Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marina Benedetti (éd.), Valdesi medievali. Bilanci e prospettive di ricerca

Turin, Claudiana (« Studi storici »), 2009, 324 p., 24 cm, 30 €, ISBN : 978-88-7016-774-0.
Valentina Toneatto
p. 544-547
Référence(s) :

Marina Benedetti (éd.), Valdesi medievali. Bilanci e prospettive di ricerca, Turin, Claudiana (« Studi storici »), 2009, 324 p., 24 cm, 30 €, ISBN : 978-88-7016-774-0.

Texte intégral

1Le volume rassemble les contributions des plus grands spécialistes de l’histoire vaudoise, et rend compte des résultats du congrès sur les Vaudois au Moyen Âge, qui s’est tenu en 2008 à l’Université de Milan. Les articles des experts côtoient les contributions de spécialistes d’autres secteurs qui ont accepté le défi de se mesurer avec ce thème de recherche, ouvrant ainsi des perspectives nouvelles. La participation de non spécialistes des questions vaudoises est un choix qui permet, selon Marina Benedetti, de remettre en discussion des traditions historiographiques désormais rigidifiées et de modifier la perception habituelle de certains problèmes d’histoire vaudoise. Le colloque de 2008 se place dans la continuité des rencontres décennales organisées par Gabriel Audisio à Aix-en-Provence en 1988 et 1998. Entre ces deux dates des changements importants ont eu lieu : une saison fructueuse, caractérisée par l’édition de sources et par des études innovantes portant surtout sur la période des origines du mouvement vaudois, est suivie, pendant les années 1990, par la parution d’ouvrages de synthèse. Le rythme des publications s’est ensuite ralenti. La rencontre de 2008 témoigne de l’émergence de directions nouvelles qui viennent combler les vides laissés par la recherche précédente.

2Une première partie est consacrée à l’historiographie et aux sources. Les parcours historiographiques et les changements intervenus dans ce domaine de recherche entre 1998 et 2008 sont mis en exergue dans l’article de Grado Giovanni Merlo qui ouvre le volume (« Itinerari storiografici dell’ultimo decennio ») en résumant les problématiques, les approches et les difficultés méthodologiques. L’article de Peter Biller (« Editions of trials and lost Texts ») analyse le rapport délicat entre la documentation effectivement produite et celle qui a survécu jusqu’à nos jours, en réfléchissant en particulier aux textes perdus. Grâce à la bibliographie sur les Vaudois (1998-2008) de Albert de Lange (en annexe), les chercheurs ont accès à un condensé de la production historiographique des dix dernières années, permettant une évaluation objective des tendances des études vaudoises. En outre, la présentation du site de bibliographie interactive en quatre langues (www.bibliographie-vaudoise.com) offre un instrument de recherche performant, capable de dégager désormais ce secteur de l’histoire religieuse de sa position marginale.

3La deuxième partie du volume est dédiée aux itinéraires de recherche sur les Vaudois. Les contributeurs se mesurent avec des réalités géographiques diversifiées qui vont de Montauban en Languedoc à la basse vallée du Rhône, de Strasbourg à Fribourg, des Alpes piémontaises à Zürich. Dans cette section, quelques contributions émergent pour la nouveauté de l’approche ou pour l’intérêt du thème : les articles de Jörg Feuchter (« All’ombra dei catari. Valdesi nella società “pluri-ereticale” della Linguadoca nel primo Duecento »), de Jacques Chiffoleau et de Simone Balossino (« Valdesi e mondo comunale in Provenza nel Duecento »), de Luca Patria (« “Sicut canis rediens ad vomitum”. Lo spaesamento dei valdesi nel balivato sabaudo della diocesi di Torino fra Tre et Quattrocento »). Signalons aussi l’article de Marina Benedetti (« “Caute et secrete”. Circolazione di predicatori itineranti nelle Alpi occidentali tra medioevo e età moderna ») qui jette une lumière nouvelle sur la circulation des barbes, les prédicateurs vaudois, dans les Alpes occidentales entre la fin du xve et le début du xvie, en s’attaquant à une série de problèmes irrésolus concernant notamment l’identité fuyante des prédicateurs itinérants, leur recrutement local et, souvent au sein des mêmes familles, l’existence de hiérarchies internes et les parcours missionnaires. Les articles de L. Patria, J. Chiffoleau et S. Balossino offrent en particulier une reconstruction minutieuse des contextes socio-politiques dans lesquels évolue l’hérésie, permettant de renouveler l’interprétation des témoignages sur le mouvement vaudois. J. Chiffoleau et S. Balossino s’intéressent aux liens entre hérésie et société dans les communes de la basse vallée du Rhône entre le début du xiiie et le début du xive siècle, en exploitant une documentation peu utilisée dans les recherches d’histoire religieuse et plus particulièrement vaudoise : les actes de la pratique produits par les chancelleries épiscopales et communales. En l’absence de sources inquisitoriales assez consistantes et face à des traités polémiques de datation postérieure au début du xiiie siècle, l’emploi des actes de la pratique dans l’étude des phénomènes religieux permet une meilleure compréhension des dynamiques internes à la société citadine locale, caractérisée souvent par des rapports conflictuels entre institutions ecclésiastiques et institutions communales. Elle permet de mettre en évidence le sens politique de l’accusation d’hérésie portée contre des groupes socio-politiques émergents dans les communes face à l’affirmation du pouvoir pontifical et capétien dans la région. Luca Patria procède à l’analyse (et à la correction de nombreuses erreurs d’édition) de la procédure à l’encontre de l’hérétique Giovanni Sensi, datée du début du xve siècle. Son étude permet d’entrevoir les nouveautés que ce texte introduit dans les pratiques inquisitoriales en Savoie (Val di Susa), restées encore fragmentaires et peu efficaces, ainsi que la direction générale empruntée par la répression qui suit les chemins de l’affirmation d’un groupe restreint de familles à la tête de la société locale et qui favorise la cristallisation de l’ordre social dans la région. L’analyse des liens supposés par les inquisiteurs entre les hérétiques savoyards et les musulmans d’Espagne révèle le climat d’anxiété (et peut-être du moins son utilisation par les accusateurs) induit par la pression ottomane en Europe centrale et par la lourde défaite de l’aristocratie savoyarde et bourguignonne à Nicopolis (1396), face à l’infanterie de Bajazet Ier.

4La troisième partie du volume est consacrée à la littérature vaudoise : une présentation technique de l’édition de 162 sermons vaudois introduit le problème du rapport entre la parole des prédicateurs et l’écrit des inquisiteurs (S. Vigna Surìa), de même que la présence d’une littérature d’origine hussite et thaborite (R. Cegna) éclaire la spécificité de la prédication vaudoise. L’utilisation liturgique du Pasteur d’Hermas (R. Cacitti) et de la prière de Manassé (G.B. Bazzana) ouvre des pistes de recherche sur les interprétations vaudoises des anciens textes chrétiens ou des apocryphes.

5À l’intérieur de ce volume qui donne un aperçu très large de la question vaudoise et de l’état des études dans le secteur, quelques contributions suscitent néanmoins des réserves. Wolfram Benziger analyse la relation entre la législation pontificale et le développement du valdéisme en se penchant sur une période d’innovation juridique fondamentale, allant de la diffusion du Decretum Gratiani (à partir de 1150) jusqu’à 1348. Si l’hypothèse semble féconde – l’essor du mouvement hérétique des pauvres de Lyon aurait influencé la législation pontificale en matière d’hérésie – les conclusions déçoivent un peu, surtout en ce qui concerne l’interprétation des premiers textes qui condamnent les vaudois : l’explication prend seulement en compte les mécanismes – internes au système du droit canonique – producteurs de catégories juridiques, en méconnaissant les apports des travaux de Michel Rubellin sur la situation politique et l’histoire socio-économique de Lyon « au temps de Valdès ». Tout en donnant accès à une source sérielle intéressante – les registres des notaires fribourgeois qui débutent à la moitié du xive siècle – et aux destins de quelques familles de marchand vaudois originaires de Strasbourg et émigrés à Fribourg, l’article de Georg Modestin reste prisonnier d’une problématique simpliste, celle de la contradiction entre « le quotidien des vaudois strasbourgeois et l’ancien idéal vaudois de pauvreté » (p. 110). Pour nombre d’historiens, l’esprit de lucre des marchands et l’esprit de pauvreté évangélique, qui a inspiré beaucoup de mouvements hérétiques mais qui fonde aussi le rapport au monde des Ordres mendiants, ne font jamais bon commerce, en dépit d’avancées historiographiques récentes sur les rapports entre Église et économie à la fin du Moyen Âge (voir les travaux de Giacomo Todeschini, visiblement toujours méconnus).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Toneatto, « Marina Benedetti (éd.), Valdesi medievali. Bilanci e prospettive di ricerca », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2012, 544-547.

Référence électronique

Valentina Toneatto, « Marina Benedetti (éd.), Valdesi medievali. Bilanci e prospettive di ricerca », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 24 janvier 2013, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8002

Haut de page

Auteur

Valentina Toneatto

Université de Rennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals