Navigation – Plan du site

Regards juifs alexandrins sur les religions

Jewish Alexandrian Perspectives on Religions
Katell Berthelot
p. 635-660

Résumés

Cet article analyse les discours de deux auteurs juifs alexandrins du tournant de notre ère, Philon et l’auteur de la Sagesse de Salomon, sur les cultes polythéistes de leur temps, en examinant successivement si ces auteurs développent une réflexion de type historique sur les religions, comment ils classent et hiérarchisent les différents cultes, leur réflexion sur l’attrait esthétique des images, l’usage qu’ils font des théories évhéméristes, le rapport qu’ils établissent entre polythéisme et athéisme, leur condamnation des cultes à mystère, et enfin leur rejet de la divination. Philon et l’auteur de la Sagesse ne sont pas ignorants des réalités socioreligieuses de leur temps, mais leur discours reste globalement polémique et inspiré par la tradition biblique de la critique des idoles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Quelle(s) perspective(s) d’« histoire des religions » chez Philon et l’auteur de la Sagesse ?
2. Une taxinomie hiérarchisée des conceptions religieuses et des cultes du monde gréco-romain
2.1. Opinions et pratiques cultuelles erronées : des niveaux distincts mais liés
2.2. Gradation dans l’erreur liée à la représentation
3. Polythéisme et esthétique
4. Un rapport ambigu aux théories évhéméristes
5. Polythéisme et athéisme
6. L’immoralité du polythéisme, illustrée par les cultes à mystères
7. Le rejet de la divination
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Quel « discours sur les religions » rencontre-t‑on dans les textes juifs de l’Empire romain ?… Existe-t‑il dans cette littérature un discours qui ne se réduise pas à la dénonciation de l’idolâtrie, telle qu’elle apparaît déjà dans les livres prophétiques de la Bible, qui tournent en dérision les idoles faites de main d’homme ? Trouve-t‑on dans les textes juifs davantage que des bribes d’information éparses sur des fêtes ou des rites qui ne retenaient pas l’attention pour eux-mêmes, et apparaissent surtout comme des éléments d’un décor ou d’une construction rhétorique ? Trouve-t‑on, enfin, autre chose qu’un discours théologico-philosophique articulé aux catégories du vrai et du faux, de la piété et de l’impiété, de la vertu et du vice ?

Ce qui nous est parvenu de la littérature juive antique résulte d’un double filtrage, effectué par les auteurs de la littérature rabbinique d’une part, et par les chrétiens de l’autre. Ce sont des chrétiens qui ont transmis les textes du ju...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katell Berthelot, « Regards juifs alexandrins sur les religions », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2017, 635-660.

Référence électronique

Katell Berthelot, « Regards juifs alexandrins sur les religions », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8825 ; DOI : 10.4000/rhr.8825

Haut de page

Auteur

Katell Berthelot

CNRS, Aix-Marseille Université
UMR 7297 TDMAM (Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale)
berthelot@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals