Navigation – Plan du site
Ateliers
La généralisation de l’évaluation contribue-t-elle à améliorer la qualité de l’enseignement ?

France. Vers une culture de l’évaluation

Études de cas
Alain Michel
p. 39-41

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1C’est à partir des années 1980 que l’évaluation devient une préoccupation majeure aux divers niveaux de responsabilité, depuis le niveau national jusqu’à celui de l’enseignant dans sa classe. Ce phénomène n’est pas spécifique à la France. Il s’inscrit dans un contexte international qui doit largement au rapport « A nation at risk » (1986) soulignant l’inefficacité du système éducatif américain.

Le développement progressif d’une culture de l’évaluation1

  • 1 Michel A., « Vers une nouvelle culture de l’évaluation », Education et Management, novembre 1992.
  • 2 Black P, Michel A, Learning from Pupil Assessment: International Comparison, UCLA, 1998.

2La pression de l’opinion publique pour davantage de transparence du fonctionnement de l’école a fait d’autant plus tache d’huile que les États-Unis ont financé de grandes études pour mieux situer le niveau de leurs élèves à l’aune internationale : études du Education Testing Service de Princeton et de l’IEA. Ces études ont eu de plus en plus d’écho2. Aujourd’hui les résultats des enquêtes menées dans le cadre du programme PISA, sous l’égide de l’OCDE, ont un impact certain, même si celui-ci reste trop faible en France.

3Dans le même temps, le développement des dépenses accompagnant le processus de massification dans le secondaire et le supérieur et la nécessité de limiter le déficit public ont conduit à élaborer progressivement de nouveaux outils d’évaluation. En France, au niveau national, sont élaborés à partir de 1990 un ensemble de trente indicateurs (L’État de lÉcole) ainsi qu’un ensemble d’indicateurs régionaux (Géographie de l’École). Parallèlement sont élaborés des « indicateurs de pilotage des établissements scolaires » (IPES), la recherche en éducation montrant l’importance de l’effet établissement (school effect). En particulier, des indicateurs de résultats s’efforcent d’appréhender la réelle valeur ajoutée des collèges et lycées au delà de résultats bruts aux examens ne prenant pas en compte le niveau des élèves recrutés et leur origine sociale.

4À partir de 1989 sont également mis en place des tests nationaux standardisés à trois moments cruciaux du parcours scolaire : CE2 (3e année de l’enseignement élémentaire), classe de 6e (début du collège) et classe de seconde (début du lycée). L’originalité de ces tests est d’avoir une finalité diagnostique et formative plus que sommative : ces tests passés en début d’année scolaire ont pour objectif de repérer les principales lacunes des élèves, en termes de connaissances et de méthodes, afin de mieux prendre en compte leur hétérogénéité et remédier aux carences observées par des stratégies pédagogiques adaptées.

L’évaluation, aide au pilotage3 précédent

I

& --> ]d="docSubParent" class="compataux e" id="bodyfsml:lang="Rrsflexoc"e/div>elca df dçerlubParent" class="compataux e" id="bodyfrcheParuescho< --> <="Ch, r14tle">Étudebrss="select36 L'éducatLege de tndnotes"Atelier polv anumberslèvea 66en" /> yea">, r13tle">Étudebrss="select3059 L polv , le ddianumees ddemb 63en" /> yea">, r12tle">Étudebrss="select221 L'éducatÉ

59en" /> sts nationaep citipala <
yea">, r11tle">Étudebrss="select1013 i rr la um anumbersle , 56en" /> polv">57en" /> yea">, r10tle">Étudebrss="select863 Q ,<équies des dianumees dd ographiet53en" /> yea">, r09tle">Étudebrss="select4tentéducatEn : CE2 :vr"a , afin de mieux ivesclu 52Mi"/ries/yea">, r08tle">Étudebrss="select28 L'éducatEiv clasiv>47en" /> polv , ls>
ôlv">48en" /> 49Mi"/ries/yea">, r07tle">Étudebrss="select90 in">utée, fut ficdoy m44en" /> 45en" /> anrgeindicicain.polv">46Mi"/ries/yea">, r06tle">Étudebrss="select1113 L’É prie ir li polv ae basv">41en" /> "tocs t42en" /> A 43Mi"/ries/yea">, r05tle">Étudebrss="select1178 L , ss=fisement'o test
in">
yea">, r04tle">Étudebrss="select1584 D pro-han partiracpro-han paographie 35en" /> yea">, r03tle">Étudebrss="select1586 i ps="texte"> labo/h2>: enjobje, lsméthodes, 33en" /> n un> sle: oues tle">A ocincipa 34Mi"/ries/yea">, r02tle">Étudebrss="select1766 in">utée, 9en" /> 30en" /> 31Mi"/ries/yea">, r00tle">Étudebrss="select2548 i /> uis n"> : anumbndaire et le s yea">,1999tle">Étudebrss="select2784 La classeonp 22en" /> 23en" /> uis n"> : anumbndaire et le yea">,g="etle">Étudebrss="select2918 Eiv clasiv> ddianumees d ,g7en" /> 18en" /> , rMi"/ries/yea">,g="7tle">Étudebrss="select3234ntéducatRup ele ,, div class="traes n istoav e13 l" /> ncieité, de e1t l" /> yea">,g="6tle">Étudebrss="select337entéducatDeco"citale vi e uis e "> polv">0=en" /> s 12Mi"/ries/yea">,g="5tle">Étudebrss="select4142 Ltan clli polv , ls>cincipa 05en" /> 08Mi"/ries/yea">,1994tle">Étudebrss="select4286 Aporo-ht f ra 02en" /> 03 l" /> Diri/h2>orhrtage des état d’av">04Mi"/ries/ Tdyftnembe

P <="Chrri Sectes/ ll leRSStlSectes/

lang="OrapEer"> J="artic lSubtiRCvue erèncieict huherceso, ls>cialuxme">Cvue me">a>u dsectlSectes/n>n>n/nt/n> qualpan>n>n>n>nes/n>n>neur oCalunda lSubtin>n>nnt/page
lang="Calunda lSubtiAnnonceconcieité, de me">Te;ds, en tannoncecme">a>u dsectlSectes/n>n>n/nt/n> qualpan>n>n>n>nes/n>n>n>n>nSubtiHypothèsec lSubtin>n>n>n>nnt/page
lang="Hypothèsec lSubtiCarne eu d m>). Parame"> ermne eme">n/nt/ pubmenu"1 n>n>n>nes/n>n>neur oLpptav & df">tec lSubtin>n>nnt/ apage

lang="Lpptavt" clasS'abte">r àtna Lpptav t' tlSectes/t.php?a=/> page
lang="Af">tec & dbte">Te;ds, enostrvicame">n> qualpan>n>n>n>nes/n>n>n="select contenal jclass="textes ar14043- OrapEer"> FreemiumtlSealpan>n>ooctes/n/nt/n> qualpan>n>n>ng>n>n>n>n cla --> ="enseaParjclass="textes ar"
n>n>n>n>n ieldset/Somoervéeshele-1241>Somoern neabeda cleshele-1241>Somoe> Cvuecteabed>

rostroooooooooooooooooooinput sheet">Somoervéeclass="text>Somoern neabeda cleclass="text>Somoe> < tleabed>rooooooooooooooooooolass= oooooooooorostrostrostrostrooooooooooooooooooo spanoooooorolass= oooolass= oolass= lass= oooong>
lang-share"1 pubmenu"1 n>n>nesom1n2"> bg-cs" m ann>n>n>n>Suène n:lat/n>n>n>n>Éègeuld n>n>n>n>E ISSNi:lat/n>n>n>n>n>n>n>n>ISSNiirerim&eac>Te;i:lat/n>n>n>n>n>n>n>n>nes/n>n>n>n>n>n>n>n>" tèsi:lat/n>n>n>n>n>n>n>n>nes/n="selectenal jclass="textes ar8282">Vup> la"nutic < tlSectes/n>n>nesom1n2"> bg-cs" t"soooooooooooooorostrostrororoTe;f&eac>Te;rencecmeeubtin>n>n>n>////strororon>n>n>n>nes/n>n>n>n>n>n>n>n>DOI :lat/n>n>n>n> n>n>n>n>nes/n="a>Te;f&eac>Te;rencetlSectes/n>n>n>n>nant= oooooooooorostn>n>n>n>naes/nfami/DOI / Rrsftiquindsp--1 n>n>nesom1n2"> bg-cs" t"rvéedlLinks"ectes/n>n>n>n>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> qualpan>n>n>nesom1n2"> bg-cs" t"num"-s Texten>n>n>n>////strororooooon>n>n>n>nes/Text Cvuecteubtin>n>n>n>////strororooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooon>n>n>n> >lang="oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo2">40Te; ]oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo