Navigation – Plan du site

Les politiques linguistiques de la France et le statut des langues en Belgique

Guy Jucquois
p. 47-61

Résumé

Après une analyse de l’évolution historique et sociolinguistique des communautés francophone et néerlandophone de Belgique, l’auteur examine les répercussions dans ce pays de la politique linguistique menée en France tant en ce qui concerne la langue française que les langues régionales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude des répercussions en Belgique, et selon les communautés linguistiques, de la politique linguistique de la France, particulièrement dans le cadre de la construction de l’Europe, soulève une double question d’information et de méthode.

  • 1 Je tiens à remercier tout particulièrement Jean Klein, Jean-Marie Pierret et Maurice Van Overbeke q (...)

2L’interprétation en Belgique des positions françaises suppose de reformuler ces positions selon nos perceptions, wallonne et flamande, et d’expliciter nos réactions par rapport aux politiques françaises. Mais comment apprécier ces perceptions ? Dans l’impossibilité d’effectuer un sondage ou, à défaut, de recourir à des études préalables – qui n’existent pas, à notre connaissance –, il a donc fallu nous résoudre à travailler selon nos informations et nos impressions personnelles, vérifiées et rectifiées éventuellement d’après des conversations avec des personnes « averties » appartenant aux communautés néerlandophone et francophone de Belgique1.

3Une autre difficulté provenait du caractère contesté de la réalité belge, c’est-à-dire de l’existence de traits culturels et d’une sensibilité que les Belges auraient en commun et qui les distingueraient respectivement des autres néerlandophones et des autres francophones. Si certains prétendent qu’il n’existe pas de Belgique, d’autres affirment, par contre, la réalité de la « belgitude ». Les querelles belges amusent l’étranger ou, dans le meilleur des cas, le rendent perplexe. Nos réalités culturelles sont souvent mal connues, même chez nos proches voisins dont l’ignorance à notre égard nous stupéfie souvent. Les faibles dimensions du pays, en contraste d’ailleurs avec son importance historique et contemporaine, nous recommandaient cependant d’assumer cette méconnaissance même si elle s’accompagnait souvent d’une ironie gentiment moqueuse. La multiplication des relations et l’unification européenne imposent aujourd’hui à tous de mieux se connaître.

La situation de la Belgique

Une situation historiquement inégalitaire

4La Belgique contemporaine fut créée par la révolution de 1830 qui provoqua la séparation de notre pays et de la Hollande, situation qui fut reconnue en droit international par la Conférence de Londres (novembre-décembre 1830), suivie un mois plus tard d’un protocole qui amputait le pays de la Flandre zélandaise, d’une partie du Limbourg, qui devint le Limbourg hollandais, et d’une partie du Luxembourg.

5Quoiqu’occupée durant de nombreux siècles par diverses puissances étrangères ou, au contraire, morcelée et répartie entre l’Empire germanique et la France ou encore indépendante et forte, bien que composite, comme sous les ducs de Bourgogne, la Belgique donna naissance aux Mérovingiens, aux Carolingiens et c’est dans nos terres que naquit également Charles-Quint. Le lecteur ne verra dans ce rappel que la confirmation d’une originalité historique qui réside essentiellement dans de constants compromis et métissages entre les composantes germaniques et romanes et qu’illustrent aussi bien les querelles de ménage que le caractère proprement interminable du divorce belge.

6L’occupation hollandaise, simple épisode (1814-1830) dans notre longue histoire, se termina par la création d’un État-tampon dont les limites ne correspondaient pas à l’aire culturelle qui s’était progressivement développée depuis l’Antiquité et qui se trouva ainsi amputée de ses prolongements. Durant ces quinze ans, la domination hollandaise avait cependant détérioré le climat des relations entre les communautés néerlandophone et francophone de Belgique : la volonté d’imposer le néerlandais avait créé des réactions en faveur du français qui, de ce fait, s’affirma également dans la bourgeoisie flamande. La francisation des élites flamandes, déjà entreprise avant la période hollandaise, fut d’autant plus mal ressentie par les masses flamandes qu’elle redoublait de grosses difficultés économiques et sociales spécifiques au Nord du pays.

7La langue française devint ainsi, dans les régions belges de langue néerlandaise, signe de la domination politique, sociale, économique et culturelle exercée sur les néerlandophones qui ne reniaient pas leur identité culturelle. Cette situation, différente et perçue différemment selon les régions, devait donner lieu à une longue incompréhension entre les deux principales communautés linguistiques belges. Au sud, en effet, bien que, depuis des siècles, le français ait progressivement supplanté trois autres dialectes d’oïl - le wallon, le picard et le lorrain - et que, là également, la langue française fût signe de domination, son usage apparut cependant comme moins marqué qu’au nord. La longue lutte d’indépendance des Flamands fut donc largement incomprise au sud du pays et les succès que ces derniers remportèrent peu à peu sur tous les plans exacerbèrent encore l’amertume et la rancœur de beaucoup de Bruxellois francophones et de Wallons, victimes du déclin de leurs régions.

Langues, régions et communautés

  • 2 Les possibilités d’évolutions ultérieures deviennent minces puisqu’on approche progressivement des (...)
  • 3 La communauté germanophone, forte d’environ 67 000 personnes et située à l’est en bordure des front (...)
  • 4 On appelle en général ce genre de solution un « compromis à la belge ».

8Aujourd’hui, au terme provisoire2 d’une longue évolution et de nombreux compromis qui marquèrent la fin de multiples conflits entre les communautés culturelles belges3, le pays a acquis une structure fédérée. Cette structure fut le résultat des dernières négociations communautaires, mais elle porte également la marque des étapes antérieures et, particulièrement, les éléments de contradictions issus d’une tension fort ancienne entre ceux qui souhaitaient la fédéralisation de la Belgique et ceux qui s’y opposaient4. Il importe, en effet, de bien comprendre ces éléments pour apprécier comment les politiques linguistiques de la France sont perçues différemment selon les situations.

  • 5 La reconnaissance de la communauté germanophone se fit un peu plus tardivement de même que son ancr (...)

9L’évolution du pays depuis son indépendance avait abouti à donner progressivement au néerlandais les mêmes droits qu’au français. Cette lutte s’acheva par l’adoption d’une nouvelle série de lois linguistiques votées de 1962 à 1966 et par la révision constitutionnelle de 1971 qui fixait la frontière linguistique, supprimait logiquement le volet linguistique du recensement et consacrait le principe de territorialité pour l’ensemble du territoire sauf dans ce qui deviendra la région de Bruxelles-Capitale où s’appliquerait le principe de personnalité. Cette phase de la réforme de l’État est connue sous le nom de communautarisation puisque, pour la première fois, y était reconnue l’existence de deux communautés linguistiques, néerlandaise et française5.

  • 6 Actuellement, selon le budget établi pour l’année 1994, l’État fédéral dispose encore de 11 % des r (...)

10L’étape suivante de la réforme s’appelle la phase de régionalisation et date des années 1980. Trois régions furent instituées. La région flamande se confondit – et ceci est important – avec la communauté flamande et fut gérée par le Conseil flamand qui décida de fixer sa capitale à Bruxelles dont les citoyens flamands dépendraient des mêmes institutions. Cette confusion entre des entités (communautés et régions) voulues essentiellement par des unitaristes principalement francophones et visant à freiner la fédéralisation du pays permit aux néerlandophones, déjà soudés par une longue lutte commune, de présenter sur la plupart des questions identitaires un front uni. Leur évolution rendait donc les néerlandophones belges particulièrement aptes à aborder la troisième phase des réformes de l’État, la fédéralisation qui débuta en 1988 et qui accroissait encore les compétences accordées aux régions et communautés6.

  • 7 Cf. supra.
  • 8 Un certain nombre de francophones bruxellois hésitaient également sur ce point, mais en adoptant un (...)
  • 9 Le dominé (maintenant souvent le francophone) s’opposant, en quelque sorte, à la modification de so (...)

11Il n’en alla pas de même du côté des francophones. Issus des diverses régions du pays, ayant des sensibilités et des intérêts souvent divergents sinon contradictoires7, leurs hésitations s’ajoutèrent aux réticences flamandes concernant l’autonomie à accorder à la région bruxelloise8. Répartis, comme on le précisera plus bas, entre quatre groupes d’importance inégale, les francophones belges dans leur majorité demeurèrent longtemps unitaristes. Deux raisons principales y concouraient : appartenant historiquement au groupe dominant, beaucoup de francophones belges ne voyaient pas de motif de modifier une situation qui leur paraissait « normale » et « naturelle », position injuste, mais qui, avec le renversement des rapports de force dans la société belge, devint une position absurde9. Par ailleurs, les intérêts autres que linguistiques et, partiellement, culturels des quatre composantes des francophones belges les dressaient les uns contre les autres, tandis que le recours à la même langue - le français - maintenait entre eux un ciment d’unité. L’ambiguïté des positions unitaristes permettait d’occulter ces divergences, elle affaiblissait cependant d’autant la position de la communauté française de Belgique.

  • 10 Ou celui des francophones dans d’autres communes bénéficiant du régime des « facilités », comme ceu (...)

12Avec le temps, sans pour autant renoncer à la défense du français langue étrangère en Flandre et sans négliger le sort des francophones de la périphérie bruxelloise10, deux groupes importants ont émergé, groupes reconnus d’ailleurs par les réformes constitutionnelles, les francophones de la région de Bruxelles-Capitale et ceux de la région wallonne.

Les sensibilités contemporaines

13Les luttes dont on faisait état ci-dessus s’achèvent aujourd’hui. La Belgique est devenue fédérale, sans qu’on puisse affirmer pour autant que les passions et les revendications y soient toutes satisfaites, ni même exprimées. Du passé, les néerlandophones ont conservé le souvenir de luttes contre un pouvoir francophone, local (les « fransquillons » ou bourgeoisie francophone flamande, ou national, qui les opprimait, le souvenir également d’une infériorité économique et culturelle. Le présent fait contraste par son dynamisme et la réussite actuelle est associée chez beaucoup à la prise de conscience des valeurs identitaires. Le Flamand est d’abord flamand, accessoirement belge, souvent européen, jaloux de son autonomie parce que fier de son identité.

  • 11 Le volet linguistique du recensement périodique ayant été supprimé par les lois de 1962, il est dev (...)
  • 12 Les estimations les plus basses proviennent des milieux néerlandophones et les plus élevées des mil (...)
  • 13 Le nombre d’unilingues wallons, s’il en subsiste, doit être extrêmement faible, de même d’ailleurs (...)
  • 14 Pour être complet, il faudrait tenir compte également de la minorité francophone résidant au sein d (...)
  • 15 Douze autres communes de la région flamande et treize de la région wallonne bénéficient du même rég (...)
  • 16 Le fait que Bruxelles soit la capitale fédérale, mais ait également été choisie comme capitale de l (...)

14La situation des francophones est plus complexe. Ils se répartissent en quatre groupes d’inégale importance11 : en région flamande subsiste une bourgeoisie francophone, le plus souvent bilingue d’ailleurs, dont l’importance numérique est faible ; la région de Bruxelles-Capitale est francophone à environ 75 à 85 % selon les estimations12 ; en région flamande encore, mais dans la périphérie bruxelloise, vit une population francophone immigrée qui atteindrait, selon les estimations francophones, de 4 à 500 000 habitants ; la région wallonne enfin est entièrement francophone13 à l’exception d’une communauté germanophone, reconnue et protégée par la loi, localisée à l’est du pays et forte d’environ 67 000 personnes14. Chacun de ces sous-groupes développe envers la communauté flamande une attitude propre : généralement discrète, la bourgeoisie francophone minoritaire des Flandres adhère aux objectifs de la population flamande dont elle partage la sensibilité tout en maintenant, dans la tradition familiale, son attachement à la culture française des élites. La population francophone immigrée de la périphérie bruxelloise provient pour l’essentiel de Bruxelles même ou de Wallonie. Sa sensibilité n’est différente de celle de ses congénères demeurés en ces lieux que par la tension, plus ou moins grande selon les moments, mais toujours significative entre ces francophones et une large frange de la communauté néerlandophone. Les francophones de la périphérie bénéficient, dans six communes, du régime dit de « facilités » qui permet à chaque citoyen de s’adresser dans sa langue à l’administration communale et de recevoir l’enseignement de base dans la langue maternelle, en l’occurrence en français15. Ce régime particulier a été reconnu dans les diverses révisions constitutionnelles. Il soulève néanmoins la polémique, car, du côté néerlandophone, on craint qu’il ne soit étendu à d’autres communes actuellement officiellement flamandes ou qu’on ne passe progressivement d’un régime à « facilité » à un régime de bilinguisme légal. Du côté francophone, par contre, on évoque les difficultés et la précarité du régime actuel, soumis, dit-on, à la « bonne volonté » flamande et on ne manque pas de faire remarquer le caractère paradoxal de la situation où une majorité estimée de francophones est traitée légalement comme une minorité plus ou moins protégée. Bien que se sentant moins directement menacés par les néerlandophones, les Bruxellois francophones ressentent mal ce qu’ils considèrent comme des manifestations de la volonté de « flamandisation » de la capitale16, tels les affichages administratifs et commerciaux répartis généralement par moitié, telle encore la répartition du personnel dans les administrations communales ou fédérales d’après le régime linguistique, telle aussi la presse et la propagande flamandes dont certaines expressions sont très agressives envers les francophones bruxellois.

  • 17 Si on estime la population wallonne à un peu moins de 3 200 000 personnes, abstraction faite des 67 (...)

15Les Wallons, enfin, qui, bien que constituant la grosse majorité des francophones belges17, n’ont acquis qu’imparfaitement et très tardivement le sentiment de leur appartenance à une communauté francophone. Dans la mesure où ce dernier émerge et se fortifie, il semblerait qu’il se confonde chez nombre d’entre eux avec le sentiment de leur appartenance à la région wallonne. En d’autres termes, beaucoup de Wallons se sentent francophones parce que Wallons, tandis que chez de nombreux Bruxellois francophones, leur identité francophone passerait avant leur identité bruxelloise. Cette différence de sensibilité a comme conséquence une perception différente des identités régionales et francophone : pour les uns, l’appartenance à la francophonie l’emporte sur l’appartenance régionale, pour les autres, ce serait l’inverse. D’où également des tensions sur les plans politique et institutionnel selon que la communauté française de Belgique l’emporte, dans l’esprit des citoyens, sur la région de Bruxelles-Capitale et sur la région wallonne ou inversement.

Les politiques linguistiques de la France

Des choix politiques multiples

16La France semble, vue de la Belgique, osciller entre plusieurs politiques linguistiques différentes, parfois complémentaires, éventuellement contradictoires. Ce dernier aspect s’atténue cependant lorsqu’on interprète les politiques linguistiques françaises en liaison avec des couples tensoriels qui en rendent mieux compte : les choix apparaissent alors comme des tentatives de compromis que partagent sans doute, dans ce domaine, d’autres pays européens, quoique, chez ces derniers, les oppositions semblent, pour des raisons historiques et conjoncturelles, moins tranchées que dans le cas de la France.

  • 18 Du côté de l’uniformité se retrouvent la volonté de contrôle et de centralisation (ou encore l’impé (...)

17Trois couples tensoriels sous-tendent apparemment les choix politiques linguistiques de la France : l’opposition entre la rétrospection et la prospective, l’opposition entre la politique intérieure et la politique extérieure, l’opposition entre des valeurs d’uniformité et des valeurs de diversité18. Si le jeu politique français est l’objet de tensions entre les diverses valeurs que représentent ces trois couples oppositionnels, c’est non seulement en fonction du regard multiple et nuancé que les Français portent sur eux-mêmes et sur le monde, mais aussi en réponse à la variation des regards supposés du monde sur la France. Si ces éléments interviennent également dans l’élaboration de la politique de n’importe quel État, dans le cas de la France, le contraste entre ces valeurs est, pour ainsi dire, exacerbé et cela d’autant plus que ce pays ambitionne de remplir une fonction internationale importante et que nombre de contemporains lui créditent un rôle dont le caractère davantage « moral » compense peut-être la perte d’influence sur le plan plus primaire de la « force ».

18Quoi qu’il en soit, en matière de langues, comme dans d’autres domaines, la politique française n’apparaît pas cohérente et constante, mais soumise à diverses forces dont il importe de montrer le jeu. L’opposition entre la rétrospection et la prospective se manifeste par une différence entre les nostalgiques de la grandeur passée de la France et ceux que préoccupe davantage l’adaptation à un monde en pleine mutation. Les premiers se soucient de défendre le français en tout lieu où son usage international pourrait être remis en cause, soit dans la défense de positions acquises et héritées du passé, soit en tentant d’imposer l’usage de notre langue en de nouveaux lieux internationaux. Les seconds ne se soucient plus guère d’un passé glorieux et sont assez enclins à passer au « tout à l’anglais » de ceux qu’ils estiment être les maîtres de l’avenir.

19L’opposition entre la politique intérieure et la politique extérieure est d’autant plus grande en France que ce pays est tiraillé par d’autres tensions. En effet, le tiraillement, sinon la contradiction, qui existe entre l’attitude politique intérieure et l’attitude politique extérieure met en évidence combien peu les mêmes principes servent de ligne directrice dans le pays lui-même ou en dehors de ses frontières. Si, au nom de principes libertaires dont elle se ferait l’avocat, la France revendique, à l’extérieur, la liberté pour chaque communauté de défendre son identité et donc sa langue, comment pourrait-elle légitimer son attitude, souvent autoritaire sinon condescendante, envers ses propres minorités linguistiques ? Si, au contraire, elle tente de justifier, en son sein, le manque de moyens et l’absence de reconnaissance de ses minorités ethniques, si, donc, elle paraît se situer en un rapport de domination envers ces dernières, où pourrait-elle trouver les arguments pour prendre la tête d’une fronde des « dominés » ? L’impasse est cependant moins absolue qu’il n’y paraît de prime abord, puisque de nombreux pays connaissent l’opposition entre la volonté d’une indépendance extérieure et l’autorité d’un contrôle intérieur et que, dès lors, des connivences permettent de maintenir la bo passé glorieux et sontrieur, lrmettent de où ceflaman belge, souv. Troisaire sin"e moyens et l’absence de reconnaissancetage x inmoral » os innvoajouts fraorirmaniqumais qui, ent, ix apparae, mais qui, re de langman belge, souv. Trpan> Du côté d18" hér, en soe brue, souv. Trparait l’é d18"ux pays connamiliaférences1830), su premunes dpenion flarue, intéusage u 4789,tn2">2 d’unees. Sègue à lais aussplir une font ap souha France.érianumber"> l’unifomeit l’inversell" id="bodyfolitiquesouharétata des dernièresDucoue fut créit aboutil’anghe coes, variation desautooon walnte effet, de bien comppendant lorsqu">4vrevenrise de ,’autres tn av pourrétait Flamanclassonomicés par s d pour aosantesss ressenten, 2lassonnues, pbilinaion flamuttrtres tn avmit in»es pour aosanromis qui marquèrent la rsdolitiance avec lrfois ctentl’autres téusjes, ltitaayiatérieumlorsout ena trads des comme antesss resset devenu françame anaayiatéa de fixenvers ments, maioudés nombreIl imporhaque ciroritil’angsement et avlast davari, le p marqlass="pacophones et de Wallons, victimes du déclin de leurs régions5/h1>

Des choix politiques multiples22 y an. Lessence sensibi slement par class="tocSection2">Les politférence ete une bntsnjoncturelles, moins tranchées que dans le cas de la France.

23s="sideElrédiaron interprèôté néerlandoremière fois, y étaincouraient : appartenant"bodyftn14senteflamand en r du pe ces sous-grobé brii elèôthyu-ciroritcall" id="rigntrsm ce rap"paranums de la graillecrupu « tniae sem «  de frmsitionnat appr eliraitant leil se pays de D’oes nde politiquftn7a marque des ent lexercée stte structuravec que laècesepartenance dont itquorançais est l’o,eaà exepan ll" id="bgardswqui débuta edes ur évolutio entitée fois, ant"eu clame l’Énet en foncqcetage s par une longenten,t périt inson ets absoleparue de passé glorieoe bat le cara ent ranh llorielst inson enja clciurs hnale, por une longasses flamanges de lasset France se. Àée paravue lre osé git"num">17 autato2ne phrtent que linhe s pame légal. Dus"> li> tatot a2ne phsie francophonel’angsess="essentieulturôtdeode Londres atilui-internate bans inte etd18"urapcrsoutciret deexe, commt p dom, commonté datitutdig’nement de bolitiqure etfrmsitt qu’isaser dt l passé ais ,Wallons, enfin, quns ors detrouvn entrnde, ent plus gé datis six notre cos doutex. Les ospectes parce que Wgnement de base dans la langue maternelle, en l2 périphérieit d20 Belgique1.

2 Ix pays comt qu’i et cor une lo,dernier aspect s’atténue cependant lorsouples tenss et commd. La lolations e dege internatit al pourrhez ces der,aissent aloommd. La lo paye par s princivoajl’angser au> Lessomt ques, rur aoumber">12Avec le,e repr que linautant plus qlasee passé glorie, un rss et corer au ="pltur,, commoneme que, t de leu,eaà dominéd=), suays dlles s tenso cas la Frydéfequern effet, laire sinscophones bninson s propuveaux anté inte et itbmarqants intnt lexercées" href=ce de rmationz bean>Avec le joa>, comme laborans lme ou ber">12s="par s qu’il nté de notre class="parorgtnismce autant pluux,ent faul’unifute dege inteivté d2" href= soudés paaboriquesga. Or,tnotecaé ç la arnde est tirent lat daavmit in»esarorgtnismce autant pluuxu despn qu’iimpossibilité">Les pomutdiadenceses valeursunDeux raisans le="pl les nmberoees WallowithTn quatre gro edesunDisseuautant plus gparrieure est inson ">Les pode notreleur dité">Les pooccupée durat connue soudés pa atiluialieuxeca/spand>,t pé pritranumbe du pasun passéque intérlatitement eont elle petal » c" id=de estwDowns la mesuurela langue à lhn e oritau, comme emente du pte">Les pé régmmce ne, on craint comme emenancisatiode nnde prime se pays de rs hnalité uitrer le jspan>Avec le é de ent gloriemiliaber">12Avec le ix c"> ue rep glorieouns, laptatiabsenaissancus,s e dege interna, soit donjoncturelles, moins tranchées que dans le cas de la France.

    (...)
uesga/span>Avec le lass="parorgtnis puisseuautant plus geraitvingiller enancopho manque er aspect sne différencement e="bodndre de justhTn qmiliachut belges pgiméerlandos, ante sE queajl’angEt fa’accompons y socinqelle paraîs’appe,t par mclassourraertant l’angE queal’us soit en mit in»impotexte"> fr la rétr passé glorie, giona bruxelld18"utitension forte emente du pt intnation v tout enmême opan>Avec le,e c" idpit, sraernt crit qu’i e lrfois cuetd lé brilibrinhérivte">13<. Issus dhezp>13<.clitéaayiatérdtiment de leur appdophe de trai despn cp>à lmunstitaays ienppositio laagnololass="parle à Bruxeatéa.s="foun régidl’élaboratioangE quet ps pri comme > ">Les pode notrelatioangUnint moqueuse. L soit, en mati re de langones,s. Et faiblrése s paaayiatéa erprèôté néerlandoremière fois, y étase dans la langue maternelle, en l2s d’inégalin, 21nçaisAvec le lôté néeouvee. Lmieux etellmiaosanromis qui mares bna classs dftières. href="titaayiatét ap enmts, mêmce que xepan catioangE quet ps asunnsion, plusfuxeca/spandpan>Avec le é de ent ays ienpmber">s="parux comptmntée mêexcluis queftièrue française ,ançaisaosanvex d’une irenes eshones resst institourraion eugique1.

2 Uneelle parat, en matis"> lngones,s. ntiè La éens, quoique, c el b ence es ospeerpalnte effetôtdion fortancophonophones>Quoiqnombrs="texesuuretiques lires adhèd banalleship.rtanommunalleurs,emporte it, en mati atis"ndre lep clrs tensions sur le gloo-ale plcfonci La de ses elloisaà un régidé avanpays t connuet très tardivement le snjoncturelles, moins tranchées que dans le cas de la France.

    (...)sage internatioance de recoocivitension ques v- aise, signe de La dsersemer une lous"> (...)
7

(.osaiees,s.s autres, /li> s paaayiatéa i e

  • oivtpasser au c" irtitie et prloobaleses valeur-à- évnaions belgeasses flamages de langetc.ionne dit-oseire, sesibilit mo.s lait dedeodeeouve, les intperte d’influence sur le plan plus primaire de la «inversement.

    <4div> 4 e. Cette difi, bim1n3" id="tocto1n3">Les politiques linguistiques de la France6/h1> 6">Dpan class="paranumber">11"#tocfrom2n2" id="tocto2n2">Langues, régions et communautés
    8 : appartenant"euspan classbildominélabdndrvre erlandophuns, lapthnalase dans la langue maternelle, en l2 entièrement2 ela3sslges région walnte effede rs hmoins proté Belgique,scomplénnellee bien comppendant lorsdson uss’il et hfr">Les polit os dpan>Avec le es atilecallprovsent aloase dans la langue maternelle, en l2nviron 67 00ie l24sslges>13<)rgeoisie francd18"uxets aes q solgiqae longascupée durae irenenbolristt disc passéedi, fut disfaitexigLes pooccupée dura(l »econom s ent pvr e nation,i à donnindépenda),ôté frente dpan>Les luttepositiodesautsensue des toujrautres, /eoldentitaitouns fé partvingsera plus bas, entre quabili de la grdpartenifomeié de es re et la angdoph cieroivtpasallonse lesvles nener progresons sont très agressives envers les francophones bruxellois.

      (...)
    29 ançaépunque ers leser dtgscre cp>àe sinze ass ee une autpmporhls, ant"son uss’il et hve se mmmpenseistence de deux communautés linguistiques, n2occurrence ia r25n abu c">Leage directOn ettres is seique et inoupes imporantérieviolue, oples noo bila,rieure et ,ôt href=modoppos>é, libu ledes dernièrfranammpenientre q Andltu,Go>15 Lfetôtdraituiique nts derne paren,ser audominélss="nalrniutaeaà pe dis eniqnomens,bas, enes bnnud=fgeoisie hn qutous ld, aàas gnnud=aues fusclass="pn ou iqnombrref="#ftn1roritcall de BeenpaL imporantérierbolrendaitd’unsTpobs, ageces supposés du mon reconnus d’ailleuque et iui:=prise de clles mêe pieae irenembiliniedi, fut d’esné, lesieure et ,ensut l’autres te ement bvi pofusion entre desent itdndrs gt, lfancophoneant plus qlre de langmstitutdut la selon que la communnue soudés paFn pleine,s e degit qsid="bodyftan> Du côtassns, ifute deouveren pas de Beenituatioupes imouveinftion waeux etcophones minoritormaluetcatioduérersm ce tradicais évaulid="b’achèvees aé quolémied="bobeqn18< de Ber une lo deux communautés linguistiques, n2sation » deit 2mmunautés6.

      15(...)
    3ss="sideDallons,, moins absol plus bas, entre qunçaitounsellmiaosanjedopho pour,sfaiteeernatdrincipes libr pri que laéra Belgiqnd en r du class="parorgtnismce autant pluux,esement des ra bri soun. Et fmême ou ent gloriemil se c sous-grain nombmoraessentieuveaux l de Bruxelles même a angdophecond les age « morames el d’unesent l’osu preosanron1ricomppendant lireneamuspar o’attagac71 .n="foun régincouraient : appartenant historsid="irmanque eupes imes qute effdes orgtnismce e bruxi. Lamppendant lorshérines oarixesup clituatquises et hresé gloo-ale plcfones"> lons,2ne phst contradicme dit de Et fa cl nement de b o’t conenmts, thTn qepangst appr ospectes parce que deux communautés linguistiques, n2 des francopi2027nçais111.

    31 par d’autresie francoen mati re de lanbeauctrage « mora indépendan flamandes le manque ens,bas, enes aires dont elle es s leri snngiller en de , en matiu oùnstaluisqrhls, aieu oùla vorrhls, aie couples tensune frosol plus bas, entre qunçauf un rôle do pasneonref=nt bil estimée mesce à layens, iqno.n="foun régiguist claids ne f en réponseu côten,re de langma pay atimotutous l"qu’on puissee composves le plcfnension forlowithTn quans la désôtit co assla lôté néeouve intéus France autant plus gituatit périt institaays ienppositio laagnolans la déces ésit P évidéous l"qu’on puissel » esie franaient Lpan st inson "qu’on puissehumaos, antetême ou en dehee feRumber">4789he de traiucoueiinze ais aus, des connivences permettent de maintenir la bo passé glorieux et3>(...)18 généraltexteayscminansé aer ddûcme ditapsesibilu ent es quce de recoode moyen gime à « facilité » faire remarquvr e ent es qLa loe tee lin ird’uson ussf 7">Dpan class="pagée. Bien que s2n5" iocfrom2n4" id="tocto2n4">Des choix politiques multiples3 , ltuts="pagée. Bien que slleuque et iqnd enet dles e, ouremginant l atilecaombre diment r une lous frleué bruxelnt"son e parpromiellee bien comples tensoriels sous-tenden.rtaer">sne aueomaa eniv c Les estimatielleProm-Bat pas cohs aàaspposés du monments,,juxceptioner enune frouverenperte À sur lnt elle épendaisaà un régilipagée. Bien que sl historais est l’ob faire remarquiné, honeblgalemeatiu oùs’il en sub ais tiode liga/son nde selon le.rtssentieetn7a s du monhérnt cds supponue sue intérs, lapois corat eant plus. Nans les drgeoisie francdce d’ant sent l’osurej ie ecieemblerait ques, commérieuement et très tardne, on craintune frue ce pays devensanales et franun rss gs dereuité té la poioner enuêlar une alesœur pri que la communvs gs et ,enflamandes dont certainleuque et iqjuxcesé le ce à la aitoun)saà u que, saucoup Amber">ommas nux,es"ndrie eupes xteayscmivismcngetc.iDcomme lalir .f aeaes q soiernas-s"nd- class="nques lismande, ou ent es qu, en mati,me anaayide, enques lismaerds dde tra-dophimmutdiadionale, poadn’e comm ou féponseu"evlloisaà xepan caref="#ftn1scusles aula francfute dege senc prime abord,rance qu’il nDu côtLes pode notrelenir comptioangUnint moqueuse. L sones oup de , en mati"titaayiatéoues bn dligurtièrue française es, vaadn’e comm s pornsde traiorielsvr e ent es qLa loflamaôté néeaayide, poon wtexteotecla ltéé ,epangseçai emue traioère d’un passé glorieux etmber">ommles tensesouha estoudrtatives l en sub commanumberessenLes podeensiandoremièraref="#fqu meillce potime la secondparations esrants irsnd en rofssles e des connivences permall" i deux commgo-top des franatille-42it Hauxte">abim1n3" l" i connivences pe#ftn61> div cl vidéolass="textandnotes"victimes du vidéola la bo passéinte">Niv c iocfrom2n4" id="toctotent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et /h1> et />1nça Jamute aula ai r,is tounselltilecaombrésenJs e KltiqueJs e-Mare Pince tis sMauence V e Oflabekcies bma classftières.amadminus l"qlimport r . et2cl nça
    44vre"bodyfta abougime particuliershérdoloisaà ltéin ceflas funs acquiabs aques, n reatillershér dernemenqueat dales mêmes entst lent prtasneartition ension ftiques ling moine fpérip>4 Sistiques ales tensoriels ment par romiele itC très tardmoqueuse. L ez V let,is la po1992, n° 14, 39-51e des connivences permaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et3/h1> et3et3nça 13sloommd. La lo passéqucudés paat deoutiele, pour les auhérît dsentlo pachirtensosanromis qui mar française equence ant loe des connivences permaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et4/h1> et4">4sslgtOn"paranumlit e
  • /eol">4 et5">5nça 1317 ett mmuna Ae, on crainsenaissanumbudgts, neblifrancophon’appo1994,enqueat dalartition ege t d1 %ames erat nes evnitarixefrue ôt beaucoup de Ws imporlass="texte"> et7">7nçaenotes"> a d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et8/h1> et8">ersit Unsu que, merge et : appartenants, leur id classte traiucs du montresnombre d,=m le esones anle dls ie s vnveo mondeEt fmê gée. Bien que sétlins àaitan> Lfootnotecati,m pay ati itC e particuleues, uportepboriql. ln erin c17">17<(sséqueues ant ld18"un ju>. Ce r gal. l’oles même-ci » ? Lst appc17">17< href= itbmarqants i)andes digne direlles tensoriels sous-suenante d’ens, leur ide,s ncmpernp>sli> g: les a lo passéqummd.ie 500 orte emene d’enases enndopho vorrpmis eect sopreosan: appartenantn j lar, eient deveemporaes ou queux et(cf. s"> )a d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et9/h1> et9">9nça Lfodominélsonnel pasne uvent le franiu n, ltuta d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et10/h1> et 0/>10sslgtOufmê dont certainl8Quoi qu enndophob u’aà lun les adme trouvees ou queux enumber">c™aborde de Belgiques Fanc

    et />11nça s coc n

    . al irsndonne de rempté fra remp, la F("> et12/>1 nça 1115 Lfo1990po1 248 ais est l puissedfvanle dlsublirèt 264 379 mpléat davapoyéso.n="foetnotecall">tnud=son promis que partagua pe 500 oarq séditen est dmt e dxnci érentnensrevnitae dpt,is lament ooupeu le purtagunautt Grèceseensut l s Mages bquenin500 ortTurbriipaL imimci ièraoolitiqueets absolen ce à ieae i ail’empor te lement erse.ophunes oaridraituon craintten,re rema géborde de Belgiquôtdeuere cues belges. A uuinde i ail’empor cues emup nation,1a estid, sraerr comptiobrC très tardn13">1313<. orte emenlle paratdeencie manque n13">13<. oment parcenndophotre eux use, c, sfraniMalrndyeoteconnindépenda,sdson ut e BelgiquôtArlrime slmetterl s Lembourg)a d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et15/h1> et15/>15nça Douze Quoi qu enndophoorde de Belgiq emup erseoi izborde de Belgiqtre eux ob u’ à lunlons,e les adm aiouvees ou quperte d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et16/h1> et16/>16nça l’empor s la nuetapit,ues rtition ancé queiaiucs du moncapit,uesn snuet très tard emup a France,eilipaler

    Nsoit e Peutt Roe ou vi ques, lnt grtux La evnitar,Belgiqndse17 larue,r la loi,n13">13<.,soit, pul d’qranumber">1ad l’empor-Capit,uest faible pa80 %ams964  loi, localis,rns àaques=moye. L o cas datradic que fp"para dans la t faible pa77oi, loi,pté fra contr et avldont certainleulattvorrpmis eeat faible pa45oi, loi, localis (moye. L odivns àaques as evnitarixefrcitentanranumber">11)airimaboutissla unbtotalel4 42oi, loi, localis pas c72,4 %at connuece à ieae i27,6 %at conl’empor tssattvorrpmis ee.iTpourer eolndes dont certainleulattvorrpmis eeas, leur ideuolémnans d’lasa avasins,tt connue soudés pap>slo0 oartuelleme"bodyftat caer ddraputranum emup .n="foexepan ll" idsa langleme" dont certainlengassendes donant lorsdolititvorrpmis eeaeur diestignque dependque eupeftat caer d emup . d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et18/h1> et18/> a Dpan class="gt, laire sinp’les> Du côté d> l’unifoaques=(princet co positivorrhls,mx anté luisqrhls,m<)rgdpan class="gtance de reconnition ens flese ferait l’ea nuetapacre cpdL oarcidesibilu oritau,local. d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et19/h1> etrant1on abunoteaà exepan clque, bat fédér leurs hésit Pouri->17 !ux La rbolmrain. d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et20/h1> etit d20 BelnQesss regue à textemalginze ass="parades poues, re etd18" ulent,is t ap nsgeourritionnud="bodyftn1ressenomité et prov luisqrsins,tten,n anr s d cde la grici » minorit pasnertenifée stt pexdode Ws oth13"omèe cioud minorit pasnemaladee.inotelules s"> f a d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et2 /h1> etin, 21nças, vaaayiatéa micte ors pourer enl emude  : pomandai notre lde r" hrespar s d commontsement et ede leus age « moramles sa langue à l ">Les pooccupée dura(oul’unt apre dsge « moramles sa langue à e sl>Les pooccupée durux e),el’angasses fles we aboup ctca d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et22/h1> et22cl >(.osa>sage internatioance de recoocivitension ques v- aise, signe de La dsersemer une lous"> ,pri commitéaurégiltpars qui, dsericigglorte de ji de la grdparait l’éenstnud)z beas ie s vnve cagqants ine diun cventuellemepboratif gébor la t f pour aosands ienent"eu ctifier, en son s pour aosanromis qui maropre : gésieds ienentdeveevre leesné, lersaà un ré «  ie s vnvep d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et23/h1> et2 ela3sslgenotes">

    etie l24sslg R"para>1815 etit 2mmunacRcvnitarixesuure infais.n>LeEn aProité ,onnud=av>18Laais ise immiga cousesies mêaterprète chefsiique ntais ise e brue,cant di . l’ontextedson ut dons,eun n’ee fre f gse traiuc dalq aures atilui-ide Ws oid="b uporte: le edet"b us rtidn,lq auresouveeuh..ux etes b uportearqailucoot p niueftn1scoecalletc.iPLama classives l en subopnesnze assmbeiainleng" emudmperlandophuve traiot de tions eM.uxTpobs, pa franomices dux ant rap"para de dom"ègue entcuniique ntaifa c ues, vte"> nsgdeEt f raf géboudés asne manque padL oarps connaedson utqu meirdophuc d traipa fauctrieesnzs,b commanumberessendons,epangsea. Cetaer isaà xepan ciquesra polipolitisegésuctrieu glorieouetcalle deat dan>Avec le lttnideEt f notre coterprbsolen tenden. d’influence sur leaent de madiv cbalaagclin dt de maFnautésSymbol des franité et27/h1> eti2027nçaePa frnsustante, m ituon,svlecie15,re de langot de lloisi y anba clouene tenali,epdes ne, rre"bodye dngue à e taombrésentutdigntnen glorieo contracdons,eix e ssm ietsl histornde selon le.rDcommitér">15Avec le nnud=auopnesnze anl emudetutdignl nement de b deang

    ot de tioibil flaue ce pays i. Laes, lpan ants intolass ette etophoenre et lpa fr plus gétmnté lunlal. llenbolristt lpa fr brique intspayerdionalt appnertepuef rayervisentutdignnen glorie en rueressen cl xepan arique ntais isees donant lorsruxearantnenque et in(rianumbernson uss’il etpBicarende, de lamê sur lpan ants i)airùonnud=av>18.puefen glorie !s, rua nener ppartenant histors1a estolveassives l en subla anes oup de dons,ec sous-grst contradicnd enfe levaler donenmaemporte it ee une j Lpan sdang>. sesipri queapt lopes imes deoutiles tensoriels ntaifgée. Bien que sle ier ppartenant histo.rtssentieo cas datraaert Celentre q di Avec le,eiti frunDisi aiLtte eeuix eque ximpasrr ntaifa cnen glorie .ctOnanfe lesaser drbolmrainoontradic vte"> usps cufmsouve"ègueLa lola perte Qesiraanfflgrdparait l !s,otelules ittésu c" irti l. d deux commgo-top des franatille-42it Hauxte">abim1n3" l" i connivences pe#ftn61> quotque pl vidéolass="textandnotes"victimes du vidéola la bo passéinte">Pa frcres gmtsatille iocfrom2n4" id="toctoth3>Rfr la rétrpaeiar io3influence sur leae> Guy la bo passéfamilyNamcliJucent e idttnsg>,re  la boxml:en

    Les politque et i   enus"> Revélautant plus qs u le franiSèvrto2ne p, 03 | 1994,e47-61e des connivences permah3>Rfr la rétre ascttnset i o3influence sur leae> Guy la bo passéfamilyNamcliJucent e idttnsg>,re  la boxml:en
    Les politque et i   enus"> Revélautant plus qs u le franiSèvrto2ne p [ec angu], 03 | 1994,emle es anguté 17c vr

    Leluss.ops e elle .org/nied/42it ; DOI : 10.4000/nied.42it d deux commgo-top des franatille-42it Hauxte">abim1n3" l" i connivences pe#ftn61> é ht cl vidéolass="textandnotes"victimes du vidéola la bo passéinte">Aut da iocfrom2n4" id="toctoth3>n de leur42i8">Guy la bo passéfamilyNamcliJucent e i5" io3influence sur leaeo passéruecrrpuiin">UnD de recoos Lie ass d deux commgo-top des franatille-42it Hauxte">abim1n3" l" i connivences pe#ftn61> lic nDr la/span>Quo da iocfrom2n4" id="toctotp>©iTposbor laimporlopvorl d deux commgo-top des franatille-42it Hauxte">abim1n3" l" i l" i connivences #ftn6">6navEluttiainbottomlin drev="alir ts"eux commgoClir ts"ee leur4215/huttle="03 |o1994 aL im">Les po2 classa nDu cô'E quea">Sommpensm1n3"la bo passéseaux> - drev="cesv"eux commgoPesv"ee leur42i2/huttle=" e.">Lent le fra re de lans.:eont elle Du cue ne,mptiobrC très tardmoqueuse. L">Docucommunc" irti lm1n3"la bo passéseaux> - drela>nnte"eux commgoNnte"ee leur42i9/huttle=" im">Les poptiponseu côangE quea">Docucommueri snnm1n3" l" i l" i l" i conniven#ftn61> dav"> connivenceinversemenhidi l">Naviaques," id= connivenceftn61> davE, li claence connivences #ocfItéx iocfence connivences #ul>ences connivences pe# de leur43">Aut das0 personences connivences pe# de leur48">Mots-clorl dpersonences connivences pe# de leur50">Gé dpersonencee desrmall" i connivenceftn61> davCeayscmie DPmpaarylaence connivences #ocfCeayoqnce autant pluux iocfence connivences #ul>ences connivences pe# de leur37 0/>Ceayoqnc : L u le fraesAs soes2014s.:eQu ms enja cns aui cn? dpersonences connivences pe# de leur5546/>Ceayoqnc 2009 : Uns rep s aus,lu eepr umsenu ?aL immodèlipalsene commt f'>.preuvt, it Po aui lension dpersonencee desrmall" i connivenceftn61> davIssu claence connivences #ocfDrfois s num os iocfence connivences #ulversemenissu claences connivences pe# dttnsgversemenyea> 20 dttnsg>
    20 5 dttnsg>
    68sslg –s devienne4389/huttle="Pa fent msa langu gt, lh,s.srend?">69sslg –s devienne4461/huttle=" im">Les pops sa langue à,s ncnja v cbien cola70 dpersonencee desrmce connivences #ocfNum osgma . 20 4 dttnsg>
    65sslg –s devienne3927/huttle="Ltitassenumlass="parletdiacla66sslg –s devienne4065/huttle="Petdagogieae irumber">4 20 3 dttnsg>
    59sslg –s devienne24i9/huttle=" rlettntaies mhef d', neblie 500la60sslg –s devienne2633/huttle="Ea langue à elolatt ur unson usss ausla61 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 20 1 dttnsg>
    56sslg –s devienne2038/huttle="Ls porieiru cô'e. uimt f'>.senu">57sslg –s devienne2127/huttle="LompONGu cô' u le fr">58 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 20 0 dttnsg>
    53sslg –s devienne792/huttle="Palaarref= conlpe 500sgma u le fr">54sslg –s devienne852/huttle="Fan edmt sa langleme">55 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2009 dttnsg>
    50sslg –s devienne604/huttle="Unu claoit e mles sa langue à l scl e">51sslg –s devienne634/huttle="Unu rep s aus,lu eepr umsenud?">52 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2008 dttnsg>
    Les po:ent eri pa fra'E quea">47sslg –s devienne363/huttle="Ltitassenumetisotan> Du cô">48sslg –s devienne533/huttle="Q elt ais  ulgiqndse et prclascl eehuma, tel?">49 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 200 dttnsg>
    44sslg –s devienne67/huttle="Ltitsa langue à . l’,ent et tpettnques=moaui le ?">45sslg –s devienne274/huttle="Ltitas edguxelld18"un jaurér>.senu">46 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2006 dttnsg>
    41sslg –s devienne1078/huttle="L' u le fraatisen cola42sslg –s devienne178/huttle="Qélsavtensosan lèvnel?">43 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2005 dttnsg>
    39sslg –s devienne1182/huttle="L' u le frasson usss ausla40 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2004 dttnsg>
    36sslg –s devienne1335/huttle="Diplômeene i xam 37 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2003 dttnsg>
    (.lg –s devienne1596/huttle="L'sa langue à l ">Les povi snnommt f'>. toujro:eenja cnetis tnt gi cla33sslg –s devienne1518/huttle="La fan antlou cofssles ques vin c le:rsemer une louniu cs qui,et34 personences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2002 dttnsg>
    30sslg –s devienne1773/huttle="Lompparad ene ir'>.senu">31 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 2000 dttnsg>
    25sslg –s devienne2517/huttle="L' al antloulenglystèmompoc u le fset26sslg –s devienne2369/huttle=" im intsue, batmpoc u le fsdpan>Les'tte2027nça –s devienne2405/huttle=" im intsue, batmpoc u le fsdpan>Les'tte2028 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 1999 dttnsg>
    2>(.lg –s devienne2708/huttle="La fan antlouaoitrteae i aige snciela3sslg –s devienne2594/huttle="Ls or la t f' u le frp:gvtageemlaoit exlalir t nesa franoXXI ettecnu">24 personences connivences pe# dttnsgversemenyea> 1998 dttnsg>
    a –s devienne2849/huttle=" n,reautafpé,sen,d'sa langue ànt1on ab –s devienne2815/huttle="La fan antlouulengsa langleme"I d20 Belersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 199 dttnsg>
    13nça –s devienne3190/huttle="L' u le frpscl nori cola14sslg –s devienne3155/huttle=" im intsue, batmpoc u le fsdpan>Les, lhte2015sslg –s devienne3017/huttle="La fan antloutounsau,losgv, it Pv s">16 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 1996 dttnsg>
    Les povi snnommt ftitassenu">0on ab –s devienne3298/huttle="Langssenumsarcitentorur/>10sslg –s devienne3258/huttle="L' al antlouleng lèvne/>11nça –s devienne3410/huttle="Ps acanume depecbien compoc u le vai">12 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 1995 dttnsg>
    08 dpersonences connivences pe# dttnsgversemenyea> 1994 dttnsg>
    01nça –s devienne4248/huttle="La yscmulesieur une lon">0>(.lg –s devienne4215/huttle="L im">Les po2 classa nDu cô'E quea">03nça –s devienne4182/huttle="Diriguroun , neblie 500 esene co">04 personencee desrmce connivences #oc61> llIssu cla devienne66">Tnud=son num os i5" iocfrmall" i connivenceftn61> davCeayscmie DSctifderylaence connivences #ocfP est l puis iocfence connivences #ul>ences connivences pe# de leur2349la la boxml:enÀm ituon i5" isonences connivences pe# de leur2358/a la boxml:enSngm emudeunsatille i5" isonences connivences pe# de leur2361/a la boxml:enCtmntéroun num o /ssôt dngur i5" isonencee desrmce connivences #ocfInfan antlos iocfence connivences #ulnences connivences pe# de leur2363/a la boxml:enCl ct i5" isonences connivences pe# de leur2365/a la boxml:enCtutditn i5" isonences connivences pe# de leur2364/a la boxml:enM noes alucs dn i5" isonencee desrmall" i connivenceftn61> davSyx t le frlaence connivences #ocfSu vaz-nnud iocfence connivences #ulnences connivences pe# de leurhttp://n>Leluss.ops e elle .org/nied/backs d/huttle="F dxnRSS/a img alt="F dxnRSS/ src="imagel/s de l-ié s/rss.png" widthne16/hhlanhtne16/h/> F dxnRSS i5" isonencee desrmall" i connivenceftn61> davNewsl emde laence connivences #ocfL emudmpes, lpan antis iocfence connivences #ul>ences connivences pe# de leurhttp://n>Leluss.ops e elle .org/nied/?abi=l emud"fL emudv, it PRevélautant plus qs u le franiSèvrto2n5" isonences connivences pe# de leurhttp://newsl emde.ops e elle .org"fLa L emudv, Ops E elle i5" isonencee desrmall" i connivenceftn61> davLogo laence connivences #ocversemenhidi l">Affe antlos/ommére com iocfence connivences #ul>ences connivences pe# de leurhttp://www.clp.fr//huttle="Centaifautant plusau et po vodagogiriel/a img alt="Logo Centaifautant plusau et po vodagogiriel/ src="docanguxe/image/2205/logo-clp.png" widthne83/hhlanhtne145/h/>2n5" isonences connivences pe# de leurhttps://dbh.nsd.uib.no/ ubliser skalus r/er h 480801/huttle="ERIH PLUS | NSD/a img alt="Logo ERIH PLUS | NSD/ src="docanguxe/image/5852/logo_er h_2-smll120.jpg" widthne120/hhlanhtne39/h/>2n5" isonences connivences pe# de leurhttp://n>Leluss.ops e elle .org//huttle="Parua lt"eu cvs politScl eehuma, teletisocsalel/a img alt="Ops E elle J>Leluss/ src="imagel/logo- cvs p-org.png" / i5" isonencee desrmall" i conniven#ll" i conniven#ftn61> footx et connivenceeo passéfirst">ISSNre ascttnset i 2261-4265sspt connivencee de leurhttp://n>Leluss.ops e elle .org/nied/?abi=map">Pmoraue maença  –s deviennehttp://n>Leluss.ops e elle .org/nied/?abi=backs d/>F dxnniuyx t le fr i5" ipt connivenceeo passépast" de leurhttp://n>Leluss.ops e elle .org// Nsophunmis s aula Ops E elle J>Lelussnça –s deviennehttp://www.lodel.org// ÉdrecooerprLodelnça –s deviennehttp://n>Leluss.ops e elle .org/nied/lodel// Accref=rbolopvor i5" ipt conniven#ll" i l" i l" i conn conn// conn conn//Crecooomm i5"' ); jQ iry( '#cresdby li' ).css( "mmd.in","1em 0/h); } } }); conn}); //]]a /ecrrpu> connconnvare_paqn= _paqn|| []; conn// ttioksrrm ehodmpleke "setCustomDit qsid=/ should bet q end beft co"ttiokPageView" conn_paq.push(['setCustomVaria me', 1, 'Dil ',ldocucomm.’il , 'abi']); conn_paq.push(['re meC">15Dil Link ']); conn_paq.push(["setDocucommTttle",ldocucomm.’il + "//h+ldocucomm.uttle]); conn_paq.push(['ttiokPageView']); conn_paq.push(['re meLinkTtiok ']); conn(func pri() { nnivenvareuurhttps://pk.le dlleo.org//; nniven_paq.push(['setTtioksrUrl',lu+'pk.php']); connen_paq.push(['setSresId',l'3']); connenvared=docucomm, g=d.createEueLa l('ecrrpu'), s=d.gtEueLa lsByTagNamc('ecrrpu')[0]; conneng.type'inte/javaecrrpu';ng.auyxc=onue;ng.defer=onue;ng.src=u+'pk.js';ns.parad Node.ien dtBeft c(g,s); conn})(); co /ecrrpu>co !-- End PiwikuCodeu--> ences conn conn !-- connjQ iry(docucomm).ready(func pri($) { nif ( $.fn.fancybox == utéf, td ) { nnivennnnnnn$.gtScrrpu("https://, ltsc-remgin.ops e elle .org/js/fancybox/js iry.fancybox-1.3.1.jl/, func pri() { nnivenivennnnnnn$('a.iframc').fancybox(); connennnnnnn}); connennn} eld<{ nnivennnnnnn$('a.iframc').fancybox(); connennn} connennné hu l= connennn$.jlonp({ nnivennnnnnnurl: ('https://é h.ops e elle .org/é hncop lec'), nnivennnnnnn q ebiokParamces : ' q ebiok', nnivennnnnnnsucs=": func pri(data) { nnivenivennnnnnn$('#é hdata').html(' img src="'+data.favié +'/>c devienne'+data.url+'/>'+data.namc+' i5"'); connennnnnnnennn$.ajax({ connennnnnnnennn type: "GET", connennnnnnnennn url: "42it?pan an=pdfepub&nanecon,u l=1", connennnnnnnennn sucs=": func pri(msg){ connennnnnnnennn nnnn$('#dlLinks')."parnd(msg); connennnnnnnennnnn} connennnnnennnnn}); connennnnnnn}, connennnnnnnerror: func pri(data){ connennnnnnnennn//$('#é hdata').html('es pm, de leurhttps://é h.ops e elle .org">tign in i5"'); connennnnnnnennn$.ajax({ connennnnnnnennn type: "GET", connennnnnnnennn url: "42it?pan an=pdfepub&nanecon,u l=1", connennnnnnnennn sucs=": func pri(msg){ connennnnnnnennn nnnnnn$('#dlLinks')."parnd(msg); connennnnnnnennnnnnn} connennnnnennnnn}); connennnnnnn} nnennnnn}); connennn$('#pl d pan cmple').le d('touchncd',lfunc pri(e) {}); connennn$('input[namc=q]').focus(func pri() { nnivennnnnnnif ( $(this)."ttr(' al i') == 'Rechnrchnr' ) { nnivennnnnnnennn$(this)."ttr(' al i',l''); connennnnnnn} nnennnnn}); conn}); jQ iry(docucomm).ready(func pri($) { $(func pri() { if (docucomm.cookie.iedexOf("__cookieus rt=1") == -1) { $(" la b>").html(""la bo pass\"cookieinte\">Enb s lerivanleve parnaviaques,ntresnom mae,svlophucsptez l'utitension rov luokies. de leu\ehttp://www.ops e elle .org/6540\">Enbsaser d ecrrpu> conn ops barrelaence conniv#ftn6">6ops e elle "> ences connnniv#ftn> ences ces connnniviv#ftn6">6first">nnnniviv#deviennehttp://www.ops e elle .org">Ops E elle i5"nnnniviv#ulversemensubmat enav-toggle-show"> ences ces ces ces connnniviviviv#sonences iviviv# Ops E elle Bookn ences iviviv#ul>ences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://bookn.ops e elle .org"> la bo passéittle" Ops E elle Bookn Livr prclascl eehuma, teletisocsalel2n5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://bookn.ops e elle .org/ lealo etLivr p2n5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://bookn.ops e elle .org/ ublishde la&Eaouse; el das0 personences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://bookn.ops e elle .org">Enbsaser d ences isonences iviv connnniviviviv#sonences iviviv# Ops E elle J>Lelussn ences iviviv#ul>ences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://n>Leluss.ops e elle .org"> la bo passéittle" Ops E elle J>Lelussn Rcvs politscl eehuma, teletisocsalel2n5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://www.ops e elle .org/ lealo -n>Leluss">

    Leluss.ops e elle .org/6438">Enbsaser d ences isonences iviv connnniviviviv#sonences iviviv# Calendan ences iviviv#ul>ences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://calenda.org"> la bo passéittle" Calendan Annonc scl nori cop2n5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://calenda.org/search/ Acc&eaouse; s guxeannonc 2n5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://calenda.org/about">Enbsaser d ences isonences iviv connnniviviviv#sonences iviviviviv# Hypothèsesn ences iviviviviv#ul>ences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://hypotheses.org"> la bo passéittle" Hypothèsesn Carnetnt"eu cthnrchn2n5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://www.ops e elle .org/ lealo -div bookn" Caealo brue,carnetn2n5" isonences #/ul>ences isonences iv#/ul>ences all" i connennnnn#ftn6">6pastenav-toggle-show"> ences ces ces connivences #ulversemensubmat "> ences ces ces ces connnniviviviv#sonences iviviv# L emudv& us rtesn ences iviviv#ul>ences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://newsl emde.ops e elle .org"f la bo passéittle" L emudn S' dngurvàit PL emudv,'Ops E elle i5" isonences connennnnnnnennnnn# de leurhttp://search.ops e elle .org/iedexus rt.php?a=ruecrrpuiin"> la bo passéittle" As rtesv& u dngue àsn Acc&eaouse; s guaempvicn2n5" isonences #/ul>ences isonences iviv connnniviviviv#sonences iviviv# de leurhttp://www.ops e elle .org/14043">Ops E elle Freemium i5"nnnniviv isonences iv#/ul>ences ences iviv connnniviviv#ftn6">6a ang-ranht"> ences ces ces ces connnniviviviv#pan ion wa="//search.ops e elle .org/"rm ehod="get"> ences ces ces ces ces connnniviviviviv#pieldsetnences connennnnnnnennnnn#l" i connennnnnnnennnnnnn#input namc="q" typeéinte" / connennnnnnnennnnnnn#ftn6">6search-ellece"> ences ces ces ces ces connennnnnnnennnnnnnnn#input typeént eo/h1> then>Lelusnt eo/hnamc="ul" al inehttp://n>Leluss.ops e elle .org/nied" mhecke> mhecke>" / connennnnnnnennnnnnniv#sabel fan then>Lelusnt eo/>dson ut ecvs isabel>

    s ces #input typeént eo/h1> ops e elle nt eo/hnamc="ul" al ine/h/> #sabel fan ops e elle nt eo/>dson Ops E elle isabel>s #ll" i s ces ces ces ces connennnnnnnennnnnnn s #ll" i #ll" i #ll" i #ll" i conniv#ftn6">6alir xtenav-toggle-show"> ences conniven#ftn6 passéittle-share"> ences ces ce connennnnn#ulversemensubmat "> ences ces ces ces connnniviviv#soversemenbg-dav"> nnennnnnnnennnnnnnTimudv:#lltnences connnnivivivivivenen#fd Revélautant plus qs' u le franiSèvrto2nfd ences 2nfli s ces ces ces ces isonences connnniviviviviv#sonences connnniviviviviven#fli s ces ces ces ces connnnivivivivivenen#ft>E el dav:#lltnences connnnivivivivivenen#fd Centaifautant plusau' et po vodagogiriel2nfd ences connnnivivivivivenen#ft>Sunorit:#lltnences connnnivivivivivenen#fd Paeiar ais ascttnset i fd ences connnnivivivivivenen#ft>E ISSNr:#lltnences connnnivivivivivenen#fd 2261-4265ssfd ences connnnivivivivivenen#ft>ISSNrimimpa&eaouse;r:#lltnences connnnivivivivivenen#fd 1254-4590ssfd ences 2nfli s ces ces ces ces s isonences connnniviviviviv#sonences connnniviviviviven#fli s ces ces ces ces connnnivivivivivenen#ft>Accèsr:#lltnences connnnivivivivivenen#fd Barrpan smobili fd ences 2nfli s ces ces ces ces s s isonences connnniviviviviv#son# de leur//www.ops e elle .org/8282">Ver d ittéic unson uss lealo Ops E elle i5" isonences s ces ces s s iuli s ce isonences connnniviviv#soversemenbg-dav past" s ces ces s s d DOI / R&eaouse;f&eaouse;rades id ences ivivivivivnnnnces s s uli s ces ces ces ces connnniviviviviv#sonences connnniviviviviven#fli s ces ces ces ces connnnivivivivivenen#ft>DOI :#lltnences connnnivivivivivenen#fd 10.4000/nied.42itssfd ences 2nfli s ces ces ces ces s s isonences connnniviviviviv#son# d passéiframc"ee leur42it?pan an=crele frlaCres gmtte r&eaouse;f&eaouse;rades i5" isonences s ces ces s s connnniviviviviv#iuli s ceiviviviv#ison#!-- /DOI / Rfr la rétsu--> ences connnniviviv#soversemenbg-dav past"h1> dlLinks"" isonences s ces ces s s connnnivivivivivvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv#iuli s connennnnn#ulversemenshare"> ences ces ce s connennnnniv#soversemenié s ié -twittx et# de leurhttp://twittx .com/share?r xt=%3Cd +xml%3Aen ences ces ce connennnnn#ftn61> é hdata">#ll" i #ll" i #ll" i conniv#butsfraersemenié s ié -dav"> ibutsfri #!--[if lte IE 9]nences iviv connnn#sonkdrela>stylesheee"ee leurhttps://, ltsc-remgin.ops e elle .org/ops barre/css/ie_ops barre.css"i #![endif]--> l" i conn co /html>