Navigation – Plan du site
Lumières romantiques

Lamartine : le moi et l’Histoire

Gianni Iotti

Texte intégral

1Pierre Barbéris estime que l’attitude romantique consiste essentiellement dans la réouverture d’une Histoire que la bourgeoisie victorieuse considérait comme fermée :

  • 1 Manuel d’histoire littéraire de la France, coordination assurée par P. Barbéris et Cl. Duchet, Pari (...)

L’Histoire recommence, et les contradictions nouvelles relancent le mouvement ; il existe à nouveau du drame, du mystère, du non dominé, quelque chose qui échappe à l’homme et le menace, quelque chose, aussi, qui lui est, qui peut lui être promesse, mais alors bien entendu, de tout autre chose que l’ordre bourgeois.1

  • 2 Baudelaire, Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains, I. Victor Hugo dans Œuvres complètes, (...)
  • 3 Voir E. Cassirer, La Philosophie des Lumières, Paris, Fayard, « Agora », 1986, p. 263-303, chapitre (...)
  • 4 « […] cela signifie un grand changement de perspective dans l’interprétation du progrès humain par (...)

2Si le siècle des Lumières avait prétendu réduire l’histoire à l’apparition progressive, et à la fin triomphante, de la raison contre les préjugés et les injustices, les Romantiques perçoivent bien d’autres courants dans le fleuve de l’histoire : depuis ceux qui sont les plus immédiatement visibles et qui sont constitués par l’opposition entre les forces sociales, aux courants les plus profonds qu’expriment les légendes et les mythes, et que Baudelaire qualifiera de « concentrations de vie nationale, […] des réservoirs profonds où dorment le sang et les larmes des peuples »2. Dans le contexte des Lumières le moi était encore dissimulé derrière une instance rationnelle qui garantissait son universalité, l’histoire était étudiée et racontée comme le lieu du progrès et des tâtonnements d’une vérité in progress. Le sens humain était bel et bien déjà pensé en diachronie, dans un rapport relativiste avec le temps et l’espace – en effet la « conquête du monde historique », pour reprendre les termes de Cassirer3, n’a pas dû attendre Burke ou de Maistre pour s’affirmer. Toutefois, la confiance dans la capacité de la raison à constituer un point fixe d’observation au-dessus du mouvement de l’histoire demeurait. En revanche, dans la perspective romantique – que Hegel dotera d’une théorie philosophique – le moi va se concevoir désormais délayé dans le temps, comme la fonction évolutive de sa propre action historique4.

  • 5 G. Lukacs, Théorie du roman, Genève, Éditions Gonthier, 1963, p. 115-116.
  • 6 Cité par P. Barbéris, op. cit., p. 507.
  • 7 A. de Lamartine, Le Génie ; voir Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade » (...)
  • 8 Senancour, Oberman, Paris, Flammarion, « GF », p. 77.
  • 9 A. de Lamartine, Le Vallon (ŒP, p. 20).
  • 10 Id., Jocelyn, deuxième époque (ŒP, p. 595).
  • 11 G. Lukacs, Théorie du roman, cit., p. 111.

3Mais le sujet post-révolutionnaire qui se constate de plus en plus pétri par l’histoire est amené, par cela même, à se sentir menacé dans son intégrité, et c’est justement ce qui le pousse à postuler, pour se défendre, une dimension dans laquelle il puisse se soustraire au déterminisme historique : « […] coupé de la transcendance le moi reconnaît en lui-même la source de tout devoir-être et, par une conséquence nécessaire, se reconnaît lui-même comme la seule matière digne de la réalisation de ce devoir-être »5. Le temps et l’histoire se sont encore davantage ouverts après la Révolution, devenant le cadre ultime d’une réalité humaine dérobée au regard divin et à celui de la raison universelle, amenant un certain moi romantique à se constituer sous la pression d’un futur « aussi inconnu qu’inévitable », ainsi que l’écrit Lamennais en 18216. Ce moi s’est projeté sur un ordre naturel conçu comme antérieur à l’histoire et, de fait, comme la négation de cette dernière : « Assis sur la base immuable/ De l’éternelle vérité », le génie, selon le Lamartine des Méditations poétiques, voit « d’un œil inaltérable/ Les phases de l’humanité »7. Et Senancour : « Je m’aime moi-même, mais c’est dans la nature, c’est dans l’ordre qu’elle veut, c’est en société avec l’homme qu’elle fit, et d’accord avec l’universalité des choses »8. Revêtu de ces caractéristiques, le moi romantique revendique de s’isoler dans une dimension où – d’après Lamartine – « Le bruit lointain du monde expire en arrivant »9 ; il aspire à échapper à une histoire qui a été bouleversée, et par laquelle il se sent d’ailleurs irrésistiblement entraîné : « Oh ! Pourquoi suis-je né dans ces jours de tempête, / – se demande le jeune protagoniste de Jocelyn (1836) cloîtré dans son séminaire alors qu’au dehors la Révolution fait rage – Où l’homme ne sait pas où reposer sa tête ?/ Où la route finit, où l’esprit des humains/ Cherche, tâtonne, hésite entre mille chemins,/ Ne pouvant ni rester sous un passé qui croule, / Ni jeter d’un seul jet l’avenir dans son moule ? »10. Cette notion du sujet va par la suite être ramenée à des proportions moins ambitieuses pour être finalement détruite pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Pour reprendre les mots de Georg Lukacs : « cette autarcie de la subjectivité est la plus désespérée de ses ultimes défenses, le renoncement à toute lutte pour se réaliser hors d’elle, dans le monde, lutte considérée d’avance comme sans issue et dégradante »11.

  • 12 A. de Lamartine, ŒP, p. 135.
  • 13 « Au milieu des bouleversements et des cataclysmes, au milieu, simplement, de l’effondrement des ce (...)
  • 14 « L’’histoire du romantisme, en tant que contestation de l’héritage des philosophes, sera celle du (...)
  • 15 F. Engels, Anti-Dürhing, M. E. Dühring bouleverse la science, Paris, Éditions sociales, 1950 (trad. (...)

4« Heureux qui, s’écartant des sentiers d’ici-bas,/ – c’est l’ouverture de La Solitude, dans les Nouvelles Méditations poétiques – à l’ombre du désert allant cacher ses pas,/ D’un monde dédaigné secouant la poussière,/ Efface, encore vivant, ses traces sur la terre,/ Et, dans la solitude enfin enseveli,/ Se nourrit d’espérance et s’abreuve d’oubli ! »12. On perçoit aisément que le « monde dédaigné » par le moi auquel renvoie le thème poétique de la solitude n’est autre chose que le renversement d’un dédain par lequel ce même moi – très concrètement, dans ce cas, le moi aristocratique de Lamartine – se sent menacé au sein du monde qui est le fruit de la Révolution13. Le fait est qu’aux yeux des témoins les plus sensibles de cette époque, indépendamment de leur appartenance sociale et des idéaux qu’ils affichent, la réalité se présente sous des dehors très différents de ce qui avait été envisagé de manière optimiste par les philosophes du XVIIIe siècle : bouleversement des rôles traditionnels mais aussi inertie des privilèges, enracinement profond des injustices et des préjugés, pouvoir anéantissant de l’argent, amplification des rapports d’intérêt personnels14. Ainsi que l’a écrit Engels dans l’Anti-Dürhing : « […] comparées aux pompeuses promesses des philosophes des lumières, les institutions sociales et politiques établies par la “victoire de la raison” se révélèrent des caricatures amèrement décevantes »15. Même si on ne reprend pas à son compte la position marxiste, on conçoit que la gêne éprouvée par le sujet romantique confronté au nouvel univers post-révolutionnaire ait pu se muer en une sensation d’extranéité, ou s’opposer ouvertement à la société selon les modalités liées à l’appartenance des écrivains à telle ou telle génération. Pour les héros précurseurs du romantisme comme René, Oberman, et Adolphe, il va s’agir d’une élaboration du deuil de la noblesse qui, suite à la Révolution, a perdu son ubi consistam social, matériel, et moral ; pour les jeunes arrivistes de la Restauration comme Julien Sorel et Rastignac, d’une expérience de la brutalité du monde caractérisé par la logique capitaliste et industrielle ; pour Frédéric Moreau ou pour le moi baudelairien, d’un rejet de la société démocratique à laquelle on oppose l’idéal de l’art.

  • 16 Barbéris lui-même reconnaît que « le repli sur soi n’est qu’un des mouvements de l’âme romantique ; (...)
  • 17 « J’embrasse d’un regard la destinée humaine ; / à mes yeux satisfaits tout s’ordonne et s’enchaîne (...)
  • 18 A. de Lamartine, Jocelyn, Ibid., p. 595.
  • 19 Ibid., p. 724.

5Il serait toutefois réducteur d’interpréter l’élaboration romantique de la subjectivité uniquement en fonction de la réaction à une réalité historique post-révolutionnaire perçue comme frustrante16. Il existe, c’est chose connue, un romantisme typiquement français, engagé, humanitaire et lié à l’action sociale, au sein duquel l’influence des Lumière se fait plus prononcée : Michelet, Quinet, Lamennais, Vigny, Victor Hugo dans la deuxième période de sa production. Et naturellement Lamartine. Certes, dans l’œuvre de ce dernier, un accent lyrique imprégné d’une religiosité potentiellement alternative à l’histoire-mouvement est omniprésent, de même que la nostalgie du cosmos traditionnel doté d’un sens considéré comme immuable est récurrent17. Dans les premiers temps de la production de Lamartine, comme il arrive chez le jeune Hugo, l’accent porte surtout sur la Révolution perçue comme un événement perturbateur et sacrilège qui a bouleversé l’ordre du monde : « Un grand peuple, agité par l’esprit de ruine, / Fait écrouler sur lui tout ce qui le domine ; / Il veut renouveler trône autels, mœurs et lois ;/ Dans la poudre et le sang tout s’abîme à la fois »18. Cependant, à mesure que le rôle politique joué par l’écrivain acquiert de l’importance pendant la monarchie de Juillet, et notamment après février 1848, les plaintes et les invectives vont petit à petit céder la place à des considérations d’une autre teneur. Les événements révolutionnaires vont désormais être perçus comme l’étape d’un mystérieux dessein divin : « Ainsi, Seigneur, tu fais d’un peuple sur la terre / L’outil mystérieux de quelque grand mystère ; / Sans connaître jamais ses plans sur l’univers, / à la trame des temps travaillant à l’envers, / Les nations de l’œil à leur insu guidées/ Sont dans la main de Dieu les instruments d’idées »19. Non différemment de Maistre, Lamartine aussi attribue à la Révolution une signification providentielle : mais alors que le premier le fait d’une manière absolument critique, le second le fait d’une manière constructive. Ainsi, le moi poétique de Lamartine finit-il par se chercher dans la perspective d’une histoire au cours de laquelle l’humanité s’émancipe de l’erreur et de l’injustice ainsi que dans une nature où Dieu se réfléchit.

  • 20 « La plupart des hommes ne sont malheureux, que parce qu’ils dédaignent avec stupidité le bonheur q (...)
  • 21 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, suivi de Fragment sur l (...)

6Si l’on exclut ce que l’élégie des Méditations doit spécifiquement au Rousseau des Rêveries, c’est du courant génériquement rousseauiste de la philosophie du XVIIIe siècle, portant sur la question du bonheur et sur la notion de progrès, que va s’inspirer Lamartine. Je songe tout particulièrement à Condorcet et à Mably. Ce dernier, dans De l’étude de l’histoire, avait adopté une perspective optimiste et égalitaire ; il avait affirmé que les sociétés humaines tendent à la conquête du bonheur et que le parcours historique des peuples est constitué par l’effort contre les instances (passions, préjugés, privilèges) faisant obstacle à cette tendance naturelle20. Et Condorcet, dans l’Esquisse, s’était efforcé de démontrer que « la perfectibilité de l’homme est réellement indéfinie ; que les progrès de cette perfectibilité, désormais indépendante de toute puissance qui voudrait les arrêter, n’ont d’autre terme que la durée du globe où la nature nous a jetés »21. On constate cependant que, chez Lamartine, le projet rationaliste des philosophes va se muer en un progressisme utopique qui risque souvent de faire échouer sa poésie sur l’écueil de la mystification. L’œuvre de Lamartine s’inscrit largement au sein de la composante la plus caduque, et à certains égards la plus typique, de la production romantique. Et cela notamment du fait qu’en elle – c’est ce que je me propose de démontrer – le rapport qui s’instaure entre l’instance liée aux Lumières et la dilatation poétique du moi est placé sous le signe de la complémentarité plutôt que du conflit. Or, si l’art moderne le plus représentatif – de Sade à Céline et jusqu’à Jonathan Littel – dérive souvent de prémisses qu’on peut considérer comme condamnables (jetant le discrédit sur l’espèce humaine, aurait dit Voltaire), il est rare, voire impossible, que cela se produise à partir de prémisses mystifiées. Il est d’ailleurs vrai – cela soit dit en passant – que la critique littéraire ne saurait réduire son objet aux composantes idéologiques, ou simplement liées aux contenus, de l’œuvre. Dans la meilleure production de Lamartine la contradiction, poétiquement féconde, entre une instance qui abdique mélancoliquement – et régressivement – par rapport à l’histoire et une instance qui célèbre pompeusement la destinée progressive de l’histoire ne manque pas de se manifester. Et ce n’est que sur la mise en valeur d’une telle contradiction et de ses articulations textuelles que peut se fonder une interprétation approfondie de son génie poétique.

  • 22 Voir G. Lukacs, Problèmes du réalisme, Paris, L’Arche, 1975.
  • 23 Voici la description de cette deuxième option telle que la présente Barbéris : « Certes, il faut re (...)
  • 24 A. de Lamartine, Cours familier de littérature. Un entretien par mois, Paris, On s’abonne chez l’au (...)
  • 25 K. Marx, Les Luttes de classe en France 1848-1850. Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Montreuil-sou (...)

7Je vais toutefois me situer ici à un niveau d’abstraction plus élevé, sans véritablement affronter le niveau interprétatif. Si une bonne partie de l’œuvre de Lamartine peut être tenue pour mystifiée, cela tient surtout à l’insistance sur la conciliation entre le moi et l’histoire qu’elle exhibe. Preuve du fait qu’à cette époque – ou, peut-être, devrions-nous dire : à partir de cette époque – l’efficacité poétique d’une œuvre passe presque inévitablement par sa négativité, par le refus – ainsi qu’on l’a souligné – de toute mythologie fondée sur une idée de progrès rectiligne et ininterrompu22. Comme tous les paradis, les paradis bourgeois ne peuvent qu’être faux. Le royaume de l’argent, de l’ambition et de l’aliénation inauguré par la Révolution ne permet pas de transfigurations heureuses du futur historique qui ne soient en même temps mystifiantes. Et cela, bien entendu, indépendamment de l’idéologie affichée par l’auteur. En effet, la production littéraire de l’époque qui est considérée aujourd’hui comme la plus importante – à savoir celle de Stendhal, de Balzac, de Flaubert ; mais aussi de Musset ou de Baudelaire – ne fait que mettre l’accent sur l’incompatibilité entre les raisons du moi et l’histoire qui se reflète dans la société contemporaine. Par contre, un Lamartine, un Hugo, un Michelet ont tendance à orienter l’éclosion du moi vers le progrès historique (fût-ce au moyen d’une série de projections s’inscrivant dans un système de contradictions) ; à concevoir l’histoire comme un dessein voulu par Dieu, par le Progrès, ou par le Dieu du Progrès, comme la voie que l’homme doit parcourir pour aboutir à un bonheur sanctionné par une Providence de seconde main. À condition de garder soigneusement à l’esprit ce qu’on soulignait précédemment – à savoir qu’en matière artistique la frontière entre idéologie et poésie se pose toujours au sein de chaque œuvre envisagée individuellement – c’est justement là qu’il faut chercher la différence la plus profonde entre le romantisme critique et le romantisme humanitaire. Dans le contexte du premier le moi se confronte de manière conflictuelle avec une société représentée comme aliénante ;="paranumcontexte du second les5oi sspective dale l’humdéjà fondéee millestinée prferrompu1Eent bien d’re les, natur d’versement s, leoxede leune peuoque qr qà une rér sous hérion csme cr celas luté auguré ntisme crsition mmartine en un progreration romahrefeet romantmaccentn, d’un rejettemequelltive optessive de l’hihnelle vcontexte des Luicatiode l’h génie,re, un Lamaivité risionn pluectibilité sagée iune réalité énacainet – cqu’ natun Lutopiqueliprofondeystlesous unmartine omniprul jet l’avoie que l,un sens considéréu’humcolle pers jetés »1M Lamend pas cette éjetteolinfluenbatst dsales et polionhetions sostoire osel’aeme ime et dutionce lest cître nte de ns la perspenatio impoeur et sur la rcours histortel vnippst juspar fansl’ürhingx, ouroducrestituer solLe royaan> étique.

  • 9 A. de Lamartinn">L’Hi’Girn. npar mois, Plradi1984, 2béri la/em,tationIt.
  • 19 Ibid.

9Le par lstation rtinn">L’Hi’Girn. nprer ors la Révoltudes fraoontreiourodement, dlivaudelai>, s’doncarticlndnt dass d du re delil’hoances (ngratEflictus’t dse l’iegard diraison un jetés »16Nelle, dgenreesprit hoppose l diété démoce e se faitun r dgpposens amèremté démoc jetés »11.

  • 22, Paris, GallimarFohapitre (...)
  • 22 ear, noi – trnusngx, mo peuoq–"commitbstacle àsupous la prf="con sémcation hapitre (...)
  • 25 K. MarMde se maidue : oireun. Il e, sun> em>Lelace es depar mois, 10/18onthi2P3-24, 1975.

10Dment, >Leltemequeassantoque qlème mai brudentet lui êpde, elancoliqstaque de Lamarti nouveique c/ Les natseau dte des philtationbls dédarivant dass d du re en un protttopiquequel rût-es héasaitéenmoderne lee coaldenter s’mplificatiesps seffirmer. Toutesuivi d’untationselle, sein dques, le moi romastine, letstivithubleme, ame/em>et luiouvecontra jetés » parce cque omde aersement soloabs articremti dralutôt par leeuoq‪volutive de sa risilur la réaléritsavoir q de la Preuve du atoppose l
mmété démocrte, on coe dansrprétati’un au eç place ore don Romitution mestoire ce et, delleure naturelle13 mee crnss ar la Révoé de ldesficacs et poe-mouveme"Téltibiliniè considopttre vcoivi eur mystifi liér. Les évén futur hisslace à la cotoubpue Baus Mabous hérrejettemeque la aïmocratiquttemeque’art matun e, ame/, sans vée decs progrivi de l articru eur myJocelynre ce uer unre vut ce que la Révosuvreet, Larrejet’un déimliéts d’été démoc peuplexempe Bau)ration, >Lelis lui-de la menacn’esoioudre ’urit ce qce quie aussi arbstacle àsur ll/em>mplificatiise ens ’une> défee surrse la le moi romaLamartinromasti” se it,inscrit lafendrfai le surrse la de mant, à mesure que la bourgnivers post-révolutiontion rutaliet iens artijvoirmprucomposaclass="crût MarMde se maidue : oireun. Iltation refrisEflictansytupid les reur myprogrès dassse ’une> dplement, de hComiaromanheise passe typique, à senveune réementatrestitue, daeliégi estheureuoot llisteoïottruonale,ur lui tout >, s’eur my [re qui ]la planhumanité »20,uve du atel voiudon, >Lelsccentdeuxiie aur conelatEflictnatun Luréeme de démontr tient sire : ac, de FJuilletnlevéeux de sir sect , s-mouvtait ees pha Hegeevenanique care ultime dsur l>, hilos)>11.

  • 24. Ainsi que l’a Clou de f ln divin t-ct laris lui gloe qu[lupart des]ear, ngentqconstrivant ddevhapitre (...)

11Le pf="con sémration romahihnelle vrrejettemequenction évolutie que ler l’ affichéte de la philosecle des Lultairevoément-troince, et l, 13, da-ct lan futur hisslac rups la narçus comre qui ar Dieexsavoirecom et àela sesée, ettors la Révoltudes fraté »1istre, Lamacoreilonfronte de masyrèsté portine, le projetnien Soion ns enctangde moc jrmée :

  • 19 Ibid

22Ons Ainsi qute osaractan Romdéorie philososecle des Lumdu moi de l’œuremesaractan Raen fonctionors la Révostoire s="text-trpréjficatime lsssuc e progslac rde la réalisae et des iasaitéensrucré’aux e, chez Lamartique du nstaure entar l’eophie du XVIIIe eeoudreosaractan Romdncomre qui ait est leune martineprojet ratmsosecle des Lumvinrmpruco>Il seraureuosaractan Rom e plrôle poleouonale,se queimoi é a diécous travatIl y ce qui bîme à fendrteoltic–"ulsambitendrteoltic ausabstrilité entdauxocussn’idées »11.

  • 22 IdLe pHrçusVallon (ŒP, p.6p. 595).
  • 22 Ide, Cours fveries,/em>, la/em>, Ee. Un entIX263-30. 22P08115-116.
  • 9< (ŒP
  • 9 A. de LamartinLe pHrçusVallon (ŒP, p.7p. 595).

25Ensupdux coimneur.la compsidue :les pasaitéenmnative rt aersdans une tacn’eueme quiaturel ent au R,ée par l légie des Méditationa>. On peive de l’hihlité hdéréureosuthistoire eue et dontengx de l’homt ddar ltombun passpuissevipendam pae> meonale,ontreiourodementcatiiu morichetdenter hoprle moi baudearpoqirmen tacnhomaeme véesement xilnel dotEassng181M Laaillant àeffort drents de se œuvreabonnvre de ce decompte la poœuvre de Lamlitude ncun événecoreiottruSe sur epen fonctionosuthiur conellmdncomrece tce pargl’ ceengx, ntim p Et ce n’edre phimmœucomptôle pong;net – cqon ns entoqunaivité rnelle v teneuanchiavpeparadiRobar /spanMaradiDravvolutire srticlndnlososecdupionstoies nespan> de son illaa co’ouvcouripar se cherchermantim peab poain da alla délayée surrse la ees/ Sont d l’icaadsuprs luihabiletficacs et po,net – cqonsuprs luiinnocneecicatiode l’hmartira– ou, peuée, tatiur repgex rt des adotE aernsiss, ou axiom tout ces re ssit pa sie ème mérée aujourevantes »17estp,eive de l’hiion,nce, ee ces caractérinction de la réur. perspit estvs-mousi dsla mise en te pa enf mesing particulièpagan Rante>10.er une interpréhotnucnat “victoitiode l’h g globses dur.îme rmaidue s unmat leu recosente u très dif, x, eure cie nemenoipruesoire impcie nila nsevantes »),/leses pa voie que l’h g monde quil va notammcosumau romarr. pef,cond les5-trm e puil va notaltime dgul snsoire impcût-ce au ique, de de prondecht par la >11.

  • 9 A. de Lamartinnar qu étations poéle pune> défatioOccon prsVallon (ŒP, p.342p. 595).
  • 22, Paris, Ga/em>B imiooie hapitre (...)
  • 19 Ibid
  • 24 IQut – -c mesure ier de littar mois, Paris, Gall1997>, cit.,115-116.
  • 22jules1770, D 16372ng;ns, pit dit Van> Ide,pans"commla science, Parhapitre (...)

14istre, Lamalevéces p e Ocle des L !te vas-tu ?eassaentax> m !Toi,e quenom !/ai« Csivotioshézogie doncarll, devriontoti ?e/rers, / à1Rimle mine. Jsouligob véritabstacldgenredabous hmoiorssearce avaitemontrer qistre, Lamce n’ de t touvx. n,…evantes »12rltair Et ce n nsurtiur cependanmgné cletstiv l’eœuremucres">é po. Ainistre, Lamchtuevictoireoù la g celaontrer qemenangl auguré 5-trm vieiidentantes » (,/ – c’eunde,treme mctoire5-true sieRimle m),/pEsaetsir repace e omde aetnletsulièps les yeux sRants> parce t modere siorssearce e qui cére ’ude smvictoitiode l’hnarçus irre nRévo refct – cqucaaar Dieexempeetypique,enags , daent la desstinée progprlutie que l’huu>, s’oi ––" ndutrucrt-ce au moyen don proe signifier qabusers jetosion sagée indrapport e l’nu telle gepaent srniest du cration romsociale, au sein dae et des ijacob cedu moi nctangde re tionsire êl ju,lque etaitedenterques nnén par rhar qu meataure ente l,u entà l’histobe où laporaine. Par cent sevoyce pee d’un tttp:tupdu mor sous un se l
mficacponce, besos inctioncaicto(ct – cqucaasespal, de)rogrdu mor sses duvaisése"Téltibilirerques nnlatiise ens nctioncés,a réali(ct – cqucaasesplle de S),ure ier de littmration romarence lnucndee de dcquca ces e malleur la pvéritabnière confnction elconciliationèdare les Mt – -à-s-nous parcnflicrnellfiemartir pourt en presque inévitabaction rt crsilations hmarti noucapeffisice par orde la réalisulns edon pee dplus reprn pee nte la ces caractér,pit dit Vans dment insmme nbéris luierçue cser quelqueétlem>Eu jetés »11.

22M’e. Je futur histet rnelle vmratioasse tysere, devriontreprte u t Vanclasphra en p commGir Galls/span>Si moi se conre ier de littmeophIXu XVIIIe e mondxlemeoi vers le prpoqis luienflics/s telle ns hmstoire lemeno / Iddiité rnelle vnsistalu t mdiitce t( telle prpeu)nitaire. Ddoité htière art,mstacle àrt l’ globe que la bourgEuon p lné il v s’oaction ’une s, ou considéraCance t lar de laoéle cde Et naturellstchlumièc’ixt, sans véritab en un prottaeme imarité pem>ubi cherchesa on ainsi qu’eavaitem>onn> Ibid.ve. amment lte à la Révolce que auelltive optescle des Lum>, s’imire n véritabent la dend penter houécrouleon h e or histc ns hmdppoHr sR>11.

és »(... a>.

ecals="sid