Navigation – Plan du site
Dossier

Nouveaux outils, nouvelle pédagogie

Gilberte Furstenberg
p. 87-91

Résumé

Lʼutilisation des nouvelles technologies dans un cours de français langue étrangère au MIT a conduit les enseignants à réfléchir sur lʼévolution de leur rôle, sur le mode dʼutilisation du multimédia pour lʼapprentissage et lʼenseignement et, enfin, sur lʼévaluation de ces nouvelles formes dʼacquisition des connaissances.

Haut de page

Texte intégral

1La question de savoir sʼil faut intégrer lʼoutil technologique aux méthodes dʼenseignement ne se pose évidemment plus, quelle que soit la discipline enseignée ou étudiée. Lʼécole, au sens large du terme, ne peut plus se permettre de rester en marge des développements technologiques, au risque de se couper complètement du monde extérieur. Elle se doit dʼintégrer cette composante, non seulement parce quʼelle existe mais surtout parce quʼelle offre des atouts qui, sʼils sont bien exploités, permettront dʼenrichir lʼacquisition de connaissances et la compréhension dʼun sujet.

2La grande question est de savoir comment intégrer la technologie de telle sorte quʼelle enrichisse véritablement le savoir des apprenants. Cʼest celle que se posent maintenant toutes les écoles et universités aux États-Unis comme dans le reste du monde.

  • 1 Massachusetts Institute of Technology.

3Cet article rend compte dʼexpériences pédagogiques dans ce domaine – et plus particulièrement dans le domaine de lʼutilisation du multimédia dans le cadre dʼun cours de français langue étrangère au MIT1. Il ne se propose pas de présenter un « modèle » dʼintégration, dans la mesure où les contextes et les objectifs dʼapprentissage varient grandement dʼune institution à une autre. Il vise seulement à faire part dʼexpériences et dʼéléments de réflexions qui pourraient servir de pistes.

4Si nous avons procédé au MIT à une réflexion dans ce domaine, cʼest en grande partie parce que nous avons utilisé beaucoup dʼapplications multimédia mais aussi et surtout parce que nous avions nous-mêmes créé des applications pour lʼapprentissage du français langue étrangère. Ceci nous a naturellement amenés, voire obligés, à réfléchir sur la démarche la plus appropriée qui permettrait aux enseignants et aux élèves de sʼapproprier et dʼutiliser au mieux cet outil. Cette même réflexion nous a conduits à mettre en évidence les différentes étapes nécessaires pour y arriver.

De la formation des enseignants...

5Il est indispensable, en premier lieu, de familiariser les enseignants avec les outils proposés, que ce soit le cédérom, le Web ou une toute autre technologie. Dans cette formation, doit figurer, avant tout, une compréhension en profondeur de la spécificité et des capacités de chacun de ces outils, qui présente ses propres caractéristiques et atouts. Il faudra donc que les enseignants connaissent ces attributs pour être à même dʼen faire une utilisation maximale. Par ailleurs – et fort heureusement – ils nʼutiliseront ces nouveaux outils que sʼils en perçoivent la valeur par rapport à leur enseignement ou à lʼapprentissage de leurs élèves.

6Ainsi, la vidéo nʼest devenue un instrument privilégié pour lʼenseignement et lʼapprentissage dʼune langue étrangère quʼà partir du moment où les enseignants ont vu et compris lʼenrichissement quʼelle pouvait apporter-en lʼoccurrence sa capacité à ouvrir une fenêtre sur le monde et la culture de la langue enseignée. Encore sʼagissait-il dʼapprendre à exploiter et utiliser lʼimage et les indices culturels quʼelle présentait. Cette initiation à lʼimage, au langage visuel et culturel était (et reste) dʼautant plus indispensable que la formation des professeurs est ancrée quasi exclusivement dans le linguistique et le littéraire.

7Lʼétape essentielle sera donc de proposer des ateliers de formation où les enseignants pourront sʼinitier à ces nouveaux outils, manipuler un maximum dʼapplications, de façon à connaître les notions de base, tels que les différents modes de navigation et les différents degrés dʼinteraction et dʼinteractivité. Une familiarisation technique est également essentielle. Un enseignant doit se sentir à lʼaise dans lʼutilisation des outils technologiques, sʼil est amené à les utiliser devant ses élèves. Seule une maîtrise minimale de ces outils (une maîtrise technique parfaite nʼest pas nécessaire) pourra inciter un enseignant à intégrer ces outils dans ses cours.

8Il reste à souligner que ces deux étapes préliminaires tendront à disparaître au fur et à mesure que les nouvelles générations prendront le relais. Le malaise encore éprouvé par les enseignants dʼaujourdʼhui nʼexistera bientôt plus.

9La troisième étape passera nécessairement par une réflexion sur des différents modes dʼutilisation de la technologie et posera les questions essentielles : comment lʼutiliser, où, quand et par qui ?

10Il conviendra, dʼabord, de faire prendre conscience aux enseignants du fait que les outils technologiques sont conçus, en règle générale, non pas dans la perspective dʼun enseignement, mais plutôt dʼun apprentissage. Le professeur doit donc savoir non seulement comment les utiliser dans son enseignement mais, peut-être encore plus, comment les faire utiliser par ses élèves. Il ne lui suffira pas de sʼapproprier ces outils (pour enrichir ses présentations en classe, par exemple) mais il lui incombera dʼaider ses élèves à se les approprier (bien que certains en sachent déjà beaucoup plus que leur professeur dans ce domaine). À lʼère de la communication, les objets du savoir, par le biais de la technologie, appartiennent en effet à tous, ou tout au moins à tous ceux qui peuvent y avoir accès, et non plus seulement à lʼenseignant.

11Il faudra alors réfléchir sur les nouvelles pratiques pédagogiques à mettre en place de façon quʼil y ait une véritable adéquation entre les outils, lʼapprentissage et lʼenseignement.

... aux nouvelles pratiques pédagogiques

12Les innovations pédagogiques associées à lʼutilisation de ces nouveaux outils sʼappuient sur deux caractéristiques essentielles du mutimédia.

13Par la navigation libre quʼil offre, par le contexte visuel riche et authentique quʼil présente et par la multiplicité de points de vue quʼil propose, le multimédia ajoute plusieurs dimensions nouvelles à lʼapprentissage dʼune langue et dʼune culture étrangères – un apprentissage où le contexte et lʼimage tiennent une place beaucoup plus centrale et un apprentissage de nature très exploratoire, dans la mesure où lʼutilisateur est amené à créer ses propres itinéraires et développer ses propres perspectives.

14Par sa non-linéarité et sa structure hypertexte, le mutimédia présente une information par nature fragmentaire qui va engendrer un nouveau besoin pour les apprenants : celui de communiquer avec les autres utilisateurs, de confronter leurs découvertes et analyses avec celles des autres, de les synthétiser, de les replacer dans un contexte plus large, de les affiner, de les élargir. Ce type dʼinteraction se développera dans la salle de classe, bien évidemment.

15En effet, si lʼon veut véritablement exploiter la spécificité même de lʼoutil multimédia et si lʼon veut quʼil y ait adéquation entre apprentissage et enseignement, ces nouveaux modes dʼapprentissage devront être pris en compte par lʼenseignant. Peu à peu, une nouvelle équation se met donc en place, selon laquelle ce nʼest plus tant lʼenseignant qui dicte les modes dʼapprentissage, mais plutôt lʼoutil technologique qui engendre et définit de nouvelles formes dʼapprentissage - qui elles-mêmes définiront (sinon rien ne change !) de nouvelles formes dʼenseignement. Il nʼest certes pas question de laisser aveuglément la technologie dicter de nouvelles pratiques, mais plutôt de voir ce que la technologie peut apporter au bénéfice du savoir et des apprenants.

16Quel sera donc le rôle de lʼenseignant ? Il consistera, dans un premier temps, à définir les tâches initiales que les étudiants accompliront individuellement en face à face avec leur cédérom (que ce soit au laboratoire ou chez eux, selon les possibilités dʼaccès au produit). Puis, dans un deuxième temps, il conviendra de prévoir, pour la salle de classe, des activités de suivi et de mise en commun au cours desquelles les élèves seront amenés non seulement à échanger leurs informations mais à les rapprocher, à les organiser et à réfléchir collectivement sur le sens ou les sens qui émergent, afin de construire et dʼapprofondir progressivement leur propre compréhension du sujet. Il ne sʼagira donc pas tant dʼutiliser lʼoutil technologique comme mode de présentation par le professeur ou les élèves, mais de mettre plutôt lʼaccent sur le processus même de la construction dʼun savoir par les élèves. La mission de lʼenseignant, passant de groupe en groupe, consistera à solliciter des réactions, à faire jaillir de nouvelles questions et, évidemment, à sʼassurer de la cohérence (historique, littéraire, culturelle, contextuelle, selon le cas) du raisonnement ou du schéma construit par ses élèves.

17Tout ceci bouleverse les rôles traditionnels de lʼenseignant et de lʼapprenant, ainsi que la dynamique de la salle de classe. Le professeur nʼest plus le seul détenteur du savoir - et nʼest pas non plus tenu de savoir tout ce que contient un cédérom - ce qui crée une relation beaucoup plus égalitaire entre lʼapprenant et lʼenseignant. Ce dernier nʼest plus là pour dire ou faire dire aux étudiants des choses précises, mais pour les mettre dans des situations où ils seront amenés à exprimer, dire, montrer, justifier ce que eux auront vu, lu, entendu et compris.

Des perspectives multiples

18Ce type de pratique nous a amenés à observer que les étudiants développent une connaissance et une compréhension plus approfondie et plus intime du sujet (avec souvent une composante affective vis-à-vis des gens, des lieux ou événements rencontrés) et deviennent de plus en plus sensibles à la notion de perspectives multiples, que ce soit celles découvertes au cours de leurs explorations individuelles dans le cédérom ou au cours de leurs interactions avec leurs camarades.

19Nous imputons ceci en partie au simple processus de manipulation. Dans la mesure où les étudiants font leurs propres choix, suivent leurs propres itinéraires et peuvent choisir plusieurs perspectives différentes, ils se trouvent au cœur même de lʼinformation, et non plus extérieurs à elle.

20Par ailleurs, le processus de reconstitution collective dʼun contexte, dʼun lieu ou dʼun événement par le biais des activités de synthèse en classe leur permet de devenir partenaires et constructeurs de leur propre savoir.

21Cela veut-il dire que la salle de classe elle-même doit se transformer ? Certes, elle doit rester le lieu privilégié de la communication par excellence et le lieu où lʼétudiant pourra, en confrontant ses idées avec celles de ses camarades et celles du professeur, évaluer la validité des siennes. La salle de classe doit-elle donc être équipée de matériels et de logiciels ? Cʼest certainement souhaitable, mais pas absolument nécessaire. Nous avons remarqué en effet que lʼordinateur agit principalement comme déclencheur et sert en fait de tremplin aux activités collectives. Cela dit, lʼidéal est dʼavoir dans la salle de classe, non pas au centre, mais à la périphérie, un certain nombre dʼordinateurs qui sont à la portée immédiate de chacun, que ce soit pour revoir une information, la vérifier ou la replacer dans son contexte. Lʼespace même de la salle de classe sʼen trouve changé et la nature de la classe se diversifie, dans la mesure où elle génère plusieurs types dʼéchanges et permet différents moments et lieux de discussion, de réflexion, de construction ou de synthèse. Un tel arrangement fait que les va-et-vient entre les étudiants, le professeur et lʼordinateur sʼen trouvent multipliés et la communication enrichie.

22Pour que tout ceci se réalise dans les meilleures conditions, il faut une infrastructure suffisante : des salles de classe équipées et disposant dʼun espace adéquat, un soutien technique, lʼaccessibilité quasi constante aux applications, soit par le biais dʼun serveur soit par lʼexistence de lieux équipés, ouverts de façon quasi permanente. Il est important également que les enseignants soient engagés dès le départ dans les discussions et décisions concernant la mise en place de nouveaux systèmes éducatifs, car ils ont un rôle central à jouer dans ce domaine. Leur imposer la technologie serait de nature à créer une résistance, voire un rejet.

23Il reste encore bien sûr toute la question de lʼévaluation qui est loin dʼêtre résolue. Chacun, sentant instinctivement quʼun nouvel outil ne peut sʼévaluer quʼavec de nouvelles méthodes, est à la recherche de nouveaux modes dʼévaluation adéquats. La tendance actuelle, aux États-Unis, va vers la création par les élèves de « dossiers » quʼils écrivent en continu à travers le semestre ou lʼannée et où ils relatent à la fois les connaissances acquises et une réflexion personnelle sur le processus dʼacquisition de ces connaissances.

24Je crois que nous sommes sur la bonne voie. Personnellement, jʼaime extraire le mot « valeur » du mot « évaluation ». Si nous pouvons voir et définir clairement la valeur quʼapportent ces nouvelles technologies, la partie est déjà, sinon gagnée, tout au moins bien engagée.

Haut de page

Notes

1 Massachusetts Institute of Technology.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilberte Furstenberg, « Nouveaux outils, nouvelle pédagogie », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 18 | 1998, 87-91.

Référence électronique

Gilberte Furstenberg, « Nouveaux outils, nouvelle pédagogie », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 18 | juin 1998, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ries/2922 ; DOI : 10.4000/ries.2922

Haut de page

Auteur

Gilberte Furstenberg

Senior Lecturer French, Massachusetts Institute of Technology, États-Unis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page