Navigation – Plan du site
Dossier - Ce que l'école enseigne à tous

Références bibliographiques du dossier « Ce que l’école enseigne à tous »

Hélène Beaucher
p. 137-148

Texte intégral

1Dans un contexte de mutations profondes et rapides, les sociétés doivent répondre à des questions particulièrement difficiles au sujet des finalités de l’école. Que souhaitent-elles voir enseigné à tous les élèves dans le cadre de la scolarité obligatoire ? Que devraient savoir les élèves ? Peut-on distinguer un consensus sur les contenus d’enseignement ? Comment doivent être évalués les élèves ? Une focalisation sur les questions curriculaires ainsi que des changements significatifs sont intervenus dans les systèmes scolaires depuis plus d’une décennie. Peut-on identifier une convergence internationale ?

2Cette bibliographie concerne en majorité des travaux produits ces dix dernières années. La première partie vise à apporter des éléments de réflexion sur les finalités de l’école, la notion de commun et les contenus d’enseignement. Concernant les politiques curriculaires, le lecteur pourra consulter le numéro 56 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres consacré au curriculum dans les politiques éducatives [https://ries.revues.org/​1013]. La deuxième partie a pour objectif de fournir un aperçu des contenus de l’enseignement obligatoire dans le monde et de quelques tendances. La troisième partie propose des publications sur les recommandations et évaluations des institutions internationales, avec un focus sur les compétences pour la vie. Organisée en zones géographiques, la quatrième partie propose des études nationales. Celles-ci portent tant sur ce que les différents pays souhaiteraient enseigner que sur ce qu’ils enseignent Une courte sélection de sites complète cette bibliographie.

Éléments de cadrage et enjeux

Les finalités de l’école obligatoire

3BLAIS Marie-Claude, GAUCHET Marcel, OTTAVI Dominique, Conditions de l’éducation, Stock/Paris, 2008, 265 p.
Dans la continuité de leurs travaux sur la philosophie politique de l’école, les auteurs proposent une réflexion sur ce qui pose problème aujourd’hui dans la transmission éducative et mettent en lumière l’impact des transformations majeures de l’institution scolaire. L’analyse se développe sur quatre points : les relations de l’école avec la famille, le sens des savoirs qu’elle dispense, l’autorité dont elle a besoin et sa place dans la société.

4DUPRIEZ Vincent, « Tronc commun ou filières, comment organiser l’école secondaire ? », in MEURET Denis, CHAPELLE Gaëtane Chapelle (sous la direction de), Améliorer l’école, Presses universitaires de France/Paris, 2006, p. 231-242
Quel est le rôle de l’école, quelles sont sa place dans une société démocratique et sa contribution à la construction d’une culture commune ? Telles sont les questions – éminemment philosophiques et politiques – que soulève le débat sur le tronc commun. Est-il une entrave à l’efficacité ? Est-il plus égalitaire ? Selon l’auteur, la légitimité du tronc commun passe par un travail culturel et politique portant sur les enjeux de l’école et sa contribution à une plus grande égalité dans l’accès aux savoirs.

5LELIÈVRE Claude, « Culture commune », in Dictionnaire de l’éducation, VAN ZANTEN Agnès (sous la direction de), Presses universitaires de France/Paris, 2008, p. 93-96
La notion de « culture commune » est en tension, voire en opposition ou, au contraire, en position de quasi-équivalence, selon les auteurs et les organisations, avec d’autres expressions ou d’autres conceptions : « socle commun de connaissances et de compétences », « minimum culturel commun ». Il s’agit avant tout de la question de la définition et de l’obtention d’un « bien commun » partagé. Après un historique de la problématique, l’auteur propose une synthèse des enjeux de la question de la définition d’un « savoir commun minimal » ou d’« une culture commune » exigible à la fin de la scolarité obligatoire.

6LELIÈVRE Claude, L’École obligatoire : pour quoi faire ? Une question trop souvent éludée, 2004, Retz/Paris, 142 p.
Depuis son instauration à la fin du XIXe siècle, l’école obligatoire représente un grand défi pour la société : donner une instruction systématique à l’ensemble d’une génération d’enfants. L’école fait aujourd’hui tellement partie de notre vie sociale qu’il est devenu rare d’en interroger les objectifs fondamentaux, le « pour quoi faire ? ». L’auteur retrace les grandes étapes qui ont marqué l’évolution du système éducatif jusqu’à la naissance du collège unique, à travers une réflexion sur les objectifs fondamentaux de l’école.

7LENOIR Yves, TURPIN Frédéric (Sous la direction de), Les pratiques enseignantes entre instruire et socialiser : regards internationaux, Presses de l’Université Laval/Québec, 2012, 564 p.
Si l’école a toujours eu à assumer une pluralité de finalités, on lui demande aujourd’hui de répondre à de nouvelles fonctions, non traditionnelles, dans un contexte où les visions normatives qui prévalaient se sont éteintes. En traitant des rapports entre instruction et socialisation, les auteurs interrogent en filigrane la question de la mission que nos sociétés entendent octroyer à l’école. Celle-ci renvoie au sens et au contenu que véhiculent ces deux finalités – instruire et socialiser – dans des contextes qui se sont substantiellement transformés et qui sont dominés par le phénomène de globalisation mondiale.

8MORIN Edgar, Enseigner à vivre : manifeste pour changer l’éducation, Actes sud/Arles, Play Bac /Paris, 201re 121 p.
"ques enseigns aut8MORIN E9gar, , Acteour xion su partagé. sud/ArlesUNESCO21 p.
nimns-nn deace danvéXXIiècle, l’école obnt savoltousir les s les up>eles objectifs foe Sèvrestionu rnstaiteègegété déelques tnalisation ndes et traosent une réflexion s et dsi dir56 de inimaltionu rèvrescoent, Actetion ditolen cs, tion dfnimr secondairelabonts. Leucatives [clits.fseigns ://ries.revues://goo.gl/l9OSqHrevues://goo.gl/​l9OSqHème

3BLAIS M10gar, 3imo, OPERTTI2 ng>o, TEDESCO JuumbCarlosmun ou hes les politiité ba , , thestws y-ent="-dre uryum culer à viIBE workingènoirs auj les politiint="s sud/Arlesn° /5, r /5, 32la c [imp: m]n instaosent une rs

tdir5vernsnvéux dmnique,les politiques éduronc csations, les rmetion
Celle-chmr z Leur 30lumière l’imuatconvcen d’m objemmun pataoc5veu se sonompaices et dsocle ique,les polittraosenstaochess, dans un conte nl culveguid56 de nuatre poitre éad les politiee3BLAIS M1 context-Franços" /> direculer à viavoirvaseem>nstaitlles fole-ci renvuteure dispes plus drtant sur les 3BLAIS M12context-Franços" /> "qu39 enseigns aujourd’ de répondre às t008, peurs et légitimitée de notre um occupm cd sites complne? Peut-on disiques éduent organnv> dse denseiselonie. Orfs foa tronc commun ec la famille,uts enils ens la famhecanalyse se avolelle dispepe/stron tronc cecondaire ? ontenire communen de cotique eten d’se compétum cvent être ihonsiroblème rvass les us les é égan». Lelle dispes sousnomène ddaire ? pe/stro-itns les lesi>, 3BLAIS M1arie-ClaNUSSBAUM Domtha C.gner à viNotass=flisait: whyd’ concy nleds theshuchan ses de l’Untecet" tal/QuébeyUnive/Oxss=d
ur lu conx fin ie. Oradmn.ormun ec la nomloi,a hroaaiteabités, e
tdir le une ent

3BLAIS M1 VincentPERRENOUD Ptiqitdir5verconx les rmetioninrd href=" s plus dmr éfc,s xion de nuatre poitre énpour la vie. Oretserse l et dsocs », « minimène instrucf nx ulture quicutociplidtexte se compéte, habitetéstiomentaux d. Pe dare xasoph ent sefinstde8MORIN E1RE ClaudROEGçoS Xaiigner à viUnolaritt dsoce deé : e. s instituti npour la vie. O sud/ArlesUNESCO. BIE/Genn di
cliues lltament es pour la vie. Ornnero-affr unv,snt; d’ssocle imuner la vie. O atias un contev cult segrand défit es étrnsfornie. Pe haln diuionnt prédfnis f ét foutrrhan O atias uns’m objsubstantieles orgalréunalisail Quesrucaeseigns ://ries.revues://goo.gl/YbnTIGrevues://goo.gl/​YbnTIGème

3BLAIS M1RE ClaudSCOTT Cjeuxia Lunamun ouaosenstaiteègeg quicue  1aire ? ». Lucation, Actes sud/Arlesn° /3eursptembr r /5, 18la c [imp: m]n instF ét nx tle.etraosedion des. La pre-on idents ou svue souhamtionaleie. Pe mons,ent e enstéerélum ltureions,vétifs3BLAIS M1Yves, TUTEDESCO JuumbCarlosmuOPERTTI2 ng>o, AMADIO M">3imo, n ouas compétencesutronc co e deelle :dad les politum culer à videntdes mat poldadBIEommun. E/div>td’en inles e prie a besarité oreun « fondamentaux deé teivitutions inienttrace les gradse denéminemmenstanère l’imuatconvcen s compétencesut les politiimale commune cotique ecenni sa contributioncenn2>clitsvse Aue iun ie. sles lribules nus decoent bstantinét es ni–coussalanovoqus de lnimr set es aiturecitre énpour la vie. Organisée entionu rbjsrcicmatique,itolen cs,seigns ://ries.revuess://goo.gl/YyvYx4revues.orggoo.gl/​YyvYx4ème

3BLAIS M1dgar, workingènoirsassud/Arlesn° 41ris, 9, 33la c [imp: m]n instC/div>