Navigation – Plan du site
Dossier

Des établissements « branchés » - III

Un lycée multimédia
Jean-Paul Prat
p. 75-79

Résumé

Comment, dans un établissement où lʼinformatique est omniprésente comme outil à la disposition de tous, les nouvelles technologies sont-elles utilisées par la communauté scolaire, enseignants, personnels administratifs, élèves... Quelles évolutions peut-on envisager ?

Haut de page

Texte intégral

1Créé en 1989 à Muret, dans la périphérie sud de Toulouse, le lycée Charles De Gaulle est le premier établissement construit dans la région Midi- Pyrénées après la décentralisation. Doté dʼune architecture très moderne, sʼappuyant sur le verre et lʼaluminium, il bénéficie de larges espaces agréables à vivre.

2Avec 900 élèves et 100 professeurs, cet établissement à vocation professionnelle et technologique a été conçu pour une ouverture maximum sur lʼextérieur, notamment sur la ville de Muret (23 000 habitants), comme sur lʼenvironnement économique de la région toulousaine. Cʼest ainsi quʼil bénéficie dʼun espace dʼaccueil, lʼEspace Hermès, comprenant cafétéria, restaurant scolaire et salle de conférence de 450 places. Au centre géographique du lycée, cet espace est totalement ouvert sur lʼextérieur. Géré par le lycée, il est aussi très souvent utilisé par les associations locales comme les entreprises pour des congrès ou des colloques.

3Le lycée Charles De Gaulle propose des formations de la 4e technologique au brevet de technicien supérieur (BTS), dans les métiers tertiaires et industriels du secteur de lʼélectrotechnique avec une culture domotique très développée.

La carte à puce Lycéoduc

4Dès 1990, lʼéquipe de direction, en accord avec le rectorat de Toulouse et la région Midi-Pyrénées a souhaité doter le lycée dʼun système de gestion informatisé. Un groupe de pilotage composé dʼélèves, de membres du personnel, de représentants dʼentreprises et dʼexperts, a été créé au sein du lycée. Il a été chargé dʼétudier lʼexistant en France et dans le monde et de proposer un concept adapté aux besoins du lycée. Il est apparu rapidement quʼhormis quelques applications monoservices, en particulier pour lʼaccès au restaurant, rien nʼexistait. Le groupe de pilotage a donc mis au point un cahier des charges propre aux besoins du lycée. Les entreprises partenaires, de leur côté, ont souhaité que ce cahier des charges soit le plus ouvert possible, afin que lʼapplication soit transposable dans nʼimporte quel autre établissement scolaire.

Lycéoduc au quotidien

5Chaque élève, chaque membre du personnel du lycée est porteur dʼune carte à puce Lycéoduc (environ 1.100 cartes actives). Cette carte à mémoire électronique personnelle permet la reconnaissance du porteur, elle lui donne donc des autorisations dʼaccès à certains locaux, sur les serveurs informatiques du lycée, au C.D.I., en fonction du statut du porteur dans lʼétablissement.

6Lycéoduc, cʼest aussi un porte-monnaie électronique qui permet de payer toutes les prestations du lycée. Ainsi, le passage à la borne dʼaccès du restaurant débite automatiquement le porte-monnaie du prix du repas. De la même façon, la carte permet de payer les consommations à la cafétéria ou aux distributeurs de boissons et les photocopies au centre de reprographie du lycée. La carte est rechargée aussi souvent que nécessaire, contre remise dʼun chèque à lʼintendance du lycée. Ainsi, lʼargent liquide est totalement supprimé au lycée avec tous les avantages que lʼon peut aisément imaginer.

7Chaque professeur possède aussi sa carte. Lorsquʼil entre en cours, il lʼutilise pour faire lʼappel des élèves. Chaque salle possède au minimum un ordinateur avec un lecteur de carte. Le professeur introduit sa carte dans le lecteur, il est reconnu par la machine qui affiche aussitôt la liste des élèves ; le professeur coche les élèves absents, valide et, en temps réel, par le réseau, le résultat de lʼappel arrive au bureau « vie scolaire » du lycée qui le traite aussitôt.

8Pour la notation, le professeur utilise aussi Lycéoduc. Lorsquʼil a noté un devoir, il saisit ses notes sur la machine dans sa salle de cours ou en salle des professeurs. Il introduit sa carte dans le lecteur afin dʼêtre reconnu et « habilité » par la machine. Il choisit sa classe et saisit les notes qui sont, en temps réel, transférées sur le « carnet de notes électronique ». Lʼélève peut à son tour consulter ses notes sur les bornes télématiques du lycée et surveiller ainsi lʼévolution de sa scolarité. Lʼélève et les parents peuvent aussi consulter les notes à domicile par minitel en appelant le serveur télématique du lycée. Enfin, les bulletins trimestriels sont automatiquement édités avant les conseils de classe.

La mise en réseau des moyens

9Lʼensemble du lycée est câblé. Chaque salle de cours, chaque bureau, chaque atelier, la salle des professeurs, le C.D.I. disposent au minimum de deux prises informatiques et dʼun ordinateur. Tous les moyens du lycée sont partagés. Une tour contient les cédéroms les plus employés par les élèves et les professeurs (encyclopédies, dictionnaires, atlas, etc.). Ils sont consultables depuis nʼimporte quel point du lycée.

10Chaque élève dispose dʼun « cartable électronique » personnel utilisable dans tout le lycée. Les porteurs de carte disposent dʼun code dʼaccès associé. Lʼélève utilise ce code pour ouvrir son cartable. Il y retrouve son environnement informatique personnel : accès aux logiciels couramment utilisés et partagés sur le réseau, fichiers personnels, éventuellement logiciels personnels. Le cartable électronique est un espace mémoire réservé à chaque élève et accessible depuis nʼimporte quel point du réseau. Lʼélève utilise son cartable, par exemple, en cours de bureautique. Il peut continuer son travail au CDI pendant ses heures libres ou le soir à lʼinternat.

Le multimédia et Internet

11Trois bornes en libre service permettent aux élèves et aux adultes dʼaccéder gratuitement au serveur télématique du lycée : informations générales, consultation des notes, envoi ou réception de messages. En lʼabsence de consultation personnelle, ces bornes diffusent des informations générales sur le lycée. Les écrans vidéo situés en divers points du lycée diffusent ces mêmes informations et des images de télévision.

12Le réseau du lycée est totalement V.D.I. (voix/données/images). Ainsi, un caméscope installé dans une salle et branché sur la prise informatique permet de transmettre la vidéo et le son vers une autre salle ou sur le vidéo projecteur de la salle de conférences.

13Lʼaccès à Internet1 est en libre service au lycée depuis nʼimporte quel ordinateur multimédia raccordé au réseau. Lʼétablissement dispose de 128 accès simultanés.

La protection des libertés individuelles

14Lʼomniprésence de lʼinformatique au lycée, lʼutilisation dʼun réseau commun et dʼune carte à puce pouvaient faire courir aux différents acteurs des risques quant à leur liberté. En se faisant lʼécho du lancement de Lycéoduc, la presse avait titré en 1993 : « Big Brother au lycée ». Afin dʼéviter justement que Big Brother ne sʼinstalle au lycée et parce que lʼétablissement scolaire doit être exemplaire en matière de respect des droits et des libertés individuelles, le lycée Charles De Gaulle a créé la première commission locale informatique et liberté (CLIL), installée le 19 mai 1994 par Monsieur Jacques Fauvet, président de la CNIL.

15Cette commission, composée dʼutilisateurs du système, dʼexperts, dʼélus locaux et dʼun représentant de la CNIL, propose des mesures destinées à éviter des dérives liées à lʼutilisation du système. Les recommandations de la CLIL sont transmises au conseil dʼadministration du lycée, qui adapte en conséquence le règlement intérieur et à la CNIL, puisque lʼexpérience de Muret a valeur de laboratoire. Un exemple précis permettra de mieux comprendre le rôle de la CLIL.

16Les porteurs de carte Lycéoduc utilisent leur porte-monnaie électronique pour effectuer des photocopies. Le lecteur de carte permet de connaître le débit de la carte en fonction du nombre de photocopies et la date et lʼheure de lʼopération. Tous les lecteurs du lycée fonctionnent de la même façon. Les données sont recueillies, mises en fichier permettant de suivre un individu. Au lycée, nous avons refusé ce choix. La CLIL a donc proposé une recommandation visant à supprimer lʼhorodatage des opérations. Cette recommandation a été immédiatement imposée au gestionnaire de Lycéoduc par le conseil dʼadministration du lycée.

Lycéoduc et le lycée Charles De Gaulle

17Lʼinformatique est omniprésente au lycée, mais elle est en même temps « transparente ». Lʼinformatique nʼest pas une fin, mais un outil à la disposition de tous les acteurs de lʼétablissement. Les personnels ne sont pas du tout informaticiens et la plupart ne sont pas vraiment passionnés par lʼinformatique. Les élèves sont naturellement plus réceptifs mais le lycée ne recrute pas des jeunes avec des aptitudes particulières dans ce domaine.

18Chacun a compris que Lycéoduc facilite la vie au quotidien : chacun peut manger librement au lycée, sans réservation, en débitant son porte-monnaie électronique. Il nʼy a plus de demi-pensionnaire ou dʼexterne. Chacun peut accéder librement à Internet depuis pratiquement tous les ordinateurs du lycée. Il est possible de faire des photocopies pour un prix extrêmement bas.

19Au-delà de lʼintérêt du système, les membres de la communauté scolaire sont fiers dʼutiliser Lycéoduc et de participer à cette expérimentation. Cʼest sans aucune réticence que les élèves et les personnels achètent leur carte dès quʼils entrent au lycée. Lʼappropriation est quasi-immédiate et la formation pratiquement inexistante. Mais Lycéoduc est, jusquʼà présent, surtout utilisé comme un outil de gestion.

20Les possibilités pédagogiques du système sont immenses, en tant que moyens dʼaccès à la connaissance (cédéroms, multimédia), mais aussi en termes dʼindividualisation de lʼenseignement et dʼaide au travail personnel des élèves. Ils sont malheureusement très peu utilisés pour le moment et il est très difficile de changer des pratiques professionnelles accrochées à des schémas de communication très anciens. Les résistances sont nombreuses, y compris dans les structures de formation initiale. Par ailleurs, les établissements ne disposent pas de moyens dʼaccompagnement et de formation des personnels capables de faire évoluer ces pratiques aussi rapidement que lʼon pourrait le souhaiter.

21Toutefois, la mise à la disposition en libre service de ces outils au sein dʼun établissement scolaire, lʼexemple de certains professeurs plus passionnés, lʼattirance des élèves pour les nouvelles technologies, interpellent le corps professoral et opèrent un effet dʼentraînement. Ainsi, début 1998, nous avons enregistré une demande pressante et spontanée de nombreuses personnes, professeurs et administratifs, pour une formation à Internet qui a été immédiatement réalisée en interne.

22Cʼest peut-être ainsi, par exemple, en rassurant les personnels, un peu plus lentement certes, mais peut-être plus efficacement, que les NTIC pourront sʼintroduire dans les établissements scolaires.

23Cet outil ne serait-il pas aussi un des moyens pour mettre en place dans nos établissements des pratiques interdisciplinaires et pluridisciplinaires où la gestion du temps serait moins prégnante et la mutualisation des moyens gage dʼefficacité ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Prat, « Des établissements « branchés » - III », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 18 | 1998, 75-79.

Référence électronique

Jean-Paul Prat, « Des établissements « branchés » - III », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 18 | juin 1998, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ries/2915 ; DOI : 10.4000/ries.2915

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Prat

Proviseur, lycée Charles De Gaulle, Muret, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page