Navigation – Plan du site

La crise du sacrement de pénitence dans le catholicisme français des années 1960-1970

The crisis of the sacrament of penance in the French Catholicism of the years 1960-1970
Guillaume Cuchet
p. 397-428

Résumés

La crise du sacrement de pénitence a été si profonde dans le catholicisme français des années 1960-1970 que certains s’imaginent qu’il a été tout bonnement « supprimé » par le concile Vatican II. Au début des années 1960 encore, son administration était considérée par le clergé comme l’une des charges les plus chronophages du ministère pastoral. La crise de la confession est, de ce point de vue, l’un des aspects les plus révélateurs de la « crise catholique » des années 1965-1975. Elle constitue un fait sociologique et spirituel majeur qui incite à revenir sur la conjoncture particulière des années 1960-1970, pour essayer de comprendre ce qui a pu précipiter cette chute et voir ce qu’elle peut nous apprendre sur l’histoire religieuse et culturelle de la période elle-même.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire du père Auguste Roy.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La chute de la confession, un fait sociologique et spirituel majeur
L’ampleur statistique du décrochage
Le tournant du milieu des années 1960
Les causes de la crise
Un facteur déclencheur : la sortie de la culture de la pratique obligatoire
Le silence sur les « fins dernières »
La déconnexion entre confession et communion
La lassitude de la jeune génération sacerdotale des années 1950-1960
Le calendrier de la réforme et son caractère relativement tardif
Le problème de la contraception
La désaffection du confessionnal, symptôme et facteur de crise
L’effet paradoxal des « célébrations pénitentielles » avec absolution collective
Les significations de la crise

Aperçu du début du texte

Un certain nombre de faits récents, notamment des publications, certaines déclarations du pape François, des initiatives pastorales du type « journées du pardon », des remises en service de confessionnaux parfois, donnent à penser que pourrait bien se dessiner dans le catholicisme contemporain un mouvement de redécouverte de la confession ou, en termes techniques, du sacrement de la pénitence et de la réconciliation. L’avenir dira ce qu’il faut en penser, notamment s’il ne s’agit que d’une manifestation parmi d’autres du mouvement de retour à certains usages préconciliaires (de la soutane au latin) qui prévaut actuellement dans une partie du catholicisme français, ou d’un mouvement plus profond. Mais tel quel, il fournit d’ores et déjà à l’historien (qui ne sait jamais très bien de quoi il est le symptôme) l’occasion de revenir sur la crise d’un sacrement qui fut, dans les années 1960-1970, si brutale et si profonde que certains ont pu s’imaginer qu’il avait été tout bonnement « sup...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Cuchet, « La crise du sacrement de pénitence dans le catholicisme français des années 1960-1970 », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2015, 397-428.

Référence électronique

Guillaume Cuchet, « La crise du sacrement de pénitence dans le catholicisme français des années 1960-1970 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8414 ; DOI : 10.4000/rhr.8414

Haut de page

Auteur

Guillaume Cuchet

Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne
Centre de recherches en histoire européenne comparée (CRHEC)

guillaume.cuchet@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals