mellinghoff-Bourgerie, François de Sales. Un homme de lettres spirituelles, Droz, 1999), ou ont rendu caduc presque tout ce qui a été écrit sur Élisabeth de Ranfaing (et non : Ransaing, p. 200) et sur les Refuges (cf. la thèse inédite de Louis du Bois pour le diplôme de l’EPHE, 2002. Signalons aussi un détail, p. 168 : le texte de Fénelon ne peut s’adresser à la duchesse de Beauvilliers, cf. Fénelon, Œuvres, Pléiade, t. II, p. 1125 et sv. et les notes).

2Quelques arguments récurrents dans le livre de M. Bernos méritent d’être mis en valeur et analysés en eux-mêmes dans toutes leurs conséquences sans se limiter à leur effectivité dans la discussion. Ainsi le recours aux « sources » (par ex. p. 42, 71-72, etc.), écrivains antiques (comme Platon ou Aristote), sources bibliques (par ex. Prov., XXXI) ou patristiques (l’usage de Tertullien ou de saint Jérôme ou, p. 46, des Pères grecs) : au-delà d’une hypothétique « vérité » des textes, l’usage des textes, ou l’exégèse elle-même, est intéressant, quel que soit l’écart entre ce que les hommes du xviie siècle pouvaient lire et ce que lisent les hommes d’aujourd’hui. Ainsi l’argument, qui dépasse de loin la pratique de l’époque moderne et dont on peut se demander s’il ne constitue pas une des structures fondamentales du fonctionnement de la morale dans le catholicisme, la distinction entre la norme, rigide, et la pratique ou l’application, bienveillantes ou indulgentes, distinction qui permet toutes les casuistiques et toutes les interprétations de l’historien. Troisième argument, qui rejoint les précédents, celui du « genre littéraire », qui permet d’opérer une sorte de déhiscence entre ce que dit le texte et ce qu’il doit dire en référence à ses conditions de possibilité. Questions fondamentales que soulève ce livre très riche, qui non seulement apporte une incomparable documentation, mais, à partir de son argumentation et de son écriture mêmes, fait réfléchir sur l’opération historiographique, ses conditions, ses limites et ses résultats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Brun, « Marcel Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique (xviie-xviiie siècles) », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2005, 371-372.

Référence électronique

Jacques Le Brun, « Marcel Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique (xviie-xviiie siècles) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/4197

Haut de page

Auteur

Jacques Le Brun

EPHE (Sciences religieuses), Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals