Navigation – Plan du site

Le symbole ésotérique de la traversée du fleuve chez Platon

The esoteric symbol of the river crossing in Plato
Mathieu Labadie
p. 299-324

Résumés

À partir d’un extrait du livre X des Lois, nous avons remarqué que chez Platon, l’image récurrente de la traversée du fleuve était systématiquement en rapport avec la question de l’immortalité de l’âme. Ainsi, que ce soit à l’intérieur des mythes que le philosophe élabora, ou à l’intérieur de ses développements dialectiques, la traversée du fleuve a tout d’un symbole ésotérique, autrement dit, d’un symbole en rapport avec la transmission de la connaissance métaphysique inhérente au processus initiatique traditionnel. Nous proposons de montrer dans cet article que l’analyse des différents extraits de l’œuvre de Platon relatifs à la traversée du fleuve (dans la République, le Phédon, le Phèdre et le Timée) permet d’étayer cette hypothèse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La question de l’ésotérisme chez Platon
La traversée de l’Ilissos dans le Phèdre
La traversée du fleuve Amélès dans la République
La question de l’immortalité de l’âme dans le Phédon et les quatre fleuves de l’Hadès
Conclusion

Aperçu du début du texte

Platon se propose, dans le livre X des Lois, de démontrer que l’opinion des athées, selon laquelle il n’existerait aucune puissance supra-humaine omnisciente, est non seulement fausse mais surtout dangereuse puisque « la méconnaissance du rôle de la divinité est la menace la plus grave qui pèse sur la sauvegarde et l’excellence de la cité ». Parmi les pires insolences à l’égard des choses sacrées, on trouve également le fait de penser que les dieux ne s’occupent pas des hommes ainsi que la croyance que l’on peut détourner ceux-ci par des sacrifices. Ces trois opinions sont des délits et ils doivent être condamnés par la cité. Doit-on pour autant les punir ? Non, répond Platon (par la bouche de l’étranger d’Athènes) : le législateur devrait au contraire, dans ces cas d’une extrême gravité, « donner de la voix pour se faire l’auxiliaire de l’antique tradition qui veut qu’il y ait des dieux ». Le problème des athées, d’après l’étranger, est qu’ils placent tout simplement en premier ce ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Labadie, « Le symbole ésotérique de la traversée du fleuve chez Platon », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2015, 299-324.

Référence électronique

Mathieu Labadie, « Le symbole ésotérique de la traversée du fleuve chez Platon », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8405 ; DOI : 10.4000/rhr.8405

Haut de page

Auteur

Mathieu Labadie

Université de Montréal
Université de Caen Basse-Normandie

mathieu.labadie@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals