Navigation – Plan du site
Articles

Pratiques harmonisées d’accompagnement des étudiants et impact sur leur sentiment de sécurité

Patricia Rached

Résumés

L’article développe la pertinence d’un dispositif d’accompagnement, fondé sur des pratiques harmonisées entre accompagnateurs et inséré dans une culture de l’accompagnement institutionnalisée afin de favoriser le sentiment de sécurité de l’étudiant, déterminant de sa motivation pour l’apprentissage. Adoptant une approche mixte, l’étude cible, par le biais du questionnaire, 1530 étudiants inscrits dans les cinq campus de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, selon le principe de l’échantillonnage stratifié, respectant le poids de chaque campus. Dans le but de comprendre et de creuser certains résultats issus du questionnaire, six groupes de discussion ont été menés avec des étudiants accompagnés et des accompagnateurs enseignants et étudiants. Au final, l’étude révèle l’importance d’adopter des pratiques harmonisées entre accompagnateurs au sein d’une même institution et souligne le lien positif entre « pratiques harmonisées » et « sentiment de sécurité », renforçant la dynamique motivationnelle des étudiants pour leur apprentissage. Elle aboutit à des repères issus du terrain pour l’élaboration d’un dispositif propre au contexte de l’Université Saint-Joseph, mais pouvant également servir de modèle d’accompagnement dans l’enseignement supérieur.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Étant une démarche volontaire entre deux libertés (liberté de l’étudiant accompagné et celle de l’enseignant accompagnateur), l’accompagnement ne peut réussir s’il s’impose aux acteurs concernés. Il devrait être suffisamment attractif pour inciter les étudiants à y adhérer et les enseignants à s’y impliquer. Lorsque l’institution décide et met en place un dispositif contextualisé, émanant du terrain, elle favorise l’instauration d’une culture de l’accompagnement qui renforce l’engagement des partenaires et la fréquentation du dispositif, en écho à des besoins réels. Elle contribue également à promouvoir la disponibilité des accompagnateurs et les incite à intégrer une logique d’échange et de concertation autour des pratiques adoptées, ce qui en facilite l’harmonisation. L’étudiant se retrouve alors au sein d’un même esprit institutionnel, lors de son cheminement académique, éprouvant une sécurité qui le motive à s’impliquer davantage dans son apprentissage. Dans la présente recherche, une étude exploratoire présente le contexte de l’étude, suivie d’une revue de la littérature qui développe, d’une part, les pratiques d’accompagnement harmonisées, insérées à une culture institutionnelle et, d’autre part, le sentiment de sécurité, éprouvé par l’étudiant comme déterminant de sa motivation pour l’apprentissage. Par la suite, une démarche méthodologique, basée sur une approche mixte, permet de sonder le terrain sur les pratiques effectives et souhaitées de l’accompagnement, et avance des résultats qui témoignent du lien positif entre « pratiques harmonisées » des accompagnateurs et « sentiment de sécurité » de l’étudiant accompagné.

2. Contexte de l’étude

2L’étude a été menée à l’Université Saint-Joseph (USJ) de Beyrouth, une université privée libanaise, favorisant le biculturalisme (arabe et français). Au fil des ans, l’accompagnement des étudiants a préoccupé les instances de l’université (Chamussy, 2006), insistant sur la nécessité de la communication et sur l’importance d’être présents auprès des étudiants pour les écouter et les accompagner (Daccache, 2013). Cette préoccupation des dirigeants rejoint l’avis des étudiants, anciens et actuels. En effet, dans le cadre de deux enquêtes conduites par l’université auprès d’anciens étudiants, en 2004 et en 2009, ces derniers se sont plaints de l’absence de communication et d’accompagnement lors de leur parcours académique, pointant l’importance de la dimension relationnelle, basée sur une qualité d’écoute (Kasparian, 2009). Les entretiens réalisés auprès d’étudiants en cours de formation vont dans le même sens : ils disent se sentir seuls, perdus dans l’université, par moments être fatigués et démotivés, ne percevant ni le sens des études ni le but de la formation. D’une manière précise, certains ont considéré qu’il n’existe pas « de système vraiment unifié. Donc, il y a toujours un campus ou une faculté qui est un peu déconnecté des autres » alors qu’il serait bon « que tout le monde puisse profiter des mêmes points positifs des accompagnateurs », tout en laissant « une petite marge, une petite touche propre à chaque accompagnateur ».

3Partant de ces constats, nombre de questions se sont posées : le malaise exprimé par les étudiants serait-il moindre si ces derniers se retrouvaient au sein d’une même approche adoptée par les accompagnateurs ? Adopter un savoir-agir harmonisé peut-il contribuer à sécuriser l’étudiant et à renforcer sa motivation pour ses études ? Insérer les pratiques d’accompagnement à un dispositif porté par une structure institutionnelle peut-il réduire le cloisonnement et consolider la cohésion dans la manière d’accompagner les étudiants ? À partir de ce questionnement, la question de recherche suivante s’est imposée : quel pourrait être le lien entre des « pratiques harmonisées » par les accompagnateurs, portées par une culture de l’accompagnement, et le « sentiment de sécurité » de l’étudiant, apte à favoriser sa motivation pour l’apprentissage ? Cette question suppose au préalable de savoir quelles sont les pratiques d’accompagnement existant dans l’institution et quelles sont celles qui sont souhaitables par les étudiants et les accompagnateurs. Nous émettons l’hypothèse que ceux-ci souhaitent des « pratiques harmonisées » au sein de l’institution et que celles-ci auraient un impact positif sur le « sentiment de sécurité » des étudiants.

3. Approche privilégiée et concepts-clés

4L’hypothèse avancée dans la présente étude s’aligne sur le courant humaniste (tel que développé par Dewey, Lewin, Maslow, Rogers, de Peretti, Kilpatrick) qui place la personne humaine au premier plan, favorisant son épanouissement émotionnel, relationnel, intellectuel et culturel, dans une approche holistique positive. On trouve dans la méta-analyse de Cornelius-White (2007, dans Hattie, 2009) des arguments sur l’importance des effets de la qualité relationnelle dans l’enseignement et les résultats scolaires des élèves, puisque l’indice moyen de grandeur d’effets est important (d = 0.72), obtenu à partir d’une analyse de 119 recherches impliquant au total 2 439 écoles, 14 851 enseignants et 355 325 élèves. L’étude de Rached et Gharib (2014), menée dans le contexte universitaire, indique que si l’accompagnateur humaniste place l’étudiant au centre de ses préoccupations et lui assure un accompagnement à caractère personnel, social et pédagogique, visant sa formation intégrale, il a un impact sur son bien-être personnel et social et sur son apprentissage. De par son attitude empathique et bienveillante, il rassure l’étudiant et chemine à ses côtés, en adoptant des pratiques qu’il cherche à harmoniser avec ses collègues accompagnateurs, au sein d’une même institution, ce qui favoriserait le sentiment de sécurité de l’étudiant et l’inciterait à s’impliquer dans son apprentissage.

3.1. Pratiques harmonisées dans une culture d’accompagnement

5« Les cloisons qui séparent les départements sont plus épaisses que les murs extérieurs de l’université » (Dansereau, 1997, p. 14). Au nom de l’autonomie facultaire, le cloisonnement entre certaines institutions entrave la collaboration et rend difficile toute possibilité d’harmonisation des pratiques, ce qui déroute l’étudiant qui ne se retrouve plus au sein d’une même université par manque de structures communes (Clot, 2008). Instaurer une culture de l’accompagnement vise à développer des « habitudes de pensée et de comportement » (Dansereau, 1997, p. 12), une manière d’agir plutôt homogène, partagée par l’ensemble des enseignants chargés de cheminer auprès de l’étudiant durant son parcours universitaire. Cet agir harmonisé prend appui sur des éléments stables et constants qui entrent « dans la chair des professionnels » (Clot, 2008, p. 103), au-delà de l’unicité de chacun. Il se concrétise dans le cadre d’un dispositif qui explicite la posture et le fonctionnement des accompagnateurs, appelés à s’aligner sur des pratiques partagées, sans chercher à les unifier.

6Par conséquent, il s’agit de mettre en place des structures qui favorisent une culture de participation et de concertation au niveau des accompagnateurs afin d’assurer une formation intégrale à l’étudiant, à partir d’une posture positive et empathique. Or, une telle démarche ne peut se réaliser que si chacun sait « jouer solo aussi bien qu’en accord avec les autres » (Dansereau, 1997, p. 12) afin de respecter les spécificités et les richesses de chaque acteur, dans une cohérence institutionnelle, pour professionnaliser la démarche d’accompagnement. Ces pratiques harmonisées n’éliminent pas la particularité de chaque accompagnateur puisque la diversité enrichit le processus et permet de répondre aux divers profils d’étudiants, mais des repères communs, respectant le cachet de l’université et insérés à un dispositif, porté par une culture commune, contribuent à renforcer le sentiment de sécurité de l’étudiant, déterminant de sa motivation.

3.2. Sentiment de sécurité comme déterminant de motivation

7La rupture de contexte (Wouters et De Ketele, 1993) provoquée par le passage du monde scolaire au monde universitaire place au premier plan la nécessité de renforcer le sentiment de sécurité de l’étudiant, notamment par le biais de pratiques harmonisées au sein d’une même institution. En 1971, Maslow avait déjà abordé dans sa hiérarchie des besoins l’importance de ce déterminant considéré à la base de la motivation des individus et André (2005) a confirmé que l’on « ne peut se lancer dans l’apprentissage que si on dispose d’un plateau de sécurité où on est assuré de retrouver la quiétude » (p. 68). Dans sa compilation de méta-analyses sur les déterminants des performances scolaires, Hattie (2009) met en évidence qu’une réduction de l’anxiété a un effet non négligeable sur les résultats (d = 0.40, obtenu dans la compilation de 121 recherches totalisant 83 181 élèves). Mais de quelle sécurité s’agit-il ? Comment la concrétiser ? Étant envisagé comme une totalité corporelle et affective en interaction avec un milieu physique et social (Lepage et Romainville, 2009), l’étudiant ne peut être pris seul, in vitro, indépendamment de son environnement. Il se trouve demandeur d’une sécurité à la fois physique et affective. La sécurité physique, assurée par les bonnes conditions matérielles de travail comme une salle spacieuse, aérée, propre, est certes importante mais ce qui reste incontournable, c’est la sécurité affective procurée par la manière d’être, de faire et de penser de l’accompagnateur. Elle se baserait particulièrement sur le regard inconditionnellement positif (Rogers, 1968) posé sur l’étudiant afin de l’aider à construire une motivation. Ce dernier, accepté tel qu’il est, dans ce qu’il est, éprouve alors une sécurité et s’investit avec tranquillité dans son apprentissage pour combler ses lacunes et aller de l’avant : « rassuré, l’étudiant se penchera plus facilement sur ses faiblesses » (Lepage et Romainville, 2009, p. 67) et se voit apte à « persister devant les difficultés » et à « maximiser ses efforts » (Archambault et Chouinard, 2003, pp. 185-186). Il entame un cheminement positif et consolide sa confiance en ses capacités, ce qui influe positivement sur sa motivation (Rege Colet et Lanarès, 2013 ; Sarrazin et Trouilloud, 2006) et entraîne un impact positif sur son engagement cognitif (Pintrich, 2002). Cette dynamique positive renforce sa motivation intrinsèque (Deci et Ryan, 2008) et l’encourage à donner le meilleur de lui-même, à prendre en main son projet de formation et à apprendre, la motivation étant « reconnue comme une composante importante de l’apprentissage » (Rege Colet et Lanarès, 2013, p. 74).

4. Cadre méthodologique

8Exploratoire, cette étude vise à décrire la relation entre les variables « pratiques harmonisées » et « sentiment de sécurité » dans le contexte de l’USJ. Elle se base sur l’enquête par questionnaire comme outil principal de collecte des données et recourt à des groupes de discussion, comme stratégie méthodologique d’appui, pour permettre la compréhension de certains résultats issus du questionnaire. L’étude s’inscrit ainsi dans le design explicatif de Creswell et Plano Clark (2006), qui consiste à opter pour un type de recherche principal et à le faire suivre par un autre type afin de compléter les résultats obtenus à l’issue de la première recherche.

4.1. Population à l’étude

9L’enquête par questionnaire a englobé un grand nombre d’étudiants inscrits sous forme régulière dans le système de crédits ECTS, en cursus Licence, Master ou Doctorat, excluant ceux qui suivent sporadiquement des formations ponctuelles ou des séminaires. Il s’agit d’une population diversifiée puisque l’USJ « n’accepte pas d’être au service exclusif d’une classe sociale ou d’une communauté ethnique » et tient à la « diversification du recrutement » de ses étudiants (Université Saint-Joseph de Beyrouth, 2012, chap.1, art. 6). D’une manière spécifique, l’enquête s’est basée sur la méthode d’échantillonnage stratifiée qui consiste à partager la population en sous-groupes relativement homogènes et à sélectionner l’échantillon dans chaque strate (Colin, Lavoie, Delisle, Montreuil et Payette, 1995). La population cible comprend 9 266 étudiants, répartis sur les 5 campus de l’université, chaque campus constituant une strate. Au final, 1 530 étudiants ont participé à l’enquête (16.51 %) et ont été choisis aléatoirement après une étude sur la population totale pour obtenir les pourcentages de chaque campus, respectant le poids de chacun, comme le montre le tableau 1.

Tableau 1. Nombre total des enquêtés

Tableau 1. Nombre total des enquêtés

10Par la suite, des données complémentaires ont été collectées dans les groupes de discussion auprès d’étudiants accompagnés et d’accompagnateurs enseignants et étudiants. Estimant que les accompagnateurs constituent des personnes-clés dans le processus d’accompagnement, il s’est avéré pertinent de les impliquer dans les groupes de discussion. Les enseignants accompagnateurs sont des enseignants cadrés à plein temps à l’université et chargés d’accompagner les étudiants. Quant à l’accompagnement par les pairs, il est presque inexistant à l’USJ. Repérer les étudiants accompagnateurs n’a donc pas été chose facile. Finalement, les groupes de discussion ont ciblé des personnes ayant vécu l’expérience de l’accompagnement à l’université, comme accompagnés ou accompagnateurs.

4.2. Instruments de mesure

4.2.1. Questionnaire

11Le questionnaire a été soumis à un prétest pour s’assurer, notamment, de la validité des critères de fond et de forme ainsi que de sa longueur avant de procéder à sa passation. Ce prétest a eu lieu auprès d’un échantillon aléatoire de 64 individus issus de diverses institutions d’enseignement de l’USJ.

12Afin d’opérationnaliser les concepts, ils ont été déclinés en indicateurs observables pour permettre de cibler les dimensions des concepts à l’étude. À titre d’exemple, les fonctions de l’accompagnateur englobaient le développement personnel de l’étudiant, son intégration au milieu universitaire et son acquisition des méthodes de travail propres au supérieur ; le profil de l’accompagnateur ciblait l’écoute attentive, l’attitude compréhensive et les feed-back efficaces, etc.

13Six catégories de questions ont été retenues pour vérifier la pertinence de notre hypothèse de recherche :

  • Deux questions pour savoir si l’étudiant est ou n’est pas objet d’un accompagnement et, si oui, quel est le statut de l’accompagnateur (enseignant ou étudiant) ;

  • Une question sous la forme d’une échelle de Likert à six degrés d’accord sur l’importance accordée à l’accompagnement ;

  • Des questions sous la forme d’une échelle de Likert à six degrés d’accord permettant de décrire le profil de l’accompagnateur au moyen de trois types d’indicateurs : écoute attentive ; attitude compréhensive et positive (empathie) ; aide à repérer ses points faibles et ses points forts grâce à des feed-back efficaces ;

  • Des questions nominales pour décrire les fonctions de l’accompagnateur à l’aide de trois types d’indicateurs : aide à poser un regard positif sur soi-même ; aide à s’intégrer et à être accepté par les autres ; aide à voir clairement le sens et le but de ses études ;

  • Des questions sur l’importance des pratiques harmonisées avec les indicateurs suivants : présence ou absence de différence entre des accompagnateurs différents sur la façon d’accompagner ; appréciation sur une échelle de Likert à six degrés de l’importance de recourir à des pratiques harmonisées ;

  • Une question sur le sentiment de sécurité avec une échelle de Likert à six degrés.

14Notons que les étudiants qui se sont déclarés comme étant accompagnés étaient invités à répondre aux différentes questions en s’appuyant sur l’accompagnement tel qu’ils l’avaient vécu. Par ailleurs, les étudiants qui déclaraient n’avoir pas été l’objet d’un accompagnement étaient invités à répondre sur l’accompagnement qu’ils auraient souhaité vivre. Les données ont été collectées, in situ, sur le terrain, avec un contact direct avec les participants. L’anonymat a été garanti et la confidentialité préservée tant au niveau de l’identité des participants qu’au niveau des noms des institutions.

4.2.2. Groupe de discussion

15Les groupes de discussion sont au nombre de six. Il s’est avéré nécessaire de recourir aux groupes de discussion pour tenter de clarifier et de comprendre certains résultats du questionnaire, en y impliquant aussi les accompagnateurs. Chaque groupe de discussion s’est étalé sur deux heures : deux d’entre eux concernaient les étudiants accompagnés (formés de 11 participants chacun), deux autres s’adressaient à des accompagnateurs enseignants (formés de 13 participants chacun), et les deux derniers concernaient des accompagnateurs étudiants (formés de 8 participants chacun). Les groupes de discussion ont été réalisés à partir d’une grille d’entrevue, préparée et alignée sur les résultats issus du questionnaire, notamment sur les raisons du manque d’engouement pour l’accompagnement et sur l’importance de ce processus d’une manière générale.

4.3. Méthodes d’analyse et de présentation des résultats

16Dans un premier temps, nous avons calculé les alphas de Cronbach ; tous étaient supérieurs à 0.60. Dans un deuxième temps, la base de données a fait l’objet de traitements statistiques classiques, descriptifs et inférentiels, notamment le chi-deux et le modèle de régression.

17Quant aux données des groupes de discussion, après retranscription, elles ont été traitées par la méthode d’analyse de contenu de Mayer et Ouellet (1991) et ont fait l’objet d’une validation interjuges (Mukamurera, Lacourse et Couturier, 2006). Par ailleurs, lorsque le besoin s’en est fait sentir, nous avons eu recours au contrôle par les acteurs ou validité écologique (Mukamurera et al., 2006).

18Concernant la présentation des résultats, elle se fera étape par étape, selon l’ordre de présentation des catégories du questionnaire, suivie des phases des groupes de discussion. Ainsi, pour chaque étape, nous présentons la synthèse des résultats issus du questionnaire suivie d’une synthèse des réactions les plus significatives extraites des groupes de discussion.

4.4. Considérations éthiques et limites de la recherche

19Avant tout, la recherche et ses objectifs ont été expliqués aux enquêtés, et aucun répondant n’a été contraint de répondre au questionnaire ou de participer au groupe de discussion. Par ailleurs, la règle du respect et de la confidentialité a été ramenée systématiquement. Quant à la limite la plus importante de l’étude, elle se trouve dans la nature de la recherche menée puisque celle-ci est propre au contexte particulier qui est l’USJ. Si tous les aspects envisagés dans cette étude ne peuvent être généralisés aux autres universités, la démarche utilisée et le modèle d’accompagnement qui en est issu peuvent inspirer d’autres chercheurs et d’autres professionnels dans les contextes qui sont les leurs. Notons encore que nous n’avons étudié que certains aspects des pratiques harmonisées et que d’autres sont possibles et sans doute importants. Il en va de même avec le sentiment de sécurité, par ailleurs très dépendant du contexte.

5. Résultats et discussion

20Le croisement des résultats du questionnaire avec ceux du groupe de discussion a d’abord mené à un état des lieux sur les pratiques d’accompagnement, puis nous a permis de répondre à la question de recherche portant sur la relation entre les variables « pratiques harmonisées » par les accompagnateurs et « sentiment de sécurité » de l’étudiant accompagné.

5.1. Manque d’engouement pour l’accompagnement

21Dans la présente étude, l’accompagnement comprend toute forme d’aide tutoriale assurée aux étudiants durant leur parcours académique, excluant l’accompagnement de stage ou de recherche. Dans cette perspective, le questionnaire a révélé une minorité d’étudiants accompagnés (27 %) contre une majorité (73 %) qui affirment ne pas être accompagnés. Parmi les étudiants accompagnés, 70 % d’entre eux ont un accompagnateur enseignant tandis que 26 % ont un accompagnateur pair. Ci-dessous, la figure 1 expose le pourcentage d’étudiants accompagnés et la figure 2 présente le statut de l’accompagnateur.

Figure 1. Pourcentage d’étudiants accompagnés

Figure 1. Pourcentage d’étudiants accompagnés

Figure 2. Statut de l’accompagnateur

Figure 2. Statut de l’accompagnateur

22Les résultats révèlent un manque d’engouement vis-à-vis de l’accompagnement à l’USJ bien que l’importance qui y est accordée soit bien élevée par les étudiants accompagnés et non accompagnés (moyennes respectives 4.88 et 4.22), comme le montre le tableau 2.

Tableau 2. Importance accordée à l’accompagnement

Tableau 2. Importance accordée à l’accompagnement

23Dans les six groupes de discussion, nous avons questionné les étudiants à ce sujet. Des propos des étudiants accompagnés, il ressort un malaise principalement dû à une perception négative du processus, réduisant la dynamique d’accompagnement aux « étudiants à problème, qui échouent ». Ainsi, bon nombre d’entre eux laissent insinuer que le soutien est réservé à une catégorie d’étudiants ayant « de grandes difficultés dans les études ». Par ailleurs, ils ont mentionné le manque de disponibilité de certains accompagnateurs qu’ils estiment « indispensables », ramenant cela à un manque de sérieux institutionnel, considérant que « si l’accompagnement est inclus dans les horaires et dans les tâches des enseignants, il sera pris au sérieux ». De leur côté, les accompagnateurs ont souligné le manque de reconnaissance institutionnelle affirmant que « lorsque l’accompagnement est reconnu », ils s’y engageraient davantage puisqu’il « demande du temps » et il « ne peut pas rester un service supplémentaire ». Dans les groupes de discussion, bon nombre d’étudiants accompagnés confirment que l’accompagnement est « nécessaire », « pas seulement pour les résultats et les études » dans le sens où l’accompagnateur devrait être présent « pour encourager » ceux qui « stressent » et voudraient « lâcher les études ». Il devrait s’adresser aux étudiants pour veiller sur leur « bien-être personnel et social ». Certains affirment aussi qu’il leur arrive parfois de « ne pas voir quel est le but de leur travail » et attendent de l’accompagnateur qu’il les aide à « fixer des objectifs clairs ». Cela nous amène à considérer qu’il serait intéressant, voire nécessaire, d’expliciter les rôles et les tâches de l’accompagnateur qui ne se limite pas à fournir un soutien académique aux étudiants en échec. En effet, le processus constitue un cheminement vers l’excellence de tout un chacun, incité ainsi à donner le meilleur de lui-même pour s’épanouir et réaliser son plein potentiel. Ceci nécessite donc de travailler en amont la perception qu’ont les étudiants de l’accompagnement pour promouvoir sa fréquentation.

24Notons qu’à la suite de la consultation de la littérature scientifique, nous constatons que le manque d’engouement pour l’accompagnement ne semble pas propre au contexte de l’USJ. La faible fréquentation du dispositif paraît fréquente en enseignement supérieur, tel que mentionné par plusieurs auteurs (Fornasieri, Lafont, Poteaux et Séré, 2003 ; Samraoui, Mekhancha Dahel et Tebib, 2012) pour des raisons relativement similaires à celles exprimées par nos participants. La perception négative vis-à-vis de l’accompagnement rejoint, à titre d’exemple, l’enquête menée par Jarousse et Michaut (2001) qui explique la faible fréquentation du dispositif à une mauvaise représentation de l’accompagnement, considéré « dévalorisant » par les étudiants puisqu’il s’agit de cours supplémentaires qui viendraient s’ajouter aux cours ordinaires. Se faisant, y recourir serait reconnaître son échec. De même, le manque de disponibilité mentionné par les étudiants dans notre recherche rejoint la constatation émise par de nombreux chercheurs (Borras, Lendrin, Janeau, Macaire et Warin, 2011 ; Cros et Fintz, 2013 ; Maltais et Deschênes, 2013) tout comme le manque de reconnaissance exprimé par les accompagnateurs (Annoot, Marchat et Poteaux, 2003). Partant de ces constats, nous retenons les propos de Bachelet (2010) pour qui il est urgent de « résoudre le problème de la mauvaise reconnaissance des acteurs [au sein d’une institution où] les heures de cours, et la correction de copies pour les professeurs, et les résultats aux examens pour les étudiants » (p. 10). Pour y parvenir, nous considérons que le processus doit émaner d’une volonté institutionnelle (Mohib, Sonntag, Oget et Werckmann, 2013 ; Papi et Romainville, 2013) plaçant l’accompagnement au cœur des priorités institutionnelles. Le processus serait ainsi porté par une culture institutionnelle favorisant la disponibilité des accompagnateurs, la reconnaissance de leur travail et la promotion d’une perception positive de la démarche, encourageant les étudiants et les enseignants à s’y engager.

5.2. Profil humaniste de l’accompagnateur

25Les étudiants accompagnés ont été questionnés sur le profil de leur accompagnateur et les étudiants non accompagnés sur la perception qu’ils ont du profil « idéal » d’un accompagnateur, en matière de communication. La différence est significative entre les composantes par rapport au vécu des étudiants accompagnés alors qu’elle n’est pas significative concernant la perception des étudiants non accompagnés. Avec du recul, les étudiants accompagnés accordent plus d’importance à l’empathie estimant qu’il est essentiel de se sentir compris alors que les étudiants non accompagnés souhaiteraient que l’écoute, l’empathie et le feed-back aient le même poids, tel que le montrent les deux figures ci-dessous.

Figure 3. Profil de l’accompagnateur selon les étudiants accompagnés

Figure 3. Profil de l’accompagnateur selon les étudiants accompagnés

Légende : 4-a : écoute ; 4-b : empathie ; 4-c : feed-back

Figure 4. Profil de l’accompagnateur selon les étudiants non accompagnés

Figure 4. Profil de l’accompagnateur selon les étudiants non accompagnés

Légende : 10-a : écoute ; 10-b : empathie ; 10-c : feed-back

26Dans les groupes de discussion, les participants ont mis en exergue la communication, en préservant la limite académique et professionnelle qui rassurent les deux partenaires lors du cheminement. Les étudiants accompagnés affirment que « l’accompagnateur doit être formé » pour s’adresser aux étudiants, « en étant correct et proche sans familiarité ». Ils affirment qu’il s’agit d’un « savoir-être surtout », faisant preuve d’empathie quand il arrive à les « comprendre », sans les « juger », ni les « blesser » ce qui les « encourage à mieux travailler ». Les accompagnateurs considèrent aussi que « la relation avec l’étudiant est très importante ». Ainsi, l’accompagnateur devrait adopter une « attitude professionnelle » pour « éviter les glissements », ce qui aide l’étudiant à « être à l’aise » et à « travailler mieux ». D’ailleurs, cette attention portée à la communication pour renforcer la motivation de l’étudiant revient dans de nombreuses recherches (Dansereau, Prégent et Perron, 2002 ; Violet, 2005). Pour cela, l’attitude empreinte de bienveillance et d’empathie est particulièrement requise (Annoot, 2013 ; Baudrit, 2000), basée sur une qualité d’écoute (Daele et Lambert, 2013 ; Paul, 2004), dans une distance interpersonnelle (Longin, 2006).

5.3. Fonction tridimensionnelle de l’accompagnateur

27Questionnés sur les fonctions remplies par les accompagnateurs pour leur assurer une formation intégrale, les étudiants se sont exprimés sur la situation vécue par les étudiants accompagnés et perçue par les étudiants non accompagnés. Dans les deux cas, les figures 5 et 6 mettent en lumière que les trois caractères de l’accompagnement, personnel, social et pédagogique revêtent une grande importance sans différence significative pour les étudiants accompagnés ayant vécu l’accompagnement, et avec une différence significative pour les étudiants non accompagnés qui privilégient l’aide aux études et nettement moins l’intégration au niveau universitaire.

Figure 5. Fonctions de l’accompagnateur selon les étudiants accompagnés (P-Value : 0.1333 > 5 %)

Figure 5. Fonctions de l’accompagnateur selon les étudiants accompagnés (P-Value : 0.1333 > 5 %)

Figure 6. Fonctions de l’accompagnateur selon les étudiants non accompagnés (P-Value : 0.0000 < 5 %)

Figure 6. Fonctions de l’accompagnateur selon les étudiants non accompagnés (P-Value : 0.0000 < 5 %)

28Dans les groupes de discussion, les étudiants accompagnés précisent qu’ils ont besoin de « rencontrer l’accompagnateur » lorsqu’ils n’arrivent pas à « se sentir bien », ce qui « entrave les études » et ils ajoutent que l’accompagnateur est censé les aider à « être épanouis, positifs » et à « avoir de bonnes relations » parce que « se sentir à l’aise aide à se concentrer davantage sur les études ». Les accompagnateurs étudiants précisent aussi « qu’il y a certainement dans l’accompagnement le développement des compétences pédagogiques mais aussi le développement des compétences personnelles ». De même, les accompagnateurs enseignants soulignent que « l’accompagnement c’est vraiment être là pour aider l’étudiant à faire le passage entre le scolaire et l’universitaire à tous les niveaux ». Par conséquent, l’accompagnateur devrait prendre en compte le développement personnel et social de l’étudiant (Berzin, 2013 ; Borras et al., 2011 ; Caraguel, 2013 ; Lepage et Romainville, 2009 ; Rege Colet et Lanarès, 2013 ; Rodet, 2013). Le rôle de l’accompagnateur ne saurait donc se limiter au soutien pédagogique puisqu’il s’agit d’un cheminement qui aspire à la formation globale de l’étudiant comme personne humaine (Paul, 2006).

5.4. Nécessité de pratiques harmonisées entre les accompagnateurs

29Sur l’ensemble des étudiants accompagnés par un enseignant, 59 % ont eu plus d’un accompagnateur durant leur parcours universitaire. Parmi ceux-là, 47 % mentionnent une différence dans les pratiques d’accompagnement adoptées, comme le montre la figure 7.

Figure 7. Nombre d’accompagnateurs et diversité des pratiques adoptées

Figure 7. Nombre d’accompagnateurs et diversité des pratiques adoptées

30Spécifiquement, les étudiants ont été questionnés sur l’importance d’adopter des pratiques harmonisées au sein de l’université, comme le détaillent les deux figures ci-dessous.

Figure 8. Importance des pratiques harmonisées pour les étudiants accompagnés (moyenne : 4.27)

Figure 8. Importance des pratiques harmonisées pour les étudiants accompagnés (moyenne : 4.27)

Figure 9. Importance des pratiques harmonisées pour les étudiants non accompagnés (moyenne : 4.03)

Figure 9. Importance des pratiques harmonisées pour les étudiants non accompagnés (moyenne : 4.03)

31Lors des groupes de discussion, les étudiants accompagnés ont souligné la nécessité de retrouver au sein de l’université une « même façon de communiquer, d’accueillir » pour « se familiariser avec les lieux et connaître les responsables ». Ils estiment qu’il est « utile de s’occuper de tout le monde, mais aussi de répondre aux besoins de chacun ». Les enseignants accompagnateurs ont estimé qu’ils devraient pouvoir « coordonner l’approche et la manière d’agir ». L’étudiant est « en phase transitoire et tout au long de ce passage, il faut qu’il y ait quelqu’un à côté de lui, pour le guider davantage dans son parcours académique ». Par conséquent, l’accompagnement est important du côté personnalisé et collectif, dès l’accueil de l’étudiant à l’université et tout au long de son parcours académique.

5.5. Relation positive entre les variables

32Dans le questionnaire, les étudiants accompagnés ont été interrogés sur leur degré d’accord avec l’affirmation selon laquelle leur accompagnateur les a aidés à se sentir en sécurité. Quant aux étudiants non accompagnés, il leur a été demandé de situer leur degré d’accord sur l’affirmation selon laquelle un accompagnement efficace pourrait les aider à se sentir en sécurité, tel que le montre le tableau 3.

Tableau 3. Sentiment de sécurité

Tableau 3. Sentiment de sécurité

33Les moyennes des étudiants accompagnés et non accompagnés sont positives (supérieures à 3.5), bien que celle des étudiants accompagnés soit supérieure.

34Par la suite, il a été question d’étudier le lien qui pourrait exister entre « pratiques harmonisées » et « sentiment de sécurité » pour déterminer dans quelle mesure une manière cohérente et harmonisée dans la manière d’accompagner les étudiants peut contribuer à les sécuriser. Ce lien a été confirmé par l’approche quantitative, les pentes des droites de régression étant positives pour les deux catégories d’étudiants, accompagnés et non accompagnés, comme le montrent les tableaux 4 et 5. Ce faisant, nous considérons que notre hypothèse est confirmée. Notons que pour les étudiants non accompagnés, le lien semble davantage accentué : il est vrai que la question leur demande d’envisager un accompagnement efficace, alors que les étudiants accompagnés prennent comme référence leur vécu.

Tableau 4. Pratiques harmonisées vs. sentiment de sécurité pour les étudiants accompagnés

Tableau 4. Pratiques harmonisées vs. sentiment de sécurité pour les étudiants accompagnés

Tableau 5. Pratiques harmonisées vs. sentiment de sécurité pour les étudiants non accompagnés

Tableau 5. Pratiques harmonisées vs. sentiment de sécurité pour les étudiants non accompagnés

35Par conséquent, lorsque les pratiques sont davantage harmonisées concernant les accompagnateurs et lorsque l’accompagnement est efficace, les étudiants affirment se sentir davantage sécurisés. Cette importance d’adopter des « pratiques harmonisées » par les accompagnateurs et l’effet positif que cela pourrait avoir sur le « sentiment de sécurité » éprouvé par les étudiants accompagnés sont confirmés par l’ensemble des participants dans les groupes de discussion. Les étudiants accompagnés estiment que « si les accompagnateurs adoptent la même manière d’accompagner, ceci aide à avancer avec des pas sûrs ». Les étudiants accompagnateurs affirment que « c’est bien qu’il y ait une même référence, des points communs pour ne pas se perdre, alors chacun gagne en confiance et travaille mieux ». Les enseignants accompagnateurs déclarent eux aussi que « c’est important d’avoir des repères communs et de grandes lignes de départ » concluant qu’il faut « être là et écouter les étudiants pour les rassurer, ils travailleront mieux ».

6. Recommandations et pratiques d’accompagnement

36Dans la présente étude, les pratiques harmonisées consistent à adopter un savoir-agir harmonisé, une manière d’être et de faire cohérente avec le respect de l’unicité de chacun. Les pratiques gagneraient à être intégrées à un dispositif porté par une structure institutionnelle qui doterait les accompagnateurs du « pouvoir-agir » (Le Boterf, 1998) nécessaire à la réussite du processus. Dans ce qui suit, des repères sont proposés à titre indicatif en vue de l’élaboration éventuelle d’un dispositif d’accompagnement par les enseignants à l’USJ, permettant de développer un « savoir accompagner professionnellement » (De Ketele, 2007, p. 6). Ces repères ont la particularité d’émaner du terrain : la présente étude et les enquêtes réalisées antérieurement dans le contexte de l’USJ. Nous explicitons chacun des éléments avant de proposer un schéma récapitulatif.

37Public visé : La démarche d’accompagnement s’adresse à l’ensemble des étudiants, notamment ceux qui n’ont pas de projet personnel de formation et auraient besoin d’être confirmés dans leur parcours ; ceux qui souffrent de lacunes méthodologiques et souhaiteraient développer leurs compétences transversales ; ceux qui ont des problèmes d’intégration sociale ou un malaise personnel qui se fait sentir sur les études et auraient besoin d’être mis en confiance ; ceux qui voudraient aller plus loin dans le développement de leurs compétences, par souci d’excellence.

38Profil de l’accompagnateur : L’accompagnateur adopte une posture humaniste, en développant ses compétences aussi bien relationnelles et humaines que pédagogiques. Il met en place une dynamique d’échange et instaure un climat de confiance, en étant appelé à refléter des valeurs liées aux caractéristiques personnelles comme l’authenticité et l’empathie ; il forme les étudiants aux méthodes de travail de l’enseignement supérieur, dans une logique d’appui.

39Fonctions de l’accompagnateur : L’accompagnateur remplit trois fonctions complémentaires : (1) au niveau pédagogique, il forme l’étudiant aux compétences d’apprenant universitaire et l’aide à construire son projet de formation ; (2) au niveau social, il renforce l’intégration de l’étudiant au milieu universitaire et favorise ses relations interpersonnelles ; (3) au niveau personnel, il favorise son développement personnel et l’encourage à la prise d’initiatives.

40Phases et modalités de l’accompagnement : L’accompagnement revêt une forme personnalisée, à l’adresse d’un seul étudiant, ou collective, à l’adresse d’un groupe d’étudiants. La démarche est lancée lors de la phase d’accueil et se développe dans le cadre du suivi qui est assuré aux étudiants tout au long de leur parcours académique.

41Le schéma ci-dessous tente d’organiser les repères dégagés pour présenter ce que serait un modèle de pratiques d’accompagnement harmonisées dans le contexte de l’USJ.

Figure 10. Repères pour un dispositif d’accompagnement à l'USJ

Figure 10. Repères pour un dispositif d’accompagnement à l'USJ

7. Conclusion

42Dans les enquêtes exploratoires de 2004 et 2009 lancées par l’USJ auprès d’anciens étudiants, ces derniers déplorent un manque de communication ressenti lors de leur parcours universitaire. Questionnés sur leur vécu actuel, les étudiants en cours de formation font part d’un manque de motivation, dû principalement au fait de ne pas se retrouver facilement dans les pratiques adoptées au sein de l’université. Ils insistent ainsi sur l’importance d’être accompagnés par des enseignants formés à la communication et dotés de valeurs relationnelles et humaines, recommandant une harmonisation de leur savoir-agir.

43Partant de ces constats, nous avons émis l’hypothèse que des « pratiques harmonisées » par les accompagnateurs au sein de l’institution auraient un impact positif sur le « sentiment de sécurité » des étudiants accompagnés, ce qui renforcerait leur motivation pour l’apprentissage. À l’aide d’un questionnaire et de six groupes de discussion, nous avons mis en exergue un souhait de pratiques harmonisées par les accompagnateurs et un sentiment de sécurité positif éprouvé par les étudiants accompagnés efficacement et un sentiment de sécurité supposé aussi très fort selon les étudiants non accompagnés. Par conséquent, les résultats obtenus tendent à confirmer notre hypothèse selon laquelle des pratiques d’accompagnement harmonisées au sein de l’institution sont souhaitables et renforcent le sentiment de sécurité des étudiants. Ces résultats ont été obtenus dans un seul contexte universitaire et ne peuvent donc être généralisés à d’autres contextes, bien qu’ils soient en concordance avec les résultats de recherches menées précédemment dans différents contextes.

44Considérant nos résultats et ceux des études précédentes, nous considérons qu’il serait souhaitable de proposer une recherche permettant de mesurer les effets des dispositifs d’accompagnement sur les performances académiques des étudiants, selon les composantes caractérisant les processus d’accompagnement. Selon Perret (2015), les essais menés jusqu’à présent sont peu nombreux, du moins ceux qui mesurent réellement les performances académiques et non simplement le degré de satisfaction des étudiants et des accompagnateurs. Il est effectivement difficile sur le plan méthodologique de mettre en évidence les liens entre accompagnement et performances, considérant les variables modératrices et médiatrices potentiellement nombreuses.

Haut de page

Bibliographie

André, J. (2005). Eduquer à la motivation, cette force qui fait réussir. Paris : L’Harmattan.

Annoot, E. (2013). Du tutorat de pairs à d’autres formes d’accompagnement. Retour sur Mentorat et tutorat dans la formation des enseignants (Baudrit, 2011). Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 245-247). Paris : L’Harmattan.

Annoot, E., Marchat, J.-F. et Poteaux, N. (2003). Regards de tuteurs. Recherche et formation, 30, 47-63.

Archambault, J. et Chouinard, R. (2003). Vers une gestion éducative de la classe. Boucherville : Gaëtan Morin.

Bachelet, R. (2010). Le tutorat par les pairs : quels fondamentaux, quels dispositifs, quels résultats ? Dans B. Raucent, C. Verzat et L. Villeneuve (dir.), Accompagner des étudiants. Quels rôles pour l’enseignant ? Quels dispositifs ? Quelles mises en œuvre ? Bruxelles : De Boeck.

Baudrit, A. (2000). Le tutorat dans les universités anglo-saxonnes : des idées pour les universités francophones ? Paris : L’Harmattan.

Berzin, C. (2013). Tutorat de pairs et plan réussite en licence : quelle perception par les étudiants du rôle de tuteur ? Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 37-56). Paris : L’Harmattan.

Borras, I., Lendrin, N., Janeau, E., Macaire, S. et Warin, P. (2011). Evaluation du non-recours au tutorat à l’Université. Repéré à http://www.cereq.fr/index.php

Caraguel, V. (2013). Emergence d’un tutorat entre pairs dans une formation en ligne. Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 103-116). Paris : L’Harmattan.

Chamussy, R. (2006). Les étudiants. Repéré à https://www.usj.edu.lb/pdf/stjo06fr.pdf

Clot, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Paris : PUF.

Colin, M., Lavoie, P., Delisle, M., Montreuil, C. et Payette, G. (1995). Initiation aux méthodes quantitatives en sciences humaines. Boucherville : Gaëtan Morin Editeur.

Creswell, J.-W et Plano Clark, V.-L. (2006). Designing and Conducting Mixed Methods Research. Los Angeles, CA : Sage Publications, Inc.

Cros, F. et Fintz, C. (2013). Le tutorat universitaire en Algérie : originalités, forces et contraintes. Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 245-247). Paris : L’Harmattan.

Daccache, S. (2013). L’USJ et ses Anciens Étudiants. Repéré à https://www.usj.edu.lb/pdf/dsc/16f.pdf

Daele, A. et Lambert, M. (2013). Comment fournir un feed-back constructif aux étudiants ? Dans D. Berthiaume et N. Rege Colet (dir.), La pédagogie de l’enseignement supérieur : repères théoriques et applications pratiques (p. 299-312). Berne : Peter Lang.

Dansereau, P. (1997). Préface. Dans L. Langevin et L. Villeneuve (dir.), L’encadrement des étudiants, un défi du XXIe siècle (p. 11-15). Montréal : Éditions Logiques.

Dansereau, J., Prégent, R. et Perron, B. (2002). Enquête sur l’encadrement des étudiants aux cycles supérieurs. Repéré à http://www.polymtl.ca/bap/ateliers.php

Deci, E. et Ryan, R. (2008). Favoriser la motivation optimale et la santé mentale dans les divers milieux de vie. Canadian Psychology, 49, 14-23.

De Ketele, J.-M. (2007). Préface. Dans M. Vial et N. Caparros-Mencacci (dir.), L’accompagnement professionnel ? : méthode à l'usage des praticiens exerçant une fonction éducative (p. 5-8). Bruxelles : De Boeck.

Fornasieri, I., Lafont, L., Poteaux, N. et Séré, M.-G. (2003). La fréquentation du tutorat : des pratiques différenciées. Enquête au sein de huit universités françaises. Recherche et formation, 43, 29-45.

Hattie, J. (2009). Visible learning. A synthesis of over 800 meta-analyses relating to achievement. New York, NY: Routledge.

Jarousse J.-P. et Michaut C. (2001). Variété des modes d’organisation des premiers cycles et réussite universitaire. Revue Française de pédagogie, 136, 41-51.

Kasparian, C. (2009). Le Devenir des Diplômés. Observatoire universitaire de la réalité socio-économique (OURSE). Beyrouth : Presses de l’Université Saint-Joseph.

Le Boterf, G. (1998). L'ingénierie des compétences. Paris : Edition d'Organisation.

Lepage P. et Romainville M. (2009). Le tutorat en communauté française de Belgique, Inventaire des pratiques, éléments d’évaluation et recommandations. Bruxelles : Fondation du Roi Baudoin.

Longin, P. (2006). Agir en leader avec la PNL. Paris : Dunod.

Maltais, M. et Deschênes, A.-J. (2013). L’encadrement par les pairs à distance à l’université : vers un service institutionnel ? Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 191-214). Paris : L’Harmattan.

Maslow, A. (1971). Vers une psychologie de l’être. Paris : Fayard.

Mayer, R. et Ouellet, F. (1991). Méthodologie de recherche pour les intervenants sociaux. Boucherville : Gaëtan Morin Editeur.

Mohib, N., Sonntag, M., Oget, D. et Werckmann, F. (2013). Quand l’accompagnement par les pairs interroge l’organisation pédagogique d’une école d’ingénieurs… Repéré à http://ute3.umh.ac.be/revues/include/download.php?idRevue=16&idRes.

Mukamurera, J., Lacourse, F. et Couturier, Y. (2006). Des avancées en analyse qualitative : pour une transparence et une systématisation des pratiques. Recherches qualitatives, 26(1), 110-138.

Papi, C. et Romainville, M. (2013). Formation au tutorat de pairs ou tutorat de pairs comme formation ? Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 251-256). Paris : L’Harmattan.

Paul, M. (2004). L'Accompagnement, une posture professionnelle spécifique. Paris : L'Harmattan.

Paul, M. (2006). L’accompagnement : quels enjeux pour le tutorat ? Dans F. Morandi, F. Gomez, A. Klein, G. Moussu, D. Millet et B. Séguier (dir.), Tutorat et accompagnement (p. 11-29). Repéré à http://www.aifrisss.com/upload/3-colloque-tutorat-et-accompagnement.pdf.

Perret, C. (dir) (2015). Le Plan Réussite en Licence : Quelles actions, quels effets, quelles perspectives ? Dijon: Editions universitaires de Dijon.

Pintrich, P.-R. (2002). Student motivation and self-regulation in the college classroom: Basic principles and implications for the design of instruction. Dans E. De Corte (dir.), Excellence in higher education (vol. 82, p. 97-108). Londre : Portland Press.

Rached, P. et Gharib, Y. (2014). Impact de l'accompagnement sur la motivation des étudiants au supérieur. Recherche et Formation, 77, 57-85.

Rege Colet, N. et Lanarès, J. (2013). Comment soutenir la motivation des étudiants ? Dans D. Berthiaume et N. Rege Colet (dir.), La pédagogie de l’enseignement supérieur : repères théoriques et applications pratiques (p. 73-86). Berne : Peter Lang.

Rodet, J. (2013). La co-construction avec les apprenants à distance des services tutoraux. Retour d’expérience du master MFEG de l’université de Rennes 1. Dans C. Papi (dir.), Le tutorat de pairs dans l’enseignement supérieur. Enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels (p. 119-140). Paris : L’Harmattan.

Rogers, C. (1968). Le développement de la personne. Paris : Dunod.

Samraoui, F., Mekhancha Dahel, C. et Tebib, W. (2012). Retour d’une première expérience de tutorat à l’Université algérienne : évaluation et recommandations. Repéré à http://www.jourlib.org/paper/2177353

Sarrazin, P. et Trouilloud, D. (2006). Comment motiver les élèves à apprendre ? Les apports de la théorie de l’auto-détermination. Dans P. Dessus et E. Gentaz (dir.), Apprentissage et enseignement (p. 123-141). Paris : Dunod.

Université Saint-Joseph de Beyrouth (2012). Charte et statuts de l’Université. Repéré à http://www.usj.edu.lb

Violet, D. (2005). Mythes d’accompagnement et représentations des pratiques de tutorat dans la formation des maîtres. Recherche et formation, 50, 117-131.

Wouters, P. et De Ketele, J.-M. (1993). Les dispositifs de préparation des étudiants à l’enseignement supérieur et universitaire. ResAcademica, 11(1), 48.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre total des enquêtés
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 1. Pourcentage d’étudiants accompagnés
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-2.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 2. Statut de l’accompagnateur
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 2. Importance accordée à l’accompagnement
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Profil de l’accompagnateur selon les étudiants accompagnés
Légende Légende : 4-a : écoute ; 4-b : empathie ; 4-c : feed-back
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-5.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 4. Profil de l’accompagnateur selon les étudiants non accompagnés
Légende Légende : 10-a : écoute ; 10-b : empathie ; 10-c : feed-back
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-6.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 5. Fonctions de l’accompagnateur selon les étudiants accompagnés (P-Value : 0.1333 > 5 %)
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-7.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 6. Fonctions de l’accompagnateur selon les étudiants non accompagnés (P-Value : 0.0000 < 5 %)
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-8.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 7. Nombre d’accompagnateurs et diversité des pratiques adoptées
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-9.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 8. Importance des pratiques harmonisées pour les étudiants accompagnés (moyenne : 4.27)
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-10.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 9. Importance des pratiques harmonisées pour les étudiants non accompagnés (moyenne : 4.03)
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-11.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 3. Sentiment de sécurité
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 4. Pratiques harmonisées vs. sentiment de sécurité pour les étudiants accompagnés
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 5. Pratiques harmonisées vs. sentiment de sécurité pour les étudiants non accompagnés
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 10. Repères pour un dispositif d’accompagnement à l'USJ
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1221/img-15.png
Fichier image/png, 552k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Rached, « Pratiques harmonisées d’accompagnement des étudiants et impact sur leur sentiment de sécurité », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 33-2 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ripes/1221

Haut de page

Auteur

Patricia Rached

Université Saint-Joseph de Beyrouth
patricia.rached@usj.edu.lb

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals