Navigation – Plan du site

Le Paradis retrouvé : l’utopie linguistique de Jean Gerson

Paradise regained: Jean Gerson’s linguistic utopia
Isabel Iribarren
p. 223-251

Résumés

En focalisant sur l’usage que Jean Gerson fait de la langue vulgaire, cet article cherche à ramener la portée de la vision gersonienne des langues à l’histoire de la spiritualité à la fin du Moyen Âge, au-delà de son importance pour l’histoire de la philosophie, déjà signalée par Zénon Kaluza dans son importante contribution sur le célèbre statut parisien de 1340. Entendue dans une perspective rhétorique et casuistique, la question du langage pour Gerson s’inscrit dans une histoire du salut où l’enjeu est de réduire la discorde régnante dans les écoles et dans l’Église à la concorde d’une théologie de type affectif ancrée dans la simplicité du cœur. Dans cette optique, le français ressort comme un langage plutôt adapté à une aspiration aussi universelle que la contemplation mystique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les « deux logiques » et la réforme des études théologiques
Mystique et rhétorique : le « concordisme » de Gerson
Le français comme lingua franca de la Chrétienté
Le vulgaire et l’« unisson » mystique
Le bilinguisme de Gerson et la vulgarisation de la doctrine
Conclusion : le salut et ses langages

Aperçu du début du texte

« Or ne sommes nous pas ycy a disputer curieusement ou lire en escole, mais a croire humblement… Belle ame, ame crestienne, bel o devot peuple crestien, qui est le cuer qui pourroit penser, quelle la langue qui scauroit reciter la tres doulce et inestimable bonte de Nostre Seigneur ».
Jean Gerson, sermon Memoriam fecit mirabilium (1402).

Au début du xve siècle, Jean Gerson recourait dans son œuvre écrite et oratoire tantôt au latin tantôt au français en fonction du sujet traité et du public visé. Ceci n’est ni une surprise ni une nouveauté pour les historiens médiévistes qui s’intéressent à la figure de Gerson ou à l’histoire doctrinale et politique de la France médiévale. Ce n’est pas une suprise que le chancelier de l’Université de Paris et célèbre prédicateur qui entame une réforme des études théologiques pour faire place à une plus grande affectivité de type mystique soit sensible aux risques que comporte un mauvais choix de langage en matière doctrinale. L’attention que Gerson po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Le Paradis retrouvé : l’utopie linguistique de Jean Gerson », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2014, 223-251.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Le Paradis retrouvé : l’utopie linguistique de Jean Gerson », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8247 ; DOI : 10.4000/rhr.8247

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Faculté de Théologie catholique, Université de Strasbourg
8, rue Charles Gerhardt
67000 Strasbourg
iribar@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals