Navigation – Plan du site

Présentation

La Revue internationale d’éducation de Sèvres, publiée par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP), est une publication en langue française qui propose depuis 1994 une approche comparative des grandes questions éducatives à travers le monde. Avec plus de 1000 auteurs publiés, issus de 110 pays, sur tous les continents, la revue est devenue au fil du temps une encyclopédie de l’éducation dans le monde, ainsi qu’une passerelle entre les continents et les cultures.

La revue publie trois numéros par an sur des sujets variés et d’actualité, pour un public de responsables et d'acteurs de l'éducation, ainsi que d'universitaires et de chercheurs issus de plusieurs disciplines et concernés par les questions d’éducation. Elle s’appuie sur un conseil scientifique international et un comité de rédaction qu’elle réunit régulièrement. Les numéros sont organisés autour d'un dossier central, portant sur un thème qui fait l'objet de débats dans le monde ; ils proposent également des informations et des ressources documentaires dans le champ des politiques éducatives et des pratiques pédagogiques.

La revue organise, à intervalles réguliers, des colloques internationaux pour réfléchir aux évolutions en cours et tenter de dégager les grandes tendances discernables dans le monde en matière d’éducation. Ces colloques, qui réunissent auteurs, lecteurs, chercheurs et responsables des systèmes éducatifs, alimentent ensuite un numéro spécial de la revue.

Dernier numéro en ligne
76 | 2017
La fragmentation des systèmes scolaires nationaux

The fragmentation of national school systems
La fragmentación de los sistemas escolares nacionales

À l’heure où l’on parle beaucoup de la mondialisation et de la force unificatrice d’organisations internationales telles que l’OCDE, n’est-il pas paradoxal d’avancer l’hypothèse d’une fragmentation des systèmes éducatifs ?
Les études rassemblées dans ce 76e dossier de la Revue internationale d’éducation de Sèvres, qui portent aussi bien sur des pays (Pérou, États-Unis, Sénégal, France, Corée du Sud, pays scandinaves) que sur des réseaux d’écoles (Montessori, baccalauréat international, écoles confessionnelles en Europe), tendent à montrer que non.
La fragmentation des systèmes scolaires nationaux – ou les freins aux processus d’unification de ces systèmes – s’expliquent par plusieurs phénomènes mondialisés. Les uns rendent difficiles les compromis nationaux autour de finalités et modèles d’éducation, tandis que d’autres favorisent des réseaux internationaux d’établissements s’écartant du modèle national.
Ainsi chaque système scolaire national tend-il aujourd’hui à se fragmenter sur deux axes, l’un lié à la stratification sociale et l’autre à la différenciation des modèles et projets éducatifs. On ne peut actuellement prédire si cette fragmentation va persister et signer la fin des systèmes scolaires nationaux ou si elle débouchera sur la recomposition de systèmes unifiés.