Navigation – Plan du site

« Suressentiel » Aux sources d’un langage mystique

Super-essential. The sources of a mystical language
Mariel Mazzocco
p. 609-627

Résumés

Employé d’abord par Denys l’Aréopagite pour désigner la trans­cendance d’un Dieu ineffable, puis appliqué à la vie spirituelle et contemplative par les mystiques rhéno-flamands, le mot « suressentiel » connut une fortune extraordinaire jusqu’au xviie siècle. Cet article se propose de retracer les sources et de parcourir l’histoire d’un mot qui a tant fait vibrer le discours mystique et animé le débat autour du langage spirituel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Étienne Binet, La vie apostolique de saint Denis l’Aréopagite, patron et apôtre de la France, Pari (...)

1En 1624, après avoir dressé un portrait édifiant de Denys l’Aréopagite, le jésuite Étienne Binet s’interrogeait sur l’utilité d’imiter le langage et le style de cet homme qui avait une plume « si éminente et surcéleste »1. La rédaction d’un ouvrage sur la vie apostolique de celui que l’on confondait encore avec le premier évêque de Paris était l’occasion pour dénoncer l’abus du vocabulaire inspiré de l’Aréopagite dans les écrits des « nouveaux mystiques ».

  • 2Ibid., p. 352.
  • 3  Voir Examen de la théologie mystique, Paris, E. Couterot, 1657, p. 54 et suiv.
  • 4  É. Binet, La vie apostolique, p. 354-355.

2« Les termes seuls font peur, avouait Binet2, et les plus aigus théologiens ont de la peine de les comprendre, quoique la plus part soient tirés de S. Denis, ou faits à son imitation ». En dressant une liste des termes les plus obscurs – qu’en 1657 le carme Jean Chéron reproduira quasi au mot près3 – , Binet accusait le langage mystique d’être inintelligible et de confondre les esprits. « Allez faire entendre que veut dire liquéfaction de cœur […], la déification de l’âme, le soulèvement sur-séraphique, la contemplation sur-essentielle, la souffrance divine, le parlement intérieur et la méditation suréminente, les visions séraphiques, les transports transformants et unitifs… »4, s’exclamait le jésuite.

  • 5Ibid., p. 373.

3Parmi ces « mots nouveaux si enflés et si fort étonnants »5, le terme « suressentiel », qui avait fait l’objet d’une censure déjà en 1585 (nous y reviendrons), mérite tout particulièrement de retenir l’attention. Employé d’abord par l’Aréopagite pour désigner la transcendance absolue et secrète de la Divinité, appliqué par Jean de Ruysbroeck à la vie spirituelle, puis diffusé par Henri Harphius pour signifier la vision de l’essence divine, le mot « suressentiel » connut une fortune extraordinaire jusqu’au xviie siècle.

  • 6  Jean Baruzi, « Le point de rencontre de Bergson et de la mystique » (1933), dans L’intelligence my (...)

4Pour parcourir l’histoire de ce mot qui a tant fait vibrer le discours mystique et animé le débat autour de la langue spirituelle, il faut remonter à la patristique grecque, puis traverser les chemins de la mystique rhéno-flamande. Ce sont ces sources qui dans la première moitié du xviie siècle créèrent de mystérieux entrelacements entre langues et traditions diverses, suscitant une effervescence lexicale, dont le terme « suressentiel » est peut-être la suprême expression. Ainsi, sur les traces de la voie suréminente, en quête d’un rayon de lumière suressentielle disséminée dans l’espace littéraire, il ne reste à l’historien qu’à suivre l’origine, l’apogée et le déclin d’un mot aujourd’hui tombé dans l’oubli par lequel on espérait alors capturer une « intuition évanouissante »6 née à l’aube d’une extase provisoire.

Les origines : Denys l’Aréopagite

  • 7Noms divins, XIII, 3, 981a, dans Œuvres complètes du Pseudo-Denys l’Aréopagite, trad. Maurice de G (...)

5Remonter aux sources de la langue « suressentielle » implique que nous plongions dans l’obscurité de l’inconnaissance chantée par le pseudo-Denys. C’est notamment le traité Des noms divins qui conduit le lecteur au seuil de l’ineffable dans la tentative de dévoiler les mystères insondables de l’essence divine. Les notions tirées de la nature créée ne pouvant s’appliquer à Dieu que d’une manière inadéquate, l’auteur déclare qu’aucun nom ne peut révéler « le mystère de la Déité suressentielle [hyperouses hypertheotetos], suressentiellement [hyperousiôs] et totalement transcendante »7.

  • 8Ibid., I, 585a, p. 67.

6Située au-dessus de l’être et de l’essence, la Divinité demeure sans nom, ou mieux encore au-delà du nom, dans une région impénétrable. Pourtant c’est justement cette altérité infranchissable qui provoque dans le système dionysien une transgression de l’horizon linguistique, un dépassement des frontières du pensable. Ainsi après avoir avoué les limites d’une voie analogique, qui nomme Dieu à partir des étants, et nié tout concept s’appliquant à Lui (être, bonté, amour, etc.), Denys s’élève jusqu’à la source cachée du réel. Dans la dialectique entre voie affirmative et négative, entre ressemblance et dissemblance, s’ouvre la via eminentiae qui, dans un élan métaphysique, suggère l’indicible. Bien qu’il ne démente pas sa « règle universelle », à savoir « qu’il faut éviter d’appliquer témérairement aucune parole, voire même aucune pensée à la Déité suressentielle et secrète »8, Denys élabore une langue superlative, hyperbolique, qui s’approche de Dieu par un excès d’inconnaissance. Puisqu’il est impossible de condenser l’essence divine en un mot, on dira alors que Dieu est suressence (hyperousia) : il est suressentiel (hyperousion).

  • 9  Voir Scholia in lib. De divin. Nom., PG 4, col. 73.
  • 10  Voir le Commentaire sur le Parménide de Platon attribué à Porphyre, éd. et trad. Pierre Hadot, dan (...)

7Mais qu’est-ce donc que le « suressentiel » ? Appliqué à Dieu, le terme hyperousios indique la source de tout être, au-dessus de l’essence et antérieure à tout ce qui est différencié dans la manifestation de la réalité sensible. C’est en tant que suressentiel que Dieu, comme le spécifie Maxime le Confesseur dans ses commentaires sur l’Aréopagite, « s’appelle sans commencement et auteur de tout »9. Le terme « suressentiel » a la saveur d’un mot originaire, quasi primitif. On peut aisément y déceler une pulsation néoplatonicienne. L’hyperousios dionysien évoque en effet le Principe de Porphyre qui n’est « ni un, ni multiple, mais suressentiel par rapport à toutes les choses qui sont par lui »10.

  • 11Noms divins, I, 585a, p. 68.
  • 12Ibid., 1025b, p. 180.
  • 13Ibid., 588b, p. 68.

8Dans la mesure où le suressentiel divin englobe l’unité et la multiplicité, l’identité et la différence, il échappe à toute catégorie sémantique, et donc à une définition. Le mot suressentiel désigne certes la transcendance radicale, mais sans la définir : il la suggère d’une façon ineffable. Ainsi pour Denys l’objet de la « science suressentielle » est « l’inconnaissance de cette suressentialité même qui dépasse raison, pensée et essence »11. Et encore, on connaît le « suressentiel » (la Divinité) « selon un mode suressentiel »12. On peut parler à juste titre d’« Indéfini suressentiel »13.

  • 14Periphyseon, I, éd. Édouard Jeauneau, « Corpus Christianorum, Continuatio mediaevalis », vol. 161, (...)

9Jean Scot Érigène, qui traduit en latin le corpus areopagiticum, accentue la valeur « négative » du superlatif dionysien. C’est précisément dans le Periphyseon (ou De divisione naturae) qu’il soutient que quiconque déclare que Dieu est suressentiel nie explicitement qu’Il soit essence : « nam quae dicit “superessentialis est” non quid est dicit sed quid non est. Dicit enim essentiam non esse sed plusquam essentiam »14. D’une certaine manière le terme superessentialis est un non-mot ou plus-qu’un mot. C’est en effet sur la valeur épistémologique de ce super, ou plusquam (rendant en latin le grec hyper), qu’il faut s’interroger.

10En ajoutant le préfixe hyper au mot ousia, le pseudo-Denys ne s’est pas borné à former un superlatif qui dénote une réalité divine impensable et indicible, il a aussi donné une indication mystérieuse pour tenter de l’atteindre. Loin d’être un simple signe linguistique, ce préfixe est surtout une trace mystique, une direction à suivre, vers le haut, ou encore le symbole d’une ascension vertigineuse vers la Divinité.

  • 15  Itinéraire de l’esprit vers Dieu, Paris, Vrin, 1994, p. 105-107.

11L’apophatisme de l’Aréopagite devait fasciner maintes généra­tions de théologiens. Ainsi le mot hyperousios passa à la postérité latine, traduit parfois supersubstantialis, comme chez Hugues de Balma, Robert Grosseteste, Albert le Grand et Thomas d’Aquin, d’autres fois superessentialis, notamment chez Erigène, Thomas Gallus et Bonaventure. Que ce soit sous l’une ou l’autre forme, l’apparition de l’hyperousios dionysien se donne dans les écrits de ces auteurs quasi comme une citation, une simple touche de style pour rendre précieuse une doctrine ou pour évoquer une langue arcane. On évoque le suressentiel, ou plutôt on l’invoque, comme Bonaventure, qui, sur la fin de son Itinerarium mentis in Deum, s’adresse à la Trinitas superessentialis, puis, répétant l’Aréopagite, monte « jusqu’au rayon suressentiel de la divine ténèbre, dépouillé de tout et libre de toute attache »15.

C’est sous d’autres cieux, dans un paysage nordique peuplé de béguines et de mystiques, que ce superessentialis radius allait briller en toute sa splendeur.

La terminologie essentielle : de Maître Eckhart à Ruysbroeck

  • 16  Maître Eckhart, Deutsche Predigten und Traktate, éd. Josef Quint, Munich, Hanser Verlag, 1995, Pre (...)
  • 17Die Predigten Taulers, éd. Ferdinand Vetter, Berlin, Deutsche Texte des Mittelalters, vol. XI, 191 (...)

12Dans le panorama de la mystique rhéno-flamande, c’est d’abord sous la plume de Maître Eckhart que nous retrouvons le langage suressentiel. « Sage ich ferner : Gott ist ein Sein – es ist nicht wahr ; er ist (vielmehr) ein überseiendes Sein und eine überseiende Nichtheit ! »16, ainsi écrivait Eckhart dans l’un de ses sermons. Employé pour désigner l’altérité de la Divinité (Gotheit), le terme überseiende nomme le Néant de l’Origine. Maître Eckhart ainsi que ses disciples, Henri Suso et Jean Tauler, radicalisent la transcendance divine en augmentant la tension sous-jacente aux mots à forme superlative d’inspiration dionysienne. Par les mots überseiende, úberwesen, úberweselich l’on indique moins un sur-étant ou une sur-essence, qu’une vacuité d’essence. Pourtant loin de paralyser la Divinité dans l’immobilité du vide, cet « abîme suressentiel » (úberwesenliche abgrunde17) se transforme en un espace ouvert à la rencontre avec l’« homme noble » :

  • 18  Eckhart, Deutsche Predigten, p. 352. Voir Sermons, p. 151 : « Mais quand toutes les images de l’âm (...)

Wenn aber alle Bilder der Seele abgeschieden werden und sie nur das einige Eine schaut, dann findet das reine Sein der Seele, erleidend und ruhend in sich selbst, das reine, formenfreie Sein göttlicher Einheit, das da ein überseiendes Sein ist18.

  • 19  Jean de Ruysbroeck, Le miroir de la béatitude éternelle, dans Écrits, 4 vol. , Bégrolles-en-Mauges (...)

13Il faut cependant constater que dans la mystique rhénane, ainsi que dans la tradition dionysienne, ce langage hyperbolique appliqué à la Divinité transcendante ne dénote pas encore précisément une expérience mystique, à savoir une « vie suressentielle » dont l’âme jouirait. Une véritable synergie entre dimension spéculative et vie spirituelle se trouve, pour la première fois d’une façon systématique, chez Ruysbroeck, pour qui dans l’union nuptiale avec Dieu « commencent la contemplation et le sentiment sur-essentiels »19.

  • 20  Id., La pierre brillante, dans Écrits, vol. 1, p. 81. Au sujet des différences entre l’apophatisme (...)

14En appliquant le mot « suressentiel » à la vie spirituelle, l’Ermite de Groenendael en enrichit le champ sémantique élaborant une véritable terminologie essentielle. Ruysbroeck écrit en langue vulgaire, dans le dialecte brabançon parlé à l’époque, qui correspond au moyen-néerlandais. Dans tous ses écrits on peut trouver maintes occurrences des mots Overwesen (suressence), overweselic (suressentiel) ou encore overweselijckhe (vie suressentielle), qui indique le dernier degré de l’itinéraire mystique. Ruysbroeck ne se borne pas à appliquer le langage suressentiel uniquement à la Divinité transcendant par excès toutes choses. Overweselic désigne notamment un retour aux Origines divines, un itinéraire mystique de l’âme vers la Source de la lumière. Dans l’essence de l’âme est inscrit un secret ontologique, un destin à accomplir : devenir ce qu’elle était en Dieu depuis l’éternité, c’est-à-dire suressentielle. L’essence de l’âme vibre donc du désir de l’Infini qui la tire hors d’elle-même « vers la sur-essence et l’immersion au-delà, en l’amour »20. Cet élan mystique implique que l’âme se transforme afin de devenir compatible avec « l’être suressentiel » auquel elle aspire.

  • 21  Henri de Lubac, Surnaturel, Études historiques [1946], Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 402.

15Ce « devenir » transformant naît au cœur d’une voie d’anéan­tissement qui scande l’itinéraire spirituel selon un rythme ternaire : d’abord l’âme suit le chemin de l’Imitatio Christi (vie active), puis dans un mouvement d’introversion (vie intérieure ou affective) elle se détache de tout pour se perdre dans « l’abîme sans fond » de la Divinité (vie suressentielle ou divine). Dans la négation des choses créées et dans le dépassement de toute image et pensée, voire de l’humanité sainte du Christ, elle adhère à l’Unité divine. La quête du « suressentiel » est surtout une recherche intérieure, car c’est au fond de l’âme nue, détachée de tout, que l’on découvre nos origines divines. Loin d’être confinée dans un hémisphère obscur, cette « suressence » est mystérieusement cachée au fond de l’âme, imprimée par Dieu depuis l’éternité. Il s’agit d’un archétype éternel, d’une étincelle (Vonke) orientée vers la Lumière divine. Comme le remarquait Henri de Lubac21, « la suressence n’est donc pas une surnature », elle n’est pas « à atteindre comme un but lointain », mais « à découvrir ».

  • 22  Ruysbroeck, Les sept degrés de l’amour, dans Écrits, vol. 1, p. 228.
  • 23  Id., Les noces spirituelles, dans Écrits, vol. 2, p. 206.

16Si l’âme peut parvenir à l’union sans intermédiaire avec Dieu c’est parce qu’elle est le miroir de la Divinité. Dans cette union mystique les différences s’effacent et « nous y sommes tous un et incréés, dans notre sur-essence »22. Cette « unité sans différence » (Enicheit sonder differencie), qui correspond au suprême degré de l’itinéraire mystique, à savoir la vie suressentielle ou divine, est réalisable par une initiative divine libre. Dieu seul peut élever une âme jusqu’à la « contemplation suressentielle » (overweselic scouwen). Contempler Dieu « suressentiellement » c’est « saisir et comprendre Dieu […] tel qu’il est en lui-même, c’est être Dieu avec Dieu, sans intermédiaire ni altérité »23.

  • 24  Id., Livre des éclaircissements, dans Écrits, vol. 1, p. 262.
  • 25  Id., La pierre brillante, dans Écrits, vol. 1, p. 81.

17Il serait néanmoins erroné de considérer l’auteur des Noces spirituelles et du Royaume des amants comme un mystique purement spéculatif. La contemplation divine est une « fruition essentielle »24 qui se renouvelle par l’amour. Contempler Dieu, c’est vivre en Dieu dans l’amour, menant ensemble une « vie commune » (ghemeyne leven) qui imite la relation intra-trinitaire. Voilà la vie suressentielle : une rencontre « nuptiale » née du désir de connaître l’Autre et de se perdre en Lui, « c’est-à-dire en l’amour sur-essentiel avec lequel nous sommes un »25.

  • 26  Louis Cognet, Introduction aux mystiques rhéno-flamands, Paris, Desclée de Brouwer, 1968, p. 274.

18Ruysbroeck serait ainsi, selon Louis Cognet26, « le premier à avoir fait de “suressentiel” un élément important dans le vocabulaire de la spiritualité, mais, par la suite, il fera école. Avec la vie suressentielle, nous entrons dans le domaine le plus élevé et le plus obscur de l’expérience mystique, celui qui est réservé aux privilégiés ».

La diffusion : la Theologia mystica de Harphius

19Du vivant de l’auteur l’œuvre de Ruysbroeck était connue par la circulation de copies et des traductions rédigées par Guillaume Jordaens. La traduction latine de Laurent Surius datant de 1552 fera connaître le corpus ruysbroeckien en Europe, mais c’est surtout la Theologia mystica du franciscain Harphius qui devait assurer la diffusion du langage et du vocabulaire du mystique brabançon. C’est en 1538 que Thierry Loher publie sous le titre de Theologia mystica un recueil des principaux écrits de Harphius, rédigés tous en latin, hormis le Spiegel der Volcomenheyt, composé en moyen-néerlandais et paru en 1509 dans la version latine du chartreux Blomenvenna. Les ouvrages de Harphius n’étaient sans doute pas le fruit d’un auteur novateur et original. Véritable compilateur mystique, Harphius avait puisé abondamment dans les textes et dans la doctrine de ses prédécesseurs, Ruysbroeck in primis. Néanmoins l’Eden et le Spiegel, son œuvre majeure, étincellent d’une lumière particulière, suressentielle, destinée à séduire les lecteurs. Le style et le langage de Harphius sont ceux d’un rapsode qui joue avec ses sources recréant sous des images lumineuses une profonde atmosphère spirituelle située hors du temps et de l’espace.

  • 27  Hans Urs von Balthasar, La Gloire et la Croix, Paris, Aubier, vol. 4, 1982, p. 135.
  • 28Theologia mystica (éd. 1538), pars III, sermo 28.

20Si avec Ruysbroeck nous entrons dans « le tourbillon de la splendeur »27, grâce à Harphius cette luminosité éblouissante se répand partout, conduisant le lecteur jusqu’à l’Eden, au Paradis des contemplatifs. Harphius suit certes de près le maître de Groenendael, mais sous sa plume l’élévation in contemplationem superessentialem28 semble s’ouvrir à une dimension qui a déjà la saveur de l’éternité. Pour lui, ainsi que pour Ruysbroeck, ce suprême degré de la vie mystique est réservé à peu de privilégiés jouissant d’une faveur divine extraordinaire ; néanmoins selon le franciscain flamand l’âme est directement élevée à la vision divine sans passer par le procès de découverte de la « suressence » cachée au fond d’elle-même. Or, Ruysbroeck avait expliqué la « contemplation suressentielle » dans « l’union sans différence » s’appuyant sur le sens ontologique du mot overwesen. La vision était donc atteinte dans la coïncidence avec l’archétype divin, cette « suressence » immanente à l’âme, mais cachée, que Dieu seul par une sorte de touche divine pouvait illuminer. Esprit moins systématique, Harphius atténue fortement la valeur ontologique de la scintilla animae et ouvre directement « l’œil simple » de l’âme par la « lumière suressentielle » de Dieu.

  • 29Ibid.

21Le lumen gloriae élève surnaturellement l’intellect afin qu’il voie l’essence divine. Cette clarté n’est pas un « entre-deux » entre l’âme et Dieu, c’est ce que l’âme voit et avec lequel elle voit (non est medium inter nos et Deum, sed est id ipsum quod videmus et lumen in quo videmus29). L’espace d’un éclair, Dieu illumine l’âme par sa lumière lui accordant une connaissance adéquate de son essence divine sans retour de l’intellect. À cet instant intemporel l’âme est arrachée momentanément à la vie sensible et intellectuelle pour jouir d’une vision divine. Dans ce rapt extatique Dieu est donc vu et compris par le moyen de Dieu. Harphius avait beau préciser qu’il n’était pas ici question d’un état permanent ou réitérable, de fait il anticipait sur la terre la vision béatifique.

  • 30  Jean-Pierre Van Schoote, « Les traducteurs français des mystiques rhéno-flamands et leur contribut (...)

22Le recours au lumen gloriae ne passa pas inaperçu des censeurs du Saint-Office. La description de la contemplation suressentielle qui occupait maintes pages du Directorium contemplativorum (le Spiegel) et de l’Eden ne pouvait qu’alarmer les théologiens, d’autant plus que la Theologia mystica, éditée en 1538, réimprimée en 1545 et 1556, rencontrait un grand succès éditorial dans toute l’Europe. En 1585 l’ouvrage fut censuré donec corrigetur et l’année suivante le dominicain Pierre-Paul Philippi, Maître du Sacré Palais, donnait une édition corrigée, la seule désormais autorisée à circuler. Le censeur avait demandé d’atténuer certaines expressions susceptibles de confondre la contemplation sans images avec la vision béatifique. Le doigt fut pointé notamment sur le mot superessentialis, accusé d’exprimer l’intuition de l’essence divine réservée au Ciel. Ayant conscience que ce mot avait le pouvoir de faire penser à l’impensable, de matérialiser l’invisible, Philippi effaça de l’horizon linguistique l’essence et remplaça le terme superessentialis par le bien plus neutre supereminens. Cette substitution d’un mot « qui disait trop » par un autre « qui ne disait plus grand chose »30 allait provoquer une déchirure au sein du corps textuel mystique. Pourtant Philippi n’avait pas réussi à éteindre complètement la « lumière suressentielle ». Même reliée à l’ombre, elle clignotait encore en divers endroits de la Theologia mystica.

La lumière suressentielle à l’aube du Siècle des saints

  • 31  À ce propos Louis Cognet, tout en remarquant que cette édition pose des problèmes qui ne sont pas (...)
  • 32  Théologie mystique, Paris, Chestellain, 1616, livre III, ch. 26, p. 763 et ch. 27 p. 770.

23En 1598 les chartreux de Paris publièrent un Index expurgatorius des écrits de Harphius, où sont indiquées les corrections et suppressions demandées par le Saint-Office. L’exigence de dresser cet Index, destiné à ceux qui possédaient des éditions antérieures à la censure, montre l’ampleur de la diffusion de la Theologia mystica. De fait les anciennes éditions continuèrent à circuler et il ne suffisait pas de rayer d’un trait de plume le mot superessentialis pour l’effacer de l’esprit des lecteurs. D’autant que malgré la censure, dans l’édition corrigée de 1586 il était encore possible de trouver plusieurs occurrences de ce mot éparpillées dans les chapitres de l’Eden. Est-ce que ces occurrences concernant la vita contemplativa et superessentialis avaient réellement échappé aux yeux impitoyables des censeurs ou bien l’Eden avait-il été jugé comme une compilation de textes empruntés à Ruysbroeck31 ? Quoi qu’il en soit, au début du xviie siècle le mot superessentialis continua à circuler et en 1616 il fit aussi son apparition, rendu par « suressentiel », dans la première traduction française de la Theologia mystica, réalisée par Jean-Baptiste de Machault à partir de la nouvelle édition de Cologne parue en 1611. Cette édition française, traduite « du latin revu et corrigé de l’autorité du Saint-Père Clément VIII » lit-on sur le frontispice, conservait dans plusieurs passages de l’Eden la présence ambiguë du mot. Ainsi sous les yeux des lecteurs « la vie contemplative sur-essentielle, en laquelle consiste la suprême fruition du viateur » alternait avec « l’ornement de la vie contemplative sur-éminente32 ».

  • 33La perle évangélique, éd. Daniel Vidal, trad. fr. de 1602, Grenoble, Jérôme Millon, 1997, p. 377. (...)

24Il faut préciser que le mot « suressentiel » n’est pas entré dans le vocabulaire spirituel français par le seul intermédiaire des éditions de Harphius. L’activité de traduction des ouvrages rhéno-flamands assurée par la chartreuse de Vauvert y avait contribué largement. En 1609 dom Beaucousin publiait à Toulouse la première traduction française de L’ornement des Noces spirituelles de Ruysbroeck, rééditée en 1619. Les Œuvres spirituelles et dévotes de Henri Suso, déjà traduites et publiées par le chartreux Nicole Le Cerf en 1582, connurent une nouvelle édition en 1614. Parmi ces traductions, celle de la Perle évangélique, publiée en 1602, contribua tout particulièrement à l’élaboration de la langue spirituelle française. Sublime expression de la mystique nordique, la Perle évangélique, œuvre d’une béguine anonyme, introduisait le lecteur français « en ce fond intime essentiel de l’âme, auquel se trouve l’incréée essence de Dieu, et où la vie superessentielle durera éternellement »33.

  • 34  Cité par Jean Orcibal, La rencontre du Carmel thérésien avec les mystiques du Nord, Paris, PUF, 19 (...)

25En France, au début du xviie siècle, les pensées baignaient dans l’atmosphère abstraite de la mystique nordique. Le témoignage le plus intéressant est celui d’Anne de Jésus, peu après son arrivée en France. Dans une célèbre lettre datant du 8 mars 1605 la sœur avoue ne pas comprendre la dévotion et le langage spirituel des carmélites françaises : « tout se passe en une simple vue de Dieu. Je ne sais comment cela se peut faire […] C’est là une étrange manière de procéder : en vérité je ne l’entends pas »34. En effet l’ancienne collaboratrice de Thérèse d’Avila ne pouvait que trouver incompréhensible ce vocabulaire abstrait, car cette langue ne lui appartenait pas. Malgré l’influence des rhéno-flamands sur la mystique espagnole et sur Jean de La Croix en particulier, en Espagne la « lumière suressentielle » avait été absorbée par Llama de amor viva, et, sur le plan strictement lexical, le mot superessentialis avait disparu au profit du mot espiritual.

26Le panorama spirituel français est assez particulier, car on ne se borne pas à traduire les rhéno-flamands, on essaye aussi de recréer l’atmosphère mystique nordique par la rédaction de nouveaux ouvrages. C’est le cas du milieu capucin et de la Règle de Perfection de Benoît de Canfield en particulier. Nous y retrouvons la terminologie essentialiste des mystiques du Nord, mais loin d’être une simple adaptation de thèmes et de textes empruntés à autrui, sous la forme d’une méthode spirituelle Canfield propose une complexe doctrine de l’union à la volonté divine. C’est dans la troisième partie de sa Règle que le capucin en décrit le moment culminant, c’est-à-dire le mouvement d’adhésion à la « volonté superessentielle » de Dieu par lequel l’âme parfaitement épurée de toute image et forme créée est enfin absorbée dans l’essence divine.

  • 35  Benoît de Canfield, La Règle de Perfection, éd. J. Orcibal, Paris, PUF, 1982, p. 15-39.
  • 36Ibid., p. 332.

27Cette troisième partie de la Règle traitant de « la vie super­essentielle » connut une histoire éditoriale compliquée que Jean Orcibal a bien retracée35. Dès 1593 des copies manuscrites du texte circulaient en langue anglaise jusqu’à ce qu’une édition anonyme parut en 1609 chez l’imprimeur de Rouen Osmont, suscitant bien des critiques à cause de maints passages concernant la contemplation sans images. Canfield désavoua cette édition, ne l’ayant pas revue. Enfin en 1610 parut une édition officielle approuvée par les théologiens de la Sorbonne. Toutefois le texte était différent. Outre l’inclusion d’un traité de la passion du Christ, l’ouvrage présentait des substitutions lexicales : en nombre d’occurrences le texte portait désormais « suréminent » au lieu d’« essentiel » dans l’édition Osmont, et « essentiel » au lieu de « superessentiel ». Tout laisse penser à une interpolation prudente de la part de l’auteur, qui pourrait être confirmée par l’épître au lecteur où Canfield prend soin de préciser : « Notez que quand j’allègue Harphius, c’est toujours selon la correction faite à Rome »36. Ainsi des expressions telles que « vie superessentielle » et « volonté superessentielle » étaient atténuées (sans néanmoins disparaître tout à fait) au profit de la « vie superéminente ». Cependant malgré ces retouches, la doctrine de la Règle de perfection proposait une doctrine abstraite de difficile accès. On avait beau camoufler le mot suressentiel, même caché sous le masque du terme suréminent il continuait à dire l’Indicible, à signifier l’impensable : la contemplation sans images et l’union sans différence avec l’essence divine.

  • 37  Jérôme Gratien, Diez lamentaciones del miserabile estado de los ateistas de nuestro tiempo, Bruxel (...)

28En 1611, Jérôme Gratien37 s’insurgeait contre ceux qui soute­naient cette doctrine de l’union essentielle avec Dieu, la déclarant absurde, hérétique et fausse. Ce n’était que le début d’un long débat autour du langage mystique.

Le débat autour du langage mystique

  • 38Le cabinet mystique, dans Les œuvres spirituelles et mystiques du divin contemplatif F. Jean de Sa (...)
  • 39  É. Binet, La Vie apostolique, p. 349.

29Qu’elle séduise les mystiques ou excite la bile des théologiens, durant la première partie du xviie siècle la « lumière suressentielle » interpelle tout un chacun. Il fallait choisir : se ranger du côté des partisans du langage mystique de l’essence ou du côté de ses détracteurs. Il y a ceux qui, comme Jean de Saint-Samson (1571-1636), incarnent l’image vivante d’un mystique ébloui par cette clarté suressentielle. Plongé dans l’obscurité née d’un excès de lumière, ce mystique aveugle dicte l’invisible, à savoir la transformation de l’âme « en cette suressentielle suressence38 ». Binet, lui, au contraire, trouve scandaleux que l’on puisse oser « monter sur les rayons et sur les splendeurs de la majesté de Dieu » car ce serait « se hasarder de faire une horrible chute et en un moment éclipser toutes les vertus39 ».

  • 40  François de Sales, Traité de l’amour de Dieu (1616), dans Œuvres, éd. André Ravier, Paris, Gallima (...)
  • 41  Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’épo (...)

30Quelques-uns, comme Claude Hopil, préfèrent abandonner complètement le réseau métaphorique nordique ; d’autres, c’est le cas de François de Sales, trouvent un expédient élégant pour ne pas prendre position en se soustrayant à cette affaire épineuse : ainsi en 1616, dans la préface du Traité de l’amour de Dieu, l’évêque de Genève déclare ne pas avoir « voulu suivre ceux qui méprisent quelques livres qui traitent d’une certaine vie suréminente en perfection, aussi n’ai-je pas voulu parler de cette suréminence ; car ni je ne puis censurer les auteurs, ni autoriser les censeurs d’une doctrine que je n’entends pas »40. François de Sales choisit de ne pas citer le mot incriminé « suressentiel », mais dans la mesure où il parle de « suréminence », il l’évoque indirectement. À ce propos Sophie Houdard a remarqué que cette « suréminence fantôme » relève « d’une pratique de l’allusion41 ».

  • 42Pro Theologia mystica Clavis elucidarium, onomasticon vocabulorum et loquutionum obscurarum, quibu (...)

31L’évêque de Genève ne sera pas le seul à évoquer de tels fantômes lexicaux. En 1640, dans la Pro Theologia mystica Clavis le jésuite Maximilien van der Sandt oblige son lecteur à jouer à cache-cache avec les mots mystiques. Dans le riche vocabulaire qu’il fournit on trouve aussi le mot superessentialis. Néanmoins la définition qu’il en donne demeure assez floue : « Superessentialis cognominatur modus contemplandi in caligine, quia est super omnem modum ordinarium orationis consuetae »42. Après avoir donné deux références tirées des Institutiones attribuées à Tauler et des Noces spirituelles de Ruysbroeck, le jésuite renvoie à l’entrée Contemplatio super-eminens. Mais il suffit de feuilleter la Clavis pour s’apercevoir que cette entrée (ne figurant même pas dans l’Index) ne comprend pas de définition. Pour découvrir le sens de l’union sans intermédiaire, le lecteur doit chercher dans les pages consacrées au mot Amor. Le secret ou mieux encore la clé (clavis) du langage essentiel était l’amour.

  • 43  Jean-Pierre Camus, La théologie mystique (1640), Grenoble, Jérôme Millon, 2003, p. 99.

32La même année Jean-Pierre Camus s’attaque à un autre ouvrage de Sandaeus, la Theologia mystica seu contemplatio divina parue en 1627, où le jésuite faisait une distinction entre la « contemplation nuageuse » de Denys et une contemplation suréminente qui ne serait qu’un regard simple de la Divinité sans images et sans espèces. Au contraire, selon J.-P. Camus il n’y aurait « aucune différence entre la contemplation caligineuse et suréminente ». Pour extirper le problème à la racine, l’évêque de Belley nie tout simplement l’existence d’une vision suréminente de la Divinité : « Cette contemplation suréminente, précise-t-il, n’est autre que la nuageuse.43 » Ainsi il ne se contente pas d’éviter tout emploi du mot « surressentiel » : il conteste aussi le mot « suréminent » et tente d’effacer avec lui toute allusion dans le langage à la possibilité d’une intuition de l’essence divine.

  • 44  F. de Sales, Introduction à la vie dévote, dans Œuvres, p. 131.

33Pour mieux comprendre ce milieu spirituel qui se sentait hanté par le spectre du mot « suressentiel », il faut revenir à François de Sales, le maître de Camus. Si en 1616 il a pris ses distances par rapport au terme « suressentiel » ce pouvait ne pas être seulement par prudence. Ses mots, soigneusement pesés, laissent deviner une ironie subtile. Déjà en 1609, dans son Introduction à la vie dévote, il s’exclamait : « Laissons volontiers les suréminences aux âmes surélevées : nous ne méritons pas un rang si haut au service de Dieu ; trop heureux serons-nous de le servir en sa cuisine, en sa paneterie, d’être des laquais. »44

  • 45  Laurent de Paris, Le Palais de l’amour divin, Paris, Denys de la Noüe et Ch. Chastellain, 1614, p. (...)
  • 46  Yves de Paris, Les morales chrétiennes, Paris, Denys Thierry, 1649, p. 419.

34Témoin du climat spirituel de son temps, François de Sales semble se moquer du fourmillement de mots et de notions mystiques abstraits qui envahissent les écrits de ses contemporains ainsi que des violentes réactions qu’ils suscitent. En effet depuis le début du siècle l’on pouvait remarquer une inflation du langage à forme superlative véhiculé par les traductions des ouvrages rhéno-flamands et par le succès de l’édition française du corpus dionysien, publié par dom Goulu en 1608, puis réédité en 1629. Cette surabondance lexicale est attestée non seulement dans un ouvrage solide tel la Règle de Perfection, mais aussi dans des écrits syncrétiques comme le Palais de l’amour divin du capucin Laurent de Paris. Paru en 1602 et plusieurs fois réédité jusqu’en 1626, ce livre dont les pages sont bourrées de mots empruntés aux mystiques rhéno-flamands et italiens fait parcourir « les galeries du pur amour » où Dieu montre ce qu’Il est, « à savoir le seul être suressentiel ». Les lecteurs ne pouvaient que se laisser « emporter » par ce « suréminent Dieu amour », ce « suressentiel objet présent », l’âme ravie par cette « noblesse suréminente »45. Mais sous la plume de Laurent de Paris, ainsi que d’un autre capucin, Yves de Paris, qui encore en 1638 parlera d’une certaine « vertu extatique suressentielle46 », les termes « suressentiel » et « suréminent » perdent la rigueur d’application dont leur confrère Canfield avait fait preuve. L’inflation verbale résultant de l’accumulation de mots à forme superlative (sur-essentiel, sur-éminent, sur-angélique, sur-séraphique) finit par générer confusion et obscurité à l’intérieur du discours mystique, qui ne pouvait laisser indifférents les censeurs.

  • 47  Jean Chéron, Examen de la théologie mystique, Paris, E. Couterot, 1657, p. 51.

35Nous avons vu Gratien, Binet et Camus critiquer âprement cette doctrine véhiculée par le langage abstrait d’inspiration rhéno-flamande. En 1657 c’est le carme Chéron qui devait réagir face à cette hypertrophie du vocabulaire mystique. S’insurgeant contre l’obscurité du langage des mystiques, désormais considéré comme inintelligible, dans l’Examen de la Théologie mystique il déclare : « Ce n’est rien qu’un assemblage de paroles métaphoriques, impropres, affectées, recherchées, amplificatives et magnifiques »47. Mais si le langage de l’essence est désormais devenu incompréhensible, voire confus, c’est aussi à cause de l’abandon de l’horizon ontologique de la mystique rhéno-flamande. À partir de François de Sales le discours mystique s’est progressivement éloigné de la région de l’essence divine pour glisser sur un terrain plus psychologique. Sans une ferme structure ontologique subjacente le mot « suressentiel », ainsi que son remplaçant, le terme « suréminent », flottent dans un champ sémantique flou : si cette structure s’effondre, le mot est condamné à perdre son sens technique pour devenir un simple qualificatif, synonyme d’éminent, et enfin disparaître. Ainsi, au fil des décennies, le terme « suressentiel » tel que l’avaient employé Ruysbroeck ou Harphius était devenu non seulement incompréhensible, mais impensable.

  • 48  Mino Bergamo, L’Anatomie de l’âme. De François de Sales à Fénelon (1991), Grenoble, Jérôme Millon, (...)
  • 49  Jean-Jacques Olier, La Vie divine, dans De La création du monde à La vie divine, éd. Mariel Mazzoc (...)
  • 50  Id., De la création du monde, p. 83-84.
  • 51  Id., La vie divine, p. 147.
  • 52  Id., L’âme cristal. Des attributs divins en nous, éd. M. Mazzocco, Paris, Seuil, 2008, p. 98. Sur (...)

36Néanmoins comme l’a remarqué Mino Bergamo48, à chaque époque il existe « un petit groupe d’auteurs » qui s’efforcent de pen­ser ce qui est en train de devenir impensable. Jean-Jacques Olier fut l’un d’entre eux, qui, vers la moitié du xviie siècle, chaque nuit matérialisait sur sa feuille blanche des univers invisibles, impalpables, où soufflait encore l’écho de l’Origine. Ainsi à l’abri de regards indiscrets, Olier songeait à une « vie suréminente et suressentielle »49 que Dieu communiquerait aux âmes nues, vides, détachées de tout, prêtes à être remplies et possédées par l’essence divine. Cette « communication suressentielle » dont parle le fondateur de Saint-Sulpice ne serait qu’une expression de l’amour divin, « amour suressentiel » – précise Olier – dont Dieu « s’aime en ces âmes comme Il s’aime en lui-même »50. D’après Olier il n’y a pas l’ombre d’un doute : le destin de l’âme est d’être rendue participante de la « vie sublime, suressentielle et divine », à savoir « cette vie suréminente qui est en Lui comme la vie de son Être divin »51. Du vivant d’Olier seules quelques âmes élues eurent accès à cette doctrine mystique visant « l’être abyssal et suressentiel de Dieu »52. Après sa mort, survenue en 1657, l’année même de la parution de l’ouvrage de Chéron, ces mots mystiques renfermés dans quelques milliers de feuillets manuscrits tombèrent dans l’oubli. Avec eux s’éteignaient les derniers rayons de la lumière suressentielle.

  • 53  J.-B. Bossuet, Instruction sur les états d’oraison, dans Œuvres complètes, éd. Lachat, t. XVIII, P (...)

37Maintes années plus tard, au temps de la querelle sur le pur amour, le langage essentiel des maîtres de la mystique rhéno-flamande semblait oublié. « Qui connaît maintenant Harphius ou Ruysbroeck lui-même, ou les autres écrivains de ce caractère ? », demandait Bossuet53. « Ils demeurent presque inconnus dans des coins de bibliothèques ».

  • 54Livre des éclaircissements, p. 267.

38Après avoir traversé plusieurs siècles, enfin la lumière sur­essentielle s’éclipsa de la scène. Le succès du mot « suressentiel » fut à l’origine de son déclin. Ayant abusé de ce terme, les mystiques ont provoqué sa ruine, suscitant à la fois la censure et l’appauvrissement du langage de l’essence. Le rêve d’une langue disant l’indicible s’était brisé, les sentiers lexicaux lumineux parcourus par des mystiques d’époques et de lieux divers s’étaient interrompus. Est-ce que ces chemins lexicaux n’ont mené nulle part, ou bien la lumière suressentielle a-t-elle tout simplement été engloutie dans le néant d’où elle avait surgi ? Impossible de répondre, mais comme le chuchotait Ruysbroeck, « dans la sur-essence s’arrêtent tous les chemins »54.

Haut de page

Notes

1  Étienne Binet, La vie apostolique de saint Denis l’Aréopagite, patron et apôtre de la France, Paris, S. Chappelet, 1624, p. 2 et chapitre XII, p. 337 et suiv.

2Ibid., p. 352.

3  Voir Examen de la théologie mystique, Paris, E. Couterot, 1657, p. 54 et suiv.

4  É. Binet, La vie apostolique, p. 354-355.

5Ibid., p. 373.

6  Jean Baruzi, « Le point de rencontre de Bergson et de la mystique » (1933), dans L’intelligence mystique, éd. Jean-Louis Vieillard-Baron, Paris, Berg International, 1985, p. 71.

7Noms divins, XIII, 3, 981a, dans Œuvres complètes du Pseudo-Denys l’Aréopagite, trad. Maurice de Gandillac, Paris, Aubier, 1943, rééd. 1980, p. 175.

8Ibid., I, 585a, p. 67.

9  Voir Scholia in lib. De divin. Nom., PG 4, col. 73.

10  Voir le Commentaire sur le Parménide de Platon attribué à Porphyre, éd. et trad. Pierre Hadot, dans Porphyre et Victorinus, Paris, Études augustiniennes, 1968, t. II, p. 68.

11Noms divins, I, 585a, p. 68.

12Ibid., 1025b, p. 180.

13Ibid., 588b, p. 68.

14Periphyseon, I, éd. Édouard Jeauneau, « Corpus Christianorum, Continuatio mediaevalis », vol. 161, Turnhout, Brepols, 1996, p. 97 ; trad. Francis Bertin, t. 1, Paris, PUF, 1995, p. 97 : « Car celui qui dit qu’il est sur-essence ne dit pas ce qu’il est, mais ce qu’il n’est pas ; il dit en effet qu’il n’est pas essence, mais plus qu’essence ».

15  Itinéraire de l’esprit vers Dieu, Paris, Vrin, 1994, p. 105-107.

16  Maître Eckhart, Deutsche Predigten und Traktate, éd. Josef Quint, Munich, Hanser Verlag, 1995, Predigt 42, p. 353 ; voir Sermons, trad. Jeanne Ancelet-Hustache, Paris, Seuil, 1979, t. III, p. 152 : « Si j’ajoute : Dieu est un être, ce n’est pas vrai. Il est un être suréminent et un néant suressentiel ». Sur le nihilisme dans l’œuvre du mystique dominicain, voir Émilie Zum Brunn et Alain de Libera, Maître Eckhart. Métaphysique du Verbe et théologie négative, Paris, Beauchesne, 1984 ; et Vladimir Lossky, Théologie négative et connaissance de Dieu chez Maître Eckhart [1960], Paris, Vrin, 1998.

17Die Predigten Taulers, éd. Ferdinand Vetter, Berlin, Deutsche Texte des Mittelalters, vol. XI, 1910, [rééd. Dublin/Zurich, 1968], Predigt 32, p. 120. Sur l’emploi du mot úberweselich, voir aussi Suso, Vie, dans Œuvres complètes, éd. J. Ancelet-Hustache, Paris, Seuil, 1977, p. 303.

18  Eckhart, Deutsche Predigten, p. 352. Voir Sermons, p. 151 : « Mais quand toutes les images de l’âme sont écartées et qu’elle contemple seulement l’Un en son unité, l’être nu de l’âme rencontre l’être nu, sans forme, de l’Unité divine qui est l’être suressentiel reposant impassible en lui-même ». Voir aussi Tauler (Predigten, éd. cit., Predigt 46, p. 204), qui définit l’être divin formlos, wiselos, bildelos, úberweselich.

19  Jean de Ruysbroeck, Le miroir de la béatitude éternelle, dans Écrits, 4 vol. , Bégrolles-en-Mauges, abbaye de Bellefontaine, 1990-1999, vol. 3, p. 263.

20  Id., La pierre brillante, dans Écrits, vol. 1, p. 81. Au sujet des différences entre l’apophatisme radical de Maître Eckhart et la mystique nuptiale de Ruysbroeck, voir A. de Libera, Eckhart, Suso, Tauler ou la divinisation de l’homme, Paris, Bayard, 1996, p. 200 suiv.

21  Henri de Lubac, Surnaturel, Études historiques [1946], Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 402.

22  Ruysbroeck, Les sept degrés de l’amour, dans Écrits, vol. 1, p. 228.

23  Id., Les noces spirituelles, dans Écrits, vol. 2, p. 206.

24  Id., Livre des éclaircissements, dans Écrits, vol. 1, p. 262.

25  Id., La pierre brillante, dans Écrits, vol. 1, p. 81.

26  Louis Cognet, Introduction aux mystiques rhéno-flamands, Paris, Desclée de Brouwer, 1968, p. 274.

27  Hans Urs von Balthasar, La Gloire et la Croix, Paris, Aubier, vol. 4, 1982, p. 135.

28Theologia mystica (éd. 1538), pars III, sermo 28.

29Ibid.

30  Jean-Pierre Van Schoote, « Les traducteurs français des mystiques rhéno-flamands et leur contribution à l’élaboration de la langue dévote à l’aube du xviie siècle », Revue d’ascétique et de mystique, 39, 1963, p. 319-337, ici p. 332.

31  À ce propos Louis Cognet, tout en remarquant que cette édition pose des problèmes qui ne sont pas résolus, a avancé une hypothèse intéressante : la préface rédigée par le père Philippi ayant été placée en tête de la deuxième partie de la Theologia mystica et non au début de l’ouvrage, il ne serait pas invraisemblable que le projet primitif de l’édition n’ait compris que le Directorium. Voir Introduction aux mystiques, p. 291 et suiv.

32  Théologie mystique, Paris, Chestellain, 1616, livre III, ch. 26, p. 763 et ch. 27 p. 770.

33La perle évangélique, éd. Daniel Vidal, trad. fr. de 1602, Grenoble, Jérôme Millon, 1997, p. 377. Au début du siècle étaient également accessibles les Institutions du Pseudo-Tauler, qui peuvent être considérées comme une « anthologie de spiritualité rhénane et flamande » (voir Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France. La lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler. 1548-1699, Grenoble, Jérôme Millon, 2012, p. 173). Disponible dès 1587 dans la version française des Minimes de Vincennes, cet ouvrage connut plusieurs éditions tout au long du xviie siècle.

34  Cité par Jean Orcibal, La rencontre du Carmel thérésien avec les mystiques du Nord, Paris, PUF, 1959, p. 13.

35  Benoît de Canfield, La Règle de Perfection, éd. J. Orcibal, Paris, PUF, 1982, p. 15-39.

36Ibid., p. 332.

37  Jérôme Gratien, Diez lamentaciones del miserabile estado de los ateistas de nuestro tiempo, Bruxelles, 1611.

38Le cabinet mystique, dans Les œuvres spirituelles et mystiques du divin contemplatif F. Jean de Saint-Samson, éd. Donatien de Saint-Nicolas, Rennes, P. Coupard, 1658, p. 184.

39  É. Binet, La Vie apostolique, p. 349.

40  François de Sales, Traité de l’amour de Dieu (1616), dans Œuvres, éd. André Ravier, Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), 1969, p. 342.

41  Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’époque moderne, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 194 et suiv.

42Pro Theologia mystica Clavis elucidarium, onomasticon vocabulorum et loquutionum obscurarum, quibus Doctores Mystici, tum veteres, tum recentiores utuntur ad proprium suae Disciplinae sensum paucis manifestum, Cologne, Gualterius, 1640 (reprint Heverlee-Louvain, Éditions de la Bibliothèque S.J., 1963), p. 339, s. v. superessentiale : « On appelle suressentielle une façon de contempler dans la caliginosité, car elle est au-dessus de toute façon ordinaire d’oraison habituelle ».

43  Jean-Pierre Camus, La théologie mystique (1640), Grenoble, Jérôme Millon, 2003, p. 99.

44  F. de Sales, Introduction à la vie dévote, dans Œuvres, p. 131.

45  Laurent de Paris, Le Palais de l’amour divin, Paris, Denys de la Noüe et Ch. Chastellain, 1614, p. IV et p. 618.

46  Yves de Paris, Les morales chrétiennes, Paris, Denys Thierry, 1649, p. 419.

47  Jean Chéron, Examen de la théologie mystique, Paris, E. Couterot, 1657, p. 51.

48  Mino Bergamo, L’Anatomie de l’âme. De François de Sales à Fénelon (1991), Grenoble, Jérôme Millon, 1994, p. 199.

49  Jean-Jacques Olier, La Vie divine, dans De La création du monde à La vie divine, éd. Mariel Mazzocco, Paris, Seuil, 2009, p. 171.

50  Id., De la création du monde, p. 83-84.

51  Id., La vie divine, p. 147.

52  Id., L’âme cristal. Des attributs divins en nous, éd. M. Mazzocco, Paris, Seuil, 2008, p. 98. Sur la doctrine mystique et l’histoire éditoriale des écrits de M. Olier nous renvoyons à notre étude Les « petits mots » d’un aventurier mystique dans J.-J. Olier, Tentations diaboliques et possession divine, Paris, Honoré Champion (« Mystica »), 2012, p. 135-264.

53  J.-B. Bossuet, Instruction sur les états d’oraison, dans Œuvres complètes, éd. Lachat, t. XVIII, Paris, Louis Vives, 1864, p. 384-385.

54Livre des éclaircissements, p. 267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariel Mazzocco, « « Suressentiel » Aux sources d’un langage mystique », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2013, 609-627.

Référence électronique

Mariel Mazzocco, « « Suressentiel » Aux sources d’un langage mystique », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8180 ; DOI : 10.4000/rhr.8180

Haut de page

Auteur

Mariel Mazzocco

Collège de France
mariel.mazzocco@college-de-france.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals