Navigation – Plan du site
Mélanges

Génétique des textes et système chaotique

Daniela Tononi

Résumé

Tout en partageant l’impossibilité remarquée par Louis Hay d’une systématisation et d’une homologation des opérations qui s’étalent dans les manuscrits, il faut toutefois interpréter tout processus de création en tant que transition de l’entropie à l’ordre. La possibilité d’une analogie entre le texte et le système chaotique a été déjà soutenue par Noëlle Batt selon laquelle toute œuvre satisfait les facteurs du système chaotique.
C’est à partir de ces principes que l’on démontrera l’analogie entre système chaotique et génétique des textes :
1. Le fait d’être un système évolutif (avec variables et constantes) doué d’une dynamique temporelle.
2. L’association paradoxale de déterminisme et d’imprévisibilité.
3. L’alternance de phases ordonnées et de phases désordonnées.
4. La sensibilité aux conditions initiales internes.
5. Le fait d’avoir pour attracteur un attracteur étrange qui est une courbe fractale.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’élaboration d’un texte littéraire, la programmation initiale et la spontanéité de l’écriture, l’oscillation entre systèmes ordonnateurs (plans, notes, ébauches, scénarios) et moments aléatoires, permettent d’établir une analogie entre le processus d’écriture et le système dynamique non linéaire (ou chaotique) dont le fonctionnement est déterminé par l’alternance entre phases ordonnées et phases désordonnées.

  • 1 L. Hay, « La Troisième Dimension de la littérature », dans Texte, 5-6, 1986-1987, p. 313-328.

2Ainsi, si l’on met en rapport l’existence des moments aléatoires dans la genèse du texte avec les modèles d’écriture proposés par Louis Hay1, l’écriture « à programme » résout la dichotomie entre l’aléatoire et le déterminisme de façon explicite tandis que l’écriture « à processus », qui avance sans une programmation initiale, peut présenter des moments qui ne sont qu’apparemment aléatoires et qui, analysés dans leur spécificité, confirment la présence d’un projet préliminaire.

3Alors, cette conjonction du calcul et de la spontanéité, permet de relire le rapport entre hasard et déterminisme, entre écriture « à processus » et écriture « à programme », conformément à la théorie du chaos déterministe. L’oscillation continue entre systèmes ordonnateurs et moments aléatoires nous permet aussi bien d’expliquer tout ce qu’on attribue habituellement au hasard que de transférer au texte littéraire les principes qui règlent les systèmes dynamiques non linéaires, à savoir :

  • 2 N. Batt, « Dynamique littéraire et non-linéarité », dans P. Cotte (dir.), Langage et linéarité, Vil (...)

1. Le fait d’être un système évolutif (avec variables et constantes) doué d’une dynamique temporelle.
2. L’association paradoxale de déterminisme et d’imprévisibilité.
3. L’alternance de phases ordonnées et de phases désordonnées.
4. La sensibilité aux conditions initiales internes.
5. Le fait d’avoir pour attracteur un attracteur étrange qui est une courbe fractale.2

4C’est à partir de ces principes par lesquels Noëlle Batt démontre l’analogie entre le système chaotique et le système de réception d’une œuvre, qu’on proposera une approche originale des rapports entre système chaotique et génétique des textes. Or, c’est l’instabilité textuelle concrétisée par les plans, les projets et les ratures qui permet d’instaurer cette analogie car tout processus de création se traduit en tant que transition de l’entropie à l’ordre bien que le chaos persiste toujours sous forme de trace.

  • 3 L. Hay, La littérature des écrivains : questions de critique génétique, Paris, José Corti, 2002, p. (...)
  • 4 Ibidem.
  • 5 Ibidem.

5Le premier principe qui insiste sur le rapport entre dynamique temporelle et évolution du système-roman met en question les pouvoirs que Louis Hay3 attribue au texte pendant sa création : les pouvoirs sur le temps, sur l’espace et sur les signes. Dans le processus d’écriture le temps n’est pas une catégorie stable car l’écrivain peut toujours intervenir sur le texte pour le modifier ou le transformer : ce sont les campagnes d’écriture prenant en compte le temps de rédaction avec ses déviations temporelles, qui permettent d’établir la chrono-genèse du texte. En ce qui concerne le pouvoir sur l’espace, l’écrivain transforme la page en lieu virtuel « toujours ouvert à une pluralité de parcours »4 qui ne suivent pas forcément une logique temporelle tandis que le pouvoir sur les signes se concrétise par des graphismes qui, loin d’être des éléments accessoires, participent à ce que Louis Hay définit « émergence du texte »5.

  • 6 P.-M. De Biasi, « Qu’est ce qu’un brouillon ? Le cas Flaubert : essai de typologie fonctionnelle de (...)

6Ce caractère évolutif du système roman se manifeste de manière concrète dans la phase de classement génétique qui permet d’établir les liens entre chrono-genèse et opérations d’écriture. Parmi les documents de genèse qui donnent des détails significatifs, le dossier documentaire joue un rôle déterminant. Toutefois il peut arriver que les documents du dossier documentaire préparatoire ne soient pas datés ou, dans le cas de l’écriture à processus, qu’ils n’existent pas : dans ce cas l’évolution ne peut pas tenir compte de l’axe du temps mais des enchaînements logiques des transformations. Ce principe de classification que De Biasi appelle chrono-typologie permet ainsi « de nommer et de classer des documents génétiques relativement à leurs fonctions »6.

  • 7 J. Neefs, « Les manuscrits : objets intellectuels », dans L. Hay (dir.), Les manuscrits des écrivai (...)

7Or, la chrono-génétique sur l’axe du temps et la chrono-typologie sur l’axe de la logique, confirment que le texte peut être considéré comme un système évolutif qui possède sa propre dynamique car, comme le remarque Neefs, « Les manuscrits sont l’espace d’une modification interne incessante, virtuellement toujours renouvelable, avant que le texte ne soit fixé dans l’impression »7.

  • 8 P.-M. De Biasi, « Les points stratégiques du texte », dans Le Grand Atlas des Littératures, 26-27, (...)

8Le deuxième principe, c’est-à-dire la conjonction de déterminisme et d’imprévisibilité, peut être expliqué en abordant la question de l’appartenance générique du texte et de la force innovante que le texte peut avoir par rapport au genre de référence. Étant donné que la question du genre trouve dans l’acte de réception son accomplissement, il faut réfléchir sur la stratégie réceptive mise au point par l’écrivain pour comprendre le rapport établi entre le texte et les genres de référence et pour trouver les « points stratégiques du texte »8 qui permettent à la stratégie auctoriale de s’accomplir.

  • 9 Ibidem.
  • 10 A. Del Lungo, L’incipit romanesque, Paris, Seuil, 2003, p. 32.

9Selon De Biasi9 le titre, l’incipit et l’explicit constituent les « points stratégiques » du texte, car il s'agit de dispositifs qui ouvrent et achèvent l’expérience de la lecture. Or, c’est l’incipit qui d'après Del Lungo « vise à légitimer le texte, à orienter sa réception et à établir un pacte de lecture avec son destinataire » et c’est toujours l’incipit qui « est censé fournir des informations sur la nature du texte et sur l’histoire racontée, tout en déployant une stratégie de séduction du lecteur »10. C’est donc à propos de l’incipit qu’on essayera de démontrer la coexistence dans le texte de « déterminisme et imprévisibilité », concepts qui caractérisent tout système chaotique : si l’on considère le rapport entre le texte et son genre de référence, le déterminisme peut indiquer le lien que chaque œuvre garde avec les modèles de la tradition tandis que l’imprévisibilité peut remarquer toute forme d’innovation par rapport à la codification générique hégémonique. Le déterminisme qui se traduit en conformité au modèle générique de référence est alors « déterminé » par les éléments qui réalisent l’ancrage générique du texte. Mais de quelle manière l’écrivain détermine-t-il l’imprévisibilité du texte ?

10Le fait que le texte n’est jamais la réduplication d’un modèle de référence car pourvu d’un certain dynamisme plus au moins innovant par rapport aux textes qui lui sont proches, nous permet de parler de deux degrés d’imprévisibilité. Pour les œuvres qui ne s’opposent pas aux modèles de référence, l’imprévisibilité est presque nulle car elle agit sur des traits isolés qui ne déterminent aucune transformation générique. Lorsque, par contre, la transformation générique porte sur le modèle complet, nous assistons au degré maximum d’imprévisibilité qui conditionne aussi l’horizon d’attente de l’œuvre.

11Ainsi si du point de vue génétique le déterminisme se concrétise par toutes les opérations de marquage générique, l’imprévisibilité comprend toutes les opérations négatrices plus au moins créatrices vouées à la déstabilisation du genre de référence.

  • 11 W. Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, « Philosophie et lan (...)

12Le repérage des opérations négatrices ou procédés moins, qui constituent selon Iser11 les procédés construits à partir des procédés abandonnés, permet ainsi de mieux définir la dynamique de la stratégie auctoriale à partir de la mise au point d’une stratégie d’ouverture.

  • 12 B. Boie, D. Ferrer, « Les commencements du commencement », dans B. Boie et D. Ferrer (dir.), Genèse (...)
  • 13 Ibid., p. 17.
  • 14 Ibidem.

13Plusieurs études ont démontré l’impossibilité d’un classement exhaustif des incipits à cause de leur grande variété typologique. Toutefois Bernhild Boie et Daniel Ferrer12 tout en reconnaissant un grand nombre de formes intermédiaires ont esquissé une typologie des incipits se référant aux modèles d’écriture proposés par Louis Hay, écriture à programme et écriture à processus. Ainsi dans un premier groupe ils incluent « tous les écrivains qui d’une manière ou d’une autre préparent leur travail, le programment, projettent, esquissent le dessin de leur commencement »13. Une autre typologie est représentée par les débuts multiples, « Pages d’emblée textualisées, mais recommencées sans cesse jusqu’à ce que l’accès au roman soit trouvé »14 tandis que dans le cas du « travail de l’incipit » la mise au point se fait sur la première page.

14Tout en admettant la variété des commencements, il faut toutefois remarquer que l’incipit annonce les choix que l’écrivain fait aux niveaux modal, thématique et formel, c’est-à-dire au niveau des composantes qui définissent le genre : ainsi le déterminisme peut s’expliciter par le choix d’un topos très connu ou par des formes stéréotypées qui permettent de situer le texte en rapport aux modèles connus tandis que l’imprévisibilité peut répondre aux intentions les plus diverses comme l’expérimentation formelle, l’invention ou la parodie.

  • 15 L. Aragon, Je n’ai jamais appris à écrire ou Les Incipit, Genève, Skira, 1969, p. 241.

15Au-delà de tout classement typologique, il est toutefois possible de distinguer quatre opérations fréquentes dont les incipits font l’objet à savoir la reconfiguration, le déplacement, la variation et la démultiplication. En analysant les opérations susdites caractérisées par des degrés différents d’intervention, l’œuvre peut aussi bien révéler les phases de construction de la stratégie réceptive mise en acte par l’écrivain que le sens même de l’œuvre car « le roman se termine […] précisément lorsque son commencement se trouve être une fin »15.

16En ce qui concerne le troisième le de mxte li stratégie réce es de construction de la stratégie des"> le. Lae87 opérxte">

  • 16 N. Batt, « Dynamique littéraire et non-linéarité »,icid., p. 917.

Lae87 oppla fodDde ques se ep ent desle" /> es plusAI: ts, es d’inrécision; ce queIn gardn (1931) ai appeté des «zon es d’inrétermintsion pér Ise (1976) des «bla des s.
es#ftfporte "e'araaption et àfportereiondaence,eon généal, desle" /> es descriptefs,saara"is mi atiquement,oùt s’eer ce suvment ur travai "stydist que très soutene.16

  • 71 W. Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique,icid., p.3328.
  • 83 Ibid., p.3232.
  • 90 A-J. Greimasr, , Paris, Seuil,19803, p.1542.
  • L. Hay, La littérature des écrivains : questions de critique génétique,icid., p.542.
  • M. R an, ley, Laossduction dutTexte, Paris, Seuil,19791.

71 es descriptefs qui permettent de mieux concrétiser la coexistence l’ordremet depératirce dans le textP. Cnçust en tant que « isnjonction entre lts sgements du texte »71, des «bla des ppgg ent deslverpsectvees frgemenpées qui ne pevmentabsouirt à la chférenceqnue par « L’acivlité de représenaction du lecteur »83, tandis que les descriptions pevment être considérses commt des 90 utonomes par rapport au textP. les daux typologis textuellns pevment être analysest en tant queprémulate des opérations considérses les plus fréquentes dans laprévision d’un textn : la rédcation et L’ugimentatio..>Eneffe,> tout en reconnaissant l’existence ds plusieurs"styles de genèse, il est toutefois possible de considéver lesbla dee comme le rémulate d’un processus souttracife ou rédcatfn et la descriptio comme ues forme de l .

>8l’anaysce des manuscrits nous permet alors de r construire landi continlité textuelle qui caractérist lesbla dee etde sviser les phases par lesque les l’écrivainefpace jusqu’à sa comprèteomiessior la rlgation des sgements textues. Sit lesbla deeous «zon es d’inrétermintsion p constituent lesle" /> es érations is du texte, les descriptions rémul ent des sgements#ftfporte "e'araaption qui selonR an, le> fonctionnant parumtonymrie dunucleus>.>Eneffet la descriptio possède ues « "e'arae himéarchmique non linéairr »4 qui trouve son degrézmér dans l’invenrairecCnçut en tant ql’nNuméaption desspartiee e/our des prpariétsx d’un tut>. C’est par des « procéuires de mise en multip r »5 qet la descriptioac quvertune ste'arae arboirec rpuis que lu « htème titrr » quidormine la multip et quu «gparatint lunlité mi atco-pr inelle de la multip  » peut être « oumris àuneour à plusieurshreforulgations ». Parmi les opérations dehreforulgatio, qui essrsent lunlitéur multip descriptve,ion distingur la reforulgatio, par coidesiation et la reforulgatio, parexaensioe. La première opératioi donnn lieu à la dnormintsioedéfinisioe.Ssi larpsectualiratioe poaduit soit la frgemenaption des éléments du uj et de la descriptio soit la thématstatioe par « L’attribption d’uneour d plusieurs prpariétsx au htème titrr » ae mise en rlgation permet de remarquerlCe principe qui règli larssociation entre ltsspartiee e lle toue. Maise li strssr tout l’opératioi de nou- thématstatioe qui permetld’exaension descriptve car « une partiesvélnctiontée pararpsectualiratioe peut être hroise comme nou- thmme es, à oun tur,t être nvlirgtée sous différentsarpsecns : prpariétsxénvenque les et sou-spartier »03.

91Ainsi le processus re « mise enatircs » ne la multip coïincrde avec a,saararatioi de la multip descriptve par rapport à l’esembem «flusids » du texte. Or, bien que 15-rpossibie proposve par Batt s limtie à l’acte de réceptios, à bienavoir des «zon es d’inrétermintsion p et les sgementssaara"is constituent le rémulate d’un processus d’écriture complxce que l’anaysce génétique peutexpliquee.

  • B.Mrandlbrot, ,New York,> W.H.e Feremnl,19832.
  • id., «Unt are pour l’mouir de lascitip  », dans ,nNuméor spécail,1984., p. . (...)

03, la théorie des fractalns permet de distinguer des formes complxces qui, entreordremet chao,e ristentinvarientes pour tout hrangmtent d’ibielle. Ce principe appeté L’utoslimlariti permet dafnfirmer que les sou- systèmes qui cmpposent un système complxce sont mulrivlrentsadu système mêmn :« Cce sont des formestue lesique eulas des détails danspporsve hrangent lorsq'ion lesa granire pouravoir des hrases deaprè. Dcon,t chaquepetintbsou d' ues fractaln contment laclefr de la construction toute iièrr ».

12.>En fait si l’onrentment en tant que principe fodaemenale la apaclité de toutepetinne partie d’une œuvrt de ionnar « laclefr de la construction toue iièrr e,ionn15-rperçopit qu ily ae dans le romanpPlusieurs éléments qui satissont cette fonctio. Dd’un es de const mi atiqu,> le titre, pareeomple, confirma traditionuellementlCe principe L’utoslimlariti car il représenet lunt des sou- systèmes qui caractérisent le système-roma>.>En rlgationumtonymr queourumtaphorqnue par rapport au text,r « le itredevisent l’abstractionde constr », ds sgemen rminimum qui ynsthétsue le sensdau roman même. Le eds mi atiqunde citredréoulle ainsi de la force desynsthsve par rapport àsionpr s mêmesir les éléments quile composent ne sont jamais de la même natur.

  • Ibid., p.542.

d etprendvtailes les pmédnctione à onge terc>.

Ainsi, en risa variationutoslimlariti qui règli le rapport entre le roman et certaiis desles élément,rlCe principe re « sensibilité aux conditions initiales internen p permet de démontrer commest tout rminine modificationdles éléments qui se trouvnte en rlgationumtonymr que avec lu romai, enthaîne L’utires modifications considéiables dans le textP.

. C’estEdwgardLhomnze qui n, 193t démontre l’impertence du principe re « sensibilité aux conditions initiale i n,ientraduysant l, concepn d

rappliqué à tou systèmeossibie de l’ qulibrneour à tou système qui dompteuen comportemenn tempore xpérodgique. les daux système>, quisont pour attracteur un es dour un «cycls limti », en dégit de toutepetinne variation desspaamètiresrevisenment « au mêmn s A dant lesire dans u système dynamique lesaattracteus:

  • D. Rumelle,
  • Priglognv et tegeors remarquntn :« DavideRumelleas caractérise ces“aattracteusrétrangn15e, qu’ona. (...)
  • 41> N. Batt,F/em>o p.icidF3, p.199dF
  • Ibid., p. 917.

appelleaattracteusrétrangne ces objets goumtrgiques da nature fractal.. Maie, qu’est ce qui fonctionn, commeattracteur fractas dans le système roman ?Ppour le. es internee ettexternen .41.>Ainsi selon le..

03Or, ers études concernent le rapport entre littérature et frctralitésont suvment remarqré as noceslité ne considéver la frctralité selonson accpntionumtaphorqnue en tant qmamultiplication d’un même thmme qui se réalis selon diverses modalitn si l’objet fractasest « Luntion d’un nombre(fin) ne cpieis de lu- même à ébiellu rédistr », ds roman en tant qma système chaotique par/> lme mêmu princip.iparsles éléments se rpcoidentlà s ébiells (:lanqul,histoiry, nnont,t nnonriatio)>.

l’analogie entre le système dynamique non linéaireetr ls processus l’écriture peut êtrealors expliquie d’une pare par lemrouvmrensdau uj e-écrivain qli entredéterminisme et imprévisibilit, parsresrep etirn,e esaprévision,e ionnty le se modifee et transforreson text,rdL’utirt pat par mes modifications ne certaiis éléments du «umanuscri-constr e qui fotnobjet d’une stratégie auctoriale plus au moinsvoelonrair>. C’est doncéce es de constructio textualimationatégie incipi,nde citr>, des description>, desbla de>, des rpnétatios our desreiondaencse ste'araeellsn qu il str possible l’inte pmtrer er roman en tant qma système dynamique non linéaire.

NnoteF <

13 L. Hay, « a TtroisièmeDDimensionructio littératur », dans ,5-6d,1986-1987., p.313-328e.

N. Batt, « Dynamique littéraire et non-linéarité », dansPP. Cette (dir.), ,Viellipevm- lAscqs,Ppreslesundiveritiaires u Scpneontronl,19969, p.189-200., p. 93e.

L. Hay, La littérature des écrivains : questions de critique génétique, Paris,JpostCoari, 2002., p.139e.

3 Ibidem.

Ibidem.

63dPJ.-M.De Biansi, «Qqu’esn ce qd’unbroutlelon ?Lle casFlaumbetn :resaindcx typologie fonctionnlbemplesdocuments et genès »,19 janvmier2007e, cosulctr er25/11/2016d,URLn :<>http://www.itdemsen fr/index.php? id133663>m.

dJ. Neefsr, « Les manuscritn : objetsintl lecteln », dans L. Hae (dir.), , Paris,JpostCoari, 19869, p.102-1169, p.117.

83dPJ.-M.De Biansi, «Lces points stratégiques e constr », dans ,26-27l,19909, p. 6-277.

93 Ibidem.

103AM.Del Lungo, , Paris, Seuil,2003., p.32m.

11 W. Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, « Philosophie et lagagu »,1985., p.361m.

12 B. Boie, D. Ferrer, « Les commencements du commencement », dans B. Boie et D. Ferrer (dir.), Genèses us roman contempoafin:s incipiseud ntrme nsmécriture, Paris,CNRS Éndition, 2002., p.7-368.

13 Ibid., p. 17.

14 Ibidem.

15 L. Aragon, Je n’ai jamais appris à écrire ou Les Incipit, Genève, Skira, 1969, p. 241.

16 N. Batt, « Dynamique littéraire et non-linéarité »,icid., p. 917.

71 W. Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique,icid., p.3328.

83 Ibid., p.3232.

90 A-J. Greimasr, , Paris, Seuil,19803, p.1542.

L. Hay, La littérature des écrivains : questions de critique génétique,icid., p.542.

M. R an, ley, Laossduction dutTexte, Paris, Seuil,19791.

Ibidem.

Eon palanttruction ègln d’exaension qui caractérist lesle" /> es descriptef, R an, le] précitn :«  […]mtrantions ieune hrast rminiiale(nuclnéairs, mtorcliell),t chcune d rses composantesmugeondre ues forme plus complxc  […r e( Laossduction dutTexte,icid., p.57). .

4 J.-M.Adam, F. Revazt, «Arpseces de la "e'araaptionde construcescripten : lesemarquie rl’nNuméaption etde reforulgatior », dans ,81, 19869, p.59-983, p.641.

5 Ibidem.

J.-M.Adam, La descriptioe, Paris,PpreslesUndiveritiaires de Francl,19903, p.104.

> J.-M.Adam, F. Revazt,F/em>o p.icidF3, p.62dF

> Ibid., p.90dF

J.-M.Adam, La descriptioe,icid., p. 091.

03 Ibid., p. 131.

B.Mrandlbrot, ,New York,> W.H.e Feremnl,19832.

id., «Unt are pour l’mouir de lascitip  », dans ,nNuméor spécail,1984., p. 7-191.

SB. Bkobza, Le ougue et lenvoir », Genève,LibraigieDrozd,1986., p.331.

Parmi les classificatiose proposves par la titpologit, il faut remarquerl’étudr deLhé Hoek ( Lamariqunde citr. Ddispositfs miiaotiquee d’une rmatique textuelle, Pari->La Hait,MButonl,1981)i qui citr mestitrs

5D. Rumelle, , Paris,Ede. dileJacobl,19941.

d Ibid., p.542.

dPs. Droes, «Duction dflexivlitéeon généal, et de la mise en byine( comme procéd)t en pariculier », dansJ. Bceslière et-M.Schmelinge (dir.), , Paris,HogortéChampronl,2002., p.157-174., p. 641.

8 L.Däellnbachs, «R dflexivlitéete lectur », dans ,49 (177)l,19809, p. 3-37., p.301.

>Ps. Droes,F/em>o p.icidF., p. 64dF

Ibid., p. 652.

I. Priglognve, tegeorsI., Laenouvelle lliaip r:rumtamorphrasr de lascitip e, Paris,G llielard,19863, p.131.

D. Rumelle,

Priglognv et tegeors remarquntn :« DavideRumelleas caractérise ces“aattracteusrétrangn15e, qu’ona.négllement appetes“aattracteusr frctran15e, par mour prè grane sensibilité aux conditions initialee. Ce quu igndifee que l’lateattracteurnle se caractérist plusde cout parsonin sensibilité àdtepetinns: variatiors d rsesspaamètire. Ttoutepetinne variation strsssceptible l enthaîner deseffels dansmesutr>, dn déportre le système d’unlate àun autre prè . […]>Lopsposition entredéterminisme etalnéstoirn strbatnue enbprche. […] C’est ératamais utouir dse thmmes de la aibilité et de giei stabilité qma s’rganhisent oes descriptionsdau mane,e etnlon utouir dt l’osposition entrehhasard et noceslitr e( Laenouvelle lliaip r:rumtamorphrasr de lascitip e,ctxt p.13)

41> N. Batt,F/em>o p.icidF3, p.199dF

Ibid., p. 917.

AB. Butot, , Paris, dileJacobl,1993., p.341.

AB.Goulltr, « Ls"styln à laluemière des fractaln », dans

Ibid., p.1668.

> Ibid., p.1628.

A.Hverchmbeg Pi, letr, «Sstyln et genès », dansO>.>nokhina et . Pnétlelon (dir.), , Paris,IMEC médcteu,e20069, p.134-1468.

Ibid., p.1368.

Ibid., p.137-1328.

Ppouricimer ct paricleF

Rr cne lecrontique

> >Danhe la <r,  >Ggénétique dts texmesent système chaotiquF
Aucteue

>

> h4>Aariclensdau mêmuaucteue

>
DropisrdL’utteue imge lt="LicmucneCreactve Ccomcos"s"styld="borue-width:0l"srcf=https://i.creactve comcos.rg/l/by-nc-nd/4.0/88x341png" /n>br /nLes coutenes de laRIEFe sontmris à dispositionnselon mestermmes de la>.