Navigation – Plan du site
Dossier

Une pédagogie de lʼInternet, outil communicatif et culturel

Jayne Abrate
p. 81-86

Résumé

Ressource inépuisable de documents et dʼinterlocuteurs, comment lʼInternet peut-il transformer lʼenseignement des langues (français langue étrangère ou autres langues) aux États-Unis ? Les associations de professeurs militent pour encourager lʼutilisation de ce nouvel outil qui doit pouvoir, sʼil est bien exploité, transformer radicalement les méthodes de travail des enseignants et des étudiants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 National Center for Education Statistics, NCES 98-031, 1998.

1En 1997, 78 % des écoles publiques américaines étaient munies dʼun accès Internet, une augmentation de 50 % par rapport à 19941. Cependant, en cherchant plus loin, on note que seulement 43 % de ces écoles possèdent plus de quatre salles de classe équipées et encore, cette statistique nʼindique pas la fréquence ni la facilité dʼaccès pour le professeur de langues et ses élèves. Si lʼaccès à lʼInternet sʼest généralisé depuis de nombreuses années dans les universités américaines – au point que certaines exigent que chaque étudiant ait son propre micro-ordinateur –, il nʼen va pas de même dans les écoles et les lycées. Une particularité du système éducatif américain est le contrôle et le financement locaux des écoles. Le US Department of Education ne fournit quʼun faible pourcentage du budget scolaire et nʼa quʼun pouvoir consultatif sur les programmes. Le financement provient surtout dʼimpôts fonciers qui peuvent varier considérablement selon le système dʼattribution de fonds en vigueur dans un État. Alors que les écoles de banlieues aisées et de villes moyennes sont souvent dotées de laboratoires bien équipés, reliés directement à lʼInternet, quʼelles disposent de techniciens spécialisés et dʼun accès assez facile offert aux professeurs et aux élèves, les écoles urbaines de quartiers défavorisés et les écoles rurales ne se trouvent pas toujours au même niveau. On y recense moins de machines, plus de connexions par modem qui rendent difficile lʼutilisation du WWW, on y observe lʼabsence de personnel spécialisé ou le manque de fonds destinés à renouveler le matériel désuet. Cependant, le problème le plus préoccupant pour les associations professionnelles reste la formation des enseignants à lʼutilisation des NTIC.

  • 2American Association of Teachers of French a développé une prise de position sur lʼaccès et lʼuti (...)

2Les professeurs à qui on dit de transformer leurs méthodes dʼenseignement pour incorporer les NTIC nʼont pas toujours le temps nécessaire ni la volonté de changer. Un professeur, aussi enthousiaste soit-il, qui rencontre obstacle après obstacle (besoins en matériel, manque de formation, manque de personnel technique dans lʼécole, empêchements administratifs), se lasse vite. Ceux qui ont lʼoccasion de participer à des stages Internet organisés par lʼécole ne bénéficient pas particulièrement dʼune formation spécialisée pour les professeurs de langues. Il faudra non seulement encourager les enseignants mais sensibiliser les administrateurs aux besoins entraînés par les nouvelles technologies ainsi que leurs vraies possibilités pour lʼenseignement des langues2. Les professeurs de français sont dʼhabitude en avance sur leurs collègues qui enseignent dʼautres langues grâce à la première vague de « minitélistes » qui se sont reconvertis assez rapidement en « internautes ». Dès 1993, lʼAmerican Association of Teachers of French sʼest lancée dans une campagne de formation de « minitélistes » et ces premiers intéressés ont constitué un cadre dʼexperts non seulement dans lʼutilisation du minitel mais également dans lʼenseignement dʼune langue par la technologie. Rares sont les universités qui offrent une formation adéquate dans la pédagogie de lʼInternet aux futurs professeurs. Il sʼagit dʼune lacune sérieuse que les associations professionnelles essaient un tant soit peu de combler. Nous profitons également du soutien de nos collègues français et québécois dans la création de sites Web en français et dans les recherches sur les applications pédagogiques de lʼInternet. Par contre, il reste à élaborer un corpus de documents pédagogiques permettant aux enseignants dʼexploiter le WWW sans devoir tout inventer eux-mêmes. Étant donné la rapidité des changements au WWW ainsi que la vitesse avec laquelle la technologie évolue, toute présentation par des voies traditionnelles ne sʼavère plus praticable. Les échanges instantanés occasionnés par le WWW devraient nous permettre à la veille du XXIe siècle de transformer lʼenseignement des langues et dʼadapter la pédagogie aux objectifs communicatifs réels.

3La forte concurrence que rencontrent beaucoup dʼenseignants américains face à lʼespagnol devrait les pousser vers la technologie. Une majorité dʼélèves, de parents et dʼadministrateurs voient dans la vie quotidienne lʼutilité immédiate de lʼespagnol, mais à lʼexception de la Louisiane et de la Nouvelle Angleterre, il nʼen va pas de même pour le français. Lʼutilisation régulière du WWW permettrait de mettre en valeur lʼimportance du français comme lingua franca mondiale. Le WWW offre également la possibilité de personnaliser lʼenseignement pour répondre aux intérêts de chacun, ce qui se révèle important lorsquʼil sʼagit dʼattirer des adolescents dans les classes de français. Le professeur peut trouver facilement des documents WWW en français traitant une grande variété de sujets, allant des sports ou des passe-temps jusquʼaux émissions de télévision ou films récents, ressources qui sont difficilement à la portée du professeur moyen sans lʼInternet.

  • 3 National Standards in Foreign Language Education Project, 1996.

4Puisque lʼétude dʼune deuxième langue est rarement obligatoire aux États-Unis, la situation des professeurs, surtout des langues autres que lʼespagnol, reste parfois précaire. Une initiative lancée par les grandes associations de professeurs de langues étrangères aux États-Unis (American Association of Teachers of French, American Association of Teachers of German, American Association of Teachers of Spanish and Portuguese, American Council on the Teaching of Foreign Languages) sʼintègre directement dans la marche vers lʼère technologique. Ces quatre associations collaborent depuis 1993 à la création des standards nationaux pour lʼenseignement des langues étrangères. Standards for Foreign Language Learning : Preparing for the XXIst Century3, document tout aussi politique que pédagogique, essaie de promouvoir lʼétude dʼune deuxième et même troisième langue auprès dʼadministrateurs et de comités scolaires qui gèrent les programmes et les budgets. Il établit les grandes lignes et les objectifs à cibler dans le développement et lʼévaluation de programmes, tout en admettant quʼun programme articulé sur tout le cursus scolaire nʼest pas la norme mais plutôt lʼidéal. De nombreux États américains établissent actuellement des barèmes de compétence dans une deuxième langue basés sur ces standards nationaux qui proposent cinq grands axes pour lʼenseignement des langues : la communication, les cultures, les communautés, les connexions, et les comparaisons. Les objectifs se résument comme suit :

  • Communication

    • les apprenants communiquent, offrent et obtiennent des renseignements, expriment des émotions et échangent des opinions,

    • les apprenants comprennent la langue orale et écrite sur une variété de sujets,

    • les apprenants présentent des renseignements, des concepts et des idées à des auditeurs ou des lecteurs sur une variété de sujets ;

  • Cultures

    • les apprenants démontrent une compréhension du rapport entre les pratiques et les perspectives dʼune culture,

    • les apprenants démontrent une compréhension du rapport entre les produits et les perspectives dʼune culture ;

  • Connexions

    • les apprenants renforcent et ajoutent à leurs connaissances dʼautres matières au moyen de la langue étrangère,

    • les apprenants acquièrent des renseignements et reconnaissent différents points de vue disponibles uniquement à travers la langue étrangère et les cultures quʼelle représente ;

  • Comparaisons

    • les apprenants démontrent une compréhension de la nature du langage à travers des comparaisons entre la langue étudiée et leur propre langue.

    • les apprenants démontrent une compréhension du concept de la culture à travers des comparaisons entre les cultures étudiées et leur propre culture ;

  • Communautés

    • les apprenants utilisent la langue à lʼintérieur et à lʼextérieur de la salle de classe,

    • les apprenants utilisent la langue étrangère pour lʼenrichissement et lʼamusement personnels.

5La communication directe avec des francophones soulève lʼenthousiasme des apprenants las de lʼatmosphère artificielle des actes communicatifs dans la salle de classe et permet dʼexplorer les cultures de la francophonie dʼune façon plus approfondie que les traitements anecdotiques éparpillés dans des livres. La possibilité de poser des questions, de réfléchir et dʼinterpréter les réponses et de regarder des aspects moins statiques dʼune culture permet dʼéviter le développement de jugements stéréotypés. De tels échanges obligent les élèves à procéder à lʼanalyse de leur propre culture par rapport à la culture étudiée face aux questions posées par leurs correspondants et le contact personnel encourage des observations plus nuancées et moins arbitraires que celles dʼune personne qui reste en dehors de tout rapport humain dans la culture cible.

6Bien que lʼon puisse étudier les connexions langagières sans obligatoirement faire référence à la technologie, le fait dʼétablir des connexions à dʼautres matières par moyen de la langue étudiée demande dʼautres solutions. Peu de professeurs possèdent les ressources bibliographiques ou documentaires pour permettre aux apprenants dʼexaminer des sujets tels la biologie, la musique, ou lʼéconomie en français. Le WWW permet à chaque élève de rechercher des documents en français sur des sujets qui lʼintéressent personnellement.

7De même, les professeurs américains nʼont pas toujours accès à des ressources en français dans leur propre communauté. Certes, on trouve des émigrés français et francophones dans les villes américaines, des étudiants francophones dans les universités et même des communautés francophones en Nouvelle- Angleterre ou en Louisiane, mais le WWW permet lʼintroduction dʼinterlocuteurs francophones dans toute classe au moment voulu. Ces contacts directs avec lʼautre culture entraînent nécessairement des comparaisons et permettent lʼapprofondissement des jugements par des échanges interpersonnels.

  • 4 Ce travail sera publié au mois de novembre 1998

8Quoique les standards nationaux ne prescrivent pas de méthodologie pour atteindre ces objectifs, la technologie y occupe une place privilégiée. Le groupe initial de collaborateurs sʼest élargi pour inclure maintenant les associations représentant les professeurs de français, dʼallemand, dʼespagnol, de portugais, de latin, de russe, dʼitalien, de japonais, et de chinois qui ont adapté les standards nationaux aux particularités de chaque langue4. Ensuite, ils procéderont à lʼélaboration des applications pédagogiques des standards et à lʼorganisation des stages de formation destinés aux enseignants. À tout niveau, les auteurs font référence à lʼInternet, car il est clair que la plupart des professeurs auront besoin de nouvelles ressources pour accorder leurs stratégies dʼenseignement aux cinq objectifs.

9Sʼil reste possible dʼenseigner une langue détachée de son milieu, en se servant de livres de grammaire et de dictionnaires, il sʼavère de moins en moins possible de développer de vraies compétences à lʼoral, à lʼécoute, et à lʼécrit sans une connexion directe avec des ressources linguistiques, culturelles et humaines dans cette langue, dʼautant plus que nous cherchons à inclure toute la francophonie. Lʼéloignement géographique aux États-Unis empêche beaucoup de professeurs dʼavoir des contacts directs et fréquents avec des cultures francophones.

  • 5 Andrew Suozzo, « A Dialogue and Immediacy In Cultural Instruction », The E-Mail Option, @ French Re (...)

10LʼInternet et, surtout le World Wide Web, deviennent dès lors lʼoutil par excellence de lʼenseignement du français. Il permet aux élèves de communiquer avec des francophones de toutes parts où le français devient nécessairement et naturellement la langue de communication. Ces échanges rapides et réels remplacent lʼatmosphère artificielle de la salle de classe et même la pratique dans la classe devient plus logique, car il sert à préparer la communication « réelle » avec des francophones. Des expériences démontrent que les apprenants manifestent un souci de clarté, de correction et de convenance en sʼadressant aux interlocuteurs de français langue maternelle quʼils ne ressentent par forcément face au professeur ou à leurs camarades de classe5. Lʼintroduction du World Wide Web, au delà du simple courrier électronique, offre également la possibilité dʼincorporer des documents visuels, sonores et vidéo comme médias de communication. Cʼest en utilisant la langue pour communiquer que les apprenants seront susceptibles dʼacquérir un bon niveau de compétence, quʼils seront motivés pour poursuivre des échanges et des études supplémentaires, et que le dialogue entre apprenants et personnes parlant la langue sera encouragé.

11Quoiquʼon parle depuis de nombreuses années de lʼapproche communicative, la majorité des manuels restent assez traditionnels et soulignent la grammaire, la traduction, et lʼacquisition des listes de vocabulaire. Une approche communicative exige que le professeur dépasse les bornes du texte afin dʼencourager les apprenants à communiquer dans la langue cible. De plus, les enseignants américains, appelés à remplir des tâches administratives et travaillant avec des emplois de temps chargés, nʼont pas toujours le temps dʼanalyser et de transformer leur propre méthodologie. Donc, un important travail de formation reste à faire afin de promouvoir une utilisation efficace des NTIC en tant quʼoutil de communication. Il sʼagit de former les professeurs à :

  • se libérer des contraintes des manuels scolaires pour développer leurs propres activités et exercices à partir de documents courants ;

  • diriger une communication libre entre les élèves et des interlocuteurs francophones afin dʼen tirer un bénéfice pédagogique maximum ;

  • analyser eux-mêmes et enseigner aux élèves à analyser la culture, à établir des hypothèses et à les confirmer ou rejeter selon leurs observations pour procéder à des conclusions nuancées ;

  • incorporer la grammaire, le lexique, et la prononciation pour quʼils soient subordonnés à lʼapprentissage de la communication et parallèlement veiller à ce que la technologie reste un outil ou non le centre de lʼenseignement.

12Les professeurs deviendront des gestionnaires de lʼapprentissage. Le maniement de la technologie constitue une faible partie de cette formation, car le WWW et les appareils associés (scanners, appareils photos numérisés, caméras vidéo) ont été conçus pour être facilement utilisables par des non-spécialistes. Les professeurs devront apprendre à se servir de la technologie en tant quʼaide pédagogique tout comme la craie, le transparent ou le magnétophone.

13Il existe quand même une mise en garde à faire. Les documents quʼon trouve sur le WWW ne sont pas tous de valeur égale. Nous conseillons aux professeurs débutants de se limiter à des documents provenant de sites institutionnels et nous leur recommandons de regarder attentivement tout site personnel tant pour la qualité de la langue que pour le contenu. La rapidité de lʼévolution du WWW veut dire que lʼon ne peut pas attendre une évaluation dʼautrui ou lʼélaboration dʼactivités ou dʼexercices exploitant tel ou tel document. Les décalages de la publication traditionnelle ne tiennent pas face à lʼInternet.

14De plus, la technologie nʼest pas une panacée. Un professeur doué peut accomplir son travail sans aucune aide extérieure, tandis quʼun professeur sans imagination ne changera pas grâce à lʼInternet. La technologie en elle-même nʼaura que peu dʼeffet sur lʼenseignement des langues étrangères si lʼon ne se sert pas de ces spécificités. En même temps, les professeurs ont besoin dʼun soutien financier et technique qui leur permettra de se former à la technologie et dʼavoir le temps de développer leurs propres méthodologie et répertoire de documents. Les possibilités de lʼInternet peuvent non seulement renforcer les présentations des livres et dʼautres matériaux mais aussi libérer le professeur de ces contraintes pour adapter la pédagogie aux apprenants, à leurs intérêts et à lʼactualité. Lʼétude dʼune deuxième langue permet à lʼapprenant de communiquer avec dʼautres personnes qui parlent cette langue à travers le monde et, en ce faisant, dʼapprendre à connaître leurs cultures. Pour la première fois, lʼInternet permet dʼaccomplir, presque en temps réel, cette tâche, laissée depuis des siècles aux riches et aux aventureux qui pouvaient passer des mois à voyager en pays étrangers.

Haut de page

Notes

1 National Center for Education Statistics, NCES 98-031, 1998.

2American Association of Teachers of French a développé une prise de position sur lʼaccès et lʼutilisation de lʼInternet/World Wide Web dans la classe de français, publié dans AATF National Bulletin, vol. 23, n° 3, janvier 1998.

3 National Standards in Foreign Language Education Project, 1996.

4 Ce travail sera publié au mois de novembre 1998

5 Andrew Suozzo, « A Dialogue and Immediacy In Cultural Instruction », The E-Mail Option, @ French Review, vol. 69, n° 1, octobre 1995, p. 78-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jayne Abrate, « Une pédagogie de lʼInternet, outil communicatif et culturel », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 18 | 1998, 81-86.

Référence électronique

Jayne Abrate, « Une pédagogie de lʼInternet, outil communicatif et culturel », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 18 | juin 1998, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ries/2919 ; DOI : 10.4000/ries.2919

Haut de page

Auteur

Jayne Abrate

Executive Director, American Association of Teachers of French, Department of Foreign Languages, Southern Illinois University, Carbondale, Illinois, États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page