Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Louis Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922)

Édition établie et annotée par Florence Callu, Rome, École française de Rome, 2009, 674 p., 25 cm, 54 €, ISBN 978-2-7283-0859-0
Louis-Pierre Sardella
p. 155-156
Référence(s) :

Louis Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922). Édition établie et annotée par Florence Callu, Rome, École française de Rome, 2009, 674 p., 25 cm, 54 €, ISBN 978-2-7283-0859-0.

Texte intégral

1Florence Callu vient de mener à bien un projet que Bruno Neveu, trop tôt disparu, n’a pu achever. Il s’agit de la publication des 590 lettres et billets divers adressés durant vingt ans par Mgr Duchesne à Mme Bulteau.

2Femme du monde cultivée, romancière et journaliste tenant chronique au Gaulois puis au Figaro, Mme Bulteau dont le salon parisien accueillait écrivains et hommes politiques de premier plan, a tenu une place importante dans la vie de Mgr Duchesne. À la suite de leur rencontre à Rome en 1902, elle devint en effet très vite une confidente avec laquelle il pouvait s’exprimer librement et une inspiratrice dont il a suivi les suggestions. C’est ainsi à l’instigation de Mme Bulteau que le Directeur de l’École française entreprit son Histoire ancienne de l’Église (et il la tient régulièrement informé de son avancement), c’est elle aussi qui le poussa à faire acte de candidature à l’Académie française.

3Même s’il ne nous est ici restitué qu’un monologue (les lettres de Mme Bulteau à Mgr Duchesne ont vraisemblablement été détruites par dom Henri Quentin), il s’agit toutefois d’un ensemble documentaire d’un grand intérêt. Au-delà de la chronique quasi proustienne de la vie mondaine romaine dans la description de laquelle l’esprit caustique de Mgr Duchesne excelle, particulièrement à l’encontre des ecclésiastiques de la Curie, ces lettres, rédigées parfois plusieurs jours d’affilés, ce qui leur donne une allure de journal, permettent d’entrer plus avant dans la manière dont il analysait les grands problèmes du moment : politique religieuse de la France, guerre mondiale, éventuelle reprise des relations diplomatiques entre Paris et le Saint Siège, vis-à-vis desquelles il ne manifeste pas d’enthousiasme particulier. Elles sont à cet égard un témoignage important sur les milieux politiques et religieux dans lesquels évoluaient le Directeur de l’École française et Mme Bulteau. Mais elles sont en outre un témoignage capital sur la manière dont Mgr Duchesne a vécu ce qui le touchait de plus près : les péripéties de sa candidature à l’Académie française ; son jugement sévère sur la politique intransigeante de Pie X pour lequel il n’a pas de mots assez durs : « Le pape […] est de plus en plus fou » (22 septembre 1911) ; sa détresse croissante devant la perspective d’une mise à l’Index de son Histoire (après la première alerte de l’été 1910, la campagne reprend après sa réception à l’Académie, en février 1911 et il en rend en partie responsable « l’imbécile discours de Lamy » dont certaines affirmations : « Votre Histoire […] cache Dieu. L’action des hommes, en effet, y apparaît seule » ont été immédiatement exploitées par la presse intransigeante en France et à Rome) ; son pessimisme croissant « Tout croule autour de nous, l’Église, l’État, toutes les formes de société » (7 mai 1911) ; son inquiétude sur son avenir quand se profile la perspective de la fin de ses fonctions à la tête de l’École française de Rome. De ce point de vue, elles donnent du personnage une image plus complexe et plus attachante que celle habituellement admise.

4S’il ne faut pas chercher dans cet ouvrage de révélations nouvelles dans la mesure où l’essentiel de cette correspondance était connue par la présentation qu’en avait faite Bruno Neveu en 1973 et par son utilisation dans le Louis Duchesne de Brigitte Waché, il faut saluer cette publication qui nous en restitue la totalité avec des notes précises et abondantes (1406) éclairant des événements et des personnages aujourd’hui bien oubliés et un index de 30 pages (près de 1500 entrées) qui fait de cet ouvrage un instrument de travail très précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis-Pierre Sardella, « Louis Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922) », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2012, 155-156.

Référence électronique

Louis-Pierre Sardella, « Louis Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 04 avril 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/7885

Haut de page

Auteur

Louis-Pierre Sardella

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals