Navigation – Plan du site

Le discours sur les religions chez Grégoire de Nazianze et Maxime le Confesseur, ou l’art de discréditer le « monothéisme » juif

Discourse on Religions in Gregory of Nazianzus and Maximus the Confessor, or the Art of Discrediting Jewish “monotheism”
Christian Boudignon
p. 777-795

Résumés

Le discours sur les religions de Grégoire de Nazianze, d’abord ternaire (polythéisme, athéisme, judaïsme) devient binaire (judaïsme et hellénisme). Le judaïsme y occupe la catégorie qui correspond aujourd’hui au « monothéisme ». Une tentative originale de Grégoire consiste à recourir aux catégories politico-religieuses (polyarchie, monarchie, anarchie) et à introduire dans le « monothéisme » juif l’idée de rébellion de l’Un contre lui-même, ce qui aboutirait à un polythéisme. Refusant l’idée de dissension en Dieu, Maxime le Confesseur propose à partir des positions de Grégoire, un autre discours sur les religions où, face au polythéisme, le « monothéisme » juif serait réduit à l’athéisme, laissant ouverte pour le christianisme la catégorie du « monothéisme ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Grégoire de Nazianze et son discours sur les religions
1.1. Discours ternaire : athéisme, judaïsme, polythéisme
1.2. Discours binaire : hellénisme et judaïsme
1.3. Discours politico-religieux : monarchie, polyarchie, anarchie
2. Le discours sur les religions de Maxime le Confesseur
2.1. Le refus de la stasiologie par Maxime le Confesseur
2.2. Le discours binaire sur les religions de Maxime : hellénisme-polythéisme et judaïsme-athéisme

Aperçu du début du texte

Dans son Dictionnaire philosophique, à l’article « Théologien », Voltaire présente le portrait bien amusant d’« un vrai théologien qui possédait les langues de l’Orient ». Après avoir passé sa vie à débrouiller les questions les plus confuses et notamment « comment l’Église chrétienne fut divisée depuis sa naissance en différents partis et comment la société dominante traita toutes les autres d’hérétiques », il devint véritablement savant, se défia de tout ce qu’il savait et « à sa mort avoua qu’il avait consumé inutilement sa vie ». Sur les traces de ce théologien, qui est peut-être un autoportrait de Voltaire, passionné d’histoire du christianisme, je voudrais modestement réfléchir à la façon dont deux grandes figures du christianisme grec antique, Grégoire de Nazianze à la fin du ive siècle et Maxime le Confesseur au début du viie siècle, ont pensé la catégorie religieuse du « monothéisme », à défaut du mot qui ne fut inventé qu’en 1660.

1. Grégoire de Nazianze et son discours sur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Boudignon, « Le discours sur les religions chez Grégoire de Nazianze et Maxime le Confesseur, ou l’art de discréditer le « monothéisme » juif », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2017, 777-795.

Référence électronique

Christian Boudignon, « Le discours sur les religions chez Grégoire de Nazianze et Maxime le Confesseur, ou l’art de discréditer le « monothéisme » juif », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8834 ; DOI : 10.4000/rhr.8834

Haut de page

Auteur

Christian Boudignon

Aix-Marseille Université – Centre national de la recherche scientifique
UMR 7297 TDMAM (Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale)
christian.boudignon@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals