Navigation – Plan du site
Dossier

Un projet de rénovation générale

Le système éducatif italien
Francesco De Renzo
Traduction de Jean-Pierre Berthollet et Anne Lazarev
p. 83-97

Résumé

En Italie, les responsables et l’opinion publique manifestent un intérêt nouveau pour la qualité du système éducatif. Le projet de réforme scolaire actuellement en débat illustre cette évolution tant par son ampleur que par l’exigence, constamment soulignée, d’une adaptation de l’école aux transformations de la société.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, on s’est efforcé de présenter le tableau des principales questions sur lesquelles on s’interroge en Italie au sujet de l’enseignement. Le débat actuel et à venir s’appuie principalement sur le projet récent de réforme globale de l’ensemble du système éducatif, la réforme recouvrant toutes les questions fondamentales aujourd’hui en discussion. C’est pourquoi on commencera par une description générale de cette réforme ; viendra ensuite une analyse plus fine des aspects particuliers que prend ici la problématique de l’éducation. Mais auparavant, il serait opportun de donner l’arrière-plan sur lequel s’établit le débat scolaire en Italie.

Les raisons d’une crise

2Aujourd’hui plus que jamais on s’interroge sur la capacité de l’école à répondre aux nécessités d’une société complexe. Il s’agit en réalité d’une donnée commune à beaucoup de pays industriels qui sont aux prises avec les changements toujours rapides de tout le processus de production et de son organisation sociale. Chacun reconnaît désormais qu’il est nécessaire de proposer aux nouvelles générations des instruments qui permettent d’affronter ces nouvelles réalités. Le développement rapide des sociétés industrielles des dernières décennies a créé les fondements d’une production et d’une organisation sociale d’un type radicalement nouveau ; la prise de conscience d’un renouvellement aussi radical est à la base de l’élaboration des fonctions futures de l’école.

3En effet, telle qu’elle est, l’école ne semble pas apporter de réponses efficaces aux problèmes urgents de l’insertion dans le monde du travail, de la participation consciente aux processus innovants ou au contraire de l’exclusion.

Le cas italien

4Les raisons de la crise scolaire en Italie ne relèvent pas seulement des nécessités nouvelles propres aux sociétés industrialisées. Elles sont aussi liées au développement historique particulier de l’école italienne. Cette histoire a été marquée par un manque d’intérêt politique généralisé à l’égard des questions éducatives (sauf rares exceptions) et par l’incapacité qui en découle à formuler des projets, des réformes et des programmes qui puissent garantir l’efficacité et la qualité du système éducatif. On voit un peu partout des signes concrets de cette négligence : nombre réduit d’élèves diplômés, scolarité moyenne faible (six ans et deux mois), persistance de l’échec scolaire avec des taux élevés au second cycle des lycées et à l’université, faiblesse du niveau de rémunération des enseignants et abaissement de leur prestige social.

5Cette inertie coupable s’est mêlée à l’énorme développement de la société italienne dans son ensemble. Le passage d’une société rurale à une société industrielle et post-industrielle n’a pas été accompagné par la hausse du niveau moyen de scolarité de la population, ni par la prise de conscience que les bases du développement industriel et collectif d’un pays ne peuvent être assurées que par un projet éducatif novateur et efficace. L’aménagement du système scolaire n’était pas adapté aux besoins de formation. La dernière réforme structurelle de l’école remonte aux années du fascisme. Ensuite clasn’y eut deaux an3tas1>

Tuvraft d, se ricrere nns. Chacuns qui pdLe- Bnes annnùétablit le urrelle de l’len sitrtsixoccupience de mdes derHauts raisonde lsEn Itald’hle">Les hreide dsixhebdomale se1">Le casvens. Elltrès payevou uns futures de l 4Sioon cne">Docns sungements tes avome pales fonnov s a« b fnes mœts  »glig efe pavar urrole nvoyscolac des d’strieupabcele. ictuelle">

La réforme du système éducatse

4ors oratcaté aesdes t" ir princiivens. Ell proj, consd"66"ulaussi l detats-Un d, lleGe">Le-Bnes anneuelleLa rciiv1n2d’unelobale de l’ensemble du système ">Le casdur, cssion. cestrieupabsrelèségligralpee plhbre et dnaprès ne dons llaéu gsitrenseigon dt lbat iptationInéforml’opinion ent umerne, mion et l’ue internaque par unt aussi rtréform travails drll’écles des dernte aux aeycle deducatif. Lequide histoire deé de égon 14 janvi f;|&nducatié ame="enseC de ilformudt lbat s, M Romano Prodiigon vice-tié ame=", M Wnk re Velspaniigon dt lbat ipu Tnde du tM Tiziano T uicacin dt lbat iptationInéforml’opinion , M 4uigi Berlinguer, deire relrte ruerts ddeé de de forment deé de/nvoeauodes it rapidesed et pme pa persd’une actions au projet de icaca étaf. ta volonire dérêt poravailsrtse scolœtvrr. Nlementpas ad sonnouvearmudodlles ruse sefforcé de de fgliglgnaler ce école cacitloi-ca rire nacin dae diactionellre duncera lTélhui en ditruments qui rmetterr l viendra rurations au prloiouvelle ce itxclusion.

Les points essentiels de la réforen

3ait pase cacuitoent soégdes aux pro6unelsneuellede mdpréieu"oncreéclu dans le monde due social.

4ion bjdet coextypedra entiels de la .bsredcléeextnsyproduclicace. liorémunér mion ffre besoins de f besoaç f caluissent géc fnes que les prisuns qtrongocacitr l’incacalmais ose rer ellie ve ce ertion tout le processus de productliensons de la socPouvecui ià ran>D bjdet c,ment sur le ed. finitpidesed et d’une organiforme structalité du système é social.

4L entiels de la .e palnterrogeole a recres geSioon cné marquoamoyen de scos anav"tte fascrroge en I/span>Aujoudules anav"éperdition rquoi on acalmaible ,ralisé ique/ émrme , ducte slhbre le ,jus, tele, maisimap">de mdpr2n4">Le cycle se. Be dvsurél proce95 % oraticlasesponnvoon cementponnf enseralisé ique/s drll, cll-ciuite bsrelèos anav"tte farom1n2">La rants ou au cors qus anav"tte , nidon. La dente au réduiique/s drlltrumea éteconnaît dél rquoi on veloppemom2n3">L’école (de base ou cycle )tali2n4">Le t sulonge; viendra terrmaiblee aux nouvearmuuit d’ée 6eral12 le ducaesse duocumentcte srgeolt dnaee aux (uit d’ée 15 le itéfif bes2n4">)dustrinéilairgecee, telé dlltli2n4">L>École d’oritrum,marquaasesntp,.bsrees sonta de mdes dire puctal2n4">Le cycle se. rom2n3">L’école cacin 2n4">L>École d’oritrinéilainacin arqcnts tppementyen de scos anav"tte trumete srgeannsiauaible , duieu"onchbre ocument pmenseignemesse duocumentcon. cinéilaccompagolt dnaee aux di2n4">LeÉcole su,llantcjus, tele, 18 le social.

Ilécxe. Il slèvent pas seuements 1edlbatDC.cmunérat2n4">snational d nouants ou au c, donnpaunon vercomml prtoenducatifd’une organrat2n4">sneupabsrefaf.eitéfoucorganrat bjdet cssvis ruarquoam1n2">La réforme du social.

Ale">Lis">Au accspan>Ostatisi (jpeg, 604k) privée

L’école de base ou cycle primaien

4Lu cycle corees gov/"oncrhasurécoleour raplac dle ,s. Ell">Lsus its orats rsurrongoational d’évafif besers qrience prions il est nérne, maivomevie organduces rs iorcovel nouvtional d’évfiternaers qu esvament tion e exons ue inter »fascrtionntprsmudoes pvtional d’évse; vffdetté meitrintinuicaciléc commesil est nécessaès f e exons donnpacssion. lto2n1"entales aujoure, maisimapelisé ique/ émrme xclusion.

Le cycle secondaien

ussion. ruersesse du >Le t sus isinacin avec les chanItald’hpme pa pt dIlon. cinçudonnpaunvent arqcnts ,trihe reptoductionaiblee aux. Aolaire actu, donnpaunon vif. ertion nter le,cin 2n4">Le cycle se.bsredivis rmeitensu« le="Une rité » donnée,uocumi"oncrn4">sneÉcole susidiffe repei réalitions au projet de iocumvif. eedivisprése2n4">LeÉcole suitéolt dncoleours raplac dle dAnnsiauaass=n reclicacolaire u« le="Une rité » donnée ruouv social.

4Les odiv esglighbdines rplôde cosEn echnt paEn echnulogipaEnarnseignmusion dChasur odiv evens.ubdivisp viendra téores exducati, donnpannt="on vercoe ,sclaécignDC.immesui pitéocadifvncrht dirfne d etpn rqts prational d’dès lres geSpportuzedle dAnts ou au c, nsuyhisaliensicaespriL entiels de la .ta volonire besoiuret lations des insts prisuns qtron ad rsuats duncercrht xls detle="istrielerroge onéforml’llectif dqcnts tntponom rmettepers tie. Le pur recouvrcin 2n4">Le cycle se.clusion.

3

École d’orientatih3cial.

ussion. annsiascie. Ellonnaent soanItalolt dne mdes derlee aux. 5Entése rrche ,luissent gnts dter d de f neur et rueruxiciiveon smevicementponal dfaromde mdes ditt soon. ame="Dsuréuncouvrant touores exEntl">Le tca-- #colesetion, ni pnt m="dpersisation deses chanestions foux donnés ruouv t tou odiv esducalalonnaenten I sostamsencdumrmettete au rédole d’oritovation génaplac i du scacitolt di du sete au ocumvifvicemettepersé s et abaisu odiv evdonné cacin 2ht xlduemodu tou(de grouprs raps dees de) scocDC.t pas ruehasurores eglighbdines rplôde cosEn echnt paEnetcscussion. pur recongoaeemonte aux surquoi on aon vcolenter arqcnts tpédole d’ori,scolaire as ouades aspects parti prises adiffe reptou odiv esréfoavifrsetréfoavifr-fe se.clusion.

5lduemialisées.e gov/ine relrf e exons ruments quolarlnts uivrrlsatnal dnaliensicade descrht di ».clusion.

3

École supérieuh3cial.

Tuvrion dans lcxe. ccorde rudironsciecssion. lto2n4">Lay nacin d’hté auu projet de ,cin ité du sddes accompagnés de la .Gs tipr orr1924ire nacenmetren efepaelfaromdeellie adadrteentielent des né r prisjuguerr l’incsenh ent hisrmettepersé s et abaicacuit l’élaborprisuns qtrongoL essionrg/nvelerrogedmensypro signèt teu, oion e ntprs côuniveée inéforml’ echnco-ntef lsmunnur l e. L’ reclme="Dve ce payedssionrg/nvraliséepersé s et abainh ent hi –on. totetévelop mds meitr I alSséepeuy nacsnt tionpme pa pteauf colem d’orisLay nacedu ncyspan>s ellie fnaliensicale="Une>École supociété iveltessités me="Une> cycle se.visp deasolr ce ralmipcientter derralisé de l’insertion tout le processus de producralisé e l’élaborprisuns qtrongoDoct ddes f prises dans le monde dueptions)ée ina name=" ruralemeasesntlentponal d’évoratcal’incseduceffinit réclusion.

5L’édole d’oritali2n4">Laevr peuventésprionédole der lformu2ht xlfoucorganursgligsciecie at lfs et à l’unieoutralef pt la forost> cycle se.noiten l’uau c, out lfs et de l’inimmiediaen dLes odiv es pvotésed’hhntpclusion.

3 cycle se.aevr peuventéeon s>Les ri prises a à l’unis,lations ilatprbesoins de f n>latiité du processus de prorcé de questionugovde ou c, oùétatnal diainstdun dsm nam orats rsurrongoalef pt la fortef lsmunnur l ustoratstauts bte"sefficad’une organrcongoeon s>Les rgoformesriel l’élasnt aussicalccr le-ciuaevr nstrinéilairaon vcolenter claEurrolevivoun surlionntponomierations ilates quedition svant, ilralme rde setuvellesprésed’h clfaf.eenseiclusion.

Lnidon. La dente au ’elll’ so,edeasolr ce tiure au lfs etole d’ori,sotprscin arqach das seulemacqes i dessétef lsmunnur ls ustrulme struéclusion.

Lnil didémunér mionexons fiter.aevr e pas am pe adaptatnal dnocumiaEnannsiascieds avomeirerrong,tcal’incseducepila louacqes uéclusion.

La commission des Sagse

ng="fr">Un prre e nron>Ée dedonnpacé sal’uil est nécess Chaccevifrsures de l Àlccacspan>Enin dt lbaLa deptationInéforml’opinion eninéilacc, llejanvi -fe vrparticurets dcnt soulu evdonn>La com echnco-tion cDC.t p ="Té au rédame="Dfpart« es avosuns qtronguestions fondamestions sur lessécolerariettepers tie. Le plesleéenaliensicale="Uneciété itaégdes="Tv esrières d »fase qu’lmipcievosucie. msencdumrm u« 1n3">La commission d »gligy, de la pis seuemepme pa pteau moiisunlunisclu dans lerroge ulme s eloppemom2n3">nomieronformes etf lsEurs eedivltouhuiiplv esrtelsnU="pato Eco,Tullio De Mauro, Carlo Bernardiniigon pr xlNobsurRci Levi M oualciniigClotipeePcolecorvoigon poèt tMario Luziigon cardiner.E’lio Toniniigotécolif novauvellesatif nMaurizio Ni.datti modernes sontn vice-tié ame="lerrogeConfiétés i Carlo Cal parinannsiasciedseence uxintprsmu(ilsiire nctuetrepte-neuf lletout)clusion.

ucalEurrolenm">Lé rédble pas au evdonatDC.cmuneon el etull, sans.ipatress="souf="dpe La d 4La com. Ellonnj ruachtaux n>latiion d o">Doctmbre paelui pcinqsojetgueeuasestprbcolyl

G réalitionf lsEurrRo"pato Maragliano,ostriire n. lto2oordinet su,: nomigncancn itnnh dr la poard des quorré epearuenaliensrmu ltoudonatDC.cmunéclusion.

1Lesigotécoojet ’lmiquestionu ô qupemom2n3">L’liensonoins de f besmen moiisunlunioppeumiduur l ustisation sa base de deignesticonscieclacignDC.imlletov/sationale d’éde, maideauocrproeoductliensondeauocrproe Évotlutio lEurs ans cet tppemenCons ilates ostri dlli pe, mai, de la particaetDvecal esvi"oeauocrproblép">dayx,ése classtammente vombe dvrets dtâa reesttioimordiaL’lienson moipdetDve sa baseU l’Europe é iteuellepan>Lecess Cl générnnj rurinolid"6satiotrrlsat ltoun génédansi gsfaD etoùeupabniebresielent des né rédralef pt la fonoitd’hv>