Navigation – Plan du site

La satire de la Révélation dans le Cymbalum mundi

Satire of the Revelation in the Cymbalum mundi
Alain Mothu
p. 457-483

Résumés

Publié à la fin de 1537 ou au tout début de 1538, le Cymbalum Mundi, petit livre français contenant « quatre dialogues poétiques, fort antiques, joyeux et facétieux », fut jugé pernicieux, impie et détestable par tous les contemporains, tant catholiques que protestants, et tôt supprimé par les autorités. Dans cet article, nous souhaitons montrer qu’ils ne se trompaient pas : l’auteur, Bonaventure Des Périers, plantait le glaive au cœur de la Révélation chrétienne, en se moquant notamment de la « Bonne Nouvelle » et du Verbe divin. Le Cymbalum représente donc un indéniable témoignage antichrétien, philosophiquement très mûr, du premier xvie siècle et, comme tel, il se pose sûrement comme un document de première importance pour l’histoire religieuse de l’Europe moderne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« Pernicieux » ?
La Bonne Nouvelle
Le Verbe Mercurien

Aperçu du début du texte

« Pernicieux » ?

« Pernicieux et donc à supprimer » (perniciosus est, ideo supprimendus) : ainsi se concluait, le 19 juillet 1538, le jugement de la Faculté de théologie de l’université de Paris concernant le Cymbalum mundi, petit ouvrage d’apparence pourtant fort innocente, puisque bâti de « quatre Dialogues Poetiques, fort antiques, joyeux, et facetieux », publié à Paris peut-être à l’extrême fin de 1537 (date de publication affichée), avant d’être réédité à Lyon l’année suivante. Quelques mois avant que la Sorbonne ne se prononçât, début mars 1538, le chancelier Antoine du Bourg, armé d’une lettre royale et d’un exemplaire du libelle, avait saisi à son sujet le Parlement de Paris, en la personne de son premier président Pierre Lizet : au dire de François Ier en personne, le Cymbalum abriterait en effet de « grands abuz et heresies » éminemment punissables. Chasse devait donc être donnée à son « compositeur », autrement dit son auteur, et son « imprimeur ».

Par quel canal le roi, al...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mothu, « La satire de la Révélation dans le Cymbalum mundi », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2017, 457-483.

Référence électronique

Alain Mothu, « La satire de la Révélation dans le Cymbalum mundi », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8755 ; DOI : 10.4000/rhr.8755

Haut de page

Auteur

Alain Mothu

CELLF 16‑18 de Paris-Sorbonne, CNRS UMR 8599
alain.mothu@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals