Navigation – Plan du site

Vénérer l’image miraculeuse, consoler l’image martyre. Pratiques de dévotion autour de Notre-Dame de la Colombe (1635‑1648)

Worshipping the miraculous image, comforting the martyr image. Piety and devotion around Notre-Dame de la Colombe (1635‑1648)
Morgane Belin
p. 257-290

Résumés

À travers l’histoire de la statue de Notre-Dame de la Colombe, victime des iconoclastes en 1635, on découvre combien les Vierges miraculeuses furent pensées et vécues par les fidèles comme des « agents » performants. Cette statue miraculeuse rassembla en effet des personnages d’horizons très différents, au cœur d’une société pourtant hiérarchisée à l’extrême dans les Pays-Bas méridionaux du xviie siècle. Cet article étudie les pratiques cultuelles des différents acteurs (prémontrés en Brabant, carmes déchaussés à Namur, curés, paroissiens laïcs, dames nobles). Il souligne le statut de martyre qui fut conféré à l’image brutalisée par les calvinistes, érigés au rang de bourreaux. Il montre enfin comment l’image de Notre-Dame de la Colombe s’est finalement substituée à son prototype.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les faits : l’histoire de Notre-Dame de la Colombe
Mobiles et profils des dévots
Les religieux
Les curés de Linsmeau et les prémontrés
Les carmes déchaussés à Namur
Les laïcs
Les seigneurs de Linsmeau
Le peuple de Linsmeau
Les bourgeois de Namur
Vénérer l’image miraculeuse, consoler l’image martyre
Parler de la Vierge martyre et fustiger ses agresseurs
Modes d’expression de la dévotion
De la Vierge à l’objet : un déplacement de la dévotion
L’image agent

Aperçu du début du texte

S’il est une figure marquant la vie religieuse dans les Pays-Bas méridionaux au xviie siècle, c’est bien celle de Marie. Reine du Ciel victorieuse et triomphante ou mère aimante et protectrice, la Vierge est présente partout. À travers les confréries qui se développent dans presque chaque paroisse ; aux portes et sur les murs des villes que l’on couvre de statuettes à son effigie ; dans l’iconographie religieuse diffusée par le biais de l’imprimerie ; dans la liturgie et les pratiques de dévotion. Mais le phénomène le plus caractéristique du développement du culte marial à cette époque est sans aucun doute le succès rencontré par les Vierges miraculeuses. Des sanctuaires connaissent en effet un rayonnement inouï jusqu’alors, grâce aux vertus miraculeuses prêtées aux images qu’ils abritent. Notre-Dame de Montaigu, Notre-Dame de Hal, Notre-Dame de Laeken, Notre-Dame de Foy… sont autant de dénominations à travers lesquelles la Vierge prodigue ses bienfaits aux dévots. Toutes les Vierge...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Belin, « Vénérer l’image miraculeuse, consoler l’image martyre. Pratiques de dévotion autour de Notre-Dame de la Colombe (1635‑1648) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2015, 257-290.

Référence électronique

Morgane Belin, « Vénérer l’image miraculeuse, consoler l’image martyre. Pratiques de dévotion autour de Notre-Dame de la Colombe (1635‑1648) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8401 ; DOI : 10.4000/rhr.8401

Haut de page

Auteur

Morgane Belin

Université de Namur
Rue de Bruxelles 61
5000 Namur

morgane.belin@unamur.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals