Navigation – Plan du site

La religion qui souille : les catégories du pur et de l’impur dans la polémique religieuse pendant l’Antiquité tardive

Dirty Religion : the categories of pure and impure in Late Antique religious polemics
Pierluigi Lanfranchi
p. 717-736

Résumés

La dichotomie pur/impur fait partie de la logique intrinsèque des religions anciennes, y compris le christianisme. Ce dispositif symbolique, qui permet d’établir ce qui est à l’intérieur et ce qui est hors du système, s’est révélé très efficace dans des contextes polémiques. Le vocabulaire de l’impureté, de la contamination, de la pollution, de la contagion, de la saleté, du dégoût, a été utilisé pour caractériser les religions des autres. Dans cet article on analyse trois exemples de cette stratégie polémique de la part d’auteurs chrétiens. Selon l’auteur, Firmicus Maternus, Jean Chrysostome et Shenouté n’utilisent pas ce vocabulaire de façon métaphorique. Leur attitude – qu’ils partagent avec les Juifs et les « païens » – suppose une peur de la souillure qui est réelle, concrète, physique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La dichotomie pur/impur dans les religions de la Méditerranée ancienne
Firmicus Maternus et l’impureté des païens
Jean Chrysostome et l’impureté des Juifs
Shenouté et l’impureté des hérétiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les discours sur les religions ont été souvent fabriqués dans un contexte polémique et apologétique. Il suffit de penser à l’invention du mot polytheia par Philon d’Alexandrie ou à sa réinvention moderne par Henry More (1614‑1687). Prêtre anglican et représentant du cercle néoplatonicien de Cambridge, More polémiquait dans son ouvrage An Explanation of the Grand Mystery of Godliness (London 1660) d’un côté avec les courants déistes et théistes, de l’autre avec les catholiques romains et les mouvements radicaux, tels les Quakers. Dans les pages qui suivent je ne m’intéresserai pas à la dimension philosophique ou théologique du discours polémique. Je me concentrerai plutôt sur sa composante émotionnelle. En effet, lorsqu’il s’agit de distinguer entre « nous » et « eux », entre ceux qui sont dans la vérité et ceux qui sont dans l’erreur, les spéculations théologiques et les discussions doctrinales laissent souvent la place aux passions et aux émotions, parfois les plus viol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierluigi Lanfranchi, « La religion qui souille : les catégories du pur et de l’impur dans la polémique religieuse pendant l’Antiquité tardive », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2017, 717-736.

Référence électronique

Pierluigi Lanfranchi, « La religion qui souille : les catégories du pur et de l’impur dans la polémique religieuse pendant l’Antiquité tardive », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8830 ; DOI : 10.4000/rhr.8830

Haut de page

Auteur

Pierluigi Lanfranchi

Aix-Marseille Université – Centre national de la recherche scientifique
UMR 7297 TDMAM (Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale)
pierluigi.lanfranchi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals