Navigation – Plan du site

Contrôler les démons

Formules magiques et rituelles dans la tradition juive entre les sources qumrâniennes et la Genizah
Controlling the Demons: Magic and Rituals in the Jewish Tradition from the Dead Sea Scrolls to the Cairo Genizah
Emma Abate
p. 273-295

Résumés

Cet article examine des pratiques d’écriture rituelle d’origine juive destinées à des prophylaxies antidémoniaques et qui s’étendent de l’époque hellénistique au Moyen Âge. En comparant des formules provenant de sources diverses, notamment des instructions tirées de Papyrus Magiques Grecs, des prières apotropaïques qumrâniennes et des fragments de la Genizah du Caire, apparaissent des traits distinctifs de la procédure exorciste. À travers l’analyse d’un patrimoine traditionnel qui fut codifié dans le judaïsme du Second Temple, il est possible de décrire des schémas récurrents d’expulsion démoniaque qui traversent les siècles dans une zone assez vaste de la Méditerranée orientale.

Haut de page

Texte intégral

1Cette contribution a pour objet l’analyse de divers types de documents appartenant à la tradition juive méditerranéenne et orientale, qui attestent de pratiques d’écriture rituelle destinées à obtenir le contrôle d’entités invisibles nommées shedim (démons) et ru·hot (esprits).

2L’écriture se révèle un instrument extrêmement puissant et efficace dans les exorcismes et prophylaxies antidémoniaques. Les documents comportent des prières apotropaïques, des enchantements et des textes d’instruction que l’on peut rapporter à la fois à un contexte domestique, didactique ou liturgique. Leur physionomie reflète, de manière fuyante à cause du morcellement des sources et des inconnues de temps et de lieu, la diversité des occasions où l’on a eu recours à ces pratiques entre la période hellénistique et le Moyen Âge. Leur structure formulaire signale leur appartenance à un patrimoine traditionnel pluriséculaire qui s’est formé dans le judaïsme du Second Temple (vie siècle avant – ier siècle de notre ère) et qui est resté cohérent et quasiment inchangé pendant des siècles.

  • 1  Corpus de papyrus compilés du iie au ve siècle, renfermant des formules magiques pour des occasion (...)
  • 2  PGM, IV. 1227-64, 3007-86.
  • 3  Maurice Baillet, Discoveries in the Judean Desert VII, Qumrân grotte 4.III (4Q482-4Q520), Oxford, (...)

3Notre intention est de montrer tant la variété que les éléments de continuité qui connotent cette typologie textuelle. En premier lieu, deux prescriptions d’origine judéo-hellénistique conservées dans les Papyrus Magiques Grecs1 (iie-ve siècle après J.-C.), seront examinées : elles constituent les témoignages les plus complets qui nous soient parvenus depuis l’Antiquité tardive2. Leur examen permet de proposer la reconstitution des phases d’un rituel exorciste et de dessiner l’architecture d’une conjuration antidémoniaque. L’explication de ces éléments ouvrira sur une comparaison avec les témoignages plus lacunaires et fragmentaires de la tradition juive précédente. Nous examinerons aussi des fragments de rouleaux retrouvés à Qumrân3, qui contiennent des hymnes et formules en hébreu et en araméen datant des ier siècle avant – ier siècle de notre ère.

  • 4  Joseph Naveh, Shaul Shaked, Amulets and Magic Bowls: Aramaic Incantations of Late Antiquity, Jérus (...)
  • 5  Philip S. Alexander, « Incantations and Books of Magic », dans Emil Schürer éd., The History of th (...)
  • 6  Le terme genizah désigne un lieu interne à une synagogue où sont conservés tous types de témoignag (...)
  • 7  Cf. ms Heb. e. 44, ff. 78-79 et ms Heb. f. 61, ff. 40-41, dans Adolf Neubauer, Arthur E. Cowley, C (...)

4Entre les périodes antique et médiévale, la diffusion de pratiques magiques destinées à contrôler démons et esprits se manifeste surtout dans les découvertes archéologiques – par exemple des ustensiles destinés à la protection domestique comme les coupes magiques babyloniennes (ive-viisiècles)4 –, et dans une documentation indirecte, les littératures judéo-hellénistique, rabbinique et mystique5. Nous manquons toutefois de témoignages directs de rituels exorcistes. Néanmoins, un fil direct semble relier les témoignages médiévaux provenant de la Genizah du Caire6 à la tradition de l’Antiquité tardive. Aussi clôturerai-je l’article en examinant deux fragments inédits (conservés à la Bodleian Library d’Oxford) de rituels démoniaques provenant du répertoire de manuscrits magiques de la Genizah et datables des xie-xiiie siècles, car ils démontrent à la fois les développements et la persistance du genre dans le contexte judéo-égyptien médiéval7.

5Je commencerai par introduire à la nature des démons et à l’imaginaire démonologique et magique juif.

L’imaginaire démonologique juif et la tradition magique

6La pensée juive antique et médiévale est caractérisée par une réelle ambivalence vis-à-vis de la diffusion des arts magiques dans leur ensemble, et des rituels démonologiques en particulier, bien qu’ils entrent dans la liste des pratiques magiques condamnées dans Deutéronome 18 :9-15 - Lévitique 19 :26 - Nombres 23 :23.

  • 8  Voir en particulier Lévitique 16 : 8, 10, 26 ; Deutéronome 32 : 17 ; 1 Samuel 19 : 8 ; Isaïe 34 : (...)

7La croyance aux esprits et aux démons est attestée dans les témoignages classiques, bibliques et talmudiques. Shedim, ru·hot, Lilit et ‘Aza’zel, ou encore les anges rebelles, font leur première apparition dans la Torah, dans les Prophètes et dans les Psaumes8.

  • 9  Paolo Sacchi, Storia del Secondo Tempio. Israele tra VI secolo a. C e I secolo d.C., Torino, 2002, (...)
  • 10  Gideon Bohak, Ancient Jewish Magic, p. 135-144.
  • 11  Pour les références à Satan, voir Job 1 :6-2 :10 et 1 Hénoch 53 :3 & 54 :6 (cf. James H. Charleswo (...)
  • 12  Philip S. Alexander, « The Demonology », p. 331-353.

8La foi en un univers organisé hiérarchiquement et fonctionnant par l’intervention de pouvoirs cosmiques dépendants de la volonté divine se diffuse dans le judaïsme du Second Temple à partir d’une contamination perse9. Le monde est entendu comme un complexe habité par des forces angéliques, infernales et démoniaques, qui l’animent et veillent à ses différentes fonctions. La démonologie s’est surtout développée à l’époque hellénistique, lors du passage de l’oralité à la production écrite de textes magiques juifs, dont leurs auteurs – la plupart de tradition scribale ou rabbinique – s’affirment comme des professionnels de la magie10. Dans les Écritures, dans la littérature apocryphe et dans les documents retrouvés à Qumrân, sont mentionnées pour la première fois des figures démoniaques parmi les plus connues et les plus redoutées – comme Satan, Bélial, Asmodée, Samaël, Mastéma11 – qui se disputent, selon les traditions, la fonction de seigneurs et souverains des légions infernales. S’y ajouteront aussi de nouvelles catégories, comme les esprits « bâtards » des sources qumrâniennes12, ou encore les esprits malins dits maziqin, qui apparaissent pour la première fois dans la Mishnah (Avot 5, 6).

  • 13  Saul M. Olyan, A Thousand, Thousands, Served Him: Exegesis and the Naming of Angels, Tübingen, 199 (...)
  • 14  Joshua Trachtenberg, Jewish Magic and Superstition: A Study in Folk Religion, London, 1939, p. 25- (...)
  • 15  Joshua Trachtenberg, Jewish Magic, p. 44-60; Gideon Bohak, Ancient Jewish Magic, p. 247-257.

9Les êtres qui habitent les plus hautes sphères du royaume divin, tout comme les sphères inférieures, se multiplient dans les traditions littéraires, et leur profil ainsi que leurs fonctions sont progressivement différenciés : leur pouvoir d’interaction avec les hommes et leur autonomie envers la divinité se sont accrus13. La foule des anges veille sur les corps astraux, sur les conditions météorologiques, sur l’ordre et le bien-être de la nature, sur les transformations de l’ordre social. Les légions de démons et d’esprits influencent le monde des hommes et peuvent s’incarner dans des éléments naturels et dans les espèces végétales et animales, compromettant ainsi la santé physique des corps jusqu’à en provoquer la corruption14. L’ensemble de ces groupes comprend aussi des divinités étrangères provenant de contextes polythéistes, redimensionnées au rang de démons ou d’esprits de planètes15.

  • 16  Rebecca Macy Lesses, Ritual Practices to gain Power: Angels, Incantations and Revelations in Ancie (...)

10Malgré les analogies évidentes avec les représentations néoplatoniciennes, dans la tradition juive, la cosmologie et les panthéons hellénistiques sont réinterprétés de manière à en repousser les éléments incompatibles. La volonté de l’unique Dieu créateur n’est pas mise en cause et les êtres célestes ou infernaux, même dotés de pouvoirs surnaturels et de prérogatives semblables à celles de Dieu, ne peuvent être mis sur le même plan que la divinité16.

  • 17  James H. Charlesworth éd., The Old Testament, p. 15-16. Archie T. Wright, « Evil Spirits in the Se (...)
  • 18  Voir 1 Hénoch 10 (cf. James H. Charlesworth éd., The Old Testament, p. 17).

11Des éléments fondamentaux pour l’élaboration de cet imaginaire démonologique apparaissent dans la littérature apocryphe, apocalyptique et hénochienne ; ils sont préservés comme tels dans la tradition ultérieure. Une légende attestée pour la première fois dans le Livre des Veilleurs concerne la génération des démons et des esprits malins et leur origine angélique (1 Hénoch 6-8) : les démons se seraient distingués des anges à la suite de leur rébellion envers Dieu et de leur descente sur la Terre et, de leur union avec les hommes, seraient nés les nephilim (les géants)17. En particulier, l’histoire de l’ange déchu ‘Aza’zel, de son enchaînement et empri­son­­nement dans l’abysse infernal par l’ange Raphaël, devient paradigmatique et (nous le verrons bientôt) se trouve évoquée dans les rites antidémoniaques18.

12Les héros humains décrits dans ces œuvres sont des figures d’élus qui, au moyen de pratiques secrètes, réussissent à entrer en contact avec les puissances angéliques ou démoniaques avec des objectifs variés, prophétiques, divinatoires ou thérapeutiques.

13Un passage de Flavius Josèphe, qui énumère les effets positifs produits sur le genre humain par ces formes de savoir, synthétise l’attitude bienveillante du judaïsme hellénisé du ier siècle envers les spécialistes de la magie :

  • 19  Traduction Salomon Reinach; texte grec Benedictus Niese, Flavii Josephi Opera edidit et apparatu c (...)

Dieu lui [Salomon] accorda aussi l’art de combattre les démons pour l’utilité et la guérison des hommes. Comme il avait composé des incantations pour conjurer les maladies, il a laissé des formules d’exorcisme pour enchaîner et chasser les démons, de façon qu’ils ne reviennent plus (Antiquités judaïques VIII, 45)19.

  • 20  Voir Roy Kotansky, « Greek Exorcistic Amulets », dans Marvin Meyer, Paul Mirecki éds., Ancient Mag (...)
  • 21  Theodore Schrire, Hebrew Amulets: Their Decipherment and Inter­­pretation, London, 1966, p. 110.
  • 22  C’est la première tradition mystique du judaïsme qui rapporte les ascensions célestes de rabbis lé (...)

14Lors des rencontres avec des figures surnaturelles, l’acquisition de connaissances ésotériques est concédée à certains héros de la tradition biblique (Noé, David, Salomon, etc.)20. C’est à eux qu’est attribuée la composition de textes secrets auxquels auraient dû recourir les aspirants théurges pour saisir les techniques magiques21. À ces derniers sont associés, depuis l’Antiquité tardive et dans la littérature des Hekhalot22, les principaux personnages de la tradition rabbinique, Rabbi ‘Aqivah et Rabbi Yishma’el qui vécurent entre le ier et le iie siècle.

  • 23  TB Berakhot 6a.
  • 24  M Avot 5:6.
  • 25  Voir: James A. Montgomery, Aramaic Incantation Texts from Nippur, Philadelphia, 1913, p. 67-94; Ch (...)
  • 26  Cf. TB Berakhot 3a; TB ·Hulin 105a; TB Pesa·him 112a.

15Dans la littérature talmudique et notamment les sources haggadiques, la nature des esprits et des démons se précise, tout en confirmant les catégories et les hiérarchies établies antérieurement. Les esprits sont considérés comme des parties intégrantes de la création divine : ils se multiplient continuellement et sont même plus nombreux que les hommes23. La légende la plus connue relative à leur origine les dépeint comme des êtres créés le dernier jour de la Création, laissés par Dieu évanescents et incomplets à l’avènement du Shabbat24. Les esprits malfaisants sont généralement identifiés aux âmes des défunts impies et, avec le mauvais œil, ils sont présentés comme les principales causes de cauchemars, maladies, désordre social et disgrâces qui empoisonnent la vie quotidienne de la communauté25. Bien qu’invisibles, il est possible de les rencontrer et de les convoquer ; on risque d’en subir les agressions à certains moments de la journée (l’aube, le coucher du soleil ou la nuit), à des moments de crises et à certaines périodes de l’existence (naissances, maladies ou funérailles), ou dans des lieux particuliers où ils ont coutume de demeurer ou de se recueillir, comme les ruines, les lieux isolés, les puits, les miroirs d’eau ou les torrents26.

  • 27  M Sanhedrin 6:4 & 7; TB Sanhedrin 17a, 65a, 67b-68a.
  • 28  Voir: Jonathan Seidel, « Charming Criminals: Classification of Magic in the Babylonian Talmud », d (...)
  • 29  M Shabbat 6:2.
  • 30  Meir Bar-Ilan, « Exorcism by Rabbis: Talmudic Sages and Magic », Da’at 34, 1995, p. 17-31.

16Dans le traité talmudique Sanhédrin27, la magie démonologique, interdite aux membres de la communauté par le décret promulgué dans le Deutéronome (18 :10-12), n’est pas retenue au nombre des formes les plus graves de sorcellerie, passibles de condamnation à mort par lapidation28. Les rites magiques ne sont pas considérés comme des actions criminelles en tant que telles, et l’interdiction concerne plutôt ceux qui se sont souillés par des comportements blasphématoires ou idolâtres, ainsi que les sorcières. Ce qui est en question est moins l’essence de la magie que la nature du mage. Les pratiques magiques et exorcistes deviennent acceptables dès lors qu’elles sont exercées par des figures estimables et dignes du fait de leur respect des commandements et de la Loi. La rédaction et la diffusion de formules et amulettes pour éloigner les esprits sont recommandées dans les sources rabbiniques, à partir du moment où elles sont composées et préparées par des « experts »29 : elles ne doivent donc pas être considérées comme l’expression d’une marginalité ou d’une hétérodoxie par rapport à la culture dominante. Les membres du tribunal rabbinique ont le droit d’étudier la magie dans le but de pouvoir distinguer les arts magiques licites et illicites ; de plus, des personnages faisant autorité dans les récits talmudiques (·Hanina Ben Dosa, Shimon Ben Yokhai, etc.) sont impliqués personnellement dans la pratique d’exorcismes et de miracles30.

  • 31  Maureen Bloom, Jewish Mysticism, p. 36-37, 47-53 & 122-123.

17Les attributs magiques et thérapeutiques de la prière, qu’elle soit individuelle ou collective, représentent la réponse communautaire à la menace des attaques des esprits, du sortilège et du mauvais œil31. La connaissance des Écritures et de la langue sacrée, accompagnée d’un charisme spécial, peut élever certaines personnalités (des hommes justes et savants considérés comme le couronnement de la création divine) au-dessus des interdits imposés à la majorité. Il leur est permis de participer de manière active au maintien de l’ordre cosmique et de la paix sociale.

  • 32  Voir: Gideon Bohak, Ancient Jewish Magic, p. 298-314; Madalina Vârtejanu-Joubert, « The Letter as (...)
  • 33  Cf. David Frankfurter, « Narrating Power: The Theory and Practice of the Magical Historiola in Rit (...)

18La magie juive dans l’Antiquité tardive se forme consciemment sur ces prémisses : en conférant un rôle central à l’écriture, en forçant ses potentialités, et en se fondant sur l’usage performatif et théurgique des noms saints, des versets bibliques et des caractères de l’alphabet32. Dans la tradition magique, les histoires bibliques sont utilisées comme des formules, les versets sont considérés à l’aune des noms puissants, et les mages peuvent aller dans certains cas jusqu’à manipuler consciemment des sources sacrées pour les adapter aux exigences du rite33.

  • 34  Cf. Joseph Naveh, Shaul Shaked, Amulets and Magic Bowls, p. 13-29, 40-214; Id., Magic Spells and F (...)

19Les découvertes archéologiques manifestent la diffusion de ces pratiques : des dizaines d’amulettes, ostraka et lamellae juives, en hébreu et en araméen, qui couvrent une période allant du iiie au viie siècle, ont été découvertes dans les fouilles des aires égyptienne et syro-palestinienne ; une centaine de coupes magiques d’origine babylonienne – des bols en terre cuite datés des ive-viisiècles – ont été retrouvées dans les fouilles irakiennes et perses. Coupes et amulettes ont été repérées notamment dans les périmètres des maisons et des synagogues, témoignant ainsi de pratiques de protection (personnelle, domestique ou communautaire) bien répandues34. Les amulettes se présentent comme des composés de prières, versets bibliques et noms magiques (des anges et de Dieu) tracés sur des supports matériels (cuivre, pierres, métaux) dans un but apotropaïque et thérapeutique. Les inscriptions à l’intérieur des coupes comprennent des formules d’expulsion, adressées à des groupes de démons ou à un esprit précis, des invocations de noms divins et angéliques et des références, en hébreu et en araméen, à des passages bibliques et talmudiques.

  • 35  Lawrence H. Schiffman, Michael D. Swartz, Hebrew and Aramaic Incantation Texts from the Cairo Geni (...)
  • 36  Cf. Gideon Bohak, « Reconstructing Jewish Magical Recipe Books from the Cairo Genizah », Ginzei Qe (...)
  • 37  Voir Mordechai Margalioth, Sefer ha-Razim, Jerusalem, 1966; Yuval Harari, Harba de-Moshe (The Swor (...)

20Les manuscrits magiques de la Genizah (en hébreu, araméen ou judéo-arabe) s’inscrivent dans la continuité de cette tradition35. L’abondance et la variété des textes de prescriptions magiques et de consignes rituelles découverts notamment parmi les documents provenant de la synagogue médiévale de Ben Ezra à Fustat (l’ancien Caire) témoignent de la fonction centrale de ces pratiques au sein de la culture juive médiévale36. Les genres magiques rassemblent une riche documentation d’amulettes et de formules d’incantations ; de plus, on relève à la Genizah les premières attestations directes de livres et de traités angélologiques et démonologiques fort répandus tout au long du Moyen Âge, tels que ·Harba’ de-Mosheh et Sefer ha-Razim, ou les Shimmush Tehillin, sur l’usage magique des Psaumes37.

  • 38  Les noms sont constitués à la fois de séquences de lettres indéchiffrables et de séquences alphabé (...)
  • 39  Le but de la formule est de contraindre soit les anges soit les démons, ainsi que la divinité elle (...)
  • 40  Cf. Shaul Shaked, « On Jewish Magical Literature in Muslim Countries Notes and Examples », Pe’amim (...)

21Les aspects rédactionnels les plus courants des formules comprennent la présence des noms puissants et un usage magique de la Bible. Certaines instructions ne prescrivent que l’invocation au nom de Dieu ou l’écriture des noms des créatures surnaturelles, c’est-à-dire impliquant une ontologie graphique et phonique38. « Je conjure », en hébreu ‘ani mashbia’, est l’expression performative la plus commune et, pourrait-on dire, canonique de conjuration et d’invocation de pouvoirs célestes39. La connaissance des noms et de l’Écriture est la garantie de l’efficacité du dispositif magique et le bagage préalable du magicien, considéré intermédiaire et vas du pouvoir divin. Scribes et savants sont parmi les principaux auteurs et rédacteurs de textes magiques. Des amulettes protectrices et des formules antidémoniaques pour les malades, aussi bien juifs que non juifs, sont souvent écrites par les rabbins de la synagogue eux-mêmes40.

  • 41  Cf. Peter Schäfer, « Jewish Magic Literature in Late Antiquity and Early Middle Ages », Journal of (...)

22Les techniques exorcistes documentées dans les fragments de la Genizah maintiennent des formes et des éléments textuels qui, bien que transposés dans un contexte juif en partie arabisé, reflètent encore la culture de matrice hellénistique et rabbinique dans laquelle s’est formée la tradition littéraire antidémoniaque41.

Les exorcismes dans les Papyrus Magiques Grecs

  • 42  Cf. Roy Kotansky, « Greek Exorcistic Amulets », p. 243-277 ; Katell Berthelot, « Guérison et exorc (...)
  • 43  Cf. Benedictus Niese, Flavii Josephi, vol. 2, p. 186-187 ; Dennis C. Duling, « The Eleazar Miracle (...)

23Les techniques exorcistes fondées sur l’utilisation du nom divin et des anges, pratiquées comme de véritables thérapies, sont décrites dans les témoignages judéo-hellénistiques, évangéliques ou de l’Antiquité tardive42. La popularité des mages juifs comme guérisseurs était reconnue dans les sociétés des non-juifs, des “nations”. On peut mentionner par exemple le récit de Flavius Josèphe qui rapporte le prestige du juif Eléazar, devenu célèbre pour avoir effectué avec succès un exorcisme devant l’empereur Vespasien (Antiquités judaïques VIII, 46-48) ; on peut rappeler aussi les paroles d’Origène qui, dans le Contre Celse (IV, 33), rappelle l’efficacité des noms d’origine hébraïque dans les pratiques pour éloigner les démons43.

  • 44  Cf. Samson Eitrem, Some Notes on the Demonology of the New Testament, Oslo, 1966, p. 15-30; Daniel (...)
  • 45  Roy Kotansky, « Greek Exorcistic Amulets », p. 264.

24Dans les Papyrus Magiques Grecs, les formules d’exorcisme ont souvent recours aux noms magiques juifs. Deux instructions, attestées dans PGM IV. 1227-64 et 3007-86, renvoient à des traditions qui, bien que syncrétiques, sont au moins en partie d’origine juive44. Les deux textes conservent une conjuration au nom du Dieu d’Israël, des transcriptions de noms hébraïques, des références à la Bible et aux sources midrashiques et judéo-hellénistiques. Dans ces documents, l’utilisation du nom « Iesus », défini comme « dieu des Juifs » dans PGM IV. 3020, indique une transmission dans un milieu polythéiste qui ne distinguait pas religions juive et chrétienne45.

25Dans ces textes, la procédure exorciste se compose de plusieurs phases marquantes. La formule de PGM IV. 1227-64 peut être subdivisée en cinq parties :

261) L’invocation au nom – c’est-à-dire la technique d’invocation qui se fonde sur la connaissance des noms personnels de la divinité et qui confère au mage le pouvoir nécessaire pour effectuer le rituel :

  • 46  PGM, IV. 1232-1235.

Saint, Dieu d’Abraham ; Saint, Dieu d’Isaac ; Saint, Dieu de Jacob ; Iesus Chrestos, Esprit Saint, le fils du père qui est au-dessus des Sept, qui est parmi les Sept… Iao Sabaoth46

  • 47  Pour l’utilisation de l’expression hébraïque correspondant à untel fils d’untel dans les textes ma (...)

272) La spécification du bénéficiaire – où est indiqué le nom du patient, nom qui, dans ce cas, n’est pas précisé puisque nous sommes dans un contexte didactico-descriptif47 :

  • 48  PGM, IV. 1235-1236.

Puisse ton pouvoir avoir effet sur lui, untel fils d’untel48

283) Le but de l’invocation – les puissances invoquées sont ame­nées à effectuer directement (le mage ne se posant qu’en simple intermédiaire) l’opération d’expulsion du démon, dont le nom personnel est donné :

  • 49  PGM, IV. 1237.

Afin que tu expulses ce sale démon, Satan, qui est en lui49

  • 50  Sur la correspondance entre le grec ε̉ξορκίζειν et le verbe hébreu שבע, Roy Kotansky, « Greek Exor (...)

294) La conjuration à la première personne – le mage, investi de la même force que le dieu, peut affronter le démon auquel il s’adresse à la première personne, en ayant recours à la fonction performative et contraignante du verbe « jurer »50.

  • 51  PGM, IV. 1240-1242.

Je te conjure, démon, qui que tu sois, pour ce dieu, SABARBARBATHIOTH SABARBARBATHIOUTH SABAR­BAR­BA­THIONETH SABARBARBAPHAI51

305) L’éloignement des démons – les tentatives d’expulser le démon sont exprimées sous la forme du commandement, exprimée par la répétition des verbes « sortir » et « s’éloigner » à l’impératif.

  • 52  PGM, IV. 1245-1248.

Sors, ô démon, afin que je t’attache avec des chaînes adamantines, incassables, libre dans l’abysse noir de la perdition52.

  • 53  1 Hénoch 10 (cf. James H. Charlesworth éd., The Old Testament, p. 17).

31L’enchaînement du démon rappelle l’emprisonnement de ‘Aza’zel et des anges rebelles aux enfers tel qu’il est raconté dans le Livre des Veilleurs53.

  • 54  On peut relever d’autres références avec la tradition hénochienne des Veilleurs : « Je te conjure (...)

32La structure du second rituel (PGM IV. 3007-86) est analogue. La formule est plus élaborée que la précédente et riche de références à l’histoire et aux personnages bibliques ; sont comprises différentes conjurations à prononcer par le nom divin, dont sont exaltés les attributs et les prodiges, comme dans un hymne, en célébrant son pouvoir créateur et destructeur et de contrôle sur les phénomènes naturels et les forces angéliques. Avec un nouvel écho évident à la légende des Vigilants, la divinité est exhortée à faire descendre son ange dans le but d’affronter le démon, dont est rappelée l’origine angélique (PGM IV. 3025-3028)54. Le démon est exhorté à révéler son nom et il lui est ordonné d’obéir et de se soumettre :

Je te conjure, quelque esprit démoniaque que tu sois, de dire de quel genre tu es, puisque je te conjure par l’aide de Dieu qui porte la lumière, indéfectible, qui connaît chaque chose qui est dans le cœur de toute créature vivante.

  • 55  Cf. PGM IV. 1227-1230, 1248-1251, 3007-3010, 3083-3086.
  • 56  Cf. Roy Kotansky, « Greek Exorcistic Amulets », p. 243-277 ; Jeffrey H. Chajes, Between Worlds. Dy (...)

33Ces exorcismes sont introduits et conclus par des instructions sur leur préparation, dans laquelle intervient le pouvoir symbolique des matériaux et des nombres qui va en favoriser l’efficacité55. Dans la partie conclusive du second rituel (PGM 3083-3086), on prescrit l’abstinence de viande de porc et la préservation de la pureté, sur la base d’une « tradition juive transmise par des hommes sages ». Sont en outre indiquées les procédures de préparation des amulettes, sur lesquelles est inscrit un nom secret (PGM IV. 1254-1263 & 3014-3017). Les amulettes, considérées comme indispensables pour tenir démons et esprits éloignés, ont continué de représenter jusqu’à l’époque moderne des composantes essentielles de l’exécution des rites antidémoniaques. Le patient libéré du démon mettait l’amulette à son cou, pour empêcher l’esprit de reprendre possession du corps dont il avait été expulsé56.

Les exorcismes dans les sources juives antiques

34Pour la période du Second Temple, malgré la richesse de la documentation littéraire hellénistique, les attestations directes, en hébreu, de pratiques antidémoniaques sont rares, incomplètes et d’interprétation difficile. On n’en trouve des traces que dans les témoignages provenant des grottes du désert de Judée. En particulier, dans le corpus des fragments qumrâniens ont été découverts des rouleaux d’hymnes où les principaux traits des textes antidémoniaques et d’exorcisme sont identifiables.

  • 57  Cf. Bilhah Nitzan, Qumran Prayer & Religious Poetry, Leiden, 1994, p. 232-272; Esther Eshel, « Apo (...)
  • 58  Cf. Maurice Baillet, DJD VII, p. 215-262; Esther Chazon et al., DJD XXIX, p. 367-378; Florentino G (...)
  • 59  Le premier manuscrit est constitué de 12 fragments, rédigés dans un style calligraphique datable d (...)

35Dans le contexte communautaire, apocalyptique et eschatologique de la vie sur les rives de la Mer Morte, les hymnes antidémoniaques ont représenté, pour les adeptes de la secte, l’un des instruments les plus puissants d’autodéfense contre les incursions des forces ennemies57. Les textes de 4Q510, 4Q511 et 4Q44458 semblent avoir été composés dans ce but, probablement afin d’être récités au cours d’occasions liturgiques de purification collective et de libération des membres du groupe des forces malignes. Les rouleaux 4Q510 et 4Q51159 renferment des cantiques dont les caractéristiques renvoient à des aspects de l’organisation et de la religiosité sectaires – comme les introductions aux hymnes qui en signalent l’attribution au maskil, figure charismatique placée à la tête de la communauté. Ces deux manuscrits contiennent des fragments qui se présentent, autant qu’il a été possible de les reconstruire, comme des chants de louange magnifiant la force et la splendeur de la divinité, son pouvoir créateur, ainsi que la panique et la terreur que provoque sa puissance sur le monde. Ces chants sont accompagnés de formules adressées aux noms d’esprits et de démons à terroriser.

  • 60  Cf. Maurice Baillet, DJD VII, p. 216 : 4Q510, fr. 1, l. 4. La lecture ‘ani mashbia’, « je conjure  (...)

36Dans 4Q510, fr. 1, ll. 4-5, le maskil prononce l’expression à la première personne ‘ani mashmia’, « je proclame »60 :

  • 61  Cf. Isaïe 34 :14.

Moi, le maskil, je proclame votre Splendeur et votre Majesté afin d’effrayer et de terroriser tous les esprits, anges de la destruction, esprits bâtards, démons, lilit, démons hiboux et chats sauvages61, et ceux qui frappent soudainement pour induire en erreur l’esprit de connaissance et bouleverser leur cœur et leurs âmes.

  • 62  En soutien à cette hypothèse, voir Maurice Baillet, DJD VII, p. 215-262 : dans 4Q511, l. 63 col. I (...)
  • 63  Cf. Roy Kotansky, « Greek Exorcistic Amulets », p. 243-277; Jeffrey H. Chajes, Between Worlds, p.  (...)

37Cette formule est adressée aux deux attributs divins de la « splendeur » (tiferet) et de la « majesté » (hod), avec l’aide desquels le maskil entend libérer les cœurs et les âmes des membres de la communauté des incursions démoniaques. Le fait qu’aucun individu en particulier ne soit mentionné, et que le texte soit destiné de manière générale à tous ceux qui ont subi l’agression des démons, pourrait constituer une référence à l’usage de cette formule dans un contexte liturgique62. À la différence de PGM IV. 1227-64 et 3007-86, les démons et les esprits ne sont pas interpellés directement, probablement parce que l’on connaît déjà leur nom. Une liste de noms d’esprits et de démons est donnée dans le texte de 4Q510 ; la présence de telles énumérations dans un rituel représente une des caractéristiques les plus répandues dans les textes d’exorcisme63.

38En quelques lignes on retrouve un antécédent des formules antidémoniaques des PGM ; l’ordre est différent et le bénéficiaire n’est plus individuel mais collectif. Toutefois les principaux éléments se retrouvent :

  1. La conjuration à la première personne ;

  2. L’invocation aux noms saints ;

  3. L’objectif de l’invocation ;

  4. L’éloignement des démons, dont on connaît le nom ;

  5. La spécification du bénéficiaire.

  • 64  D’époque hérodienne (ier siècle), voir Esther Chazon et al., DJD XXIX, p. 367-378.

39Le rouleau 4Q44464 appartient au même répertoire de textes ; il renferme des fragments d’un hymne apotropaïque qui correspond à un contexte sectaire. Outre les expressions de louange et les noms d’esprits à conjurer, nous retrouvons ici une exhortation à la seconde personne, qui se pose comme une prescription générique adressée aux membres de la communauté :

  • 65  Esther Chazon et al., DJD XXIX, p. 367-378, fr. I – 4 i.

Renforce-toi, à travers le respect des lois divines et en vue de la bataille avec les esprits de l’iniquité65.

  • 66  Roy Kotansky, « Greek Exorcistic Amulets », p. 262-272.

40L’utilisation des hymnes ne semble pourtant pas avoir une fonction exclusivement défensive ; elle constituait probablement une pratique antidémoniaque « active » et « agressive ». Les formules de malédiction à jeter contre les démons, conservées dans la partie finale du rouleau (extrêmement fragmentaire), si elles appartenaient à un seul et même texte, pourraient confirmer cette interprétation. La structure de l’hymne se rapprocherait de celle de textes magiques plus tardifs dans lesquels sont incorporées, dans le même sortilège, des formules tant liturgiques que d’excommunication et de malédiction66.

  • 67  Le texte en graphie hérodienne formelle du ier siècle est constitué de quatre fragments et de six (...)
  • 68  Voir García Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII, p. 198 : 11Q11, c (...)
  • 69  Esther Eshel, « Apotropaic Prayers », p. 69-88.
  • 70  Florentino García Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII, p. 189 : 11 (...)
  • 71  La connaissance qu’avait Salomon des plantes et remèdes remonte à la tradition biblique de 1R 5 :9 (...)
  • 72  Florentino García Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII, p. 198 : 11 (...)
  • 73  1Samuel 16 :14-23.

41Enfin, un autre texte, le rouleau 11Q1167, conserve une collection fragmentaire d’exorcismes dont les destinataires sont « ceux qui ont été frappés par les démons »68, qui servaient probablement de modèles pour des rituels individuels d’expulsion démoniaque à effectuer selon une procédure similaire à PGM IV. 1227-64 & 3007-86. Il est vraisemblable, en effet, que les textes recueillis dans cet exemplaire ont circulé aussi en dehors du contexte communautaire, puisqu’ils ne contiennent pas de traces d’éléments sectaires. En revanche69, on peut y reconnaître distinctement des aspects communs à la tradition magique judéo-hellénistique. Une des formules, attribuée à Salomoe

32La stru4ture du second rituel liturgiquese quatm du bits de lttces ma qui, exone fe riche de re malprononcer parconnaissnttion du nuvoirs célees anges, prméede loccr unum lfeexonetioajestion du nributs célestateur, ainsi que la ptecall" id="bodyftn69" href="#ftn697>64 appari> 74amé des forcese pouie sur les lis dans e qule rouleaires. En raditiouts dint de la ièrerovments qui Qté dables théique judéo-hass="Grecs, les formules d

38En quelBenedictuDpréseles lises qui esi bii fr la partie fief="#ftn6xprimées om sectement, pobablement p#ftnoootnofiemée ui est ormne, en cé0 ; la pré 3007-86) est analogue3064.eSa forces,r lege danse. Cesemi-PGM IVesti à un sraditioss pargal ; elle témoi

  • 49  75tino García Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII, p. 198 : 11 (...)Renforce-toi, àQœur -dda[t de se ]lébne, esité sectaonnels S ? T esvirmulede lesvirmuleraandes dere au à prrn qui ontà ltion des tséeeffe Saddaividue’égénérectible, nrce qju, p.e.tecall" id="bodyftn69" href="#ftn697>65.

    i5 75
  • 50  Sur 7GM, IV. 1232-1235./span>
  • Il est vr="footn

41Enfin, u Papyrus Magiivinsdalprononcer parom sece­née du nuvtrationn du déuut d’aspey pobablement phruomiic Ps adamantrots prestaspects de lidentau magique judéo-h Veilleurs : ent de ‘Aza’zel et des anzt deltecall" id="bodyftn69" href="#ftn697>66.

7>6 7GM<
Renforce-toi, à[YHWH]renale dufurté, sosu’lble, [aspe un]tion toi uut d’todéfener et dan’anese ampacseles ti àène quisre ontm dve la poon toin6xp, pui[…]l’aidl’a Moyenéeba sortilègeonend a perdiede toute cSheololiquautronais
  • 49  77tino García Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII, p. 198 : 11 (...)
  • Renforce-toi, àcrit inuméraa deson litraYHWHl’aidl’a toute ctronaiscSheoloedents da e uible, luOrigt co fiefbronzotecall" id="bodyftn69" href="#ftn697>67, consi> 77
  • 66  Cf. Maurice Bail xml:lang="en" lang="en">The Old TestamentBcShev n xml:lang="en" lang="en">, p.  The Old TestamentYcShabbaan xml:lang="en" lang="en">, p. 17). num">66  Cf. Maurice Baila Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIIIDJD XXIX, p. 215-262; Ea href=9ef="#"#ftn63">(...)

35Dans lexml:lang=La e e à tolmashmsidétitué d> énétodgique judéo-hlaquelle smne, e. 12shs mavan pegap> m>l’o:les carac poon été frappés par lesMoyces s [»i (ensiv"fo. FurgiquesBARBAR phénom34Pour laPGM,Cmunicalfondéea ricssvirmcts de l a àégendec dans lesité< aspects sone et riniaque les desta/ Cd le-ci pas avosurs de moa puretie fie, bien que syncrre la culturimilaire à 261) L l’util510, 4Q511 >

40L’util8Papyrus Magiliss homfn partiinstep dans vocation sbelln stiquesxpulsio; ilet dl pas avot destiénomjoagme»i

.2ent IV. 1232-1235.,p; 3007-86. , vraisemb
.3ent IV DJD VII, p.dsodesi aux thl Judt laDeEn pérer ng="5-26 Qté das mvoir4.III (4Q482-4Q520)1235.,pOxemed272;82Esther Chazon de m>et al., DJD XXIX.4 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chajes, >JosephnN deh,cShaulcShaked/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  . Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chajes, >Philipe, epréEmiloSîüt leéd./emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX135 A.ua xml:lang="en" lang="en">, p.  DJD XXIX, p.  .ier siècleest coeaire n -variant:small-caps;">ier siècleest coesther C="en" lang="en">I – 4 i.DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  . 7 "en" lang="en"> Cf. Maurice Baillfml:lang="en" lang="en">Chajes, epr:lang="en" lang="en">Chajes, < WoolfhNeubau s dArthce E Adowley27mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIXi Librapan xml:lang="en" lang="en">, p.  .8ent IVVinsiebstit mentionnng="Légeormult 8,=0, peons nom mivn, 1 :14-23. "#ftn8 de m>, :14. 34#ftn74 de Ps 91#ftn6,=0 37="en" lang="en">I – 4 i. epréPdémoW. Fli parJatinaC. Vée sKam éds./emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  epréRaînl Elior,PdémoSîäfus éds./emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  .9 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chit  Paie Sacumd/emxml:lang="en" lang="en">DJit  SrorilegeloSm>PGMo TempioamIsratsiss h VIPe a Ad e IPe d.Cn xml:lang="en" lang="en">, it  ./eTorinods2002 .10 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailG idBohak/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea href35-144.
.11ent IVtion dre éusage desass="ftle,des mng="Job. 6-2#ft10 po proc1 HVeille.53#ft3Il est 54#ft6 (cf. JatinaH.l.g="Lrs 20Il est 1ftn733r.:14aëlivoir l dng="3 HVeille.74 d:2 (cf. JatinaH.l.x debiinns lesquels recueilliiuecovenantntb
.12 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailPhilipe, a31-353.
.13 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailSan>DJD XXIX, p.  DJD XXIXDJDRegtoiy i L oirA carayn xml:lang="en" lang="en">, p.  .14 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailJoshuauTracheulelag/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  . Cf. Maurice BailJoshuauTracheulelag/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre44-60;mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre247-25l.
.16 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailRebeque leiy Lères/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; EaHarrisb"fo,PA272;98 .17 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailJatinaH.l.DJD XXIX, p. 215-262; Ea href5-16ml:lang="en" lang="en">Chajes, PGM Templl Judaess: thl mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17). mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17). .18 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chajes, >Vinsimxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX<1 HVeille., p. 17).DJD XXIX, p. 215-262; Ea href7).
.19 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">ChD XXIXDJD XXIX, p. 17). .20 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chajes, >VinsiRoy Kotanaky PrayeGrmuleEes destp.A262-27#fli> epréMar, prMey s dPan>DJD XXIX, p.  .21 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailThlodirloSchusr, p. 17)., p.  Chp.  .22 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailCu nx deet ri ;

de judéo-heysf
DJD XXIX, p. 215-262; EaJetusal 272;87 mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  .23 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailmxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  .24 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17).DJD XXIX, p.  .25 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailtíntnJatinaA. Mogomery27mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX< hl Tx da commofeSos et hEditexAsiangMleutuépc uaa MouommAthos dBie snadsHolkhlm HallEaJetusal 27LondordsMilansoProisttexAV ltnd xml:lang="en" lang="en">, p.  DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre61-68; , p. 17)., p.  .26 "en" lang="en"> Cf. Maurice Baillfml:lang="eg="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17).DJD XXIX, p. 17).DJD XXIXDJD XXIX<·ang="e/nubanxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIXDJD XXIXDJD XXIX<·ang="e/nubanxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; 112a.
.27 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  , p. 17)., p.  .28 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailtíntnJ d thancSedic Praye. epréMar, prMey s dPan>DJD XXIX, p.  <1/li>66; BlassvoirKntn-Ulm s d étThl Depicci ilofeles cux Raquellc Ta c : thl Raquellc texAthl GrmuleCnstep ofeles c mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17).DJD XXIX, p. 215-262; ) texAthl Proles ofethl Defs="ti ilofeles cu(mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; )#fli> epréRaînl Elior,PdémoSîäfus éds./emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre7-26.
.29 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17). .30 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailMlnsiBar-Ilanso étEentifia by Raque7:m almudlc Ses gttexAles c sup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17).<17-31. .31 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bail , p. 17)., p. 215-262; Ea hre36-372747-53Il est 122-123. .32 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailtíntnG idBohak/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre298-314; sup> sig="en" lang="en">DJD XXIX<ÉtémcessARents es n xml:lang="en" lang="en">, p.  , p.  DJD XXIX, p.  .33 "en" lang="en"> Cf. Maurice BaillfmlDavid Frankfuseur d étNartding Power:eThl Theory texAPr agde ofethl les cal Hs roriolaux Rent l Sne la#fli> epréMar, prMey s dPan>DJD XXIX, p.  <457-76; G idBohak/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre309-314; Dorothla, p. 215-262; Eapdl les /eJD XAnspielung. n xml:lang="eg="en" lang="en">,de. 215-2de.>Furg uexAFunk céler bibldsh n Anspielungetix de-hellsh n Ta celer Kon or nent d xml:lang="en" lang="en">, de. 215-2de.> hTüuelgerds2010. .34 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chajes, >lfmlJosephnN deh,cShaulcShaked/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea href3-29, 40-214; mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre43-143. .35 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailLawsnumH.oSîiffale,Michaic p.oSwartz/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  epréJoshuauBlau,eStef laReif éds./emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  66; PdémoSîäfus dShaulcShaked/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  .36 "en" lang="en"> Cf. Maurice BaillfmlG idBohak/sup> si" lang="en">Chajes, >d étsup> si" lang="en">Chajes, >Reréts bâtng Jewish les cal RecipeABook siangthl Con onnent dhtsup> si" lang="en">Chajes, >» corresen" lang="en">, p.  , p.  , p. 215-262; 1ds2005span><9-29; Emma Abaou, mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  .37 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailVinsiM>DJD XXIX, p. 215-262; EaJetusal 272;66; Yuval Harard/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; EaJetusal 272;97; Bill Rebiges dPdémoSîäfus dmxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  .38ent IV510, à c à la f tenttin magiqufoiivire équtsire ola e slinle tiffrlesàn des équtsire alphabéniaque de chaecueil apeutrau coua f indistiedapht ordne ma, t du tnéfici il avt or de lu nx se. Ceespriu-e des mepolnt au couuvoiatienx deet >PGMdéo-has<, voircnstep o-has<"a ellC="en" lang="en">I – 4 i. 53-69;David Frankfuseur d étThl les caofeWrsvtng texAthl Wrsvtng ofeles c: thl Power ofethl m> mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  mxml:lan(...)DJD XXIX, p.  .39ent IVL r le sdea contextedsle sdns, cainsuel mani’iadro mani’iées da,>ique et la ages, pens ds es-, des,a liscrmulldrprovde ontienécle gub .40 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailCfmlShaulcShaked/emxml:lann" lang="en"> Cf. Maurice Baiétsup> si" lang="en">Chajes, >On Jewish les cal Lflesorceei prMuslsm C=u, ci auN haexAExamplla mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p.  epréBenjaminH.oHary27mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX<>DJD X stxml:lang="en" lang="en">, p.  DJD XXIX, p.  .41 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> si" lang="en">Chajes, >lfmlPdémoSîäfus d étJewish les ctLflesorceei prL oirA carayhaexAEarly Middll Agea mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p. 215-262; Ea hre2hazo21X stxml:lSRBAls rhsage de contele="fonaiairnuqeeesismeDJD XXIX mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17). .42ent IVlfmlRoy Kotanaky PrayeGrmuleEes destp.A262-27#fli> hre243-277 de Kaoull Blaaheloa d étGud Teateubataentifiaeont incontviaquesc dQté daestloÉv7).il #fli> epréFrançoes sGairé 300>DJD XXIX m11 Jewish Studi auQu seurly.73ds2006 .43ent IVlfmlBraedictlesNies 8.42-49 m11 HarvaedoThloe sucal Reviewli> 78272;85.44 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailCfmlSamateuEi des dmxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; EaOslods1966 mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 17). hre26f-266. .45 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailRoy Kotanaky PrayeGrmuleEes destp.A262-27#fli> hre264. .4 ent IV. 1232-1235.,p; 300732-1235b .47ent IVtion dtionymnes o-has<" la première quesspond corrnt incontviaquesrdifs dann deennent de,aEmma Abaou, étThlory texAPr agde ofeles c a68-39l. .48ent IV. 1232-1235.,p; 300735-123mb .49ent IV. 1232-1235.,p; 30073l. .50ent IVSRBAls rrr hre251. .51 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; ,p; 300740-1242 .52 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; ,p; 300745-1248. .53 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailmxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX<1 HVeille., p. 17).DJD XXIX, p. 215-262; Ea href7). .54ent IVOnapeutrrelen rr contiueco éusage des  de lque judéo-hhVeille ltnlers Vdpriturn#ftn étJe t f="#fte,grâcs cetCeauiobaboctduimmanpdansreincontobre gés Gée.ia,>ide lu, épann,dCeauiobe illici frva eci frhonore parecueilliiltéd10,Chsaguuellidore p#fli> sfml:/li32-1235.,p; 303058-3060. . . Cf. Maurice BailCfmlRoy Kotanaky PrayeGrmuleEes destp.A262-27#fli> hre243-277 de JeffreyaH.l.DJD XXIX,D XXIX,D XXIX, p. 17). .57 "en" lang="en"> Cf. Maurice BaillfmlBilhah Nitzap, mxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  et alopaic PrayeApotrop p.P69-8rsx thl Sm>PGM Templl eriod#fli> eprém>et al.,éd./emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  .58 "en" lang="en"> Cf. Maurice Baillfml DJD VII,up> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p.  et al., xml:lang="en" lang="en">DJD XXIX<>DJD n xml:lang="en" lang="en">, p.  DJD XXIX, p. 215-262; Ea hrean xml:e a Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIIIDJD XXIX, p. 17). .59ent IVL ri ;D Xaleutué edslea f tenttinn d12 fragde la,ctdigtasonpréuriant:s callie d < Pe, rmulostinn ds lesn d200 fragde la,cdsleprobles commdasuot duXaleutué euiche defic,des m DJD VII, p.JD VIIn 35.,sther Chazon .hLeDJD VII, p.JD VII,vn p.maskil1235.,pd fième es céni,sBARBAeffr9-8rIc frobabauiinspircommdaccainte .60l:t IVlfml DJD VII, p.JD VIIn 35.,a hre2h 4Q510, fr. 1, hre4. La airefte,> p.desaniXal je con 35.,alayej f="#fte#fli> a l lumde,> p.desaniXalmje con 35.,ax deuuse epossilesma nidea paléoe d < .61l:t IVlf 34#ft14XXI .62ent IVEne mnyms-h li, voirhypithèsDJD VII, p.JD VII,li> her Chazon d:hapré4Q511, hre63lcnl. IV,<" la première étIt pbénioo t atontvisœuvrla, t ajns l,o ma pbénisBARBAlnt atntnier Wm 27Wm #fli> eutrau couintntuichtirsisqs imiltponse s cph diqusmepolnt ademblirmagiqufi-has<" lahymnl.XI .63 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailmxml:lan" lang="en">Chajes, >lfmlRoy Kotanaky PrayeGrmuleEes destp.mxml:lan" lang="en">Chajes, >A262-27mxml:lann" lang="en"> Cf. Maurice Baifli> hre243-277e JeffreyaH.lmxml:lan" lang="en">Chajes, >lDJD XXIX, p. 215-262; Ea hre57-95. .64ent IVDnt apoier sièclern xcl sther C)/edes mm>et al., 300>DJD XXIX p.JD 67-37835.,a hrean xml:.XI .65l:t IVm>et al., 300>DJD .78, fr.ng="JD 67-37835.,a hrean xml:, fr. en" lang="en">DJD XXIX4 i. . Cf. Maurice BailRoy Kotanaky PrayeGrmuleEes destp.A262-27#fli> hre262-272. .67ent IVL ta ce àe d < hhsagod ltnl contele="fonen" laant:small-caps;">ier sièclern xcl sther Cedslea f tenttinn dqua coufragde lan des ixlcnlotnlo ltr des commdacunque,ntsebstit m eréts bitro urgeuesbasropaléoe d < DJD XXIII .68ent IVVinsiz, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII .69l:t IVm>et alopaic PrayeApotrop p.P69-8rs#fli> hre69-8:.XI .70l:t IVa Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII .71l:t IVLt >PGnqusse. Cequnt avcetctes et reuespMautsàn dremèeuesremonts magiqut judéo-hbibldqusmepo1R ftn79-14XXI .72l:t IVa Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII .73ent IV. 121:14-23. 6#ft14-23. .74ent IVtion dtiooccer e de sdea conteX> p.mashbint an 35.,aa Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII .75l:t IVa Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIII .7 ent IV. 1232-1235.p; 300745-1248Il est v025-3028XXI .77l:t IVa Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIIIDJD XXIX .78 "en" lang="en"> Cf. Maurice Bailsup> sig="en" lang="en">DJD XXIX, p.  DJD XXIX, p. 17). .79 "en" lang="en"> Cf. Maurice Baila Martínez, Eibert J. C. Tigchelaar, Adam S. van der Woude, DJD XXIIIDJD XXIX, p. 215-262; Ea href99tn71Q11, cnl. e xml:lVIXXI .80 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailG idBohak/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p. 215-262; Ea href96-209. .81l:t IVL aux tuépc de po chtictdigtaro elot imiltypie su/euniconteXition reuesinrdne piraleobabsu nachève àeénsagalsBco nocteuichse cion d> epréet rit m ce, calecnstavsmepolnt ustans lommvtion rees darecitsebveloppicBco noc Lectio,o e etrouvsmique esupturs ds drenfonínffans f="en" lang="en">I – 4 i.DJD XXIX, p. 215-262; Ea href5-19/emxml:lann" lang="en"> Cf. Maurice BaMichaic p.oSwartz/emxml:lann" lang="en"> Cf. Maurice Baiétsup> si" lang="en">Chajes, >Thl Ae>et ipcsuof Bluesing texACurses:Lflesory texAIcnsoe d < c Dimans de pof Htbrew texAAram p.Bluesing texACurse Ta c mxml:lann" lang="en"> Cf. Maurice Baifli corresen" lang="en">, p.  , p.  , p.  .82ent IVL aleutué eiques a, rit m les commdchtiriors deprést rit m filo,oa chticéué e urgpap;D Xvoir dio>g="ubâus.incontel aljoé que, commnymness depréltédocude laprivtasonsdea >g="nent den 35.,aobabvo fonen" laant:small-caps;">ier sièclen xclma en" laant:small-caps;">ier sièclen xclmsther C. Unufragde l embllesms>de ouvsmmagiqucntaire d c deennent dermagiqum/liCambrid Unides yhLibsoryn 35.,ams.een" lang="en">DJD XXIX, p.  , p.  <1/9. .83ent IVVinsi§ 3. .84ent IVEnecontatgpap;D ,amnymns da dchr leetrmagiqufi-tsebsiques a, éué enpréuriant:s emi-cers f oée cil, éelane.i estsoignier ecueitioonapeutrdarvebvioo fonen" laant:small-caps;">ier sièclen xcl sther C. .85 "en" lang="en"> Cf. Maurice BailPdémoSîäfus d étMerkavah ly, p.ess texAles c#fli> epréPdémoSîäfus dJosephnts, (éds.)/emxml:lang="en" lang="en">DJD XXIX, p.  lang="eg="en" lang="en">, p.  , p.  .